Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lourdes de Sanjosé Llongueras, Obras emblemáticas del taller de orfebrería de Silos : « el Maestro de las Aves » y su círculo, Abadía de Silos (Burgos), coll. Studia Silensia, series maior VI, 2016

Géraldine Mallet

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Lorsque le nom de Santo Domingo de Silos est évoqué, la première image qui vient à l’esprit est celle de son extraordinaire cloître médiéval, aux remarquables sculptures. La deuxième est celle des pages hautes en couleur de son précieux Beatus, de nos jours conservé à la British Library de Londres. Quant aux œuvres orfévrées de l’abbaye, beaucoup restent encore méconnues pour un large public, même initié à l’art du Moyen Âge. Le beau livre d’art de Lourdes de Sanjosé Llongueras permet d’en découvrir quatre, considérées comme majeures, parmi plus d’une quinzaine d’autres datant des âges médiévaux. Les quatre œuvres en question ont été exécutées entre 1140-1150 et la fin du XIIe siècle, pièces « emblématiques », pour reprendre le terme employé par l’auteur, de l’atelier d’orfèvrerie du grand monastère castillan : un coffret en ivoire et émaux, un devant d’autel émaillé et deux crosses également émaillées. Le texte clair et aéré, rendant la lecture agréable, est largement illustré de photographies et de dessins de grande qualité. Il est en outre accompagné d’un riche appareil critique, complété en fin d’ouvrage par la liste des sources et une abondante bibliographie. Celle-ci révèle, par la rareté des références portant sur le sujet, combien il méritait que l’on s’y intéresse avec minutie. Cette dernière est si poussée que l’on pourrait donner comme autre titre à l’ouvrage « autopsie d’un ensemble d’œuvres emblématiques de l’atelier d’orfèvrerie de Silos ». En effet, chaque élément est étudié de manière méthodique, chaque caractéristique ou particularité étant analysée et comparée à travers ses matériaux, ses techniques et son iconographie non seulement avec d’autres pièces d’orfèvrerie, mais aussi avec des enluminures, des peintures murales, des sculptures monumentales, mobilières et même funéraires, d’époques antérieures et contemporaines, sur une aire géographique qui ne se limite pas au nord de l’Espagne, mais qui embrasse, si nécessaire, des zones de productions plus septentrionales ainsi que le monde musulman. Alors que les sources manquent, c’est en véritable historienne de l’art que Lourdes de Sanjosé Llongueras approche et « dépèce » les œuvres pour qu’elles révèlent leur essence fondamentale. Il aurait été intéressant, pour une meilleure appréciation de la démarche, que les objets mis de côté, dont il est fait état car provenant du même trésor, soient présentés, même très rapidement, pour pouvoir mieux mesurer l’originalité de l’atelier de Silos. Car c’est au sein même du monastère que les quatre pièces semblent avoir été réalisées et non, comme une approche trop rapide aurait pu le laisser penser, à Limoges. Pour s’en convaincre, il suffit de suivre le raisonnement de l’auteur qui démontre combien les artistes s’inscrivaient dans le foyer culturel de l’insigne monastère sur lequel portent de longs développements.

2Selon l’auteur, l’atelier d’orfèvrerie et d’émaillerie aurait connu deux étapes principales de production. La première, située entre 1140-1150, est illustrée par une monture et des plaques émaillées ajoutées à un coffret en bois et ivoire de 1026, œuvre des arts de l’Islam, pour recevoir, très probablement, les reliques du saint abbé de l’abbaye, Domingo. La pièce est exposée au Musée de Burgos. La deuxième phase, qui serait celle de l’apogée, de la maîtrise parfaite des techniques, dès lors sublimées, correspondrait à la seconde moitié du XIIe siècle. Le devant d’autel, désigné sous le nom de « frontal con esmaltes [émaux] de Santo Domingo », daté autour de 1165-1170, et la crosse de l’abbé Juan Gutierre II († 1198), respectivement conservés au Musée de Burgos et à celui de Silos, en sont des témoins, de même que le bâton pastoral inédit, nommé pour les besoins de la publication « báculo II » (crosse II), appartenant à un collectionneur privé. Il est toujours appréciable de découvrir de nouvelles pièces, surtout lorsqu’elles sont d’une aussi grande qualité et qu’elles complètent un corpus d’œuvres médiévales tel que celui des crosses dont on a encore beaucoup à apprendre.

3L’auteur semble ici faire montre d’une démarche évolutionniste, qui peut surprendre de nos jours, en évoquant un atelier qui se caractérise par une technique d’émaillerie distincte en certains aspects de celle de Limoges et qui, par des détails, annonce la grande œuvre qu’est le devant d’autel présentant une Maiestas Domini, flanquée des symboles évangéliques et des apôtres, réalisé par un maître principal anonyme, dit le « Maestro de las Aves » (le « Maître des Oiseaux »). Comme on peut facilement l’imaginer, le nom vient des créatures ailées, fantastiques, au traitement particulier, qui ornent en nombre le devant d’autel ainsi que les deux crosses. Lourdes de Sanjosé Llongueras démontre en quoi le « frontal » constitue un point de convergence des connaissances techniques, de préciosité des matières et de haut niveau de création intellectuelle. Elle considère par conséquent cette œuvre maîtresse comme une – sinon « la » – référence de l’art de l’émaillerie hispanique, qui, exécutée à Silos, présente des liens évidents avec maints manuscrits enluminés de la péninsule Ibérique, dont ceux réalisés dans le scriptorium même du monastère, mais également avec la sculpture de son cloître. Cet art, ici porté à son plus haut niveau révèle, en outre, que le Maître s’est aussi nourri de modèles étrangers sans que ceux-ci dénaturent le caractère spécifique de l’atelier que l’on observe également sur les deux crosses. Il est fort probable que le mécénat royal – notamment celui de Ferdinand II (1157-1188) et d’Alphonse IX (1188-1230) – ait joué un rôle non négligeable dans le développement de l’atelier d’orfèvrerie et d’émaillerie, favorisant ainsi un travail d’excellence.

4La lecture attentive de l’ouvrage révèle cependant deux lacunes : d’une part, l’absence d’une photographie de la plaque émaillée représentant deux anges encadrant santo Domingo († 1073), l’abbé qui, au XIe siècle, a relevé le monastère, lui donnant un nouvel essor. Seul un dessin coloré est proposé en page 59, ce qui est d’autant plus frustrant pour le lecteur que l’auteur voie deux mains différentes dans la réalisation des éléments émaillés du coffret : une pour les bordures, une autre pour la plaque historiée ; d’autre part, alors que les 124 planches offrent des détails infimes qui permettent des comparaisons fines tant sur les formes que sur les couleurs, non seulement des motifs principaux mais de tous les éléments décoratifs qui les encadrent, on s’étonne de ne pas trouver d’échelle de grandeur.

5Ces deux points ne remettent nullement en cause l’apport du bel ouvrage de Lourdes de Sanjosé Llongueras à la connaissance des activités artistiques du monastère de Silos et, plus généralement, à l’histoire de l’orfèvrerie médiévale, notamment romane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Mallet, « Lourdes de Sanjosé Llongueras, Obras emblemáticas del taller de orfebrería de Silos : « el Maestro de las Aves » y su círculo, Abadía de Silos (Burgos), coll. Studia Silensia, series maior VI, 2016 », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/1013

Haut de page

Auteur

Géraldine Mallet

Centre d’études médiévales de Montpellier (CEMM EA 4583) Université Paul-Valéry – Montpellier 3

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals