Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, L’Univers historique, Seuil, Paris, 2015

Ninon Dubourg

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Émotions au Moyen Âge : http://emma.hypotheses.org
  • 2 Damien Boquet, Laurence Moulinier-Brogi, Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Méd (...)
  • 3 Damien Boquet, Piroska Nagy, « Pour une histoire intellectuelle des émotions », L’Atelier du Centre (...)
  • 4 Damien Boquet, Piroska Nagy, Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009, 520 pp.

1Les deux auteurs, Damien Boquet et Piroska Nagy, se revendiquent dès leur introduction adeptes de l’histoire des émotions souhaitée par Lucien Febvre en 1956 qu’ils réussissent à s’approprier avec brio, en en renouvelant les approches faites par le champ académique qu’ils ont côtoyé durant les vingt dernières années. À eux deux, ils donnent vie depuis 2005 au prolifique projet de recherche EMMA1. Ils ont par ailleurs codirigé le dossier La chair des émotions, de la revue Médiévales2, ou encore, plus récemment, le dossier Pour une histoire intellectuelle des émotions3, et ont déjà dirigé un ouvrage ensemble : Le Sujet des émotions au Moyen Âge4, pour ne citer que certaines de leurs collaborations antérieures. La signature d’un livre écrit à quatre mains sur le Moyen Âge sensible, s’adressant aux néophytes de l’histoire des émotions comme aux érudits, s’inscrit dans la suite logique d’une coopération aussi riche. Spécialistes de ce récent champ de l’histoire des émotions dont ils comptent au nombre des instigateurs, ils adoptent une position historiographique tranchée. Ils mettent en lumière de multiples problématiques tout au long de l’ouvrage, annonçant les paradigmes qu’ils trouvent dépassés et proposant de nouvelles pistes de réflexion déjà bien abouties. Ils utilisent pour cela des concepts et une bibliographie très actuels, la majorité des ouvrages cités datant des années 2010.

  • 5 Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval(...)

2Les auteurs le disent eux-mêmes, « ce livre propose une histoire culturelle de l’affectivité de l’Occident médiéval »5. Ils y livrent l’histoire, complexe et diverse, d’une large palette d’émotions (amour, tristesse, joie, honte, peur…), et de leurs applications dans la vie médiévale. Leur propos s’articule autour de la France et plus largement de l’Europe, ne s’aventurant qu’utilement au-delà de l’Occident, comme le titre le promet, sans pour autant s’empêcher de révéler différences et similitudes entre Orient et Occident. Ils mettent en avant le temps long de l’histoire (cf. le nom des chapitres, qui traitent toujours plusieurs siècles) et préfèrent prendre en compte une histoire en mouvement en s’appuyant sur des moments précis. Ainsi, leur problématique est d’analyser comment se forme cette émotivité chrétienne, et comment elle est progressivement inculquée à toute la société chrétienne (érudits, monastères, écoles, littérature, élites, femmes, peuple). Ils développent notamment l’idée que les émotions structurent le pouvoir (féodal, ecclésiastique, laïque) et forment les communautés (monastiques, aristocratiques, populaires).

  • 6 Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval(...)

3Ainsi, l’ouvrage est composé de 9 chapitres qui forment un tout chronologique. Les trois premiers chapitres, consacrés au haut Moyen Âge, forment avec le quatrième une ouverture plutôt théorique très précise et fouillée sur l’anthropologie chrétienne médiévale des émotions. Alors que les deux premiers abordent la création des émotions chrétiennes, le troisième s’intéresse à la formation des émotions de la société chrétienne, quant au quatrième chapitre, il renoue avec la tradition monastique pour voir comment s’y forme l’émotivité. Ces premiers chapitres posant les bases de la compréhension des affects médiévaux, Damien Boquet et Piroska Nagy traitent dans les cinq chapitres suivants successivement l’émotivité spécifique des temps féodaux, des nouvelles écoles scolastiques, des princes, des courants mystiques ainsi que celle du peuple et sa perception par les élites. On pourrait leur reprocher de ne pas traiter assez la population laïque s’ils ne s’en défendaient pas bien, en proposant des pistes et en les abordant « autant que les sources le permettent »6, principalement dans le dernier chapitre.

4La méthodologie mise en place par les deux auteurs est assise sur les sources : ils opèrent des choix de lectures, en prenant les auteurs les plus pertinents ou les plus connus par leurs contemporains afin de mettre en lumière le mouvement illustré. Les textes sont longuement cités au long de la démonstration, ce qui a pour effet d’aiguiser l’esprit critique du lecteur en retournant à la source. Les auteurs mobilisent souvent plusieurs types de sources sur la même question, n’hésitant pas à soulever exemples et contre-exemples pour permettre aux lecteurs d’aller plus loin dans leurs recherches. Les images ne sont pas en reste dans la publication. En plus d’une série de 13 illustrations en couleur sur papier glacé placées au centre du livre, appelées dans le corps du texte, mais aussi copieusement légendées dans des encarts, les auteurs n’hésitent pas à se frotter à l’histoire de l’art, en décrivant et commentant des images au fil du texte, exercice toujours très utile à leurs démonstrations.

5Leur rigueur dans l’introduction des concepts comme dans la présentation des sources offre une lecture très pédagogique de l’ouvrage, qui peut pour cela facilement être conseillé à des élèves du premier cycle universitaire ainsi qu’aux débutants curieux, par sa clarté, sa contextualisation et l’approfondissement de certains points, parfois de façon assez complexe. Ils développent ainsi, avec beaucoup de détails, les multiples débats sur l’affection qui animent les différentes sphères intellectuelles qui évoluent ou naissent durant le Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 Émotions au Moyen Âge : http://emma.hypotheses.org

2 Damien Boquet, Laurence Moulinier-Brogi, Piroska Nagy, « Une histoire des émotions incarnées », Médiévales, 61 (2011), pp. 5-24. (https://medievales.revues.org/6243)

3 Damien Boquet, Piroska Nagy, « Pour une histoire intellectuelle des émotions », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 16 (2016). (http://acrh.revues.org/7290.)

4 Damien Boquet, Piroska Nagy, Le Sujet des émotions au Moyen Âge, Paris, Beauchesne, 2009, 520 pp.

5 Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, L’Univers historique, Seuil, Paris, 2015. p. 17

6 Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, L’Univers historique, Seuil, Paris, 2015. p. 345

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ninon Dubourg, « Damien Boquet, Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, L’Univers historique, Seuil, Paris, 2015 », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/1018

Haut de page

Auteur

Ninon Dubourg

Université Paris-Diderot

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals