Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pseudo-Bède, De mundi cælestis terrestrisque constitutione liber - La création du monde céleste et terrestre, traduction et édition de Mylène Pradel-Baquerre, Cécile Biasi, Amand Gévaudan, sous la direction de Béatrice Bakhouche, avec la collaboration de Jérôme Lagouanère, Paris, Classiques Garnier (Textes littéraires du Moyen Âge, 44), 2016

Valeria Russo

Texte intégral

1C’est une étude complète et ponctuelle qu’offre cet ouvrage : ses qualités émergent notamment si l’on tient compte des difficultés qui caractérisent l’œuvre du Pseudo-Bède.

2Les trois éditeurs, jeunes experts de l’Antiquité tardive, ont travaillé sous la direction de Béatrice Bakhouche, professeure de Langue et littérature latines auprès de l’Université Paul Valéry - Montpellier 3, et ont pu compter sur la participation de Jérôme Lagouanère, Maître de Conférences de Langue et littérature latines dans la même Université. La vaste expérience des éditeurs dans l’étude de textes scientifiques et patristiques – antiques et tardo-antiques – (d’Apulée, de saint Jérôme et de Cassiodore) a fortement enrichi leur ouvrage. Ainsi configurée, cette équipe a su assurer à l’étude un substrat de savoirs haut-médiévaux dont le lecteur est constamment informé : autant de connaissances dont l’on ne peut faire abstraction en abordant un texte que l’on peut dater autour des xie-xiie siècles, mais qui est profondément nourri de la culture tardo-antique. C'est peut-être là ce qui a poussé ces chercheurs à s'éloigner de leurs domaines de recherche de prédilection pour s'aventurer au cœur d’une période plus tardive.

3L’ouvrage peut être divisé grosso modo en six parties : l’introduction [9-49], le texte (édité, traduit et accompagné de notes explicatives) [52-171], le « Dossier iconographique » [173-175], les quatre annexes [177-209], le glossaire [215-216] et, enfin, la partie conclusive constituée d’une bibliographie [217-224], d’un index biblicum [225-226], d’un index nominum [227-228] et d’un index rerum [229-232].

4Il conviendra ici de proposer un aperçu des lignes directrices adoptées par ce travail et qui accompagnent le texte, son établissement, la reconstitution de son histoire et l’examen de ses particularités.

5Le De mundi cœlestis terrisque constitutione liber représente sans aucun doute un texte problématique du point de vue de l’attribution et de la datation, sans compter les questions relatives à son interprétation, à son unité interne et à sa filiation idéologique. Les éditeurs confirment – selon l’idée communément défendue – que l’œuvre ne serait pas le travail de Bède le Vénérable. L’hypothèse s’appuie sur les preuves suivantes : (1) le De mundi constitutione n’est pas mentionné par le moine de la Northumbrie au nombre de ses œuvres ; (2) son De natura rerum liber est en même temps thématiquement très proche du De mundi constitutione mais trop distinct dans son organisation ; (3) le discours sur l’âme (cf. deuxième partie – De anima) est étranger aux intérêts de Bède ; (4) Bède fait, en outre, un usage abondant de sources scripturaires qui sont presque absentes chez l’auteur inconnu de notre texte ; (5) les deux textes divergent de manière décisive dans le développement de certaines théories scientifiques ; (6) l’auteur anonyme du texte en question cite Bède lui-même et, enfin, (7) Pseudo-Bède fait mention d’un phénomène cosmologique survenu sous Charlemagne, ce qui placerait la rédaction de l’œuvre bien après la mort de Bède, au plus tôt au ixe siècle. Une fois posé ce terminus post quem, et fixé le XIIe siècle comme terminus ante quem, il reste difficile d’identifier un pivot chronologique plus précis : les auteurs ne s’expriment pas de façon définitive et laissent la question ouverte, bien qu’ils montrent un penchant pour une datation plutôt tardive (xie-xiie siècle). Les éditeurs signalent cependant dans le texte la présence d’une piste pour la localisation : ils identifient dans nostra habitatio (1.3) l’indication sur la zone de provenance de l’auteur, qui correspondrait à la latitude de la Bavière – d’où provient l’un des témoins de l’œuvre.

6La forme dogmatique du texte, accompagnée d’un style redondant, d’une propension à la clarté et à l’exhaustivité, rapproche ce texte d'une compilation de rudiments élémentaires et laisse deviner une visée didactique. La culture de Pseudo-Bède, néanmoins, n’est pas impeccable et, à la suite de certaines chutes maladroites, le crédit doctrinal de l’œuvre perd de sa valeur. Les éditeurs privilégient cette perspective, ajoutant que l’importance de ce texte réside moins dans son contenu et dans sa portée intellectuelle que dans son statut de témoin de la circulation et de la conservation d’idées antiques. C'est précisément à partir de l'interrogation des sources que surgit le noyau problématique du texte, qui permet de déployer un vaste éventail de questionnements touchant à la paternité, à l’époque et à la destination de l’œuvre. Les sources définies comme « explicites » sont les textes des physici grecs, les œuvres latines (tant de l’époque classique que de l’époque tardive) et, enfin, certaines œuvres médiévales explicitement citées : le De temporibus de Bède, les Gestis Karoli et l’Historia Karoli (et peut-être s’agit-il du même texte). Les références directes ou indirectes aux écrits bibliques sont très rares, si l’on omet cet In principio itaque mundi (4.13) qui, comme les éditeurs le signalent, pourrait rappeler la formule vétérotestamentaire. Mais cette couche chrétienne apparemment discrète s’étale dans la proximité que notre texte montrerait avec le De genesi ad litteram augustinien. L’auteur aurait pu avoir accès au texte dans un épitomé ou à travers le Periphyseon de Jean Scot Érigène : l’hypothèse est soutenue par des rapprochements avec certaines de ses abbreviationes. En revanche, les sources employées dans le De anima (deuxième section de l’œuvre) sont différentes et subissent un traitement tellement distinct par rapport à la première partie que cela pourrait représenter, selon les éditeurs, la preuve que le texte est l'œuvre de deux rédacteurs distincts.

7La tradition manuscrite ne présente aucune imbrication compliquée : l’œuvre a été transmise par deux manuscrits de façon complète et dans un fragment (dans l’édition on lira qu’il existe deux copies fragmentaires du xiiie siècle mais l’étude n’en mentionne finalement qu’un seul). L’édition de référence (Ch. Burnett, 1985), basée sur le ms. Vat. Pal. Lat. 1357, est conservée, tout en empruntant éventuellement des leçons aux deux autres manuscrits (au Munich Statsbibliothek Clm 18,918 et au Einsiedeln lat. 357) et à l’ancienne édition Migne (1850). Les variantes qui diffèrent dans cette nouvelle édition par rapport à la dernière sont au nombre de neuf.

8Les éditeurs soulignent que l'intérêt de leur étude réside en outre dans l'appareil iconographique (reproduction des schémas illustrés dans les manuscrits) fourni en fin de volume, ainsi que dans le texte du ms. de Munich (Statsbibliothek Clm 18,918), reproduit en annexe et qui n'avait jamais été considéré dans les éditions précédentes.

9Devant certains cas critiques particulièrement épineux, il semble que les éditeurs aient élaboré une approche simplificatrice, laissant irrésolu un nombre important de questions.

10Le débat en cours sur la datation de l’œuvre est présenté de façon claire dans le résumé de l’introduction. Les éditeurs, cependant, ne prennent pas une position définitive : comme on l’a dit, il est fait mention d’une chronologie tardive (on se trouverait dans un « milieu monastique au xie ou xiie siècle »). Mais certaines données textuelles, invoquées à plusieurs reprises, placent l’œuvre dans une conjoncture chronologique davantage liée à Charlemagne et à son entourage culturel. Par ailleurs, la variété géographique des sources soutiendrait une telle possibilité. Le manque d’un développement des hypothèses laisse toutefois dans l’hésitation.

11Les questionnements liés à l’unité de l’œuvre ne s’ouvrent pas non plus sur un scénario clair. Le manque d’homogénéité dans le type de sources et dans leur traitement suffirait, aux yeux des éditeurs, à justifier leurs doutes ; à l'hypothèse d'une rédaction unique, pourtant, ils ne concèdent aucune place. La présence d'un sédiment virgilien qui alimente la deuxième partie de l'œuvre et qui est totalement absent du reste de l'œuvre, justifie la première allusion à l'hypothèse d'une double rédaction [22-23]. L’unicité de l’œuvre, ensuite, est de nouveau discutée à partir de l’élaboration que subit le commentaire de Servius à l’Énéide qui « relève non plus d’un travail de compilation [comme dans la première partie] mais bien d’un travail de glose. […] Une telle différence de traitement renchérit donc sur ce que nous observions précédemment et pose clairement la question de l’unicité de la composition. » [33]. Aucune des deux formulations, comme on le voit, n’est véritablement motivée. Pour soutenir ces postulats, les éditeurs fournissent un certain nombre de rapprochements textuels. Ces derniers sont élaborés, dans la plupart des cas, par l'établissement d'un lien avec d'autres textes et ne se révèlent pas décisifs : à titre d’exemple, le parallèle agencé entre un passage de la compilation carolingienne du Paris, BnF lat. 212 et un extrait de Pseudo-Bède ne sert finalement qu’à indiquer que l’auteur « a pu avoir accès à de telles compilations » [26]. L’observation nous semble redondante, étant donné que l’étude insiste à plusieurs reprises sur le « travail de simplification et de résumé » [31] qui est pratiqué dans l’œuvre, ce qui ne permet que très difficilement d’identifier des calques textuels nets. Cette indécision est enfin clairement assumée en conclusion des réflexions sur les sources : « Il se peut également – ou tout simplement – que notre auteur, comme les intermédiaires anonymes ou Scot Érigène lui-même, ait été nourri lui aussi de la lecture des textes augustiniens et les ait réutilisés de façon naturelle… » [29].

12Il paraît opportun de signaler la dispersion des informations dans certaines parties de l'édition : il manque, par exemple, une étude systématique sur les causes, dans la transmission textuelle, de la confusion opérée par l'un des témoins entre l'œuvre du Pseudo-Bède et l'œuvre d'Honorius [33-36], ce qui aurait pu représenter une perspective intéressante pour la connaissance de la réception et de l’attribution de l’œuvre. Quant à la description générale des mss., on se retrouve souvent face à l'invocation de motifs insuffisants : ainsi, il est affirmé que le Einsiedeln lat. 357 se serait servi du Vat. Pal. Lat. 1357 comme modèle, même si « il est impossible d’établir des filiations » [40-41]. Ensuite, aucune réponse n'est donnée à la question liée au Glosæ super Macrobium de Cologne, qui pourrait receler un indice pour la datation du De mundi constitutione [41-43]. Enfin, mettre à l'écart dans deux annexes séparées les développements textuels originaux de deux témoins nous semble relever d’un manque de prise de position philologique dans l’établissement du texte, alors que les deux sections pourraient bien faire partie de l'original. Cette disposition n'est pas véritablement justifiée et, dans le texte retenu, on ne signale guère l’emplacement des passages qui ont été séparés. L’étude stylistique de l’œuvre, qui ne manque pas d’intuitions clairvoyantes, est assez mince : l’étiquette pédagogique est attribuée sans l’identification – ou une tentative d’identification – d’un milieu intellectuel précis.

13Ces réserves s’atténuent au cours de la lecture : le texte est fourni de notes explicatives très riches, d’excursus thématiques éclaircissants, d’approfondissements sur le lexique technique. On retrouve en note également les concordances avec les formulaires ainsi que les passages thématiquement correspondants dans les œuvres de Bède. La traduction est pertinente et informée, malgré certaines imprécisions (lat. tria uero sunt huius habitabilis – fr. « trois concernent notre région habitable » (1.3). Cela pourrait représenter une dittographie sous l’influence du nostrae habitationis qui apparaît à peu de lignes de distance et qui constitue l’un des passages les plus cités dans l’étude. On signalera aussi un choix éditorial inhabituel pour la présentation graphique du texte : i pour i et j, u pour u et v, -ae pour -e (même quand il s’agit de la diphtongue -oe). Le glossaire qui accompagne l’édition est bien construit et répond aux besoins lexicaux essentiels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valeria Russo, « Pseudo-Bède, De mundi cælestis terrestrisque constitutione liber - La création du monde céleste et terrestre, traduction et édition de Mylène Pradel-Baquerre, Cécile Biasi, Amand Gévaudan, sous la direction de Béatrice Bakhouche, avec la collaboration de Jérôme Lagouanère, Paris, Classiques Garnier (Textes littéraires du Moyen Âge, 44), 2016 », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/1023

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals