Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élise Rajchenbach-Teller, “Mais devant tous est le Lyon marchant.” Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Genève, Droz, 2016

Antoine Champigny

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Le deuxième tiers du XVIe siècle lyonnais représente un moment d’éclosion retentissant pour le livre de poésie vernaculaire, qui constitue alors un important terrain d’expérimentation pour la poignée d’imprimeurs et de libraires conjuguant leurs intérêts commerciaux avec ceux d’un projet de promotion culturelle. Le livre d’Élise Rajchenbach-Teller propose une nouvelle et enrichissante incursion dans l’arrière-boutique de l’imprimerie de cette ville au climat intellectuel singulier, interrogeant précisément les éléments qui en justifient la spécificité. Inscrite au cœur des récentes réflexions au sujet des « passeurs de textes » et des co-élaborateurs intervenant dans le processus de production littéraire, cette étude s’attache à réévaluer l’existence même d’une école poétique proprement lyonnaise. L’auteure soutient en effet que, faute d’un véritable manifeste ainsi que de l’action volontaire d’un chef de file, la représentation largement partagée d’un groupe cohérent de poètes unis par les mêmes valeurs et objectifs découle moins d’une réalité effective que d’une construction littéraire élaborée en tant que stratégie publicitaire par un certain nombre d’imprimeurs lyonnais soucieux de consolider leur position face à leurs concurrents parisiens.

2Afin d’illustrer le développement du livre de poésie française à Lyon, l’auteure prend en compte un nombre imposant d’éditions parues entre 1536 et 1551, chacune d’entre elles étant méticuleusement contextualisée et surtout considérée en dialogue avec les autres. L’ensemble de l’étude repose sur la comparaison d’états successifs ou concomitants des différentes publications, ainsi que sur le croisement d’éléments pertinents tirés soit des paratextes, ou encore de l’aspect matériel des œuvres poétiques. Le fil de la démonstration vise donc à interpréter les divers choix éditoriaux tout en tentant d’évaluer la part d’initiative de chacun des acteurs, de sorte que soient explicités les procédés discursifs à l’œuvre derrière les représentations d’un cercle poétique lyonnais. L’étude se décline en dix chapitres organisés en trois grandes parties.

3Dans un premier temps, l’ouvrage présente, dans une démarche prosopographique, le parcours des principaux acteurs qui ont pris part à la valorisation de la langue française à Lyon. En guise de point de départ, la figure bien connue d’Étienne Dolet est revisitée à l’aune du vaste programme de traduction qu’il met de l’avant au tournant des années 1540 et qui doit servir à affiner la langue française à travers le latin classique. De son entourage émerge tout un groupe de traducteurs et de collaborateurs efficaces, tels que Barthélemy Aneau, Charles Fontaine ou encore Antoine Du Moulin, qui poursuivent et propagent son projet au sein de plusieurs officines, y devenant par la même occasion de sérieux atouts éditoriaux. Parmi les imprimeurs qui investissent progressivement le créneau de la poésie vernaculaire, François Juste se démarque précisément par l’éminence de son réseau de collaborateurs. Lui et son successeur Pierre de Tours saisissent promptement l’importance de l’enjeu publicitaire associé à l’affichage de traducteurs réputés, au point même d’inventer de fausses associations avec un poète chevronné comme Mellin de Saint-Gelais. Autour de 1544, la migration de plusieurs collaborateurs influents vers l’atelier de Jean de Tournes permet à ce dernier d’ériger son officine comme le principal pôle d’édition de poésie vernaculaire à Lyon. Il est toutefois rapidement concurrencé par le libraire Guillaume Rouillé qui peut compter pour sa part sur de précieux contacts italiens tel que Lucantonio Ridolfi.

4La deuxième partie de l’étude s’attache à mettre au jour les mécanismes du champ littéraire lyonnais, dont l’ensemble des croisements intertextuels projettent l’image d’un véritable sodalitium de poètes soutenus par les lignes éditoriales d’imprimeurs dévoués. L’appropriation du style de Clément Marot ainsi que du discours de Jean Lemaire de Belges de la part de plusieurs imprimeurs contribue également à justifier l’idée d’un « climat » poétique lyonnais. En inscrivant systématiquement la présence symbolique de Maurice Scève dans ses éditions, Jean de Tournes tente d’en faire une figure de proue grâce à laquelle il peut promouvoir l’intégralité de son catalogue. Malgré le fait que le poète lui-même semble se dérober au rôle de chef de file, l’intervention méticuleuse de l’éditeur Antoine Du Moulin permet de maintenir une relative cohérence entre les créations poétiques et les stratégies éditoriales. Une démarche publicitaire similaire serait à l’œuvre dans la mise en valeur de la contribution féminine à l’élaboration du livre de poésie lyonnais.

5Enfin, la troisième partie consiste en une géographie du livre mettant en relation l’imprimerie lyonnaise avec celles de Paris et de Toulouse. La circulation des textes ainsi que les influences réciproques entre Paris et Lyon, qui représentent deux marchés aux publics différents, dévoilent un rapport asymétrique : si les imprimeurs parisiens reprennent régulièrement les éditions lyonnaises, ils leur appliquent toutefois un mode de lecture plutôt conservateur. Inversement, l’appropriation lyonnaise du livre d’emblème parisien donne lieu à de brillantes innovations au niveau de la mise en page et du rapport entre le texte et les images. L’imprimerie toulousaine se trouve quant à elle cantonnée dans une position de collaboration subordonnée vis-à-vis de Lyon, ne disposant ni de l’expertise, ni de moyens financiers suffisants pour rivaliser avec les grandes officines lyonnaises.

6L’analyse d’Élise Rajchenbach-Teller démêle avec doigté le cas problématique de la spécificité poétique lyonnaise en en révélant les pratiques symboliques ainsi qu’en revalorisant l’initiative des différents acteurs du livre. L’abondance et la justesse des exemples mobilisés pour la courte période étudiée soutiennent avec finesse le fil des interprétations et le gardent du danger de donner trop de signification à de petits détails. Le tout est complété d’un fort dossier d’annexes qui donne accès à plusieurs extraits de sources ainsi qu’à quelques précieux clichés illustrant les éléments importants de la matérialité des imprimés examinés. Les réflexions de fond soulevées dans la conclusion de l’ouvrage synthétisent efficacement les plus récents développements théoriques à propos des limites de l’auctorialité. Le « continuum des rôles » explicité dans cet ouvrage, s’il peut causer une certaine confusion en raison de sa tendance à restreindre les différences d’ordre social qui séparaient par exemple un imprimeur comme Jean de Tournes d’un marchand-libraire comme Guillaume Rouillé, ou encore d’un érudit éditeur comme Antoine Du Moulin, procure néanmoins une perspective dynamique sur le milieu complexe de l’imprimé au XVIe siècle. Les nombreuses pistes ouvertes dans cet ouvrage ne manqueront pas d’intéresser tous ceux qui se consacrent à l’histoire du livre ou à la littérature française de la Renaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Champigny, « Élise Rajchenbach-Teller, “Mais devant tous est le Lyon marchant.” Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Genève, Droz, 2016 », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/1034

Haut de page

Auteur

Antoine Champigny

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals