Navigation – Plan du site
Modèles de sainteté féminine, de Claire d’Assise à Isabelle de France : l’intertextualité à l’ouvrage

Avant-propos

Piroska Nagy

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 E. Power, Medieval Women, Cambridge, Cambridge University Press, 1975.

1La journée d’études qui s’est tenue à Montréal le 10 février 2017, et tout particulièrement le dossier que nous publions ici et dont les textes se répondent comme les voix d’une chorale, témoignent et participent du grand renouveau de l’étude de l’hagiographie en rapport avec les femmes. Ce faisant, ils s’insèrent dans l’affinement progressif des connaissances de la place accordée à la moitié de l’humanité durant l’époque qualifiée par Georges Duby de Mâle Moyen Âge. Cette image, très grossièrement dessinée avant 1960-70 et longtemps laissée de côté, a été largement redessinée, corrigée et colorée depuis lors. Si la grande historienne anglaise, Eileen Power, avait donné des conférences sur les femmes médiévales dès l’entre-deux-guerres, son livre tiré de ses conférences n’est paru que trente-cinq ans après sa mort, en 19751. Les années 1970 furent bien l’époque où l’intérêt des médiévistes pour les femmes, nourri par le féminisme dès les années soixante, a commencé à porter ses fruits, en France comme ailleurs, chaque pays empruntant son chemin propre.

  • 2 « C’est un sentiment personnel, selon moi très féministe, qui le conduit à penser que les femmes n’ (...)
  • 3 P. L’Hermite-Leclercq, « Les femmes dans la vie religieuse du Moyen Âge. Un bref bilan historiograp (...)
  • 4 Il n’est pas possible, bien sûr, de citer ici tous les travaux concernés. Quelques titres seulement (...)

2Près de cinquante ans plus tard, nous sommes bien loin de l’image des femmes comme objets et instruments d’une culture mâle, dominées et sans voix – telles que Duby les décrivait au début de sa carrière, probablement par excès de féminisme, si l’on en croit Jacques Le Goff2. En étudiant d’abord la misogynie médiévale, particulière parce que théologisée3, commandant une représentation masculine des femmes à la fois inférieures par essence et réceptacles passifs, en réfléchissant aux limites de l’acceptation féminine, bien souvent forcée, des rôles taillés pour elles par les hommes, les recherches des dernières décennies ont permis de mettre au jour une image plus nuancée de la capacité d’agir des femmes. Certes, elles vivaient dans des sociétés médiévales où les hommes, disposant entre eux de tous les pouvoirs institués dont elles étaient exclues, aimaient à les enfermer, à les faire taire, somme toute à les reléguer. Trop longtemps dépeintes uniquement comme épouses ou mères, vierges ou veuves pieuses, moniales cloîtrées ou recluses, les femmes pouvaient pourtant régner lorsque régentes ou frappées par le veuvage ; disposer de leurs biens et diriger un domaine ou une maisonnée ; tester et étudier, même si exclues des universités ; souvent s’occuper seules d’une famille, prendre un emploi en ville, ou attester autrement de leur capacité de fait, sinon de droit, de sujets autonomes – termes et idées inconnus de leur temps4. Les recherches, dont le questionnaire a été largement renouvelé par l’approche des études du genre, dépassent aujourd’hui l’alternative de la domination et de la résistance : en effet, beaucoup de femmes, comme beaucoup d’hommes d’ailleurs, ont exploité avec ingéniosité les cadres auxquels elles ne pouvaient échapper, et se sont glissées parfois dans les interstices pour explorer d’autres voies, ou pour inverser le sens des formes.

  • 5 Pour n’en mentionner que quelques exemples, il suffit de penser à Christine de Markyate : Vie de Ch (...)
  • 6 H. Grundmann, Religiöse Bewegungen im Mittelalter. Untersuchungen über die geschichtlichen Zusammen (...)
  • 7 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, Rome, École Française de Rom (...)
  • 8 Voir A.M. Kleinberg, Prophets in their Own Country. Living Saints and the Making of Sainthood, Chic (...)

3Au cœur de ce gros chantier visant à restituer aux femmes la part d’histoire qui est la leur, la revalorisation des sources hagiographiques – un énorme travail d’exhumation, d’édition et d’analyse – a joué un rôle crucial depuis quarante ans5, aux côtés, bien sûr, de l’apport des documents de la pratique. Dans le sillage du Religiöse Bewegungen de Herbert Grundmann (1935) qui a très tôt souligné l’importance du « mouvement des femmes » aux derniers siècles du Moyen Âge6, André Vauchez, dans sa somme magistrale, attire l’attention en 1981 sur le poids grandissant des femmes, et surtout des laïques, parmi les candidats à la sainteté, bien qu’elles restent toujours très minoritaires7. Ses travaux montrent le rôle majeur joué par les ordres mendiants dans cette évolution, notamment à travers le soutien qu’ils offraient aux pieuses laïques. L’impulsion de ses recherches et du répertoire de dossiers qu’il a constitué a certainement été à l’origine de nombreuses publications et études de vitae de femmes saintes, jusqu’alors inconnues ou ignorées. Au cœur de l’intérêt historien des deux côtés de l’Atlantique depuis une trentaine d’années, l’hagiographie féminine permet en effet d’accéder aux faits et gestes à la fois quotidiens et exceptionnels de ces femmes suffisamment remarquables pour mériter une biographie et un culte local, voire une enquête en vue de leur canonisation. Les dossiers hagiographiques offrent souvent plusieurs descriptions concurrentes de la vie de l’héroïne, dont l’étude minutieuse permet de démêler, au-delà de l’écran des normes et du but même du genre hagiographique, les voix des proches et la stratigraphie des époques, pour dessiner in fine le portrait de la sainte, deviner son réseau de relations, reconstituer son environnement local et sa communauté, comprendre son lien à son confesseur ou biographe8.

  • 9 Cf. supra, n. 5.
  • 10 François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, dir. J. Dalarun, Paris, Éditions franciscaines-Éditio (...)
  • 11 Ce sont des raisons d’opportunité et de calendrier qui ont écarté provisoirement de la publication (...)

4C’est dans ce contexte que s’inscrit l’entreprise d’histoire des textes menée par Jacques Dalarun depuis plusieurs décennies. Après de nombreuses études et éditions de vitae, parmi lesquelles plusieurs dossiers féminins, de Claire de Rimini à Angèle de Foligno ou Micheline de Pesaro9, il a mené à bien plusieurs travaux collectifs admirables et de grande envergure, de traduction et d’étude autour des figures franciscaines des origines10. Son approche érudite et fine des femmes permet de mettre en relief l’incroyable inventivité de ses héroïnes. C’est ainsi que, dans le cadre de la journée d’études consacrée aux femmes et à la sainteté, a été présenté le dossier que nous publions ici11. Les trois textes forment un ensemble solidement tissé, issu des recherches étroitement liées depuis plusieurs années de trois spécialistes naviguant entre la France, l’Italie et les États-Unis ; ils témoignent du caractère « sans frontières » et « en réseau » de la recherche scientifique la plus pointue à l’ère d’Internet, dont les derniers résultats ont été présentés à Montréal.

Le dossier : Claire d’Assise, Isabelle de France, Agnès de Harcourt

  • 12 Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, dir. J. Dalarun et al., Paris, Édit (...)

5Le dossier que Memini a la chance de publier ici est un complément à deux volumes importants de traductions de sources, rassemblées, éditées et commentées sous l’impulsion de Jacques Dalarun : celui des sources autour de sainte Claire d’Assise, et un volume semblable, à peine plus mince, édité en collaboration avec Sean Field, spécialiste de la sainte princesse capétienne, concernant Isabelle de France, sœur de Saint Louis et fondatrice du monastère de Longchamp12. Dans le premier article, Jacques Dalarun étudie en détail les différentes pièces du dossier hagiographique de sainte Claire, pour en reconstituer les étapes de fabrication. Dans cette démarche passionnante, il souligne le rôle joué par Thomas de Celano : auteur de la Légende de sainte Claire vierge, celui-ci utilise aussi le procès de canonisation. Dalarun montre, en outre, qu’à travers ses choix et omissions, Thomas de Celano est largement responsable de la création de la figure de Claire, telle qu’elle nous a été transmise. Le second article, par Martine Pagan, s’intéresse à la légende française de Claire jamais étudiée auparavant, et dont la genèse, reconstituée par l’auteure, nous amène à la dernière étape du dossier de Longchamp, étudié par Sean L. Field depuis de longues années.

  • 13 RegCl 1 3. Cité par A. Vauchez, « Préface », Claire d’Assise…, op. cit. n. 10, p. 12.
  • 14 Cf. supra, n. 10.
  • 15 Isabelle de France…, op. cit. n. 12, p. 7 et 9.
  • 16 Voir ci-dessous la contribution de J. Dalarun.

6Claire d’Assise et Isabelle de France, fondatrice de Longchamp, présentent d’évidentes ressemblances à première vue. Claire a souffert de l’ombre du Poverello, bien qu’elle ait choisi de son plein gré de se présenter en simple disciple, comme « la petite plante du très bienheureux père François »13. Contrairement à lui, elle n’a bénéficié de l’attention de la recherche que depuis une cinquantaine d’années, et ce n’est que depuis cinq ans seulement que les différents documents relatifs à sa vie et ses écrits sont recueillis en un seul volume de traduction14. Isabelle de France, sœur de Saint Louis, disciple plutôt lointaine de Claire, est encore moins connue. Elle a souffert à la fois de l’ombre de son frère et de celle des grands saints franciscains – bien qu’elle ait fondé l’Ordre des Sœurs mineures et qu’elle ait elle-même rédigé la règle qui allait régir sa communauté et qui a ensuite servi de modèle à la Règle d’Urbain IV, laquelle devait s’imposer à l’ensemble des communautés de l’Ordre de sainte Claire15. Pourtant, malgré leur haute naissance et les similitudes de leurs parcours16 – deux femmes à la personnalité ferme et forte, déterminée et spirituelle, ayant vécu dans l’ombre d’un saint plus lumineux qu’elles –, les liens entre les deux semblaient jusqu’ici plutôt ténus.

  • 17 L. Seláf, « Párhuzamos életrajzok : Szent Erzsébet és Isabelle de France legendái », Árpád-házi Sze (...)

7Martine Pagan et Sean Field mettent ici en lumière les liens entre les deux figures féminines, grâce à une étude très approfondie des textes et des manuscrits. Le travail philologique minutieux de Martine Pagan permet d’établir, à partir des parallèles textuels entre la vita originale de Claire, les différentes versions de sa traduction française et la Vie d’Isabelle écrite par Agnès d’Harcourt, que la toute première traduction française de la vie latine de Claire d’Assise a été vraisemblablement faite à Longchamp, peut-être par Agnès d’Harcourt elle-même, alors abbesse, entre 1275 et 1280. L’auteure démontre ensuite qu’Agnès d’Harcourt a utilisé cette nouvelle traduction française de la Vie de Claire comme modèle, lorsqu’elle a rédigé, un peu plus tard, la Vie d’Isabelle. Sean Field, quant à lui, contribue à redonner une épaisseur historique – dégagée de l’image à deux dimensions de la femme à l’écriture simple et sans culture – non seulement à Isabelle, mais aussi à sa biographe et successeur Agnès d’Harcourt. Il établit qu’Agnès a utilisé la traduction de la Vie de Claire qu’elle avait certainement commanditée et probablement traduite, seule ou en équipe, à Longchamp ; de même qu’elle s’est servie de la vita d’une autre sainte contemporaine à grand succès, de naissance royale et rapidement canonisée, Élisabeth de Hongrie17. Le fait de commander, faire traduire et traduire, puis réutiliser de façon serrée des vitae prestigieuses de son siècle pour écrire la biographie de la fondatrice de son abbaye et de son ordre nous présente Agnès comme une femme à la fois exigeante, cultivée et bien informée, en phase avec les tendances de son temps.

8Au-delà de leur contribution à la connaissance de trois femmes, Claire, Isabelle et Agnès, les trois textes réunis ici donnent une merveilleuse leçon de méthode : loin d’être séparées, les perspectives différentes de l’historien (histoire des textes, histoire religieuse et histoire politique, enfin histoire des femmes), allant de l’érudition la plus pointue à la capacité de se saisir des problèmes qui parlent à nos contemporains, sont autant de facettes de notre métier de médiévistes dont l’association dans la recherche mène à des résultats d’autant plus fascinants que scientifiquement convaincants.

Haut de page

Notes

1 E. Power, Medieval Women, Cambridge, Cambridge University Press, 1975.

2 « C’est un sentiment personnel, selon moi très féministe, qui le conduit à penser que les femmes n’ont pas eu dans la féodalité et dans la société médiévale la place qu’elles devaient avoir, que justement elles ont été non pas des sujets, mais des objets. » (C. Klapisch-Zuber, « Entretien avec Jacques Le Goff », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 8, 1998, à l’URL : https://journals.openedition.org/clio/1330).

3 P. L’Hermite-Leclercq, « Les femmes dans la vie religieuse du Moyen Âge. Un bref bilan historiographique », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 8, 1998, à l’URL : https://journals.openedition.org/clio/323), cite H.R. Bloch, Medieval Misogyny and the Invention of Western Romantic Love, Chicago, University of Chicago Press, 1991, p. 71.

4 Il n’est pas possible, bien sûr, de citer ici tous les travaux concernés. Quelques titres seulement : C. Beattie, Medieval Single Women. The Politics of Social Classification in Late Medieval England, Oxford, Oxford University Press, 2007 ; M. Bogin, The Women Troubadours, New York-Londres, Paddington, 1976 ; A. Boureau, La papesse Jeanne, Paris, Aubier, 1988 ; C.W. Bynum, Jeûnes et festins sacrés. Les femmes et la nourriture dans la spiritualité médiévale, Paris, Éditions du Cerf, 19942 (1987) ; J. Cadden, Meanings of Sex Difference in the Middle Ages. Medicine, Science and Culture, Cambridge, Cambridge University Press, 1993 ; A. Courtemanche, La richesse des femmes. Patrimoine et gestion à Manosque au xive siècle, Paris, Vrin, 1993 ; A. Dubois, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, Le Havre, Société parisienne d’histoire et d’archéologie normande, 2010 ; S. Farmer, Surviving Poverty in Medieval Paris. Gender, Ideology and the Daily Lives of the Poor, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2002 ; M. Lauwers, « L’institution et le genre. À propos de l’accès au sacré des femmes dans l’Occident médiéval », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 2, 1995, p. 279-317 ; D. Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre, xiie-xve siècle, Paris, Armand Colin, 2013 ; L. Laumonier, Solitudes et solidarités en ville. Montpellier, mi xiiie-fin xve siècle, Turnhout, Brepols, 2015 ; P. L’Hermite-Leclercq, L’Église et les femmes dans l’Occident chrétien : des origines à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1997 ; M.E. Mate, Daughters, Wives and Widows after the Black Death, Sussex 1350-1530, Woodbridge, Boydell & Brewer, 1998 ; Seeing and Knowing : Women and Learning in Medieval Europe, 1250-1550, éd. A. Mulder-Bakker, Turnhout, Brepols, 2004 ; Voix de femmes au Moyen Âge : savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie, xiie-xve siècles, dir. D. Régnier-Bohler, Paris, Robert Laffont, 2006.

5 Pour n’en mentionner que quelques exemples, il suffit de penser à Christine de Markyate : Vie de Christina de Markyate, éd. et trad. P. L’Hermite-Leclercq – A.-M. Legras, Paris, CNRS Éditions, 2007 ; à Claire de Rimini : J. Dalarun, Lapsus linguae. La légende de Claire de Rimini, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 1994, et Idem, Claire de Rimini. Entre sainteté et hérésie, Paris, Payot, 1999 ; à Micheline de Pesaro : Idem, La sainte et la cité. Micheline de Pesaro († 1356), tertiaire franciscaine, Rome, École française de Rome, 1992 ; à Douceline de Digne : G. Brunel-Lobrichon, « Vie de sainte Douceline », Voix de femmes…, op. cit. n. 4, p. 283-370 ; à Angèle de Foligno dont le dossier a suscité la publication d’une édition critique : Il Libro della beata Angela da Foligno, éd. L. Thier A. Calufetti, Grottaferrata, Frati Editori di Quaracchi, 1985 et Angèle de Foligno. Le dossier, éd. G. Barone – J. Dalarun, Rome, École Française de Rome, 1999 ; à Marguerite Porete : Margaretæ Porete Speculum simplicium animarum, éd. P. Verdeyen – R. Guarnieri, Turnhout, Brepols, 1986, puis Marguerite Porete et le « Miroir des simples âmes » : Perspectives historiques, philosophiques et littéraires, dir. S.L. Field – R.E. Lerner – S. Piron, Paris, Vrin, 2013, ou encore B. Newman, Thomas of Cantimpré, The Collected Saints’ Lives : Abbot John of Cantimpré, Christina the Astonishing, Margaret of Ypres, and Lutgard of Aywières, Turnhout, Brepols, 2008. Quant aux études plus générales et thématiques, ici encore parmi d’autres, A. Benvenuti-Papi, « In castro poenitentiae » : santità e società femminile nell’Italia medievale, Rome, Herder, 1990 ; les essais réunis par C.W. Bynum, Fragmentation and Redemption. Essays on Gender and the Human Body in Medieval Religion, New York, Zone Books, 1991 ; J. Dalarun, « Et Dieu changea de sexe pour ainsi dire ». La Religion faite femme, xie-xve siècles, Paris, Fayard, 2008 ; D. Elliott, The Bride of Christ Goes to Hell : Metaphor and Embodiment in the Lives of Pious Women, 200-1500, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012 ; R. Guarnieri, Donne e chiesa tra mistica e istituzioni (sec. XIII-XV), Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2004 ; G. Klaniczay, Holy Rulers and Blessed Princesses. Dynastic Cults in Medieval Central Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; Gendered Voices : Medieval Saints and Their Interpreters, dir. C.M. Mooney, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 1999 ; B.  Newman, Medieval Crossover. Reading the Secular against the Sacred, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2013 ; Donne e fede. Santità e vita religiosa in Italia, dir. L. Scaraffia – G. Zarri, Rome-Bari, Laterza, 1994.

6 H. Grundmann, Religiöse Bewegungen im Mittelalter. Untersuchungen über die geschichtlichen Zusammenhänge zwischen der Ketzerei, den Bettelorden und der religiösen Frauenbewegung im 12. und 13. Jahrhundert und über die geschichtlichen Grundlagen der deutschen Mystik, Berlin, Ebering, 1935. Traduit en anglais sous le titre de Religious Movements in the Middle Ages, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1995, et en italien en 1974.

7 A. Vauchez, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge, Rome, École Française de Rome, 1981, p. 243-249, en part. p. 245 ; voir aussi p. 315-318, 402 et 427-446.

8 Voir A.M. Kleinberg, Prophets in their Own Country. Living Saints and the Making of Sainthood, Chicago, University of Chicago Press, 1992 ; J.W. Coakley, Women, Men and Spiritual Power, New York, Columbia University Press, 2006.

9 Cf. supra, n. 5.

10 François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, dir. J. Dalarun, Paris, Éditions franciscaines-Éditions du Cerf, 2010 et Claire d’Assise. Écrits, Vies, documents, dir. J. Dalarun – A. Le Huërou, Paris, Éditions franciscaines-Éditions du Cerf, 2013.

11 Ce sont des raisons d’opportunité et de calendrier qui ont écarté provisoirement de la publication les deux communications portant sur les figures maternelles apparaissant dans l’hagiographie de la Gaule du Nord au début du Moyen Âge (Gordon Blennemann, Université de Montréal) et sur la sainteté féminine dans la Visio Wettini (Richard M. Pollard, UQAM).

12 Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, dir. J. Dalarun et al., Paris, Éditions franciscaines, 2014. Sur Isabelle, voir aussi S.L. Field, The Rules of Isabelle of France : An English Translation with Introductory Study, St. Bonaventure, Franciscan Institute Publications, 2014 ; Idem, Isabelle of France : Capetian Sanctity and Franciscan Identity in the Thirteenth Century, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2006.

13 RegCl 1 3. Cité par A. Vauchez, « Préface », Claire d’Assise…, op. cit. n. 10, p. 12.

14 Cf. supra, n. 10.

15 Isabelle de France…, op. cit. n. 12, p. 7 et 9.

16 Voir ci-dessous la contribution de J. Dalarun.

17 L. Seláf, « Párhuzamos életrajzok : Szent Erzsébet és Isabelle de France legendái », Árpád-házi Szent Erzsébet kultusza a 13-16. században, dir. D. Falvay, Budapest, Magyarok Nagyasszonya Ferences Rendtartomány, 2009, p. 141-150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Piroska Nagy, « Avant-propos », Memini [En ligne], 24 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/memini/1070 ; DOI : 10.4000/memini.1070

Haut de page

Auteur

Piroska Nagy

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals