Navigation – Plan du site
Modèles de sainteté féminine, de Claire d’Assise à Isabelle de France : l’intertextualité à l’ouvrage

Du procès de canonisation à la Légende latine de Claire d’Assise

Jacques Dalarun

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claire d’Assise. Écrits, Vies, documents, dir. J. Dalarun – A. Le Huërou, Paris, Éditions francisca (...)
  • 2 Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, éd. J. Dalarun et al., Paris, Éditi (...)

1Claire d’Assise et Isabelle de France : deux femmes qui ne manquent pas de points communs. Claire vécut de 1193 à 12531 ; Isabelle de 1225 à 12702. Toutes deux sont considérées comme fondatrices d’un Ordre religieux et toutes deux sont auteures d’une Règle pour leurs consœurs, phénomène extrêmement rare au Moyen Âge. Toutes deux, dans leur vie et dans ces textes normatifs, s’inspirent du message de François d’Assise.

2Les différences sont plus ténues : Claire est issue de la noblesse d’une petite cité d’Ombrie, Assise, tandis qu’Isabelle est fille et sœur de roi – de saint Louis, en l’occurrence. Au sein des valeurs franciscaines, Claire privilégie la pauvreté quand Isabelle préfère l’humilité. Claire fut canonisée dès 1255 par le pape Alexandre IV, tandis qu’il fallut attendre 1521 pour qu’un office d’Isabelle soit approuvé à usage local. Il n’y a aucune trace d’Isabelle dans les sources clariennes primitives, ce qui est normal au vu de la chronologie. Mais Isabelle ne se réfère pas à la Forme de vie de Claire pour rédiger sa Règle (en deux versions successives) et Claire n’est jamais citée dans la Vie d’Isabelle, pourtant composée en 1283. On a au fond le sentiment que l’ombrageuse fille de Blanche de Castille avait son interprétation personnelle du message franciscain (elle tient à appeler les moniales de Longchamp « Sœurs mineures » et non « Sœurs pauvres » comme à Saint-Damien) et qu’elle fit tout pour éviter le patronage de la « petite plante » de François d’Assise. Ironie de l’histoire : c’est la Règle d’Isabelle de France pour Longchamp, approuvée en juillet 1263, qui servit de principal modèle à la Règle du pape Urbain IV promulguée en octobre 1263, celle-là même qui fonda l’« Ordre de sainte Claire » et fut imposée à nombre de monastères féminins de la mouvance franciscaine au détriment de la vraie Forme de vie de Claire d’Assise.

  • 3 M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). I. Inventaire et classe (...)

3Voilà le point où nous en étions arrivés, Sean Field et moi, quand nous préparions avec d’autres amis le recueil de sources que nous avons consacré à Isabelle de France, publié en 2014. C’est une recherche originale de Martine Pagan sur les Vies françaises de Claire d’Assise qui est venue modifier notre point de vue et offrir une très subtile passerelle entre Claire et Isabelle3 : il s’agit, techniquement, de particularités codicologiques et de parallèles textuels qui n’avaient jamais été repérés auparavant, mais qui ont peut-être également eu des incidences spirituelles et historiques. Mises en série, nos trois enquêtes constituent les maillons d’une chaîne génétique, sous le signe de l’intertextualité. Je vais présenter le dossier hagiographique latin de Claire d’Assise dans ses grandes lignes. Martine Pagan va ensuite explorer le dossier des Vies françaises de la sainte ombrienne et nous amener ainsi jusqu’à Longchamp. Sean Field, qui a fait sortir la figure d’Isabelle de l’ombre, pourra enfin réévaluer le dossier hagiographique de la princesse capétienne à la lumière de ce nouvel apport.

Sainte avant l’heure

  • 4 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, Paris, Éditions du Cerf, 1967-1969 (Sources c (...)
  • 5 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 264-265.

4La première particularité du dossier hagiographique de Claire d’Assise, c’est qu’il débute de son vivant. Certes, des saints ou des saintes furent littérairement célébrés dans les dernières années de leur vie, à commencer par saint Martin de Tours († 397)4. Mais, dans le cas de Claire, sa première mention hagiographique remonte à 1228, soit un quart de siècle avant sa mort. Dans la Vita prima de François d’Assise due à Thomas de Celano, au moment où François restaure la petite église Saint-Damien, l’hagiographe insère en effet cet éloge5 :

C’est là le lieu bienheureux et saint dans lequel la glorieuse religion, le très excellent Ordre des Pauvres Dames et vierges saintes, près de six ans écoulés après la conversion du bienheureux François, a pris son heureux départ grâce à cet homme bienheureux. C’est là que dame Claire, originaire de la cité d’Assise, pierre très précieuse et très forte, fut la fondation de toutes les pierres qui ont été posées par-dessus. Comme en effet, après le début de l’Ordre des Frères, ladite dame s’était convertie à Dieu sur les exhortations du saint homme, elle servit au progrès de beaucoup de gens et fut un exemple pour d’innombrables personnes. Elle était noble par la parenté, mais plus noble par la grâce ; vierge de chair, mais chaste au plus haut point par l’esprit ; toute jeunette par l’âge, mais chenue par l’esprit ; constante en son projet et tout ardente de désir en l’amour de Dieu ; douée plus que les autres en sagesse et excellant par l’humilité. Claire par le nom, elle était plus claire par la vie et claire au plus haut point par les mœurs. C’est sur elle aussi que s’éleva une noble construction de perles très précieuses : leur louange ne vient pas des hommes, mais de Dieu, puisque, pas plus qu’une courte méditation ne suffirait pour la penser, un bref discours ne suffirait pour la développer.

  • 6 Ibid., p. 265-267.
  • 7 MGuida, « La pericope clariano-damianita di Vita beati Francisci VIII, 18-20 : un’aggiunta all’op (...)
  • 8 J. Dalarun, François d’Assise en questions, Paris, CNRS Éditions, 2016, p. 105-119.
  • 9 François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, dir. J. Dalarun, Paris, Éditions franciscaines-Éditio (...)
  • 10 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 483-494.

5Thomas de Celano poursuit sur les vertus des Pauvres Dames, évoquant leur charité, leur humilité, leur virginité et leur chasteté, leur pauvreté, leur abstinence et leur silence, leur patience et leur don pour la contemplation6. Marco Guida a émis l’hypothèse que ce passage pourrait être un ajout expressément commandé par le pape Grégoire IX, ce qui est fort plausible7. Si l’on y songe, il est sidérant que le pontife – à défaut, l’hagiographe (mais, en tout état de cause, Grégoire IX approuva l’ouvrage de Thomas de Celano le 25 février 1229)8 – ait pris un tel risque, car, comme le dit François en personne, selon la Vita dite secunda du même Thomas de Celano : « Je peux encore avoir des fils et des filles ; ne me louez pas comme si j’étais sûr ! On ne doit louer personne dont la fin est incertaine »9. Claire d’Assise, à vingt-cinq ans de sa fin, est prise sous la chape de plomb de sa sainteté putative et sa bulle de canonisation de 1255, Clara claris preclara meritis, allait reprendre les variations sur le nom de Claire déjà utilisée par Thomas de Celano dès 122810.

  • 11 Ibid., p. 268-270.
  • 12 Ibid., p. 272-273, 275-276, 277-278, éventuellement 287-289.

6Un autre passage de la Vita prima décrit le deuil de « dame Claire » et des « Pauvres Dames » à la mort de leur père spirituel11 et au moins trois autres légendes franciscaines évoquent élogieusement Claire de son vivant12.

Contraintes et libertés du procès de canonisation

  • 13 Ibid., p. 304-307.
  • 14 Ibid., p. 556.
  • 15 Ibid., p. 310-314.

7Il est vrai que, de 1211 à sa mort, Claire ne bougea pas de sa petite fondation féminine de Saint-Damien, au pied de la colline d’Assise. Quand elle mourut le 11 août 1253, les sœurs d’Assise firent part de l’événement aux « sœurs de l’Ordre de Saint-Damien établies de par le monde »13 et, dès le lendemain, son corps fut porté à l’église Saint-Georges, qui allait devenir la basilique Sainte-Claire. D’après la Légende de sainte Claire vierge, le cardinal Raynald (le futur pape Alexandre IV) dut réfréner l’ardeur du pape Innocent IV qui l’aurait bien faite santa subito14. Dès le 18 octobre 1253, par une lettre qui rappelle le fameux passage de la Vita prima de François d’Assise par Thomas de Celano et a déjà des accents de canonisation anticipée, Innocent IV enjoignait à Barthélemy, évêque de Spolète, d’enquêter sur la défunte15.

  • 16 Ibid., p. 314-400.

8Le procès de canonisation de Claire d’Assise est un document exceptionnel16, une plongée au cœur de la société civique italienne, de la vie d’une communauté religieuse et de la spiritualité d’une femme hors du commun. Mais la conservation des actes du procès est aussi une chance exceptionnelle. Elle ne tient qu’à un fil. Il faut imaginer que les témoins (des femmes et des laïcs) déposèrent devant le tribunal ecclésiastique en ombrien, que le notaire Martin prit la minute de leurs déclarations, puis la grossoya en latin. Au xve siècle, Battista Alfani, figure de proue des Clarisses observantes du monastère de Monteluce, près de Pérouse, fit une traduction italienne des actes latins du procès – la seule version conservée, en un seul manuscrit –, si bien qu’on a l’impression (fallacieuse) d’entendre les voix des sœurs de Claire d’Assise surgies du xiiie siècle.

  • 17 Ce point a déjà été traité par J. Dalarun, « Résilience de la mémoire. Le procès de canonisation de (...)
  • 18 Sur la comparaison entre procès, bulle de canonisation et Légende de sainte Claire vierge, on lira (...)

9Le procès se déroula à un rythme soutenu du 24 au 29 novembre 1253, d’abord au monastère Saint-Damien, puis à l’église Saint-Paul, en plein cœur d’Assise. Vingt et un témoins furent entendus : seize sœurs de Saint-Damien, dont certaines avaient côtoyé Claire depuis l’enfance, et cinq laïcs, dont une femme, appartenant tous à la familia nobiliaire de Claire. Plutôt que d’analyser de près la procédure17, concentrons-nous sur les passages des dépositions que ni la bulle de canonisation Clara claris praeclara meritis, ni la Légende de sainte Claire vierge ne reprirent : la part inassimilable de l’expérience de Claire d’Assise, du point de vue de l’hagiographe et de la curie romaine qui approuva son texte18.

  • 19 Comme il ressort de « Concordance II », ibid., p. 1052-1060.

10Vingt et un épisodes ne sont présents que dans le procès, bien qu’ils soient parfois attestés par trois ou quatre dépositions19. Un certain nombre de ces épisodes semblent avoir été omis par la suite parce qu’ils témoignaient d’une trop grande perméabilité entre le monastère Saint-Damien et le monde : des malades venus de l’extérieur se faire guérir par Claire ; la porte du monastère qui tombe sur elle, ce qui prouve que le lieu n’était guère protégé et que la clôture était fort peu hermétique ; mais aussi le désir, de la part de Claire, de subir le martyre au Maroc ; ou l’évocation des pèlerinages d’une de ses familières, à Rome et à Saint-Jacques de Compostelle ; les sœurs servantes que Claire exhorte à louer Dieu devant le spectacle de la végétation quand elles sont dans le monde ; ou le mari qui retrouve du désir pour son épouse après avoir reçu les conseils de la vierge !

  • 20 Ibid., p. 147-150. Cf. la lumineuse mise au point de S. Brufani – A. Bartoli Langeli, « La lettera (...)

11D’autres épisodes ont probablement pâti du fait qu’on y voyait Claire d’Assise disserter de la Trinité, faire usage de son don de prophétie ou être gratifiée de visions. Mais la bulle de canonisation et la Légende de sainte Claire vierge évitent aussi de retenir qu’elle était « belle de visage », ou de conter l’arrivée à Saint-Damien, la veille de sa mort, de la bulle approuvant sa « Forme de vie de l’Ordre des Sœurs pauvres » : et pour cause, si la bulle fut bien expédiée, jamais elle ne fut consignée dans les registres pontificaux, ce qui ne put qu’entraver sa diffusion20.

  • 21 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 342.

12Nier la femme en célébrant la sainte. Un épisode résume toutes ces omissions aux allures de dénégation. Il est pourtant conté par quatre témoins au cours du procès de canonisation. En voici le récit le plus détaillé21 :

Cette dame Claire rapportait aussi qu’une fois, en vision, il lui paraissait qu’elle portait à saint François un récipient d’eau chaude, avec une serviette pour s’essuyer les mains. Elle montait par une haute échelle, mais elle allait aussi légèrement que si elle était allée de plain-pied. Quand elle fut parvenue à saint François, le saint tira de son sein une mamelle et dit à cette vierge Claire : « Viens, reçois et suce ». Quand elle eut sucé, ce saint l’exhortait à sucer une autre fois. Comme elle suçait, ce qu’elle suçait de là était si doux et si délectable qu’en aucune manière elle ne le pourrait expliquer. Après qu’elle eut sucé, cette extrémité arrondie ou bien téton du sein d’où sort le lait resta entre les lèvres de cette bienheureuse Claire. À elle qui prenait avec les mains ce qui lui était resté dans la bouche, il lui paraissait que ce soit un or si clair et brillant qu’elle s’y voyait toute, presque comme dans un miroir.

13Comme on l’imagine sans peine, cette « vision de la mamelle » a donné lieu à toutes sortes d’interprétations. Mais, au fond, c’est l’existence même du récit qui est la plus stupéfiante : si quatre sœurs attestent l’épisode, c’est que Claire le raconta – et sans doute plus d’une fois – à la communauté féminine ébahie ; et quatre femmes, d’ordinaire recluses et silencieuses, n’ont pas craint de rapporter ce rêve – avec six occurrences du verbe « sucer » dans le témoignage le plus prolixe – devant un tribunal constitué d’un évêque, d’un archidiacre, d’un archiprêtre, de trois frères mineurs et d’un notaire.

  • 22 Ibid., p. 483-494. Les exemplaires de la bulle expédiés au clergé allemand portent la date du 18 se (...)
  • 23 Ce, pour la raison que la bulle ne reprend aucun élément du procès qui ne soit pas aussi dans la (...)

14Le procès se termina le 29 novembre 1253, mais il fallut attendre le 15 août 1255 pour la canonisation solennelle de Claire d’Assise et le 18 septembre pour que soit expédiée la bulle Clara claris preclara meritis inscrivant Claire « au catalogue des saintes vierges », avec un incipit qui prolonge les jeux de mots de la Vita prima22. Innocent IV était mort en décembre 1254, aussitôt remplacé par le cardinal Raynald devenu Alexandre IV. On peut émettre l’hypothèse que cette bulle très élaborée, qui est une véritable biographie in nuce, ne fut pas rédigée à partir du procès, mais à partir de la Légende de sainte Claire vierge qui en avait déjà été extraite23.

La Légende de sainte Claire vierge

  • 24 Legenda latina sanctae Clarae virginis Assisiensis, éd. GBoccali, Assise, Edizioni Porziuncola, 2 (...)
  • 25 MGuida, Una leggenda in cerca d’autore. La Vita di santa Chiara d’Assisi. Studio delle fonti e si (...)
  • 26 Vita e leggenda della seraphica vergine sancta Chiara composta in volgare da sr. Battista Alfani, c (...)
  • 27 Ibid., p. 501.

15La Légende latine en prose de Claire d’Assise a été rééditée en 2001 par Giovanni Boccali sur la base de soixante-quatre témoins manuscrits24. L’éditeur n’a pas proposé de stemma codicum, ce qui fait qu’on ne peut démêler la stratigraphie du texte que sur le mode hypothétique. En revanche, un vieux débat a été tranché en 2010 par Marco Guida : cette Légende de sainte Claire vierge doit, sans l’ombre d’un doute, être attribuée à Thomas de Celano, l’hagiographe de François d’Assise25. Marco Guida a attiré l’attention sur l’adresse de l’épître liminaire, telle qu’elle figure en tête de la traduction italienne de la Légende produite par Battista Alfani26, la même clarisse pérugine du xve siècle qui traduisit le procès de canonisation27 :

Au très saint père dans le Christ, par divine providence souverain pontife de la sacrosainte Église romaine, mon seigneur Alexandre IV, frère Thomas de Celano, avec une soumission dévouée, se recommande en embrassant dévotement ses bienheureux pieds.

  • 28 La Vie retrouvée de François d’Assise, éd. J. Dalarun, Paris, Éditions franciscaines, 2015.

16Le texte italien qui suit est copie conforme du texte latin de l’épître liminaire qui – tel qu’il nous est conservé – ne commence qu’après l’adresse. Il n’y a aucune raison de penser que Battista Alfani ait inventé cette précision au xve siècle : elle avait à l’évidence sous les yeux une documentation directement issue de la procédure de canonisation. Mais, si l’hypothèse d’attribution à Thomas de Celano circulait déjà dans les études clariennes – en compagnie d’une autre hypothèse en faveur de Bonaventure (candidature qui aurait été bien plus tentante pour Battista Alfani, puisque l’homme avait été ministre général des Frères mineurs et leur plus éminent théologien) –, elle avait été généralement repoussée parce que le style de la Légende ne semblait pas concorder avec le style de Thomas, bien identifié au travers de ses deux (désormais trois)28 Vies de François d’Assise. Or Marco Guida a eu l’excellente idée de distinguer, d’une part, les passages de la Légende de sainte Claire vierge directement repris du procès de canonisation et, d’autre part, les développements – commentaires, louanges – dus au seul hagiographe. Et soudain, le doute n’est plus permis : les premiers passages manquent en effet d’éclat stylistique ; les seconds – ce que Marco Guida appelle le proprium de l’auteur – sont du pur Thomas de Celano.

  • 29 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 502-571.
  • 30 Ibid., p. 402-475.
  • 31 Ibid., p. 401.

17Ce point capital étant éclairci, revenons à la stratigraphie du dossier hagiographique de Claire d’Assise, telle que nous l’avons conjecturée avec Armelle Le Huërou dans le recueil des sources clariennes en français publié en 2013. Les interrogatoires du procès de canonisation avaient donc pris fin le 29 novembre 1253. Dans le courant de l’année 1254, Thomas de Celano dut composer une Légende latine en prose de Claire qui sélectionnait – avec les omissions que nous savons – et mettait en forme le matériau brut des dépositions du procès de canonisation, tout en le complétant au besoin29. Riche d’informations, forte de sa valeur littéraire, la Légende de sainte Claire vierge – peut-on supposer – devint dès ce moment le document central de l’instruction, se substituant aux actes du procès, d’où leur quasi-disparition. Dans le premier semestre 1255, ce texte en prose servit de base à une Légende versifiée de sainte Claire, qui ne subsiste que dans le manuscrit 338 de la Biblioteca comunale d’Assise30. Cette Légende en vers est déjà dédiée à Alexandre IV (elle fut donc achevée après son élection du 12 décembre 1254), mais n’évoque pas la canonisation de Claire, ne la qualifie jamais de « sainte » ou de « bienheureuse » (elle fut donc achevée avant la canonisation du 15 août 1255) et ne cite aucun fait qui ne figure déjà dans la Légende en prose (l’argument n’est pas contraignant, mais il est plus fréquent de mettre en vers un texte en prose que l’inverse et la Légende en prose est beaucoup plus proche des témoignages du procès de canonisation que la version poétique). Armelle Le Huërou a suggéré que nul n’était mieux placé que Thomas de Celano pour être l’auteur de la Légende versifiée de sainte Claire31.

  • 32 Ibid., p. 572-573.
  • 33 Ibid., p. 531-534. Cf. en particulier la mise au point ibid., p. 531, n. 2.
  • 34 L’épître liminaire de la Légende de sainte Claire vierge mentionne la commande d’Alexandre IV (« Ce (...)
  • 35 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 556. Faut-il, comme il est affirmé ibid., p. 500, n. 1 et p. 57 (...)

18Après la canonisation du 15 août 1255, la Légende de sainte Claire vierge en prose fut mise à jour, avec une épître liminaire adressée à Alexandre IV et un ultime chapitre précisément dédié à la canonisation de Claire32 – d’aucuns supposent que le récit de la conversion d’Agnès, sœur de Claire, aurait été ajouté à cette occasion, car il ne figure pas dans la Légende en vers, mais il peut aussi y avoir été sciemment omis, puisqu’il apparaît comme un diverticule dans la Légende en prose33. Enfin, en une troisième étape, un passage du récit des funérailles de Claire fut éliminé (peut-être comme condition pour obtenir l’approbation définitive de la Légende de sainte Claire vierge par Alexandre IV)34, car il révélait que des cardinaux, pour en tirer « quelque vertu », avaient fait enfiler des anneaux sur les doigts de la dépouille de celle qui n’était pas encore officiellement sainte35.

  • 36 Ibid., p. 503-504.

19Venons-en au texte à proprement parler. Voici comment Thomas de Celano décrit son labeur dans son épître liminaire36 :

Certes, il a plu à votre seigneurie d’enjoindre à ma petitesse, après qu’eurent été recensés les actes de sainte Claire, qu’elle mette en forme sa Légende ; ouvrage qu’en vérité, ma grande inculture aurait redouté si l’autorité pontificale n’en avait pas encore et encore répété l’injonction en ma présence. Me ressaisissant donc en vue d’accomplir ce mandat et ne croyant pas sûr de procéder en m’appuyant sur ce que je lisais de défectueux, je me rendis auprès des compagnons du bienheureux François ainsi qu’auprès du collège même des vierges du Christ ; car je retournais fréquemment en mon cœur que, de toute antiquité, il n’a pas été permis de composer un texte sans recours aux témoins oculaires ou à ceux qui ont reçu leur témoignage. Plus pleinement instruit, dis-je, par ces témoins, sous la conduite de la vérité et dans la crainte du Seigneur, j’ai recueilli quelques informations, tout en en laissant bien d’autres de côté, et je les ai transcrites à la hâte en un style simple ; ainsi, puisque lire les prodiges d’une vierge plaira aux vierges, leur intelligence simple ne trouvera-t-elle pas matière à s’enténébrer à cause des circonlocutions.

  • 37 Ibid., p. 1053-1058.
  • 38 Ibid., p. 1058-1059.

20Thomas de Celano se réclame donc d’informateurs supplémentaires, explicitement les compagnons de François d’Assise et les sœurs du monastère Saint-Damien, mais on se doute qu’Alexandre IV, ancien cardinal protecteur des Frères mineurs et des Pauvres Dames, eut aussi son mot à dire. On trouve en effet dans la Légende de sainte Claire vierge des informations absentes du procès (et on devine sans mal, à chaque fois, de quelle source elles ont pu provenir) : sur le chapelet et la cordelette utilisés par Claire, sur le dimanche des Rameaux précédant sa fuite de la maison paternelle, sur la conversion d’Agnès, sœur charnelle de Claire, sur les liens complexes de Claire avec Grégoire IX, sur la présence des Frères mineurs Genièvre, Ange et Léon au chevet de Claire mourante37. De même la plupart des miracles posthumes ont-ils été enregistrés après la phase du procès consignée dans les actes conservés38.

  • 39 François d’Assise…, op. cit. n. 9, p. 2153-2202.
  • 40 Ibid., p. 1083-1161.
  • 41 La Vie retrouvée…, op. cit. n. 28.
  • 42 François d’Assise…, op. cit. n. 9, p. 457-657.
  • 43 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 505-558.
  • 44 Ibid., p. 559-571. Aux treize miracles posthumes s’ajoute une guérison en faveur de sœur Andrée, op (...)
  • 45 Ibid., p. 572-573.
  • 46 Ibid., p. 505-514.
  • 47 Ibid., p. 514-547.
  • 48 Ibid., p. 547-558.

21Le texte de Thomas de Celano n’est pas d’une grande ampleur : à peine plus étendu que la Légende mineure de François d’Assise due à Bonaventure39, il est plus court que la Légende des trois compagnons40 ou la Vie retrouvée due au même Thomas41 et fait à peine plus du tiers de sa Vita prima42. La Légende de sainte Claire vierge est divisée en deux opuscules : le premier est consacré à la vie de Claire d’Assise43, le second à ses miracles posthumes (au nombre de treize, ce qui est bien peu)44 et se conclut par le récit de sa canonisation45. L’opuscule biographique, en trente chapitres, se distribue lui-même en trois grandes parties, la première et la dernière ayant une structure chronologique, la deuxième thématique : de la naissance de Claire à son établissement à Saint-Damien46 ; puis ses vertus (humilité, pauvreté, mortification, puissance de sa prière, dévotion pour l’eucharistie, la Nativité et la Passion, éducation des sœurs, charité)47 ; enfin, de sa maladie à ses funérailles48.

  • 49 Ibid., p. 512-513.

22Arrêtons-nous sur quelques épisodes pour restituer la saveur du texte. Voici d’abord le récit de l’opposition de la famille de Claire à sa conversion religieuse49 :

La rumeur vole jusqu’à sa parenté ; le cœur déchiré, ils condamnent le geste et le projet de la vierge ; après s’être réunis en groupe, ils courent au lieu, tentant d’obtenir l’impossible. Ils usent de l’assaut de la violence, des poisons des conseils, des caresses des promesses pour la persuader de renoncer à une vilenie de ce genre, qui ni ne s’accorde à son lignage, ni n’a de précédent dans la contrée. Mais elle, se saisissant des linges de l’autel, dénude sa tête tondue, affirmant qu’en aucune manière elle ne se détournera à l’avenir du service du Christ. Le courage grandit à mesure que grandit l’opposition des siens ; provoqué par les injures, l’amour ranime ses forces. Ainsi, pendant plusieurs jours, alors qu’elle souffrait de cet obstacle sur la voie du Seigneur et que les siens s’opposaient à son projet de sainteté, son courage ne vacilla-t-il pas, sa ferveur ne faiblit-elle pas. Mais sous les paroles et les gestes de haine, elle ravive son courage et espère, jusqu’à ce que, leur audace réprimée, ses proches s’apaisent.

  • 50 Ibid., p. 532-534.

23On a prétendu – à tort, ce me semble – que le récit de la conversion d’Agnès, sœur charnelle de Claire d’Assise, pourrait n’être qu’un doublon littéraire de l’épisode précédent50 :

Apprenant qu’Agnès était passée auprès de Claire, le jour suivant, douze hommes enflammés de fureur accourent sur le lieu et, dissimulant extérieurement la ruse qu’ils ont conçue, feignent une entrée pacifique. S’étant bientôt tournés vers Agnès – car, pour Claire, ils avaient déjà renoncé auparavant à tout espoir –, ils disent : « Toi, pourquoi es-tu venue en ce lieu ? Rentre au plus vite à la maison avec nous ! » Comme elle répondait qu’elle ne voulait pas s’éloigner de sa sœur Claire, un chevalier à l’esprit cruel se jeta sur elle ; sans épargner ni les coups de poing ni les coups de pied, il s’efforçait de la tirer par les cheveux, tandis que les autres la poussaient et la soulevaient dans leurs bras. Mais l’honnête jeune fille, comme captive des lions et ravie à la main du Seigneur, s’écrie : « Aide-moi, très chère sœur, et ne permets pas que je sois enlevée au Christ Seigneur ! » Alors donc que les violents ravisseurs entraînaient sur la pente de la montagne la jeune adolescente qui se débattait, qu’ils déchiraient ses vêtements, emplissaient les chemins de ses cheveux arrachés, Claire, en larmes, se prosternant en prière, demande que soit octroyée à sa sœur la constance d’esprit ; elle demande que la force des hommes soit vaincue par la puissance divine. Aussitôt le corps d’Agnès, qui gisait à terre, semble figé par un poids si lourd que plusieurs hommes, en dépit des efforts qu’ils déploient, ne peuvent nullement la transporter de l’autre côté d’un petit ruisseau. Accourant aussi des champs et des vignes, d’autres tentent de leur prêter main-forte, mais ils ne peuvent absolument pas soulever le corps de terre. Comme ils échouent dans leur effort, ils célèbrent le miracle en termes railleurs : « Elle a mangé du plomb toute la nuit ! Il n’est donc pas étonnant qu’elle pèse lourd ! » Or, comme le seigneur Monaldo, son oncle, était saisi d’une si grande rage qu’il voulait la frapper mortellement du poing, une cruelle douleur envahit soudain sa main levée et, pendant longtemps, l’étreinte de la douleur la tourmenta. Après ce long combat, voici que Claire arrive sur place et demande à ses proches de renoncer à une telle lutte et de confier Agnès, qui gît à demi morte, à sa sollicitude. Comme l’entreprise avait échoué, ils s’éloignaient l’esprit amer ; alors Agnès se releva joyeuse et, se réjouissant désormais de la croix du Christ pour qui elle avait livré cette première bataille, elle se voua à jamais au service de Dieu. De fait, le bienheureux François la tondit aussi de sa main et l’instruisit avec sa sœur dans la voie du Seigneur.

  • 51 Pour reprendre le titre du recueil de G. Duby, Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, (...)

24Il est inutile d’insister sur ce que ces deux épisodes dévoilent du pouvoir patriarcal et de la violence des guerriers au Mâle Moyen Âge51. La résistance des deux jeunes filles n’en est que plus admirable. Dans les deux récits, une absence frappe : celle du père, qui est sans doute mort depuis longtemps. C’est l’épisode concernant Agnès qui révèle le nom du chef de la parenté : l’oncle Monaldo. Cet élément n’a donc pas pu être copié du premier épisode vers le second. Mais, surtout, la précision canonique des deux cas convainc de leur authenticité. Les hommes de la famille de Claire d’Assise renoncent en fait à la reprendre, car elle peut montrer sa tête tondue depuis peu par François et, prenant les linges de l’autel, elle se réclame sans ambages du for ecclésiastique. La contraindre, ç’eût été défier l’évêque, protecteur des vierges consacrées, et risquer un conflit entre le prélat et la commune consulaire, alors principalement tenue en mains par la parenté de Claire. Dans les quelques jours qui précèdent leur apaisement définitif, les hommes de la famille ont recours aux iniuria, aux verba et odia, mais ils ne la touchent pas. Agnès, en revanche, est rejointe avant d’être tondue et c’est pourquoi les hommes n’hésitent pas à mettre la main sur elle pour reprendre ce qui est encore leur bien. C’est la résistance physique d’Agnès, puis l’extraordinaire ascendant de Claire qui finissent par les dissuader.

  • 52 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 518-519.
  • 53 J. Dalarun, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012, p. 17-126.

25Citons encore l’épisode suivant52, mais sans le commenter, car de bien nombreuses pages lui ont déjà été consacrées53 :

Elle lave bien souvent les pieds des servantes qui rentrent de l’extérieur et, quand ils sont lavés, leur imprime des baisers. Une fois où elle lavait les pieds d’une servante, comme elle s’apprête à les embrasser, celle-ci, ne supportant pas si grande humilité, retire son pied ; et elle envoya à sa dame un coup de pied dans la bouche. Mais elle, elle reprit avec douceur le pied de la servante et y imprima un vigoureux baiser sous la plante.

  • 54 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 520-521.

26Enfin voici une autre forme de résistance chez Claire d’Assise, cette fois-ci face au pape54 :

Le seigneur pape Grégoire [IX] d’heureux souvenir, homme tout autant digne du Siège [apostolique] que vénérable par ses mérites, chérissait très profondément cette sainte de son affection paternelle. Alors qu’en prévision des vicissitudes des temps et des dangers des siècles, il essayait de la persuader de consentir à avoir quelques possessions et les offrait lui-même libéralement, elle résista avec une grande force d’esprit et n’accepta pour rien au monde. Comme le pontife lui répondait : « Si tu as peur pour ton vœu, nous, nous te délions de ton vœu », elle dit : « Saint Père, je désire n’être jamais déliée de suivre le Christ pour l’éternité ».

  • 55 M. Bartoli, « Introduction », op. cit. n. 18.

27Il serait absurde de réduire le rôle du pontife à celui du tentateur, d’en faire le chantre du compromis mondain face à l’idéal évangélique. L’évêque Grégoire remplit, en tant que pasteur, son devoir de protection et d’exhortation, tandis que Claire va au bout de ce qu’elle pense être le projet de Dieu pour sa communauté. Marco Bartoli a soutenu de manière très convaincante que Claire d’Assise fut reconnue sainte non pas en dépit des conflits qui l’opposèrent aux pontifes, mais en raison de cette résistance évangélique qui, littéralement, força leur vénération55.

Postérité de la Légende

  • 56 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 483-494.
  • 57 Ibid., p. 402-475.
  • 58 Legende minores latine sancte Clare virginis Assisiensis, éd. GBoccali, Assise, Edizioni Porziunc (...)
  • 59 Cum hymnis et canticis gaudeat mater Ecclesia in festo sancte Clare virginis Assisiensis, cioè Anti (...)
  • 60 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 673-676.
  • 61 Clara in claustro latebat, in mundo clarebat, cioè Legende antiche in volgare di santa Chiara di As (...)

28La Légende de sainte Claire vierge eut un honnête succès direct, comme en témoigne sa soixantaine de témoins manuscrits conservés, mais elle eut une fortune indirecte bien plus considérable. La bulle de canonisation s’appuie sur la Légende en prose56 et la Légende versifiée la décalque57. Les légendes liturgiques de Claire en grand nombre – Giovanni Boccali en a édité treize – sont systématiquement des abrégés de la Légende composée par Thomas de Celano58. L’office de Claire d’Assise, tel qu’il est récité à partir de 1292 dans l’Ordre des Frères mineurs, dans l’Ordre des Clarisses et dans l’Ordre des Ermites de saint Augustin, en est amplement nourri59. Le chapitre apocryphe sur la vierge d’Assise parfois ajouté aux témoins de la Légende dorée de Jacques de Voragine en découle60. On connaît également pour le Moyen Âge – sous réserve d’inventaire – sept versions italiennes, six allemandes et une hollandaise qui déclinent la Légende latine officielle61. Le domaine français n’avait jamais été vraiment exploré ; une lacune désormais comblée par Martine Pagan, qui va présenter les Vies françaises de Claire, toujours dépendantes de Thomas de Celano.

  • 62 M. Bartoli, « Introduction », op. cit. n. 18.

29Pour conclure, le dossier hagiographique de Claire d’Assise n’a rien à voir avec le dossier hagiographique de François, d’une telle complexité qu’il a donné lieu à la « question franciscaine ». Pour la « petite plante », le flux est bien plus linéaire : le procès alimente la Légende qui alimente à son tour la totalité des déclinaisons liturgiques et hagiographiques en toutes langues. Marco Bartoli a toutefois suggéré que trois courants traversaient la mémoire de Claire : le courant pontifical, dominateur ; le courant des Frères mineurs, plus nuancé ; le courant des Sœurs pauvres, résilient dans la longue durée62.

  • 63 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 263-267.

30Thomas de Celano occupe une place centrale dans le dossier, car il fait la synthèse de ces trois mémoires subtilement concurrentes. Son rôle dans la fabrique de « sainte Claire d’Assise » est, à mon sens, encore plus décisif qu’on ne l’a dit. Il remonte à 1228 et au chapitre de la Vita prima sur les Pauvres Dames63 : un chapitre dont on retrouve l’influence, directe ou indirecte, dans les deux bulles, celle qui ouvre et celle qui conclut le procès de canonisation ; un chapitre qui non seulement est le module élémentaire de tous les développements hagiographiques ultérieurs, mais qui dut aussi, au moins en partie, imprimer son sceau sur les vraies vies de Claire et de ses sœurs ; un chapitre qui substitue (déjà) les vertus étales au mouvement de l’histoire.

  • 64 François d’Assise…, op. cit. n. 9, p. 629-635.
  • 65 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 520-521.
  • 66 Ibid., p. 900-901.
  • 67 Ibid., p. 556 : « On en était arrivé à la célébration divine, quand soudain, au moment où les frère (...)

31On peut supposer l’enchaînement suivant : Grégoire IX vint à Assise pour la canonisation de François à la mi-juillet 122864 ; il rencontra Claire, qui lui demanda d’approuver son « projet de très haute pauvreté »65 ; il rechigna d’abord, puis céda le 17 septembre en lui délivrant, de Pérouse, une confirmation connue comme « Privilège de pauvreté »66. Le chapitre dédié à Claire et à ses sœurs dans la Vita prima est le contre-feu conçu par le pontife et réalisé par l’hagiographe : il vise à enfermer la vierge d’Assise dans la clôture mentale de sa sainteté anticipée. En fait, de 1228 à 1253, elle n’en multiplia pas moins les écarts, discrets, ceux-là même qui affleurent dans le procès de canonisation et ne sont pas repris dans la Légende. De nouveau, l’hagiographie joue le rôle de mise en conformité, produisant à peu près les mêmes effets que la non inscription de la Forme de vie des Sœurs pauvres dans les registres pontificaux : émousser la pointe d’un projet au moment même où l’on approuve formellement. Au fond, Innocent IV n’avait pas tort de vouloir célébrer l’office des vierges dès les funérailles de Claire67, car elle était bel et bien embaumée depuis 1228.

  • 68 R. Michetti, Francesco d’Assisi e il paradosso della minoritas. La Vita beati Francisci di Tommaso (...)

32Raimondo Michetti a écrit que « Frère Thomas de Celano, auteur de la Vie du bienheureux François, peut être considéré comme l’inventeur du saint François d’Assise »68. C’est encore plus vrai dans le cas de Claire. Et c’est donc un seul et même homme qui a donné aux deux saints d’Assise les traits sous lesquels, pour l’essentiel, nous les connaissons. En composant la Légende de sainte Claire vierge, Thomas de Celano parachevait une œuvre commencée bien plus tôt ; entre célébration et édulcoration. Ou plutôt : la célébration au service d’une édulcoration qui, par chance, ne fut que partiellement accomplie.

Haut de page

Notes

1 Claire d’Assise. Écrits, Vies, documents, dir. J. Dalarun – A. Le Huërou, Paris, Éditions franciscaines-Éditions du Cerf, 2013. Ce volume sera systématiquement cité pour les sources « clariennes » (relatives à Claire d’Assise), qui y figurent en traduction française ; on y trouvera aussi la référence aux éditions des sources médiévales dans leur langue originelle (latin, italien, etc.). Le volume Fonti clariane. Documentazione antica su santa Chiara di Assisi. Scritti, biografie, testimonianze, testi liturgici e sermoni, éd. G. Boccali, intr. M. Bartoli, Assise, Edizioni Porziuncola, 2013, réunit quasiment les mêmes sources en traduction italienne, plus les sources liturgiques dédiées à Claire en latin. Cf. aussi Klara-Quellen. Zeugnisse des 13. und 14. Jahrhunderts zur Franziskanischer Bewegung, éd. J. Schneider – P. Zahner, Kevelaer, Butzon & Bercker, 2013. La bibliographie clarienne est immense et désormais en rapide évolution ; pour une excellente présentation des sources, cf. M. Guida, « Decoris forma conspicua : la lettera di annuncio della morte di Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 77, 2011, p. 145-162 ; Idem, « La lettera Gloriosus Deus : Innocenzo IV per Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 77, 2011, p. 397-417 ; Idem, « Se non per laude de tanto sancta madre : il Processo di canonizzazione di Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 78, 2012, p. 155-181 ; Idem, « Se non per laude de tanto sancta madre : i frati minori nel Processo di canonizzazione di Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 78, 2012, p. 453-477 ; Idem, « Se non per laude de tanto sancta madre : oltre il Processo di canonizzazione di Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 79, 2013, p. 187-205 ; Idem, « La lettera Clara claris di Alessandro IV per la canonizzazione di Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 79, 2013, p. 443-474 ; Idem, « Clara fides, clarus habitus, mores quoque clari : la Legenda versificata di santa Chiara d’Assisi », Frate Francesco, 80, 2014, p. 159-179 et 461-471. Dans l’esprit de notre dossier textuel, priorité sera ici donnée aux sources sur les études.

2 Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, éd. J. Dalarun et al., Paris, Éditions franciscaines, 2014.

3 M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). I. Inventaire et classement des manuscrits », Études franciscaines, n.s. 7, 2014, p. 5-35 ; Eadem, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). II. Édition du plus ancien manuscrit de la version longue (BnF fr. 2096) », Études franciscaines, n.s. 7, 2014, p. 221-272 ; Eadem, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). III. Édition et commentaire du manuscrit 663 de la Bibliothèque de l’Institut de France », Études franciscaines, n.s. 8, 2015, p. 5-25.

4 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, éd. J. Fontaine, Paris, Éditions du Cerf, 1967-1969 (Sources chrétiennes, 133-135).

5 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 264-265.

6 Ibid., p. 265-267.

7 MGuida, « La pericope clariano-damianita di Vita beati Francisci VIII, 18-20 : un’aggiunta all’opera di Thomas de Celano ? », Collectanea franciscana, 77, 2007, p5-26.

8 J. Dalarun, François d’Assise en questions, Paris, CNRS Éditions, 2016, p. 105-119.

9 François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, dir. J. Dalarun, Paris, Éditions franciscaines-Éditions du Cerf, 2010, p. 1625.

10 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 483-494.

11 Ibid., p. 268-270.

12 Ibid., p. 272-273, 275-276, 277-278, éventuellement 287-289.

13 Ibid., p. 304-307.

14 Ibid., p. 556.

15 Ibid., p. 310-314.

16 Ibid., p. 314-400.

17 Ce point a déjà été traité par J. Dalarun, « Résilience de la mémoire. Le procès de canonisation de Claire d’Assise et ses marges », Frate Francesco, 78, 2012, p. 317-336.

18 Sur la comparaison entre procès, bulle de canonisation et Légende de sainte Claire vierge, on lira avec profit M. Bartoli, « Introduction », Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 199-261.

19 Comme il ressort de « Concordance II », ibid., p. 1052-1060.

20 Ibid., p. 147-150. Cf. la lumineuse mise au point de S. Brufani – A. Bartoli Langeli, « La lettera Solet annuere di Innocenzo IV per Chiara d’Assisi (9 agosto 1253) », Franciscana. Bollettino della Società internazionale di studi francescani, 8, 2006, p. 63-106.

21 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 342.

22 Ibid., p. 483-494. Les exemplaires de la bulle expédiés au clergé allemand portent la date du 18 septembre, tandis que les exemplaires envoyés au clergé français portent la date du 26 septembre.

23 Ce, pour la raison que la bulle ne reprend aucun élément du procès qui ne soit pas aussi dans la Légende, comme on peut l’observer ibid., p. 1052-1060. Nous revenons ci-dessous sur les versions successives de la Légende latine en prose.

24 Legenda latina sanctae Clarae virginis Assisiensis, éd. GBoccali, Assise, Edizioni Porziuncola, 2001, (Pubblicazioni della Biblioteca francescana Chiesa nuova – Assisi, 11).

25 MGuida, Una leggenda in cerca d’autore. La Vita di santa Chiara d’Assisi. Studio delle fonti e sinossi intertestuale, Bruxelles, Société des Bollandistes, 2010 (Subsidia hagiographica, 90).

26 Vita e leggenda della seraphica vergine sancta Chiara composta in volgare da sr. Battista Alfani, clarissa del monastero di S. Maria di Monteluce presso Perugia (trascrizione diplomatica del cod. F.I.16 della Biblioteca universitaria di Genova, ff. 5r-93r), éd. G. Boccali, Assise, Edizioni Porziuncola, 2004 (Pubblicazioni della Biblioteca francescana Chiesa nuova – Assisi, 12) ; Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 766-775.

27 Ibid., p. 501.

28 La Vie retrouvée de François d’Assise, éd. J. Dalarun, Paris, Éditions franciscaines, 2015.

29 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 502-571.

30 Ibid., p. 402-475.

31 Ibid., p. 401.

32 Ibid., p. 572-573.

33 Ibid., p. 531-534. Cf. en particulier la mise au point ibid., p. 531, n. 2.

34 L’épître liminaire de la Légende de sainte Claire vierge mentionne la commande d’Alexandre IV (« Certes, il a plu à votre seigneurie d’enjoindre à ma petitesse, après qu’eurent été recensés les actes de sainte Claire, qu’elle mette en forme sa Légende » : ibid., p. 503), mais elle sollicite encore l’approbation du souverain pontife (« De même qu’à vous, très Saint Père, reste pleine autorité pour corriger, soustraire et ajouter dans cet écrit, ainsi, en tout, ma volonté se soumet-elle à vous, concorde-t-elle avec vous et vous sollicite-t-elle » : ibid., p. 505). Si notre stratigraphie hagiographique est exacte, la commande initiale dut être le fait d’Innocent IV, ensuite réitérée par Alexandre IV après la canonisation, une succession à laquelle peut faire allusion la captatio benevolentiae de Thomas de Celano : « ouvrage qu’en vérité, ma grande inculture aurait redouté si l’autorité pontificale n’en avait pas encore et encore répété l’injonction en ma présence » (ibid., p. 503-504). De toute évidence, l’épître liminaire ne fut pas modifiée après l’approbation d’Alexandre IV, puisqu’elle figure dans la moitié des témoins manuscrits. Une telle modification n’était pas forcément de rigueur après approbation : cf. J. Dalarun, « La Vie retrouvée en questions », Frate Francesco, n.s. 83, 2017, p. 250-290, en part. p. 259-263.

35 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 556. Faut-il, comme il est affirmé ibid., p. 500, n. 1 et p. 572, n. 1, imaginer une dernière retouche après la mort d’Alexandre IV en 1261 ? Dans le début de phrase Residente autem in sede Petri clementissimo principe domino Alexandro IIII°, viro totius sanctitatis amico, qui et religiosorum tutela et religionum firma erat columna, la mention Residente … amico peut très bien s’appliquer à un pontife encore en vie ; erat pose plus de problème, mais l’imparfait peut être ici employé pour concorder avec le temps de la principale : canonizationem tantae virginis ipse iam mundus cum desiderio expectabat (ibid., p. 572). Il n’est d’ailleurs pas question de l’« heureuse mémoire » d’Alexandre IV, comme il aurait été de mise après son trépas et comme il est précisé dans la Légende de sainte Claire vierge pour Innocent III (bonae memoriae), pour Innocent IV (sanctae memoriae) et à la première mention de Grégoire IX (felicis recordationis : ibid., p. 520, 550 et 520). Tout au plus est-il question du felix Alexander (ibid., p. 573) ; mais on observe que, dans la Vita prima de François d’Assise par Thomas de Celano, l’épithète felix s’applique à plusieurs reprises au pape Grégoire IX, en vie au moment de la rédaction.

36 Ibid., p. 503-504.

37 Ibid., p. 1053-1058.

38 Ibid., p. 1058-1059.

39 François d’Assise…, op. cit. n. 9, p. 2153-2202.

40 Ibid., p. 1083-1161.

41 La Vie retrouvée…, op. cit. n. 28.

42 François d’Assise…, op. cit. n. 9, p. 457-657.

43 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 505-558.

44 Ibid., p. 559-571. Aux treize miracles posthumes s’ajoute une guérison en faveur de sœur Andrée, opérée « lorsque la vierge Claire vivait encore dans la chair ».

45 Ibid., p. 572-573.

46 Ibid., p. 505-514.

47 Ibid., p. 514-547.

48 Ibid., p. 547-558.

49 Ibid., p. 512-513.

50 Ibid., p. 532-534.

51 Pour reprendre le titre du recueil de G. Duby, Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1988.

52 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 518-519.

53 J. Dalarun, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012, p. 17-126.

54 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 520-521.

55 M. Bartoli, « Introduction », op. cit. n. 18.

56 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 483-494.

57 Ibid., p. 402-475.

58 Legende minores latine sancte Clare virginis Assisiensis, éd. GBoccali, Assise, Edizioni Porziuncola, 2008 (Pubblicazioni della Biblioteca francescana Chiesa nuova – Assisi, 13).

59 Cum hymnis et canticis gaudeat mater Ecclesia in festo sancte Clare virginis Assisiensis, cioè Antichi testi liturgici latini e altre composizioni poetiche italiane per la festa e onore di santa Chiara di Assisi (sec. XIII-XVI inizio), éd. GBoccali, Assise, Edizioni Porziuncola, 2011 (Pubblicazioni della Biblioteca francescana Chiesa nuova – Assisi, 15).

60 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 673-676.

61 Clara in claustro latebat, in mundo clarebat, cioè Legende antiche in volgare di santa Chiara di Assisi (sec. XIV-XV), éd. GBoccali – M.BUmiker, Assise, Edizioni Porziuncola, 2010 (Pubblicazioni della Biblioteca francescana Chiesa nuova – Assisi, 14).

62 M. Bartoli, « Introduction », op. cit. n. 18.

63 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 263-267.

64 François d’Assise…, op. cit. n. 9, p. 629-635.

65 Claire d’Assise…, op. cit. n. 1, p. 520-521.

66 Ibid., p. 900-901.

67 Ibid., p. 556 : « On en était arrivé à la célébration divine, quand soudain, au moment où les frères commencent l’office des morts, le seigneur pape avance que l’office des vierges doit être célébré, non pas celui des morts : ainsi semblerait-elle canonisée avant que son corps ne soit livré à la sépulture. Comme le très éminent seigneur d’Ostie répond qu’en ces questions, il fallait agir plus scrupuleusement, on célèbre la messe des morts ».

68 R. Michetti, Francesco d’Assisi e il paradosso della minoritas. La Vita beati Francisci di Tommaso da Celano, Rome, Istituto storico italiano per il Medioevo, 2004 (Nuovi Studi storici, 66), p353.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Dalarun, « Du procès de canonisation à la Légende latine de Claire d’Assise », Memini [En ligne], 24 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 26 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/memini/1090 ; DOI : 10.4000/memini.1090

Haut de page

Auteur

Jacques Dalarun

CNRS - Institut de recherche et d’histoire des textes

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals