Navigation – Plan du site
Modèles de sainteté féminine, de Claire d’Assise à Isabelle de France : l’intertextualité à l’ouvrage

De la Légende latine aux Vies françaises de Claire d’Assise

Martine Pagan

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à l’URL : https://www.nationalgallery.org.uk/paintings/moretto-da-brescia-the-madonna-and-chil (...)

1Pour entrer de manière anachronique dans le sujet qui nous occupe, qu’il nous soit permis de poser une petite question : qui était sainte Claire pour vous lorsque vous étiez enfant ? Pour nombre d’enfants catéchisés, et néanmoins rêveurs comme nous l’étions, elle a d’abord été le personnage que l’on voit à la droite d’une Vierge à l’Enfant, avec Saint Bernardin et autres saints, de Moretto de Brescia, conservée à la National Gallery de Londres (vers 1540)1 : éthéré, ondoyant de voiles gris, noirs et blancs, et dont le regard bienveillant de la Vierge indique qu’elle doit en exaucer tous les vœux. Ce genre de toile se trouvait dans bien des chapelles de pensionnats. En France, comme dans les anciennes colonies. Pour dire le vrai, tout se mêlait un peu dans un esprit naïf entre les voiles des femmes africaines qui sillonnaient les rues de l’empire colonial et les voiles de nos « très chères sœurs », maîtresses de classe. Mais une chose demeurait certaine : sainte Claire était française et elle devait s’être mariée au Christ puisqu’il lui avait donné cet ostensoir que nous voyions lever par le prêtre à chaque messe. Et sa belle-mère avait l’air d’en être d’accord !

2Cette petite anecdote n’est pas qu’une facétie introductive. Elle est une des façons possibles d’illustrer ce que Jacques Dalarun vient de décrire : un processus de mise en conformité, façonné par Thomas de Celano et qui n’a dès lors plus cessé de se déployer et de se conjuguer. Cette confusion dans des esprits d’enfants n’était possible que parce que le personnage de Claire d’Assise était entré dans l’histoire, puis dans l’iconographie, chargé de toutes les potentialités de la sainteté absolue, c’est-à-dire aussi absolue que quotidienne.

Introduction

  • 2 Cf. infra la description des manuscrits cités. Les caractères gras signalent les leçons originales (...)

3Lorsqu’à l’occasion de la préparation de la publication des sources clariennes, il nous a été demandé de transcrire et d’adapter une vie française de Claire d’Assise, nous ne nous étions jamais intéressée à une traduction française de l’œuvre de Thomas, persuadée que le dossier avait déjà été très largement étudié. Un « hasard objectif » pour reprendre l’expression d’André Breton, nous introduisit dans l’univers de ces traductions par le biais d’un manuscrit de la fin du xve siècle, époque à laquelle la vie de Claire se retrouve majoritairement dans des légendiers. Or, ce manuscrit, Institut de France 663, par le nombre de variantes et d’innovations inédites qu’il comporte, est l’exemple parfait de la façon dont l’histoire de « la petite plante » créée par Celano pouvait incarner une sorte de prédestination christique. Il ne sera pas inutile de reprendre ici quelques écarts inédits qui nous mèneront, à rebours, vers le corpus tout entier2.

Vie latine

Lille 452

Londres

Arsenal

Institut de France

1 2. Claram vocari jussit, sperans promissi luminis claritatem pro divinae beneplacito voluntatis aliquater fore complendam

(mention de la singularité du nom de Claire absente)

(mention de la singularité du nom de Claire absente)

(acéphale)

elle fut nommee Clayre sans ce (fol. 102) que nul fust cogneü en la contree qui pourtast pareil nom

3 5. Audiens vero tunc celebre nomen Francisci, qui velut novus homo, obliteratam in mundo perfectionis viam novis virtutibus renovabat

(mention des miracles de François absente)

(mention des miracles de François absente)

(mention des miracles de François absente)

En celluy temps saint Françoys exauçoyt la foy de Nostre Seigneur moult benygnement tant par paroles de predication comme de myracles evydens

8 12. Cogente autem beato Francisco, suscepit tandem regimen dominarum : de quo in corde suo timor, non tumor exoritur : nec libertas, sed servitus augmentatur. Quo enim aliqualis iam praelationis specie altior cernitur, eo reputatione propria vilior, obsequio promptior, cultu despectior reperitur.

(référence à l’Evangile absente)

(référence à l’Evangile absente)

Souverainement en humilité se gloriffioit sicomme bien sceust le dit du sage

elle estoy dame et gouverneresse mais non obstant elle retint bien ce qui est leu en l’evangile de saint (gratté) car de tant qu’elle estoit plus grant en la gouvernation des aultres, de tant estoyt elle plus humyliant et les servoyt de toutes leurs necessites.

9 13. Ac primum in suae conversionis initio, paternam haereditatem, quae ad eam pervenerat, distrahi fecit, sibique de pretio nihil reservans, totum pauperibus erogavit.

Vendi et por Dieu le dona

Tout vendi et pour Dieu le dona

Tout vendi et pour Dieu le donna

tout ce que son pere, sa mere ne ses parans ly donnoyent elle vandoyt tout pour survenyr aux necessités de ses seurs

12 18. solis diebus dominicis vinum, si habebat, gustabat.

Et le dimenche un pou de vin prenoit

Le dimence ung peu de vin prendoit

Le dimence un peu de vin prendoit

fors tant seulement le dymanche que elle goustoyt ung petit de vin mystioné des .iii. pars de eaue

14 21. Ante hostes poni, praecedente eam capsa argentea, intra ebur inclusa, in qua Sancti sanctorum corpus devotissime servabatur.

(Claire n’embrasse pas le ciboire)

(Claire n’embrasse pas le ciboire)

(Claire n’embrasse pas le ciboire)

en grant reverance ala ambrassés le ciboyre ouquel reposoyt le precieux corps Nostre Seigneur Jesus Crist

29 45. Lacrymantes tandem se vertit ad filias quibus paupertatem Domini recommendans, beneficia divina laudando commemorat.

En moy loiale advocate envers Dieu arez

En moy vous aurez envers Dieu bonne et loiale advocate

En my vous aurez envers Dieu Bonne et loyale advocate

Mes seurs ne vous desconfortés point car vous arés en moy une bonne amye envers Dieu

29 46. egreditur anima illa sanstissima, praemio perpetuo laureanda ; temploque carnis soluto, spititus feliciter migravit ad astra.

(miracles absents)

(miracles absents)

(miracles absents)

elle rendit son esperit a Nostre Seigneur et furent ce jour faiz pluseurs beaulx myracles

  • 3 Pour une étude plus complète, on se reportera à M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Ass (...)

4Ce manuscrit appartient à une famille courte autonome, mais dans l’ensemble de la tradition il occupe une place vraiment particulière, tant par la réorganisation de structure interne qu’a subi la matière que par les ajouts ou variantes introduits par son scribe. Le cadre de l’article ne permettant pas de commenter la structure, ou les effets stylistiques, nous nous concentrerons sur les ajouts que le tableau ci-dessus relève3.

5Le premier de ces ajouts, placé dès la fin du premier paragraphe, marque la volonté de souligner l’exceptionnalité du personnage terrestre : « sans ce que nul fust cogneü dans la contree qui pourtast pareil nom ». Il prépare les « vertus » puis les « myracles » et déplace sensiblement la métaphore de la clarté véhiculée par la tradition vers une conception déjà plus moderne, qui lui associe la valeur et le caractère unique d’un nom de baptême, voulu par Ortolana et qui porte en lui une prophétie. À l’autre extrémité du parcours terrestre, la preuve est apportée ; la prophétie, pleinement réalisée, est matérialisée par l’ajout, en hapax dans la tradition, de « elle rendit son esperit a Nostre Seigneur et furent ce jour faiz pluseurs beaulx myracles ».

6Une série de quatre ajouts vient ensuite, qui méritent d’être observés l’un en miroir de l’autre. Seule la version de l’Institut présente en effet François faisant des miracles au moment où Claire le rencontre : « En celluy temps saint Françoys exauçoyt la foy de Nostre Seigneur moult benygnement tant par paroles de predication comme de myracles evydens ». Claire est installée dans une cellule que François avait préparée pour lui : « en une petite celle qu’il avoyt faite pour luy ». Elle se dépouille pour subvenir aux besoins de ses sœurs : « tout ce que son pere, sa mere ne ses parans ly donnoyent elle vandoyt tout pour survenyr aux necessites de ses seurs ». Par son humilité, elle suit la prescription de l’Écriture selon saint Matthieu, comparable en cela au Fils de l’Homme : « elle estoy dame et gouverneresse mais non obstant elle retint bien ce qui est leu en l’evangile de saint (gratté) car de tant qu’elle estoit plus grant en la gouvernation des aultres, de tant estoyt elle plus humyliant et les servoyt de toutes leurs necessites ».

7On sait en outre que, à partir de la Vita secunda de François d’Assise, compilée par Thomas de Celano en 1246-1247, il est souligné que le nom de François était singulier et inhabituel. L’introduction d’une telle similitude par le scribe du manuscrit de l’Institut, prépare et étaie un jeu de substitutions entre François et Claire.

8En effet, insensiblement, mais ici de la façon la plus appuyée de toute la tradition des manuscrits français médiévaux, un glissement est opéré de Claire à François puis au Christ. De la figure du maître et de l’intercesseur, le scribe, jouant subtilement sur une ambiguïté latente, fait entrer cette figure de François dans un jeu de substitutions possibles où Claire assumera bientôt pleinement les vertus du mentor et celles de la figure christique. On comprend d’ailleurs bien vite que cette séquence de réécritures, en ce point précis de la composition, conduit à l’objectif visé : à partir de ce moment de la légende et jusqu’à la fin en point d’orgue, tout peut être lu en surimpression inconsciente entre les figures de Claire et du Christ.

9Cette lecture a été, explicitement cette fois, préparée au § 5 par l’ajout, à propos du baisement des pieds des servantes : « en example de Jesus Crist ». On sait la place qu’occupe dans l’univers mental des croyants ce geste du baisement de pieds, que Claire se réapproprie et que la tradition hagiographique met en scène à deux reprises, aux deux bouts en quelque sorte de la chaîne des humilités, puisqu’elle doit insister à la fois pour baiser le pied de la plus humble des servantes puis pour baiser celui du Pape. Ici, le geste dont le scribe ne peut pas ignorer la portée, est d’emblée resitué dans l’imitation du Christ, ce que ne fait aucun autre des manuscrits. Cet ajout minuscule, apparemment anodin, lui permet de créer le contenu latent inconscient propice à la double lecture de tout ce qui va suivre. Pour assurer cette double lecture, il s’appuie encore sur trois inventions de détail.

10Dans toute la tradition, tant latine que française, il est dit que, lors des sévères carêmes que Claire s’imposait, elle se permettait parfois le dimanche quelques gouttes de vin. Au § 9 du manuscrit de l’Institut, on lit : « fors tant seulement le dymanche que elle goustoyt ung petit de vin mystioné des .iii. pars de eaue pour l’honneur du jour de Dieu ». La lecture de premier degré amène simplement à comprendre que, non seulement Claire n’abusait pas du vin, mais qu’en outre elle le mélangeait d’eau pour en diminuer encore la quantité. Considérons qu’il s’agit là d’un contenu manifeste auquel tout lecteur peut se tenir. Cependant, dans l’atmosphère de symbolique christique qui environne ce contenu, le glissement est aisé vers une évocation latente de la Cène, voire du moment de la consécration où l’eau est « mystionée » au vin.

  • 4 Voir P. Lebrun, Explications des prières et des cérémonies de la Messe, Paris, Gautier Frères, 1834(...)

11Cette possible dimension sacramentelle est convoquée par un autre ajout. Lors de l’assaut des Sarrazins, Claire fait apporter le corps du Christ gardé, selon les manuscrits, dans une « chasse », une « casse » ou une « custode » pour se prosterner devant lui et demander grâce pour Assise. Le manuscrit de l’Institut est le seul qui montre Claire baisant le ciboire : « en grant reverance ala ambrassés le ciboyre ouquel reposoyt le precieux corps Nostre Seigneur Jesus Crist ». On sait que dans le canon de la messe, au moment de la prière Domine Iesu Criste pour demander la paix, la coutume de faire baiser l’hostie et/ou le calice par le célébrant a perduré jusqu’à la fin du xvie siècle4. Il est difficile d’imaginer qu’un lecteur contemporain du manuscrit ne perçoive le statut de consacrant qui est ici donné à Claire.

12Enfin, le manuscrit de l’Institut est le seul à conserver le miracle de la fistule (§ 12) et à le conserver pour des fins précises. Une sœur souffre depuis douze années d’une fistule que Claire guérit par le signe de la croix. La symbolique christique est présente dans toutes les versions de l’épisode, car la fistule coule par « .v. pertuis » ; comme elle le sera d’ailleurs dans l’épisode suivant où, au nom des cinq plaies du Christ, Claire fait cinq fois le signe de la croix. Ici, cependant, un ajout se glisse, qui modifie sensiblement la représentation de la scène. À la manière de Jésus guérissant d’abord par la maïeutique et faisant accoucher les malades de leur mal par la parole, Claire engage un dialogue dans lequel elle s’enquiert de la santé de sa sœur puis la contraint à avouer son mal, avant de faire le signe de la croix. Certes, dans tous les miracles accomplis de son vivant par le signe de la croix, Claire n’est que l’intercesseur vers le Christ et son medium. En la peignant en train de mimer l’accomplissement d’un miracle, comme si celui-ci était accompli par le Christ lui-même, le scribe va plus loin. Cette ambiguïté trouve son écho et son point d’orgue dans la conclusion de la Vie, car, après que le baiser au ciboire – signe sacramentel, on l’a vu – eut permis la débâcle miraculeuse des Sarrazins, on lit : « tous loerent et randirent graces a Nostre Seigneurs Jesus Crist en ses myracles », procédé d’énonciation qui permet de laisser le lecteur sur une sensation de fusion absolue de Claire dans le Christ.

13À l’évidence, dans l’ensemble de la version proposée par le manuscrit de l’Institut, le rôle d’intercession vers le divin, rôle de sainteté par excellence, est tiré à l’extrême limite d’une identification possible avec le Sujet de l’intercession. Comment interpréter autrement cette nouvelle variante, sous forme d’un seul syntagme nominal ? Alors que partout ailleurs dans la tradition manuscrite, Claire promet en mourant à ses sœurs qu’elles auront en sa personne auprès de Dieu une « loyale advocate », ici on lit : « Mes seurs ne vous desconfortés point, car vous arés en moy une bonne amye envers Dieu » ; Claire « espouse » de Jésus est « amye » de Dieu, amante, maîtresse du Très Haut et non plus truchement.

  • 5 Cette destination du recueil est identifiable de manière quasi certaine par son milieu de productio (...)

14À ce point du commentaire, il convient de préciser ce que nous entendons par originalité. Cette version de la Légende française médiévale de Claire est d’abord originale en ce sens qu’elle se présente, dans l’état actuel de la recension des manuscrits, comme tout à fait singulière. Cette singularité lui permet de s’intégrer dans un recueil de Vies ayant pour fonction la lecture liturgique5 ; ou, si l’on envisage les choses dans leur ordre primitif, les règles imposées par les fins de lectures liturgiques en ont fait la singularité. Mais elle nous paraît surtout originale au sens plus moderne où le travail de réécriture et de création qu’elle a nécessité est un inédit d’une rare maîtrise. Il révèle un sens aigu du texte, tant au niveau de sa macrostructure que de ses procédés stylistiques ou lexicaux. Plus étonnant peut-être – mais les textes médiévaux nous l’offrent plus souvent qu’on ne le pense –, il démontre une virtuosité, parfois presque innocente, parfois manifestement concertée, dans le maniement des enjeux de la langue. Ils permettent à tout moment des transferts entre ses contenus manifestes et latents. Cette ambiguïté, notamment entre la sainteté et le divin, le terrestre et le céleste, imprègne l’énoncé au point que le copiste lui-même, ne sachant plus bien quel statut privilégier dans le personnage, offre à la jubilation du chercheur la ratification d’un lapsus calami.

15Au § 2 en effet, dans la séquence « bien souvent ly sambloyt que quant elle estoyt en oroyson son esperit estoyt ressasié de viande celestielle », le copiste avait écrit « viande terrienne » avant de barrer « terrienne » et de corriger en interligne par « celestielle ». Il nous semble que, sans prendre trop de risques d’extrapolation, il est légitime de penser que se résument dans cet accident de copie les problématiques mises en place par le travail de recomposition et de réécriture dont l’ensemble fait l’objet.

16Au niveau de la métaphore, Claire, la vierge orante, nourrit son esprit par la prière, comme on nourrit un corps par la nourriture « de viande terrienne ». Au niveau du prodige, Claire, la sainte à la vie tout entière miraculeuse, a nourri son corps, quarante-deux années durant, comme on nourrit un esprit, par la seule nourriture de la prière, « viande celestielle ». Au niveau du sacré, Claire, figure consacrante et christique, subsume les catégories du terrestre et du céleste.

17Cette figure, unique dans le multiple, telle que l’a voulue un anonyme et talentueux scribe bourguignon du xve siècle, traverse le récit, emportant avec elle, dans le sillon d’une clarté aux multiples effets, le secret d’une vie, en toutes acceptions et à jamais, merveilleuse. Elle nous prouve aussi de bien des façons la force d’évocation de la légende primitive qui donne accès en français à toutes ces broderies.

18Une enquête devra être menée sur le sort de la vie de Claire dans les incunables et les premiers imprimés pour combler le vide de sources que nous possédons entre la sainte de la toute première traduction et celle que nous retrouvons dans les livres pieux et l’iconographie modernes.

  • 6 Sainte Claire d’Assise. Documents, biographie, écrits, procès et bulle de canonisation, textes de c (...)
  • 7 G. Boccali, « Tradizione manoscritta delle leggende di santa Chiara di Assisi », Convivium Assisien (...)
  • 8 Voir JONAS. Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl à l’URL : http://jonas. (...)
  • 9 Notre enquête nous a conduit à éliminer quelques manuscrits signalés par Giovanni Boccali, mais qui (...)

19Venons-en donc maintenant aux investigations sur la première traduction française de la Légende de Claire d’Assise. Les adaptations en langue française de la Légende de sainte Claire vierge n’avaient guère, jusqu’à il y a peu, retenu l’attention. En se fiant aux informations livrées par Damien Vorreux6, Giovanni Boccali7 et par la base de données JONAS de l’Institut de recherche et d’histoire des textes8, il est pourtant possible de dénombrer quatorze manuscrits copiés entre la fin du xiiie et le xvie siècle9. En voici une liste sommaire :

1. Boston, Public Library, MS q. Med. 41, xve siècle, papier, 188 fol. (270 × 200 mm), homogène.

Contenu : Chronique franciscaine (fol. 1r-162r) ; Vie de saint François (fol. 163r-167r) ; Vie de saint Pierre Martyr de Vérone (fol. 167r-169v) ; Vie de sainte Claire (fol. 169v-188v).

  • 10 Ex-libris au fol. 1r et sceau de l’abbaye sur la reliure du xvie siècle, peut-être même contemporai (...)

2. Cambrai, Bibliothèque municipale, 812 (719), 1460-1470, papier, 412 et 47 fol. (297 × 215 mm), hétérogène, provient de l’abbaye Saint-Sépulcre de Cambrai10.

Contenu : légendier.

3. Lille, Bibliothèque municipale, 452 (795), xve siècle, papier, 589 fol. (390 × 280 mm), homogène, provient du chapitre Saint-Pierre de Lille.

Contenu : légendier liturgique.

4. Lille, Bibliothèque municipale, 453 (383), xve siècle, papier, 342 fol. (288 × 200 mm), homogène, provient du chapitre Saint-Pierre de Lille.

Contenu : légendier.

5. London, British Library, Stowe 50, fin xve siècle, papier, 242 fol. (365 × 270 mm), homogène, originaire de Picardie.

Contenu : légendier (en partie la Légende dorée traduite par Jean de Vignay), qui se poursuit dans le manuscrit London, British Library, Stowe 51.

6. Lyon, Bibliothèque municipale, 870 (775), 1563, papier, 37 fol. (170 × 130 mm), homogène, provient du monastère des Clarisses de Seurre.

Contenu : Vie de sainte Claire, suivi d’un poème de François Dupuis.

  • 11 Nous remercions vivement Patricia Stirnemann pour cette datation, qui vient préciser les données de (...)
  • 12 Voir F. Guilloux, « La regle et la vie des sereurs meneurs encloses. Une traduction en langue roman (...)

7. Paris, Archives nationales, LL 1601, parchemin, 114 fol. (245 × 170 mm), provient de l’abbaye de Longchamp, hétérogène : les fol. 1r-46v et 82r-115v ont été copiés au 4e quart du xiiie siècle11 ; les fol. 47v-81v ont été copiés entre 1337 et 1339, sur l’ordre de Jeanne de Gueux, abbesse de Longchamp de 1315 à 1325 et de 1328 à 133912.

Contenu : Règle latine d’Isabelle de France pour Longchamp incluse dans la bulle Religionis augmentum eo d’Urbain IV (fol. 1r-24v) ; traduction romane de cette bulle contenant la Règle (fol. 25r-46v) ; traduction romane des Ordinationes divini officii d’Aymon de Faversham adaptées à l’usage de Longchamp (fol. 47r-63r) ; copie latine de la bulle Etsi universae orbis d’Alexandre IV (fol. 63r-67r) ; traduction romane de cette bulle (fol. 68r-72v) ; traduction partielle des Ordinationes de Benoît XII par Nicolas de Lyre (fol. 72v-81v) ; Vie de sainte Claire (fol. 82r-115v).

8. Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3682, xve siècle, parchemin, 321 fol. (435 × 330 mm), homogène.

Contenu : légendier (en partie la Légende dorée traduite par Jean de Vignay), qui se poursuit dans le manuscrit Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3683.

9. Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, 663, xve siècle, papier encarté de parchemin, 422 fol. (280 × 200 mm), homogène.

Contenu : fragment de légendier liturgique (juillet-novembre, en partie la Légende dorée traduite par Jean de Vignay).

  • 13 Ubald d’Alençon, « Une nouvelle Vie de sainte Colette. Notice sur un manuscrit du xve siècle », Étu (...)

10. Paris, Bibliothèque franciscaine des Capucins, 1525, fin xve siècle, papier, 363 fol. (217 × 150 mm), homogène13.

Contenu : Vie de sainte Claire (fol. 1r-68v) ; Vie de sainte Colette de Corbie (fol. 1r-194v).

  • 14 Au fol. 28v : « Ce livre cy est du couvent de sainte Clare d’Amiens ». Voir Raoul de Sceaux, « Vies (...)

11. Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2095, début xve siècle, parchemin, 84 fol. (205 × 137 mm), homogène, provient du monastère des Clarisses d’Amiens14.

Contenu : Vie de sainte Claire ; Règle du Saint-Esprit et autres oraisons.

12. Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2096, 3e quart du xiiie siècle (parchemin, dont les plis rendent parfois la lecture difficile, fol. 1-20, 220 × 140 mm), deuxième partie fin xve siècle (papier, fol. 21-57, 216 × 146 mm) copiée par un célestin de Metz, hétérogène.

Contenu : Vie de sainte Claire (fol. 1r-20v) ; Vie de sainte Fébronie (fol. 21r-57r).

13. Poitiers, Bibliothèque municipale, 254 (365), xve siècle, papier, 155 fol. (150 × 100 mm), homogène.

Contenu : Vie de saint François (fol. 9r-116v) ; Vie de sainte Claire (fol. 116v-154v).

14. Poligny, Monastère Sainte-Claire, A 23, 1542, papier, 43 fol. (220 × 155 mm), homogène, provient du monastère Sainte-Claire de Besançon.

Contenu : Vie de sainte Claire (p. 1-53) ; Vie de sainte Colette de Corbie (p. 57-81).

20En synthèse donc : deux manuscrits du xvie siècle, dix tout au long du xve et deux manuscrits respectivement du quatrième et du troisième quart du xiiie siècle. Le relevé des incipit et explicit des diverses parties du texte permet de distinguer les manuscrits qui, en plus de la Vie, comprennent les miracles, de ceux qui les omettent, de repérer les manuscrits mutilés, ceux qui portent des tables des chapitres, doxologies, additions ou colophons. Mais il ne permet pas de savoir ce qui est précisément livré de la Vie et des miracles de Claire, ni de quelle manière.

21Si l’on met tous ces éléments en paradigmes, il est possible de distinguer les manuscrits dont la version française se tient assez près de la rédaction latine de ceux qui en proposent des versions abrégées, tandis qu’un seul manuscrit (conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal) cumule des versions longues et brèves des mêmes épisodes.

Regroupement des manuscrits en familles

22Pour s’assurer des parentés entre les manuscrits, on repère des particularités qui viennent éventuellement différencier les versions françaises de la rédaction latine. Au § 1, le nom de la mère de Claire, Ortulana en latin (« Ortelenne », « Ortolane », « Ortholane », « Ortolaine », « Ortelamme », « Ortoline », « Ortolana », « Ortholane » dans les manuscrits français), est souvent accompagné d’un commentaire qui ne peut être que celui d’un traducteur français ; ainsi dans le manuscrit des Archives nationales : « Sa mere out non Ortelenne, ce est a dire en françois cortilliere ». Au § 32, un frater nommé Stephanus peut devenir en français un enfant dans la rubrique qui ouvre le chapitre. Au § 39, les vingt-huit ans de souffrance de Claire se transforment parfois en vingt-huit jours. Au § 43, il arrive que Claire promette à sa sœur d’être son avocate au ciel. Au § 52, un puer de France peut devenir une femme de France.

23À partir de ces critères de discrimination il est possible d’opérer des regroupements qui dessinent les contours de trois familles principales :

i. Famille longue

  • 15 Notons que, dans le ms. BnF, fr. 2096, au § 1, le commentaire du traducteur (« c’et a dire en franç (...)

24Une famille longue comprenant huit manuscrits : ces huit manuscrits sont les témoins d’une version longue provenant, à l’origine, d’une unique traduction du latin au français. Les fautes communes aux § 32 et 52 en donnent l’indice, mais l’explicitation du nom d’Ortolona au § 1 est évidemment propre au premier traducteur du latin au français ; elle est ensuite reprise par tous nos témoins comme une sûre marque de famille15. Ces huit manuscrits peuvent se répartir en quatre sous-groupes :

25BnF, fr. 2096 et AN, LL 1601 donnent l’état le plus proche de la traduction originelle ;

26BnF, fr. 2095 et Poitiers comportent la même addition de liturgie latine ;

27Capucins, Poligny et Lyon forment un sous-groupe « colettin » ;

28Boston propose une version longue, mais sélectionne des épisodes.

ii. Famille courte dérivant de la famille longue

29Cambrai, Bibliothèque municipale, 812 (719) et Lille, Bibliothèque municipale, 453 (383) sont tous deux des légendiers ; leurs Vies de Claire, contenant les miracles, comportent la même addition latine, la même doxologie ; Lille 453 insère pour sa part de longues interpolations dévotes. Cette version courte ne résulte pas d’une traduction autonome du latin au français. La reprise de l’explicitation du nom d’Ortolana comme « courtilliere » (signifiant « jardinière ») prouve en effet qu’elle est l’abrégé de la version française longue.

iii. Famille courte autonome

30Lille, Bibliothèque municipale, 452 (795), London, British Library, Stowe 50, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3682 et Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, 663 sont tous quatre des légendiers du xve siècle, dont trois (Londres, Arsenal et Institut) contiennent pour partie la Légende dorée traduite par Jean de Vignay. Ces versions sont marquées par les mentions « on list » et « premierement », « secondement », etc. et se caractérisent par des erreurs ou des ajouts communs. Elles comportent également des éléments discriminants dont voici quelques exemples : « povres dames » transformé en « povres suers », une allusion aux besognes que les sœurs converses devaient faire dans l’église, une mention des lettres que Claire reçoit du pape, une pierre pour oreiller (rappelant le songe de Jacob), ajoutée à l’habituel tronc de bois (voir ci-dessous des exemples d’éléments discriminants communs à la famille courte autonome et, dans le tableau qui suit, un exemple d’hybridation dans le ms. de l’Arsenal).

Vie latine

Lille 452

Londres

Arsenal

Institut de France

5 10. In huius caverna maceriae, columba deargentata nidificans, virginum Christi collegium genuit, monasterium sanctum instituit, pauperumque dominarum Ordinem inchoavit.

La sainte Clare comencha la religion que elle volt appeler des povres soers

La ceste dame commença la religion que nommer voult des povres seurs

Et la ceste dame commença la religion que nommer volt des povres suers

sainte Clayre commança la religion que on appelle religion des pouvres seurs

8 12. Lavabat semel cuiusdam servientis pedes, quos dum deosculari properat,

(mention des besognes de l’église absente)

Et tant fut humble que les piez de ses meschines quant elles de dehors venoient pour les besongnes de l’eglise humblement lavoit

Et tant fut humble que les piez de ses meschines quant elles de dehors venoient pour les bsoingnes de l’eglise humblement lavoit

Et se de adventure aucunes de ses seurs venissent de dehors pour les besognes de l’eglise

9 14. Ad quam respondente pontifice : Si votum formidas, nos te a voto absolvimus : Sancte pater, ait, nequaquam a Christi sequela in perpetuum absolvi desidero.

Le rescript bien povreté onoreray et garderay jusques a la mort

Et sur ce du pape eust lettrees receues

Et sur ce du pape eust lettres receues

Et quant les lettres vindrent a elle, elle les receut moult honorablement et les lettres leues, elle rescripvyt au pape

12 17. Nuda humus et interdum vinearum sarmenta erant pro lectulo, lignumque durum praestabat sub capite ufficium pulvinaris

Et pour orillier un blocq ou une grosse pierre

Et pour oreillier ung blocq ou une grosse pierre

Et pour oreillier un blocq ou une grosse pierre

Et tousjours dessus sa teste avoyt une pierre ou ung tronchot de boys en lyeu de coessin

Vie latine

Lille 452

Londres

Arsenal

Institut de France

26 39. Cuius miranda virtus qualiter fuerit in infirmitate perfecta, hinc, maxime liquet, quod in .xxviij. annorum languore diutino.

On lit que combien que xxviii jours elle fust en continuelle langueur

Quar combien qu’elle eust été xxviii ans en langueur

On dist que combien que xxviii jours toudis fust en continuelle...

Quar combien qu’elle eust été xxviii ans en langueur

elle fut .xxviii. jours continuez en langueur

  • 16 Selon G. Boccali, « Tradizione manoscritta… », op. cit. n. 7, ce détail, présent dans certains manu (...)
  • 17 L’omission du chap. 16 24-26 ; l’interpolation des chapitres 15 et 42 des Actus beati Francisci ent (...)
  • 18 G. Boccali, « Tradizione manoscritta… », op. cit. n. 7, p. 439-441.

31Il convient à ce point de se poser la question de la source latine. Peut-on, au moins pour la version longue (dont découle une des deux versions brèves), identifier la source des légendes françaises au sein des témoins latins de la Vie de sainte Claire vierge ? Aucun des témoins français connus à ce jour ne contient un prologue de traducteur, ce qui nous prive de toute information de ce côté. Si l’on fait le portrait-robot du possible modèle latin de la version française longue, il doit être antérieur au plus ancien des témoins français (troisième quart du xiiie siècle). Il devrait être privé du prologue de Thomas de Celano et du récit de la canonisation (§ 62). Il appartient au groupe des manuscrits qui, lors des funérailles de Claire au § 48, ne signalent pas que les cardinaux présents ont enfilé des anneaux aux doigts de la morte, donc à la version officiellement approuvée de la Légende16. Il évite un certain nombre de fautes présentes en divers témoins latins17. Malheureusement, aucun des témoins latins recensés ne correspond à ce modèle18.

32À partir de ces données, il est possible de proposer un schéma qui résume les grandes lignes de la transmission :

  • 19 F. Berriot, « Les manuscrits de l’abbaye de Longchamp aux Archives de France et la Vie de sainte Cl (...)
  • 20 Jusqu’à l’endroit du chapitre xxiib où le ms. AN, LL 1601 s’interrompt. Pour la description de ce d (...)

33En conclusion de ces observations, il est bien sûr apparu que le ms. BnF, fr. 2096, pour sa proximité avec la version originale, méritait de faire l’objet d’une édition. Ce projet s’est très rapidement trouvé confronté à la nécessité – en reprenant et en révisant assez largement l’édition proposée par François Berriot du ms. LL 1601 des Archives nationales19 – de mettre ces deux manuscrits, les plus anciens témoins connus à ce jour, en constant parallèle20.

Conclusion

  • 21 S.L. Field, The Writings of Agnes of Harcourt : The Life of Isabelle of France and the Letter on Lo (...)

34Que nous apprend cette mise en parallèle dans le domaine codicologique et historique ? L’écriture et le travail d’enluminure donnent des marges de datation très voisines : entre 1275 et 1280 pour le ms. BnF, fr. 2096 (désigné B), entre 1280 et 1285 pour le ms. AN, LL 1601 (désigné A). La localisation est, sans aucun doute possible, Paris, ce que confirme l’étude de la langue et l’on se souviendra qu’il a été établi que A provenait de la bibliothèque de l’abbaye féminine de Longchamp. Ces éléments de datation, doublés de similitudes remarquables avec la Vie d’Isabelle de France composée en 1283, conduisent à Agnès d’Harcourt21. Sean Field développera avec talent ce propos plus avant. On peut, en effet, émettre l’hypothèse que rien ne s’oppose à l’idée que cette abbesse de Longchamp puisse avoir commandité (et, pourquoi pas, traduit elle-même ?) la Légende de Claire avant de composer la Vie d’Isabelle. Un relevé rapide de passages clés mène à des similitudes de tournures issues du latin.

35Pour ne prendre qu’un exemple : on lit dans la Vie latine de Claire : Tantus erat rigor abstinentiae suae, ut de viatico tenui quod sumebat vix corporaliter viveret, nisi eam virtus alia sustentaret (« Si grande était la rigueur de son abstinence que, du viatique ténu qu’elle prenait, elle aurait à peine pu vivre corporellement si ne l’avait sustentée une autre puissance »), qui devient dans la Vie française :  « Ele menjioit si tres petit que nul cors n'en vesquist se la vertu de Dieu ne la soustenist », que l’on retrouve dans la Vie d’Isabelle sous la forme : « Ele maigoit si tres petit que nul cors humain n’en peut estre soutenus se la grace de Dieu ne le feist ». Il paraît ici impossible que le concepteur de ce passage de la vie d’Isabelle n’ait pas été en contact, de manière plus qu’intime avec la traduction du latin au français dans la vie de Claire.

  • 22 Ibid., p. 46. Sur Isabelle de France, voir désormais Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une p (...)
  • 23 L. Seláf, « Párhuzamos Életrajzok : Szent Erzsébet és Isabelle de France Legendái », Árpád-házi Sze (...)

36Mais c’est surtout, même si l’on tient compte des topoi du genre, une inflexion, un phrasé, une tonalité qui rendent les deux textes étrangement proches. Une lettre, rédigée le 4 décembre 1282 par Agnès d’Harcourt et ses consœurs, nous met sur la toute première trace d’un intérêt pour Claire d’Assise à Longchamp. Cette lettre évoque une scène qui se déroule en 1260 ou peu après, lors d’une visite de Louis IX à l’abbaye nouvellement fondée : « Il se assit aussi bas comme nous et nous fist le premier sermon et enseignement que nous eussions eu puis que nous y estions entrees, et disoit que nous devions prendre exemple a monseigneur saint François et a ma dame saincte Claire »22. Par ailleurs, nous savons désormais que, pour rédiger le prologue de la Vie d’Isabelle, Agnès d’Harcourt s’inspira d’une Vie française d’Élisabeth de Hongrie23. On imagine assez plausiblement qu’Agnès ait souhaité se nourrir de la Vie de Claire, soit en en commanditant la traduction, soit en se mettant elle-même à la tête d’une petite équipe de traducteurs ou traductrices.

37Que nous apprend, enfin, l’observation philologique ? La tradition de la Légende française longue de Claire d’Assise dans ses deux plus anciens témoins se révèle à la fois simple, du fait de la grande proximité des leçons, et complexe, du fait que les deux témoins (B1 et A1) sont affectés de nombreuses révisions (B2 et A2).

38À l’issue d’une longue investigation philologique, l’hypothèse plausible est de considérer qu’une des deux copies a été contrôlée sur α1 pour l’y conformer plus étroitement, puisque des révisions de traduction ont été portées sur cette copie. Le second réviseur aurait alors pu s’inspirer de la première copie surchargée, mettant à profit ses deux strates de texte. Une lecture alternée des deux manuscrits apporte la quasi-conviction que A2 corrige à partir de B2 : non seulement le contenu et la modalité de la correction sont les mêmes, mais il peut arriver que le scribe A2 adopte une forme qui ne lui est absolument pas habituelle. Par exemple, alors que B1B2 emploient systématiquement la forme voier pour l’infinitif « voir » et A1 la forme voir, la main A2 introduit, sans doute par inadvertance, un hapax sous la forme voiar.

39L’étude philologique, confirmant l’examen codicologique, induit que les opérations ont dû se dérouler dans un laps de temps resserré et dans un espace unique : production de la traduction α1 ; copie de α1 par B1 et A1 ; introduction des révisions du traducteur ou de la traductrice dans B, donnant naissance à B2 ; révision de A2 sur B.

  • 24 En résumé, l’opposition B1/A1 (103 fois) témoigne des divergences entre les deux premières strates (...)

40B s’avère, globalement, un meilleur témoin que A, d’abord et surtout parce qu’il livre le texte complet de la Légende et des miracles, mais aussi parce que, pour la part de texte commune à B et A, dans l’une ou l’autre de ses strates B1 ou B2, B concorde treize fois de plus avec le latin que A, dans l’une ou l’autre de ses strates A1 ou A224.

41En tout cas, ce manuscrit (BnF, fr. 2096), certainement produit à Longchamp, vraisemblablement sur la commande de l’abbesse Agnès d’Harcourt (voire par ses soins à la tête d’une équipe de traducteurs ?) est, nous en avons la conviction, le témoin le plus proche de la traduction française longue de la Légende de Claire d’Assise, dont dépendent directement ou indirectement sept autres manuscrits et dont dérive également une des familles courtes attestée par deux autres manuscrits.

Haut de page

Notes

1 Voir à l’URL : https://www.nationalgallery.org.uk/paintings/moretto-da-brescia-the-madonna-and-child-with-saints-1.

2 Cf. infra la description des manuscrits cités. Les caractères gras signalent les leçons originales du manuscrit de l’Institut de France.

3 Pour une étude plus complète, on se reportera à M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). III. Édition et commentaire du manuscrit 663 de la Bibliothèque de l’Institut de France », Études franciscaines, n.s. 8, 2015, p. 5-25.

4 Voir P. Lebrun, Explications des prières et des cérémonies de la Messe, Paris, Gautier Frères, 18342, p. 470.

5 Cette destination du recueil est identifiable de manière quasi certaine par son milieu de production.

6 Sainte Claire d’Assise. Documents, biographie, écrits, procès et bulle de canonisation, textes de chroniqueurs, textes législatifs et tables, éd. D. Vorreux, Paris, Éditions franciscaines, 1983, p. 26-28 et 332-333, puis 20022, p. 31-32.

7 G. Boccali, « Tradizione manoscritta delle leggende di santa Chiara di Assisi », Convivium Assisiense, 6, 2004, p. 419-500, en part. p. 487-490.

8 Voir JONAS. Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl à l’URL : http://jonas.irht.cnrs.fr/.

9 Notre enquête nous a conduit à éliminer quelques manuscrits signalés par Giovanni Boccali, mais qui, vérification faite, ne portent pas la Vie de sainte Claire.

10 Ex-libris au fol. 1r et sceau de l’abbaye sur la reliure du xvie siècle, peut-être même contemporaine de la copie. Voir D. Muzerelle et al., Manuscrits datés des bibliothèques de France. 1. Cambrai, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 92 ; et A.-F. Leurquin, « La promotion de l’hagiographie régionale au xve siècle : l’exemple du Hainaut et du Cambrésis », Richesses médiévales du Nord et du Hainaut, éd. J.-Ch. Herbin, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2002, p. 253-267.

11 Nous remercions vivement Patricia Stirnemann pour cette datation, qui vient préciser les données de l’article cité à la note suivante.

12 Voir F. Guilloux, « La regle et la vie des sereurs meneurs encloses. Une traduction en langue romane de la Règle d’Isabelle de France (ca. 1315-1325) », Archivum franciscanum historicum, 106, 2013, p. 5-39, en part. p. 7-14.

13 Ubald d’Alençon, « Une nouvelle Vie de sainte Colette. Notice sur un manuscrit du xve siècle », Études franciscaines, 10, juillet-décembre 1903, p. 534-537, signale que le manuscrit est alors « coté ms. no 1 du couvent des Capucins de la Roche-sur-Foron (Savoie) ». Voir également W.C. van Dijk, « Une traduction française du xve siècle de la Vie de sainte Claire de Thomas de Celano », Laurentianum, 36, 1995, p. 3-18.

14 Au fol. 28v : « Ce livre cy est du couvent de sainte Clare d’Amiens ». Voir Raoul de Sceaux, « Vies inédites de St François et de Ste Claire », Amis de saint François, 45, septembre-octobre 1947, p. 5-9. La reproduction de ce manuscrit est disponible à l’URL : https://gallica.bnf.fr/.

15 Notons que, dans le ms. BnF, fr. 2096, au § 1, le commentaire du traducteur (« c’et a dire en françois courtillere ») figure dans la marge inférieure et non dans le corps du texte.

16 Selon G. Boccali, « Tradizione manoscritta… », op. cit. n. 7, ce détail, présent dans certains manuscrits latins, aurait été supprimé au moment de l’approbation officielle de la Légende par Alexandre IV.

17 L’omission du chap. 16 24-26 ; l’interpolation des chapitres 15 et 42 des Actus beati Francisci entre les chap. 19 29 et 20 30 de la Légende ; la variante tredeci sassolini pour la cordelette de flagellation de Claire (au lieu de la leçon tredecim nodorum, correctement restituée en ancien français) au chapitre 20 30 ; la faute super illam (au lieu de super aliam, correctement traduit en ancien français) au chapitre 29 46.

18 G. Boccali, « Tradizione manoscritta… », op. cit. n. 7, p. 439-441.

19 F. Berriot, « Les manuscrits de l’abbaye de Longchamp aux Archives de France et la Vie de sainte Claire inédite », Archivum Franciscanum Historicum, 79, 1986, p. 329-338.

20 Jusqu’à l’endroit du chapitre xxiib où le ms. AN, LL 1601 s’interrompt. Pour la description de ce dernier, nous renvoyons à l’article de F. Guilloux, op. cit. n. 12.

21 S.L. Field, The Writings of Agnes of Harcourt : The Life of Isabelle of France and the Letter on Louis IX and Longchamp, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2003, p. 52-92.

22 Ibid., p. 46. Sur Isabelle de France, voir désormais Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, dir. J. Dalarun et al., Paris, Éditions franciscaines, 2014.

23 L. Seláf, « Párhuzamos Életrajzok : Szent Erzsébet és Isabelle de France Legendái », Árpád-házi Szent Erzsébet kultusza a 13-16. Században, dir. D. Falvay, Budapest, Magyarok Nagyasszonya Ferences Rendtartomány, 2009, p. 141-150.

24 En résumé, l’opposition B1/A1 (103 fois) témoigne des divergences entre les deux premières strates de copies non encore redressées par les réviseurs ; les oppositions B2A1/B1 (66 fois) et B1A2/A1 (15 fois) témoignent des lieux où les réviseurs ont corrigé la première strate de copie fautive dans un des deux manuscrits en conformité avec α1 ; les oppositions B2A2/B1A1 (17 fois) témoignent des lieux où une leçon de type α2 a été introduite par les réviseurs. Il est rare que B2 seul redresse B1A1 (10 fois) et plus rare encore que A2 seul redresse B1A1 (1 fois). Il ne se produit jamais que les deux révisions divergent pour rejoindre chacune la leçon primitive de l’autre témoin (B2A1/B1A2). Il apparaît que B2 est systématiquement plus interventionniste que A2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Pagan, « De la Légende latine aux Vies françaises de Claire d’Assise », Memini [En ligne], 24 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/memini/1106 ; DOI : 10.4000/memini.1106

Haut de page

Auteur

Martine Pagan

Sorbonne Université

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals