Navigation – Plan du site
Modèles de sainteté féminine, de Claire d’Assise à Isabelle de France : l’intertextualité à l’ouvrage

De la Vie française de Claire d’Assise à la Vie d’Isabelle de France

Sean L. Field

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie vivement Clémence Cretaux, Jacques Dalarun, Jean-Michel Roessli et Piroska Nagy de m’av (...)

1Une recherche internet avec le mot clé « Longchamp » débouche sur une myriade de sites de maroquinerie1. Les luxueux articles en cuir qu’on y découvre portent un logo qui représente un jockey juché sur un cheval de course, car la célèbre marque parisienne doit son nom à l’hippodrome qui occupe l’angle sud-ouest du Bois de Boulogne, à l’ouest de la capitale. L’abbaye de Longchamp, qui s’élevait à cet endroit jusqu’à la Révolution française, était connue, au dernier siècle de son existence, pour la beauté de ses messes, chantées par des religieuses qui ne brillaient pas par leur piété.

  • 2 H. Grundmann, Religious Movements in the Middle Ages. The Historical Links between Heresy, the Mend (...)

2Mais, pendant les décennies qui suivirent sa fondation en 1260, Longchamp fut un foyer d’innovation spirituelle et de création littéraire. C’était la première communauté féminine d’inspiration franciscaine dans la région parisienne. Elle suivait une règle fraîchement composée par Isabelle de France, sœur du roi Louis IX, et une équipe de frères mineurs maîtres en théologie qui comptait dans ses rangs le ministre général Bonaventure. En 1263, Longchamp devint la première maison de l’ordre des Sorores minores, appellation qui leur avait été accordée, sur l’insistance d’Isabelle, lors de la révision de la règle datant de cette même année. Le monastère produisit aussi les premières œuvres en prose française liées au « mouvement religieux féminin » (pour reprendre l’expression de Herbert Grundmann)2 : la Lettre sur Louis IX et Longchamp et la Vie d’Isabelle de France, toutes deux rédigées vers 1282-1283 par Agnès d’Harcourt, troisième abbesse de Longchamp.

3Une nouvelle fondation royale, une nouvelle règle, un nouvel ordre : autant de signes d’une atmosphère intellectuelle propice à la création. Grâce à la récente recherche de Martine Pagan, un nouvel aspect de la créativité propre à Longchamp vient d’être mis au jour : la toute première traduction française de la Légende latine de Claire d’Assise y a été produite entre 1275 et 1280.

4Avec les contributions de Jacques Dalarun et de Martine Pagan, mon étude complètera le parcours qui mène de Claire d’Assise à Isabelle de France. Je montrerai tout d’abord l’influence de la version française de la Vie de Claire sur la Vie d’Isabelle de France ; puis je présenterai deux autres découvertes qui ouvrent de nouveaux aperçus sur cette Vie d’Isabelle ; enfin je m’arrêterai sur quelques épisodes tirés de cette Vie et j’évoquerai sa postérité.

Une sainte capétienne

5Jacques Dalarun a commencé sa contribution en comparant Claire d’Assise et Isabelle de France. Toutes deux étaient auteures d’une règle ou forme de vie franciscaine, toutes deux étaient fortement inspirées par François d’Assise et furent bien connues de leur vivant pour leur aura de sainteté, mais elles avaient, évidemment, des statuts sociaux et des antécédents familiaux très différents.

6Isabelle naquit en 1225, trente-deux ans après Claire. La mère d’Isabelle, la reine de France Blanche de Castille, la promit au fils aîné du comte de La Marche en 1227 par le traité de Vendôme qui a pacifié la rébellion du comte. Cet engagement fut rompu avant 1236, mais, vers 1243, un autre projet prit forme : celui de marier Isabelle à Conrad, fils de l’empereur Frédéric II. Même le pape Innocent IV, nouvellement élu, écrivit à Isabelle pour soutenir cette alliance. Toutefois, Isabelle avait d’autres intentions. Elle rejeta une fois pour toutes non seulement ce mariage, mais l’idée même du mariage. Après une maladie qui faillit lui coûter la vie, Isabelle persuada sa famille que son désir de mener une vie célibataire était en accord avec la volonté de Dieu. Pendant les années qui suivirent, Isabelle assuma le rôle inhabituel d’une princesse royale vivant à la cour, mais dédiée à une vie de virginité pieuse.

  • 3 G. Duchesne, Histoire de l’abbaye royale de Longchamp (1255-1789), Paris, Champion, 19062.
  • 4 Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, éd. J. Dalarun et al., Paris, Éditi (...)

7Après la mort de sa mère, en 1252, et après le retour de croisade de son frère, le roi Louis IX, en 1254, Isabelle décida de fonder une nouvelle abbaye féminine liée à l’ordre franciscain. Elle donna le nom de « L’Humilité de Notre Dame » à sa fondation, mais la maison fut rapidement connue sous le nom de Longchamp3. Aidée d’une prestigieuse équipe de frères mineurs, maîtres en théologie à l’université, Isabelle écrivit une première règle pour son abbaye, approuvée par Alexandre IV en 1259. Les premières sœurs prononcèrent leurs vœux en juin 1260 et Isabelle fit construire sa résidence personnelle sur le domaine de l’abbaye, quoiqu’elle n’ait jamais été elle-même sœur professe de la communauté. En 1263, les souhaits d’Isabelle furent certainement à l’origine d’une nouvelle révision de la règle, approuvée cette fois par Urbain IV. C’est cette version définitive de la règle qui créa l’ordre des Sœurs mineures (Sorores minores), appellation très chère à Isabelle. La princesse vécut ses dernières années à Longchamp, où elle mourut en février 1270, quelques semaines avant le départ de son frère pour sa seconde croisade4.

  • 5 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 128-130.
  • 6 Pour la lettre de Guibert de Tournai à Isabelle, voir ibid., p. 133-160.
  • 7 Ibid., p. 167-174.

8Comme Claire d’Assise, mais plus brièvement, Isabelle a été louée dans un texte hagiographique de son vivant. Il s’agit de l’Histoire de la translation de saint Edmond, écrite par l’archevêque d’Armagh Albert Suerbeer vers 1253, dans laquelle Isabelle est décrite comme « fille de roi, sœur de roi et non moindre qu’une reine, puisque unie au Christ roi par la fleur de la virginité »5. À la même époque, des frères mineurs (dont notamment Guibert de Tournai) et des papes ont chanté ses louanges6. Le plus étonnant de ces témoignages est sans doute une longue lettre de louange, datée de 1256, dans laquelle le pape Alexandre IV lance des parallèles entre Isabelle, « vierge royale », et Marie « reine des vierges »7. Bref, si Isabelle n’était pas exactement « sainte avant l’heure », elle n’en était pas très loin à en croire Alexandre IV, qui la place « en compagnie de Marie, avec qui tu partages assurément l’Ave de la salutation angélique, puisque […] tu communies avec elle, à ta mesure, dans le même projet de sainteté spirituelle et corporelle ». Au moment de la fondation de Longchamp en 1260, c’était Isabelle, plus que son frère le futur saint Louis, qui était vue comme la vraie « star » spirituelle de la cour capétienne.

Agnès d’Harcourt et la genèse de la Vie d’Isabelle, 1282-1283

  • 8 L.F. Field – M.C. Gaposchkin – S.L. Field, The Sanctity of Louis IX : Early Lives of Saint Louis by (...)
  • 9 M.C. Gaposchkin, The Making of Saint Louis : Kingship, Sanctity, and Crusade in the Later Middle Ag (...)
  • 10 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 267-271.
  • 11 A. Vauchez, « Beata stirps : sainteté et lignage en Occident aux xiiie et xive siècles », Idem, Sai (...)
  • 12 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 272-313.

9Les deux premières Vies hagiographiques de Louis IX, rédigées par les dominicains Geoffroy de Beaulieu (avant 1276) et Guillaume de Chartres (vers 1276), ne font pas la moindre mention d’Isabelle8. Mais la Vie d’Isabelle, commencée très probablement en 1283, fut stimulée par l’enquête, menée à Saint-Denis de mai 1282 à mars 1283, sur les miracles et la sainteté de Louis IX9. En effet, l’abbesse de Longchamp, Agnès d’Harcourt, écrivit d’abord, en français et avec ses sœurs, une Lettre sur Louis IX et Longchamp en décembre 1282, dans le but de témoigner des liens entre le saint roi et l’abbaye de Longchamp, des dons matériels et spirituels du roi aux sœurs ainsi que des miracles qu’il avait faits en ce lieu10. Quelques mois plus tard, Charles d’Anjou, roi de Sicile, frère cadet d’Isabelle et grand promoteur de la vision de sa propre famille comme beata stirps (saint lignage)11, demanda à Agnès de commencer sa Vie d’Isabelle. L’œuvre, également composée en français et en collaboration avec d’autres sœurs de Longchamp, fut sans doute terminée avant 128512.

  • 13 S.L. Field, The Writings of Agnes of Harcourt : The Life of Isabelle of France and the Letter on Lo (...)

10Agnès d’Harcourt, quant à elle, était issue de la noblesse normande. Ses parents, Jean Ier d’Harcourt et Alix de Beaumont, s’étaient probablement mariés vers 1240 et Agnès fut certainement une de leurs premiers enfants, si ce n’est l’aînée. Dans les années 1250, il semble qu’Agnès ait été membre de l’entourage d’Isabelle de France et qu’elle ait ensuite fait partie du premier groupe de religieuses qui prononcèrent leurs vœux à Longchamp en 1260. La famille d’Harcourt était étroitement liée aux Capétiens. Jean Ier et son fils Jean II d’Harcourt († 1302), maréchal de France, participèrent aux croisades aux côtés de Louis IX et Philippe III. Trois frères cadets d’Agnès étaient d’importants hommes d’Église : Raoul († 1307) était archidiacre de Coutances et de Rouen, et il fonda le Collège d’Harcourt à Paris ; Robert († 1315) était évêque de Coutances ; Guy († 1336) était évêque de Lisieux et fonda le collège de Lisieux. Agnès, pour sa part, assuma la fonction d’abbesse de Longchamp pour la première fois entre 1264 environ et 1275, pour la seconde fois de 1281 à 1287. Les archives très riches et trop peu utilisées de Longchamp attestent une direction active de sa communauté : Agnès acheta des terres, négocia avec d’autres monastères, obtint des privilèges royaux, déposa des réclamations fondées en droit et laissa de nombreux documents (certains portant toujours son sceau) et des archives méticuleusement tenues. Après la fondatrice Isabelle de France, Agnès d’Harcourt était clairement la figure la plus importante des débuts de cette communauté13.

  • 14 C. du Cange, Histoire de S. Lovys IX. Dv nom, roy de France, ecrite par Iean sire de Ioinville, sen (...)
  • 15 P. Paris, « Agnès d’Harcourt, abbesse de Longchamp », Histoire littéraire de la France, Tome 20, Pa (...)

11Le texte de la Vie d’Isabelle a été édité pour la première fois par Du Cange en 1668 ; Agnès est donc reconnue comme auteure par les érudits depuis ce temps14. Cependant, jusqu’à une date très récente, elle était décrite comme une femme simple dont le style vernaculaire était sans artifice ou prétention scolastique. Par exemple, Paulin Paris, au milieu du xixe siècle, a estimé que la Vie d’Isabelle avait été rédigée « avec naturel et simplicité », ajoutant que « nous croyons y respirer un parfum de candeur et de sincérité »15. Même si cette évaluation se voulait flatteuse, elle sous-entend clairement un manque de sophistication intellectuelle de la part d’Agnès, comme si elle avait travaillé sans relation avec le monde culturel et littéraire qui l’entourait.

12Cependant, de récentes découvertes viennent de changer notre compréhension de la rédaction de la Vie d’Isabelle. D’abord il y a la révélation, grâce au travail de Martine Pagan, de l’utilisation par Agnès de la Vie de Claire d’Assise. Levente Seláf a également démontré l’utilisation par Agnès de la Vie française d’une autre sainte du xiiie siècle, Élisabeth de Hongrie. Enfin, d’autres découvertes récentes (dont l’une par Marie-Françoise Damongeot-Bourdat) de manuscrits jusqu’alors inconnus de la Vie d’Isabelle elle-même ont donné une fondation plus solide pour établir son texte.

Longchamp et la Légende de Claire d’Assise

  • 16 M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). i. Inventaire et classe (...)
  • 17 Je souligne l’importance de cette démonstration dans « Reassessing the Women’s Religious Movement a (...)
  • 18 Eadem, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). ii… », op. cit. n. 16, p.  (...)

13Dans la contribution précédente, Martine Pagan développe son annonce de 2014 : la toute première traduction française de la Légende de Claire d’Assise, écrite en latin par Thomas de Celano, a été faite à Longchamp avant 128016. Cette traduction a pu être faite par un franciscain en lien avec Longchamp, mais Martine Pagan émet l’hypothèse, fort intéressante, qu’Agnès d’Harcourt elle-même ait pu être directement impliquée comme traductrice, comme membre d’un groupe de traducteurs ou, moins directement, comme commanditaire de cette traduction. Ce ne sont encore que des conjectures. Mais, plus concrètement, Martine Pagan (en collaboration avec Jacques Dalarun et moi-même) est allée plus loin et a démontré qu’Agnès d’Harcourt s’est indiscutablement inspirée de cette nouvelle traduction française de la Vie de Claire quand elle a rédigé la Vie d’Isabelle, quelques années plus tard17. Martine Pagan a remarqué de manière générale (et je suis tout à fait d’accord avec elle) que « c’est surtout […] une inflexion, un phrasé, une tonalité qui rendent les deux textes étrangement proches »18. Prenons juste un exemple.

  • 19 Ibid., p. 229.
  • 20 S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 54.
  • 21 Dans la communication précédente, Martine Pagan a souligné l’intérêt d’une occurrence de ce même mo (...)
  • 22 Paris, Bibliothèque de l’Institut, ms. Godefroy 531, fol. 340v, suivi par C. du Cange, Histoire…, o (...)

14La Vie de sainte Claire, fondée sur la Légende latine de Thomas de Celano, commence par un prologue sur les origines et la naissance de la vierge d’Assise. La Vie d’Isabelle commence également par un prologue sur des thèmes similaires, qui est en fait une adaptation de la version française de la Vie d’Élisabeth de Hongrie – œuvre sur laquelle je reviendrai dans un instant. Le premier chapitre de la Vie de Claire est intitulé « Quele vie ele mena chez son pere », tandis que la Vie d’Isabelle débute par un chapitre similaire sur l’enfance simple de la princesse. Parmi les sujets immédiatement abordés dans les deux Vies, il y a le mariage. Les familles de Claire et d’Isabelle ont toutes deux essayé de leur trouver un mari convenable. Mais pour Claire, « quant si ami la voudrent hautement marier, ele ne s’i voult consentir et faint qu’ele vouloit encore atendre por ce qu’ele voloit sa virginité garder a Nostre Seigneur »19. De même, pour Isabelle, « elle fut juree de ses amis a prendre a mariage au fiux de l’empereur de Romme […], mes onques au mariage corporel ne s’en vout asentir, quar elle avoit esleu le pardurable espoux Nostre Segneur Jesu Crist en parfaite virginité »20. En plus d’une certaine « tonalité » commune (« ne s’i voult consentir » / « ne s’en vout asentir »), on est frappé par la présence du mot inattendu ami(s) dans les deux passages21. Le lecteur moderne s’attendrait plutôt aux termes de « famille » ou « parents ». En fait, au xviie siècle, quelques copies de la Vie d’Isabelle ont été modifiées pour dire « conjurée par ses amis » plutôt que jurée22, puisque pour un lecteur du xviie siècle, le mot ami n’était plus synonyme de « famille », si bien qu’une femme pouvait être encouragée (conjurée) à se marier par ses amis, mais elle pouvait difficilement être promise (jurée) en mariage par ses amis.

  • 23 Legenda latina sanctae Clarae virginis Assisiensis, éd. G. Boccali, Santa Maria degli Angeli, Edizi (...)

15Il est évident que, lorsqu’Agnès d’Harcourt et/ou ses associés à Longchamp ont traduit la phrase latine de Thomas de Celano Denique suis eam nobiliter maritare volentibus23, ils ont choisi amis pour restituer le latin suis. Par la suite, quand Agnès est arrivée dans sa rédaction au même point dans sa Vie d’Isabelle, devant décrire la manière dont la famille d’Isabelle avait essayé de lui arranger un mariage noble, l’abbesse de Longchamp a simplement utilisé le même mot : amis. En d’autres termes, un passage qui, depuis longtemps, semblait déconcertant dans la Vie d’Isabelle devient limpide, maintenant que nous savons qu’Agnès s’est inspirée de la Vie de Claire.

  • 24 Ibid., p. 132.
  • 25 M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). ii… », op. cit. n. 16, (...)
  • 26 S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 58.

16C’est seulement en quelques occasions qu’Agnès a littéralement réutilisé des passages de la Vie de Claire, mais certains de ces remplois sont révélateurs. Le meilleur exemple est un passage dans lequel Thomas de Celano décrit les habitudes alimentaires de Claire : Porro in ieiuniis tantus erat rigor abstinentiae suae, ut de viatico tenui, quod sumebat, vix corporaliter viveret, nisi eam virtus alia sustentaret24, ainsi traduit dans la Vie de Claire : « ele menjioit si tres petit que nul cors n’en vesquist se la vertu de Dieu ne la soustenist »25. Comme Martine Pagan l’a déjà démontré, il n’y a pas de doute que le passage parallèle dans la Vie d’Isabelle – « ele mai[n]goit si tres petit que nul cors humain n’en peut estre soutenus se la grace de Dieu ne le feis »26 – dépend directement de la version française de la Vie de Claire.

17Soudain, les méthodes d’écriture d’Agnès apparaissent sous un jour nouveau. Elle n’était pas vraiment un auteur travaillant dans un esprit de « naturel et simplicité », car nous pouvons voir qu’elle s’inspira d’un modèle antérieur pour faire œuvre créatrice. Alors qu’Agnès commençait à composer la Vie de la fondatrice royale de son monastère, elle a pu tirer des idées et quelques petites phrases de la Vie de Claire, récemment canonisée, et les réutiliser à ses propres fins. En fait, il n’est pas impossible d’imaginer (comme Martine Pagan l’a encore suggéré) que la traduction de la Vie de Claire ait pu être entreprise comme une étape préparatoire à la conception de la Vie d’Isabelle.

  • 27 Voir récemment A. Horowski, « La legislazione per le clarisse del 1263 : la regola di Urbano IV, le (...)
  • 28 Voir par exemple un passage (déjà évoqué par Martine Pagan) dans la Lettre sur Louis IX et Longcham (...)

18Toutefois, il est important de rappeler qu’Agnès a dû plus globalement adapter l’héritage de Claire afin de l’utiliser pour Isabelle, car leurs visions de la vie des femmes franciscaines n’étaient pas identiques. Après 1263, la papauté a présenté la vierge d’Assise comme la fondatrice du nouvel « ordre de sainte Claire »27. Cependant, Longchamp ne faisait pas partie de cet ordre, mais appartenait à l’ordre des Sœurs mineures, qui avait été créé en 1263 sur l’insistance d’Isabelle. La princesse n’était pas une disciple de Claire. Pourtant, il est certain que la sainte récemment canonisée était vénérée à Longchamp vers 128228 ; il était donc avantageux de laisser l’aura de sainteté de Claire déteindre sur Isabelle. Par conséquent, Agnès a réussi à rédiger la Vie d’Isabelle avec ses propres mots et dans ses propres termes, mais tout en reliant subtilement Isabelle à Claire, grâce à de petits parallèles textuels.

De la Hongrie à la France

  • 29 L. Seláf, « Párhuzamos életrajzok : Szent Erzsébet és Isabelle de France legendái », Árpád-házi Sze (...)

19La deuxième grande découverte sur les sources utilisées par Agnès d’Harcourt a été faite en 2009, quand un savant hongrois, Levente Seláf, a prouvé que la majorité du prologue de la Vie d’Isabelle a été directement tirée du prologue de la première Vie écrite en prose française sur Élisabeth de Hongrie29.

  • 30 Sur son culte, voir Sainte Élisabeth de Hongrie : Princesse, servante, sainte. Vie et documents, éd (...)
  • 31 A. Huyskens, Der sog. Libellus de dictis quatuor ancillarum s. Elisabeth confectus, Kempten-München (...)
  • 32 O. Gecser, « Lives of St. Elizabeth : Their Rewriting and Diffusion in the Thirteenth Century », An (...)
  • 33 Je remercie Levente Seláf pour l’information sur ces dates. Pour un inventaire des manuscrits, voir (...)
  • 34 Levente Seláf publie en ce moment une étude préliminaire, « Le modèle absolu de la princesse charit (...)
  • 35 Paris, BnF, fr. 13496, fol. 157r.
  • 36 S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 52.

20Élisabeth mourut en 1231 et fut canonisée en 1235, ce qui fit d’elle l’autre modèle principal de sainteté féminine approuvé par le pape au xiiie siècle, aux côtés de Claire d’Assise30. L’un des premiers écrits hagiographiques provenant du procès de canonisation d’Élisabeth rapporte les mémoires de quatre de ses compagnes. Ces souvenirs, accompagnés d’une introduction et d’une conclusion, ont été assemblés dans un texte connu sous le nom de Libellus de dictis quatuor ancillarum31. Parmi les nombreuses Vies d’Élisabeth écrites en France par la suite32, reposant généralement, directement ou indirectement, sur le Libellus, la Vie française la plus ancienne a été écrite par un inconnu, entre 1243 et 126433. De façon surprenante, cette version n’a pas encore été publiée, bien que l’édition de Levente Seláf soit presque terminée34. L’incipit du corps du texte de cette œuvre française en prose (après une section préliminaire distincte) est ainsi libellé : « Madame sainte Elizabeth fut estraite de reaul lignie quar ele fut fille au roi Andrieu de Hongrie. […] Encores fust elle si noble de lignaige encore fut ele plus haute et plus noble de mors. Icele soule est veraie noblesce qui est aornemant de l’ame par bonté et par sainte vie »35. Une comparaison avec l’ouverture de la Vie d’Isabelle par Agnès d’Harcourt est suffisante pour révéler sa dépendance : « Nostre saincte mere et dame madame Ysabeau fut estraicte de royal ligniee, et fut fille du tres noble roy Loys de France. […] Et ja soit ce qu’elle fust si noble de lignage, encore fut elle plus haute et plus noble de mœurs. Elle savoit bien que icelle seule est la vraye noblece qui est ornement de l’ame par bonté de l’ame et par saincte vie »36. Cette dépendance textuelle directe continue à se vérifier sur les quatre premiers paragraphes de la Vie d’Isabelle.

  • 37 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 276, n. 1.

21Deux éléments peuvent être ajoutés ici. Le premier, déjà indiqué par Jacques Dalarun37, est que les inventaires des biens de Longchamp enregistrés en 1325 et 1339 parlaient d’un livre qui devait être une Vie française d’Élisabeth de Hongrie et il est donc fort probable que ce soit le livre dont Agnès d’Harcourt s’est servie.

  • 38 S.L. Field, « Pierre Perrier’s 1699 Vie de sainte Isabelle de France : Precious Evidence from an Un (...)
  • 39 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 276, n. 1.

22Le deuxième élément vient d’une description du manuscrit original d’Agnès d’Harcourt. Il s’agissait d’un rouleau de parchemin, précieusement conservé à Longchamp jusqu’au xviiie siècle. Lorsque Pierre Perrier, l’un des biographes d’Isabelle, a examiné ce parchemin en 1699, il l’a décrit comme étant un ensemble de huit feuilles cousues bout à bout38. La première feuille contenait uniquement les préliminaires adaptés de la Vie d’Elisabeth. Même s’il est possible d’imaginer de nombreuses hypothèses qui concorderaient avec cette description, Jacques Dalarun, Anne-Françoise Leurquin-Labie et moi-même soutenons que la préface a été écrite en dernier et ajoutée à l’ouvrage par Agnès ou ses collaboratrices, après que la majeure partie de la Vie d’Isabelle a été transcrite39. Si cette opinion est correcte, cela signifierait qu’une fois la Vie d’Isabelle écrite, Agnès aurait estimé qu’une introduction élégante, qui parle d’une femme royale jamais entrée dans les ordres, donnerait plus de légitimité à la nouvelle Vie.

  • 40 Quelques années plus tard, entre 1288 et 1292, une des fidèles de Marguerite Colonna, une femme nom (...)

23En somme, ces deux découvertes récentes sur les sources utilisées par Agnès montrent qu’elle connaissait bien les écrits hagiographiques les plus importants qui avaient été récemment traduits en français, concernant les saintes du xiiie siècle les plus célèbres, Claire d’Assise et Élisabeth de Hongrie. Ainsi, Agnès n’était ni naïve, ni ignorante des tendances littéraires du monde autour d’elle. Bien au contraire, on pourrait la décrire comme faisant partie d’une avant-garde hagiographique et littéraire. En réalité, son projet était d’une extraordinaire originalité. La Vie d’Isabelle n’était pas seulement le premier récit hagiographique rédigé en français par une femme à propos d’une de ses contemporaines ; peut-être était-ce le premier texte hagiographique d’envergure écrit directement en français. L’utilisation, par Agnès, d’autres sources hagiographiques originellement composées en latin, mais récemment traduites en français comme la Vie de Claire et la Vie d’Élisabeth, lui fournirent une sorte de tremplin pour se lancer dans son entreprise de rédaction40.

Ni Nanterre ni Angleterre

  • 41 S.L. Field, « Agnes of Harcourt as Intellectual… », op. cit. n. 22.
  • 42 M.-F. Damongeot-Bourdat, « Le coffre aux livres de Marie de Bretagne (1424-1477), abbesse de Fontev (...)

24Après avoir fait état des avancées récentes à propos des sources utilisées par Agnès d’Harcourt, je voudrais souligner l’intérêt de deux découvertes relatives aux manuscrits de la Vie d’Isabelle. J’ai moi-même signalé l’existence d’une copie du xviie siècle qui se trouve à Paris, Bibliothèque de l’Institut, ms. Godefroy 531, fol. 339r-363r. Comme je l’ai démontré ailleurs41, le texte de ce manuscrit est très proche de celui publié par Du Cange en 1668. Cette découverte nous aide donc à comprendre comment ce grand érudit est arrivé à livrer sa version de la Vie d’Isabelle en annexe à son édition de Joinville. La deuxième découverte est due à Marie-Françoise Damongeot-Bourdat, qui a localisé une autre copie de la Vie, également du xviie siècle, à Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Duchesne 38, fol. 72r-89r42. Sans doute copié directement sur le manuscrit original de Longchamp, ce nouveau témoin nous permet de résoudre quelques énigmes textuelles de la Vie d’Isabelle. Je me limite ici à un seul exemple.

  • 43 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 279.

25Agnès d’Harcourt raconte une petite histoire fort intéressante, dans laquelle Isabelle est tombée malade à Saint-Germain-en-Laye, juste à l’ouest de Paris. Sa mère, Blanche de Castille, avait dû partir « pour les affaires du royaume » et Isabelle était donc restée avec sa belle-sœur, la reine Marguerite de Provence. Cependant, la maladie d’Isabelle empira rapidement au point qu’on craignît pour sa vie. Aussi Blanche revint-elle précipitamment auprès de sa fille malade, tout comme le frère d’Isabelle, le roi Louis IX. Folle d’inquiétude, Blanche « envoya avec insistance demander partout des prières » et écrivit notamment à une sainte femme « très religieuse et contemplative ». Cette femme lui répondit et l’informa qu’Isabelle guérirait, mais que « son cœur n’appartiendrait plus jamais au monde, ni aux choses de ce monde ». Comme annoncé, Isabelle recouvra la santé, mais devint encore plus religieuse dans sa façon de s’habiller et de se conduire43.

  • 44 Princeton, University Library, 188, fol. 7r ; S. Roulliard, La saincte mere, ov vie, de M. saincte (...)
  • 45 C. du Cange, Histoire…, op. cit. n. 14, p. 170 (en accord avec le ms. Godefroy 531, fol. 341v).

26Qui était cette mystérieuse sainte femme vers qui Blanche de Castille se tourna dans ce moment désespéré, probablement vers 1244 ? Plusieurs biographies d’Isabelle écrites à Longchamp aux xvie et xviie siècles, dont la première biographie imprimée, publiée par Sébastien Roulliard en 1619, disent que cette femme habitait « à Nanterre »44. Cependant dans l’édition de la Vie d’Isabelle imprimée par Du Cange en 1668, il est écrit dans ce passage « en Angleterre »45. S’il fallait choisir entre ces deux possibilités, le choix logique serait certainement « à Nanterre », ville située dix kilomètres à l’est de Saint-Germain-en-Laye.

  • 46 Paris, BnF, fr. 13747, fol. 127r-141v (« Cahier B » de Sébastien Le Nain de Tillemont). Voir S.L. F (...)

27Lorsque j’ai publié en 2003 une nouvelle édition de la Vie d’Isabelle, je m’appuyais sur une copie du manuscrit original faite en 165346. Cette copie avait été commencée par un scribe qui doutait de lui et qui avait laissé des espaces vides quand il n’était pas certain d’un mot. Puis Antoine Le Maistre, un érudit bien connu, la compléta et remplit également les espaces vides. Lorsque le premier copiste arriva à ce passage dans le manuscrit original, il laissa un espace vide. Le Maistre combla ce blanc par ce que, à l’époque, j’ai lu comme « en Ananterre ». Je voyais que c’était étrange, mais j’ai considéré que, même si une certaine confusion avait pu exister dans le manuscrit original, « Nanterre » était tellement logique, géographiquement parlant, que ce devait être l’interprétation correcte.

  • 47 Voir à l’URL : http://ducange.enc.sorbonne.fr/, sous Avalterræ. Je remercie Walter Simons pour ses (...)

28Cependant, en 2016, en lisant le texte du ms. Duchesne 38 (fol. 74r), j’ai tout à coup compris que la bonne lecture était « en Avauterre ». Le mot Avauterre ou Avalterre en français médiéval était littéralement l’équivalent de « Pays-Bas »47. Plus précisément, dans les textes du xiiie siècle, cela faisait généralement référence à la région de la Belgique moderne qui se trouve dans le triangle formé par Nivelles à l’ouest, Namur au sud et Liège à l’est. Le terme a pu sembler inhabituel pour un francophone du xvie ou du xviie siècle et des copistes inattentifs l’ont donc transformé en Nanterre, voire en Angleterre.

  • 48 Thomas de Cantimpré, The Collected Saints’ Lives, éd. B. Newman, Turnhout, Brepols, 2008.
  • 49 W. Simons, « Worlds Apart ? Beguine Communities and the Abbey of Nivelles, from Marie d’Oignies (d. (...)

29La lecture correcte du texte nous donne une vision révélatrice de la réaction de Blanche de Castille dans ce moment désespéré. Où pouvait-on, à l’époque, trouver une sainte femme dont les prières auraient le plus de chances d’atteindre Dieu ? Dans le sud des Pays-Bas, bien sûr, en cette région où les saintes femmes, surtout des béguines et des cisterciennes, semblaient apparaître partout dans la première moitié du xiiie siècle. Si nous ne savons toujours pas qui était exactement cette femme, nous savons maintenant au moins que nous devrions la chercher parmi des personnalités telles que Lutgarde d’Aywières, une sœur cistercienne d’Aywières (près de Nivelles) qui était souvent consultée pour ses dons prophétiques48, ou peut être l’une des béguines de Nivelles, dont la communauté était soutenue par Blanche de Castille et la famille royale de France dans les années 124049. Ainsi, grâce à la découverte de ce nouveau manuscrit et à une lecture plus précise du texte d’Agnès d’Harcourt, nous avons de nouvelles preuves des liens étroits entre la cour capétienne et les saintes femmes dans les Pays-Bas à cette époque.

L’abbesse et la princesse : quelques épisodes intimes

  • 50 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 292. Texte original (S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. (...)

30Pour évoquer brièvement « la saveur » du texte et des relations entre Agnès d’Harcourt et Isabelle de France, prenons deux petits extraits. D’abord un passage qui se trouve juste avant la fin de la vraie Vie et donc avant la section sur les miracles. Dans ce récit, Agnès donne sa propre explication et son propre jugement sur la vie intérieure de la princesse50 :

Une fois, je la vis blâmer fortement devant moi, sœur Agnès d’Harcourt, des personnes pour des choses qui lui déplaisaient : ce pour quoi elle les blâmait, c’était des bonnes œuvres dont elle les avait chargées et qu’elles n’avaient pas faites. Parce qu’il lui semblait qu’elle leur avait parlé trop durement, elle leur disait sa coulpe, devant moi, de façon merveilleusement humble. Elle s’accusait et se souvenait des paroles qu’elle avait dites, en se mettant en colère contre elle-même. Cela me faisait grand bien de l’entendre et, depuis, le souvenir m’en a souvent fait du bien. Je crois que n’importe quel pécheur, même s’il avait commis beaucoup de péchés mortels, s’il s’était humilié devant Dieu autant qu’elle et s’il avait éprouvé un aussi grand repentir qu’elle – quand elle avait dit des paroles où elle craignait qu’il y eût trace de péché même là où il n’y en avait pas –, aurait largement obtenu la miséricorde en implorant la pitié de Dieu, tant elle redoutait de courroucer le Seigneur et s’en gardait en toutes occasions en elle-même et en autrui.

  • 51 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 294. Texte original (S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. (...)

31Voici ensuite le récit d’un miracle, en fait le deuxième reporté par Agnès51 :

Toujours du temps où madame vivait, sœur Alice de Muchedent fut très malade d’une fièvre tierce. Elle avait de la dévotion pour madame et il lui semblait qu’elle guérirait si madame priait pour qu’elle soit guérie. Cette sœur Alice demanda à sœur Agnès d’Anery, qui était alors abbesse, d’y aller. Mais celle-ci n’osa y aller, par révérence pour madame. Sœur Alice le demanda à sœur Agnès d’Harcourt. Celle-ci y alla et fit valoir à madame la confiance que la malade avait en elle. La sainte dame regarda sœur Agnès d’Harcourt et sourit très aimablement. Presque aussitôt après, la malade fut guérie de sa fièvre. Moi, sœur Agnès d’Harcourt, qui fus porte-parole, j’en suis témoin et aussi sœur Agnès d’Anery, qui vit tout cela.

32Dans l’un et l’autre de ces deux épisodes, Agnès se présente comme étroitement liée à la princesse, formant un lien essentiel entre la fondatrice et les sœurs, et même comme interprète des pensées d’Isabelle. La fondatrice, pour sa part, reste jusqu’à la fin de sa vie piégée entre sa quête d’humilité franciscaine et son héritage d’autorité royale. Et pour les religieuses de Longchamp, Isabelle ne fut jamais une « sœur » comme les autres, mais une « mère », une « dame », sainte mais puissante, pour laquelle elles avaient de la « révérence ».

Conclusion : la postérité de la Vie d’Isabelle

  • 52 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 86.
  • 53 Ibid., p. 340-349.
  • 54 Ibid., p. 354-395.
  • 55 Ibid., p. 396-455.
  • 56 Paris, BnF, naf. 10871.
  • 57 A. Mireaus, Isabellae sanctae : Elisabetha Ioannis Bapt. mater, Elisabetha Andr. Regis Hung. filia, (...)

33Contrairement à la Légende de sainte Claire, la Vie d’Isabelle n’a pas connu un succès spectaculaire, sans pour autant rester ignorée. Au xve siècle, au moins deux manuscrits se trouvaient à Longchamp, un troisième dans la bibliothèque de Charles V et un quatrième à Fontevraud52. Si, hélas, tous ces manuscrits médiévaux sont aujourd’hui perdus, les trois manuscrits (mentionnés plus haut) du xviie siècle qui subsistent, ainsi que l’édition Du Cange donnent la preuve d’un intérêt renouvelé pour la Vie d’Isabelle parmi les érudits de la période moderne. Par ailleurs, l’œuvre d’Agnès d’Harcourt était lue et relue à Longchamp au cours du Moyen Âge. La Vie d’Isabelle a servi de base à une longue épitaphe accrochée sur la tombe de la princesse au xve siècle53, puis à une nouvelle Vie écrite vers 152054, moment d’approbation d’un culte local dédié à Isabelle à Longchamp55, et même à une dernière Vie donnée à Longchamp par sœur Jeanne de Mailly en 1569 qui est restée inédite jusqu’à présent56. Cette tradition a alimenté les nombreuses biographies d’Isabelle imprimées de 1619 à nos jours57.

  • 58 S.L. Field, « A New Life of Isabelle of France from the Early Sixteenth Century », Studies in Medie (...)

34Jusqu’à la fin du Moyen Âge, la chaîne textuelle maintenue à Longchamp a préservé le fil qui mène de Thomas de Celano à Agnès d’Harcourt. Par exemple, quand l’auteur (ou les auteurs) de l’anonyme Déclaration de la sainte vie de notre sainte mère Isabelle, produite à Longchamp vers 1520, voulut évoquer les habitudes alimentaires d’Isabelle, il écrivit qu’elle « mengeoit si tres peu que corps humain n’en pourroit estre souffisantement substenté sy la grace de Dieu n’y ouvroit »58. Dans ce passage, on voit très clairement l’écho des mots d’Agnès d’Harcourt, jadis tirés de la Vie de Claire traduite à Longchamp, elle-même fondée sur la Legenda latine composée par Thomas de Celano.

Haut de page

Notes

1 Je remercie vivement Clémence Cretaux, Jacques Dalarun, Jean-Michel Roessli et Piroska Nagy de m’avoir aidé à rédiger la version française de cette étude.

2 H. Grundmann, Religious Movements in the Middle Ages. The Historical Links between Heresy, the Mendicant Orders, and the Women’s Religious Movement in the Twelfth and Thirteenth Century, with the Historical Foundations of German Mysticism, trad. S. Rowan, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 1995.

3 G. Duchesne, Histoire de l’abbaye royale de Longchamp (1255-1789), Paris, Champion, 19062.

4 Isabelle de France, sœur de saint Louis. Une princesse mineure, éd. J. Dalarun et al., Paris, Éditions franciscaines, 2014 ; S.L. Field, The Rules of Isabelle of France : An English Translation with Introductory Study, St. Bonaventure, Franciscan Institute Publications, 2014 ; Idem, Isabelle of France : Capetian Sanctity and Franciscan Identity in the Thirteenth Century, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2006 ; A.-H. Allirot, Filles de roy de France : Princesses royales, mémoire de saint Louis et conscience dynastique (de 1270 à la fin du XIVe siècle), Turnhout, Brepols, 2010, chap. 8 ; Eadem, « Isabelle de France, sœur de saint Louis : La vierge savante. Étude de la Vie d’Isabelle de France écrite par Agnès d’Harcourt », Médiévales, 48, 2005, p. 55-98 ; W.C. Jordan, « Isabelle of France and Religious Devotion at the Court of Louis IX », Capetian Women, éd. K. Nolan, New York, Palgrave, 2003, p. 209-223 ; très récemment C. Andenna, « “Lo spazio della parola” come luogo di incontro fra il chiostro e la corte », Spazio e mobilità nella « societas christiana ». Spazio, identità, alterità, dir. G. Andenna et al., Milan, Vita e Pensiero, 2017, p. 245-262.

5 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 128-130.

6 Pour la lettre de Guibert de Tournai à Isabelle, voir ibid., p. 133-160.

7 Ibid., p. 167-174.

8 L.F. Field – M.C. Gaposchkin – S.L. Field, The Sanctity of Louis IX : Early Lives of Saint Louis by Geoffrey of Beaulieu and William of Chartres, Ithaca, Cornell University Press, 2014.

9 M.C. Gaposchkin, The Making of Saint Louis : Kingship, Sanctity, and Crusade in the Later Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2008 ; L. Carolus-Barré, Le procès de canonisation de saint Louis (1272-1297). Essai de reconstitution, éd. H. Platelle, Rome, École française de Rome, 1994.

10 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 267-271.

11 A. Vauchez, « Beata stirps : sainteté et lignage en Occident aux xiiie et xive siècles », Idem, Saints, prophètes et visionnaires. Le pouvoir surnaturel au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 1999, p. 67-78.

12 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 272-313.

13 S.L. Field, The Writings of Agnes of Harcourt : The Life of Isabelle of France and the Letter on Louis IX and Longchamp, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2003, p. 3-8.

14 C. du Cange, Histoire de S. Lovys IX. Dv nom, roy de France, ecrite par Iean sire de Ioinville, senéchal de Champagne : Enrichie de nouvelles Obseruations & Dissertations Historiques Avec les Établissements de S. Lovys, le Conseil de Pierre de Fontaines, & plusieurs autres Pieces concernant ce regne, tirées des Manuscrits, Paris, Marbre-Cramoisy, 1668, p. 169-181.

15 P. Paris, « Agnès d’Harcourt, abbesse de Longchamp », Histoire littéraire de la France, Tome 20, Paris, Firmin-Didot, 1842, p. 98-103.

16 M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). i. Inventaire et classement des manuscrits », Études franciscaines, n.s. 7, 2014, p. 5-35 ; Eadem, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). ii. Édition du plus ancien manuscrit de la version longue (BnF, fr. 2096) », Études franciscaines, n.s. 7, 2014, p. 221-272.

17 Je souligne l’importance de cette démonstration dans « Reassessing the Women’s Religious Movement and the Origins of a Female-Authored Vernacular Religious Literature in France », Between Orders and Heresy : Rethinking Medieval Religious Movements, éd. J.K. Deane – A.E. Lester, Toronto, University of Toronto Press, à paraître. Voir aussi M. Pagan, Le corps du texte, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017, p. 102-104.

18 Eadem, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). ii… », op. cit. n. 16, p. 222.

19 Ibid., p. 229.

20 S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 54.

21 Dans la communication précédente, Martine Pagan a souligné l’intérêt d’une occurrence de ce même mot dans le ms. de la Bibliothèque de l’Institut de France, 663.

22 Paris, Bibliothèque de l’Institut, ms. Godefroy 531, fol. 340v, suivi par C. du Cange, Histoire…, op. cit. n. 14, p. 170. Sur l’intérêt de ce manuscrit, voir S.L. Field, « Agnes of Harcourt as Intellectual : New Evidence for the Composition and Circulation of the Vie d’Isabelle de France », Women Leaders and Intellectuals of the Medieval World, éd. K. Kerby-Fulton et al., à paraître.

23 Legenda latina sanctae Clarae virginis Assisiensis, éd. G. Boccali, Santa Maria degli Angeli, Edizioni Porziuncola, 2001, p. 96.

24 Ibid., p. 132.

25 M. Pagan, « Les Légendes françaises de Claire d’Assise (xiiie-xvie siècle). ii… », op. cit. n. 16, p. 240.

26 S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 58.

27 Voir récemment A. Horowski, « La legislazione per le clarisse del 1263 : la regola di Urbano IV, le lettere di Giovanni Gaetano Orsini e di san Bonaventura », Collectanea Franciscana, 87, 2017, p. 65-157.

28 Voir par exemple un passage (déjà évoqué par Martine Pagan) dans la Lettre sur Louis IX et Longchamp, dans Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 269.

29 L. Seláf, « Párhuzamos életrajzok : Szent Erzsébet és Isabelle de France legendái », Árpád-házi Szent Erzsébet kultusza a 13-16. században, dir. D. Falvay, Budapest, Magyarok Nagyasszonya Ferences Rendtartomány, 2009, p. 141-150 (avec un résumé en français).

30 Sur son culte, voir Sainte Élisabeth de Hongrie : Princesse, servante, sainte. Vie et documents, éd. A. Vauchez – A. Le Huërou, Paris, Éditions franciscaines, 2017 ; O. Gecser, The Feast and the Pulpit : Preachers, Sermons and the Cult of St. Elizabeth of Hungary, 1235-ca. 1500, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2012 ; K.B. Wolf, The Life and Afterlife of St. Elizabeth of Hungary : Testimony from Her Canonization Hearings, Oxford, Oxford University Press, 2011.

31 A. Huyskens, Der sog. Libellus de dictis quatuor ancillarum s. Elisabeth confectus, Kempten-München, Verlag der Jos. Kösel’schen Buchhandlung, 1911.

32 O. Gecser, « Lives of St. Elizabeth : Their Rewriting and Diffusion in the Thirteenth Century », Analecta Bollandiana, 129, 2009, p. 49-107.

33 Je remercie Levente Seláf pour l’information sur ces dates. Pour un inventaire des manuscrits, voir Anne-Françoise Leurquin – Marie-Laure Savoye, « Vie de sainte Élisabeth de Hongrie, Anonyme », Jonas-IRHT/CNRS, à l’URL : http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/2150.

34 Levente Seláf publie en ce moment une étude préliminaire, « Le modèle absolu de la princesse charitable. La première légende vernaculaire de sainte Élisabeth de Hongrie et sa réception. Prolégomènes à une édition critique », à paraître dans Le Moyen Âge. Deux extraits de cette légende viennent d’être publiés en français moderne dans Sainte Élisabeth de Hongrie…, op. cit. n. 30, p. 391-396.

35 Paris, BnF, fr. 13496, fol. 157r.

36 S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 52.

37 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 276, n. 1.

38 S.L. Field, « Pierre Perrier’s 1699 Vie de sainte Isabelle de France : Precious Evidence from an Unpublished Preface », Franciscan Studies, 73, 2015, p. 215-247.

39 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 276, n. 1.

40 Quelques années plus tard, entre 1288 et 1292, une des fidèles de Marguerite Colonna, une femme nommée Stefania, écrit une deuxième Vita de la femme sainte. Cette vita (en latin) fait également un large usage de sources plus anciennes, y compris les bulles de canonisation d’Élisabeth de Hongrie et de François d’Assise. Voir Visions of Sainthood in Medieval Rome : The Lives of Margherita Colonna by Giovanni Colonna and Stefania, éd. L.S. Knox – S.L. Field, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2017.

41 S.L. Field, « Agnes of Harcourt as Intellectual… », op. cit. n. 22.

42 M.-F. Damongeot-Bourdat, « Le coffre aux livres de Marie de Bretagne (1424-1477), abbesse de Fontevraud », Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen Âge et Renaissance, dir. A.-M. Legaré, Turnhout, Brepols, 2007, p. 81-99.

43 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 279.

44 Princeton, University Library, 188, fol. 7r ; S. Roulliard, La saincte mere, ov vie, de M. saincte Isabel de France, soevr vniqve dv roy S. Lovys, Fondatrice de l’Abbaye de Long-champ, Paris, Taupinart, 1619, p. 96.

45 C. du Cange, Histoire…, op. cit. n. 14, p. 170 (en accord avec le ms. Godefroy 531, fol. 341v).

46 Paris, BnF, fr. 13747, fol. 127r-141v (« Cahier B » de Sébastien Le Nain de Tillemont). Voir S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13 ; Idem, « The Missing Sister : Sébastien Le Nain de Tillemont’s Life of Isabelle of France », Revue Mabillon, n.s. 19, 2008, p. 243-270.

47 Voir à l’URL : http://ducange.enc.sorbonne.fr/, sous Avalterræ. Je remercie Walter Simons pour ses conseils sur la signification de ce terme.

48 Thomas de Cantimpré, The Collected Saints’ Lives, éd. B. Newman, Turnhout, Brepols, 2008.

49 W. Simons, « Worlds Apart ? Beguine Communities and the Abbey of Nivelles, from Marie d’Oignies (d. 1213) to the Liber Ordinarius (c. 1300) », The Liber Ordinarius of Nivelles, éd. J. Hamburger – E. Schlotheuber, Tübingen, Mohr Siebeck, à paraître.

50 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 292. Texte original (S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 68) : « Et aucunes fois vi je que d’auqu[n]es chosces qui li desplaissoient, elle blasmoit forment aucunes persones devant mai, seur Agnes de Harecourt, et ce pourcoi elle les blasmoit si estoit pour aucunes bones œuvres qu’eles n’avoient pas fetes qu’ele leur avoit encharchiez. Et pour ce qu’il li sambloit qu’ele avoit parlé trop aprement, elle leur dissoit sa coulpe devant mai mervilleusement humblement, et mout s’acussoit et recordoit les paroles qu’ele avoit dites en agrigant sur li. Mout me feissoit grant bien a l’oïr, et puis m’en a fait bien la remembrance maintes fois. Je cro qu’i n’est nul picheur encore qui euist aussi grant repentance comme elle avoit quant elle avoit dit aucune chosce ou elle se doutoit que il n’i eust pichiez neys ou il n’en avoit point, si crioit a Diu mercy qu’il n’eust largement misericorde, tant doutoit a courroucier Nostre Seigneur et se gardoit de toutes achoisons en soy et an autruy ».

51 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 294. Texte original (S.L. Field, The Writings…, op. cit. n. 13, p. 70) : « Encore quant madame vivoit seur Aalis de Mucedent fu mout malade d’une fievre tierçaine. Ele ot devotion a madame, et li estoit avis que se madame priat pour li que ele fut guerie. Icelle suer Aalis requit a seur Agnes d’Anery, qui adonc estoit abbesse, que ele y alat. Elle n’y osa aller por sa reverence. Seur Alis en pria seur Agnes de Harecourt ; elle y ala et li montra la fiance que la malade y avoit. La sainte dame regarda seur Agnes de Harecourt et sousrit mout amiablement, et tost aprés la malade fu toute guerie de sa fievre. Je suer Agnes de Harecour qui portay la parole suy tesmong de cete chose, et aussi seur Agnes d’Anery vit toutes ces choses ».

52 Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 86.

53 Ibid., p. 340-349.

54 Ibid., p. 354-395.

55 Ibid., p. 396-455.

56 Paris, BnF, naf. 10871.

57 A. Mireaus, Isabellae sanctae : Elisabetha Ioannis Bapt. mater, Elisabetha Andr. Regis Hung. filia, Isabella regina Portugallix, Isabella, S. Lud. Galliae regis soror, Bruxelles, apud Ioannem Pepermanum, 1622 ; Labrégé de la vie et miracle fait à l’abbaye de Long-champ sur le tombeau de la bienheureuse Isabel de France, fille du roy Louys VIII & soeur du bon roy S. Louys, Longchamp, s.n., 1637 ; N. Caussin, La vie de Ste Isabelle, sœur du roy saint Louis et fondatrice du monastère royal de Long-champ, Qui a donné un parfait example de la vie neutre des personnes non mariées ny religieuses, Paris, Sonnius, Bechet et Bray, 1644 (sur cette Vie voir T. Worcester, « Neither Married nor Cloistered : Blessed Isabelle in Catholic Reformation France », Sixteenth Century Journal, 30, 1999, p. 457-472). Voir aussi la bibliographie « Études sur Isabelle de France et Longchamp avant 1900 » dans Isabelle de France…, op. cit. n. 4, p. 483-484.

58 S.L. Field, « A New Life of Isabelle of France from the Early Sixteenth Century », Studies in Medieval and Renaissance History, 3e s. 8, 2011, p. 27-80, en part. p. 50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sean L. Field, « De la Vie française de Claire d’Assise à la Vie d’Isabelle de France », Memini [En ligne], 24 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/memini/1116 ; DOI : 10.4000/memini.1116

Haut de page

Auteur

Sean L. Field

University of Vermont

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals