Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Térence Le Deschault de Monredon, Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350, Paris, Picard, 2015, 351 pages, ISBN 978-2-7084-0990-3, 39 €.

Brigitte Pradervand

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1De nombreuses études, signalées dans la riche bibliographie de cet ouvrage, témoignent d’un regain d’intérêt, depuis une trentaine d’années environ, pour le décor peint civil du Moyen Âge. Ces nouvelles données, publiées à l’occasion de découvertes effectuées lors de restaurations, de colloques consacrés à l’habitat civil, ou à la faveur d’inventaires régionaux, élargissent considérablement le corpus des œuvres et ouvrent le champ de l’étude des chambres peintes des demeures médiévales. Les investigations, menées désormais de façon interdisciplinaire, convoquant historiens, archéologues, conservateurs-restaurateurs, intègrent des éléments techniques sur la nature des décors et des connaissances plus générales sur la fonctionnalité des espaces au sein d’une maison, cette dernière n’étant souvent conservée que de manière fragmentaire.

2Mais les approches restaient pour la plupart ponctuelles, jusqu’à ce que Térence Le Deschault de Monredon, saisissant tout l’intérêt de réunir un corpus et d’analyser de manière plus globale une partie de ces données particulières, consacre au sujet sa thèse de doctorat. L’ouvrage qui en est issu propose une riche approche thématique à partir de cinquante-cinq ensembles de peintures murales figuratives, c’est-à-dire porteuses de sens, selon les termes de l’auteur, reparties sur le territoire de la France actuelle. Les limites chronologiques adoptées (1100-1350) correspondent d’une part, pour le début, à l’apparition des décors d’une certaine envergure et d’autre part, pour le terme, à différents critères pertinents qui semblent avoir influencé la diminution du nombre de commandes, dont l’avènement de la guerre de Cent Ans ou la grande peste de 1348.

3Une première partie de l’ouvrage est consacrée au contexte du décor, à sa matérialité et à sa relation à l’environnement architectural. Cette approche est essentielle pour comprendre ces œuvres à la scénographie complexe, illustrant parfois un ouvrage littéraire comme, par exemple, le cycle du château de Cruet.

4Dans la deuxième partie, l’exceptionnel programme iconographique des peintures de la Tour Ferrande à Pernes-les-Fontaines, dans le Vaucluse, est revisité par l’auteur et son interprétation complétée, notamment par l’examen attentif de nouveaux éléments héraldiques, ainsi que par une analyse fine des séquences et des articulations entre les scènes. Une description historique détaillée de la biographie de nombreux personnages rayonnant autour de la famille des Baux et de ses alliances permet à l’auteur de proposer un membre de cette famille comme commanditaire du décor. L’examen de la Tour Ferrande résume en quelque sorte les principaux thèmes qui se développent dans les autres œuvres du corpus : le combat contre l’infidèle, la mise en valeur de la lignée, la guerre féodale mais aussi le roman de chevalerie, l’insertion d’images saintes dans un cycle ou la mise en perspective d’exempla.

5La troisième partie décrit ensuite plus largement ces aspects. Les thèmes guerriers, d’abord : la lutte des chrétiens contre les infidèles, les combats entre des cavaliers affrontés, fréquemment représentés, ainsi que les héros littéraires ou historiques, et l’auteur nous livre ici une étude approfondie des peintures du château de Cruet qui permet l’identification de leur source littéraire. Les autres activités de la noblesse, la chasse, la musique, les scènes courtoises, enfin quelques scènes religieuses et allégoriques sont illustrées. A noter que les thèmes absents du corpus sont également relevés.

6La quatrième partie de l’ouvrage est consacrée à la question de la datation. L’auteur rend hommage à l’apport de l’archéologie, aux méthodes de datation, notamment dendrochronologiques, mais évoque aussi les trop rares documents historiques qui décrivent des commandes et lorsque par chance ils sont conservés, ce sont les œuvres qui ont disparu… Pour affiner la datation, Térence Le Deschault de Monredon observe l’évolution des différentes parties de l’armement en étant toutefois bien conscient de la difficulté à donner des datations précises pour des représentations qui parfois diffèrent selon les régions ou la qualité de la représentation. L’apport des enluminures ou des sceaux fournit quelques références bienvenues. Au sujet de l’iconographie toutefois, les détails, si importants pour le discours, sont parfois peu perceptibles sur les photographies, mais il est aisé de comprendre la difficulté de réunir une documentation professionnelle pour tous ces exemples.

7Dans la dernière partie du livre, les œuvres retenues sont présentées à la manière de fiches d’inventaire, sous la forme d’un résumé précis et fort utile. L’ouvrage de Térence Le Deschault de Monredon vient donc combler, de manière très convaincante, une lacune dans l’historiographie du décor peint civil médiéval en France. Il permet désormais de mieux comprendre les enjeux de telles ornementations et aussi de relier les éléments de ce corpus à d’autres décors, situés également hors du territoire français. Espérons que cette recherche se poursuivra et intégrera aussi les décors non figuratifs qui, souvent, occupent la plus grande partie de l’espace, et offrent également un grand intérêt pour comprendre la fonctionnalité de ces chambres peintes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Pradervand, « Térence Le Deschault de Monredon, Le décor peint de la maison médiévale. Orner pour signifier en France avant 1350, Paris, Picard, 2015, 351 pages, ISBN 978-2-7084-0990-3, 39 €. », Memini [En ligne], 24 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/memini/1185

Haut de page

Auteur

Brigitte Pradervand

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals