Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Judging Faith, Punishing Sins. Inquisitions and Consistories in the Early Modern World, éd. Charles H. Parker – Gretchen Starr-LeBeau, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 408 pages, ISBN 978-1-107-1-4024-0, 90 £.

Juliana Michel

Entrées d'index

Mots-clés :

inquisition, consistoire

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par Charles H. Parker, historien spécialiste de l’histoire globale, et par Gretchen Starr-LeBeau, spécialiste de l’Inquisition espagnole, cet ouvrage collectif réunissant vingt-six collaborateurs vise des objectifs ambitieux. Il propose à la fois une introduction à l’histoire des inquisitions et des consistoires – deux institutions caractérisées par leurs fonctions de contrôle et de surveillance des populations –, un état des lieux de la recherche, une étude comparative, ainsi que des pistes de recherches futures. L’ouvrage s’organise autour de trois parties, chacune composée de différents thèmes d’analyse qui alternent études consistoriales et études inquisitoriales, soulignant ainsi les similitudes et les différences entre les deux institutions et entre les deux champs de recherche qui y sont rattachés. Cette démarche comparative, centrale, invite au dépassement : d’abord, à celui des habitudes historiographiques, qui distinguent bien souvent champ protestant et champ catholique ; ensuite, à celui des échelles spatiales et chronologiques traditionnelles.

2La première partie, en quatre sections, offre une mise en contexte générale, rappelant avec les contributions de Raymond A. Mentzer et Christopher F. Black l’importance des particularités nationales, parfois même locales, des deux institutions. En effet, les consistoires, bien qu’inspirés du modèle genevois fondé par Calvin en 1541, se déclinent en kirk-sessions en Écosse et en presbytères en Allemagne et aux Pays-Bas. Quant à « l’Inquisition », elle n’existe pas. Il convient en effet de parler « des inquisitions », réunissant l’Inquisition espagnole fondée en 1478, l’Inquisition portugaise (1536) et l’Inquisition romaine (1542). Surtout, les auteurs rappellent que les objectifs poursuivis par ces deux institutions disciplinaires demeurent différents : les consistoires, institutions locales, fonctionnant dans un système hiérarchique ascendant, ont un rôle de régulation sociale et de contrôle moral, tandis que les inquisitions, soumises à une hiérarchie descendante, se consacrent à la surveillance de la foi et à l’éradication des hérésies. La seconde section, la plus longue de l’ouvrage, propose une série de chapitres – rédigés par Margo Todd, Gretchen Starr-LeBeau et Kimberly Lynn, Sara Beam, Edward Behrend-Martinez, et Martin Ingram – consacrée à une mise en contexte juridique. L’accent est mis sur les pluralités et les concurrences juridictionnelles de l’Europe – spécialement ecclésiastiques. Dans tous les cas, consistoires (notamment écossais et genevois) et inquisitions ne peuvent fonctionner qu’avec le soutien des juridictions laïques. Les troisième et quatrième sections s’intéressent aux pratiques humaines qui agissent au cœur des deux institutions. William Naphy et Kimberly Lynn insistent ainsi sur les rôles et les fonctions des acteurs – les anciens dans les consistoires, et la multitude d’hommes œuvrant pour les inquisitions. Christian Grosse et Kim Siebenhuner, pour leur part, décryptent le potentiel historique des sources laissées par les deux institutions, démontrant ainsi l’existence de défis communs aux deux champs de recherche et tout l’intérêt méthodologique qu’il y a à rapprocher les études et les pratiques historiennes.

3La deuxième partie se concentre sur les pratiques de ces institutions. En entrant dans le quotidien des acteurs qui la composent et qui ont affaire à elles, elle amène à nuancer, en quatre sections, le potentiel coercitif des inquisitions comme des consistoires. Philippe Chareyre et Doris Moreno Martinez mettent en avant les pratiques disciplinaires mises en œuvre par les deux institutions, tandis que Timothy Feller et Lu Ann Homza tâchent de montrer le panel de réactions, allant de la repentance à la résistance, que peuvent mobiliser les hommes et les femmes conduits devant elles. Les contributions de Karen E. Spierling et John F. Chuchiak IV amènent cependant à nuancer les marges de manœuvre dont disposent les consistoires et les inquisitions, les premiers étant limités par la crainte de la conversion catholique et valorisant avant tout la paix sociale, les seconds devant recourir à des méthodes de manipulation pour atteindre leurs fins. Enfin, Jeffrey Watt et Allyson M. Poska mettent en avant les potentialités d’une approche genrée appliquée aux consistoires et aux inquisitions.

4La dernière partie questionne les marges. Marges géographiques, d’abord, avec les contributions de Mark Meuwese, d’Allyson M. Poska, de Hendrik E. Niemeijer et de Bruno Feitler. Les expériences américaines et asiatiques montrent les rapports ténus qu’entretiennent consistoires et inquisitions avec les intérêts coloniaux, leur existence et leurs moyens d’action dépendant presque seulement des préoccupations commerciales des empires. Finalement, Joke Spaans et James E. Wadsworth interrogent les marges chronologiques, invitant à repenser la fin des deux institutions et à les voir, plutôt, comme le début de nouveaux phénomènes historiques. J. Spaans propose de ne pas voir la fin d’un contrôle disciplinaire en pays protestant au xviiie siècle, mais de distinguer l’effacement du contrôle consistorial au profit du contrôle par les autorités civiles, dans une véritable transformation culturelle et sociale. J. E. Wadsworth, quant à lui, s’intéresse au rapport entre la diminution des pouvoirs inquisitoriaux, voire leur disparition, et la montée du phénomène de sécularisation du xviiie siècle à aujourd’hui. Les portes de la recherche restent ainsi ouvertes des deux côtés.

5En conclusion, E. William Monter remet en perspective l’histoire de la pénitence et de sa prise en charge par les consistoires et les inquisitions et appelle à construire un champ historiographique propre à interroger spécifiquement ces institutions disciplinaires, si différentes dans leurs pratiques mais si proches dans les défis méthodologiques et conceptuels qu’elles soulèvent.

6Répondant amplement aux objectifs fixés par les auteurs, l’ouvrage est donc une ressource de base pour qui s’intéresse aux consistoires ou aux inquisitions, mais s’avère surtout constituer la première pierre d’une rencontre historiographique notable, offrant un point de confluence entre chercheurs d’horizons divers, tous soucieux de mieux comprendre les enjeux de ces importantes institutions. Les pistes ouvertes par chacune des sections comparatives de l’ouvrage devraient permettre de stimuler la recherche et de combler rapidement ses lacunes : qu’en est-il des territoires où inquisitions et consistoires ont pu, au moins, se croiser (Pays-Bas espagnols, Sud-Ouest français) ? Peut-on trouver des discours protestants sur les inquisitions, des discours catholiques sur les consistoires ? Au-delà des marges, la recherche pourrait-elle tendre aussi vers les rencontres ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliana Michel, « Judging Faith, Punishing Sins. Inquisitions and Consistories in the Early Modern World, éd. Charles H. Parker – Gretchen Starr-LeBeau, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 408 pages, ISBN 978-1-107-1-4024-0, 90 £. », Memini [En ligne], 24 | 2018, mis en ligne le 07 décembre 2018, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/memini/1198

Haut de page

Auteur

Juliana Michel

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals