Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Rencontres, conflits, échanges : ...Avant-propos

Rencontres, conflits, échanges : l’espace méditerranéen au Moyen Âge

Avant-propos

Alessio Marziali Peretti

Entrées d'index

Mots-clés :

Méditerranée, Moyen Âge

Géographique :

Méditerranée

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Coli (...)
  • 2 Ibid., p. 238.

1La publication par Fernand Braudel de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II en 1949 a marqué le début de plusieurs décennies de travaux sur la Méditerranée en tant qu’espace unitaire1, même si la valeur herméneutique de cette unité et de ses caractéristiques continue d’être débattue. La constatation d’une uniformité géographique et d’une similarité de climat et d’environnement dans l’espace méditerranéen occupait une partie substantielle de l’œuvre séminale de Fernand Braudel. L’historien ne négligeait pourtant nullement l’humanité se rapportant à ce monde : « La Méditerranée n’a d’unité que par le mouvement des hommes, les liaisons qu’il implique, les routes qui le conduisent », écrivait-il2. Bien que son ouvrage ne concernât pas exclusivement la mer, il ciblait clairement la Méditerranée, le plus large « monde méditerranéen » mentionné dans le titre, une extension spatiale significative qui s’étendait jusqu’au Portugal ou à la Pologne.

  • 3 D. Abulafia, The Great Sea. A Human History of the Mediterranean, Oxford-New York, Oxford Universit (...)

2Depuis, la validité d’une définition aussi large a été remise en question et l’on assiste aujourd’hui à l’essor d’une idée de la Méditerranée plus strictement maritime, une Méditerranée des îles, des côtes, des ports et de l’eau. C’est le cas du livre récent et emblématique de David Abulafia, The Great Sea. A Human History of the Mediterranean : « My “Mediterranean” is resolutely the surface of the sea itself, its shores and its islands, particularly the port cities that provided the main departure and arrival points for those crossing it3 ». Abulafia rejette explicitement l’idée d’une Méditerranée limitée à la culture de l’olive, qui, on le sait, s’étend bien au-delà des côtes, et il défend une vision plus circonscrite et plus maritime. Ce choix très net n’empêche pas l’auteur d’inclure l’arrière-pays et ses populations sédentaires, que l’histoire méditerranéenne ne saurait négliger. Mais le centre de son attention reste la mer, les hommes et les femmes qui l’ont vécue, en ont fait l’expérience et l’ont traversée, pour une histoire qui se veut – comme le dit le titre de son ouvrage – humaine, dépourvue de tout déterminisme naturaliste.

  • 4 Cf. M. Herzfeld, « The Horns of the Mediterraneanist Dilemma », American Ethnologist, 11, 1984, p  (...)
  • 5 Ibid., p. 47.

3Du côté de l’anthropologie, Michael Herzfeld a questionné la validité de l’approche unitaire de la Méditerranée, en particulier la définition de « culture méditerranéenne » qui caractérisait l’analyse de Braudel et d’autres historiens, définition qu’il a soumise à une critique serrée4. Herzfeld s’intéresse plutôt à ce qu’il appelle le « Mediterraneanism » — terme qu’il forge sur le modèle de l’orientalisme d’Edward Said —, c’est-à-dire l’idée même de cette unité méditerranéenne qui, selon lui, affecte non seulement ses habitants, mais également le monde académique. « To say that the Mediterranean “does not exist” is as silly as to argue that facts themselves “do not exist” », affirme-t-il ; « they exist in the sense that they are representations of something experienced in the phenomenal world5 ». C’est cette catégorie, cette forme de représentation qui lui semble la plus digne d’intérêt scientifique, plutôt que les études globales visant la Méditerranée.

  • 6 Cf. aussi P. Matvejvitch, Bréviaire méditerranéen, Paris, Fayard, 1992 ; J. Carpentier et F. Lebrun(...)
  • 7 P. Horden et N. Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell, 2 (...)
  • 8 Comme le relève W. V. Harris, « The Mediterranean and Ancient History », Rethinking…, op. cit. n. 4 (...)

4Notre intention n’est pas de retracer ici l’histoire complète des études sur la Méditerranée. L’entreprise dépasserait les objectifs de ce liminaire. Renvoyer aux contributions des trois chercheurs mentionnés suffira à fournir tous les éléments pour des enquêtes plus approfondies6. Ce qui importe en première instance, c’est de montrer combien le monde méditerranéen et sa définition ont été et sont encore une source de débat, sans qu’ils aient perdu une once de leur capacité à inspirer des opinions et des points de vue souvent divergents. Dans un livre publié il y a bientôt vingt ans et qui a profondément marqué l’approche des études sur la Méditerranée, Peregrine Horgen et Nicholas Purcell ont proposé une distinction entre l’histoire « of » et l’histoire « in » la Méditerranée7. La première, l’histoire de la Méditerranée, prend en considération l’ensemble du système, de façon globale, les interactions humaines ainsi que les facteurs physiques : c’est l’histoire que Horgen et Purcell, ainsi que Braudel et Abulafia, abordent dans leurs travaux monumentaux. L’histoire dans la Méditerranée, d’autre part, est formée d’études ponctuelles ne visant qu’une partie de l’ensemble. Elle n’a nul besoin d’une vision globale de la région et de tous les éléments naturels et humains qui la déterminent. L’attention se fixe à chaque fois sur un événement ou un phénomène particulier et de portée limitée, circonscrit dans le temps ou l’espace et relié de manière contingente ou indirecte à son cadre géographique. Ainsi définies, histoire de la Méditerranée et histoire dans la Méditerranée ne peuvent pas toujours être distinguées de manière précise, car il est parfois impossible d’isoler des aspects de l’histoire dans la Méditerranée de considérations concernant la région dans son ensemble8.

  • 9  R. Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, Cambridge Un (...)
  • 10  R. Ellenblum, « Were there Borders and Borderlines in the Middle Ages ? The Example of the Latin K (...)
  • 11  D. Pringle, The Churches of the Crusader Kingdom of Jerusalem. A Corpus, Cambridge, Cambridge Univ (...)
  • 12 L. Minervini, « Modelli culturali e attività letteraria nell’Oriente latino », Studi medievali, 43, (...)
  • 13 Ch. MacEvitt, Crusades and the Christian World of the East : Rough Tolerance, Philadelphie, Univers (...)
  • 14 L. Minervini, « Le français dans l’Orient latin (xiiie-xive siècles). Éléments pour la caractérisat (...)

5Le dossier que nous présentons appartient assurément à la catégorie de l’histoire dans la Méditerranée. Sont réunies ici des contributions présentées lors du colloque interdisciplinaire Rencontres, conflits, échanges : l’espace méditerranéen au Moyen Âge, qui s’est tenu les 23 et 24 mars 2018 à l’Université de Montréal. Le colloque est né de la volonté de réfléchir aux problèmes et aux enjeux soulevés par les recherches récentes portant sur les mouvements d’hommes et de femmes, d’objets et d’idées autour de la Méditerranée au cours du Moyen Âge. Ce choix n’a rien d’original : les travaux capitaux mentionnés ci-dessus montrent à loisir la vitalité de cette approche et de cet objet d’études. De plus, ces dernières années, les études médiévales ont été marquées par des percées prometteuses, voire majeures dans la connaissance et la définition des interactions opérant dans l’espace méditerranéen, en vertu de l’effort convergent de plusieurs disciplines et de la mise en œuvre d’axes de recherche transdisciplinaires. Les États latins d’Orient en sont un bon exemple : des étapes et des formes de la colonisation franque au lendemain de la première croisade9 à la pertinence de la notion de frontière en Méditerranée orientale10, du patrimoine religieux bâti11 à la vie littéraire et culturelle de la région12, des interactions entretenues par les Latins avec les communautés chrétiennes présentes sur place13 à la variété particulière du français ayant cours au Levant14, ce sont les coordonnées mêmes de cet espace (physique, politique, religieux, culturel) qui ont été redéfinies.

6Les quatre contributions réunies dans ce dossier sont, chacune à sa manière, une pièce à ajouter aux recherches sur l’espace méditerranéen, un morceau de plus de l’histoire dans la Méditerranée. Francesco Carapezza ouvre le dossier en nous transportant d’emblée au centre de la Méditerranée, en Sicile. Il recompose le dessin des influences ibéro-islamiques et siculo-normandes ayant joué un rôle dans la conception et la réalisation du plafond peint du Palais Chiaramonte de Palerme. L’analyse de cette bibliothèque figurative complexe permet d’évoquer les traditions littéraires les plus célèbres de la culture latine et romane de l’Europe continentale : on y retrouve les histoires de Troie, d’Alexandre le Grand, de Tristan et Yseut, d’Énée et Didon, des épisodes bibliques, etc. À l’aide de relevés photogrammétriques récents, qui permettent un accès plus aisé aux peintures de ce fragile plafond en bois – en cours de restauration –, Carapezza avance des interprétations inédites au sujet de plusieurs séquences figuratives et met celles-ci en résonance avec les données biographiques du commanditaire et les vicissitudes de sa lignée.

7La deuxième contribution, due à l’auteur de ces lignes, reste en Méditerranée centrale et se concentre sur la tradition italienne des Faits des Romains, la célèbre « biographie » de Jules César écrite en français au début du xiiie siècle. À partir de l’analyse de textes auxiliaires aux Faits des Romains, on retrace la diffusion d’une chronique impériale sur un arc de deux siècles, jusqu’à sa diffusion en dehors de l’espace méditerranéen en direction du nord de la France. La partie la plus ancienne de la tradition manuscrite de cette chronique se configure, en fait, comme strictement méditerranéenne, concentrée dans les trois centres du commerce et du pouvoir maritime de Gênes, de Pise et de la Vénétie. Or, c’est au carrefour de la rivalité commerciale et politique entre Pise et Gênes à la fin du xiiie siècle qu’on situe le foyer de production d’un groupe de manuscrits qui a représenté l’un des axes principaux de la diffusion de la littérature française du Moyen Âge en Italie. Ce groupe comprend aussi les trois exemplaires des Faits des Romains qui constituent le point de départ d’une réflexion plus large sur la réception italienne de l’œuvre.

8La contribution de Stephanie Plante propose pour sa part un voyage inverse, puisque le point de départ du périple est situé dans les Flandres. L’auteure s’interroge sur la littérature en langue d’oïl circulant dans l’entourage de Gui de Dampierre, comte de Flandres de 1278 à 1305 et descendant d’une lignée dont l’histoire s’entrelaça avec les événements politiques de la Méditerranée orientale. Gui était, en fait, le neveu de Baudouin IX de Flandres, qui reçut le titre d’empereur de Constantinople. Plante accompagne le lecteur à la recherche d’œuvres et de manuscrits attestant l’intérêt de Gui et de son entourage pour l’histoire de sa maison comtale et, finalement, pour son implication durable et intense dans l’histoire politique et culturelle du Levant au Moyen Âge central.

9Enfin, Anna Perreault nous ramène à la mer avec une analyse des manuscrits du Liber Insularum Archipelagi de Cristoforo Buondelmonti, le plus ancien « livre d’îles » parvenu jusqu’à nous. Dans cette représentation de la mer Égée, Buondelmonti offre une description (plus ou moins) fidèle des îles et des villes côtières de la région, mais en même temps il n’hésite pas à mettre en images un contexte socio-économique et géopolitique spécifique, vu et interprété à la lumière de son humanisme chrétien. Composé d’une partie textuelle et d’une partie cartographique, le Liber de Buondelmonti présente non seulement un outil géographique, mais aussi une idée historiquement déterminée de la Méditerranée.

  • 15 D. Abulafia, « Mediterraneans », Rethinking…, op. cit. n. 4, p. 6493, en part. p. 67.

10Sans préméditation de notre part, ce dossier de textes se concentre sur les régions centrales et orientales de la Méditerranée et, du point de vue chronologique, sur les derniers siècles du Moyen Âge. Visant à ne donner que des exemples de rencontres, conflits et échanges qui ont caractérisé le bassin méditerranéen au Moyen Âge, sa prétention n’est pas d’être exhaustif ni taxinomique, mais de montrer plutôt comment les approches pluridisciplinaires peuvent contribuer efficacement à l’étude de l’histoire dans cet espace maritime. Histoire, codicologie, histoire de l’art, philologie et linguistique s’associent et collaborent dans ces études de cas pour raconter « not just the history of what happened on the sea, but the history of the way the inhabitants of the opposing shores of the sea interacted across the sea », comme le dit Abulafia15.

11Le colloque et le dossier de textes qui en résulte ont vu le jour grâce à la collaboration et à l’aide de plusieurs personnes et institutions. Nous tenons d’abord à remercier les unités et organismes de l’Université de Montréal qui nous ont soutenus : le Centre d’études médiévales, le Département des littératures de langue française, le Département d’histoire, le FICSUM (Fonds d’investissement des cycles supérieurs de l’Université de Montréal) et l’AELLFUM (Association des étudiants en littératures de langue française de l’Université de Montréal). Un remerciement chaleureux va aussi à l’Istituto Italiano di Cultura de Montréal et plus particulièrement à son directeur, Francesco D’Arelli, qui a apporté un soutien fondamental. Les personnes ayant participé à l’organisation du colloque et à son heureux déroulement sont nombreuses : en premier lieu Christoff Leney-Granger et Émilie-Claude Lepage, auxquels on doit la réussite des deux journées ; les chercheurs et chercheuses qui sont intervenus et qui l’ont animé avec enthousiasme : Xavier Biron-Ouellet, Cornel Bontea, Benjamin Bourgeois, Philippe Depairon, Francesco Moschetto, Anna Perreault, Stephanie Plante, Bogdan Cezar Smarandache, Andrea Tondi et Virginie Turcot ; les présidents de séance, généreux et toujours bienveillants : Gordon Blennemann, Travis Bruce, Guadalupe González Diéguez, Serge Lusignan, Kristine Tanton ; le comité scientifique, composé de Gordon Blennemann, Guadalupe González Diéguez, Francis Gingras et Gabriele Giannini. Je souhaite exprimer une gratitude particulière à ce dernier pour son soutien indéfectible et éclairé.

Haut de page

Notes

1 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1949.

2 Ibid., p. 238.

3 D. Abulafia, The Great Sea. A Human History of the Mediterranean, Oxford-New York, Oxford University Press, 2011, p. xvii.

4 Cf. M. Herzfeld, « The Horns of the Mediterraneanist Dilemma », American Ethnologist, 11, 1984, p  439454 ; et Idem, « Practical Mediterraneanism : Excuses for Everything, from Epistemology to Eating » ; Rethinking the Mediterranean, éd. W. V. Harris, Oxford-New York, Oxford University Press, 2005, p. 45-63.

5 Ibid., p. 47.

6 Cf. aussi P. Matvejvitch, Bréviaire méditerranéen, Paris, Fayard, 1992 ; J. Carpentier et F. Lebrun (éd.), Histoire de la Méditerranée, Paris, Seuil, 1998 ; I. Chambers, Mediterranean Crossing : the Politics of an Interrupted Modernity, Durham NC-Londres, Duke University Press, 2008 ; C. Broodbank, The Making of the Middle Sea. A History of the Mediterranean from the Beginning to the Emergence of the Classical World, Londres, Thames & Hudson, 2013 ; et P. Horden et S. Kinoshita, A Companion to Mediterranean History, Chichester, Blackwell, 2014.

7 P. Horden et N. Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Blackwell, 2000, p. 9.

8 Comme le relève W. V. Harris, « The Mediterranean and Ancient History », Rethinking…, op. cit. n. 4, p. 142, en part. p. 7.

9  R. Ellenblum, Frankish Rural Settlement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge, Cambridge University Press, 1998 et A. J. Boas, Archaeology of the Military Orders. A Survey of the Urban Centres, Rural Settlements and Castles of the Military Orders in the Latin East (c. 1120-1291), Londres-New York, Routledge, 2006.

10  R. Ellenblum, « Were there Borders and Borderlines in the Middle Ages ? The Example of the Latin Kingdom of Jerusalem », Frontiers in the Middle Ages : Concepts and Practices, éd. D. Abulafia et N. Berend, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 105119.

11  D. Pringle, The Churches of the Crusader Kingdom of Jerusalem. A Corpus, Cambridge, Cambridge University Press, 1993-2009.

12 L. Minervini, « Modelli culturali e attività letteraria nell’Oriente latino », Studi medievali, 43, 2002, p. 337348, J. Folda, Crusader Art in the Holy Land. From the Third Crusade to the Fall of Acre, 1187-1291, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, J. Rubin, Learning in a Crusader City. Intellectual Activity and Intercultural Exchanges in Acre, 1191-1291, Cambridge, Cambridge University Press, 2018 et A. Bale, « Reading and Writing in Outremer », The Cambridge Companion to the Literature of the Crusades, éd. Idem, Cambridge, Cambridge University Press, 2019, p. 85101.

13 Ch. MacEvitt, Crusades and the Christian World of the East : Rough Tolerance, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2008 ; et A. V. Murray, « Franks and Indigenous Communities in Palestine and Syria (1099-1187) : A Hierarchical Model of Social Interaction in the Principalities of Outremer », East Meets West in the Middle Ages and Early Modern Times, éd. A. Classen, Berlin, De Gruyter, 2013, p. 291309.

14 L. Minervini, « Le français dans l’Orient latin (xiiie-xive siècles). Éléments pour la caractérisation d’une scripta du Levant », Revue de linguistique romane, 74, 2010, p. 119‑198 ; Eadem, « Les emprunts arabes et grecs dans le lexique français d’Orient (xiiie-xive siècles) », Revue de linguistique romane, 76, 2012, p. 99‑197 ; et C. Aslanov, « Crusaders’ Old French », Research on Old French : The State of the Art, éd. D. L. Arteaga, Dordrecht, Springer, 2013, p. 207‑220.

15 D. Abulafia, « Mediterraneans », Rethinking…, op. cit. n. 4, p. 6493, en part. p. 67.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessio Marziali Peretti, « Avant-propos »Memini [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1278

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search