Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Rencontres, conflits, échanges : ...En marge de la tradition italienn...

Rencontres, conflits, échanges : l’espace méditerranéen au Moyen Âge

En marge de la tradition italienne des Faits des Romains : à propos de deux continuations traduites du latin

Alessio Marziali Peretti

Entrées d'index

Géographique :

Italie

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L.F. Flutre, K. Sneyders de Vogel (éd.), Li fet des Romains compilé ensemble de Saluste et de Suet (...)
  • 2 K. Sneyders de Vogel, « La date de composition des Faits des Romains », Neophilologus, 17, 1932, p. (...)
  • 3 B. Guénée, « La culture historique des nobles. Le succès des Faits des Romains (xiiiexve siècles) (...)
  • 4 L.F. Flutre, Les manuscrits des Faits des Romains, Paris, Hachette, 1932, p. 143158. Sauf indica (...)

1L’auteur anonyme des Faits des Romains n’achève pas son projet initial, déclaré dans le prologue, de raconter l’histoire des douze premiers empereurs1 : sa compilation historique reste dans les limites posées par la naissance et la mort de Jules César. L’œuvre, composée entre 1213 et 1214 probablement dans la région parisienne2, connaît un large succès au cours des trois siècles suivants3, avec plus de soixante-dix témoins manuscrits et au moins deux traductions, en italien et en portugais. Quand, en 1932, Louis-Fernand Flutre publie son étude fondamentale sur la tradition manuscrite des Faits des Romains, il consacre un chapitre à celles qu’il appelle les « continuations » de l’œuvre4. Cette définition est appliquée à des textes de nature et de dimensions différentes qui, copiés à la suite des Faits dans plusieurs manuscrits, fournissent un prolongement du récit historique.

  • 5 Cet ensemble de manuscrits, qui compte en l’état actuel plus de 50 exemplaires, représente un des c (...)
  • 6 Les deux traductions ne sont pas répertoriées dans C. Galderisi (dir.), Translations médiévales. Ci (...)
  • 7 L’auteur est connu également sous les noms de Martin von Troppau et Martin le Polonais.

2Dans le cadre de ma recherche doctorale, qui porte sur les manuscrits des Faits localisables sur l’axe Pise-Gênes5, je me suis intéressé à deux de ces continuations présentes dans la tradition italienne des xiiie et xive siècles. Il s’agit de deux traductions différentes faites à partir de chroniques latines produites à Rome au xiiie siècle6. La première partie de cet article est donc dédiée à la traduction du Chronicon pontificum et imperatorum de Martin d’Opava7 contenue dans le manuscrit Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, 10168-10172, qui en est le témoin unique. La deuxième partie se concentre sur une traduction qui aura un succès plus large et durable, celle du Chronicon pontificum et imperatorum de Gilbert. Je ne propose ici qu’une première analyse, partielle et sommaire, de la nature et de la tradition des deux textes, sur lesquels je me réserve de revenir dans une étude ultérieure.

1. L’Ystoire des empereres de Rome (et des papes)

  • 8 Martin d’Opava, Chronicon pontificum et imperatorum, éd. L. Weiland, MGH, t. 22, 1868, p. 377475. (...)
  • 9 B. Gueneé, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier Montaigne, 1980, (...)
  • 10 Cf. T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, 4 t., Rome, Istituto Storico Domenica (...)
  • 11 Pour une liste partielle des traductions, cf. T. Kaeppeli, Scriptores…, op. cit. n. 10, t. 3, p.  1 (...)

3Le Chronicon pontificum et imperatorum8 de Martin d’Opava fait partie de ce que Bernard Guenée a appelé le fonds commun de la culture historique occidentale de la fin du Moyen Âge9. Son succès immédiat et son rayonnement exceptionnel sont attestés par le nombre élevé de manuscrits : plus de 400 copies10, plusieurs continuations et des traductions en moyen anglais, italien, français, castillan, allemand, et même en arménien et en grec11. L’auteur, le dominicain Martin, était originaire de la ville d’Opava, dans la République Tchèque d’aujourd’hui. Il s’était formé au monastère de Saint-Clément à Prague, pour intégrer ensuite la curie papale sous Alexandre IV. Sa permanence à Rome, où il obtint aussi la charge de domini pape penitentiarius et capellanus, se conclut en 1278 par son élection au titre d’évêque de Gniezno. Il ne put exercer cette fonction puisqu’il mourut au plus tard l’année suivante, lors de son voyage vers Gniezno. Il a été enseveli dans l’église de San Domenico à Bologne.

  • 12 Martin d’Opava, Chronicon, éd. cit. n. 8.

4Le réseau dominicain a sûrement joué un rôle aussi important dans le succès et la large diffusion du Chronicon que la structure particulière de l’œuvre. Le texte se présente comme une chronique diagrammatique formée de deux catalogues parallèles, l’un des papes et l’autre des empereurs, qui débutent respectivement avec le Christ et Auguste et se terminent à l’époque de l’auteur. Martin d’Opava fournit pour chaque pape et empereur les informations essentielles, puis quelques événements et les faits notables qui se sont déroulés durant leur gouvernement, comme la mort de saints ou de Pères de l’Église. Ces brèves biographies dépassent rarement la dizaine de lignes et sont divisées sur la base de périodes de cinquante ans. Dans sa forme originale, le Chronicon prévoit pour chaque feuillet du manuscrit une réglure de 50 lignes, correspondant aux cinquante ans compris dans les biographies. À la différence des chroniqueurs précédents, Martin profite de la double page du manuscrit ouvert : comme il l’écrit, in una pagina […] ponendo pontifices, in alia pagina imperatores12. Cette structure favorise la recherche d’une information spécifique.

  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

5Adressée explicitement à un public de juristes et de théologiens, cette œuvre de référence, ce factum […] compendiosius opusculum13, comme le définit l’auteur dans le prologue, choisit un point de vue nettement partisan dans la sélection et la présentation des événements, celui de la papauté. Ce n’est pas un hasard si, dans la mise en page, les biographies des papes précèdent celles des empereurs, en occupant toujours la page de gauche du manuscrit ouvert. Cette priorité est plus idéologique que matérielle : après avoir affirmé que Dieu a posé deux lumières dans le firmament, le soleil-église et la lune-empire, Martin spécifie que propter hoc ego de utraque dignitate scribere volens, primo ago de pontificali, tamquam de luminari maiori, quod preest diebus, id est spiritualibus, in prima pagina ; post de hoc imperiali tamquam de minori quod preest noctibus, id est temporalibus, in sequenti pagina 14. Quand le Chronicon a été traduit en allemand, dans une région sous forte influence impériale, l’ordre a été inversé et les empereurs ont été placés en première position.

  • 15 Cf. A.-D. von den Brincken, « Studien… », art. cit. n. 10, p. 469 sq. Comme Martin d’Opava était à (...)
  • 16 Sur les Mirabilia urbis Romae, cf. N. R. Miedema, Die « Mirabilia Romae ». Untersuchungen zu ihrer (...)
  • 17 A. Boureau, La papesse Jeanne, Paris, Aubier, 1988. Pour plus d’informations, cf. les références ré (...)

6Martin d’Opava conclut la composition de sa chronique vers 1268, couvrant treize siècles, jusqu’au pape Clément IV († 1268) et à l’empereur Frédéric II († 1250). Dans cette première rédaction (A), le texte remplit vingt-six feuillets, portant chacun sur une période de cinquante ans, plus un feuillet d’introduction. Une deuxième rédaction (B) se poursuit jusqu’en 1272 pour la partie des papes et met à jour les biographies des empereurs jusqu’en 127015. La dernière rédaction (C), datée de 1277 environ, se termine par Nicolas III (1277-1280), amplifie certains passages et ajoute une longue introduction, qui porte sur l’histoire de Rome précédant Octavien et qui contient aussi une description de la ville tirée de la constellation de textes des Mirabilia urbis Romae16. Dans la rédaction C, Anna-Dorothee von den Brincken identifie un sous-ensemble (Cc) dans lequel est présente la biographie de la papesse Jeanne17, entre celles de Léon IV et Benoît III. C’est à cette figure légendaire, qui apparaît également dans des textes plus anciens, que Martin d’Opava doit sa renommée : la fortune de la papesse est due à celle du Chronicon.

7La multiplicité des rédactions va de pair avec l’évolution de l’œuvre dans sa tradition manuscrite. Seule une minorité de manuscrits conserve la mise en page tabulaire prévue par l’auteur, étant donné le nombre d’exigences à satisfaire pour la reproduire fidèlement. Quand le copiste comprend le fonctionnement parallèle sur cinquante ans du Chronicon et décide de le respecter, ce qui n’est pas toujours le cas, il doit s’efforcer d’avoir un cadre de justification de cinquante lignes et de prêter attention à la dimension et au module de son écriture, de manière à rester dans le cadre réservé à chaque biographie. Le plus souvent, le copiste évite le problème et copie les biographies dans le désordre. Les exemplaires résultant de cette réception ont été regroupés selon six classes différentes : de la première (I), qui correspond à la conservation de la structure originale, jusqu’à la sixième (VI), où les biographies des papes et celles des empereurs se présentent sous la forme de deux catalogues presque autonomes, l’un suivant l’autre.

  • 18 Cf. E. Brilli, « Firenze, 1300-1301. Le cronache antiche (XIV secolo ineunte) », Reti Medievali, 17 (...)
  • 19 A. Ceruti (éd.), Cronica degli imperatori romani. Testo inedito di lingua tratto da un codice della (...)
  • 20 Le manuscrit, sur parchemin, compte 227 feuillets (342 × 240 mm) et le texte y est disposé sur deux (...)

8On vient de le dire, le Chronicon de Martin d’Opava connaît plusieurs traductions. On peut rappeler, pour leur datation ancienne, celle composée par le Florentin Piero Bonfante en 127918, qui amplifie certains passages avec des informations historiques sur sa ville, ou celle en vénitien conservée dans le manuscrit Milan, Biblioteca Ambrosiana, H 31 Inf., qui concerne seulement la section des empereurs et qui est à dater d’avant 130119. À ces traductions italiennes très précoces, il faut désormais ajouter une autre trace péninsulaire, celle de la traduction française conservée dans le manuscrit Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, 1016810172 (B3)20. À ma connaissance, B3 est le seul témoin de ce texte. Voici son contenu :

f. 1ra-170vc : Faits des Romains

  • 21 L.-F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 150155 décrit cette « continuation » des Faits de (...)

f. 171ra-205ra : traduction française du Chronicon pontificum et imperatorum de Martin d’Opava21

  • 22 Sur l’énorme tradition du Roman des sept sages de Rome, cf. M. Aïache-Berne, « Roman des Sept Sages (...)

f. 206ra-222vd : Sept sages de Rome (version en prose A)22

  • 23 Hystoria hedificiorum civitatis Rome selon la rubrique et Hystorie urbis Romae selon l’explicit. Cf (...)

f. 223ra-227rb : Mirabilia urbis Romae23

  • 24 Cf. infra et P. W. Edbury, « The French Translation of William of Tyre’s Historia : the Manuscript (...)

(f. 228r-v : fragment de l’Estoire d’Eracles)24

  • 25 À l’exception de celles des ff. 52ra et 94ra, qui s’élèvent sur 5 lignes, du fait de leur position (...)

9La traduction du Chronicon de Martin d’Opava se compose de deux catalogues : des empereurs (f. 171ra188vc) et des papes (f. 189ra205ra). Les quatre lignes et la colonne laissées vides après la conclusion de la section des empereurs, qui permettent au copiste de commencer la transcription du catalogue des papes sur un nouveau feuillet, donnent l’impression que les deux textes sont autonomes. Toutefois, l’analyse du système de décoration de B3 suggère que le copiste est conscient du lien qui existe entre les deux parties de la traduction. Le manuscrit s’ouvre sur une grande initiale historiée sur treize unités de réglure qui marque le début des Faits des Romains. Les autres initiales historiées ou ornées de grand format mesurent entre six et huit unités de réglure25 : elles se trouvent à l’intérieur des Faits et des Sept sages et au début de la traduction du Chronicon, des Sept sages et des Mirabilia. Un grand nombre d’autres initiales ornées (deux lignes de haut) marquent le début de chaque nouveau paragraphe et de chaque biographie de pape ou d’empereur. L’exception à ce système est l’initiale ornée qui ouvre le catalogue des papes, la seule dans le manuscrit entier à s’élever sur quatre unités de réglure. Si on ajoute à cette exception le fait que, des deux catalogues, seul celui des empereurs est rubriqué (Ici co(m)mence lystoire des e(m)pereres de rome), il est possible de conclure que le responsable de la mise en page de B3 considère les deux catalogues comme deux sections autonomes d’un même texte.

  • 26 Cf. S. Carocci, Vassalli del papa. Potere pontificio, aristocrazie e città nello Stato della Chiesa (...)
  • 27 À savoir les f. 25v81v : cf. E. Condello, M. Signorini, « Per un percorso nella produzione librari (...)
  • 28 G. Giannini, Un guide français…, op. cit. n. 5, p. 9395.
  • 29 E. Condello, M. Signorini, « Per un percorso », art. cit. n. 27, p. 126. Cf. la notice no 178, par (...)
  • 30 F. Avril, M.-Th. Gousset, Manuscrits enluminés d’origine italienne. 2. xiiie siècle, Paris, Bibliot (...)

10Le colophon qui se trouve à la fin des Faits des Romains (f. 170v) nous informe que B3 a été copié à Rome en 1293 à partir d’un exemplaire appartenant à Luqe de Sabele, à savoir Luca di Giovanni Savelli († entre 1306 et 1309), neveu du pape Honorius IV26. Si nous sommes bien informés sur la provenance du texte, on ne peut pas en dire autant pour l’identité du commanditaire du manuscrit, dont les armes de sable à la croix d’or chargée d’une fleur de lys de gueules, apparaissent dans plusieurs initiales. Les mêmes armes se trouvent également dans le manuscrit Paris, BnF, fr. 9082, produit à Rome en 1295. La proximité du milieu de production des deux manuscrits, à laquelle auraient collaboré des enlumineurs de formation italienne et des copistes de culture française, a été largement mise en valeur. Emma Condello et Maddalena Signorini ont identifié la main d’un même copiste au travail sur B3 et sur une section de l’Estoire d’Eracles du manuscrit parisien27, tandis que Gabriele Giannini a montré que le fragment de l’Eracles de B3 et ceux des f. 4 et 347 de BnF, fr. 9082, utilisés dans les deux volumes comme gardes, faisaient à l’origine partie de la même unité codicologique28. L’analyse de la décoration de B3, identifiée comme étant de matrice ombrienne29, permet de reconnaître la présence d’au moins un même artiste travaillant sur les deux volumes30.

  • 31 Voir le phénomène analogue observé au sein d’une section du recueil BnF, fr. 1553 par G. Giannini, (...)

11L’ouverture du monde romain de la fin du xiiie siècle à des influences et à des matériaux d’origine très variée soulève des doutes sur la provenance de la traduction française du Chronicon de Martin d’Opava. Il faut considérer aussi que le Chronicon, achevé presque vingt ans avant la production de B3, avait déjà connu une large diffusion à cette époque. Si rien n’empêche de penser que la traduction a été réalisée à Rome, comme l’a été le seul témoin du texte, aucune donnée décisive ne confirme, pour le moment, cette hypothèse. Dans l’attente d’un examen plus complet du texte et de sa langue, on peut déjà noter les traces latinisantes restées dans quelques noms propres (par ex., le génitif dans la biographie d’Héraclius Ier : « El tens Eraclii fu le regne vaincu de Perse » [f. 179ra, l. 27]), qui incitent à rapprocher, aussi bien dans le temps que dans l’espace, la traduction et la copie de celle-ci au sein du manuscrit de Bruxelles31.

12Que le rapprochement des Faits et de la traduction du Chronicon soit une innovation du copiste de B3 ou qu’il ait été hérité de l’exemplaire de Luca Savelli, l’effet qu’il produit reste le même : la traduction de la chronique de Martin d’Opava devient une « continuation », comme le dit Flutre, de l’histoire impériale qui débute, dans le texte précédent, avec César. Afin de montrer que cette juxtaposition n’est pas le fruit du hasard, il faut prendre en considération les modifications que subit le Chronicon latin.

  • 32 Au f. 224vc. Sur la légende, cf. A. Graf, Roma nella memoria e nelle immaginazioni nel Medio Evo, T (...)

13D’abord, il est très simple de repérer, au f. 198vc de B3, à partir de la ligne 25, la biographie de la papesse Jeanne, qui permet d’identifier la rédaction Cc du Chronicon de Martin d’Opava comme base de la traduction française. Cependant, B3 ne conserve aucune partie du long texte introductif qui, dans la rédaction Cc, traite de l’histoire de Rome antérieure à Auguste et de la description de la ville. Le seul texte latin présent dans B3, les Mirabilia urbis Romae, ne peut pas être considéré comme un résidu du Chronicon. Par rapport à la description de la ville insérée par Martin d’Opava dans son œuvre, les Mirabilia sont sensiblement plus longs. La version des Mirabilia de B3 contient, par exemple, le récit de l’apparition de la Vierge et de l’Enfant à Octavien sur le Capitole32, légende que Martin d’Opava insère dans sa biographie de l’empereur et que, par conséquent, il omet dans son introduction. Le texte du Chronicon de Martin contenu dans B3 n’est donc représenté que par la traduction française des deux catalogues des papes et des empereurs.

14Ensuite, dans B3, le texte se présente comme deux listes autonomes et bien délimitées, comme dans la classe VI identifiée par Anna-Dorothee von den Brincken. Le même résultat, il faut le préciser, pourrait se produire à partir d’un manuscrit où les deux catalogues parallèles étaient bien démarqués, comme c’est le cas dans la forme originale du Chronicon. En tenant donc compte des hypothèses sur l’évolution de la tradition du texte latin, la traduction peut procéder également des témoins des classes I, II ou III. Bien évidemment, si tel est le cas, la décision du traducteur (ou même du copiste de la traduction) de créer deux listes à partir d’un texte unique est beaucoup plus marquée et constitue une modification profonde de la fonction et de la destination du texte par rapport à la version latine.

15Enfin, par rapport au texte latin, les deux listes sont inversées : celle des empereurs est placée en première place. Cette inversion, loin d’être aléatoire, s’explique comme le résultat de l’attraction thématique des Faits des Romains : la chronique de Martin, transformée en deux textes presque autonomes, continue le récit de l’histoire impériale après le proto-empereur César.

2. Les empereurs de Gilbert

  • 33 Albert de Stade, Annales stadenses, éd. G. H. Pertz, MGH, t. 16, 1859, p. 277278.
  • 34 De cette localisation vient le nom de Gilbertus Romanus, également utilisé. L’identification de Gil (...)

16Le Chronicon de Martin d’Opava s’appuie sur un grand nombre de sources différentes, que l’auteur mentionne, pour la plupart, dans son introduction aux biographies impériales et papales. Parmi ces sources, il nomme aussi une chronique des papes et des empereurs qu’il attribue à un certain Gilbert. Georg Heinrich Pertz a identifié ce texte avec un Chronicon pontificum et imperatorum anonyme écrit en Italie dans les années 122033. Les rares informations sur Gilbert dont on dispose sont tirées de son texte, où il se sert de plusieurs sources historiques qui circulaient en Italie centrale et où il démontre sa connaissance détaillée de la ville de Rome34. Sa chronique est composée de deux catalogues parallèles des papes et des empereurs qui sont placés dans les deux colonnes d’un même folio. Les papes l’emportent, par leur position et par le parti pris idéologique de l’auteur, sur les empereurs et occupent la colonne de droite. Les biographies sont très succinctes, presque jamais plus que quelques lignes sur leurs vies et leurs actes. Tandis que les papes sont racontés à travers la durée de leur pontificat et leur nationalité, Gilbert note toujours le(s) pape(s) correspondant(s) au gouvernement des empereurs.

  • 35 Gilbert, Chronicon pontificum et imperatorum, éd. O. HolderEgger, MGH, t. 24, 1879, p. 122140.
  • 36 Ibid., p. 136-140.

17Le Chronicon pontificum et imperatorum de Gilbert a été édité dans les Monumenta Germaniae Historica (MGH) en 1879 par Oswald Holder-Egger35. L’éditeur répertorie dix-sept témoins du texte, classés en trois rédactions différentes, dont seules les deux premières (A et B) seraient de Gilbert. À l’exception de quelques informations en plus ou en moins, A et B se distinguent essentiellement par leurs limites chronologiques. A se termine en 1220, donnant quelques brèves notices sur le pape Honorius III († 1227) et l’empereur Frédéric II, tandis que la rédaction B accroît les informations sur les deux personnages et mentionne la perte de Damiette par les croisés en 1221. Seul un nombre restreint de manuscrits conservent la forme tabulaire diagrammatique de la chronique, puisque la plupart des copistes ne se soucient pas de la conserver. Comme on l’a vu pour le Chronicon de Martin d’Opava, la fragilité de la structure tabulaire amène à des versions du texte où les empereurs et les papes s’alternent de façon peu systématique, ou encore à des versions où les deux catalogues sont séparés et autonomes. En plus de ce type de transformation, le Chronicon de Gilbert est souvent suivi par des continuations plus ou moins structurées36.

  • 37 Godefroi de Viterbe, Pantheon, éd. G. H. Pertz, MGH, t. 22, 1872, p. 107307.
  • 38 Albert de Stade, Annales stadenses, éd. cit. n. 33.
  • 39 L. Weiland (éd.), Sächsische Weltchronik, MGH, Dt. Ch. 2, 1877.
  • 40 Sauf indication différente, les informations sont tirées de L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit (...)

18La tradition de cette chronique mériterait une révision systématique et une mise à jour de la liste des témoins identifiés depuis l’édition de Holder-Egger. Bien que ce Chronicon ait connu une diffusion beaucoup plus restreinte que celui de Martin d’Opava, il a quand même eu un certain succès. Il est interpolé, par exemple, dans un petit groupe de manuscrits du Pantheon de Godefroi de Viterbe37 et il est parmi les sources des Annales d’Albert de Stade38. Il a également été traduit en allemand dans la Sächsische Weltchronik39. On peut maintenant élargir la tradition de ce texte avec une traduction française dont la diffusion semble être liée aux Faits des Romains. Cette traduction, que j’appellerai Chronique des empereurs, concerne uniquement la partie impériale du Chronicon, sans aucune référence au catalogue des papes. Jusqu’à présent, j’ai identifié les témoins suivants40 :

  • 41 Sur parchemin, 272 feuillets (432 × 322 mm), texte sur deux colonnes de 39 lignes.
  • 42 Il s’agit du Maître de Rambures : cf. M. Gil, « Couleur et grisaille dans l’œuvre du Maître de Ramb (...)
  • 43 Jonas. Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl, Paris, Section romane de l’ (...)

C4 Chantilly, Bibliothèque du Château, 770 (Hesdin, 1480)41. Il contient la table des chapitres des Faits des Romains (f. AraEvd), les Faits des Romains (f. 1ra263rb) et la Chronique des empereurs (f. 263va271vd). C4 et Li partagent le même enlumineur42, le même copiste et, sur la base d’un sondage partiel, le même modèle de copie43.

  • 44 Sur parchemin, 359 feuillets (480 × 335 mm), texte sur deux colonnes de 37 lignes. L2 a été enlumin (...)
  • 45 L2 (f. 346vc353vd) et P21 (f. 378v386v) contiennent aussi une interpolation tirée de la Chronique (...)
  • 46 Le colophon le confirme, malgré le fait qu’on ait identifié les armes de Louis de Bruges († 1492), (...)

L2 London, British Library, Royal 17.F.II (Bruges, 1479)44. Il contient la table des chapitres des Faits des Romains (f. 1ra8vd), les Faits des Romains (f. 9ra353vc)45 et la Chronique des empereurs (f. 354ra359vd). Il s’agit du riche manuscrit produit pour Édouard IV d’Angleterre46.

  • 47 Sur parchemin, 240 feuillets (425 × 310 mm), texte disposé sur deux colonnes de 42 lignes. Cf. B. W (...)

Li Lille, Bibl. municipale, 823 (442 : Hesdin [?], vers 1480)47. Il contient la table des chapitres des Faits des Romains (f. Ara-Era), les Faits des Romains (f. 1ra232ra) et la Chronique des empereurs (f. 232vc240ra).

  • 48 Sur parchemin, 240 feuillets (400 × 265 mm), texte sur deux colonnes de 39 à 46 lignes. Cf. S. Biss (...)

M Venezia, Biblioteca Nazionale Marciana, fr. 3 (Vénétie, premier quart du xive siècle)48. Il contient les Faits des Romains (f. 1ra237ra), la Chronique des empereurs (f. 237ra239vc) et la Chronologie depuis Adam jusqu’à 1239 (f. 239vd240vd).

  • 49 J’ai siglé ce ms. P0 pour en marquer la spécificité par rapport au reste de la tradition de la Chro (...)

P0 Paris, BnF, fr. 1543 (Picardie, 1402)49. Il contient une grande quantité de textes, parmi lesquels la Chronique des empereurs (f. 83r85v), qui débute lors d’un changement de copiste et qui est suivie par la Chronologie depuis Adam jusqu’à 1239 (f. 85v86v).

  • 50 Sur parchemin, 245 feuillets (415 × 310 mm), texte sur deux colonnes de 42 lignes. Le manuscrit a é (...)

P6 Paris, BnF, fr. 281 (Flandre, dernier quart du xve siècle)50. Il contient les Faits des Romains (f. 1ra238rb), la Chronique des empereurs (f. 238vc245vd) et la table des Faits des Romains (iiv).

  • 51 Sur parchemin, 199 feuillets (315 × 240 mm), texte sur deux colonnes de 50 lignes. Cf. F. Avril, M.(...)
  • 52 Brunetto Latini, Tresor, éd. P. G. Beltrami, P. Squillacioti, P. Torri et S. Vatteroni, Turin, Eina (...)

P11 Paris, BnF, fr. 726 (Pise-Gênes, fin du xiiie siècle)51. Il contient les Faits des Romains (f. 1ra109ra), la Chronique des empereurs (f. 109ra110vc), le Tresor de Brunet Latin (1re rédaction : f. 111r190v)52 et le Dialogue d’un père et de son fils (f. 192r199v).

  • 53 Sur parchemin, 315 feuillets (440 × 320 mm), texte sur deux colonnes de 38 lignes. Selon S. McKendr (...)

P15 Paris, BnF, fr. 20312bis (Flandre, deuxième moitié du xve siècle)53. Il contient la table des Faits des Romains (f. FraKra), les Faits des Romains (f. 1ra305ra) et la Chronique des empereurs (f. 305vc315vd).

  • 54 Sur parchemin, 249 feuillets (305 × 220 mm), texte disposé sur deux colonnes de 40 lignes. Cf. F. A (...)

P16 Paris, BnF, fr. 23082 (Pise-Gênes, fin du xiiie siècle)54. Il contient les Faits des Romains (f. 1ra244ra), la Chronique des empereurs (f. 244ra248ra) et la Chronologie depuis Adam jusqu’à 1239 (f. 248rb249vd).

  • 55 Sur papier, 396 feuillets (288 × 205 mm), le texte est disposé sur 30 à 33 longues lignes. S. McKen (...)

P21 Paris, BnF, naf. 11673 (Flandre ou Nord-Est, après 1479)55. Il contient les Faits des Romains (f. 1378v) et la Chronique des empereurs (f. 387r395v).

  • 56 Le premier propriétaire de S a été Antoine de Bourgogne († 1504), bâtard de Philippe III de Bourgog (...)

S Pommersfelden, Gräflich Schönborn’sche Bibliothek – Schlossbibliothek, 370 (Flandre, après 1479)56. Il contient la table des Faits des Romains (f. 1r6v), les Faits des Romains (f. 7r295v) et la Chronique des empereurs (f. 296ra302rb).

  • 57 Sur parchemin, 218 feuillets (314 × 230 mm), texte disposé sur deux colonnes de 42 lignes. Cf. F. F (...)

V1 Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 4792 (Pise-Gênes, fin du xiiie siècle)57. Il contient les Faits des Romains (f. 1ra213ra), la Chronique des empereurs (f. 213ra217ra) et la Chronologie depuis Adam jusqu’à 1239 (f. 217rb218vc).

  • 58 W. Braghirolli, « Inventaire des manuscrits en langue française possédés par Francesco Gonzaga I, c (...)

19Un manuscrit contenant le même texte est signalé par l’inventaire de 1407 de la Bibliothèque des Gonzague à Mantoue58. Tous les manuscrits de la liste présentent la Chronique des empereurs à côté des Faits des Romains, à l’exception de P0. Même quand ils possèdent une table des matières, celle-ci ne fait jamais référence à la Chronique. Ce texte se présente donc comme une sorte de continuation des Faits, mais aussi comme un texte auxiliaire, presque un appendice.

  • 59 L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 157 reproduit des parties du texte.

20Le texte de la Chronique présente les biographies en prose des empereurs en séquence. Dans tous les manuscrits, elles sont bien isolées les unes des autres au niveau de la mise en page, puisque chaque biographie est ouverte par une lettrine de couleur. La tradition manuscrite de la Chronique se divise aisément en trois familles et trois rédactions, bien distinguées au niveau géographique et chronologique. D’un côté, une rédaction ancienne, à diffusion presque entièrement italienne, représentée par M, P0, P11, P16 et V1, laquelle est très fidèle au texte latin de Gilbert et se termine avec Frédéric II. De l’autre côté, deux rédactions plus récentes, attestées presque deux siècles plus tard en Flandre et dans la France nord-orientale, amplifient et modifient le texte de la version ancienne. Une partie de cette tradition tardive, à savoir L2, P21 et S, se termine encore par Frédéric II, tandis que dans C4, Li, P6 et P15, le texte est amplifié à l’aide d’autres biographies, jusqu’à Frédéric III († 1493)59.

2.1. La rédaction ancienne

  • 60 Gilbert, Chronicon, éd. cit. n. 35, p. 122.

21Dans M, P0, P11, P16, V1, la Chronique des empereurs débute avec la biographie d’Octavien et se termine par celle de Frédéric II. De ce dernier est mentionnée la mort en 1250, trente ans après les derniers événements racontés par le Chronicon de Gilbert. La partie finale de la biographie de Frédéric II n’est présente dans aucun des témoins du texte latin et semble être une conclusion originale du traducteur. Voici la biographie d’Octavien dans l’original latin60 :

Octavianus Augustus imperavit ante nativitatem Christi annis 42 et nato Christo annis 14. Iste totum mundum in unam redigens monarchiam, in literarum studiis nimis vixit intentus, et in omnibus bonus fuit, preter quod libidini libenter intendebat. Tandem interfectores Iulii Cesaris, patrui sui, punivit.

22et dans la version française du ms. P11 (f. 109ra) :

Otheviens Augustes fu .xlii. anz empereres avant la Nativité Jezu Crist et aprés fu .xiiij. anz. Icis ramena tot le monde en une monarchie et vesqui trop entendis en estude des letres, et si fu bons en totez choses fors ce que volentiers entendoit en lescherie. A la parfin il puni ciaus qui avoient ocis son oncle.

  • 61 Cette innovation se retrouve, par exemple, dans les mss Cambridge, University Library, Dd X 31, Cit (...)

23La traduction respecte le texte de départ presque à la lettre – sauf pour « nato Christo », traduit avec « aprés », et pour l’omission du nom de Jules César. Cette proximité avec le texte latin permet aisément de reconnaître la typologie de la source utilisée par le traducteur : ce sera un témoin du Chronicon classé dans les rédactions B ou C, les seules où se produit une innovation singulière et marquée, à savoir le classement d’Attila en tant qu’empereur. Dans l’œuvre de Gilbert, la vie d’Attila est résumée en quelques lignes à l’intérieur de la biographie de Valentinien III († 455) – et de Marcien pour l’empire d’Orient. Plusieurs témoins de la rédaction B et C lui réservent, pourtant, une section autonome, comme pour une biographie complète. L’innovation doit remonter à une faute dans la structuration de la mise en page de la part d’un des copistes, qui a conféré à la portion textuelle concernant Attila les caractéristiques graphiques — que celles-ci soient une lettrine, un pied-de-mouche ou d’autres marqueurs — réservées aux biographies des empereurs61. Cette innovation s’est transmise à plusieurs témoins du texte et même au modèle utilisé par le traducteur de la Chronique : celui-ci ne s’est pas aperçu de l’anomalie et a conservé la biographie d’Attila sous forme autonome dans son texte français. Les rédactions françaises récentes, pour leur part, ont identifié la singularité de cette classification et réinsèrent Attila dans la biographie de Valentinien III.

  • 62 Le Chronicon latin et la version ancienne de la Chronique insèrent le nom de Claude parmi les appel (...)

24Si Attila occupe la même position dans le Chronicon original de Gilbert et dans les rédactions récentes de la Chronique française, c’est parce que la révision et la mise à jour des données qui caractérisent ces dernières ont permis d’identifier l’anomalie et de la corriger. Au contraire, dans l’erreur commune à une partie de la tradition du Chronicon et à la rédaction ancienne de la Chronique, on peut relever une filiation directe. Parmi les preuves ultérieures qui peuvent être invoquées à l’appui de cette affirmation, je signale encore l’absence de la biographie de l’empereur Claude († 54), partagée par le texte de Gilbert et par la version française ancienne, mais non par les rédactions françaises récentes, qui la rajoutent entre les biographies de Caligula et de Néron62.

25La version ancienne de M, P0, P11, P16 et V1 remonte sûrement à un modèle commun déjà corrompu, comme le démontre cette erreur dans la première partie de la biographie de l’empereur Valens († 378) :

  • 63 Gilbert, Chronicon, éd. cit. n. 35, p. 126.

Gilbert Valens cum Graciano et Valentiniano [...] imperavit annis 463

M Valens o grans gens et Valentiniens fu empereres .iiii. ans (f. 238ra)

P0 Valens o grans gens et Valentinien fu empereur .iiii. ans (f. 84ra)

P11 Valens o granz genz et Valentiniens fu empereres .iiii. anz (f. 109vc)

P16  Valenz o granz genz et Valentiniens fu empereres .iiii. anz (f. 246ra)

V1 Valenz o granz genz et Valentiniens fu empereres .iiii. anz (f. 214rb)

L2 Valens avec Gracian et Valentinien, enfans de son frere, fut empereur .iiii. ans (f. 356vd)

P21  Valens avec Gracian et Valentinien, enfans de son frere, fut empereur quatre ans (f. 390v)

C4 Valens avec Gratien et Valentinien, enfans de son frere, fut empereur iiii. ans (f. 266vc)

Li Valens avec Gracian et Valentinien, enfans de son frere, fut empereur .iiii. ans (f. 235rb)

P6 Valens avec Gracien et Valentinien, enfans de son frere, fut empereur .iiii. ans (f. 241rb)

P15  Valens avec Gracian et Valentinien, enfans de son frere, fut empereur .iiii. ans (f. 308rb)

26La tradition ancienne est unanime dans la lecture grans gens (granz genz), qui ne peut qu’être une corruption du nom de Gratien. Il est fort improbable que l’erreur ait pu se produire en latin, tandis qu’elle s’explique très bien comme une évolution du français Gracien ou, encore mieux, Graçien. On peut remarquer aussi l’ajout de enfants de son frere dans les rédactions récentes, qui n’est pas dans le texte latin.

27D’autres erreurs et bévues peuvent être repérées dans la rédaction ancienne, lesquelles pourraient toutefois remonter à l’exemplaire du texte latin utilisé par le traducteur plutôt qu’au modèle commun français :

281. Plusieurs noms d’empereurs présentent une forme insolite dans l’ensemble des témoins anciens. Par ex., le nom de l’empereur Tacite († 276) : Taissibes M ; Tarsibes V; Taisibes P0 P11 P16 . Ou celui de Carus († 283) : Reis M P11 P16 V; Neis P0. Ou encore le nom de l’empereur Julien († 363), où l’erreur est probablement la conséquence d’une mauvaise lecture de la lettre capitale I en T : Tullius M ; Tulians P; Tuliens P11 P16 V1 (Iulianus dans le texte latin).

  • 64 Ibid., p. 128.

292. Dans la biographie de l’empereur Phocas († 610), Gilbert raconte que iste rogatus a Bonifacio papa concessit, ut quoddam templum Rome, quod Pantheon dicebatur, consecraretur ad honorem omnium sanctorum 64. Les témoins de la tradition ancienne écrivent :

M Il otroia a Boniface por ces proieres que uns temples de Roume, qui avoit nom nesio, fust sacrés en l’enneur de Tous Sains (f. 238vc).

P0 Il ottroia a Boniface pour ses prieres que un temple de Romme fust sacré en l’onneur de Tous Sains (f. 84vc).

P11 Il otroia a Boniface por ses proieres que .i. temples de Rome fust sacrés en l’onor de Toz Sainz (f. 109vd).

P16 Il otroia a Boniface por ses proieres que uns temples de Roume, qui avoit nom, fust sacrés en l’enneur de Touz Sainz (f. 246vc).

V1 Il otroia a Boniface por ses proieres que une temples de Rome, qui avoit nom , fust sacrez en l’ennor de Toz Sainz (f. 214vd).

Il est évident que les copistes ne trouvent pas le nom Pantheon dans leur modèle, mais un segment illisible ou un espace blanc. Face à ce problème, ils adoptent des solutions différentes : tandis que P16 ignore la question et copie le texte de suite, sans interruption, M et V1 signalent la difficulté, l’un avec un nesio, le nescio latin (« je ne sais pas »), et l’autre avec un espace blanc au lieu du nom. La solution la plus élégante est sûrement celle de P0 et P16, qui éliminent l’incise entière qui avoit nom en cachant le problème. Le nom du Panthéon est, au contraire, présent dans les deux rédactions récentes de la Chronique.

30Les deux points mentionnés ici ne sont pas concluants, comme l’est au contraire celui de Gratien, pour démontrer que la tradition ancienne descend d’un même modèle français déjà corrompu. Ces altérations pouvaient caractériser déjà l’exemplaire latin utilisé par le traducteur, lequel n’aurait pas fait l’effort de les corriger pendant son travail. Toutefois, il semble probable qu’au moins une partie d’entre elles se soient produites non pas sur l’original français mais dans la tradition ultérieure qui arrive jusqu’à M, P0, P11, P16 et V1.

  • 65 Ce texte bref, qui se présente comme une liste d’événements, surtout d’ordre religieux, de la créat (...)

31Dans l’uniformité de la rédaction ancienne de la Chronique des empereurs, P0 occupe une place excentrique : tandis que la production des autres témoins se situe aisément en Italie septentrionale (Pise-Gênes et Vénétie) au tournant des xiiie et xive siècles, P0 est français et date de 1402. Il s’agit également du seul manuscrit où la Chronique n’est pas accompagnée des Faits des Romains. Ce manuscrit est-il la seule trace de l’autonomie originale de la Chronique par rapport au Faits ? Ou la Chronique a-t-elle été extraite d’un modèle qui contenait les Faits ? Si la datation tardive peut suggérer cette deuxième hypothèse, rien n’exclut le contraire. Une étude détaillée de P0, prenant en considération également l’autre texte qui voyage avec la Chronique, à savoir la Chronologie depuis Adam jusqu’en 123965, demeure une priorité pour la compréhension de la nature originale de la traduction française.

2.2. Les rédactions récentes

  • 66 Cf. B. Guenée, « La culture historique… », art. cit. n. 3, p. 283-285.
  • 67 L.-F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 157.

32Au dernier quart du xve siècle, les Faits des Romains connaissent un regain d’intérêt dans le Nord-Est francophone66. Plusieurs manuscrits contenant ce texte sont copiés et richement enluminés dans le milieu bourguignon. Sept manuscrits contiennent la Chronique des empereurs, mise à jour au niveau linguistique et amplifiée par de nouvelles informations. Il n’y a aucun doute que le texte de la rédaction ancienne et des deux récentes soit le même, comme l’affirme déjà Flutre67. La rédaction ancienne de la Chronique évolue donc en une deuxième version du texte, contenue dans les manuscrits L2, P21 et S et qui se termine encore par Frédéric II. Un certain nombre de biographies sont ajoutées, comme celle de Claude, qui manquait déjà dans Gilbert, et de Quintilien. La biographie d’Attila, on l’a vu, est replacée à l’intérieur de celle de Valentinien III. La séquence de plusieurs biographies est modifiée par rapport à la rédaction ancienne, comme dans le cas de Probus († 282) et Florian († 276). D’autres biographies sont divisées en sections autonomes, comme Galba († 69), Othon († 69), Vitellius († 69), qui étaient ensemble dans la première rédaction de la Chronique.

  • 68 Je cite le manuscrit L2 (f. 354r). La première ligne est écrite à l’encre rouge, le reste à l’encre (...)

33La source de ces amplifications et corrections n’est pas un exemplaire du Chronicon de Gilbert et demande à être identifiée. De plus, une introduction moralisante originale, qui lie explicitement la Chronique au texte des Faits en la présentant comme un texte auxiliaire à l’œuvre principale, précède la biographie d’Octavien68 :

S’en sieut le sommaire de tous les empereurs quy regnerent aprez Julle Cesar, combien ilz regnerent et de leur mort.

Aprez ce que cy dessus ont esté escriptes et mis les meurs, les vertus, les vices, les victoires, le triumphe et le regne de Jule Cesar avec ce de sa fin et mort, est icy touché en brief par maniere de sommaire de tous les empereurs quy furent aprez luy, combien ilz regnerent et comment ilz moururent, ad fin que aux lisans appere plainement que l’estat de l’homme, com hault ou puissant qu’il soit, en ce mortel monde jamais ne demeure en ung estat, ains de jour en jour et d’heure en heure dechiet comme la fleur dessoubz le vent.

34Le contexte de création de cette deuxième rédaction n’est pas connu. Selon Scot McKendrick, la production du ms. S précède celle de L2 et P21, et l’étude de ce témoin pourrait donner des résultats précieux.

35Une troisième et dernière rédaction du texte est contenue dans C4, Li, P6 et P15. Elle semble s’appuyer sur la deuxième rédaction, davantage amplifiée et continuée jusqu’à Frédéric III. On peut comparer, par exemple, la biographie de Dioclétien († 311) dans les trois rédactions :

P11 (1re réd.) Dioecleciens et Maxiniens au tenz Marcel fu empereres .xx. anz o Costantin Elicien. Icis Diocleciens fist mult des persecutions as crestiens et puis fu veninés et morut (f. 109vc)

L2 (2e réd.) Diocletian avec Maximien ou temps du pape Marcel fut empereur .xx. ans. Cestuy fist moult de persecutions aux bons crestiens. Et fut le premier quy mist pierres precieuses sur ses vestemens. L’ung fut expulsé de son regne et l’autre fut envenimez et mourut (f. 356ra-b)

P15 (3e réd.) Dioclecian avec Maximien ou tamps du pape Marcel fut empereur xx. ans. Cestui fist la dixieme persecucion aux crestiens, et tant fist que en .xxx. jours il en fist occire plus de .xvii. mille. Et fut le premier qui mist pierres precieuses sur ses vestemens. L’un fut debouttez de son reigne et l’autre fut envenimez et morut (f. 307vd)

36J’ai signalé en italique les variantes principales entre la première rédaction et les suivantes et en gras celles entre la deuxième et la troisième rédaction. Sur la base des données à disposition, il n’est pas encore possible de dire si la troisième rédaction découle de la deuxième ou si les deux dérivent indépendamment d’une même mise à jour de la version ancienne.

3. Quelques conclusions

37Je n’ai présenté ici qu’un aperçu de l’étude des deux continuations des Faits des Romains issues des œuvres de Gilbert et de Martin d’Opava. L’identification des textes latins à l’origine des deux chroniques est le point de départ d’une analyse plus approfondie de leur nature et de leur fonction. Il faudra d’abord comprendre quels sont les milieux respectifs de production de ces traductions. Comme on l’a dit, le Chronicon de Martin d’Opava connaît une diffusion très rapide et les premières traductions apparaissent tout de suite après sa composition. Si la traduction française contenue dans B3 nous a été transmise par ce seul manuscrit romain, cela ne signifie pas nécessairement qu’elle a été faite en Italie. La date du colophon de B3 confirme que quinze ans séparent la composition du Chronicon latin de la production de ce manuscrit, une période durant laquelle le texte a pu beaucoup voyager. L’étude de la scripta du manuscrit et de la langue de la traduction, ainsi que la comparaison avec le texte latin seront probablement utiles pour ouvrir quelques pistes de recherche sur l’identité des acteurs de la tradition de ce texte.

  • 69 Gilbert, Chronicon, éd. cit. n. 35, p. 17119.

38Le cas de la Chronique des empereurs issue du Chronicon de Gilbert est différent. La diffusion du texte latin est quantitativement plus limitée que celle de Martin d’Opava, mais son ampleur géographique est importante. Les témoins du Chronicon de Gilbert qu’on parvient à localiser ont été produits dans plusieurs parties de la Péninsule, en Allemagne ou en Suisse69, mais pour la plupart d’entre eux le contexte de production n’a pas été établi. La Chronique française s’arrête en 1250, donc trois décennies doivent courir entre la rédaction du texte latin et celle de sa traduction. Les plus anciens témoins de la Chronique, ceux issus du foyer pisano-génois, sont postérieurs à cette date d’une trentaine d’années, voire davantage. Étant donné ces conditions, peut-on supposer que la traduction de la Chronique des empereurs est issue du même contexte pisano-génois ? Ou, plutôt, l’association de la Chronique aux Faits des Romains se produit-elle dans ce foyer ou dans les modèles utilisés dans ce foyer ? On peut imaginer qu’un texte tel que la Chronique, qui occupe à peine quelques feuillets, a plus de chance d’arriver jusqu’à nous s’il se trouve à côté d’une œuvre à succès comme les Faits, plutôt qu’isolé dans un recueil. Si cela est vrai, il faudra alors compter sur l’analyse de la tradition singulière du ms. P0, le seul où la Chronique n’est pas accompagnée des Faits.

39L’essentiel du travail d’identification des contextes de production des chroniques reste donc à faire. Cette contribution aura déjà proposé, en partie au moins, quelques réflexions sur la façon dont la configuration des deux textes français a été influencée par l’association aux Faits des Romains. C’est en raison de cette proximité par exemple que la traduction du Chronicon de Martin d’Opava contenue dans le ms. B3 présente la section impériale avant la section pontificale.

  • 70 Seul le manuscrit L3 (London, British Library, Royal 20.C.I), qui date du début du xve siècle, cont (...)
  • 71 Pour l’Histoire ancienne jusqu’à César, cf. les éditions partielles de M. de Visser-van Terwisga(...)
  • 72 Pour la bibliographie concernant ce manuscrit, je renvoie à la récente contribution d’E. Williams, (...)

40La juxtaposition des Faits et des chroniques permet aussi d’évaluer les différentes formes de la réception de cette biographie de César. Si dans les plus anciens témoins des Faits le texte est isolé et autonome, la tradition italienne au tournant des xiiie et xive siècles a tendance à insérer l’histoire de César dans un contexte historique plus large. Même si la prééminence des Faits est évidente dans les manuscrits, l’acte consistant à placer les deux chroniques de sujet impérial à la suite des Faits des Romains produit une séquence textuelle donnant au lecteur une idée précise de l’histoire de l’empire. Il ne s’agit pas seulement de l’histoire impériale ancienne, telle que le prologue des Faits affirmait vouloir la raconter ; on est amené bien au-delà de Domitien, jusqu’aux empereurs contemporains à la production des manuscrits. Le caractère inachevé des Faits des Romains joue sans doute un rôle dans cette tendance à la continuation, mais le projet d’écriture de l’auteur des Faits est rarement respecté par l’association de cette œuvre à d’autres textes70. Les continuations ne visent pas à correspondre au projet original des Faits, mais plutôt à poursuivre de façon chronologique le récit. Cette même dynamique semble présente aussi quand les Faits sont associés à l’Histoire ancienne jusqu’à César71, la plus ancienne histoire universelle écrite en français qui, comme l’indique le titre moderne, s’arrête à Jules César. Le plus ancien témoin de cette juxtaposition Faits-Histoire ancienne, le ms. Chantilly, Bibl. du Château, 726, est italien, lié au milieu angevin, et date de la fin du xiiie siècle72. Cet exemplaire réinsère l’histoire de César dans le récit de l’histoire universelle de laquelle l’anonyme auteur des Faits l’avait, pour la première fois au Moyen Âge, séparée et rendue autonome.

41Les deux combinaisons, celle des Faits et des chroniques impériales et celle des Faits et de l’Histoire ancienne, ont eu un succès durable au cours des siècles suivants. Dans les deux cas, toutefois, c’est la tradition italienne qui en conserve les traces les plus anciennes. Cependant, cela ne signifie pas nécessairement que ces combinaisons sont réalisées en Italie, ni qu’elles ne peuvent pas être le produit de milieux culturels différents.

42Finalement, pour revenir à la Chronique des empereurs issue du Chronicon de Gilbert, il reste encore à comprendre les canaux et les modalités de diffusion de la tradition plus récente de ce texte. Les exemplaires tardifs des Faits des Romains qui contiennent la Chronique témoignent d’un regain d’intérêt bien circonscrit du point de vue géographique et chronologique ; une réception qui est, de plus, très active, produisant une réécriture et une mise à jour de la Chronique. Le contexte de production de ces versions récentes du texte et de ces manuscrits tardifs mérite d’être mieux défini.

Haut de page

Notes

1 L.F. Flutre, K. Sneyders de Vogel (éd.), Li fet des Romains compilé ensemble de Saluste et de Suetoine et de Lucan, texte du xiiie siècle publié pour la première fois d’après les meilleurs manuscrits, 2 t., Paris-Groningue, Droz-Wolters, 19351938.

2 K. Sneyders de Vogel, « La date de composition des Faits des Romains », Neophilologus, 17, 1932, p. 213214 ; et Idem, « La date de composition des Faits des Romains précisée », Neophilologus, 17, 1932, p. 271. Cf. aussi C. Croizy-Naquet, Écrire l’histoire romaine au début du xiiie siècle. L’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, Paris, Champion, 1999, p. 171172 et les précisions apportées par G. Paradisi, « Cesare e l’impero tra mito e storia : il caso dei Faits des Romains », Mito e storia nella tradizione cavalleresca. Atti del LXII Convegno storico internazionale (Todi, 912 octobre 2005), Spolète, Fondazione Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 2006, p. 235265.

3 B. Guénée, « La culture historique des nobles. Le succès des Faits des Romains (xiiiexve siècles) », La noblesse au Moyen Âge, xiexve siècles. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, éd. Ph. Contamine, Paris, Presses Universitaires de France, 1976, p. 261288 ; L.F. FLutre, Li fait des Romains dans les littératures française et italienne du xiiie au xvie siècle, Hachette, Paris, 1933.

4 L.F. Flutre, Les manuscrits des Faits des Romains, Paris, Hachette, 1932, p. 143158. Sauf indication contraire, les sigles des manuscrits sont repris de cet ouvrage.

5 Cet ensemble de manuscrits, qui compte en l’état actuel plus de 50 exemplaires, représente un des canaux principaux de la diffusion de la littérature française dans la péninsule italienne. Sur les enjeux de la datation et de la localisation de ces manuscrits, cf. F. Fabbri, « Romanzi cortesi e prosa didattica a Genova alla fine del Duecento fra interscambi, coesistenze e nuove prospettive », Studi di storia dell’Arte, 23, 2012, p. 932 ; F. Zinelli, « I codici francesi di Genova e Pisa : elementi per la definizione di una scripta », Medioevo Romanzo, 39, 2015, p. 82127 et G. Giannini, Un guide de Terre sainte, entre Orient latin et Toscane occidentale, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 2430.

6 Les deux traductions ne sont pas répertoriées dans C. Galderisi (dir.), Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xiexve siècles), 3 t., Turnhout, Brepols, 2011.

7 L’auteur est connu également sous les noms de Martin von Troppau et Martin le Polonais.

8 Martin d’Opava, Chronicon pontificum et imperatorum, éd. L. Weiland, MGH, t. 22, 1868, p. 377475. Une nouvelle édition, que j’utilise comme texte de référence, est disponible en ligne (Martin d’Opava, Chronicon pontificum et imperatorum, éd. A.D. von den Brincken, 2014), à l’URL : http://www.mgh.de/ext/epub/mt/.

9 B. Gueneé, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier Montaigne, 1980, p. 306.

10 Cf. T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, 4 t., Rome, Istituto Storico Domenicano, 19701993, t. 3, p. 114-123, A.D. von den Brincken, « Studien zur Überlieferung der Chronik des Martin von Troppau », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 41, 1985, p. 460531, Eadem, « Studien zur Überlieferung der Chronik des Martin von Troppau. Zweiter Teil », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 45, 1989, p. 551591, Eadem, « Studien zur Überlieferung der Chronik des Martin von Troppau. Erste Nachträge », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 50, 1994, p. 611613 et W.V. Ikas, « Neue Handschriftenfunde zum Chronicon pontificum et imperatorum des Martin von Troppau », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 58, 2002, p. 521537.

11 Pour une liste partielle des traductions, cf. T. Kaeppeli, Scriptores…, op. cit. n. 10, t. 3, p.  123.

12 Martin d’Opava, Chronicon, éd. cit. n. 8.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Cf. A.-D. von den Brincken, « Studien… », art. cit. n. 10, p. 469 sq. Comme Martin d’Opava était à Rome, il avait plus de difficultés à repérer et rassembler les données sur les empereurs que sur les papes.

16 Sur les Mirabilia urbis Romae, cf. N. R. Miedema, Die « Mirabilia Romae ». Untersuchungen zu ihrer Überlieferung mit Edition der deutschen und niederländischen Texte, Tübingen, Niemeyer, 1996. Cf. aussi M. Accame, E. Dell’Oro (éd.), I Mirabilia urbis Romae, Rome, Tored, 2004, p. 295296.

17 A. Boureau, La papesse Jeanne, Paris, Aubier, 1988. Pour plus d’informations, cf. les références répertoriées par A. Paravicini Bagliani, Il papato nel secolo XIII. Cent’anni di bibliografia (18752009), Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2010, p. 268270.

18 Cf. E. Brilli, « Firenze, 1300-1301. Le cronache antiche (XIV secolo ineunte) », Reti Medievali, 17, 2016, p. 113151 ; et M. Zabbia, « Prima del Villani. Note sulle cronache universali a Firenze tra l’ultimo quarto del Duecento e i primi anni del Trecento », Le scritture della storia. Pagine offerte dalla Scuola nazionale di studi medievali a Massimo Miglio, éd. F. Delle Donne et G. Perisi, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 2012, p. 139162.

19 A. Ceruti (éd.), Cronica degli imperatori romani. Testo inedito di lingua tratto da un codice della Biblioteca Ambrosiana, Bologne, Romagnoli, 1878. Flutre n’identifie pas ce texte comme étant une traduction du Chronicon mais comme une traduction du texte contenu dans le manuscrit de Bruxelles : voir L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 155.

20 Le manuscrit, sur parchemin, compte 227 feuillets (342 × 240 mm) et le texte y est disposé sur deux colonnes de 44 lignes. Sur sa riche illustration, cf. L.-F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 3031, à qui je reprends le sigle B3 ; F. Masai, M. Wittek, Manuscrits datés conservés en Belgique. 1. 8191400, Bruxelles-Gand, Story-Scientia, 1968, p. 26 et pl. 8486 ; enfin G. Giannini, Un guide français…, op. cit. n. 5, p. 81103.

21 L.-F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 150155 décrit cette « continuation » des Faits des Romains et donne l’édition du texte des quatre premières biographies des empereurs et de la conclusion de l’œuvre.

22 Sur l’énorme tradition du Roman des sept sages de Rome, cf. M. Aïache-Berne, « Roman des Sept Sages et ses continuations », Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge, éd. G. Hasenohr et M. Zink, Paris, Fayard, 1992, p. 13171320. La seule édition imprimée de la version A est fondée sur le ms. Paris, BnF, fr. 2137 et a été publiée par la Section de traitement automatique des textes d’ancien français du CRAL de l’Université de Nancy : Les Sept Sages de Rome. Roman en prose du xiiie siècle d’après le manuscrit no 2137 de la B.N., Nancy, Université de Nancy, 1981. Une autre édition, due à Hans R. Runte, est en ligne sur le site de l’Université de Dalhousie, à l’URL : http://dalspace.library.dal.ca/handle/10222/49107.

23 Hystoria hedificiorum civitatis Rome selon la rubrique et Hystorie urbis Romae selon l’explicit. Cf. N. R. Miedema, Die « Mirabilia Romae », éd. cit. n. 16, p. 29 (sigle : L19).

24 Cf. infra et P. W. Edbury, « The French Translation of William of Tyre’s Historia : the Manuscript Tradition », Crusades, 6, 2007, p. 69105.

25 À l’exception de celles des ff. 52ra et 94ra, qui s’élèvent sur 5 lignes, du fait de leur position à la fin de la colonne.

26 Cf. S. Carocci, Vassalli del papa. Potere pontificio, aristocrazie e città nello Stato della Chiesa (XIIXV sec.), Rome, Viella, 2010, p. 206207 ; et Idem, Baroni di Roma. Dominazioni signorili e lignaggi aristocratici nel Duecento e nel primo Trecento, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 1993, p. 415420.

27 À savoir les f. 25v81v : cf. E. Condello, M. Signorini, « Per un percorso nella produzione libraria romana nel secolo XIII : tracce, testimoni, proposte », Il libro miniato a Roma nel Duecento. Riflessioni e proposte, éd. S. Maddalo, Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo, 2016, t. 1, p. 83134.

28 G. Giannini, Un guide français…, op. cit. n. 5, p. 9395.

29 E. Condello, M. Signorini, « Per un percorso », art. cit. n. 27, p. 126. Cf. la notice no 178, par M.Th. Gousset, dans Anno 1300 il primo Giubileo. Bonifacio VIII e il suo tempo, éd. M. Righetti TostiCroce, Milan, Electa, 2000, p. 229230, V. Pace, « Per la storia della miniatura duecentesca a Roma », Studien zur mittelalterlichen Kunst 8001250. Festschrift für Florentine Mütherich zum 70. Geburtstag, éd. K. Bierbrauer, P. K. Klein et W. Sauerländer, Munich, Prestel, 1985, p. 255-262 (en part. p. 260) et P. Supino Martini, « Linee metodologiche per lo studio dei manoscritti in litterae textuales prodotti in Italia nei secoli XIIIXIV », Scrittura e civiltà, 17, 1993, p. 43101 (en part. p. 90). J. Folda, Crusader Manuscript Illumination at Saint-Jean d’Acre, 12751291, Princeton, Princeton University Press, 1976, p. 137138, songeait à un artiste du Nord, peut-être bolonais.

30 F. Avril, M.-Th. Gousset, Manuscrits enluminés d’origine italienne. 2. xiiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 137138, no 165 et pl. L, XCV, XCVI.

31 Voir le phénomène analogue observé au sein d’une section du recueil BnF, fr. 1553 par G. Giannini, « De sainte Anne qui eut trois barons : le Trinubium Annae entre marges et blancs », Romania, 137, 2019, p. 257276 (en part. p. 274275).

32 Au f. 224vc. Sur la légende, cf. A. Graf, Roma nella memoria e nelle immaginazioni nel Medio Evo, Turin, Loescher, 18821883, p. 244250 ; P. Verdier, « La naissance à Rome de la Vision de l’Ara Cœli. Un aspect de l’utopie de la Paix perpétuelle à travers un thème iconographique », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen âge, temps modernes, 94, 1982, p. 85119 ; et K. Boeye, N. B. Pandey, « Augustus as Visionary. The Legend of the Augustan Altar in S. Maria in Aracoeli, Rome », Afterlives of Augustus, AD 142014, dir. P. J. Goodman, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 152177. Je remercie Jean-Michel Roessli (Université Concordia, Montréal) de m’avoir fait part de ces références bibliographiques.

33 Albert de Stade, Annales stadenses, éd. G. H. Pertz, MGH, t. 16, 1859, p. 277278.

34 De cette localisation vient le nom de Gilbertus Romanus, également utilisé. L’identification de Gilbert avec Gilbertus Anglicanus ne semble pas motivée, d’après G. Dunphy (dir.), The Encyclopedia of Medieval Chronicle, 2 t., Leyde, Brill, 2010, t. 1, p. 706.

35 Gilbert, Chronicon pontificum et imperatorum, éd. O. HolderEgger, MGH, t. 24, 1879, p. 122140.

36 Ibid., p. 136-140.

37 Godefroi de Viterbe, Pantheon, éd. G. H. Pertz, MGH, t. 22, 1872, p. 107307.

38 Albert de Stade, Annales stadenses, éd. cit. n. 33.

39 L. Weiland (éd.), Sächsische Weltchronik, MGH, Dt. Ch. 2, 1877.

40 Sauf indication différente, les informations sont tirées de L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4.

41 Sur parchemin, 272 feuillets (432 × 322 mm), texte sur deux colonnes de 39 lignes.

42 Il s’agit du Maître de Rambures : cf. M. Gil, « Couleur et grisaille dans l’œuvre du Maître de Rambures (Amiens, v. 14541490) : l’exemple des Faits des Romains du Musée Condé de Chantilly (ms. 770) et de la Bibliothèque municipale de Lille (ms. 823) », Aux limites de la couleur : monochromie & polychromie dans les arts (13001600). Actes du colloque international organisé́ par l’Institut national d’histoire de l’art (Paris) et par le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Tours) les 12 et 13 juin 2009, éd. M. Boudon-Machuel, M. Brock et P. Charron, Turnhout, Brepols, 2011, p. 141156. Cf. aussi T. Kren, S. McKendrick (éd.), Illuminating the Renaissance. The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Los Angeles-Londres, J. Paul Getty Museum - Royal Academy of Arts, 2003, p. 255.

43 Jonas. Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl, Paris, Section romane de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes - CNRS, 2002-, sous Chantilly, Bibliothèque du Château (Musée Condé), 0770 (1055), à l’URL : http://jonas.irht.cnrs.fr/manuscrit/14945 (consulté le 01/09/2019). Cf. aussi S. McKendrick, « La Grande Histoire Cesar and the Manuscripts of Edward IV », English Manuscript Studies 11001700, 2, 1990, p.109138. Le colophon (f. 271vd) nomme le commanditaire de C: Antoine de Chourses († 1484), gouverneur de Béthune pour le roi de France Louis XI.

44 Sur parchemin, 359 feuillets (480 × 335 mm), texte sur deux colonnes de 37 lignes. L2 a été enluminé par le Maître du Froissart de Philippe de Commynes, selon I. HansCollas, P. Schandel, Manuscrits enluminés des anciens Pays-Bas méridionaux, avec la collaboration de H. Wijsman et F. Avril, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2009, p. 174182.

45 L2 (f. 346vc353vd) et P21 (f. 378v386v) contiennent aussi une interpolation tirée de la Chronique dite de Baudouin d’Avesnes, qui poursuit le récit jusqu’à l’histoire d’Octavien et à la fermeture du temple de Janus, pour revenir en conclusion sur la figure de César. Dans les deux cas, les portions textuelles interpolées sont enregistrées aussi dans la table des chapitres : cf. L. F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 145148. Sur la proximité des deux manuscrits, cf. S. McKendrick, « La Grande Histoire », art. cit. n. 43, p. 117.

46 Le colophon le confirme, malgré le fait qu’on ait identifié les armes de Louis de Bruges († 1492), seigneur de Gruuthuse, derrière celles d’Édouard IV (ibid., p. 124127). Je renvoie à cet article pour une discussion des causes possibles de ce fait. Sur le rapport entre Louis de Bruges et Édouard IV, cf. M. Vale, « An Anglo-Burgundian Nobelman and Art Patron : Louis de Bruges, Lord of La Gruthuyse and Earl of Winchester », England and the Low Countries in the Late Middle Ages, éd. C. Barron et N. Saul, New York, St. Martin’s Press, 1995, p. 115131.

47 Sur parchemin, 240 feuillets (425 × 310 mm), texte disposé sur deux colonnes de 42 lignes. Cf. B. Woledge, « Encore des manuscrits des Faits des Romains », Neophilologus, 24, 19381939, p. 3942, S. McKendrick, « La Grande Histoire », art. cit. n. 43, p. 128129 ; et M. Gil, « Couleur… », art. cit. n. 42, p. 155.

48 Sur parchemin, 240 feuillets (400 × 265 mm), texte sur deux colonnes de 39 à 46 lignes. Cf. S. Bisson, Il fondo francese della Biblioteca Marciana di Venezia, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2008, p. 11 16 ; et F. D’Arcais, « Les illustrations des manuscrits français des Gonzague à la bibliothèque de Saint-Marc », Essor et fortune de la chanson de geste dans l’Europe et l’Orient latin. Actes du IXe Congrès international de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Padoue-Venise, 29 août – 4 septembre 1982), Modène, Mucchi, 1984, p. 585616 (en part. p. 593594). L’importante décoration de ce manuscrit a été analysée en détail par R. L. Wyss, Die Caesarteppiche und ihr ikonographisches Verhältnis zur Illustration der Faits des Romains im 14. und 15. Jahrhundert, Berne, Wyss Erben, 1957 : cette étude porte sur les rapports entre les enluminures dédiées à Jules César dans M et dans d’autres témoins des Faits et les quatre tapisseries flamandes représentant le proto-empereur conservées aujourd’hui au Musée d’Histoire de Berne. Sur ces tapisseries et leur rapport avec le texte des Faits des Romains, cf. aussi G. Delmarcel, La tapisserie flamande du xve au xviiie siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1999, p. 5659.

49 J’ai siglé ce ms. P0 pour en marquer la spécificité par rapport au reste de la tradition de la Chronique (il est le seul où les Faits des Romains n’accompagnent pas la Chronique) et respecter en même temps les principes de siglaison adoptés par L. F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4. Pour une description détaillée du manuscrit ainsi que pour toute considération sur la date et le lieu de production, cf. G. Hasenohr-Esnos (éd.), Le respit de la mort par Jean le Fèvre, Paris, Picard, 1969, p. lxxlxxvi ; et C. A. Thomasset (éd.), Placides et Timéo ou li Secrés as philosophes, Paris-Genève, Droz, 1980, p. xiiixvii.

50 Sur parchemin, 245 feuillets (415 × 310 mm), texte sur deux colonnes de 42 lignes. Le manuscrit a été produit, selon toute probabilité, dans le même contexte que C4, Li et P15. Toutefois, la localisation et la datation exactes restent à déterminer, d’après S. McKendrick, « La Grande Histoire », art. cit. n. 43.

51 Sur parchemin, 199 feuillets (315 × 240 mm), texte sur deux colonnes de 50 lignes. Cf. F. Avril, M.Th. Gousset, Manuscrits…, op. cit. n. 30, p. 3738 et pl. XXI, XXIII ; M. Careri, F. FeryHue, F. Gasparri, G. Hasenohr, G. Labory, S. Lefèvre, A.F. Leurquin, C. Ruby, Album de manuscrits français du xiiie siècle. Mise en page et mise en texte, Rome, Viella, 2001, p. 203205 ; et B. Roux, Mondes en miniatures. L’iconographie du Livre du Trésor de Brunetto Latini, Genève, Droz, 2009, p. 100105 et 399 401. Sur l’appartenance de P11 au contexte pisano-génois, cf. M.Th. Gousset, « Étude de la décoration filigranée et reconstitution des ateliers : le cas de Gênes à la fin du xiiie siècle », Arte Medievale, 2, 1988, p. 121152 ; F. Fabbri, « Romanzi cortesi… », art. cit. n. 5 ; et Eadem, « I manoscritti pisano-genovesi nel contesto della miniatura ligure : qualche osservazione », Francigena, 2, 2016, p. 219248. Cf. aussi F. Zinelli, « Au carrefour des traditions italiennes et méditerranéennes. Un légendier français et ses rapports avec l’Histoire ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains », L’agiografia volgare : tradizioni di testi, motivi e linguaggi. Atti del congresso internazionale di Klagenfurt (1516 janvier 2015), éd. E. De Roberto et R. Wilhelm, Heidelberg, Winter, 2016, p. 63132.

52 Brunetto Latini, Tresor, éd. P. G. Beltrami, P. Squillacioti, P. Torri et S. Vatteroni, Turin, Einaudi, 2007. Il s’agit de la première rédaction du texte.

53 Sur parchemin, 315 feuillets (440 × 320 mm), texte sur deux colonnes de 38 lignes. Selon S. McKendrick, « La Grande Histoire », art. cit. n. 43, p. 124, il est possible d’identifier dans l’enluminure du f. 1r de P15 des armes effaces : « It appears almost certain that the first owner of the Paris manuscript was Wolfart van Borselen (d. 1487), Count of Grandpré and Lord of ter Veere, who was also bibliophile at the Burgundian court and brother-in-law of Louis of Gruuthuse ». Cette découverte lui permet de suggérer une datation comprise entre 1469 et 1478.

54 Sur parchemin, 249 feuillets (305 × 220 mm), texte disposé sur deux colonnes de 40 lignes. Cf. F. Avril, M.Th. Gousset, Manuscrits…, op. cit. n. 30, p. 39 et pl. XXXXI ; M.Th. Gousset, « Étude… », art. cit. n. 51, p. 128 ; B. Roux, Mondes…, op. cit. n. 51, p. 400 ; F. Fabbri, « Romanzi cortesi… », art. cit. n. 5, p. 1718 ; et Eadem, « I manoscritti », art. cit. n. 51, p. 228 et 231.

55 Sur papier, 396 feuillets (288 × 205 mm), le texte est disposé sur 30 à 33 longues lignes. S. McKendrick, « La Grande Histoire… », art. cit. n. 43, p. 117119 refuse la datation et la localisation proposées par le colophon, puisqu’il est identique à celui de L2. Il suppose que l’on serait confronté à une belle copie de L2 ou à un troisième exemplaire lié à L: la question demeure ouverte.

56 Le premier propriétaire de S a été Antoine de Bourgogne († 1504), bâtard de Philippe III de Bourgogne. N’ayant pas pu consulter ce manuscrit ni son texte, les informations à son égard sont tirées de L. Olschki, Manuscrits français à peintures des bibliothèques d’Allemagne, Genève, Olschki, 1932, p. 62 et pl. LXXIX ; et de S. McKendrick, « La Grande Histoire… », art. cit. n. 43, p. 122. Le premier feuillet de la Chronique des empereurs a été coupé, probablement pour ôter une enluminure, et le texte se lit à présent à partir de la biographie de Vitellius.

57 Sur parchemin, 218 feuillets (314 × 230 mm), texte disposé sur deux colonnes de 42 lignes. Cf. F. Fabbri, « Romanzi cortesi… », art. cit. n. 5, p. 18.

58 W. Braghirolli, « Inventaire des manuscrits en langue française possédés par Francesco Gonzaga I, capitaine de Mantoue, mort en 1407 », Romania, 9, 1880, p. 497514, no 13.

59 L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 157 reproduit des parties du texte.

60 Gilbert, Chronicon, éd. cit. n. 35, p. 122.

61 Cette innovation se retrouve, par exemple, dans les mss Cambridge, University Library, Dd X 31, Città del Vaticano, BAV, Vat. lat. 5001, Paris, BnF, lat. 4910, Madrid, BNE, 490 (olim A.51) et Zurich, Zentralbibliothek, Car. C 33.

62 Le Chronicon latin et la version ancienne de la Chronique insèrent le nom de Claude parmi les appellations de Tibère.

63 Gilbert, Chronicon, éd. cit. n. 35, p. 126.

64 Ibid., p. 128.

65 Ce texte bref, qui se présente comme une liste d’événements, surtout d’ordre religieux, de la création d’Adam jusqu’en 1239, est conservé dans au moins cinq manuscrits : M, P0, P16, V1 et Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, 672 (sigle : Gf), qui contient également les Faits des Romains. La chronologie était contenue aussi dans le manuscrit signalé dans l’inventaire de 1407 de la Bibliothèque des Gonzague. La structure du texte, une prose très sèche qui liste l’an et l’événement de manière synthétique, doit dériver d’un exemplaire avec une mise en page à l’origine tabulaire (peut-être en latin). L’étude de cette Chronologie et de sa tradition reste à faire et fournira sans doute des informations importantes sur la tradition de la Chronique des empereurs et sur son rapprochement aux Faits des Romains : cf. L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 157158.

66 Cf. B. Guenée, « La culture historique… », art. cit. n. 3, p. 283-285.

67 L.-F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 157.

68 Je cite le manuscrit L2 (f. 354r). La première ligne est écrite à l’encre rouge, le reste à l’encre noire.

69 Gilbert, Chronicon, éd. cit. n. 35, p. 17119.

70 Seul le manuscrit L3 (London, British Library, Royal 20.C.I), qui date du début du xve siècle, contient une continuation jusqu’à Domitien : cf. L.F. Flutre, Les manuscrits…, op. cit. n. 4, p. 44 et 143144.

71 Pour l’Histoire ancienne jusqu’à César, cf. les éditions partielles de M. de Visser-van Terwisga (éd.), Histoire ancienne jusqu’à César (Estoires Rogier), 2 t., Orléans, Paradigme, 19951999 ; C. Gaullier-Bougassas (éd.), L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille, de Wauchier de Denain. L’Histoire de la Macédoine et d’Alexandre le Grand, Turnhout, Brepols, 2012 et A. Rochebouet (éd.), L’Histoire ancienne jusqu’à César ou Histoires pour Roger, châtelain de Lille, de Wauchier de Denain. L’Histoire de la Perse, de Cyrus à Assuérus, Turnhout, Brepols, 2015.

72 Pour la bibliographie concernant ce manuscrit, je renvoie à la récente contribution d’E. Williams, « Two Manuscripts of the Faits des Romains in Angevin Italy », Italian Studies, 72, 2017, p. 157176. Sur les manuscrits circulant à la cour angevine, cf. en dernier lieu C. Lee, « Letteratura franco-italiana nella Napoli angioina ? », Francigena, 1, 2016, p. 83108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessio Marziali Peretti, « En marge de la tradition italienne des Faits des Romains : à propos de deux continuations traduites du latin »Memini [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1338

Haut de page

Auteur

Alessio Marziali Peretti

Université de Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search