Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Rencontres, conflits, échanges : ...Des manuscrits d’ici et d’ailleur...

Rencontres, conflits, échanges : l’espace méditerranéen au Moyen Âge

Des manuscrits d’ici et d’ailleurs. Le comte de Flandre, l’histoire et l’Orient latin dans la seconde moitié du xiiie siècle

Stephanie Plante

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 M. D. Stanger, « Literary Patronage at the Medieval Court of Flanders », French Studies, 3, 1957, p (...)
  • 2 Dans le cadre de mes recherches doctorales sous la direction de Gabriele Giannini (Université de Mo (...)

1Pendant leur âge d’or de plus ou moins deux siècles, les États latins d’Orient ont constitué un carrefour d’échanges d’une vigueur impressionnante où des gens, des langues et des cultures de l’Est comme de l’Ouest ont pu se rencontrer et s’enrichir d’une influence mutuelle qui bénéficie aujourd’hui d’une attention critique largement méritée. De tous les acteurs impliqués dans ce brassage culturel, je me propose d’aborder le cas du comté de Flandre, et plus spécifiquement celui du comte Gui de Dampierre, qui est à la tête de la Flandre de façon officieuse dès 1260 environ1, puis officiellement de 1278 jusqu’à sa mort en 1305. En étudiant les liens qu’entretient Gui avec les États latins et avec le grand mouvement des croisades à la lumière de la littérature qui est produite ou qui circule dans son giron2, que j’entends au sens large de sa personne et de sa cour rapprochée, j’ai été amenée à reconsidérer la conclusion généralement acceptée au sujet du mécénat littéraire de Gui de Dampierre. C’est ce cheminement de recherche en train de se faire qui constitue le point de départ du présent article.

2. Les comtes de Flandre et les croisades

  • 3 J. H. Pryor, « The Eracles and William of Tyre: An Interim Report », The Horns of Hattin. Proceedin (...)

2Si l’Occident médiéval en entier se mobilise en soutien au mouvement de croisade, certaines régions en font une véritable institution, et la Flandre est en cela exemplaire. La famille comtale flamande a en effet une longue tradition de participation aux expéditions dans la Méditerranée orientale : dès la célèbre première itération des croisades à la fin du xie siècle, le comte de Flandre Robert II dit de Jérusalem (1093-1111) répond à l’appel, instaurant à son insu une pratique que ses successeurs vont longtemps perpétuer, eux qui étaient sans aucun doute très fiers des prouesses accomplies par Robert aux côtés du grand Godefroi de Bouillon lors de la prise de Jérusalem. Au milieu du xiie siècle, la participation du comte Thierry d’Alsace (1100-1168) à la deuxième croisade l’amène à se rendre en Terre sainte, où il séjournera subséquemment trois autres fois. Devenu comte à son tour, son fils, Philippe d’Alsace (1143-1191), s’engage dans la troisième croisade aux côtés des plus puissants monarques de l’époque. S’il rend son dernier souffle à Acre en 1191 en « ne laissant guères bone remembrance de ses fez en la terre d’outre mer3 », pour reprendre les termes d’un chroniqueur contemporain, la prochaine croisade, à savoir la quatrième, représente pour la Flandre un moment d’une insigne importance : le comte Baudouin IX (1171-1205) est couronné empereur de Constantinople, un titre d’un prestige incontestable qui vaudra à ses deux filles devenues orphelines en bas âge, Jeanne et Marguerite, de porter le patronyme de Constantinople et d’ainsi incarner à travers leur nom un souvenir indélébile tant de l’exploit de leur père que de l’autorité de la famille comtale flamande en Méditerranée.

3En tant que fils de Marguerite et neveu de Jeanne, Gui de Dampierre avait naturellement une conscience aiguë de l’héritage de sa famille, et c’est sans doute en partie en réaction à la reconquête des Paléologues de 1261 qu’il décide de suivre saint Louis dans sa croisade à Tunis, en amenant avec lui son fils aîné Robert de Béthune. Après que Constantinople lui eut glissé des doigts pour retourner en mains byzantines, Gui n’eut d’autre choix que de prendre conscience de la perte d’une part de son identité en tant que comte de Flandre, et on n’a aucun mal à s’imaginer que la Terre sainte a pu devenir pour lui une préoccupation de premier ordre, si elle ne l’était pas déjà. Né vers 1229, Gui était déjà dans la trentaine dans les années 1260, un âge amplement mûr pour lui permettre de comprendre toute la portée de la branche constantinopolitaine de son pouvoir, et ce tant concrètement que symboliquement.

3. La littérature sous Gui de Dampierre

  • 4 Dans ce qu’il nous reste de ses états de compte, on trouve de nombreuses dépenses effectuées pour d (...)

4Conséquemment, il serait tout naturel pour le comte de chercher à mettre en valeur le passé glorieux de ses ancêtres en Orient, à commencer par son grand-père Baudouin IX. Il s’agirait d’une attitude tout à fait caractéristique et attendue de la part de la noblesse de l’époque, et puisque Gui était un grand protecteur des arts et de la littérature4, le fait qu’il commande ou qu’il acquière des œuvres qui relatent l’histoire de son illustre famille serait parfaitement en accord avec sa situation et son rang social. Cependant, et l’usage du conditionnel est bien sûr symptomatique, il ne le fait pas.

3.1 Un « vide historique »

  • 5 Pour une synthèse à la fois historique et littéraire, voir l’ouvrage de G. M. Spiegel, Romancing th (...)
  • 6 O. Collet, « Littérature, histoire, pouvoir et mécénat : la cour de Flandre au xiiie siècle », Médi (...)
  • 7 O. Collet, « Littérature... », art. cit. n. 6, p. 89.

5Lorsque l’on fait l’exercice de dresser une liste des textes qui peuvent être associés à Gui ou à son entourage, il est difficile de ne pas remarquer une étrange et d’une certaine façon inexplicable absence de tout texte à teneur historique, qu’il s’agisse de chroniques de croisade ou d’histoire dite contemporaine ou nationale, c’est-à-dire des textes relatant l’histoire récente d’un territoire ou d’une famille. Considérant que l’historiographie vernaculaire en français est née en Angleterre et en Flandre même5 et que le genre de l’histoire nationale — qui a d’ailleurs longtemps été l’apanage des deux régions qui l’ont vu naître — faisait son chemin vers la cour royale de France dans les années du règne de Gui de Dampierre, on ne peut qu’être surpris de ne trouver aucune forme de littérature historique liée au comte. Ce constat a animé plusieurs articles et monographies consacrés à la littérature sous Gui et sous ses proches6, et c’est aussi l’un des points fondamentaux de l’articulation de ma thèse de doctorat. Le nœud de la question réside dans le fait que 7 :

l’Empire latin d’Orient formant pour quelques décennies une sorte de nouvel épicentre, géographiquement distinct, de l’autorité flamande et de son rayonnement —, la dynastie des comtes ne semble chercher à tirer aucun bénéfice de la situation par un recours à l’histoire.

  • 8 Le passage suivant est emblématique des propositions soumises à ce sujet : « Il ne semble pas qu’il (...)

6Ce « vide historique », si l’on peut l’exprimer de la sorte, a ainsi mené la critique à caractériser le mécénat comtal flamand de littéraire8, au sens moderne du mot, à savoir romanesque, poétique, par opposition à factuel ou utile.

  • 9 Les entrées qui comportent une cote de manuscrit indiquent un manuscrit précis pouvant être lié à G (...)

Figure 1. Liste partielle des œuvres liées au règne de Gui de Dampierre9

Psautier de Gui de Dampierre

Bruxelles, BRB, 10607 ; entre 1280 et 1297

Marques de Rome

Première continuation des Sept Sages de Rome ; 1263

Roman de Cassidorus

Turin, BNU, L.III.8 (1650) ; Troisième continuation des Sept Sages de Rome ; vers 1270

Enfances Ogier par Adenet le Roi

Peu après 1273-1274

Berte aus grans piés par Adenet le Roi

Entre 1275 et 1285

Couronnement de Renart

Paris, BnF, fr. 1446 ; 1260-1280

Renart le Nouvel par Jacquemart Gielée

Roman en vers ; 1289

Chevalerie de Judas Maccabée par Pieros du Riés

Paris, BnF, fr. 15104 ; vers 1289

Ébauches de roman arthurien par Baudouin Butor

Paris, BnF, fr. 1446 ; vers 1294

Estoire del saint Graal / Merlin / Roman des

sept sages / Pénitence Adam

Paris, BnF, fr. 95 ; 1280-1290

Queste del Saint Graal / Mort Artu

Yale 229 ; troisième quart du xiiie siècle

  • 10 Voir supra, n. 6.
  • 11 Voir entre autres la série d’études publiées chez Brepols sous la direction d’E. M. Willingham, Ess (...)

7Cette liste d’œuvres pouvant être rattachées au règne de Gui de Dampierre (Figure 1) est partielle au sens où elle ne reflète pas l’état actuel de mes recherches, mais elle le reflétait il y a un peu plus d’un an lorsque je l’ai établie, et surtout elle reflète encore ce que l’on retrouve dans une majorité d’ouvrages sur le sujet10. On y retrouve du roman, représenté essentiellement par la matière arthurienne contenue dans deux manuscrits abondamment étudiés, les mss BnF fr. 95 et Yale 22911 ; de la littérature satirique avec les différents avatars de la tradition renardienne ; une veine épico-romanesque avec les poèmes d’Adenet le Roi et de Pieros du Riés ; enfin des textes plutôt didactiques ou religieux, représentés par les vies de saints, les continuations des Sept Sages de Rome et le célèbre psautier conservé à Bruxelles. Comme de juste, la matière historique brille par son absence.

3.2 L’Orient latin

  • 12 E. Maraszak, « Entre Orient et Occident, les manuscrits enluminés de Terre sainte. L’exemple des ma (...)

8Malgré tout, il devait à mon sens y avoir une relation plus que spirituelle ou nostalgique entre le comte de Flandre et l’Orient latin. Peut-être étais-je quelque peu victime de mon intérêt pour les questions liées aux États croisés, mais cette suspicion que quelque chose m’échappait m’a poussée à ne pas accepter de considérer le dossier clos. Comme je m’intéresse à la production et à la circulation des manuscrits médiévaux, je me suis tournée vers ce genre de donnée pour les États croisés, et j’ai rapidement été amenée à m’intéresser au scriptorium d’Acre, à propos duquel on doit de précieuses informations aux historiens de l’art et où a été produite une appréciable quantité de manuscrits dans la deuxième moitié du xiiie siècle. Après la perte de Jérusalem à Hattin en 1187, le scriptorium du Saint-Sépulcre est relocalisé à Acre, probablement dans la cathédrale Sainte-Croix, où il peine à reprendre le niveau d’activité qu’il avait dans la Ville sainte. Grâce à la diversification de la demande, qui va progressivement au-delà des commandes strictement religieuses pour inclure des commandes de textes profanes en langue vernaculaire, grâce aussi au séjour de quatre ans que fait saint Louis à Acre entre 1250 et 1254, on assiste à un renouveau majeur dans la production manuscrite du Levant, qui s’accompagne naturellement d’un plus grand nombre et d’une plus grande variété de textes circulant dans la région12.

  • 13 Comme l’explique P. Paris dans l’introduction à son édition de l’Eracles (Guillaume de Tyr…, éd. ci (...)
  • 14 Il n’est d’ailleurs pas sans intérêt de préciser que ce texte voit le jour en Flandre, où il aurait (...)
  • 15 Chronique « originale » d’Ernoul. Elle est perdue, et on ne la connaît qu’à travers sa présence dan (...)
  • 16 Chronique de Bernard le Trésorier. On parle souvent simplement de la « chronique d’Ernoul et de Ber (...)
  • 17 Continuation Rothelin. Elle a probablement été rédigée en Orient, mais elle ne se retrouve que dans (...)
  • 18 Continuation Noailles ou Acre. Elle a été rédigée en Orient et se retrouve dans des manuscrits copi (...)

9Outre la matière de Bretagne et les textes mettant en vedette Renart, tous deux bien en vogue dans le royaume franc d’Outremer, les textes dont la popularité éclipse celle de leurs compétiteurs sont l’Histoire ancienne jusqu’à César et la traduction française augmentée de l’Historia Ierosolemytana de Guillaume de Tyr, communément appelée Eracles en vertu de la mention de l’empereur byzantin Héraclius au début du texte13. Il s’agit de deux textes à teneur historique, le premier14 étant une histoire universelle inachevée — son récit s’arrête à la conquête de la Gaule par Jules César, comme l’indique son titre —, le second étant une histoire contemporaine, en quelque sorte, puisqu’il s’agit d’une chronique relatant l’histoire des établissements croisés en Orient de 1169 à 1184 pour le texte original de Guillaume de Tyr, texte auquel s’agglutinent ensuite plusieurs continuations qui se rendent, selon les versions, jusqu’en 119715, en 123116, en 126117 ou en 1275-127718.

4. L’Eracles

  • 19 Dans le cadre du projet de recherche Guides français de pèlerinage en Terre sainte (dir. Gabriele G (...)

10Sensible à son objet directement lié aux États latins d’Orient, et pour avoir déjà travaillé sur sa tradition manuscrite il y a quelques années19, j’ai choisi de me pencher d’abord sur l’Eracles. Comme les chroniques françaises rédigées dans la Méditerranée orientale affichent d’ordinaire une parenté assez nette avec les littératures épique et courtoise rédigées en Occident, l’Eracles me paraissait prometteur, et cette qualité si distinctement « littéraire » que l’on associe au mécénat flamand caractérise également les premières chroniques de croisades en français au début du xiiie siècle. La Conquête de Constantinople de Robert de Clari ou l’Histoire de l’Empereur Henri de Constantinople d’Henri de Valenciennes, pour ne mentionner qu’elles, ont souvent été qualifiées de pittoresques, critiquées pour leurs nombreuses digressions à saveur épico-légendaire, dépréciées pour l’aspect parfois décousu du va-et-vient que leur récit opère sur la ligne du temps. Si ces jugements de valeur un peu datés n’ont heureusement plus cours à l’heure actuelle, il n’en demeure pas moins qu’ils mettent en relief une dimension essentielle de l’écriture de l’histoire contemporaine médiévale, si différente soit-elle des standards modernes. Grâce à des similitudes génériques, géographiques et thématiques avec des textes dont on sait qu’ils étaient appréciés et encouragés par le comte de Flandre, l’Eracles m’est apparu comme un candidat probant dont d’éventuels liens avec la cour flamande ne seraient pas particulièrement surprenants.

  • 20 P. M. De Winter, La Bibliothèque de Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne (13641404). Étude sur les (...)
  • 21 A. Derolez et B. Victor (éd.), Corpus Catalogorum Belgii. III. Counts of Flanders. Provinces of Eas (...)

11Conjointement à ce retour sur la question de l’Eracles, je me suis intéressée aux inventaires des biens des Ducs de Bourgogne, plus particulièrement à celui de Philippe le Hardi et de sa femme Marguerite de Flandre20. En 1384, la mort de Louis de Male signale la fin de la maison de Dampierre à la tête de la Flandre. C’est sa fille, Marguerite, qui hérite de la couronne comtale et qui apporte la Flandre à la deuxième maison capétienne de Bourgogne en vertu de son mariage avec Philippe le Hardi en 1369. Il est ainsi probable que plusieurs biens ayant appartenus à Gui et à ses enfants aient été légués de génération en génération, et puisque les Ducs de Bourgogne sont réputés pour leurs bibliothèques bien garnies, leurs inventaires après décès constituent un excellent point de départ pour tenter d’identifier des manuscrits qui pourraient devoir leur existence bourguignonne au mécénat de Gui et de son entourage. De drastiques sauts dans le temps sont souvent nécessaires pour qui s’intéresse aux collections de manuscrits du xiiie siècle, puisque c’est au début du xive siècle que commencent à apparaître des inventaires un tant soit peu fournis. Le décès de Gui en 1305 ne nous a laissé qu’une bien maigre idée de ce qu’il possédait : la liste qui suit est celle des biens qu’il avait en sa possession dans la cellule de Compiègne où il a vécu ses derniers moments, et outre le livre des cronikes de Flandres, qui résiste toutefois pour l’instant à toute identification certaine, rien ne paraît bien intéressant pour le propos de cet article21.

Ce sunt les codes qui furent monseigneur le comte Guyon, que Eulars et Hugenins li barbiers ont eu en warde.

[1] Item I livre de parjure d’eskiés.

[2] Item I livre des cronikes de Flandres.

[3] Item I roman de le vie des peres.

[4] Item I autre romant de saint Piere et saint Pol et de Symon Maghe.

[5] Item I autre romant des miracles Noste Dame.

  • 22 Ibid., p. 20-21.

12Dans la génération suivante, l’inventaire de 1322 des biens de Robert de Béthune22, le fils de Gui de Dampierre, est sensiblement plus étoffé.

Inventoire des livres monseigneur de Flandres.

[11] Premiers une Somme estrete de latin en rommans, sour code et sour digest.

[12] Item un estret d’institute en franchois et la dedens a une constitution sour les fiefs.

[13] Item un autre livre en franchois rimé des miracles Nostre Dame.

[14] Item un autre de Godefroi de Buillon, noef, en deus volummes.

[15] Item, un livre de le vie des sains en rommans.

[16] Item, un autre livre de la Vie des Sains et des Aposteles.

[17] Item, un livre qui raconte plusieurs exemples de le vie des peres, et est au commenchement du livre li contes du Barisiel.

[18] Item, un livre qui parole de Ruth, de Thobie, de l’apocalipse et de plusseurs autres choses de le bible, translaté de latin en rommans.

[19] Item, un livre de Merlin.

[20] Item, deux petis livres de sermons.

[21] Item, deus quaiers de le Vie saint Extasse, qui sont des lois et des sermons.

[22] Item, un livre couviert de parcemin, de cronikes des contes de Flandre.

[23] Item, un autre petit livre qui parole des dis commandemens Nostre Singneur.

[24] Item une piel de parchemin enrolee a ymagenees et escripture en flament.

[25] Item un livre a assielles couviert de blanke toile des diis commandemens Nostre Singneur.

[26] Encore i a un petit livret a une chemise de vert cendal a l’evangille saint Jehan.

[27] Item une bourse blanke d’euvre sarrasinois, en lequelle il a chiench livres d’orisons et de hoeres.

[28] Premiers un rommans de Godefroi de Buillon, viés, a assieles, couvert de rouge cuir.

13Au numéro [14] se trouve un « autre de Godefroi de Buillon, noeuf, en deux volummes ». L’entrée est fascinante, or le fait que le manuscrit soit neuf indique qu’il n’a pas pu être hérité de Gui. Par contre, tout en bas de la liste, le numéro [28] fait état d’un autre rommans de Godefroi de Buillon, dont on précise qu’il est vieux, ce qui ouvre la porte à ce qu’il ait été la propriété du père avant d’être celle du fils.

  • 23 L’inventaire de la comtesse Marguerite, dans P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p.  (...)
  • 24 Ibid., p. 172.

14En continuant d’avancer dans les inventaires, on trouve dans celui de 140523 une suite intéressante à la piste du Godefroi de Bouillon24 :

Item, I grant livre de Godefroy de buillon de la conqueste de Jherusalem.

  • 25 Ibid., p. 256 et G. Doutrepont, Inventaire de la « librairie » de Philippe le Bon (1420), Bruxelles (...)

15Enfin, en 1420, dans l’inventaire des biens mobiliers que Philippe le Bon a hérité de son père Jean sans Peur, on trouve l’entrée suivante25 :

Item, ung autre livre nommé Godeffroy de Buillon, escript en parchemin, de lettre ronde, à II coulonnes, historié et enluminé d’asur et de vermeillon, commençant ou IIe fueillet aliance entre ceaulx, et ou derrenier après fut mandé, couvert de cuir blanc, à X clouz de leton et quatre fermouers de mesmes.

4.1 Le ms. Paris, BnF, fr. 9084

  • 26 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 172 et 257258, no 212. O. Collet (« La litté (...)
  • 27 Ce sigle renvoie à la liste des manuscrits de l’Eracles établie par J. Folda, « Manuscripts of the (...)
  • 28 J. Folda, « The Hospitaller Master in Paris and Acre: Some Reconsiderations in Light of New Evidenc (...)
  • 29 Des 51 manuscrits médiévaux (avant 1500) de l’Eracles que nous possédons, seuls dix ont été copiés (...)
  • 30 Il est possible qu’il ait appartenu à l’ordre — cela pourrait expliquer pourquoi on le retrouve à P (...)
  • 31 P. Edbury, « The French Translation of William of Tyre’s Historia: The Manuscript Tradition », Crus (...)
  • 32 Pour une discussion détaillée concernant la forte parenté stylistique et textuelle entre le ms. BnF (...)
  • 33 P. Edbury, « The French Translation… », art. cit. n. 31, p. 81. Ce manuscrit possède plusieurs cara (...)
  • 34 Voir à ce sujet E. Maraszak, « Entre Orient et Occident… », art. cit. n. 12.
  • 35 L’Eracles a bien sûr été fort populaire auprès de l’aristocratie des États latins, et ce particuliè (...)
  • 36 D. Jacoby, « La littérature française dans les États latins de la Méditerranée orientale à l’époque (...)
  • 37 Ibid., p. 639.
  • 38 Au bas du fol. 331v du ms. BnF, fr. 2628 (F73), on peut lire l’inscription Le livre de Godefroy de (...)
  • 39 Jacoby affirme avec justesse que Bernard « en avait une [copie de l’Eracles] à sa disposition en 12 (...)

16Bien qu’il soit difficile de l’affirmer avec certitude, il est bien possible que toutes ces notices décrivent le même Godefroi de Bouillon, que Patrick de Winter26 a identifié comme étant le ms. Paris, BnF, fr. 9084 (F78)27. Ce manuscrit, daté de 128628 et produit à Acre29, contient un Eracles dans sa continuation dite Noaille ou Acre, qui se rend jusqu’au milieu des années 1270. Jaroslav Folda identifie trois mains différentes derrière le programme iconographique du ms. BnF, fr. 9084, dont l’une appartiendrait au Maître de Paris-Acre, aussi appelé le Maître Hospitalier en vertu de ses liens avec l’Ordre de l’Hôpital30. Cet enlumineur est responsable de la réalisation de dix manuscrits connus, deux faits à Paris entre 1276 et 1280, et huit autres faits à Acre entre 1280 et la chute de la ville en 1291. Deux de ces manuscrits orientaux sont des manuscrits de l’Eracles : le ms. Boulogne-sur-Mer, Bibl. municipale, 142 (Acre, 1287 ; F69)31, qui est stylistiquement très proche du ms. BnF, fr. 908432, et le ms. Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Pl. LXI.10 (Acre, vers 1290, puis Italie, première moitié du xive siècle ; F70)33. Le Maître de Paris-Acre aurait également partiellement enluminé l’un des plus somptueux manuscrits de l’Histoire ancienne jusqu’à César réalisés à Acre, le manuscrit Additional 15268 de la British Library34, ce qui révèle qu’il a travaillé sur les deux textes historiographiques les plus populaires du royaume franc et qu’il acceptait peut-être des commandes provenant d’Europe — ou, du moins, que son travail se rendait jusque dans les mains de nobles vivants de l’autre côté de la Méditerranée35. On sait d’ailleurs que l’Eracles a connu un certain succès auprès de ce public, puisqu’une copie en a été identifiée dans les possessions qu’Eudes de Nevers avait amenées avec lui en Terre sainte en 126536, et on sait qu’en 1278 Charles Ier d’Anjou avait lui aussi en sa possession un roumans de Godefroi de Bouillon37, une dénomination que l’on a déjà rencontrée dans l’inventaire des biens de Robert de Béthune et qui est attestée dans au moins un manuscrit médiéval38. Même si toutes les continuations au travail initial de Guillaume de Tyr ont été rédigées dans le Levant, elles ont rapidement voyagé vers l’Occident, ce dont témoigne le fait que Bernard, le Trésorier de l’abbaye de Corbie, en possédait un exemplaire vers 123239.

4.1.1 La tradition manuscrite

  • 40 P. D. Handyside, The Old French Translation of William of Tyre, Cardiff, Cardiff University, 2012, (...)
  • 41 Selon P. D. Handyside, The Old French Translation…, op. cit. n. 40, p. 237, la rédaction orientale (...)

17D’un point de vue plutôt philologique, le stemma réalisé par Philip David Handyside dans sa thèse de doctorat révèle des liens de parenté similaires à ceux établis par les historiens de l’art40. Le ms. BnF, fr. 9084 (F78) se classe dans la famille , qui regroupe les textes de tradition occidentale dont la traduction française est la plus fidèle au texte latin de Guillaume de Tyr, puis dans le sous-groupe, qui accueille les textes de tradition orientale. Ce sous-groupe se divise lui-même en deux branches 1 et 2, cette dernière étant celle où se place F78. Handyside suggère que les manuscrits F01 et F52 du groupe mère seraient liés au sub-archétype de la famille , à savoir le premier manuscrit qui aurait été amené dans les États latins et qui aurait été à l’origine de la tradition indépendante qui s’y est formée41. Au sein du groupe 2, le ms. BnF, fr. 9084 se classe aux côtés des mss F74, F71 et du groupe F69-F67-F68, F67 et F68 étant tous deux des copies de F69 réalisées au milieu du xve siècle en Flandre ou dans le nord de la France. La parenté relevée par Folda entre F78 et F69 l’est donc tout autant pour Handyside, ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle les deux manuscrits auraient été produits au sein du même atelier de Saint-Jean-d’Acre, qui s’occupait sans doute à la fois de l’enluminure et de la mise par écrit. Or F71, une autre réalisation des années 1280 en provenance d’Acre, a lui aussi beaucoup en commun avec F78 en ce qui concerne les variantes textuelles, bien qu’il n’ait pas été enluminé par le Maître de Paris-Acre. F74, quant à lui, représente un intéressant transfert de la veine orientale vers le continent : le manuscrit a été produit en Lombardie environ une décennie après ses homologues, à savoir vers 1295. S’il est juste que le ms. BnF, fr. 9084 (F78) a été commandé ou acheté par Gui de Dampierre et qu’il a fait son chemin jusqu’en Flandre en vertu de cette association, on peut donc croire qu’au moins un autre manuscrit produit à Acre a connu le même sort, sans doute dans des conditions similaires, pour être ensuite retranscrit sur le continent.

  • 42 Pour la liste des chapitres manquants, qui s’étalent d’ailleurs sur l’ensemble du manuscrit, voir P (...)
  • 43 J. Folda, « A Crusader Manuscript from Antioch », Atti della Pontificia Accademia Romana di Archeol (...)
  • 44 P. D. Handyside, « A Crusader Manuscript from Antioch? Reappraising the Provenance of Biblioteca Ap (...)

18Tous les manuscrits du groupe 2 ont la particularité de contenir la rédaction Acre, qui poursuit le travail de Guillaume de Tyr jusqu’au milieu des années 1270. Un seul manuscrit, qui appartient également au groupe 2 mais qui se positionne en retrait du conglomérat mentionné plus haut (F78, F71, F74, F69, F68, F67), ne se conforme pas à cette règle : il s’agit du F49, produit à Acre entre 1277 et 1280, qui contient la continuation jusqu’en 1232 et dont il manque 75 folios, qui ont été mutilés ou arrachés42. Le stemma de Handyside met également en relief le cas particulier de F06, le seul manuscrit réalisé en Orient qui n’exhibe aucun lien avec la tradition orientale. Il ne contient que la traduction du texte de Guillaume de Tyr, sans continuation, et a été catalogué par Folda comme ayant été réalisé à Antioche dans les années 126043, mais Handyside a récemment remis en question cette attribution basée sur des considérations artistiques en passant le manuscrit au peigne fin philologique44. Suite à l’étude textuelle du F06, il a déterminé que le manuscrit appartient indéniablement à la famille , une branche de rédaction entièrement occidentale qui n’a aucun point commun avec la rédaction orientale de . Selon l’auteur, il n’est pas impossible que l’hypothèse de Folda soit juste, mais il juge plus prudent de simplement affirmer que ce manuscrit n’a pas été produit dans le(s) même(s) atelier(s) que les autres manuscrits du groupe , et il propose une provenance du sud de la France ou de l’Italie plutôt que de la principauté d’Antioche comme l’avait suggéré Folda.

4.1.2 La question du genre

  • 45 J. H. Pryor, « The Eracles… », art. cit. n. 3, p. 273.
  • 46 D. Jacoby, « La littérature française… », art. cit. n. 36, p. 644.

19Ainsi, dans les textes tout sauf historiques qu’on associe généralement à l’entourage de Gui de Dampierre, l’Eracles paraît somme toute un choix probable, même logique — son sujet est bien historique, contemporain et lié à l’Orient latin, mais la façon dont il est livré s’apparente à ce que l’on rencontre d’ordinaire dans les chansons de geste et dans les romans en prose, des genres dont on sait qu’ils étaient particulièrement appréciés par le comte de Flandre. Dans sa version française, le récit de Guillaume de Tyr subit d’ailleurs de nombreuses modifications qui en font un ouvrage plus agréable aux oreilles de l’aristocratie, comme le résument bien tant John H. Pryor45 que David Jacoby46 :

The Eracles is far less moralistic and religiously oriented than was William’s chronicle. In many respects, the author has turned William’s ecclesiastical chronicle into a prose version of a chanson de geste. The tone of crusading fervor is still present but it is less strident. It loses its religiosity and acquires the tone of the feudal, noble, and knightly ethos. […] There are also far fewer references in the Eracles to divine assistance for the crusaders.

La parenté des chroniques françaises de la Méditerranée orientale avec la littérature épique et courtoise d’Occident est particulièrement marquée : en témoignent la description des personnages, ainsi que les emprunts au vocabulaire des chansons de geste et des romans en prose.

20Sachant cela, la présence d’un Eracles au sein de la collection de Gui de Dampierre paraît s’expliquer en vertu de modalités similaires à celles que l’on connaît des Enfances Ogier, un poème épique mettant en scène les prouesses d’Ogier et du mythique Charlemagne contre les Sarrasins et dont Gui a commandé la rédaction à Adenet le Roi alors qu’il avait toujours à l’esprit la récente croisade de 1270, à laquelle il avait personnellement participé. Malgré la grande exactitude historique dont peut se vanter l’Eracles, sa forme en fait un texte tout désigné pour plaire au comte de Flandre, et le ms. BnF, fr. 9084 paraît ainsi être un ajout qui s’inscrit sans accroc dans les goûts littéraires de Gui tout en comblant l’étonnante « lacune » historique qui semblait les caractériser.

5. Le ms. BnF, fr. 12203 et les Estoires d’Outremer et de la naissance Saladin

  • 47 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 151, no 117.
  • 48 G. Doutrepont, Inventaire…, op. cit. n. 25, no 180, via P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit.(...)

21Outre ce manuscrit de l’Eracles, il y a encore un second exemple dont je souhaiterais traiter ici, un manuscrit qui a peut-être lui aussi fait partie de la collection de Gui de Dampierre et sur la piste duquel je me suis retrouvée suite à la consultation des inventaires après décès des successeurs du comte. Dans l’inventaire de Marguerite de Flandre, on trouve l’entrée « Item, I livre de Salhadin et de la prise de Constantinoble »47, à laquelle fait suite cette entrée extraite de l’inventaire de Jean sans Peur48 :

Item, ung autre livre nommé Salehadin et de la Prise de Constantinoble, couvert de cuir vermeil, commençant au IIe feuillet tans du roy Fouque, et ou derrenier fueillet li légaus, à fermouers d’argent.

  • 49 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 237239.
  • 50 Pour la datation et la localisation, De Winter propose 1290, à Arras. K. M. Krause, « Genealogy and (...)
  • 51 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 238.

22Grâce à cette dernière description plus détaillée, De Winter a pu identifier ce « livre de Saladin » comme étant le ms. Paris, BnF, fr. 1220349, un manuscrit réalisé dans le nord de la France vers 129050 et qui se présente comme un véritable recueil de chroniques traitant de la Flandre et des croisades. On pourrait bien se demander s’il ne s’agirait pas du livre des cronikes de Flandre qu’on trouve à la fois dans le maigre inventaire de Gui et dans celui de son fils Robert, mais rien de probant ne permet pour l’instant de le dire, essentiellement parce que je n’ai pas encore eu l’occasion de consulter le manuscrit directement. Toutefois, De Winter note que51 :

[l]e présent manuscrit provient probablement de l’ancienne collection des comtes de Flandre. Le lion rampant [les armoiries de la famille comtale de Flandre sont d’or au lion rampant de sable] apparaît d’ailleurs d’une façon prédominante dans les miniatures des ff. 50, 69 et 78 v., aussi bien que dans un grand nombre d’initiales.

  • 52 J. Rider, « Vice… », art. cit. n. 50, p. 68 : « The Ancient Chronicle was in turn translated into F (...)
  • 53 I. GuyotBachy, La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume (xexve siècle), Vil (...)
  • 54 À propos de la figure de prud’homme de Saladin, voir M. A. Jubb, « Saladin vu par Guillaume de Tyr (...)
  • 55 M. A. Jubb (éd.), A Critical Edition of the Estoires d’Outremer et de la naissance Salehadin, Londr (...)
  • 56 K. M. Krause, « Genealogy… », art. cit. n. 50, p. 326.
  • 57 M. A. Jubb, A Critical Edition…, éd. cit. n. 55, p. 1316.

23Jeff Rider est également d’avis que le manuscrit est très probablement dû à une commande de Gui de Dampierre ou d’un membre de son entourage52, tout comme Isabelle Guyot-Bachy, qui cite le ms. BnF, fr. 12203 à titre de manuscrit « dont on peut penser qu’il a appartenu à Gui de Dampierre53 ». Ainsi, si le manuscrit a bel et bien appartenu au comte, force est de constater qu’il avait en sa possession un impressionnant recueil de textes historiques liant la Flandre à l’Orient latin, un recueil qu’il avait sans doute fait faire sur demande ou dont lui ou son fils Robert était le destinataire original, d’ailleurs, si l’on se fie à la présence des armoiries ainsi qu’au contenu, à la lumière du contexte politique flamand de la fin du xiiie siècle. Le manuscrit s’ouvre en effet avec l’Histoire d’Outremer et du roi Saladin (fol. 149), dans laquelle est intercalé le récit de la comtesse de Ponthieu, un aparté qui fait passer Saladin de grand chef sarrasin qu’il a été à un bon chrétien originaire du nord de la France54, et plus précisément au fils de la comtesse de Ponthieu éponyme. Tout comme l’Eracles, l’Histoire d’Outremer repose sur la chronique d’Ernoul, ce qui fait d’elle un singulier avatar de la tradition française des continuations de l’Historia auquel on renvoie aujourd’hui sous l’appellation Estoires d’Outremer et de la naissance Saladin55. Outre le ms. BnF, fr. 12203 (F22), on en conserve deux autres témoins, le BnF, fr. 770 (F21 ; produit dans le même atelier et plus ou moins au même moment que le ms. BnF, fr. 12203)56 et le BnF, fr. 24210 (F23 ; xve siècle, sur papier). Bien qu’on puisse la mettre en lien avec la tradition de l’Eracles, cette « continuation » est une incarnation occidentale très libre de la chronique d’Ernoul, et partout elle se présente sans le texte de l’Historia, ce qui lui vaut d’être exclue des études qui traitent de la traduction française de la chronique de l’archevêque de Tyr à proprement parler. Les Estoires d’Outremer et de la naissance Saladin se fient bien à Ernoul pour la période allant de 1185 à 1197, mais de toutes les continuations, c’est ce texte qui le fait de la façon la plus approximative, en sautant sans transition de la légende à l’histoire telle que rapportée par sa source — et en apportant malgré tout des précisions historiques qu’on ne retrouve nulle part ailleurs57.

5.1 Textes interpolés

  • 58 Cette interpolation est toutefois présente uniquement dans le ms. BnF, fr. 770. Pour une intéressan (...)
  • 59 Pour une discussion sur la tradition manuscrite des versions cycliques en prose de l’Ordene de Chev (...)
  • 60 Comme le BnF, fr. 12203, ce manuscrit contient l’histoire de la comtesse de Ponthieu, dont on peut (...)

24On trouve dans les Estoires d’Outremer et de la naissance Saladin plusieurs interpolations, dont l’histoire de la comtesse de Ponthieu déjà mentionnée ainsi qu’une version en prose de l’Ordene de Chevalerie58, un texte bien connu en vers mais dont les versions en prose sont à la fois peu nombreuses et peu connues59. À notre connaissance, les Estoires se retrouvent dans trois autres manuscrits du xiiie siècle qui ne manquent pas d’intérêt, les mss BnF, fr. 17203, fr. 2546260 et fr. 770 (F21).

  • 61 La seule édition moderne est celle de C. Buridant (éd.), La traduction de l’Historia Orientalis de (...)

25Le premier manuscrit contient la seule version complète connue de la traduction française de l’Histoire Orientale de Jacques de Vitry61, dont on sait également qu’elle a été fortement inspirée par le texte de Guillaume de Tyr. Il contient aussi d’autres textes historiques majeurs comme une version de la chronique du Pseudo-Turpin et l’Histoire des Ducs de Normandie et des rois d’Angleterre, et il s’agit du seul manuscrit qui présente l’Ordene de Chevalerie indépendamment de l’histoire de la comtesse de Ponthieu. En effet, le ms. BnF, fr. 25462 comporte non pas une, mais deux versions de l’Ordene de Chevalerie, et la seconde itération se positionne immédiatement à la suite de l’histoire de la comtesse de Ponthieu, ce qui recrée l’association que l’on retrouve dans le ms. BnF, fr. 12203. Le ms. BnF, fr. 770, quant à lui, reproduit encore plus fidèlement le contenu du BnF, fr. 12203 en présentant les Estoires d’Outremer avec une interpolation de l’Ordene de Chevalerie en prose et de l’histoire de la comtesse de Ponthieu, mais cette intéressante continuation de l’Historia Ierosolymitana a ici la particularité de clore un manuscrit autrement voué en totalité à la matière arthurienne : on y trouve en effet, en ordre, l’Estoire del Saint Graal, le roman de Merlin en prose et la Suite Vulgate du Merlin. À n’en pas douter, un assemblage de textes comme celui-ci semble tout indiqué pour plaire au comte de Flandre, et je me pencherai avec intérêt sur ce manuscrit picard de la fin du xiiie siècle dans la suite de mes recherches.

  • 62 Édité dans H. Michelant et G. Raynaud (éd.), Itinéraires de Jérusalem et descriptions de la Terre s (...)
  • 63 Ibid., p. 77-86.

26Les autres interpolations qui figurent dans les Estoires d’Outremer et de la naissance Saladin du ms. BnF, fr. 12203 sont deux morceaux à teneur géographique : l’un, une description de Jérusalem reposant sur un texte inconnu et antérieur à 1187, qui aurait également fait partie des sources utilisées par Ernoul62 ; l’autre, une version abrégée des Descriptions de Galilée d’Ernoul63. Ces insertions descriptives des lieux relatifs à l’Orient latin constituent une particularité des textes historiques destinés à un public occidental — n’ayant souvent en tête aucune représentation concrète du territoire de la Méditerranée orientale, les aristocrates et autres grands personnages de l’Occident médiéval avaient un intérêt certain pour ces précisions, qui auraient été superflues pour qui résidait dans la région depuis plusieurs années.

5.2 Aperçu du contenu du manuscrit

  • 64 Cf. la notice « Chronique des comtes de Flandre, 7921165, Anonyme », Jonas. Répertoire des textes (...)
  • 65 Bien que ce texte ait été édité plusieurs fois, la version du ms. BnF, fr. 12203 (manuscrit D de N. (...)
  • 66 On trouve également un autre manuscrit contenant les chroniques de Villehardouin et d’Henri de Vale (...)
  • 67 On gardera en tête que grâce à la première femme de Gui de Dampierre, Mahaut de Béthune, la châtell (...)
  • 68 Reproduit par K. M. Krause, « Genealogy… », art. cit. n. 50, p. 334.

27Après l’Histoire d’Outremer et du roi Saladin, on trouve dans le ms. BnF, fr. 12203 une Estoire des comtes de Flandre (fol. 50-69), qui couvre les années 792 à 1165 et qui semble être une traduction partielle de la Flandria Generosa à laquelle auraient été ajoutées des continuations inspirées d’autres sources64. Si l’on admet que le ms. BnF, fr. 12203 lui-même est peut-être trop étoffé pour être réduit à l’intrigante appellation de livre des cronikes de Flandre dans l’inventaire de Gui, il ne serait pas impossible que cette entrée concerne toutefois une copie inconnue d’une traduction française de la Flandria, un exemplaire qui aurait pu même servir de base à la rédaction du ms. BnF, fr. 12203. L’Histoire d’Outremer est suivie à son tour de l’Histoire de l’Empereur Baudouin de Constantinople de Geoffroy de Villehardouin (fol. 69112), que l’on connaît aujourd’hui sous le titre de La Conquête de Constantinople65. Dans une continuité chronologique exemplaire, le manuscrit enchaîne avec l’Histoire de l’Empereur Henri de Constantinople d’Henri de Valenciennes (fol. 113131)66, qui s’attache à relater l’histoire du successeur de Baudouin IX de Flandre en tant qu’empereur du territoire conquis lors de la quatrième croisade. Le dernier texte contenu dans le manuscrit est l’Histoire des ducs de Normandie et des rois d’Angleterre de l’Anonyme de Béthune (fol. 131v185v), une chronique d’histoire contemporaine bien connue et composée dans les années 1180 par qui l’on croit être un ménestrel artésien au service de Robert VII d’Artois. Ici dans une rédaction abrégée prenant fin avec le couronnement d’Henri III d’Angleterre en 1220, le texte original met en évidence les liens étroits qu’entretenait son auteur avec les affaires de Flandre, entre autres à travers des détails d’une grande précision concernant la bataille de Bouvines de 1214 et par les divers extraits concernant la Flandre et la famille de Béthune67 que l’Anonyme insère tout au long de son récit. La table des matières qui se retrouve au fol. 0v met d’ailleurs bien de l’avant les éléments clés qui constituent l’essence du recueil, à savoir Saladin et son origine ponthevine, les comtes de Flandre, les empereurs de Constantinople Baudouin IX et Henri, enfin l’Angleterre, le principal partenaire politique de la cour flamande en cette fin de xiiie siècle, ainsi que la bataille de Bouvines, si marquante dans l’histoire de la Flandre68 :

Ci [com]mence listore doutremer & de la naissance Salehadin [com]ment il fu estrais dele comtesse de pontiu

Apres i est les crokies desi [con]tes de flandres

Apres i est dou [con]te bauduin q[ui] [con]quist constantinoble & en fu emperers

Apres vient de henri sen frere ki fu empereres apres lui

Apries i sont les cronikes des rois dengletiere & dont tout en ordene le bataille de bovines

6. Conclusion

  • 69 K. Busby, « Vernacular Literature and the Writing of History in Medieval Francophonia », Imagining (...)

28À la vue de cette compilation, il est évident que le ms. BnF, fr. 12203 est une sorte de panégyrique des comtes de Flandre et de l’extension de leur pouvoir en Méditerranée orientale, précisément ce dont Olivier Collet et d’autres, incluant moi-même, déploraient souvent l’absence. Je suis toutefois d’avis que les textes historiques liés à l’Orient latin, tant dans ce manuscrit que dans celui de l’Eracles, sont conçus dans l’entourage de Gui de Dampierre plutôt comme des romans à teneur historique que comme de l’histoire romanesque, et qu’ils participent d’une politique de prestige visant à dorer l’image des comtes flamands et à donner un vernis symbolique à leurs liens de filiation bien plus qu’ils ne servent les fonctions traditionnelles de l’histoire médiévale, à savoir la légitimation des liens dynastiques, la consolidation des revendications territoriales et la gestion des tensions politiques69. Un verdict différent pourra peut-être être émis au sujet du ms. BnF, fr. 12203 en tant que recueil, mais la coprésence de ces textes visiblement compilés à la gloire de la Flandre ne peut à elle seule nous renseigner sur les intentions et les fonctions qui définissent ce codex en amont comme en aval de sa création. Il y aura donc lieu de s’interroger sur le(s) mode(s) de consommation des textes historiques à la cour de Flandre, des textes qui selon moi n’ont probablement connu qu’une vie privée, largement vécue à l’écart des fêtes de cour. Plus encore que l’établissement des textes et des genres qui se trouvaient ou non dans la collection de Gui de Dampierre, les questions liées à la production et à la circulation des manuscrits qui leur donnaient vie sont à mon sens indispensables pour mieux comprendre les rôles, social et politique, que revêtaient les divers objets-livres dont le comte était si friand.

29Pris en étau entre son suzerain, le roi de France, et le puissant patriciat urbain des grandes villes flamandes, Gui exerce un pouvoir politique plus symbolique que pratique, et ses goûts littéraires tracent un portrait dont les contours font penser à une représentation précoce des neuf preux : Charlemagne, César, Judas Maccabée, le roi Arthur et Godefroi de Bouillon, tous figurent de façon proéminente dans les livres du comte. Au détriment d’une action politique visant à modifier la mémoire collective par un recours massif à l’histoire, la stratégie culturelle de Gui semble plutôt avoir été de cultiver et de disséminer la figure idéale du chef, du héros. Bien qu’il reste encore beaucoup à faire, il apparaît désormais certain que la matière historique avait sa place à la cour de Flandre dans la seconde moitié du xiiie siècle — et il faudra revoir le diagnostic de l’activité littéraire qui y avait cours en conséquence.

Haut de page

Notes

1 M. D. Stanger, « Literary Patronage at the Medieval Court of Flanders », French Studies, 3, 1957, p. 214229, en part. p. 222 : « From about 1260 onwards it is best to consider the court of Count Gui de Dampierre (12801305) as separate from that of his mother and replacing it as the centre of literature in Flanders ».

2 Dans le cadre de mes recherches doctorales sous la direction de Gabriele Giannini (Université de Montréal) et d’Olivier Collet (Université de Genève), dont la thèse a pour titre provisoire Autour de Gui de Dampierre. Littérature et pouvoir à la cour de Flandre, 1260-1305.

3 J. H. Pryor, « The Eracles and William of Tyre: An Interim Report », The Horns of Hattin. Proceedings of the Second Conference of the Society for the Study of the Crusades and the Latin East, éd. B. Z. Kedar, Jérusalem-Londres, Israel Exploration Society-Variorum, 1992, p. 270293, en part. p. 279 (la citation est extraite de l’Eracles édité par P. Paris, Guillaume de Tyr et ses continuateurs, Paris, Firmin-Didot, 1880, t. 2, livre 21, chap. 23, l. 3839).

4 Dans ce qu’il nous reste de ses états de compte, on trouve de nombreuses dépenses effectuées pour des fêtes et des banquets, certains dédiés en exclusivité aux ménestrels qui bénéficiaient de sa largesse. Gui ne semblait pas compter les dépenses liées à l’acquisition d’encre et de parchemin, pas plus que les salaires de ceux qui étaient mandatés pour en faire usage au nom du comte. Gui était également un grand voyageur, et partout où il allait on trouve trace d’au moins un ménestrel, souvent plusieurs, qui devaient faire jouir le comte d’un échantillon du faste artistique de la vie qu’il menait à la maison. Voir à ce propos A. Henry, Les œuvres d’Adenet le Roi, Bruges, De Tempel, 1951, t. 1, p. 3135.

5 Pour une synthèse à la fois historique et littéraire, voir l’ouvrage de G. M. Spiegel, Romancing the Past. The Rise of Vernacular Prose Historiography in Thirteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 1993.

6 O. Collet, « Littérature, histoire, pouvoir et mécénat : la cour de Flandre au xiiie siècle », Médiévales, 38, 2000, p. 87110 ; Idem, « Translatio imperii : la route des Flandres », Roma antica nel Medioevo. Mito, rappresentazioni, sopravvivenze nella Respublica Christiana dei secoli IX-XIII. Atti della quattordicesima Settimana internazionale di studio (Mendola, 2428 agosto 1998), Milan, Vita e Pensiero, 2001, p. 309325 ; M. D. Stanger, « Literary Patronage... », art. cit. n. 1 ; L. J. Walters, « Jeanne and Marguerite de Flandre as Female Patrons », Dalhousie French Studies, 28, 1994, p. 1527.

7 O. Collet, « Littérature... », art. cit. n. 6, p. 89.

8 Le passage suivant est emblématique des propositions soumises à ce sujet : « Il ne semble pas qu’il faille cherche en Flandre les signes d’un large essor historiographique, ni d’un intérêt notable pour cette matière, au contraire même. On constate plutôt une absence d’implication de la noblesse flamande dans ce type d’ouvrage — la cour, sous contrôle d’abord de Philippe de Namur, puis des deux comtesses Jeanne et Marguerite assistées des baillis royaux, enfin de Gui de Dampierre, paraissant toute dévolue aux exigences de la spiritualité (du moins pour l’aînée des deux sœurs) et à une culture d’autovalorisation et de divertissement » (O. Collet, « La littérature en Flandre et en Hainaut au xiiie siècle », Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut, éd. N. Dessaux, Paris, Somogy, 2009, p. 125132, en part. p. 126).

9 Les entrées qui comportent une cote de manuscrit indiquent un manuscrit précis pouvant être lié à Gui de Dampierre, par la présence d’une dédicace, d’armoiries ou de conditions socio-historiques probantes, par exemple, sans que le contenu intellectuel du manuscrit ne soit nécessairement lié au comte ; celles qui comportent un texte sans cote de manuscrit indiquent un texte dont la création même peut être associée à Gui, sans nécessairement qu’une manifestation physique de ce texte puisse lui être associée, ou encore un texte dont les liens au comte sont présents mais imprécis (Marques de Romes).

10 Voir supra, n. 6.

11 Voir entre autres la série d’études publiées chez Brepols sous la direction d’E. M. Willingham, Essays on the Lancelot of Yale 229 (2007), La Mort le roi Artu. From the Old French Lancelot of Yale 229 (2008) et La Queste del Saint Graal. From the Old French Lancelot of Yale 229 (2012).

12 E. Maraszak, « Entre Orient et Occident, les manuscrits enluminés de Terre sainte. L’exemple des manuscrits de l’Histoire ancienne jusqu’à César, Saint Jean d’Acre, 1260-1291 », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 126, 2014, URL : https://journals.openedition.org/mefrm/2254?lang=es#bodyftn6.

13 Comme l’explique P. Paris dans l’introduction à son édition de l’Eracles (Guillaume de Tyr…, éd. cit., t. 1, p. vi), « [L]’auteur de cette intelligente compilation ayant négligé de lui assigner un titre, les copistes, de leur seule autorité, l’avaient appelée le Roman d’Éracle, par la seule raison qu’au début de l’ouvrage ils avaient lu : “Les anciennes istoires dient que Eracle (Heraclitus) governa l’empire de Rome”. Le véritable titre eût été : “Histoire générale des établissements fondés en Orient par les Croisés” ». Si d’autres titres lui furent également donnés par des contemporains ayant besoin de citer l’ensemble de la traduction de l’Historia Ierosolemytana et de ses continuations, le plus fréquent est sans aucun doute Le Livre du Conquest.

14 Il n’est d’ailleurs pas sans intérêt de préciser que ce texte voit le jour en Flandre, où il aurait été composé pour Roger, châtelain de Lille, dans les dernières années de la décennie 1220. Son programme iconographique est lui aussi une création flamande, et son arrivée dans l’Orient latin est certainement due aux croisés. Le plus ancien manuscrit oriental que nous en conservons est le Bibliothèque municipale, ms. 56 (Saint Jean d’Acre, 1260-1270). Voir à ce propos E. Maraszak, « Entre Orient… », art. cit. n. 12, ainsi que son ouvrage Les manuscrits enluminés de l’Histoire ancienne jusqu’à César en Terre sainte : Saint-Jean-d’Acre, 1260-1291, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015.

15 Chronique « originale » d’Ernoul. Elle est perdue, et on ne la connaît qu’à travers sa présence dans l’Eracles, où elle est une source commune à toutes les continuations.

16 Chronique de Bernard le Trésorier. On parle souvent simplement de la « chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier » pour la période couvrant les années 1184-1232, mais L. de Mas-Latrie (« Essai de classification des continuateurs de l’Histoire des croisades de Guillaume de Tyr », Bibliothèque de l'École des chartes, 1, 1860, p. 140-178, en part. p. 141) croyait identifier un changement de rédaction vers l’année 1197, au moment de la mort du comte Henri de Champagne. Il lui paraît donc probable que la section 11841197 soit une version primitive de la chronique d’Ernoul, sans nécessairement en être l’original. M. R. Morgan reprend cette idée (The Chronicle of Ernoul and the Continuations of William of Tyre, Londres, Oxford University Press, 1973, p. 32), qu’on voit aussi entérinée par d’autres, comme L. Minervini (« L’affermazione del volgare nella letteratura di viaggi di area romanza », Medioevo romanzo e orientale. Il viaggio nelle letterature romanze e orientali, éd. G. Carbonaro et E. Creazzo, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2006, p. 515523, en part. p. 518). On peut donc croire qu’Ernoul serait le compilateur de la section 1184-1228, ou plus justement le seul nom que l’on conserve d’une rédaction à plusieurs mains autrement inconnues, et que Bernard le Trésorier aurait complété le texte pour les années 1228 - 1231/2.

17 Continuation Rothelin. Elle a probablement été rédigée en Orient, mais elle ne se retrouve que dans des manuscrits copiés en Occident (nord de la France/Flandre). Elle ne semble pas avoir circulé de façon indépendante.

18 Continuation Noailles ou Acre. Elle a été rédigée en Orient et se retrouve dans des manuscrits copiés dans la même région, ce qui laisse peu de doute quant à son origine levantine (Saint-Jean-d’Acre).

19 Dans le cadre du projet de recherche Guides français de pèlerinage en Terre sainte (dir. Gabriele Giannini, FRQSC, 20142016). Le fruit de ce travail a été présenté lors du 14e colloque de la Société des études médiévales du Québec, le 23 avril 2016 à l’Université d’Ottawa, dans une communication intitulée Les descriptions des lieux saints dans les textes historiographiques portant sur l’Orient latin.

20 P. M. De Winter, La Bibliothèque de Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne (13641404). Étude sur les manuscrits à peintures d’une collection princière à l’époque du style gothique international, Paris, Éditions du CNRS, 1985.

21 A. Derolez et B. Victor (éd.), Corpus Catalogorum Belgii. III. Counts of Flanders. Provinces of East Flanders, Antwerp and Limburg, avec la collaboration de W. Bracke, M. Oosterbosch et J. W. Klein, Bruxelles, Palais des Académies, 1999, p. 19.

22 Ibid., p. 20-21.

23 L’inventaire de la comtesse Marguerite, dans P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 142174.

24 Ibid., p. 172.

25 Ibid., p. 256 et G. Doutrepont, Inventaire de la « librairie » de Philippe le Bon (1420), Bruxelles, Publications de la commission royale d’histoire, 1906, no 85.

26 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 172 et 257258, no 212. O. Collet (« La littérature…», art. cit. n. 8, p. 128, n. 13) dit qu’aucun titre figurant dans l’inventaire après décès de Gui de Dampierre n’a pu être identifié à ce jour (en 2009). Toutefois, A. Stones, dans sa contribution au même volume, relève bien l’identification de De Winter (« L’enluminure au temps de Jeanne de Constantinople et de Marguerite de Flandre », Jeanne de Constantinople…, op. cit. n. 8, p. 177189, en part. p. 180, n. 15). Bien que ce soit extérieur au propos de cet article, on notera que De Winter a également identifié les Miracles de Nostre Dame de l’inventaire de Gui avec le ms. Paris, BnF, fr. 12471 (P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 165, no 166 et p. 249251, no 31).

27 Ce sigle renvoie à la liste des manuscrits de l’Eracles établie par J. Folda, « Manuscripts of the History of Outremer by William of Tyre: A Handlist », Scriptorium, 27, 1973, p. 9095.

28 J. Folda, « The Hospitaller Master in Paris and Acre: Some Reconsiderations in Light of New Evidence », The Journal of the Walters Art Gallery, 54, 1996, p. 5159, en part. p. 54 ; et Idem, Crusader Art. The Art of the Crusaders in the Holy Land, 10991291, Cambridge, Lund Humphries, 2008, p. 151. 1286 correspond également à l’arrivée au pouvoir d’un nouveau roi de Jérusalem, Henri II de Lusignan, et son règne, quoique bref, pourrait bien être à l’origine du foisonnement artistique que l’on observe entre 1286 et 1291.

29 Des 51 manuscrits médiévaux (avant 1500) de l’Eracles que nous possédons, seuls dix ont été copiés en Orient, et trois d’entre eux ont une attribution incertaine : Paris, BnF, fr. 2632 (F03) et Paris, BnF, fr. 2826 (F04) dans les États latins ou en France, et Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 1963 (F06) potentiellement à Antioche. Ainsi, si l’attribution du ms. BnF, fr. 9084 est juste, elle aura un impact certain sur notre compréhension des relations entre la Flandre et l’Orient latin ainsi que sur notre connaissance globale de la circulation des manuscrits.

30 Il est possible qu’il ait appartenu à l’ordre — cela pourrait expliquer pourquoi on le retrouve à Paris puis à Acre, entre autres —, mais la seule certitude que l’on ait est celle de son travail, puisque l’on sait qu’il a exécuté des commissions pour les Hospitaliers. À propos des données connues au sujet de ce maître, voir J. Folda, « The Hospitaller Master … », art. cit. n. 28, p. 51. Quoi qu’il en soit, il est à notre avis préférable de privilégier l’appellation plus neutre « maître de Paris-Acre », qui a l’avantage de ne pas donner une impression potentiellement erronée de l’implication de l’ordre de l’Hôpital dans la production de manuscrits enluminés dans l’Orient latin.

31 P. Edbury, « The French Translation of William of Tyre’s Historia: The Manuscript Tradition », Crusades, 6, 2007, p. 69105, en part. p. 81 ; J. Folda, Crusader Art…, op. cit. n. 28, p. 151. Selon Folda, « The Hospitaller Master… », art. cit. n. 28, p. 55, ce manuscrit aurait été exécuté pour un patron différent de celui qui serait derrière le ms. BnF, fr. 9084.

32 Pour une discussion détaillée concernant la forte parenté stylistique et textuelle entre le ms. BnF, fr. 9084 et le volume de Boulogne-sur-Mer, voir J. Folda, Crusader Manuscript Illumination at Saint-Jean d’Acre, 12751291, Princeton, Princeton University Press, 1976, p. 8391.

33 P. Edbury, « The French Translation… », art. cit. n. 31, p. 81. Ce manuscrit possède plusieurs caractéristiques qui le distinguent de ses pairs : il contient la seule continuation connue qui se rende jusqu’en 1277, il offre un texte unique pour la période 11911197, enfin il s’ouvre sur une troisième rédaction des Annales de Terre sainte, qui a été éditée récemment par P. Edbury, « A New Text of the Annales de Terre Sainte », In Laudem Hiersolymitani. Studies in Crusades and Medieval Culture in Honour of Benjamin Z. Kedar, éd. I. Shagrir, R. Ellenblum et J. RileySmith, New York, Routledge, 2016, p. 145161.

34 Voir à ce sujet E. Maraszak, « Entre Orient et Occident… », art. cit. n. 12.

35 L’Eracles a bien sûr été fort populaire auprès de l’aristocratie des États latins, et ce particulièrement dans les quelques années suivant l’arrivée au pouvoir de Charles d’Anjou, un événement marquant qui semble avoir insufflé un vent nouveau à la production manuscrite locale. À la toute fin des années 1270, quatre manuscrits connus de l’Eracles sont produits en Orient, ce qui, selon J. Folda, Crusader Art…, op. cit. n. 28, p. 143, « seems to indicate how much in demand this book was, presumably by the resident nobility who were eager to know more about their heritage in the Latin Kingdom ». Il s’agit des manuscrits BnF, fr. 2628 et fr. 9085, Lyon, Bibliothèque municipale, 828 et Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie, fr. fo v.IV.5.

36 D. Jacoby, « La littérature française dans les États latins de la Méditerranée orientale à l’époque des croisades : diffusion et création », Essor et fortune de la chanson de geste dans l’Europe et l’Orient latin. Actes du ixe Congrès international de la Société Rencesvals pour l’étude des épopées romanes (Padoue-Venise, 29 août – 4 septembre 1982), Modène, Mucchi, 1984, t. 2, p. 617646, en part. p. 637.

37 Ibid., p. 639.

38 Au bas du fol. 331v du ms. BnF, fr. 2628 (F73), on peut lire l’inscription Le livre de Godefroy de Billon (ibid., p. 639, n. 117).

39 Jacoby affirme avec justesse que Bernard « en avait une [copie de l’Eracles] à sa disposition en 1232 » (ibid., p. 637), mais comme le trésorier de Corbie augmente la rédaction d’Ernoul avec du matériel qui semble original et qui se rend jusqu’en septembre 1231 (M. R. Morgan, The Chronicle of Ernoul and the Continuations of William of Tyre, Oxford, Oxford University Press, 1973, p. 1213), il est possible qu’il l’ait eu en sa possession légèrement plus tôt.

40 P. D. Handyside, The Old French Translation of William of Tyre, Cardiff, Cardiff University, 2012, p. 238. Cette thèse a depuis été publiée chez Brill (Leyde, 2015) sous le titre The Old French William of Tyre.

41 Selon P. D. Handyside, The Old French Translation…, op. cit. n. 40, p. 237, la rédaction orientale se serait formée très tôt dans la vie de la traduction française de l’Historia Herosolymitana : « This division appears to have occurred very early on in the development of the tradition as the earliest possible date for the translation appears to have been just after the Fourth Crusade in 1204 and the last possible date in the 1230s when the continuation was added. » Il ajoute que le moment le plus probable pour la traduction semble être vers 1220-1223, dans les dernières années de vie de Philippe Auguste. Considérant que les plus anciens manuscrits contenant une rédaction orientale datent de 1250-1260, cela signifierait que la tradition orientale se serait formée en environ trente ans à peine.

42 Pour la liste des chapitres manquants, qui s’étalent d’ailleurs sur l’ensemble du manuscrit, voir P. Edbury, « The French Translation… », art. cit. n. 31, p. 103.

43 J. Folda, « A Crusader Manuscript from Antioch », Atti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia, 42, 19691970, p. 283298.

44 P. D. Handyside, « A Crusader Manuscript from Antioch? Reappraising the Provenance of Biblioteca Apostolica Vaticana, ms. Pal. lat. 1963 », Crusades, 16, 2017, p. 6578.

45 J. H. Pryor, « The Eracles… », art. cit. n. 3, p. 273.

46 D. Jacoby, « La littérature française… », art. cit. n. 36, p. 644.

47 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 151, no 117.

48 G. Doutrepont, Inventaire…, op. cit. n. 25, no 180, via P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 238.

49 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 237239.

50 Pour la datation et la localisation, De Winter propose 1290, à Arras. K. M. Krause, « Genealogy and Codicology. The Manuscript Context of the Fille du comte de Ponthieu », Romance Philology, 59, 2005, p. 323342 est plus prudente et suggère le nord de la France ou le sud de la Flandre, probablement Douai, vers la fin xiiie siècle. J. Rider, « Vice, Tyranny, Violence, and the Usurpation of Flanders (1070) in Flemish Historiography from 1073 to 1294 », Violence and the Writing of History in the Medieval Francophone World, éd. N. D. Guynn et Z. Stahuljak, Cambridge, Brewer, 2013, p. 5570, en part. p. 68, est plus précis et suggère que le manuscrit aurait été commandé vers 1294.

51 P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 238.

52 J. Rider, « Vice… », art. cit. n. 50, p. 68 : « The Ancient Chronicle was in turn translated into French, approximately between 1164 and 1294, and this translation was included in a manuscript (BnF, fr. 12203) that was almost certainly commissioned around 1294 by Gui of Dampierre […] or someone in his entourage. »

53 I. GuyotBachy, La Flandre et les Flamands au miroir des historiens du royaume (xexve siècle), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2017, p. 123.

54 À propos de la figure de prud’homme de Saladin, voir M. A. Jubb, « Saladin vu par Guillaume de Tyr et par l’Eracles. Changement de perspective », Autour de la Première Croisade. Actes du colloque de la Society for the Study of the Crusades and the Latin East (Clermont-Ferrand, 2225 juin 1995), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 443451, qui montre entre autres comment la traduction française de l’Histoire d’Outremer dresse elle aussi un portrait plutôt chevaleresque de Saladin, en contraste marqué avec l’original latin, dans lequel Guillaume de Tyr le présente comme un puissant chef ennemi qu’il faut craindre.

55 M. A. Jubb (éd.), A Critical Edition of the Estoires d’Outremer et de la naissance Salehadin, Londres, Westfield College, 1990.

56 K. M. Krause, « Genealogy… », art. cit. n. 50, p. 326.

57 M. A. Jubb, A Critical Edition…, éd. cit. n. 55, p. 1316.

58 Cette interpolation est toutefois présente uniquement dans le ms. BnF, fr. 770. Pour une intéressante lecture concernant le rôle que pourrait jouer l’Ordene de Chevalerie dans le manuscrit et ce qui pourrait donner sens à son absence dans le ms. BnF, fr. 12203, voir K. M. Krause, « Genealogy… », art. cit. n. 50, p. 333334.

59 Pour une discussion sur la tradition manuscrite des versions cycliques en prose de l’Ordene de Chevalerie ainsi que pour une édition du texte contenu dans le manuscrit W (Baltimore, Walters Art Gallery, ms. 137), voir M. A. Jubb, « The Ordene de Chevalerie and the Old French Translation of William of Tyre: the Relationship of Text to Context (with an Edition of OC) », Carte Romanze, 4, 2016, p. 936.

60 Comme le BnF, fr. 12203, ce manuscrit contient l’histoire de la comtesse de Ponthieu, dont on peut trouver une édition récente accompagnée d’une traduction anglaise dans la thèse de doctorat de J.P. S. Makeieff, La Fille du Comte de Ponthieu. Edition and Study, Berkeley, University of California, 2007, p. 235-293. Makeieff précise que l’histoire de la comtesse de Ponthieu ainsi que les Estoires ont été rédigées dans des cahiers indépendants ajoutés à la fin du codex, indiquant qu’ils ne faisaient sans doute pas partie du plan de conception original. Toutefois, l’analyse du parchemin et de la graphie ne révèle rien qui indique que ces cahiers puissent être plus anciens ou plus récents que ceux qui constituent le reste du manuscrit — Makeieff note seulement que la copie est plus serrée et effectuée avec moins de soin (ibid., p. 4348). Il ne serait donc pas impossible qu’on ait affaire à un recueil cumulatif plutôt qu’à un recueil composite, ou même à un recueil organique auquel on aurait voulu faire un ajout de dernière minute. Quoi qu’il en soit, le manuscrit présente sans aucun doute un programme textuel cohérent et réfléchi, et les variations codicologiques relevées par Makeieff sont à notre avis le produit d’un travail collectif en atelier plutôt qu’un indicateur du caractère fortuit de l’assemblage des textes.

61 La seule édition moderne est celle de C. Buridant (éd.), La traduction de l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry, Paris, Klincksieck, 1986. La présentation et l’introduction de M.G. Grossel (éd.), Jacques de Vitry, Histoire orientale, Paris, Champion, 2005 demeurent très utiles.

62 Édité dans H. Michelant et G. Raynaud (éd.), Itinéraires de Jérusalem et descriptions de la Terre sainte, rédigés en français aux xie, xiie et xiiie siècles, Genève, Fick, 1882, p. 2328.

63 Ibid., p. 77-86.

64 Cf. la notice « Chronique des comtes de Flandre, 7921165, Anonyme », Jonas. Répertoire des textes et des manuscrits médiévaux d’oc et d’oïl, Paris, Section romane de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes-CNRS, 2002-, à l’URL : http://jonas.irht.cnrs.fr/oeuvre/13873 (consulté le 01/09/2019).

65 Bien que ce texte ait été édité plusieurs fois, la version du ms. BnF, fr. 12203 (manuscrit D de N. De Wailly et de J. Dufournet) demeure inédite. Des six manuscrits médiévaux complets de l’œuvre, seuls les mss A (Paris, BnF, fr. 4972 : base de l’édition de N. De Wailly [éd.], Histoire de la conquête de Constantinople, Paris, Firmin-Didot, 1870), O (Oxford, Bodleian Library, Laud. misc. 587 : base de l’édition d’E. Faral [éd.], La conquête de Constantinople, Paris, Les Belles Lettres, 1939) et B (Paris, BnF, fr. 2137 : base de l’édition de J. Dufournet [éd.], La conquête de Constantinople, Paris, Flammarion, 2004) ont été édités.

66 On trouve également un autre manuscrit contenant les chroniques de Villehardouin et d’Henri de Valenciennes dans l’inventaire après décès de la duchesse de Bourgogne : il s’agit du ms. BnF, fr. 15100 (P. M. De Winter, La Bibliothèque…, op. cit. n. 20, p. 154, no 128 : « Item, le livre des gherres de Constantinoble »). Le manuscrit a été réalisé à Paris vers 1270 et exhibe des liens stylistiques évidents avec la partie principale des Grandes chroniques de France qui ont été offertes par Primat à Philippe III en 1275.

67 On gardera en tête que grâce à la première femme de Gui de Dampierre, Mahaut de Béthune, la châtellenie de Béthune passe à la Flandre pour être offerte en apanage à Robert, le fils aîné de Gui. Célébrer la maison de Béthune revenait donc à célébrer le comté de Flandre, et ce, tant dans son passé que dans son avenir, puisque Robert de Béthune allait devenir le successeur de son père à la tête du comté.

68 Reproduit par K. M. Krause, « Genealogy… », art. cit. n. 50, p. 334.

69 K. Busby, « Vernacular Literature and the Writing of History in Medieval Francophonia », Imagining the Past in France. History in Manuscript Painting, 12501500, éd. E. Morrison et A. D. Hedeman, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 2010, p. 2741, en part. p. 37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephanie Plante, « Des manuscrits d’ici et d’ailleurs. Le comte de Flandre, l’histoire et l’Orient latin dans la seconde moitié du xiiie siècle »Memini [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1359

Haut de page

Auteur

Stephanie Plante

Université de Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search