Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Comptes rendusGhislain Brunel et Romain Tardy, ...

Comptes rendus

Ghislain Brunel et Romain Tardy, Documents médiévaux des Archives de Paris (1112-1519). Paris, l’Église et le roi : un siècle d’acquisitions de documents médiévaux (1892-1992), Paris, Archives de Paris, 2016, 559 + lxxx pages, ISBN 978-2-86075-026-4, 25 €.

Kouky Fianu

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1L’imposant volume présenté par G. Brunel et R. Tardy appartient indéniablement à la catégorie des « beaux livres ». Ses 559 pages de texte grand format et ses 80 planches couleurs en haute définition traduisent la manière dont les Archives de Paris conçoivent cette publication : comme une vitrine (p. 7) pour 350 documents médiévaux qu’elles possèdent et qu’elles considèrent comme de « beaux documents » (p. 12). L’ouvrage, dédié à la mémoire de Christophe Girard, secrétaire général des Archives de Paris (1961-2013), est également un hommage à Marius Barroux (1862-1939), archiviste paléographe en charge des Archives de la Seine (dont celles de Paris sont les héritières) entre 1886 et 1928. C’est en effet M. Barroux qui est à l’origine de cette collection de documents médiévaux : les incendies qui, en 1871, en pleine révolte de la Commune, ont anéanti les fonds anciens de Paris conservés à l’hôtel de ville ont amené l’archiviste à acquérir, dès 1889, auprès de libraires spécialisés des documents relatifs à l’histoire médiévale de la capitale. Comme le souligne Philippe Contamine dans sa préface (p. 11), les lacunes médiévales des archives de Paris ne sont pas le seul fait de la destruction : dès la Révolution, un grand nombre d’archives anciennes de Paris, capitale de la République, ont été transférées dans les dépôts nationaux que sont les Archives nationales et la Bibliothèque nationale. Classées sous la cote AZ (« documents privés »), les acquisitions initiées par M. Barroux se poursuivirent jusqu’en 1992, tout texte ancien prenant une valeur accrue dans ce dépôt qui en était dépourvu. Les efforts de M. Barroux en témoignent, la publication de Brunel et Tardy également.

2Chacun des 350 documents rassemblés ici fait l’objet d’une édition diplomatique qui comprend : numéro, datation et localisation, analyse en forme de regeste, description sommaire, transcription minutieuse du document, y compris des mentions dorsales et hors teneur. Le plus ancien est un chirographe (ou charte partie) de 1112 impliquant l’archevêque de Sens et l’abbé de Saint-Denis dans une concession d’autel (acte no 80). Les plus récents datent de 1516 : ce sont une fondation de chapelle dans l’église Saint-Séverin (no 18), un contrat de mariage passé devant les notaires du Châtelet (no 342) et un mandat de paiement des échevins de Paris (no 303). Sans surprise compte tenu du mode d’acquisition, les pièces les plus nombreuses sont les plus récentes (34,6 % du xive siècle et 49% du xve siècle), tandis que le français est leur langue majoritaire (79,4% des documents sont en français, 16,3 % en latin).

3Le volume comporte 113 illustrations réparties sur 80 planches (divisées en deux cahiers de 48 et 32 planches respectivement) et précisément indexées dans une table (p. 549-554). Les images illustrent les présentations générales des documents et les cinq différentes parties dans lesquelles le corpus a été divisé. En effet, arrivés aux Archives de Paris par la voie hasardeuse des achats et des dons, ces documents ne forment pas un ensemble cohérent. Les éditeurs ont donc procédé à un classement du corpus destiné à « restituer la logique originelle de provenance, c’est-à-dire remettre chaque acte au sein du fonds dont il a été éloigné », afin de « lui donner la meilleure compréhension possible » (p. 24). Le résultat en est une répartition des pièces en cinq parties : Églises et institutions ecclésiastiques du diocèse de Paris (153 documents), Roi et administration royale (77 documents), Ducs d’Orléans (66 documents), Dépenses et corporations de Paris (9 documents), Familles et seigneurs (45 documents). On retrouve ainsi une organisation similaire à celle adoptée par les dépôts d’archives départementales.

4En début de chaque partie, les éditeurs du volume tissent habilement le contexte historique et archivistique dans lesquels s’insèrent les documents, indiquant à l’occasion les fonds des Archives nationales qui les complètent. On relèvera, par exemple, la section consacrée au « marché de l’immeuble parisien » (p. 38-39) qui met à profit les multiples actes de rente du corpus pour exposer le mécanisme de la rente constituée. Ou encore l’introduction aux actes des Ducs d’Orléans qui rappelle l’extrême morcellement des archives orléanaises (p. 315-316).

5Quiconque s’intéresse à l’histoire parisienne, à des phénomènes ou à des pratiques médiévales (celles de l’écrit, par exemple, pour ce qui me concerne) a de forte chance de trouver ici de quoi alimenter ses réflexions. L’ouvrage est muni de plusieurs outils (glossaire, index onomastique, index des métiers et fonctions, tableau des cotes et provenances des actes) qui rendent sa consultation aisée et facilitent l’accès aux transcriptions.

6Ce n’est pas tant un fonds archivistique qu’un florilège de documents qui s’offre ici à la lecture. Des actes de même nature que ceux qui sont rassemblés dans l’ouvrage remplissent à foison les archives nationales ou départementales françaises, en accès public. À Paris, l’extraction de fonds à la Révolution, la destruction par le feu, puis la quête persévérante (à quel coût ?) de documents médiévaux, a fait de ces « épaves » des « témoignages inestimables » (p. 42), justifiant leur soustraction de l’accès public, alors qu’ils ont tous été restaurés. Car comme l’indiquent les auteurs, « la présente édition a également pour objectif la préservation de ces documents sur le long terme ; elle permettra de limiter au strict nécessaire la communication de ces documents restaurés et fragiles » (p. 25). Si l’on doit se réjouir de la belle édition qui offre à ces témoins médiévaux une vitrine de qualité, on doit déplorer un autre exemple du mouvement général qui mène des dépôts d’archives publiques (en France, mais aussi au Québec) à limiter toujours davantage l’accès à leurs collections.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouky Fianu, « Ghislain Brunel et Romain Tardy, Documents médiévaux des Archives de Paris (1112-1519). Paris, l’Église et le roi : un siècle d’acquisitions de documents médiévaux (1892-1992), Paris, Archives de Paris, 2016, 559 + lxxx pages, ISBN 978-2-86075-026-4, 25 €. »Memini [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1440 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1440

Haut de page

Auteur

Kouky Fianu

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search