Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Comptes rendusSylvie Quéré, Le discours politiq...

Comptes rendus

Sylvie Quéré, Le discours politique des États de Languedoc à la fin du Moyen Âge (1346-1484), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2016, 441 pages, ISBN 978-2-36781-187-1, 36 €.

Lucie Galano

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1En se prêtant à une analyse sémantique minutieuse du discours des États de Languedoc à la fin du Moyen Âge, Sylvie Quéré complète les recherches menées sur l’histoire institutionnelle des États et sur la représentation des pouvoirs qui met en exergue le caractère politique de tout acte de communication. Ainsi, son livre, issu de ses recherches doctorales, s’impose comme une référence incontournable de l’historiographie consacrée aux assemblées représentatives (dans la lignée des travaux de Michel Hébert, directeur de thèse de l’auteure) et, de manière plus globale, à « une culture politique du pouvoir, au moment où se mettent en place en Occident les assises de l’État moderne » (p. 376).

2Cette analyse sémantique est menée avec une extrême rigueur, ce qui s’avérait nécessaire même si la multiplication des références aux substantifs et à leurs compléments, employés dans le discours des États, du roi et de ses représentants, peuvent rendre parfois la lecture de l’ouvrage quelque peu laborieuse. L’étendue du corpus étudié témoigne d’une volonté accrue de ne rien céder face à la difficulté que pouvait induire le traitement d’un si grand nombre d’occurrences : environ 60 000 sont analysées, regroupées par catégories et tirées des sources des 62 assemblées documentées, sur les 173 qui s’étaient tenues durant l’ensemble de la période étudiée, de 1346 à 1484. L’auteure a su adopter brillamment les méthodes propres à ce type d’analyse sémantique, en prenant en compte les particularités rhétoriques, la force illocutoire ou encore les possibles discordances qui se cachent derrière l’emploi de chaque mot ou locution. Pour autant, les apports de l’ouvrage de S. Quéré ne se situent pas seulement dans le domaine de l’analyse du discours. Ayant pris soin de diviser la période à l’étude en quatre phases distinctes, l’auteure, par son effort de mise en contexte permanente du discours des États, offre plusieurs éléments de connaissance générale sur leur histoire et sur l’intégration progressive du pays de Languedoc au royaume français.

3Après un premier chapitre consacré à la présentation du corpus et de la méthodologie adoptée pour questionner les hypothèses et les perspectives de recherches qu’elle propose d’étudier, S. Quéré analyse dans les deux chapitres suivants le contexte de production du discours des États (chap. 2 et 3). L’historienne expose tout d’abord le vocabulaire employé par le roi et ses pouvoirs délégués pour convoquer les États – plus ou moins virulents selon les périodes et l’autorité dont disposait alors le roi de France sur le Languedoc (p. 71) – et elle indique que ces convocations visaient presque toujours à obtenir un subside des États, ce qui confirme les liens existant entre la tenue des assemblées et le « développement de la fiscalité royale durant la première moitié du xive siècle » (p. 84-85). L’étude des arguments sur lesquels s’appuyaient les convocations des États et les demandes d’aide explorés dans ce chapitre (la défense et l’utilité du pays, et la nécessaire loyauté dont ils devaient faire preuve à l’égard du roi mais aussi l’amour et l’affection caractérisant la relation gouvernants/gouvernés), a imposé à l’auteure d’anticiper sur des motifs qui se retrouvent fréquemment tout au long de l’ouvrage, et notamment dans le chap. 5 consacré à l’impôt. À l’issue de cette analyse, l’auteure conclut sur « une double reconnaissance de la nature et du rôle de l’assemblée » : le droit de convocation des assemblées réservé et reconnu au roi et celui de consentement à l’impôt dont disposaient les États (p. 97).

4Le troisième chapitre est consacré au déroulement des assemblées qui dévoile l’affirmation progressive du rôle politique des États, dont le statut institutionnel est manifeste au milieu du xve siècle. À « l’exposé du roi », presque toujours consacré à la demande d’un subside, faisaient suite les délibérations des États, préalables et concomitantes à la prise de décision qui se voulait unanime, unanimité également présente dans la réponse adressée au roi et témoignant de l’usage d’une « rhétorique de la concorde ». L’analyse du discours des États sur leur propre rôle face au pouvoir royal (« consentir », « demander », « ordonner », « protester » et « conseiller »), puis des demandes qu’ils adressaient au pouvoir royal (« la grâce du roi ») revient sur certains éléments esquissés précédemment (la défense des privilèges du pays ou la reconnaissance du consentement à l’impôt, par exemple). Approfondissant ces questions, S. Quéré confirme l’efficience du modèle maussien bien connu du don/contre-don (ou de « consentir/accorder », dans le cas de cette recherche). Là encore, le soin pris par l’historienne dans la mise en contexte du discours permet de révéler l’inversion du rapport de force entre les États et le roi (au profit des États de 1346 à 1380, puis au profit du roi à partir de 1443).

5Par la suite, l’auteure revient en profondeur sur « le système de représentation par lequel les États légitiment leur identité sociale et leur existence au sein de la société politique » (p. 57). Le chap. 4, consacré au discours des États sur le pays de Languedoc, dévoile le passage d’un discours caractérisé par des termes « spécifiques et individuels » de 1346 à 1416, à un discours à caractère « général et collectif » de 1417 à 1484 (p. 160). Affirmant leur capacité à représenter le pays dans son ensemble – c’est-à-dire dans toutes ses composantes sociales –, les États de Languedoc contribuent ainsi à l’affirmation d’une patria à travers ses spécificités géographiques et ses caractéristiques identitaires. Parmi ces référents identitaires, apparaissent les privilèges dont bénéficiait le pays (notamment le droit de consentement à l’impôt, le recours au droit écrit et la liberté de marchandise) que les États sont soucieux de défendre, développant une « rhétorique de la misère » visant à obtenir la grâce du roi. Ainsi, ce chapitre expose comment, par leurs discours, les États ont contribué à « la construction identitaire du “pays de Languedoc” » (p. 205) qui aboutit à l’émergence « d’un sentiment “patriotique” languedocien » durant la fin du Moyen Âge.

6Approfondissant les remarques liminaires des chapitres précédents portant sur le consentement à l’impôt, l’auteure revient par la suite sur l’importance de la fiscalité dans le développement des assemblées représentatives tout au long du xive siècle (chap. 5). Elle dévoile notamment la situation paradoxale dans laquelle est plongé le pays à partir du milieu du xve siècle : bien que disposant toujours d’un droit de consentement à l’impôt jusqu’à la fin du Moyen Âge, après 1445-1448 et l’instauration d’une armée permanente, les États ne disposaient plus véritablement d’un droit de refus ou de négociation de l’impôt. À nouveau, S. Quéré revient sur « l’importance du consentement symbolique où l’impôt, présenté comme don gracieux au roi, exige en contrepartie la grâce du roi » (p. 268), toujours en adéquation avec le modèle maussien.

7Enfin, l’auteure étudie de manière minutieuse et très pertinente le discours des États sur l’État (chap. 6) et y révèle, bien plus précocement qu’on ne le croyait jusqu’alors, « l’idée d’une permanence de l’État […] durant le premier quart du xve siècle » (p. 303). Si le discours des États sur la personne du roi n’a rien de très étonnant (« naturel » seigneur auquel les sujets doivent loyauté et fidélité et dont les qualités attendues correspondent, en substance, à celles exposées dans les miroirs du prince, à savoir « pitié », « compassion », « miséricorde » et « clémence »), le discours portant sur la « couronne » qui révèle l’idée d’une permanence, similaire à celle qui entoure la notion d’État, n’est pas sans surprendre. Pour autant, les États développèrent également, en particulier durant la seconde moitié du xve siècle, une série de « résistances » à l’encontre de l’exercice du pouvoir – en particulier lorsqu’il était assuré par les agents du roi, accusés fréquemment d’outrepasser leurs droits ou dont le statut est considéré bien souvent indigne de leur fonction. Les États, fervents défenseurs des privilèges du pays, présentent alors les limites de l’exercice du pouvoir (coutume, loi et justice) et témoignent dès lors d’un certain conservatisme. Après avoir exposé les « arguments de la résistance » employés par les États (« bien », « dommage », « raison », « évidence », « vérité », « nécessité » et « efficacité ») afin de légitimer « les différents points de vue qu’ils défendent dans leur rapport dialectique avec le roi » (p. 344), l’auteure propose d’approfondir l’hypothèse de J. Watts suivant laquelle l’utilisation de cette « rhétorique de légitimation » aurait « renforc[é] dans l’imagination collective des sujets la priorité du royaume et partant, l’idée de l’État » (p. 367).

8Le seul regret, lié à l’absence d’étude prosopographique des représentants délégués aux États de Languedoc, est contrecarré par l’auteure dès son introduction, le cœur de son propos étant « d’étudier le discours des États parce qu’il est collectif, parce qu’il témoigne d’une identité (“le pays”), et parce qu’il constitue, face au discours du prince, la représentation que les États donnent d’eux-mêmes à partir d’une exhibition d’unité » (p. 34-35). Il n’empêche qu’une telle étude prosopographique serait souhaitable. Ainsi, c’est bien plus une piste nouvelle de recherche que l’auteure offre ici, à laquelle on pourrait en adjoindre une autre : S. Quéré ayant dévoilé une certaine corrélation entre les quatre différentes périodes et les villes choisies pour la tenue des assemblées (p. 44-45), il serait intéressant de savoir non pas tant pourquoi ces villes étaient choisies, mais en quoi les délibérations qui s’y tenaient avaient été influencées ou non par les pratiques délibératives qui y étaient alors en vigueur. Par son travail minutieux sur un corpus étendu, étudié selon une méthodologie maîtrisée, S. Quéré offre donc plusieurs bases de réflexion solides qui pourront servir désormais à toute analyse du développement des assemblées représentatives, de l’existence d’une patria de Languedoc ou encore de l’émergence des assises de l’État moderne durant la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Galano, « Sylvie Quéré, Le discours politique des États de Languedoc à la fin du Moyen Âge (1346-1484), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2016, 441 pages, ISBN 978-2-36781-187-1, 36 €. »Memini [En ligne], 25 | 2019, mis en ligne le 28 décembre 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1458

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search