Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Varia« Gel vos di par verté provee » :...

Varia

« Gel vos di par verté provee » : la narration à la première personne dans les trois premières Continuations du Conte du Graal

Justine Robidas

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  La Quatrième Continuation de Gerbert de Montreuil proposait peut-être une conclusion au récit, mai (...)

1L’inachèvement du Conte du Graal de Chrétien de Troyes a laissé planer une incertitude sur le destin de ses deux héros, Perceval et Gauvain. Peu de temps après la mort de Chrétien, plusieurs auteurs avaient déjà entrepris de poursuivre son histoire, mais pas toujours dans le but de la mener à son terme. Des quatre Continuations dont nous disposons, une seule propose une conclusion au récit d’origine1. Les trois premières Continuations se situent dans le prolongement direct du texte de Chrétien de Troyes et continuent l’histoire l’une à la suite de l’autre.

2La Première Continuation anonyme poursuit les aventures de Gauvain entamées chez Chrétien et insère des histoires parallèles centrées sur Caradoc et Guerrehet. La Deuxième Continuation de Wauchier de Denain laisse le personnage de Gauvain pour revenir à Perceval. Elle raconte diverses péripéties culminant sur un retour de Perceval à la cour du Roi Pêcheur. La Troisième Continuation de Manessier commence par la réussite des épreuves du château du Graal par Perceval. Le texte conclut par la suite plusieurs développements narratifs amorcés dans le Conte du Graal ou dans les Continuations précédentes et amène Perceval à accomplir une quête au nom du Roi Pêcheur.

  • 2  La Première Continuation a fait l’objet de plusieurs remaniements et existe en trois versions diff (...)
  • 3  G. Genette, Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 261‑263.
  • 4  Entre autres, The Continuations of the Old French « Perceval » of Chrétien de Troyes, éd. W. Roach(...)
  • 5  Par exemple, The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 2068 et 3632.
  • 6  Voir Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 19727, 19856 et 20912.
  • 7  Par exemple, Manessier, La Troisième Continuation du Conte du Graal, éd. W. Roach et M. Toury, Par (...)
  • 8  Ibid., v. 35432.
  • 9  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 3041‑3043.
  • 10  Ibid., v. 2522-2529. Le narrateur décrit ensuite un nain hideux en empruntant quelques-uns de ses (...)
  • 11  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 20752-20754.
  • 12  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 10712-10786.

3L’élaboration de cette série de continuations est le fruit d’un travail à plusieurs mains qui a contribué à complexifier l’ensemble narratif2. L’enchaînement du fil narratif d’une Continuation à l’autre a obligé chaque rédacteur à réinterpréter et à s’approprier le ou les texte(s) précédant le sien. C’est donc un ensemble textuel tissé de relations complexes et multivalentes, qui plus est polymorphe, dans lequel la position de chaque texte par rapport à l’ensemble est susceptible d’être problématique. Les auteurs se servent des textes précédents à la fois comme source et comme repoussoir. L’élaboration des Continuations devient donc un champ d’expérimentation pour explorer les possibilités d’une forme narrative longue, où chaque continuateur fait valoir sa propre manière de raconter une histoire. L’un des traits stylistiques marquants de cette dynamique intertextuelle est l’utilisation de la première personne par les narrateurs. Ceux-ci interviennent en effet beaucoup plus volontiers que le narrateur du Conte du Graal dans leur texte. Ce faisant, ils endossent des fonctions narratives variées qui se déclinent en plusieurs types d’interventions. Dans la présente étude, j’en ai identifiés six, qui correspondent plus ou moins strictement à trois fonctions du narrateur chez Gérard Genette3. La fonction testimoniale clarifie le rapport du narrateur avec les données de son récit (par exemple, en identifiant la source de ses informations). Elle s’exprime par des affirmations catégoriques ou des affirmations incertaines. Quand les affirmations sont catégoriques, le narrateur montre qu’il est absolument certain de ce qu’il avance par des formules relativement figées, comme « si vos di »4 ou « por verté »5 et « por voir »6. Pour les affirmations incertaines, le narrateur signale le plus souvent qu’il se contente de donner son opinion sur ce qui est arrivé, en indiquant par exemple « ce m’est avis »7 ou « au mien cuidier »8. Il y a également des commentaires sur la structure narrative et des commentaires indiquant des ellipses. Les premiers signalent généralement un changement de sujet, comme dans la Première Continuation, où le narrateur dit : « De Clarinon ci vos lairai / Que riens plus ne vos an dirai / O il ala ne qu’i[l] devint »9. Les indications d’ellipses narratives prennent plusieurs formes, mais le narrateur indique souvent son impuissance à décrire quelque chose, parfois avec une prétérition. Le narrateur de la version longue de la Première Continuation déclare, par exemple : « Se je ne cuidasse que trop / Vos annuiast, je vos deïsse / Quiex il ert ; et poine i meïsse, / Tot mom pooir et tot mon sens. / Mais je ne cuit pas ne ne pens / Que je vos peüsse descrire, / Tant eüsse mon sen delivre / La male façon de son cors »10. Les deux types de commentaires s’apparentent à la fonction de régie, ils font valoir l’organisation interne et la structure narrative du récit. Enfin, les narrateurs émettent également des commentaires personnels dans lesquels ils donnent leur point de vue (en disant, par exemple, qu’ils ne s’étonnent pas des réactions du héros)11, et des commentaires édifiants, qui témoignent d’une de la vocation didactique qu’ils entendent conférer à leur récit (par exemple, quand le narrateur de la version longue de la branche III de la Première Continuation sermonne son public)12. Ces deux derniers types de commentaires correspondent à la fonction idéologique chez Genette et sont relativement rares dans l’ensemble du corpus.

4L’utilisation particulière que chaque narrateur fait de ces six types de commentaires et de ces trois fonctions narratives permet de définir la position de chacun d’eux par rapport au récit, ce qui influence la réception de leur œuvre. En s’adressant directement au lecteur, les narrateurs font donc la promotion de postures interprétatives particulières pour leur public. Ainsi, bien qu’elles traitent du même sujet et poursuivent la même histoire, les trois Continuations affirment leur caractère particulier par leur orientation narrative.

2. La Première Continuation et l’enjeu de l’autorité narrative dans la pratique continuatrice

2.1. Le narrateur du Conte du Graal

5La reprise de la trame narrative dans la Première Continuation laisse des traces concrètes dans l’énonciation du narrateur. Ces traces différencient clairement le texte de celui de Chrétien. Dans le Conte du Graal, le narrateur utilise le « je » de temps à autre, surtout pour affirmer la vérité du texte (dans 35,3 % des 17 interventions assumées à la première personne) ou pour indiquer des ellipses narratives ou descriptives (29,4 %).

Figure 1. Répartition des différents modes d’intervention des narrateurs selon les textes

Figure 1. Répartition des différents modes d’intervention des narrateurs selon les textes
  • 13  R. L. Krueger, « The Author’s Voice. Narrators, Audiences, and the Problem of Interpretation », Th (...)
  • 14  S. Marnette, Narrateur et points de vue dans la littérature française médiévale. Une approche ling (...)
  • 15  Chrétien de Troyes en fait usage à cinq reprises seulement en utilisant la première personne : pou (...)

6L’emploi de la première personne est somme toute relativement conventionnel pour un roman en vers ; il est comparable à celui que l’on trouve dans d’autres romans en vers13 et dans des lais de la même époque14. L’utilisation des affirmations catégoriques par le narrateur montre que celui-ci possède une emprise sur le texte. Les ellipses permettent quant à elles de faire l’économie de détails conventionnels, susceptibles d’être déduits par le public15. Ce faisant, le narrateur engage le lecteur dans son œuvre en profitant des références culturelles qu’ils ont en commun.

  • 16  J. Robidas, Enjeux poétiques et énonciatifs de la narration à la première personne dans les trois (...)
  • 17  H. F. Williams, « Interpretations of the Conte del graal and Their Critical Reactions », The Sower (...)
  • 18  Les parties sur Gauvain ne sont en effet pas suffisamment marginales dans le texte pour expliquer (...)

7Malgré le caractère ordinaire de l’utilisation de la première personne dans le texte de Chrétien, l’absence de commentaires à la première personne dans les parties du texte concernant exclusivement Gauvain est remarquable16. Cet élément justifie que l’on prête une attention particulière à la relation entre les parties consacrées à Perceval et les parties consacrées à Gauvain dans l’analyse du Conte du Graal17, car leur statut est à l’évidence différent et asymétrique18. L’attention particulière que le narrateur accorde à Perceval suggère qu’il a peut-être à ses yeux un statut plus important que Gauvain dans ce texte. Ce qui lie ces deux pôles de la narration semble être les objets mystiques que sont le Graal et la Lance qui Saigne. On observe donc deux axes de développement pour l’histoire : celui de l’histoire personnelle de Perceval et celui du mythe du Graal.

2.2. La Première Continuation, version courte

  • 19  W. Roach, « Transformations of the Grail Theme in the First Two Continuations of the Old French Pe (...)
  • 20  Le récit de la Première Continuation est généralement divisé en six branches, d’après le terme uti (...)

8La Première Continuation, qu’on a souvent considérée comme une digression hors sujet parce qu’elle ne retourne pas à Perceval19, est intimement liée au Conte du Graal par le Graal, qui apparaît dans la branche V20. La version courte néglige malgré ce rapport plusieurs éléments du Conte du Graal, ce qui justifie en partie les remaniements de la version longue. Une différence importante entre le Conte du Graal et la Première Continuation est cependant visible dans l’énonciation : là où seules 17 interventions du narrateur dans le Conte du Graal mobilisaient la première personne, soit 1,88 interventions par 1 000 vers, la première personne est environ six fois plus fréquente dans la Première Continuation, présente en moyenne 11,46 fois par 1 000 vers.

Figure 2. Fréquence d’interventions à la première personne du narrateur selon le texte

  • 21  C. F. V. Corley, The Second Continuation of the Old French Perceval. A Critical and Lexicographica (...)
  • 22  Ibid., p. 34.
  • 23  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 59‑60.

9En analysant la fidélité textuelle de la Première Continuation au texte de Chrétien, Colin Corley a relevé une tendance à la baisse du taux de rimes riches d’une branche à l’autre21. Selon lui, cette tendance indique que le rédacteur de la branche I souhaitait maintenir une fidélité aussi parfaite que possible à Chrétien dans son énonciation, fidélité que les rédacteurs des autres branches n’ont pas voulu ou pas su soutenir22. Cependant, la différence majeure dans l’énonciation du narrateur entre le texte de Chrétien et sa continuation directe suggère une autre interprétation possible : son rédacteur a pu ressentir le besoin d’asseoir fermement son autorité sur le récit. Le taux élevé de rimes riches pourrait donc plutôt indiquer que le narrateur souhaitait voir sa compétence poétique à continuer le récit de Chrétien reconnue par le public23.

Tableau 1. Comparaison entre les pourcentages d’utilisation de rimes riches et les fréquences d’intervention du narrateur à la première personne dans les branches de la version courte de la Première Continuation

Pourcentage de rimes riches

dans le texte de la version courte

Fréquence par 1 000 vers

des interventions du narrateur

à la première personne

dans la version courte

branche I

26,5 %

10,28

branche II

21,3 %

6,15

branche III

20,8 %

4,08

branche IV

14,1 %

11,74

branche V

12,6 %

19,40

branche VI

12,3 %

13,34

moyenne

17,9 %

10,83

  • 24  Première Continuation de « Perceval » (Continuation-Gauvain), éd. W. Roach et C. Van Coolput-Storm (...)
  • 25  Ibid., v. 1870, 3410 et 7075.
  • 26  Ibid., v. 192, 3718 et 5352.
  • 27  Ibid., v. 5268.
  • 28  Par exemple, ibid., v. 3972‑3976.
  • 29  Ibid., v. 6689-6691.
  • 30  C’est notamment le cas à la fin de la branche V du texte. Le narrateur indique : « Li grans contes (...)

10De plus, la version courte de la Première Continuation comporte davantage d’affirmations incertaines que le Conte du Graal et davantage de commentaires sur la structure narrative. La préoccupation du narrateur semble être d’identifier clairement les lieux où il est certain de ce qu’il dit et les lieux où il ne l’est pas, pour mettre en confiance son public. Il précise, par exemple, à plusieurs endroits « ce m’est avis »24 et « si con moi semble »25, mais il affirme ailleurs « bien vos puis dire sans mentir »26 ou encore « por voir vos puis conter et dire »27. De plus, les ellipses sont généralement expliquées par un désir de taire ce qu’il ne saurait décrire avec certitude28 ou exactitude29, tandis qu’ailleurs il n’hésite pas à affirmer la primauté de sa version de l’histoire, parfois même contre ce que le public peut en savoir30.

11Quant aux commentaires sur la structure narrative, ils permettent de mettre de l’avant le pouvoir du narrateur sur son récit en soulignant qu’il est le fruit d’une organisation consciente et délibérée de la matière romanesque. L’utilisation de la première personne dans la Première Continuation dénote donc un besoin de la part du narrateur d’asseoir son autorité sur le récit en montrant quel est son rôle dans sa constitution. Cela a pour but de renforcer la conscience que le public devrait avoir de son pouvoir en tant que conteur.

2.3. Réécriture et remaniement dans la version longue de la Première Continuation

  • 31  Voir la figure 2 ci-dessus.

12La version longue de la Première Continuation fait une utilisation globalement similaire des différents types d’interventions à la première personne dans sa narration, mais elle comporte 10 000 vers de plus. Il s’agit d’un travail de réécriture, mais surtout d’expansion et d’interpolation. Le remaniement a augmenté significativement le nombre des interventions du narrateur à la première personne : des 11,46 par 10 000 vers dans la version courte, on passe à 16,02 dans la version longue31. La majorité des vers ajoutés, environ 9 000, se trouve dans la branche I et la branche III du récit. Hors de ces deux branches, les changements introduits ont généralement peu d’influence sur la trame narrative originale. Le caractère ciblé des interventions du remanieur amène donc à se demander ce qui a pu justifier ces ajouts.

  • 32  A. Combes, « Nouer les fils de la réécriture : une visite interpolée au château du Graal », Cahier (...)
  • 33  Gauvain va sauver la demoiselle de Montesclaire et obtenir l’Espee a Estranges Ranges et le schéma (...)

13Pour la branche I, l’étude d’Annie Combes sur la scène du Graal propre à la version longue a souligné qu’au moins un des objectifs de cette réécriture a été de renforcer la cohérence entre ce récit et celui de Chrétien de Troyes32. Une étude attentive de tous les épisodes ajoutés dans la branche I révèle en effet que toutes les nouvelles aventures de Gauvain ont un lien plus ou moins direct avec le texte de Chrétien : soit elles font directement référence au passé narratif de Gauvain, soit les motifs et schémas narratifs mobilisés font écho ou allusion à des éléments du Conte du Graal33. Le remanieur n’a pas voulu permettre que les promesses et engagements de Gauvain ne soient pas remplis et soient simplement ignorés par la suite du texte.

  • 34  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 9598‑9609.

14La branche III est celle où l’on trouve les cinq nouveaux commentaires édifiants ajoutés par le remanieur. Ces commentaires s’accompagnent d’un remaniement de la structure narrative globale de la branche. Le narrateur de la version longue force le trait sur la dichotomie déjà existante entre la mère de Caradoc, Ysaive, et son amante, Guinier34 :

Mais de moi grieve sor tote rien

Ce que d’une me covient dire ;

Pleüst a Dieu que ma matire

Peüsse ci androit lessier

Sanz mon conte trop ampirier.

Mais ice molt me reconforte,

S’um po de blasme lor aporte

Dou conte le conmancemenz,

Bons an est li definemanz

A ués lor ués, car une sole

Tost le blasme abat et defole ;

C’est la preuz, la belle Guinier.

  • 35  Voir M. Masiuk Brodman, « The Livre de Caradoc’s Chastity Test », Neuphilologische Mitteilungen, 9 (...)
  • 36  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 10712‑10786.

15Ysaive devient une figure essentiellement négative, assimilée à l’Ève biblique, tandis que la vertu et la virginité de Guinier sont soulignées encore davantage, ce qui l’associe indirectement à la Vierge Marie35. Cette dichotomie participe de l’établissement d’un contraste entre les figures des amants idéaux que sont Caradoc et Guinier, et les figures des mauvais amants que sont Ysaive et Éliavrés. L’histoire de Caradoc devient une illustration et le narrateur encourage son public à modeler son comportement sur celui de ces personnages. Il adresse une longue tirade à son public en soulignant le caractère idéal du couple de Caradoc et Guinier, dont la séparation n’amoindrit en rien l’amour qu’ils se portent36.

16Le renforcement de la présence du narrateur dans cette branche est extrême : il intervient six fois plus souvent à la première personne que le narrateur de la version courte, en moyenne 24,85 fois par 1 000 vers.

Tableau 2. Comparaison entre les fréquences d’intervention du narrateur à la première personne dans la version courte et la version longue de la Première Continuation

Fréquence par 1 000 vers des interventions du narrateur à la première personne dans la version courte

Fréquence par 1 000 vers des interventions du narrateur à la première personne dans la version longue

Taux de variation des fréquences d'intervention par 1 000 vers entre les deux versions

branche I

10,28

13,07

27,1%

branche II

6,15

9,47

54,0%

branche III

4,08

24,85

609,1%

branche IV

11,74

11,09

-5,5%

branche V

19,40

19,51

0,6%

branche VI

13,34

9,74

-27,0%

moyenne

10,83

14,62

109,7%

  • 37  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 67‑68.

17Ce renforcement du « je » du narrateur participe de l’établissement de son autorité pour livrer le contenu didactique de son récit37. Cette tendance à l’édification est propre à cette version de la branche III, même si elle capitalise sur des éléments déjà présents en germe dans la version courte de la Première Continuation.

  • 38  Dans la Deuxième Continuation, Perceval refuse de rester à Beaurepaire, car il dit « j’ai une voie (...)

18En amplifiant le contenu de la branche III, le remanieur valorise également le statut des histoires parallèles à celles de Perceval comme outils pour réfléchir à l’histoire du héros gallois. En représentant dans l’histoire de Caradoc un modèle et un anti-modèle de courtoisie, il permet de se servir de ces conceptions pour critiquer ou louer les actions de Perceval. Dans la Deuxième Continuation, Perceval renie sa promesse de retourner à Beaurepaire épouser Blanchefleur pour continuer plutôt la mission qu’il a entreprise pour conquérir les faveurs de la Dame à l’Échiquier magique38. Dans ce cas, l’histoire de Caradoc et les commentaires de son narrateur peuvent être interprétés comme une critique indirecte du Perceval de Wauchier, car ils critiquent directement les amants infidèles qui jouent avec le cœur des dames dans le seul but d’obtenir certaines faveurs, que l’on devine être de nature sexuelle.

19En somme, les différentes versions de la Première Continuation, même si elles font un usage assez semblable de la première personne dans leur narration, exemplifient comment le « je » peut orienter la lecture et tenter d’influencer le statut du récit dans l’esprit de son public. Les narrateurs problématisent également leur statut au sein de l’ensemble textuel du Conte du Graal et de ses Continuations en questionnant le degré de parenté entre la continuation et son texte d’origine.

3. L’interprétation dans la Deuxième et la Troisième Continuation : le rôle du lecteur

3.1. Distanciation et intertextualité dans la Deuxième Continuation

  • 39  Voir la figure 1 ci‑haut.

20En comparant la Deuxième Continuation aux deux versions de la Première Continuation, on remarque que la proportion des affirmations catégoriques y est moins importante que dans les textes précédents39. Ce sont plutôt les affirmations incertaines qui priment légèrement (31,1 %, comparativement à 25,6 % pour les affirmations catégoriques). Le narrateur de Wauchier ne se porte donc pas aussi facilement garant de l’exactitude de ses informations que les narrateurs de la Première Continuation ; il se place ainsi moins volontiers en position d’autorité sur son discours.

  • 40  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 22832‑22841.

21Au contraire, le mode d’engagement du narrateur avec son récepteur dans la Deuxième Continuation semble reposer plutôt sur l’engagement des connaissances du public. En effet, on y trouve de nombreuses prétéritions, dont une en particulier qui sollicite la connaissance qu’a le lecteur des conventions des romans de chevalerie et de courtoisie. Lorsque Perceval retourne chez Blanchefleur, le narrateur s’exprime ainsi40 :

Cent foiz an une randonee

L’a baisiee sans arester.

Je ne vos voil mie conter

Dou seurplus conmant il ala,

Mes s’am Perceval ne pecha,

Am Blancheflor ne remest mie,

Qui est plainne de cortoisie

Que chose qui bien li seïst

Por [r]iens ne li contredeïst.

Einsint menerent lor deduit ;

  • 41  M. T. Bruckner, Chrétien Continued. A Study of the « Conte du Graal » and its Verse Continuations, (...)
  • 42  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 42‑43 et 73.

22Selon Matilda Bruckner, le narrateur fait ici preuve de ce qu’elle appelle a certain modesty41 et montre que la Deuxième Continuation adopte une posture volontairement ambiguë sur la question de la sexualité de Perceval. Cependant, la formulation est bien une prétérition : en disant qu’il ne veut pas parler du « seurplus », le narrateur implique bien qu’il y en ait eu un. Ce « seurplus », de même que le « deduit » dont il est question et la volonté de Blanchefleur de répondre au désir de Perceval, soulignent bien que les retrouvailles entre les deux amants sont l’occasion d’une rencontre de nature sexuelle. Le public médiéval ne saurait être dupe des implications du discours du narrateur. De ce fait, plutôt que de ne pas oser se prononcer sur la question, le narrateur entre plutôt dans un jeu avec son public sur des références communes et fait appel à son savoir sur les romans de chevalerie et les romans courtois pour comprendre ce qui se passe dans cette scène42.

  • 43  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 22286‑22292.
  • 44  Le texte de Renaud de Beaujeu s’interrompt en admettant la possibilité que le Bel Inconnu soit mar (...)
  • 45  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 26082‑26101.

23Il est cependant justifié de dire que Wauchier fait preuve d’une certaine prudence par endroits, prudence qu’il démontre parfois par des prétéritions. Ailleurs, il en emploie une pour décrire l’amie du Bel Inconnu43 en ne précisant pas de quelle dame il s’agit44, laissant ainsi la liberté au public d’y voir celle qu’il veut. De plus, l’utilisation des affirmations incertaines indique bien une certaine distanciation entre le narrateur et les événements qu’il met en scène. Cette position est expliquée à plusieurs reprises par le narrateur lui-même : il ne veut dire que des choses qui sont vraies. Il lance même une tirade contre « maint vasal / Qui vont fabloient par ces cors, / Qui les bons contes font rebors / Et des estoires les esloignent / Et des mançonges i ajoignent »45. Le narrateur de la Deuxième Continuation ne se prononce donc pas sur certains éléments du récit, probablement pour ne pas dire des choses qui passeraient, aux yeux de son public, pour des mensonges. Cette attitude est différente de celle du narrateur de la Première Continuation, qui n’hésitait pas à affirmer la primauté de sa version de l’histoire sur celle que le public aurait pu connaître.

  • 46  Ibid., v. 26260-26274.
  • 47  Ibid., v. 27583-27589.
  • 48  Ibid.

24L’engagement du lecteur dans le récit et le jeu sur les références communes confèrent à la Deuxième Continuation un ton en apparence plus léger et plus ludique que celui de la Troisième Continuation. Le Graal et les enjeux qu’il soulève sont bien évoqués dans le récit, mais Perceval oublie constamment sa quête du Graal pour se consacrer à d’autres aventures. Ainsi, quand la Demoiselle à la Mule blanche l’envoie sur le chemin de la cour du Roi Pêcheur, Perceval accepte plutôt une invitation à participer à un tournoi46, puis se trouve tout à fait « desconsoilliez »47 et « Chemin ne sente qui le maint / A la cort la ou li rois maint / Qui Peschieres est apelez »48.

25Le lecteur du texte de Wauchier n’apprend rien de nouveau sur le Graal dans la Deuxième Continuation. Lorsque le récit semble finalement prêt à livrer au lecteur les réponses à ses questions, Wauchier passe plutôt le relais du récit au continuateur suivant (Manessier ou Gerbert), en laissant le mystère du Graal non élucidé. Les deux résultats possibles de la visite de Perceval au Roi Pêcheur (succès chez Manessier et nouvel échec chez Gerbert) soulignent bien que le texte ne se prononce pas franchement en faveur de l’une ou de l’autre possibilité. Le texte reste donc ouvert et c’est au lecteur et aux continuateurs suivants d’imaginer la suite.

3.2. Manessier et le mystère du Graal

  • 49  P. Moran, Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du xiiie siècle, (...)
  • 50  Voir la figure 1 et la figure 2 ci-haut.
  • 51  Manessier, éd. cit. n. 7, v. 33758-33760, 34148-34150, 35036-35050, 36364-36367, 37141-37148, 3936 (...)

26Le texte de Manessier a souvent été rapproché de la Queste del Saint Graal, texte du cycle du Graal en prose du xiie siècle, car ses motifs et ses thèmes en semblent fortement inspirés49. Cependant, l’utilisation de la première personne dans ce roman n’est pas du tout celle que l’on retrouve dans les romans en prose, desquels elle est pratiquement absente. Les moyens d’intervention du narrateur y sont plutôt comparables à ceux que l’on retrouve dans le Bel Inconnu de Renaud de Beaujeu50. Les deux œuvres présentent une fréquente utilisation des commentaires sur la structure narrative. Chez Manessier, ils servent souvent à marquer les articulations du récit par entrelacements51. Il s’agit de baliser clairement le parcours du lecteur dans le récit en annonçant de qui ou de quoi l’on va parler.

  • 52  K. Dybeł, « Les ermites et les reclus(es) : à propos de la figure du maître dans la Queste del Sai (...)
  • 53  « Percevaux devant lui regarde, / S’a veü la croiz de l’espee / Qu’il ot avec lui aportee. / Por l (...)
  • 54  « Mais an quel leu que j’onques soie, / Ou que je soie, pres ne loing, / Et que je sache vostre be (...)
  • 55  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 40‑41 et 45.
  • 56  L. Tether, The Continuations of Chrétien’s « Perceval ». Content and Construction, Extension and E (...)
  • 57  Gerbert de Montreuil, Quatrième Continuation, éd. F. Le Nan, Genève, Droz, 2014, v. 6858‑6872.

27Sur le plan du sens, le roman de Manessier requiert beaucoup d’interprétation de la part du lecteur. Contrairement à la Queste del Saint Graal52, on ne retrouve pas, chez Manessier, la présence d’une figure tutélaire venant en aide aux chevaliers dans leur interprétation du monde et des mystères du Graal. C’est sur un mode implicite que le sens circule. On peut comprendre, par exemple, le désintérêt amoureux de Perceval pour Blanchefleur dans le texte de Manessier en se rappelant un événement antérieur, soit l’épisode où le Diable, déguisé en Blanchefleur, tente de coucher avec Perceval. Comme la grâce de Dieu le veut bien53, Perceval se signe et met le Diable en déroute. Cet événement peut être interprété comme une manière implicite pour Dieu non pas de protéger Perceval, mais de l’avertir qu’il doit choisir l’abstinence sexuelle et le célibat. À son départ de Beaurepaire dans la Troisième Continuation, la fidélité que promet Perceval à Blanchefleur correspond à celle d’un vassal à une suzeraine : il promet de lui venir en aide si elle a besoin de lui54. Il n’est plus question pour Perceval de devenir seigneur de Beaurepaire, comme c’était le cas dans le Conte du Graal55, car leur relation n’est plus amoureuse, mais amicale56. Gerbert de Montreuil optera pour un message beaucoup plus explicite en décrivant le mariage blanc entre Perceval et Blanchefleur57.

  • 58  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 81‑82.

28Par la combinaison de ces éléments, on voit que le narrateur de la Troisième Continuation opte pour la promotion d’un mode de lecture sollicitant une intervention active du lecteur. Une fois le mystère du Graal élucidé, le texte passe le flambeau de la construction du sens à son lecteur en ne livrant le sens que sur un mode implicite. Il en résulte que le rôle du narrateur chez Manessier est principalement (mais pas exclusivement) de baliser la déambulation du lecteur dans un labyrinthe de signes, dont il est amené à construire le sens par lui-même58.

4. Conclusion

29L’utilisation de la première personne chez les narrateurs des Continuations rend visibles plusieurs enjeux liés à la réception et à l’interprétation de leurs œuvres (et, par extension, du Conte du Graal). Les continuateurs se servent des textes de Chrétien de Troyes et des autres continuateurs comme prétexte à la création littéraire. Ils capitalisent sur la matière romanesque de Chrétien de Troyes, sans se sentir prisonniers d’un programme narratif établi à l’avance. Ils s’arrogent également certaines libertés avec la structure narrative et l’énonciation, selon les différents objectifs qu’ils poursuivent. Il en résulte que l’ensemble des Continuations apparaît comme un corpus hétéroclite, certes, mais lié par son caractère expérimental. En orientant de diverses manières la réception du lecteur par des commentaires signalant un caractère énigmatique, un penchant ludique ou encore une volonté édificatrice, l’énonciation des narrateurs montre que les textes des Continuations exploitent diverses manières d’utiliser la forme narrative longue comme vecteur de sens.

  • 59  T. Hinton, op. cit. n. 8, p. 20.

30L’ensemble textuel complexe et volumineux des Continuations a longtemps découragé leur étude. Cependant, ceux qui s’y sont intéressés ont relevé des similitudes entre le fonctionnement de l’ensemble et celui du Cycle Vulgate. Ces similitudes ont amené Thomas Hinton à défendre l’appellation de cycle pour le Conte du Graal et ses Continuations59. Sans partager ce point de vue, je constate qu’il y a là la reconnaissance d’une certaine parenté entre les Continuations et le cycle du Lancelot-Graal en prose du xiiie siècle. Peut-être avons-nous ici le chaînon manquant permettant d’expliquer la transition de la matière du Graal des romans brefs en vers aux romans longs en prose dans la littérature arthurienne postérieure à Chrétien de Troyes.

Haut de page

Notes

1  La Quatrième Continuation de Gerbert de Montreuil proposait peut-être une conclusion au récit, mais elle ne nous est pas parvenue, puisque les deux seuls manuscrits qui la transmettent l’interpolent entre la Deuxième Continuation de Wauchier de Denain et la Troisième Continuation de Manessier. C’est en raison de ce statut particulier du texte de Gerbert que la présente étude s’est intéressée essentiellement aux trois premières Continuations.

2  La Première Continuation a fait l’objet de plusieurs remaniements et existe en trois versions différentes. La version courte a été écrite en premier et fait environ 9 500 vers. La version longue a été écrite par la suite (on ne sait si sa rédaction précède ou suit celle de la Deuxième Continuation de Wauchier) et comporte quant à elle environ 19 500  vers. La version mixte, issue d’une combinaison de la version longue et de la version courte et comportant environ 14 500 vers, n’est présente que dans les deux manuscrits contenant aussi la Quatrième Continuation de Gerbert. Les manuscrits proposent diverses réalisations de l’ensemble : certains ont le Conte du Graal et la Première Continuation seuls, tandis que d’autres comportent le Conte du Graal et les trois premières Continuations dans leur ensemble. Il arrive rarement que le Conte du Graal circule seul et il est également très rare de voir une Continuation circuler seule. De la quinzaine de manuscrits contenant le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, seuls quatre manuscrits significatifs contiennent le Conte du Graal et aucun autre texte : B, Berne, Burgerbibliothek, 354 ; C, Clermont-Ferrand, Bibliothèque municipale, 248 ; F, Florence, Biblioteca Riccardiana, 2943 ; H, Londres, Herald’s College, Arundel 14. Tous les manuscrits contenant au moins l’une des Continuations contiennent également le Conte du Graal, sauf le manuscrit K, Berne, Burgerbibliothek, 113. Ce dernier contient la Deuxième Continuation de Wauchier de Denain ainsi qu’une conclusion indépendante, qui ne se trouve dans aucun autre manuscrit.

3  G. Genette, Figures III, Paris, Seuil, 1972, p. 261‑263.

4  Entre autres, The Continuations of the Old French « Perceval » of Chrétien de Troyes, éd. W. Roach et R. H. Ivy, Philadelphie PA, University of Pennsylvania Press, 1950, t. 2, v. 2004, 6852, 6880 et 6924 ; Wauchier De Denain, The Continuations of the Old French « Perceval » of Chrétien de Troyes, éd. W. Roach, Philadelphie PA, University of Pennsylvania Press, 1949, t. 4, v. 19664, 19727, 19798, 19843, 20310, 20702, 20822 et 21700.

5  Par exemple, The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 2068 et 3632.

6  Voir Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 19727, 19856 et 20912.

7  Par exemple, Manessier, La Troisième Continuation du Conte du Graal, éd. W. Roach et M. Toury, Paris, Champion, 2004, v. 35028.

8  Ibid., v. 35432.

9  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 3041‑3043.

10  Ibid., v. 2522-2529. Le narrateur décrit ensuite un nain hideux en empruntant quelques-uns de ses qualificatifs à la description de la Demoiselle Hideuse dans le Conte du Graal, faisant de sa déclaration initiale une prétérition (ibid., v. 2552-2554).

11  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 20752-20754.

12  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 10712-10786.

13  R. L. Krueger, « The Author’s Voice. Narrators, Audiences, and the Problem of Interpretation », The Legacy of Chrétien de Troyes, éd. N. J. Lacy, D. Kelly et K. Busby, Amsterdam, Rodopi, 1987, t. 1, p. 117.

14  S. Marnette, Narrateur et points de vue dans la littérature française médiévale. Une approche linguistique, Berne, Peter Lang, 1998, p. 33‑38.

15  Chrétien de Troyes en fait usage à cinq reprises seulement en utilisant la première personne : pour éviter une répétition (Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal ou le roman de Perceval, éd. C. Méla, Paris, Le Livre de Poche, 2013, v. 1328‑1331), pour éviter de décrire inutilement un repas (ibid., v. 1524 1526) et enfin pour ne pas décrire en détails inutiles des combats (ibid., v. 2170‑2175, 2618, 2621 et 2861, 3863).

16  J. Robidas, Enjeux poétiques et énonciatifs de la narration à la première personne dans les trois premières « Continuations » du « Conte du Graal », mémoire de maîtrise, Montréal, Université de Montréal, 2020, p. 56‑58.

17  H. F. Williams, « Interpretations of the Conte del graal and Their Critical Reactions », The Sower and His Seed. Essays on Chrétien de Troyes, éd. R. T. Pickens, Lexington KY, French Forum, 1983, p. 146‑154 ; N. J. Lacy, « Gauvain and the Crisis of Chilvalry in the Conte del graal », ibid., p. 155‑164.

18  Les parties sur Gauvain ne sont en effet pas suffisamment marginales dans le texte pour expliquer l’absence d’utilisation de la première personne. Elles occupent 4 020 des 9 066 vers du texte, soit près de la moitié.

19  W. Roach, « Transformations of the Grail Theme in the First Two Continuations of the Old French Perceval », Proceedings of the American Philosophical Society, 110, 1966, p. 163 ; J. L. Grigsby, « Remnants of Chrétien’s Aesthetics in the Early Perceval Continuations and the Incipient Triumph of Writing », Romance Philology, 41, 1988, p. 385. Cette position est critiquée par T. Hinton, The « Conte du Graal » Cycle. Chrétien de Troyes’ « Perceval », the « Continuations », and French Arthurian Romance, Cambridge, Brewer, 2012, p. 2‑3.

20  Le récit de la Première Continuation est généralement divisé en six branches, d’après le terme utilisé par le narrateur lui-même. La branche I achève la querelle de Gauvain avec le chevalier Guiromelant amorcée dans le Conte du Graal. La branche II raconte la guerre de la cour d’Arthur contre Brun de Branlant, un vassal rebelle. La branche III raconte l’histoire de Caradoc Briebras. La branche IV parle du voyage des chevaliers d’Arthur et du tournoi au Château Orgueilleux pour en délivrer Girflet. La branche V concerne une visite de Gauvain au château du Graal. Enfin, la branche VI raconte une histoire sur Guerrehet qui comporte beaucoup de similarités avec la légende du Chevalier au Cygne.

21  C. F. V. Corley, The Second Continuation of the Old French Perceval. A Critical and Lexicographical Study, Londres, Modern Humanities Research Association, 1987, p. 32.

22  Ibid., p. 34.

23  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 59‑60.

24  Première Continuation de « Perceval » (Continuation-Gauvain), éd. W. Roach et C. Van Coolput-Storms, Paris, Le Livre de Poche, 1993, v. 837, 1146, 1718, 2594, 3856, 6696, 7063, 7320, 7762, 8183 et 9368.

25  Ibid., v. 1870, 3410 et 7075.

26  Ibid., v. 192, 3718 et 5352.

27  Ibid., v. 5268.

28  Par exemple, ibid., v. 3972‑3976.

29  Ibid., v. 6689-6691.

30  C’est notamment le cas à la fin de la branche V du texte. Le narrateur indique : « Li grans contes cange entresait, / A une autre brance se trait / Que vos m’orois sans demorer / Tot mot a mot dire et conter. / Cascuns de vos cuide savoir / Del grant conte trestot le voir / Mais nel set pas, se Dex me gart.  / Tot en ordre, par grant esgart,  / Covient la cose deviser ; / Ja ne m’en orrois ains parler / S’en ordne non et a droit point / Ensi con li contes s’ajoint. » (ibid., v. 8299‑8310).

31  Voir la figure 2 ci-dessus.

32  A. Combes, « Nouer les fils de la réécriture : une visite interpolée au château du Graal », Cahiers de civilisation médiévale, 47, 2004, p. 5, 9 et 11.

33  Gauvain va sauver la demoiselle de Montesclaire et obtenir l’Espee a Estranges Ranges et le schéma narratif de cet épisode semble rappeler la délivrance de Beaurepaire par Perceval dans le Conte du Graal. Voir É. Gomez, « Les effets de cycle dans le cycle du Conte du Graal », Les genres littéraires en question au Moyen Âge, éd. D. James-Raoul, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2011, p. 160. Il est, de plus, à nouveau accusé d’un meurtre injustement, comme il l’était par Guingambrésil dans le Conte du Graal, et il retourne chez le roi d’Escavalon en plus de visiter le château du Graal. Voir J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 48‑51. Dans la version longue, Gauvain visite donc le château du Graal deux fois : une fois dans la branche I (ajout du remanieur) et une fois dans la branche V (épisode laissé presque tel qu’il était dans la version courte).

34  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 9598‑9609.

35  Voir M. Masiuk Brodman, « The Livre de Caradoc’s Chastity Test », Neuphilologische Mitteilungen, 92, 1991, p. 477‑478.

36  The Continuations…, éd. cit. n. 4, v. 10712‑10786.

37  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 67‑68.

38  Dans la Deuxième Continuation, Perceval refuse de rester à Beaurepaire, car il dit « j’ai une voie antreprise / Que por trestot l’avoir de Frise / Ne la lairoie je a fere » (Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 22895‑22897).

39  Voir la figure 1 ci‑haut.

40  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 22832‑22841.

41  M. T. Bruckner, Chrétien Continued. A Study of the « Conte du Graal » and its Verse Continuations, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 47.

42  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 42‑43 et 73.

43  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 22286‑22292.

44  Le texte de Renaud de Beaujeu s’interrompt en admettant la possibilité que le Bel Inconnu soit marié à la Dame aux Blanches Mains ou à la Blonde Esmerée, selon qu’il décide ou non d’écrire une suite à son histoire. Il n’est pas possible de savoir si le texte de Wauchier a été écrit avant ou après le Bel Inconnu, mais quoi qu’il en soit, la description qui est donnée de la demoiselle ne permet pas de savoir s’il s’agit de l’une de ces deux dames, ou d’une « amie » entièrement différente des deux dames décrites par Renaud de Beaujeu.

45  Wauchier de Denain, éd. cit. n. 4, v. 26082‑26101.

46  Ibid., v. 26260-26274.

47  Ibid., v. 27583-27589.

48  Ibid.

49  P. Moran, Lectures cycliques. Le réseau inter-romanesque dans les cycles du Graal du xiiie siècle, Paris, Champion, 2014, p. 461‑462.

50  Voir la figure 1 et la figure 2 ci-haut.

51  Manessier, éd. cit. n. 7, v. 33758-33760, 34148-34150, 35036-35050, 36364-36367, 37141-37148, 39360-39363, 39573-39579, 39970-39972, 40402-40403, 40975-40979 et 41318-41322.

52  K. Dybeł, « Les ermites et les reclus(es) : à propos de la figure du maître dans la Queste del Saint Graal, roman arthurien du xiiie siècle », Quêtes littéraires, 9, 2019, p. 21‑30.

53  « Percevaux devant lui regarde, / S’a veü la croiz de l’espee / Qu’il ot avec lui aportee. / Por la croiz que il aparçut / Se seigna, et par ce deçut / Le deable a qui son delit / Volloit faire dedanz le lit. / […] / Quant Percevaux ot lou seignacle, / Si con Diex le vost par son miracle, / Fait desor lui, si com il dut / Li deables qui soz lui jut / Saut sus, que plus n’i aresta » (Manessier, éd. cit. n. 7, v. 38142‑38157).

54  « Mais an quel leu que j’onques soie, / Ou que je soie, pres ne loing, / Et que je sache vostre besoing, / Belle tres douce amie saige, / Vos m’avroiz au premier mesaige » (ibid., v. 39310‑39314).

55  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 40‑41 et 45.

56  L. Tether, The Continuations of Chrétien’s « Perceval ». Content and Construction, Extension and Ending, Cambridge, Brewer, 2012, p. 173‑174.

57  Gerbert de Montreuil, Quatrième Continuation, éd. F. Le Nan, Genève, Droz, 2014, v. 6858‑6872.

58  J. Robidas, op. cit. n. 16, p. 81‑82.

59  T. Hinton, op. cit. n. 8, p. 20.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des différents modes d’intervention des narrateurs selon les textes
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1517/img-1.png
Fichier image/png, 100k
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1517/img-2.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Robidas, « « Gel vos di par verté provee » : la narration à la première personne dans les trois premières Continuations du Conte du Graal »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/memini/1517 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1517

Haut de page

Auteur

Justine Robidas

Université de Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search