Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Comptes rendusLes grands officiers dans les ter...

Comptes rendus

Les grands officiers dans les territoires angevins / I grandi ufficiali nei territori angioini, éd. Riccardo Rao, Rome, École française de Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 518), 428 pages, ISBN 978-2-7283-1206-1, 33 €. Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration sur des territoires composites (xiie-xve siècle) / Periferie finanziarie angioine. Istituzioni e pratiche di governo su territori compositi (sec. XIII-XV), éd. Serena Morelli, Rome, École française de Rome, 2018 (Collection de l’École française de Rome, 518, 2), 488 pages, ISBN 978-2-7283-1318-1, 30 €.

Michel Hébert

Entrées d'index

Géographique :

Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Ces deux volumes contiennent les actes des premières rencontres internationales tenues sous l’égide du programme Europange, consacré à l’étude des territoires et principautés soumis à l’autorité des princes de la maison d’Anjou entre le xiiie et le xve siècle. Portée par la conquête du royaume de Sicile (incluant l’Italie méridionale) par Charles d’Anjou, frère du roi Saint Louis, dans la seconde moitié du xiiie siècle, l’expansion territoriale de cette dynastie soutient la constitution d’une mosaïque territoriale qui inclut, au plus fort de son expansion, les comtés d’Anjou et du Maine dans le royaume de France, les duchés de Lorraine et de Bar et les comtés de Provence et de Forcalquier dans les terres d’empire, l’Italie méridionale et la Sicile, le royaume de Hongrie ainsi que des parcelles des royaumes d’Albanie et de Pologne, de la principauté de Morée et, pour couronner le tout, une domination éphémère sur la ville de Rome et la détention nominale du titre de rois de Jérusalem. Quoi qu’on ait pu en écrire, cet ensemble composite, disparate même, n’a jamais constitué un « empire », n’a jamais possédé ni droit unifié, ni administration centralisée ni, encore moins, une identité politique ou culturelle affirmée. C’est la raison pour laquelle ses éléments constitutifs ont toujours, du moins jusqu’aux travaux pionniers d’Émile Léonard (Les Angevins de Naples, Paris, Presses universitaires de France, 1954), été étudiés isolément ; et les princes de la maison d’Anjou n’ont jamais constitué, face aux rois de France, une menace comparable à celle des ducs de Bourgogne, qui dominaient un ensemble également composite mais beaucoup plus rassemblé et cohérent.

2Depuis quelques décennies, à partir d’un premier colloque tenu à Rome en 1995 (L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècle, Rome, École française de Rome, 1998), un groupe de médiévistes principalement mais pas uniquement français, italiens et hongrois, incluant Jean-Luc Bonnaud (Université de Moncton), ont entrepris d’échafauder une histoire commune de cette curieuse diaspora politique, dont témoignent des publications telles que Les Princes angevins du xiiie au xve siècle. Un destin européen (éd. N.-Y. Tonnerre et É. Verry, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003) ou Identités angevines. Entre Provence et Naples, xiiie-xve siècle (éd. J.-P. Boyer et al., Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université Éditions, 2016). Depuis 2014, un vaste programme de recherche baptisé Europange a permis d’organiser de grands colloques internationaux, des expositions et de constituer une base de données prosopographiques (consultable en ligne à l’URL : https://angevine-europe.huma-num.fr/​ea/​fr) regroupant les officiers centraux et locaux de toutes les principautés angevines entre le xiiie et le xve siècle. Les deux volumes présentés ici, issus de colloques tenus respectivement à Bergame en 2013 et à Naples en 2014, sont suivis d’un troisième tout récemment paru, Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu xiiie-fin xve siècle) (éd. I. Mathieu et J.‑M. Matz, Rome, École française de Rome, 2019), issu d’un colloque tenu à Angers en 2015.

3Les études groupées dans le volume sur les grands officiers s’intéressent soit à une magistrature en particulier (par exemple le sénéchalat de Provence, ou la charge de grand amiral de Sicile), soit au profil prosopographique d’un corps d’officiers au sein d’une magistrature (les juges mages de Provence, ou les sénéchaux de Piémont). Mais dans la majorité des cas, l’étude de l’office et celle de ses agents se distinguent assez peu. Les onze études ici rassemblées (en sus de l’introduction et de la conclusion) portent aussi bien sur l’État central de cette nébuleuse, le royaume de Sicile-Naples, que sur ses éléments périphériques (Hongrie, Anjou-Maine, Morée en plus de la Provence et du Piémont) ou encore sur une entité subétatique (la principauté de Tarente, au sein du royaume de Naples) ou carrément non étatique (la domination assez éphémère des princes angevins sur les cités toscanes au second quart du xive siècle). C’est dire la diversité d’un objet qui s’avère parfois, justement, difficile à saisir. On trouvera une certaine convergence des questionnements et des conclusions sur des questions telles que la francisation des officiers (le rôle dominant du lignage fondateur des ducs d’Anjou et de son entourage) par opposition à l’indigénisation progressive de ces officiers, à mesure que le lignage s’éloigne de son attache territoriale en prenant racine dans le Sud de l’Italie ou dans le lointain royaume de Hongrie. Une autre source de réflexion porte sur les formes de « professionalisation » de cette administration qui, bien souvent, paraît se détacher assez peu des fidélités vassaliques, réservant à l’entourage baronnial des princes, voire à leur famille immédiate, les charges les plus importantes, très souvent de tradition militaire, à contre-courant de la notion wébérienne de « rationalisation » du pouvoir dans le développement de l’État moderne. Le processus généralement observé, à quelques exceptions près, est celui d’une institutionnalisation inachevée, fondée sur des initiatives locales pragmatiques mais fragmentaires, de sorte que les pages du volume sont constellées de termes comme imprécision, instabilité, incertitude ou encore indétermination.

4Plusieurs de ces remarques peuvent s’appliquer au second volume, qui porte sur les pratiques fiscales et financières. Dix-neuf études prennent ancrage sur le même ensemble géographique discontinu, ajoutant aux territoires déjà mentionnés les duchés de Lorraine et de Bar (absorbés dans la constellation angevine au xve siècle) ainsi que la ville de Rome et une partie du Latium (éphémère domination de Charles Ier au xiiie siècle). On peut formuler les mêmes remarques à propos du maintien des élites traditionnelles (sauf à reconnaître ici l’apport significatif des marchands, surtout toscans, dans l’administration financière) et de l’inachèvement des formes institutionnelles, dont certaines, pourtant, comme les Chambres des comptes, ou la Sommaria napolitaine, sont nettement porteuses d’une forme de modernité politique. Le titre du volume introduit la notion de « périphérie », sans que soit jamais clairement définie cette notion pourtant centrale à la réflexion. Certaines contributions portent sur des périphéries « externes » au centre de pouvoir napolitain (Provence, Lorraine, Hongrie, etc.), tandis que d’autres s’intéressent à des périphéries « internes », espaces moins éloignés des capitales en formation, comme les terres de Bari et d’Otrante, ce qui pourrait renouveler la réflexion des sociologues, des géographes et des historiens sur la question fondamentale du rapport centre-périphérie dans le développement des rapports politiques et économiques. Plusieurs études se fondent sur l’exploitation d’importants gisements d’archives, archives privées et seigneuriales de la famille Ruffo, archives d’État comme l’extraordinaire Liber focorum de 1443 qui se prête remarquablement bien à une expérience de cartographie géomatique utilisant les ressources des SIG.

5Dans l’ensemble, les contributions assemblées dans ces deux volumes renouvellent en profondeur nos connaissances sur cet empire qui n’en est pas un, quoiqu’on ait pu argumenter de la réalité de son existence en se basant sur l’intensité des relations internes (circulation des hommes, des capitaux et des idées) et sur la volonté continuellement manifestée d’en maintenir l’existence, à travers les générations et malgré tous les aléas politiques, en ne procédant jamais à des divisions successorales. L’inachèvement du processus de rationalisation bureaucratique, aussi bien dans l’affectation des officiers que dans l’organisation des systèmes fiscaux et financiers, n’est pas propre à cette nébuleuse angevine. Elle caractérise partout et jusque bien avant dans la période moderne, le « premier État moderne ». Ce qui nuit peut-être le plus à la construction d’une vision d’ensemble, cohérente et bien documentée, de cette structure composite, c’est peut-être, en dernière analyse, un problème de sources. Le royaume de Sicile-Naples possédait, dès l’origine, et dans la tradition souabe, une chancellerie fort bien organisée, productrice d’une documentation remarquable. Mais les événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale ont mené à la destruction, en 1943, d’une collection archivistique qui avait été pourtant bien mise à l’abri. Dans ses périphéries, certaines régions de tradition notariale ancienne et bien développée, comme la Provence, le Piémont et les régions de l’Italie centro-septentrionale, ont produit et souvent très bien conservé une documentation qui jette une vive lumière sur les questions qui intéressent la domination angevine, tandis que d’autres, et pour des raisons qui leur sont propres, comme la France de l’Ouest (Anjou et Maine) ou la Hongrie, avec un recours moins systématique à l’écrit administratif, font plus pauvre figure dans toute tentative de reconstruction un tant soit peu systématique d’une réalité aussi diverse que foisonnante. Ne serait-ce que pour cette raison, il faut savoir gré aux organisateurs et aux participants à ces grands colloques de synthèse d’avoir relevé le défi, quitte à reconnaître en dernière analyse la fondamentale discontinuité (et non l’échec, ce qui est une tout autre affaire) du projet angevin dans la très longue durée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Hébert, « Les grands officiers dans les territoires angevins / I grandi ufficiali nei territori angioini, éd. Riccardo Rao, Rome, École française de Rome, 2017 (Collection de l’École française de Rome, 518), 428 pages, ISBN 978-2-7283-1206-1, 33 €. Périphéries financières angevines. Institutions et pratiques de l’administration sur des territoires composites (xiie-xve siècle) / Periferie finanziarie angioine. Istituzioni e pratiche di governo su territori compositi (sec. XIII-XV), éd. Serena Morelli, Rome, École française de Rome, 2018 (Collection de l’École française de Rome, 518, 2), 488 pages, ISBN 978-2-7283-1318-1, 30 €. »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1543

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search