Skip to navigation – Site map

HomeNuméros26Comptes rendusMontpellier au Moyen Âge. Bilan e...

Comptes rendus

Montpellier au Moyen Âge. Bilan et approches nouvelles, éd. Lucie Galano et Lucie Laumonier, Turnhout, Brepols, 2017 (Urban History, 40), xvi + 258 pages, ISBN 978-2-503-56852-2, 85 €.

Michel Hébert

Index terms

Geographical index:

France

Chronological index:

Moyen Âge
Top of page

Full text

1Issu d’un colloque tenu à Montpellier en novembre 2013, ce recueil d’études sur Montpellier au Moyen Âge est dû à l’initiative de deux jeunes chercheuses formées en partie à Sherbrooke et en partie à Montpellier, sensibles aux nouvelles voies de la recherche historique et attirées par l’histoire d’une ville dont l’importance, aux derniers siècles du Moyen Âge, n’est guère éclipsée, dans l’espace de la France actuelle, que par le rayonnement des grandes métropoles de Paris et d’Avignon. Il contient, outre l’introduction et la conclusion rédigées par les auteures, quatorze études portant sur les thèmes les plus divers, réparties en trois grandes sections : territoire seigneurial et ville consulaire ; urbanisme et occupation de l’espace ; ville marchande et centre intellectuel.

2En introduction, les auteures du recueil présentent un rapide état des lieux de la recherche sur l’histoire de Montpellier depuis les grands travaux fondateurs de Charles d’Aigrefeuille au xviiie siècle et d’Alexandre Germain au xixe. Nombre de travaux répertoriés dans ce survol bibliographique sont l’œuvre des collaborateurs du présent recueil qui aura su réunir les meilleurs spécialistes du domaine, à de rares exceptions près. On remarque cependant le peu d’attention portée, dans la bibliographie comme dans le recueil, à l’histoire politique et, plus spécifiquement, à l’histoire des pouvoirs au sein de la ville et dans les relations complexes et changeantes qu’elle entretient successivement ou simultanément avec ses « maîtres », rois d’Aragon puis de Majorque, rois de France et évêques de Maguelone. L’écheveau complexe de cet arrangement des pouvoirs aurait mérité quelques pages d’explications dans l’introduction, au bénéfice du lecteur peu familier avec le destin si particulier de la grande cité méditerranéenne.

3Certaines contributions, en accord avec le sous-titre de l’ouvrage, proposent des bilans plus ou moins exhaustifs de la recherche, états des connaissances d’un secteur particulier. Pierre-Joan Bernard donne un excellent survol de l’état des archives seigneuriales, qui fait regretter l’absence d’un état équivalent des richissimes archives communales. Leah Otis-Cour construit, autour de l’analyse d’une enquête de 1228 portant sur le droit de confiscation des biens des condamnés, un état des connaissances sur la justice seigneuriale dans la ville, du reste assez mal documentée dans les sources. Dans le champ de la vie privée, Lucie Laumonier propose une typologie et un tour d’horizon des différentes formes d’occupation domestique et des liens mouvants, aux frontières souvent poreuses, entre ménage et parenté. Maïté Ferret-Lesné dresse l’état de nos connaissances sur le droit des affaires, principalement fondé sur le grand statut de 1204 et lourdement imprégné, sans surprise, des influences du droit romain. Quant à Danièle Iancu-Agou, elle dresse la liste des lettrés juifs de Montpellier, ceux que l’on connaît bien mais ceux aussi qui n’ont laissé que peu de traces, conservateurs, mystiques ou penseurs rationalistes, avant et après la grande expulsion de 1306.

4D’autres contributions proposent des approches nouvelles, fondées sur une réinterprétation de données déjà étudiées ou sur l’exploitation de sources jusqu’alors peu connues. Lucie Galano reprend l’étude de l’exploitation du territoire seigneurial dans la perspective d’une histoire de l’environnement et de l’incidence des questions environnementales sur les rapports politiques. Pierre Chastang s’intéresse aux criées publiques dans la perspective d’une histoire des relations entre oralité et écriture, apportant par ailleurs des données nouvelles sur la pratique peu souvent documentée de l’affichage et des « écritures exposées ». Geneviève Dumas reprend le dossier historique de la douzaine d’hôpitaux de la ville à la lumière d’une histoire de la santé publique – et non de la seule pratique médicale – orientée vers le grand dessein du « bien commun ». L’insertion de l’histoire des traités d’abbaque composés à Montpellier au début du xive siècle dans le climat intellectuel plus général de la ville alimente le propos de Romain Fauconnier, tandis que Daniel Le Blévec propose d’enrichir notre connaissance de la relation privilégiée entre le pape Urbain V et Montpellier par l’exploitation de sources méconnues provenant principalement des comptes de la Chambre apostolique.

5Quelques petits dossiers ponctuels complètent ce recueil d’une grande diversité. Françoise Durand-Dol s’interroge sur les relations des évêques de Maguelone avec les fondations nouvelles dans le diocèse, expliquant la réticence des évêques à la fois par la toute-puissance du chapitre et l’influence du siège apostolique. Katheryn Reyerson exploite une enquête de 1336 sur l’occupation de la place de l’Herberie pour comprendre l’organisation et les réseaux des femmes revendeuses sur le marché, petit métier partout présent mais par ailleurs si mal connu. Et les archéologues de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Bernard Sournia et Jean-Louis Vayssettes proposent un aggiornamento de nos connaissances sur l’habitat urbain médiéval, notamment à partir d’une minutieuse reconstitution de l’état ancien d’un hôtel particulier, celui des Carcassonne, totalement transformé au xviie siècle.

6Ce recueil apporte incontestablement beaucoup à l’histoire de Montpellier, ce « riant jardin des sciences » (Urbain V) et, plus généralement, à l’histoire urbaine médiévale, ce dont témoigne son inscription dans la prestigieuse collection de l’Urban History de Brepols. En conclusion, plutôt qu’un bilan, les auteures proposent des pistes de réflexion pour l’avenir. Par sa nature même (actes de colloque), pareil recueil ne saurait proposer un examen exhaustif du champ d’étude qu’il propose. Il nous laisse parfois sur notre faim, par exemple sur l’exercice du pouvoir consulaire si bien documenté dans les registres des délibérations, sur la nature de la potestas statuendi, évoquée dans plusieurs études mais jamais clairement expliquée, sur les relations de Montpellier avec l’Aragon, avec le bassin méditerranéen, avec le royaume de France. On ne saurait lui en faire le reproche et il faut plutôt souhaiter que soit largement reconnue sa contribution, aux côtés de l’édition électronique récente du Petit Thalamus, à une valorisation nouvelle de la place éminente de cette métropole encore si mal connue.

Top of page

References

Electronic reference

Michel Hébert, Montpellier au Moyen Âge. Bilan et approches nouvelles, éd. Lucie Galano et Lucie Laumonier, Turnhout, Brepols, 2017 (Urban History, 40), xvi + 258 pages, ISBN 978-2-503-56852-2, 85 €.Memini [Online], 26 | 2020, Online since 24 December 2020, connection on 22 May 2022. URL: http://journals.openedition.org/memini/1562; DOI: https://doi.org/10.4000/memini.1562

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search