Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Comptes rendusMarco Cassioli, Frontiera e trans...

Comptes rendus

Marco Cassioli, Frontiera e transito. La Val Nervia tra Liguria e Provenza, préf. de Jean-Paul Boyer, Bologne, Marietti 1820, 2018 (Collana di studi storici e regionali, 2), 260 pages, ISBN 978-88-211-8038-5, 17,50 €.

John V. Drendel

Entrées d'index

Géographique :

Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Marco Cassioli a su tirer un beau livre de sa thèse soutenue à l’Université de Turin en 2014. L’intérêt et l’originalité résident dans l’analyse sur la longue durée (Moyen Âge-Époque moderne) d’une région frontalière, le Val Nervia, à cheval sur la Provence et la Ligurie génoise. Si le concept de frontière s’est imposé depuis le xixe siècle dans les historiographies américaine et allemande et si les travaux de Robert Burns et Freddy Thiriet ont nourri les réflexions des chercheurs travaillant sur l’Espagne et la Romanie vénitienne, il avait jusqu’ici suscité moins d’intérêt chez les historiens de la France et de l’Italie, d’où l’originalité de l’approche de l’auteur. Sans minimiser l’importance de la partie moderne, il sera ici davantage question de la période médiévale (xie-xve siècle), sujet de la première moitié du livre. L’auteur y souligne l’influence de la formation d’une frontière politique scindant en deux une région qui, depuis le haut Moyen Âge, est une plaque tournante de communications.

2Le titre du livre souligne bien la cohérence géographique de ce large système de vallées subalpines structuré par leur convergence vers la Nervia, rivière qui se jette dans la mer par un étroit goulot entre Vintimille et Bordighera. Partagé politiquement entre Gênes et la Provence angevine depuis l’éclatement du comté de Vintimille au xiiie siècle, le Val Nervia combine les servitudes d’une région âprement disputée et les avantages, pour la communication et les échanges, d’un environnement diversifié et complexe, étagé, qui sera encore valorisé par l’apparition des cultures en terrasses à la fin du xve siècle. Ce dynamisme des échanges est non seulement le fruit de la complémentarité entre la façade maritime, ouverte sur la Méditerranée, et la richesse agricole et forestière de l’arrière-pays, mais aussi la conséquence de la situation du Val, à l’intersection des voies de passage stratégiques entre le Piémont, la Provence et la mer. Depuis le haut Moyen Âge, un réseau articulé de routes traverse le Val Nervia. Les plus importantes relient les villes portuaires de San Remo et Vintimille au Piémont, par Trioria, et à la Provence, par le col de Muraton. Ces voies sont complétées par des routes secondaires empruntées par les hommes et les moutons à travers le Mont Grai et les cols de Tende et de l’Argante. Si ces routes constituent des itinéraires interrégionaux, le commerce local les irrigue également. Ainsi, le sel provençal monte aux pâturages du haut pays ; en sens inverse descendent les produits forestiers, mais aussi les denrées alimentaires issues d’une région qui profite du climat et du relief pour produire du vin, de l’huile d’olive, des châtaignes et des figues, ces dernières étant exportées jusqu’en Afrique du Nord au xiiie siècle.

3La montée en puissance des États modernes en Provence et à Gênes à partir du xiiie siècle transforme les relations. Les frontières érigées au cœur du Val constituent des barrières politiques qui canalisent et contraignent les échanges, les valorisent aussi, notamment via les profits réalisés par la contrebande. En même temps, les habitants, dominés jusqu’à la fin du xiiie siècle par les différentes branches de la famille des comtes de Vintimille, se trouvent désormais éloignés des deux capitales, Aix et Gênes. Seule Dolceacqua, siège d’une seigneurie privée de la puissante famille génoise des Doria, prétend concurrencer les principautés au nom d’un pouvoir local fort, encore que très lié, évidemment, à la République génoise. Avec la frontière s’affirment les velléités d’autonomie communale, toujours vivaces en Italie, dans une région devenue à la foi stratégique et périphérique : les capitales dépendent davantage des fidélités villageoises qu’elles ne les imposent. Ainsi se cristallise un sentiment d’identité locale qui s’exprime dans les « guerres » entre villages limitrophes, conflits au premier abord motivés par la concurrence pour les ressources pastorales et forestières – comme celui qui met aux prises Pigna et Castelfranco en 1469-1477 –, mais aussi, et plus aléatoirement, par les enjeux politiques dont l’intérêt dépasse totalement le Val mais qui obligent ses communautés à calculer leur appui envers les États dont les villages fortifiés du Val Nervia constituent les avant-postes. Jusqu’au xve siècle, ces identités s’articulent à travers le binôme guelfe provençal et gibelin génois, qui n’a pas d’enracinement dans le contexte et les enjeux locaux, mais qui a pour effet, classiquement, de structurer les rivalités entre familles et communautés locales. Or, la déliquescence des États, fragilisés après la grande peste, accélère l’affirmation de l’autonomie villageoise, notamment à l’égard de la Provence angevine alors en grande difficulté. Ainsi, à la mort de la reine Jeanne en 1382, les villages provençaux du Val reconnaissent sans problème le rattachement au duché de Savoie qui intervient six ans plus tard.

4Les limites de la documentation laissent malheureusement dans l’ombre une bonne partie de l’histoire sociale du Val Nervia au Moyen Âge – en dépit de la parution précoce du notariat dans le comté de Vintimille, au xie siècle, il ne subsiste que peu de registres médiévaux. Cela dit, la documentation provençale et génoise, les statuts communaux de Pignan et d’Apricale, et un registre notarial de Baiardo permettent d’éclairer l’évolution de ces sociétés villageoises, notamment à la fin du Moyen Âge. L’auteur tire du croisement des sources et des approches historiques, ethnographiques et linguistiques, un riche portrait d’une région qui représente parfaitement la « connectivité » méditerranéenne dessinée par Peregrine Horden et Nicholas Purcell dans The Corrupting Sea. Entre la mer et la montagne, des réseaux denses d’échange et de circulation de produits, d’hommes et d’idées irriguent profondément un territoire pourtant périphérique, géographiquement et politiquement. La frontière est toujours poreuse, même en temps de guerre, et seule la peste, à l’époque moderne, met un coup d’arrêt aux échanges. À la fin du Moyen Âge, le Val Nervia n’a pas de villages, strictement parlant : l’organisation sociale des communautés est trop segmentée, la division du travail trop complexe pour ne pas voir dans les lieux aussi petits que Perinaldo, avec trois magistri parmi les 64 hommes du parlamentum qui ratifie une convention avec Vintimille en 1534, des bourgs marchands plutôt que des communautés de paysans.

5L’ouvrage, qui fournit aussi une cartographie complète, indispensable pour suivre le dédale des chemins, constitue une solide contribution à la connaissance de la Provence médiévale. De plus, son approche régionale originale et l’érudition de son auteur profiteront à tous ceux qui étudient la société rurale de la Méditerranée occidentale aux époques médiévale et moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John V. Drendel, « Marco Cassioli, Frontiera e transito. La Val Nervia tra Liguria e Provenza, préf. de Jean-Paul Boyer, Bologne, Marietti 1820, 2018 (Collana di studi storici e regionali, 2), 260 pages, ISBN 978-88-211-8038-5, 17,50 €. »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1563

Haut de page

Auteur

John V. Drendel

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search