Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Numérique et études médiévales: e...Avant-propos

Numérique et études médiévales: enjeux pédagogiques et formation par la recherche

Avant-propos

Kouky Fianu et Hélène Noizet

Entrées d'index

Mots-clés :

Moyen Âge, numérique

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Les 21 et 22 octobre 2019, le Centre d’études médiévales de l’Université de Montréal accueillait un colloque dédié à l’exploration des dimensions pédagogiques induites par le développement du numérique dans la médiévistique. La rencontre était également l’occasion d’entretenir des échanges avec le réseau Ménestrel (Médiévistes sur le net : sources, travaux et références en ligne) auquel étaient associés la plupart des intervenants.

2La vingtaine de communications présentées se sont réparties en quatre thèmes : « Reconstitution numérique de documents médiévaux et modernes », « Valorisation numérique des connaissances auprès d’un large public », « Pratiques numériques dans l’enseignement des études médiévales à l’université » et « Pédagogie numérique de projets de recherche ». Une sélection des communications a été rassemblée pour former ce numéro de Memini. Travaux et documents. Elle reflète les intentions premières de la rencontre, explorer la place du numérique dans les pratiques médiévistiques : elle n’a donc pas pour vocation de mesurer le chemin parcouru (si tant est qu’il le soit) en un an avec le repli soudain du monde universitaire vers des plateformes numériques d’enseignement à distance.

  • 1  Using Digital Humanities in the Classroom. A Practical Introduction for Teachers, Lecturers, and S (...)
  • 2  Hacking the Academy : New Approaches to Scholarship and Teaching from Digital Humanities, éd. D.J. (...)

3Dans un contexte de pandémie mondiale, l’année 2020 a incontestablement propulsé la question des enjeux pédagogiques par l’outil numérique au cœur des réflexions sur l’enseignement à tous les niveaux, du primaire au post-secondaire, dans toutes les disciplines. En attendant le bilan qui offrira une analyse détaillée des changements et des permanences qui auront marqué cette période, on peut déjà constater que l’enseignement numérique est un objet controversé depuis plusieurs années. Son usage transforme profondément les relations pédagogiques traditionnelles, modifie le statut même du savoir dans la relation enseignant-apprenant et bouleverse les modes de production de la connaissance1. Si, à terme, la pédagogie universitaire sera (devrait être?) repensée, les voies qu’elle emprunte à présent restent exploratoires2.

  • 3  J. L. Mann, « How Technology Means : Texts, History, and their Associated Technologies », Digital (...)
  • 4  I. Hoofd, Higher Education and Technological Acceleration. The Disintegration of University Teachi (...)

4Les dimensions critique et heuristique du rôle des humanités numériques dans la production des connaissances (et plus particulièrement dans le parcours universitaire) demeurent fondamentales3. En se penchant sur les enjeux du recours aux outils numériques, les articles posent la question des liens entre la technologie moderne et le rôle de l’éducation supérieure ou des modes de diffusion des connaissances dans le public4. Quels effets les outils numériques et leur accès ont-ils sur la représentation et la compréhension de la période médiévale ?

  • 5  É. Cavalié, F. Clavert, O. Legendre et D. Martin, Expérimenter les humanités numériques : des outi (...)

5Les humanités numériques sont omniprésentes dans les discours, au point que la multitude d’écrits qui leur sont consacrés, d’outils, de modes d’emploi et d’instructions provoquent aisément le vertige. C’est donc par l’exemple que certains plaident pour une démystification de la technicité, souvent perçue comme un obstacle insurmontable, et pour l’intégration de ces pratiques dans le monde universitaire5. C’est également la démarche privilégiée ici : les auteurs des articles ont, seuls ou en équipe, intégré dans leur pratique de médiévistes des méthodes numériques qu’il s’agit maintenant de partager et de faire connaître, tout en évaluant leur apport et leurs limites, afin d’étendre l’apprentissage de ce monde particulier qu’est la société médiévale.

6Trois des articles abordent l’introduction de l’outil numérique en salle de classe. À Abidjan, le manque de matériel pédagogique dans les bibliothèques universitaires est compensé par l’accès aux ressources en ligne et à la technologie de reproduction électronique que les enseignants ont rendus possible. L’effet en a été une explosion des inscriptions en histoire médiévale, ce qui n’est pas sans créer d’autres inconvénients (Konin). À Ottawa, l’outil SIG a permis avec succès d’initier à la pensée spatiale et à la recherche en histoire des étudiants de premier cycle (Fianu, Noizet et Costa), tandis qu’à Aix-Marseille ce sont des doctorants qui ont expérimenté Graphoskop pour étudier les nuances du ductus en paléographie (Attia, Gurrado et Mailloux).

7En ce qui concerne la diffusion de la recherche, le dossier se penche sur la production de connaissances accessibles aux spécialistes et au grand public par le biais du web-documentaire (Claustre et Lusset), par le recours au SIG collaboratif sur le web (Fianu, Noizet et Costa), ou encore par le partage de données qu’autorise le Wiki (Gherdevich et Chastang).

8Enfin, dans le domaine de la formation à la recherche, la technologie numérique a fait l’objet d’un enseignement structuré (Fianu, Noizet et Costa, Attia, Gurrado et Mailloux) ou d’un apprentissage par l’expérience, sous forme d’assistanats ou des stages de recherche (Gherdevich et Chastang).

9Quels changements les auteurs ont-ils observés et retenus de cette association du numérique à l’enseignement et à la recherche ? En premier lieu, les expériences ont toutes été menées dans le cadre d’une collaboration, même quand ce n’était que pour former des collègues à la technologie numérique. Dans le cadre de projets de recherche, cette collaboration est le plus souvent pluridisciplinaire et produit un nouveau savoir sur le Moyen Âge, que ce soit en reprenant une recherche ancienne (les gens du livre à Paris), en appliquant un instrument de mesure sur l’écriture manuscrite (Graphoskop), en étudiant la fonction des listes (aspects textuels et iconographiques) ou les modalités et fonctions de l’enfermement (cloître et prison). L’outil numérique, par sa complexité, induit d’abord la collaboration des chercheurs-enseignants entre eux et avec des spécialistes des technologies numériques (ingénieurs, géomaticiens, graphistes, etc.).

10Un deuxième constat concerne l’archivage des projets à composante numérique. Dans la mesure où l’accès public justifie le plus souvent le financement de ces recherches (mais aussi la production de l’outil numérique), la pérennité est un enjeu de taille. C’est ainsi que, pour garantir le libre accès à des travaux financés par des fonds publics, en France, le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a mis en place une infrastructure de recherche « visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales […]. Ainsi, elle met à disposition un ensemble de services pour le stockage, le traitement, l’exposition, le signalement, la diffusion et la conservation sur le long terme des données numériques de la recherche en sciences humaines et sociales »6. Les projets présentés ici (Alpage, Polima, Manuscripta Bibliae Hebraicae, Le cloître et la prison) ont tous bénéficié de l’accueil d’Huma-Num, ce qui assure leur visibilité et leur pérennité. En l’absence de telles structures, en revanche, l’association des humanités et du numérique peut s’avérer une entreprise vouée à l’oubli si elle ne trouve pas place dans un environnement actif, soit d’enseignement soit de recherche.

11Enfin, il faut noter la bonne réceptivité des étudiants impliqués dans les expériences rapportées. L’exemple des cours d’histoire médiévale à Abidjan est éloquent : l’introduction des outils numériques de base en classe a décuplé le nombre d’admissions et de graduations en quelques années (Konin). À Ottawa, les participants ont exprimé dans les évaluations du cours un haut taux de satisfaction de leur apprentissage du SIG (Fianu, Noizet et Costa).

12Tout n’est cependant pas aisé dans l’univers des humanités numériques. Certes, le travail collectif et pluridisciplinaire est un enrichissement, mais il exige des efforts indéniables des participants. En 2020, intégrer le numérique dans la médiévistique exige des enseignants et des chercheurs qu’ils soient ouverts à un investissement considérable : monter des cours, se former à des outils nouveaux et y entraîner les étudiants, prendre le temps d’expliquer sa démarche ou ses intentions à des collègues avec qui on va travailler, obtenir le financement (souvent important) pour mener à bien le projet, composer avec du matériel pédagogique ou de recherche protégé et donc à l’accès limité, tout cela peut s’avérer un frein de taille. Mais celles et ceux qui s’y lancent y développent incontestablement une précieuse réflexion épistémologique, tout en produisant un savoir inédit qui ne pourrait émerger sans ces nouvelles technologies. Doit-on s’y résigner ? Certainement pas. Ont-elles un intérêt ? Assurément !

Haut de page

Notes

1  Using Digital Humanities in the Classroom. A Practical Introduction for Teachers, Lecturers, and Students, éd. C. Battershill et S. Ross, Londres/New York NY, Bloomsbury, 2017.

2  Hacking the Academy : New Approaches to Scholarship and Teaching from Digital Humanities, éd. D.J. Cohen et T. Scheinfeldt, Ann Arbor MI, University of Michigan Press, 2013.

3  J. L. Mann, « How Technology Means : Texts, History, and their Associated Technologies », Digital humanities Quarterly, 12/3, 2018, URL : http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/12/3/000398/000398.html. Consulté le 7 décembre 2020.

4  I. Hoofd, Higher Education and Technological Acceleration. The Disintegration of University Teaching and Research, Palgrave Macmillan, 2017. Ou encore B. Nowviskie, « Graduate training for a digital and public humanities », A New Deal for the Humanities : Liberal Arts and the Future of Public Higher Education, éd. G. Hutner et F. G. Mohamed, New Brunswick NJ/Londres, Rutgers University Press, 2015, p. 115‑130.

5  É. Cavalié, F. Clavert, O. Legendre et D. Martin, Expérimenter les humanités numériques : des outils individuels aux projets collectifs, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2017, et F. Heimburger et É. Ruiz, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 58/4bis, 2011, p. 70‑89.

6  Énoncé extrait du site Huma-Num. La TGIR des humanités numériques, URL : https://www.huma-num.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouky Fianu et Hélène Noizet, « Avant-propos »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1662 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1662

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search