Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Numérique et études médiévales: e...Les caractères discrets de l’écri...

Numérique et études médiévales: enjeux pédagogiques et formation par la recherche

Les caractères discrets de l’écriture : paléographie quantitative à l’âge du numérique

Élodie Attia, Maria Gurrado et Anne Mailloux

Entrées d'index

Mots-clés :

paléographie, numérique

Géographique :

Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’atelier ATED La main et l’écrit. Circulation formelle et informelle des savoirs et techniques de (...)
  • 2  La première version du plug-in Graphoskop sur le logiciel ImageJ a été conçue dans le cadre d’une (...)

1À l’occasion de l’Atelier thématique d’études doctorales (ATED) La main et l’écrit, organisé en mai 20191, nous avons proposé une présentation et testé l’utilisation par les doctorants du plug-in Graphoskop2. La réflexion préparatoire engagée en amont de l’atelier a mis en évidence des problématiques communes à l’analyse paléographique, quelles que soient les écritures anciennes envisagées. L’emploi de cet outil numérique a renforcé notre conviction que l’observation paléographique revêt un caractère transversal, plus difficile à mettre en œuvre dans une approche traditionnelle, et nous a par ailleurs permis d’engager des analyses quantitatives, métrologiques et statistiques qui n’auraient pu être réalisées sans cette technologie.

2La formation s’adressait à des doctorants d’horizons différents travaillant sur des écritures hébraïques, arabes, latines, des périodes anciennes à l’époque moderne. Sans nier l’approche spécifique de chaque système graphique, la démarche engagée lors de cet atelier était volontairement décloisonnée, ce qui a contribué à conforter notre première intuition. Notre enseignement de la discipline en a été enrichi.

3Nous avons imaginé, pour cette formation, une approche expérimentale rigoureuse inspirée des sciences de laboratoire, pour éprouver la pertinence de l’usage d’un tel outil dans un champ disciplinaire et méthodologique le plus souvent réservé à une expertise fondée sur des critères intuitifs. Nous avons développé deux études de cas illustrant l’approche quantitative en paléographie à l’aide du plug-in Graphoskop. La première expérience a été menée sur une écriture volontairement peu variante (écriture hébraïque carrée ashkénaze, généralement employée pour la copie de la bible) et la seconde sur des écritures documentaires latines du xive siècle très semblables, issues d’un même contexte de production. Dans les deux cas nous avons cherché à comprendre, sur la base d’une analyse métrologique fine, si les légères variations graphiques repérées étaient dues à des copistes différents ou non.

A. Enjeux, méthodes et pratiques

Méthodes quantitatives en codicologie et paléographie

  • 3  Ces expériences pionnières, en grande partie menées par l’équipe Quanticod (LAMOP/IRHT), furent pu (...)

4Dans le domaine de l’archéologie du livre, la codicologie quantitative, née dans les années 1980 en France, a désormais fait ses preuves ; on en connaît aujourd’hui à la fois le potentiel, les limites et les dangers. Les méthodes quantitatives ont permis d’une part d’approfondir la connaissance de phénomènes déjà connus et d’autre part de dévoiler des tendances cachées en ouvrant ainsi de nouveaux horizons d’investigations, en soulevant des questions nouvelles et en permettant la formulation de nouvelles problématiques. La codicologie quantitative a analysé le livre sous tous ses aspects : à partir de la fabrication du codex et de l’incunable (types de support, dimensions de la page et du livre, typologie des filigranes), de sa structure et mise en page (réglure, exploitation de l’espace par le copiste/typographe), jusqu’à l’étude de la production et diffusion de plusieurs typologies de livres dans différentes zones géographiques3.

5En revanche, l’application des méthodes quantitatives à la paléographie est encore en phase expérimentale. En effet, si les codicologues vantaient depuis plusieurs années une connaissance presque complète de la fabrication du codex et savaient pertinemment quels étaient les phénomènes (c’est à dire les « variables ») dont l’évolution pouvait être passée au crible de ces nouvelles méthodes, les paléographes se trouvent encore aujourd’hui dans une situation nébuleuse. Nous présentons ici pour la première fois les résultats préliminaires d’une étude qui s’inscrit dans cette démarche expérimentale.

6C’est justement la notion de variable qui est fondamentale dans ce processus. En statistique, une variable est une information dont on mesure la valeur pour chaque individu. Prenons l’exemple de l’épaisseur du parchemin sur les différents types de peaux : il s’agit d’une valeur qui diffère, varie, d’un feuillet à l’autre, d’un manuscrit à l’autre. Le codicologue mesurera les valeurs observées et en fera un traitement statistique ; il visualisera à l’aide de graphiques leur distribution, leurs proportions, les éventuelles cooccurrences, bref leurs éventuelles interactions : le parchemin plus fin se trouve-t-il majoritairement dans les manuscrits avec un nombre de feuillets plus important ? Le nombre des feuillets a-t-il une quelconque relation avec les dimensions du livre ? Le choix de la mise en page sur deux colonnes est-il plus fréquent dans les manuscrits plus grands ? etc.

  • 4  Pour une première réflexion théorique sur l’emploi des méthodes quantitatives en paléographie, voi (...)

7En paléographie, seules quelques écritures (généralement les plus anciennes) ont déjà fait l’objet d’une étude visant à identifier des caractéristiques graphiques qui pourraient être utilisées en tant que variables dans le contexte d’une enquête quantitative4. La principale difficulté vient de la grande diversité des écritures médiévales, de la quantité incalculable de variables à observer et du nombre théoriquement infini de corrélations potentielles dont on voudrait explorer l’existence.

Forme, dimension et mouvement

8L’analyse des écritures, dans le domaine de la diplomatique ou dans celui des livres, est généralement fondée sur la description des formes graphiques (par ex. a à double panse, d oncial, un bet à base horizontale convexe, etc.) ; souvent, les dimensions des caractères ou de parties de la structure de la lettre (par ex. la hauteur de la haste de l) complètent la description. De rares fois, enfin, un qualificatif, pour la plupart de nature impressionniste ou subjective, précise l’allure de l’écriture elle-même (belle, maladroite, cursive, professionnelle, etc.).

  • 5  Une première tentative de métrologie est effectuée sur deux écritures carrées bibliques séfarades (...)
  • 6  J. F. A. Aussems, Christine de Pizan and the Scribal Fingerprint : A Quantitative Approach to Manu (...)

9Le premier aspect, concernant essentiellement la morphologie même des caractères, plonge ses racines dans les travaux pionniers et incontournables des classiques de la paléographie latine. C’est essentiellement ce type de variables qui est exploité au cours des premières expériences de paléographie quantitative5. Plus récemment d’autres études, menées dans le sillon des pères fondateurs de la codicologie quantitative, ont vu le jour6. Toutes ces études ont désormais démontré l’apport considérable de la méthode quantitative à la paléographie ; elles révèlent, par ailleurs, l’ampleur et la pertinence de l’observation visuelle de chaque petite caractéristique des spécimens constituant le corpus.

  • 7  L. Gilissen, L’expertise des écritures médiévales. Recherche d’une méthode avec application à un m (...)
  • 8  C. Sirat, L’examen des écritures : l’œil et la machine, Paris, CNRS, 1981 ; E. Engel, « The Analys (...)

10D’un autre côté si, dès 1972, Léon Gilissen avait souligné l’importance de l’analyse des dimensions de l’écriture au sein de l’expertise paléographique, le relevé des mesures demeurait très délicat jusqu’à une époque très récente, ce qui réduisait considérablement le champ d’application de la métrologie des écritures7. Le volet métrologique des premiers travaux en paléographie quantitative demeurait plutôt centré sur les notions de « module » et de « rapport modulaire » dans le contexte de l’étude de la mise en page du texte. Ces premiers travaux en paléographie quantitative avaient posé une pierre miliaire pour l’expertise paléographique car non seulement la corrélation entre les dimensions de l’écriture et son module était désormais démontrée, mais aussi d’autres variables étaient pointées comme indicateurs du caractère de l’écriture : le type de plume et le geste du copiste8.

  • 9  J. Mallon, Paléographie romaine, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1952.
  • 10  D. Muzerelle, « Jeux d’angles et jeux de plume. I. Retour sur l’hypothèse du biseautage de la plum (...)
  • 11  Indice précisant l’écart entre chaque valeur d’un ensemble de données et leur moyenne. Un faible é (...)

11Le « rapport gestuel » évoqué alors par Denis Muzerelle renoue avec la conclusion de Jean Mallon : les formes graphiques résultent de la dynamique de l’exécution de l’écriture, i.e. du ductus9. Enfin, une analyse plus récente de la technique d’écriture démêle le nœud d’apparence inextricable concernant l’angle, ou plutôt les angles, d’écriture10. Bien que l’analyse du mouvement même demeure hors de portée, il est possible, indirectement, d’en saisir l’importance par le biais d’une analyse métrologique très fine. On pourra par exemple s’attacher non seulement à mesurer la hauteur des hastes des l latins (ל lamed hébreu) de deux copistes différents, mais aussi calculer la régularité de chaque main. Pour simplifier, considérons la hauteur moyenne de la haste de l et supposons qu’elle soit de 1,5 mm pour deux copistes A et B dont on voudrait analyser l’écriture. On pourra observer, par le biais de l’écart-type11, que A réalise systématiquement des hastes de 1,5 mm tandis que B en fait tantôt de 2 mm tantôt de 1 mm. Autrement dit, le mouvement de la plume du copiste B est irrégulier et sans doute cette irrégularité se retrouvera-t-elle lors de l’observation d’autres phénomènes graphiques.

12Notre défi a justement consisté à dépasser l’analyse des formes graphiques (figées sur le parchemin) pour prendre en compte de façon indirecte les gestes des copistes et précisément leur degré respectif de régularité.

Protocole pour une analyse statistique en paléographie avec Graphoskop

13Notre approche s’est appuyée sur un même questionnement, à savoir caractériser très finement une écriture jusqu’à déterminer une éventuelle identité graphique sur plusieurs feuillets d’un même ensemble documentaire. Nous avons choisi d’exploiter les valeurs de l’écart-type à l’aide de Graphoskop. Il s’agissait ainsi de s’emparer des principes de l’analyse statistique pour répondre à cette question qui n’a que rarement été abordée selon une méthode métrologique et statistique, voire jamais pour ce qui concerne l’usage du numérique. Le principe consistait, dans le cadre de cette étude en parallèle, à s’entendre sur un système commun d’étude et de description, fondé sur un consensus terminologique, la construction d’un protocole systématique d’étude et l’élaboration de critères pertinents pour répondre à la question posée.

  • 12  Des conseils sur la constitution du corpus d’étude ainsi que sur l’établissement d’une fiche descr (...)
  • 13  La constitution d’un protocole d’analyse présuppose l’emploi d’une terminologie qui, à défaut de c (...)

14L’emploi des méthodes quantitatives, en paléographie comme ailleurs, impose un cadre strict à chaque étape, du choix des écritures à examiner (constitution de l’échantillon) à leur analyse et interprétation (opérations statistiques). La constitution de l’échantillon est une étape très délicate car il s’agit d’extraire de la population que l’on souhaite décrire les spécimens qui en sont le plus possible représentatifs : c’est là une opération très subjective qu’il faut savoir assumer. Si l’échantillon n’est pas représentatif de la population, toute tentative de généralisation des résultats, au-delà de l’exactitude de la démarche statistique, sera fausse12. Après la constitution de l’échantillon, on établira le protocole d’observation13. Il faudra donc choisir des variables, les observer et les relever/mesurer sur chaque spécimen, les décrire à l’aide de graphiques, et enfin interpréter leurs éventuelles corrélations. Ce sera seulement après cette dernière étape que l’on sera en mesure de comprendre quels phénomènes sont réellement significatifs.

  • 14  La pratique de l’écriture à la plume, sans prétention à l’art de la calligraphie, facilite aussi l (...)

15Le choix des phénomènes graphiques à observer, c’est-à-dire des variables à soumettre à l’analyse statistique, doit se faire selon une stratégie bien définie, structurée en fonction des besoins de chaque recherche et donc articulée selon les questions que l’on se pose. C’est une action qui, idéalement, devrait être effectuée dès le début de l’étude. De fait, la pratique elle-même de l’observation, en faisant mûrir le regard du paléographe, amène ce dernier à une compréhension toujours plus profonde de l’écriture objet d’analyse. De l’aiguisement perceptif du chercheur, ou de l’étudiant, découle très souvent un ajustement volontairement réitéré du protocole initial. Autrement dit, il faut s’attendre à devoir recommencer l’analyse plusieurs fois avant de valider l’organisation du protocole d’analyse. Ainsi, le relevé des mesures avec Graphoskop, qu’il s’agisse de l’attaque de certaines lettres, de la longueur des traits, de l’inclinaison des hastes, etc., oblige le paléographe à se confronter à la dynamique du traçage de l’écriture et à reconstituer la trajectoire de la plume, i.e. le ductus de l’écriture14.

16Graphoskop, outil en accès libre conçu sous la direction de praticiens, permet une personnalisation grâce à la possibilité de paramétrer à l’infini l’interface graphique et présente donc l’avantage de tenir compte des spécificités propres à chaque système graphique. La rigueur nécessaire à l’établissement des protocoles d’observation, mais aussi à l’analyse des résultats statistiques, pourra ainsi être déployée pour renforcer ce bagage technique et méthodologique. L’ajustement progressif du développement de l’application, sous l’effet des demandes formulées par les utilisatrices que nous étions alors, a permis l’émergence de nouvelles pratiques et de nouveaux questionnements.

B. Des écritures (et des mains) différentes dans le ms. Vat. Ebr. 482 ?

  • 15  Le projet ANR MBH Manuscripta Bibliae Hebraicae est dédié à l’étude des bibles hébraïques médiéval (...)
  • 16  M. Beit-Arié, « Introduction », Specimen of Mediaeval Hebrew Scripts. III. Ashkenazic Scripts, Jér (...)

17Dans le cadre d’une étude systématique et quantitative des bibles hébraïques médiévales produites en Occident avant 130015, nous avons choisi de nous concentrer sur une région géographique spécifique de la culture juive (le monde « ashkénaze »), aux contours flous et même mouvants au cours des siècles. Le terme ashkénaze n’est pas sans poser problème mais il est communément admis par les historiens des études hébraïques et juives comme un ensemble culturel regroupant plusieurs grandes régions d’Europe occidentale16.

18Pour mieux tenir compte des manuscrits bibliques non datés, dont le lieu de production est largement inconnu à l’intérieur de la zone ashkénaze, il faudrait arriver à mieux discriminer les particularités régionales. En ce qui concerne la paléographie, il y a ici une difficulté spécifique car les écritures mobilisées pour la copie des bibles sont carrées, très stables et standardisées.

  • 17  Dans le cas du xiiie siècle, le style hébraïque « gothique ashkénaze » semble apparaître, d’après (...)
  • 18  M. Beit-Arié, « Stereotypes and Individuality in Medieval Handwritings », Alei Sefer, 5, 1978, p.  (...)

19Pour ces écritures hébraïques, dites « carrées bibliques » (sur codex ou rouleau liturgique), l’expertise paléographique propose à « l’œil de l’expert » une datation et une localisation assez larges, alors que les paléographes latins sont généralement en mesure de dater au quart de siècle et de localiser avec plus de précision17. L’expérimentation de paléographie quantitative menée ici cherche à quantifier les variations pour un type d’écriture qui en présente volontairement peu18. Notre étude va donc chercher à identifier les facteurs discriminants entre deux écritures morphologiquement très proches, par le recours à Graphoskop.

  • 19  Ces bibles sont consultables en ligne sur le site de la Bibliothèque Vaticane : https://digi.vatli (...)
  • 20  Les manuscrits datés hébreux actuels représentent seulement 10 % de la production totale de manusc (...)

20Cette étude de paléographie quantitative a pour contexte les bibles hébraïques dites « de La Rochelle » (mss BAV, Vat. Ebr. 468 et 482)19. Ces bibles sont exceptionnelles car 1) elles font partie des bibles hébraïques datées les plus anciennes d’Europe occidentale, à savoir du premier quart du xiiie siècle20 ; 2) elles indiquent explicitement un lieu de production identique permettant de les localiser (le port de La Rochelle, sur la côte atlantique) ; 3) le même scribe (Hayim ben Isaac) en serait le copiste.

  • 21  B. Richler, Hebrew Manuscripts in the Vatican Library. Catalogue, Jérusalem/Vatican, Jewish Nation (...)
  • 22  Ibid., p. 417‑418.

21Décrivons-les brièvement. Le manuscrit Vat. Ebr. 468 est une bible de très petite taille (165 × 210 mm). Il a été copié par Hayim ben Isaac, à La Rochelle (לרוקילא), en 121521. Le destinataire est Salomon b. Joseph ha-Cohen. Le scribe Hayim nomme sa copie un « 24 livres », que l’on peut interpréter comme une bible complète comportant le Pentateuque, les Prophètes et les Écrits. Le jumeau paléographique reconnu du Vat. Ebr. 468 est le ms. Vat. Ebr. 48222. Le colophon rédigé en micrographies entre les fol. 551v et 555r permet d’identifier Hayim ben Isaac comme scribe. Il indique avoir copié les « Prophètes et Hagiographes » (fol. 552r) pour David ben Meshullam (fol. 552v-553r). La ville de la Rochelle est mentionnée (fol. 555r). Concernant la date, le folio original 554 où l’année de copie était mentionnée a été perdu. Une note latine plus tardive placée au fol. 555v date l’ensemble du manuscrit de 976, soit 1216 du calendrier chrétien, ce qui est plausible par rapport au ms. Vat. Ebr. 468.

  • 23  La base de données en ligne Sfardata décrit une seule unité codicologique et paléographique pour l (...)

22Ces deux manuscrits sont donc traditionnellement considérés chacun comme des unités codicologiques homogènes, attribuables au même scribe et produites en un même lieu dans les années 1215‑121623.

  • 24  Ces deux bibles sont décrites en détail dans la base de données dédiée aux bibles hébraïques médié (...)
  • 25  É. Attia, The Masorah of Elijah Ha-Naqdan : An Edition of Ashkenazi Micrographical Notes (Ms. Vat. (...)
  • 26  Alors que le texte biblique est toujours copié en deux colonnes, ces dernières sont un peu plus ét (...)

23Toutefois, à l’occasion d’un nouveau travail de description des mss Vat. Ebr. 468 et 48224, l’hypothèse de deux unités codicologiques et paléographiques différentes a dû être posée en ce qui concerne le second. D’abord, il y a quelques années, dans le cadre de la préparation à l’édition critique du ms. Vat. Ebr. 1425, une comparaison des apparats massorétiques du Pentateuque entre les mss Vat. Ebr. 482 et 468 avait été effectuée. Il était apparu que les notes massorétiques de chaque manuscrit étaient différentes dans le Pentateuque, puis identiques à partir des Prophètes. Il pouvait s’agir du même scribe qui copiait des massores différentes, ou de l’intervention d’un scribe voire d’un masran différent. Ensuite, le colophon du ms. 482 rend plausible cette dernière possibilité puisque Hayim ben Isaac ne se désigne pas explicitement comme responsable de la copie du Pentateuque mais seulement de celle des Prophètes et des Écrits. Enfin, ces éléments, ajoutés à d’autres aspects plus codicologiques comme la mise en page et la forme de la réglure26, confortent l’hypothèse que nous sommes en présence de deux unités de production et qu’un autre scribe est bien responsable de la copie du Pentateuque.

Fig. 1. Deux écritures morphologiquement et stylistiquement très proches (Vatican, BAV, Vat. Ebr. 482, fol. 80r à gauche et 379v à droite) © 2020 Biblioteca Apostolica Vaticana

Fig. 1. Deux écritures morphologiquement et stylistiquement très proches (Vatican, BAV, Vat. Ebr. 482, fol. 80r à gauche et 379v à droite) © 2020 Biblioteca Apostolica Vaticana
  • 27  L’étude de l’écriture du ms. Vat. Ebr. 468 n’a pas été d’une grande aide dans la présente analyse, (...)
  • 28  Voir supra n. 4.

24L’examen morphologique de l’écriture du Pentateuque du ms. Vat. Ebr. 482 ne nous permet pas de confirmer l’hypothèse d’un deuxième scribe en raison de la nature de ces écritures stylistiquement et morphologiquement très proches27. L’« impression » de variation est parfois acquise sur certains folios, parfois non. Pour aller plus loin, nous avons souhaité engager une approche métrologique28 avec Graphoskop visant à repérer et quantifier les facteurs discriminants de chaque écriture et corroborer davantage l’hypothèse de l’existence de deux mains différentes.

  • 29  Dans le cas de la Vaticane, les images des folios téléchargées en entier et utilisées ici sont de (...)

25Dans le cadre de l’atelier, nous avons décidé de faire ces premiers tests avec les images scannées en 2D, traitées par la Biblioteca Apostolica Vaticana et qui sont téléchargeables en ligne comme des étudiants le feraient. Même si, dans ce cas, la résolution de l’image est moyenne29, la distorsion du signal n’empêche pas une prise de mesure cohérente et identique. Cela n’empêche pas la prise de mesure même si c’est peu confortable du point de vue visuel.

Constitution des échantillons et définition des variables

26Après avoir repéré la structure des cahiers du ms. Vat. Ebr. 482, nous avons sélectionné deux échantillons de folios sur lesquels mesurer systématiquement les lettres. Le premier échantillon est pris entre les folios 1 et 170v (correspondant au Pentateuque) et présente, selon notre hypothèse, l’écriture d’un scribe anonyme. Le second échantillon a été pris entre les fol. 171v et 555v, l’écriture étant celle de Hayim ben Isaac.

27Nous avons sélectionné pour chaque échantillon les premier et cinquième folios des cahiers du début, du milieu, et de la fin de chaque ensemble. Sur chaque folio, les variables (voir liste infra) ont été mesurées chacune cinq fois.

Fig. 2. Folios retenus dans chaque échantillon

ms. Vat. Ebr. 482

ms. Vat. Ebr. 482

Échantillon 1 : scribe anonyme

Échantillon 2 : Hayim ben Isaac

à La Rochelle <c. 1216>

Début : cahier 3 (fol. 16r, 23v)

Milieu : cahier 11 (fol. 80r, 87v)

Fin : cahier 20 (fol. 152r, 159v)

Début : cahier 26 (fol. 194r, 201v)

Milieu : cahier 48 (fol. 372r, 379v)

Fin : cahier 26 (fol. 194r, 201v)

Fig. 3. Variables mesurées : sigles et description

  • 30  Les sigles, issus de l’usage de Graphoskop, ont une valeur conventionnelle (H dérive de horizontal (...)
  • 31  Des lettres sans ligne de base ont été choisies pour le bandeau, afin d’éviter le cas où celles-ci (...)
  • 32  Le concept de ligne de base n’est pas toujours approprié en hébreu. Il y a une structuration perma (...)
  • 33  Rapport entre pixels noirs et blancs, après binarisation de l’image.

Sigles30

Variables

H1

Hauteur du trait supérieur du lamed ל pris en totalité et sans la partie additionnelle, donc drapeau du lamed exclu. La lettre mesurée est toujours prise en milieu de mot.

H2 (voir illustration)

Hauteur totale du qof ק toujours pris en milieu de mot, dont la ligne de tête est plate et la moins concave possible (on observe d’ailleurs deux sortes de lettre qof ק).

H3

Hauteur de la lettre waw ו toujours prise en début de mot, lorsqu’il a une tête plate et un corps droit (sans ondulation et sans crochet, car il existe deux formes de waw).

H4

Hauteur du bandeau d’écriture entre lignes de tête et lignes de base, mesurée sur les lettres daleth ד et ר resh31.

H5

Épaisseur maximale de la plume mesurée sur les traits de tête des lettres héh ה, het ח, daleth ד.

V1

Envergure (largeur) de la lettre Shin ש, prise en milieu de mot uniquement.

V2

Envergure (largeur) de la lettre alef א, située en milieu de mot et dans le terme ‘asherאשר car sinon trop irrégulière.

V3 (voir illustration)

Envergure (largeur) de la lettre péh פ, prise en milieu de mot car plus étendue.

A1

Angle formé par la ligne de crête (horizontale) et le trait descendant attaché à droite de la lettre hé ה, toujours prise en milieu de mot. La mesure de l’angle se fait vers le bas pour mesurer l’éloignement de la partie droite (souvent plus courte que la partie gauche du héh ה comme dans les lettres het ח, donnant un aspect ‘déséquilibré vers la gauche’ de ce style d’écriture).

A2 (voir illustration)

Angle formé par la descente du qof ק (sélectionné pour la variable H2, cf. supra), par rapport à l’horizontale. La mesure s’effectue du sommet du trait descendant vers sa pointe.

A3 (voir illustration)

Inclinaison de la base de la lettre peh פ (sélectionnée pour la variable A3) par rapport à l’horizontale. Comme ce trait peut être courbé, la mesure s’effectue de la jonction du trait descendant à la pointe extrême gauche de la base32.

S1 (voir illustration)

Densité de l’écriture prise (rapport entre l’encre et le support)33 dans une surface carrée de 20 mm de côté, prise au milieu d’une colonne, dans du texte sans marge ni saut de lignes, ni retour à la ligne.

Fig. 4. Quelques exemples de variables mesurées avec Graphoskop

Fig. 4. Quelques exemples de variables mesurées avec Graphoskop

Analyse/interprétation de certaines mesures

  • 34  La différence mesurée est non significative (variance entre 3,1 mm et 3,3 mm environ).

28Pour les onze variables retenues, 55 mesures (5 mesures par variable) ont été réalisées et exportées vers une feuille de calcul pour être soumises au traitement statistique. Dans cet ensemble de données, à bandeau d’écriture identique34, la densité apparaît comme l’un des éléments à retenir, de même l’angle A1, ces deux variables permettant de conforter l’hypothèse d’une main différente dans l’échantillon 1 (écriture anonyme). Seule l’analyse de la densité sera explicitée ici.

29La densité (S1) s’élève à 34 % dans l’échantillon 2 (Hayim ben Isaac) contre 44 % dans l’échantillon de l’anonyme : cet écart prend une valeur significative. Il s’agit de rechercher la cause de cette différence. Quatre hypothèses ont été émises puis testées :

301) La différence de densité proviendrait de la présence plus importante dans un échantillon que dans l’autre de prolongements supérieurs et inférieurs de certaines lettres ; vérification faite, ils ne sont pas plus nombreux dans l’un que dans l’autre échantillon.

312) La différence de densité proviendrait de la présence plus importante de voyelles et de points diacritiques dans l’un des deux échantillons ; après vérification (comptage du nombre de points dans chaque carré), cela n’a pas été le cas.

  • 35  L’épaisseur du trait pour Hayim est en moyenne de 1,279 mm, et pour l’anonyme, de 1,15 mm.

323) La différence de densité proviendrait de l’épaisseur du trait maximal (variable H5) ; après vérification, il y a une légère différence dans l’épaisseur des traits de tête35. L’anonyme semble avoir utilisé une plume taillée plus finement. A fortiori, cela devrait impliquer une densité d’écriture plus faible chez ce dernier, or, les mesures montrent précisément l’inverse (densité de 44 % dans l’échantillon 1).

  • 36  La mesure de l’espacement entre les mots est une opération délicate car il faut pouvoir comparer d (...)
  • 37  La corrélation entre espacement réduit entre les mots et colonnes plus étroites chez un même scrib (...)

334) La différence de densité proviendrait d’un espacement des lettres à l’intérieur des mots plus important dans l’un des deux échantillons, en tenant compte de la relation entre l’espacement des lettres et la largeur de la colonne du texte, d’autant plus que celle-ci varie dans les deux spécimens36. Nous avons donc examiné les lettres dans un même mot très courant et comparable dans les deux échantillons (‘asher אשר, pronom relatif que, qui) : l’espacement entre les lettres de ce mot est différent dans les deux échantillons. L’espacement pour l’anonyme est de 0,397 mm contre 0,512 mm chez Hayim ben Isaac. Rappelons que les colonnes du scribe anonyme sont un peu plus étroites que celles de Hayim ben Isaac37. Pour confirmer la fiabilité de ce résultat, une mesure supplémentaire a été faite pour vérifier que l’étalement du mot entier est supérieur chez Hayim ben Isaac.

Fig. 5. Mesures de l’espacement entre les lettres d’un même mot

Fig. 5. Mesures de l’espacement entre les lettres d’un même mot

Fig. 6. Mesures de l’envergure du mot

Fig. 6. Mesures de l’envergure du mot

Conclusion

34En l’état des premières analyses effectuées, les facteurs permettant de confirmer la présence de deux écritures différentes , quoique très proches du point de vue du module, du style et de la morphologie des lettres, dans le ms. Vat. Ebr. 482 sont :

35- la densité, découlant d’un espacement différent entre les lettres ;

36- l’épaisseur de la plume qui s’avère différente ;

37- l’angle A1, qui d’après les relevés, semble plus ouvert et surtout plus stable dans l’écriture anonyme que dans l’écriture de Hayim ben Isaac. Ce deuxième élément doit être vérifié et complété.

38Cette étude préliminaire nous permet tout de même de conclure à l’intervention probable de deux scribes différents dans le ms. Vat. Ebr. 482. À module d’écriture similaire, à l’aide des mesures prises par Graphoskop, non réalisables à l’œil nu, l’écriture anonyme présente un espacement des lettres plus étroit, un trait de plume plus fin et, paradoxalement, une densité d’écriture plus forte. Hayim ben Isaac présente, quant à lui, une écriture plus aérée, aux traits plus épais et à la densité moins forte.

C. Identification des individus et distinction graphique dans le registre AD13, B1063

39La seconde étude de cas concerne des écritures documentaires latines du début du xive siècle. Ce contexte graphique se caractérise par une grande variation d’écritures et de styles à l’intérieur du système d’écriture cursive.

Contexte

  • 38  L’Enquête générale de Leopardo da Foligno, éd. T. Pécout, Paris, Editions du CTHS, 2008-2017, déso (...)
  • 39  Outre les contributions aux introductions de chacun des volumes, voir aussi A. Mailloux, « Codicol (...)

40L’édition intégrale de l’Enquête générale de Leopardo da Foligno38 a été l’occasion d’engager une étude systématique des techniques administratives en vigueur dans les offices centraux et régionaux des possessions angevines, et plus particulièrement ici dans le Comté de Provence. Nous avons ainsi pu analyser la fabrique des 30 registres de l’enquête conservés aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône, mais aussi leurs usages et les transformations qu’ils ont subies au cours du temps, à l’occasion de la conduite de l’enquête, puis des procédures judiciaires complémentaires et enfin lors des différentes étapes de leur conditionnement et de leur archivage. Pour ce faire une méthode d’observation de type archéologique a été appliquée, en documentant et mettant en contexte tous les éléments matériels susceptibles de nous renseigner sur ces différentes étapes (supports, écriture, graphie, assemblage, manipulations, reliure et transformation des registres, conditionnement)39.

  • 40  T. Pécout, « Domaine et réformation : une enquête générale en Provence (1331-1334) », EGL Provence (...)
  • 41  E. Sauze, « L’enquête de Leopardo da Foligno dans la viguerie d’Hyères », EGL Basse Provence (mars (...)
  • 42  On note une très nette différence entre les italophones et les Provençaux dans la graphie des topo (...)

41Pour comprendre les critères de sélection du corpus étudié dans le cadre de notre expérimentation, il est nécessaire de préciser les modalités techniques et administratives de conduite de l’enquête. Sous la direction successive de Nicolò da Bisignano, puis de Leopardo da Foligno, commissaires enquêteurs désignés par le roi de Naples et comte de Provence Robert d’Anjou, l’enquête et ses registres ont été réalisés par des équipes de notaires et juristes, identifiés par leurs souscriptions et leur identification comme témoins des déclarations enregistrées. Ces scribes sont répartis en deux catégories : un premier groupe, originaire du Regno, accompagne les deux commissaires40 ; le second est constitué de notaires recrutés au fur et à mesure des déplacements des enquêteurs dans le comté de Provence. Parmi ces notaires provençaux, certains interviennent à de nombreuses reprises, voire organisent la conduite des opérations ; d’autres sont réquisitionnés ponctuellement pour enregistrer les déclarations dans des circonscriptions et localités éloignées des chefs-lieux. Dans le contexte de l’atelier, nous avons choisi de revenir sur un ensemble de registres dont il avait été déterminé avec certitude qu’ils ont été réalisés essentiellement par le groupe composant la suite italienne de Leopardo da Foligno et ponctuellement par des notaires provençaux : ces scribes italiens apparaissent dans les registres réalisés au printemps 1332 en Basse Provence41. Parmi eux, certains sont clairement identifiés : ils se nomment explicitement dans certaines souscriptions. D’autres sont anonymes, ou plutôt, il est impossible d’attribuer à des mains que l’on peut considérer comme « italiennes » une identité précise, connue grâce à la liste des témoins déclinée dans plusieurs souscriptions. L’hypothèse qu’ils ont pris en charge l’écriture de certains feuillets a ainsi été formulée. C’est par la transcription de certains sons, comme les sons mouillés, que l’on peut distinguer les scribes italophones de leurs collègues locaux parlant le provençal42.

  • 43  EGL BP, p. liii et p. civ.
  • 44  Ibid., p. liii : « Aux folios 4, 14, 20, la main B semble changer de ductus, bien plus rapide dans (...)
  • 45  Ibid., p. civ : « On observe de fortes similarités entre la main B (ductus rapide) du registre de (...)
  • 46  De fait, la grande proximité graphique entre ces mains a fait que mon avis sur l’identité ou non d (...)

42Lors de l’étude de ces quelques registres, nous avons remarqué des similitudes graphiques – témoins d’une formation à la même école et d’une technique documentaire qui tend à se standardiser –, proposé des rapprochements de mains parmi celles qui ont ainsi été décrites, voire soupçonné l’identité de quelques individus43. Dans le registre dédié à l’enquête dans la circonscription de Toulon se posait en particulier la question de l’identification d’une main, « main B », très hétérogène et présentant une variation telle qu’on a pu douter qu’il s’agissait d’une même main. Nous avons donc distingué une « main B » et une « main B au ductus rapide » en nous fondant sur l’étude du seul registre de Toulon44. La comparaison de ces exemplaires avec des mains bien distinctes identifiées dans un autre registre de la même séquence technique (baillie du Luc) nous incite encore plus à séparer les main B et main B ductus rapide et à en déduire l’existence de deux individus différents45. Cela nécessitait une analyse paléographique complémentaire poussée. La méthode métrologique fine que peut procurer l’outil Graphoskop pouvait nous apporter des éléments de réponse statistiques accompagnant l’estimation de l’œil du paléographe averti, grâce notamment à l’élaboration d’une série de critères discriminants, aussi bien d’un point de vue paléographique que statistique46. Notre expérimentation a donc porté sur l’échantillon que constitue cette fameuse main B dans le registre de Toulon. Plus précisément, nous avons sélectionné un folio du registre où l’on pouvait repérer ces variations : la main B du folio 4 est-elle la même que la main B du folio 4v, plus rapide, ou avons-nous à faire à deux copistes différents ?

Protocole

43La mise en œuvre du protocole a fait l’objet d’une réflexion construite à partir de l’observation spécifique des exemplaires sélectionnés. Lors de la lecture, en focalisant le regard sur les lignes et non plus sur la page, l’œil du paléographe distingue un certain nombre de divergences graphiques ou de variations.

44Pour déterminer si nous avions affaire à une seule main présentant un ductus posé et un ductus rapide ou à deux mains distinctes, il fallait comparer un certain nombre de lettres et de groupes de lettres dans les deux pages observées, pour déceler, d’une part, un éventuel calibrage des lettres et, d’autre part, les variations de tracé du même groupe de lettres caractéristiques (hauteur et/ou largeur des lettres : -g, -l, -o, -p, -q, -s long ; inclinaison des lettres : -l, -p, -q, -s long). Dans ce contexte, l’analyse de la cursivité et de l’ouverture des lettres sur la ligne horizontale d’écriture revêtait une importance déterminante, puisque nous cherchions à savoir s’il s’agissait de la même graphie, tracée plus ou moins rapidement et donc plus ou moins élargie, ou de deux graphies distinctes. Nous avons considéré qu’un des traits caractéristiques de la graphie résidait dans l’angle d’attaque du tracé de certaines lettres. Pour les besoins de l’expérience et pour repérer une identité, il fallait réaliser des mesures homogènes, voire répétitives. Nous avons ici été particulièrement aidées par la récurrence de mots inhérente au type même du document, fondé sur des déclarations très répétitives décrivant les possessions et prélèvements. Nous avons donc toujours mesuré les lettres sélectionnées au cours de l’élaboration du protocole dans les mêmes mots, pour réduire au maximum les distorsions liées à des ligatures différentes : la lettre -p initiale dans p(ro) et p(ublica), la lettre -l, soit seule, soit en première position dans le cas d’un -l doublé. De plus, pour mesurer l’ouverture éventuelle de l’écriture dans le cas d’un ductus accéléré au fur et à mesure de la séquence d’écriture, nous avons choisi d’observer les jambages successifs de lettres ligaturées (-in ou -ll), où chaque lettre perd son tracé autonome au profit de l’ensemble ligaturé. Nous avons ici sélectionné le terme vinea, très régulièrement cité dans les deux pages considérées.

1. La prise de mesure

Fig. 7. Vision de lecture : B1063 fol. 4

Fig. 7. Vision de lecture : B1063 fol. 4

Fig. 8. Vision de lecture : B1063 fol. 4v

Fig. 8. Vision de lecture : B1063 fol. 4v
  • 47  Lors de l’atelier, un exercice de prise de vue a été réalisé pour acquérir des images numériques f (...)

45Dans les deux cas analysés, il convient d’insister sur les modalités de la prise de mesure et sur les précautions à prendre pour éviter des biais de mesure et par là, d’interprétation des résultats. Dans le cas du fol. 4, certaines lettres n’ont pas été mesurées, comme le -g dans Hugo, où l’extrémité du trait est cachée sous l’écriture de la ligne suivante. Cet obstacle peut aussi concerner la lettre -s long (boscho et sit(us) à l’extrémité de la même ligne d’écriture). Au fol. 4v, la déformation due au pli central du cahier, ici saillant, oblige à ne prendre de mesure que dans la partie droite du folio, là où la déformation des lettres est moindre47. Le biais est alors réduit, et on ne prend de mesure que sur les termes récurrents pu(blica), quatuor et vinea.

1.1. Exemples de mesures d’angles : -s long et -l

46La réflexion première sur le tracé des lettres – la succession des traits et le point de départ du tracé ainsi que l’angle d’attaque –, liée à l’observation précise des caractères et à l’expérimentation des tracés, a eu une incidence sur les modalités de mesure des angles. Dans les cas ci-dessous, l’angle est mesuré différemment pour le -s long et le -l, en se conformant au geste graphique reconstitué au préalable.

Fig. 9. Mesures d’angles dans Graphoskop : -s long et -l – B1063 fol. 4

Fig. 9. Mesures d’angles dans Graphoskop : -s long et -l – B1063 fol. 4

-s long : point de départ du tracé (angle d’attaque) en haut de la ligne d’écriture, mesure de l’angle vers le bas ; -l : point de départ à la base de la ligne d’écriture (inclinaison de la lettre), mesure de l’angle vers le haut.

1.2. Exemples de mesures d’angles : le cas particulier des jambages dans vinea
  • 48 Voir le tableau récapitulatif infra. 14 mesures, référées v1 à v14.

47La mesure des jambages des lettres ligaturées -in dans le vocable vinea a été faite systématiquement, en pratiquant de façon successive les mesures d’angle de chaque élément graphique de l’ensemble : dans un premier temps, la lettre -i (couleur fuchsia), puis le premier trait de la lettre -n (n1, couleur turquoise) et enfin le second (n2, couleur verte). Nous avons également mesuré la largeur de l’ensemble pour pouvoir évaluer par la suite l’élargissement éventuel du ductus au fur et à mesure de la copie du document. La mesure de l’angle se fait du haut vers le bas et suit le bord supérieur du tracé, qui correspond au geste d’attaque de la lettre. Dans un premier temps, nous avons mesuré tous les spécimens de vinea dans le fol. 4 pour constituer un premier référentiel fiable, car attribué sûrement à la main B, dans la partie de la page où les distorsions optiques sont minimes et les mesures plus fiables48. Les captures d’écran ci-dessous mettent en évidence qu’après l’attaque de la lettre, le tracé peut légèrement dévier et « boucler » vers la gauche en descendant.

Fig. 10. Mesure des jambages dans le mot vinea, pour l’ensemble -in – B1063 fol. 4

Fig. 10. Mesure des jambages dans le mot vinea, pour l’ensemble -in – B1063 fol. 4

48L’attaque des traits se fait de haut en bas vers la droite, dans le sens de l’écriture, ce qui donne à l’ensemble une inclinaison vers la gauche. L’expérimentation a mis en évidence une divergence entre le constat dressé de visu et le résultat obtenu par la mesure. La largeur de l’ensemble -in apparaît régulière dans tous les cas. Dans le premier cliché (vinea 4 et 5 de la session de mesure), l’ensemble -in semble présenter des jambages parallèles, notamment pour le 2e exemple de vinea (v5). Le second cas (v12) se distingue visuellement du premier : le dernier jambage est bouclé, l’angle mesuré est plus ouvert, soit un trait allant vers la verticale (angle mesuré 77,7°). Dans le dernier cas (v6), le dernier jambage est plus ouvert (angle 70°).

Fig. 11. Jambages dans vinea pour l’ensemble -in – B1063 fol. 4

B1063 fol. 4

largeur -in

(mm)

attaque -i

(angle)

attaque -n1

(angle)

attaque -n2

(angle)

vinea 1

4,5

59,0

61,7

62,5

vinea 2

5,2

57,3

62,8

69,3

vinea 3

4,9

53,3

56,8

69,2

vinea 4

4,6

58,5

60,3

65,3

vinea 5

4,7

65,2

56,8

52,5

vinea 6

4,6

67,5

69,5

70,0

vinea 7

4,8

50,3

55,1

69,1

vinea 8

4,8

63,4

61,1

65,2

vinea 9

5,4

55,4

69,9

67,5

vinea 10

5,4

53,3

58,3

60,3

vinea 11

5,3

58,9

62,3

64,5

vinea 12

4,8

59,1

62,1

77,7

vinea 13

4,8

52,6

53,8

61,6

vinea 14

4,6

59,4

56,8

74,7

Moyenne

4,8

57,0

60,0

66,0

Écart-type

0,3

4,9

4,8

6,3

Mode

4,6

59,0

56,8

62,5

49L’analyse statistique conforte cette impression : c’est le dernier jambage de ce bloc qui subit le plus de variation, en fonction du bouclage ou non de la jambe, comme en témoigne la valeur forte de l’écart-type (6,3). Le bouclage de la 3e jambe ferme le bloc graphique -in, alors que l’ouverture de l’angle vers la droite (angles aigus) traduit la dynamique de la liaison graphique avec la lettre suivante (-e). C’est donc sur la 3e jambe que l’on peut mesurer l’ouverture liée à la cursivité et l’élan graphique préparatoire au tracé de la lettre suivante, contrebalancée par la nécessité de clore la dynamique propre à ces jambages et de fermer l’objet graphique (angle allant vers la verticale).

2. Résultats et bilan de l’analyse : à la recherche de la stabilité graphique

  • 49 Valeur mesurée la plus fréquente dans un ensemble de données, qui peut être différente de la moyenn (...)

50La comparaison entre les résultats obtenus pour le premier échantillon (fol. 4) et pour le second (fol. 4v) est synthétisée dans le tableau ci-dessous, qui reprend l’ensemble des mesures prises systématiquement sur les deux échantillons. Dans un premier temps, les valeurs moyennes et extrêmes de chaque critère, ainsi que leur mode49, ont été observés plus précisément, puis l’écart-type calculé pour chaque critère identifié a été considéré. La comparaison entre les deux échantillons doit nous permettre de déterminer si ces critères sont discriminants, autrement dit s’ils sont significatifs d’une identité graphique.

Fig. 12. Bilan synthétique des analyses : B1063 fol. 4 et 4v

B1063 Toulon

Folio 4

Folio 4v

moyenne

écart-type

moyenne

écart-type

Lettre q

hauteur (mm)

6,7

0,9

6,9

0,7

inclinaison (°)

89

2,2

91

1

Lettre p(ro)

hauteur (mm)

7,7

0,5

7,6

1,1

inclinaison (°)

87

2,3

88

2,4

Lettre g

hauteur (mm)

6

0,7

5,9

1,1

inclinaison (°)

70

3,9

72

5,5

Lettre s long

hauteur (mm)

9,1

1,3

9,3

1

inclinaison (°)

93

2

93

1,6

Lettre o

hauteur (mm)

2,2

0,3

1,9

0,2

Largeur

2,1

0,2

1,7

0,2

Lettre l

hauteur (mm)

5,2

0,6

4,9

0,6

inclinaison (°)

92

3,5

87

3,7

jambage -in

Largeur

4,8

0,3

4

0,4

attaque i (°)

57

4,9

60

6,1

attaque n1 (°)

60

4,8

60

7,4

attaque n2 (°)

66

6,3

59

5,1

  • 50  Pour la lettre -l, nous avons finalement décidé de ne mesurer que le -l seul. Nous avions remarqué (...)

51Une première conclusion s’impose : quelques lettres sont neutres, c’est-à-dire très standardisées et ne varient que très peu. Le -o, particulièrement, s’inscrit presque dans un carré (hauteur et largeur équivalentes) et ne fait pas l’objet d’une grande variance. L’écart-type est faible. On remarque juste que cette lettre est légèrement plus petite au fol. 4v. Il s’agit peut-être ici d’une première indication de distinction entre les deux échantillons, le module du second étant plus petit que celui du premier. Le -s long est aussi relativement neutre : sa hauteur moyenne est similaire dans les deux cas, son inclinaison identique en moyenne. En revanche, c’est une lettre qui subit une plus grande variance, l’écart-type augmentant par rapport à la lettre -o. De ce point de vue, la main B du fol. 4 présente plus de variance pour cette lettre qu’au fol. 4v. La lettre -l enfin pourrait sembler stable si l’on ne considérait que la variance de sa hauteur, très faible50. La différence de moyenne entre les deux échantillons corrobore l’idée que le module de la main B fol. 4 est légèrement plus haut que celui de fol. 4v. L’inclinaison de la haste est plus intéressante : outre l’angle, différent en moyenne, la variance est nettement plus prononcée dans les deux cas. L’examen des écarts-types est révélateur de différences très nettes, pour ce qui concerne la variation, entre les deux échantillons. Ainsi, la lettre -g varie beaucoup dans les deux cas, mais de façon bien plus prononcée au fol. 4v.

Fig. 13. Jambages -in dans vinea. Bilan synthétique des analyses : B1063 fol. 4 et 4v

B1063

largeur (é-ty)

largeur (moy)

attaque i (é-ty)

attaque i (moy)

attaque n1 (é-ty)

attaque n1 (moy)

attaque n2 (é-ty)

attaque n2 (moy)

Fol. 4

0,3

4,8

4,9

57

4,8

60

6,3

66

Fol. 4v

0,4

4

6,1

60

7,4

60

5,1

59

Largeur : mesure en mm de l’ensemble graphique -in ; attaque : mesure d’angle, en degrés.

52C’est surtout l’analyse du groupe -in et la dynamique des jambages qu’elle met en évidence qui a été la plus révélatrice. Tout d’abord, quel que soit l’échantillon, il faut souligner que chaque jambe a ses propres caractéristiques : les angles d’attaque sont différents en moyenne et leur variance est également différente, entre jambes d’un même groupe et entre les cas étudiés. Par ailleurs, la dynamique de chaque élément graphique (jambe) ne peut se comprendre qu’à l’examen de la dynamique de l’ensemble. Ainsi, au fol. 4, l’attaque de la première lettre, le -i, ouvre le bloc graphique. Nous avons vu que le 3e jambage est un des indices de la cursivité de la ligne graphique et particulièrement de l’ouverture vers les lettres suivantes que l’on peut assimiler à une forme de ligature – ou au contraire de la fermeture graphique du bloc, impliquant un léger arrêt du tracé et une reprise pour écrire les lettres suivantes. C’est finalement le 2e jambage qui présente les caractéristiques les plus stables, l’écart-type y étant globalement le moins fort. Nous formulons donc l’hypothèse que ce jambage reflète au mieux l’attaque graphique propre à l’individu, dans la mesure où il n’est pas soumis aux contraintes graphiques de la dynamique d’écriture du mot dans son ensemble. Il faudrait faire des mesures complémentaires pour assurer ce premier constat.

53Enfin, la comparaison entre les écarts-types calculés pour les deux échantillons montre que la main B du fol. 4 est plus stable que celle du fol. 4v : il y a donc bien là deux comportements graphiques différents, dans leurs caractéristiques générales mais aussi dans le détail plus précis du tracé de ces lettres dont on a supposé auparavant qu’elles étaient discriminantes, et par conséquent deux profils scribaux bien distincts, deux individus. L’expérimentation nous a permis de découvrir une troisième main au fol. 4v : les valeurs fortes des écarts-types dans ce folio, atypiques, en sont révélatrices. Là encore, il faudrait donc faire une série de mesures complémentaires pour conforter cette dernière hypothèse.

3. Retours d’expérience

54Le développement du plug-in Graphoskop et son utilisation avec un public d’étudiants avancés et de jeunes chercheurs a constitué un terrain d’expérimentation particulièrement heuristique. Le processus a été à la fois réflexif et inchoatif.

55Un premier constat consiste à souligner que la formation et la présentation de ces outils numériques ont porté leurs fruits. Nous avons pu mesurer à l’issue de l’atelier la façon dont les participants ont perçu cette séquence, grâce à la restitution sous forme de posters qui leur était proposée. Les étudiants ont intégré les outils et concepts qui ont présidé à notre expérimentation ; cela s’est traduit par une adaptation de l’outil à des problématiques de recherche spécifiques, ainsi que par une théorisation même des pratiques et objectifs en jeu.

56Il serait possible d’arrêter ici le constat mais il convient de souligner l’incidence de la mise en œuvre pédagogique dans le processus réflexif que nous avons impulsé : la nécessité de clarté dans la transmission nous a incitées à présenter le cadre méthodologique et conceptuel de l’étude de façon progressive et systématique pour favoriser l’appropriation par le public de la démarche et de ses objectifs.

57Dans un premier temps, nous avons été attentives aux aspects spécifiques de l’apprentissage, non pas de la lecture des documents anciens, chaque participant étant considéré comme suffisamment expert dans son propre champ documentaire écrit, mais des techniques de l’écriture, de la préparation des supports aux gestes même du tracé graphique, des mécanismes cognitifs et ergonomiques qui les sous-tendent et enfin de leurs conséquences sur l’aspect même de l’objet écrit. Pour comprendre la dynamique du geste graphique médiéval, il faut expérimenter la calligraphie de façon concrète, à l’instar de l’archéologie expérimentale, avec le matériel graphique idoine (plumes, calames, taille de la pointe, supports divers – parchemin ou papier), et cela même sans être expert. L’agrandissement des clichés aide d’ailleurs au processus. Le mécanisme cognitif enclenché permet de s’approprier le ductus et donc de repérer les principales caractéristiques d’une écriture (largeur des traits, longueur des hastes, angles d’attaque des traits). Cela permet aussi de savoir distinguer dans une écriture donnée les accidents de copie (ou de rédaction) des caractéristiques graphiques personnelles, au regard du système graphique de référence.

58Nous sommes passées par une appropriation de l’outil et des principes analytiques et statistiques qui ont guidé son développement, et avons expérimenté ses fonctionnalités. Un dialogue serré entre définition des outils conceptuels, formalisation du cahier des charges et développement de l’application a été engagé, au fur et à mesure de l’expérimentation même sur les échantillons choisis.

59Il fallait aussi prendre conscience des mécanismes cognitifs à l’œuvre dans le processus de « jugement graphique » (i.e. ici différenciation des écritures). Ces mécanismes sont acquis par une pratique quotidienne, sur plusieurs années, dans le cadre d’un apprentissage classique de la lecture des écritures anciennes, et sont souvent assimilés à une re-connaissance intuitive exprimée comme une « impression ». Dans un second temps, il a donc fallu expliciter et objectiver les critères distinctifs adéquats et discriminants pour répondre aux questions posées par chaque cas abordé, autrement dit, il a fallu transformer les critères graphiques hypothétiquement discriminants en variables statistiques, passer de l’expertise subjective à une évaluation métrologique et une analyse quantitative objectives.

60Le processus de mise en œuvre et d’expérimentation a été pragmatique et inchoatif : la prise de mesure a été faite et refaite à de nombreuses reprises, pour parfaire les résultats et aussi pour répondre à des questions qui surgissaient au fur et à mesure de l’étude et venaient ainsi affiner ce protocole d’observation en évolution constante. En ce sens, nous aurions pu éprouver cette forme de vertige qui consiste à répéter sans fin les mesures et à les renouveler, mais aussi à tendre vers leur exhaustivité, alors même que le principe statistique veut que l’on procède par échantillonnage. Malgré la tentation du vertige, la rigueur du protocole expérimenté a permis, dans les deux cas d’étude développés ici, de valider de façon satisfaisante d’un point de vue statistique les hypothèses formulées dans un premier temps d’après le jugement graphique forgé sur la longue expérience des documents.

61Le questionnement mis en œuvre dans cette expérience aboutit à un constat bien plus large pour ce qui concerne l’apprentissage de la paléographie : la démarche traditionnelle consiste à apprendre la lecture des documents anciens à partir d’une catégorisation des écritures généralement admise, parfois fondée sur une terminologie ou des critères flottants mêlant la chronologie, les styles graphiques, les usages ou fonctionnalités de l’écrit et du document (écriture onciale, carrée de type ashkénaze, cursive, caroline ou gothique, écriture de chancellerie ou documentaire, etc.) qui a pour conséquence de conditionner le regard et donc la perception qu’a le lecteur du système graphique qu’il appréhende. L’utilisation, lors de ces premières phases de l’apprentissage de la lecture paléographique, de catalogues de formes (planches dessinées) et de recueils d’exemples constitués de reproductions, accentue encore le phénomène : elle oriente l’approche et la qualification typologique des écritures et aboutit à une idéalisation de l’écriture comme système graphique stable. La constitution d’un tel référentiel, qui devient quasiment une classification normative, fige le rapport à l’écriture et empêche tout questionnement heuristique. Nous avons procédé de façon inductive, en faisant abstraction de toute classification préalable : c’est le document écrit singulier, abordé directement sous sa forme originale ou grâce à des images numériques qui permettent d’aller au plus près de sa matérialité, qui a été le point de départ de la démarche comparative.

62Dans un second temps, la présentation de l’outil Graphoskop a dû s’appuyer sur un rappel des principes et concepts de l’analyse statistique : loin d’être intuitive, comme on aurait pu le penser il y a une vingtaine d’années, elle a induit de procéder régulièrement à des définitions, voire à une explicitation sous forme de graphiques des outils classiques de la statistique (par ex. l’écart-type), le public étant composé d’étudiants issus des études littéraires et historiques. Cela oblige à constater l’effacement, notamment dans le champ disciplinaire de l’histoire, des approches quantitatives considérées très souvent comme « naturelles » à la fin du xxe siècle. La constitution d’échantillons pour une approche statistique, l’analyse des résultats, la réflexion sur le caractère significatif de certains critères et la notion même de corrélation entre plusieurs phénomènes, au cœur de la démarche engagée, ont dû être régulièrement définis et mis en perspective dans le cadre de cet exercice. L’écriture même des études de cas présentées reflète cet effort continu de clarification et de dégagement de définitions communes mobilisables dans le cadre de cette formation convoquant des individus acculturés à des formes différentes d’approche documentaire.

63Au-delà de l’expérimentation fondée sur des études de cas rigoureusement mises en œuvre pour les besoins de la formation, plusieurs constats et perspectives d’ordre plus général peuvent être dégagées. Le caractère protéiforme de Graphoskop renforce la multiplication potentielle des usages et des mesures au sein même de la discipline, présage d’autres développements et d’une ouverture des champs d’application possibles. L’outil numérique n’apporte pas seulement une simple amélioration de techniques et méthodes déjà éprouvées, mais engendre une réelle transformation de l’approche, en allant jusqu’au pixel, au cœur même de la matière graphique.

  • 51 Voir le projet ANR mentionné supra, n. 15.

64Les principes présidant cette expérience s’appuyaient également sur des convictions et un engagement particulier en matière de conduite de projet scientifique : volontairement collaborative, celle-ci a impliqué une approche comparative singulière entre objets et systèmes graphiques très rarement abordés ensemble dans les études paléographiques et codicologiques classiques. Pour comparer les mécanismes au cœur de systèmes graphiques aussi différents que le système hébraïque et le système latin, il a fallu expliciter les acceptions retenues intuitivement dans chaque champ disciplinaire pour aboutir à un consensus descriptif commun, réfléchir à un outillage conceptuel susceptible de convenir à ces séries très distinctes, accepter de procéder à une remise en question de méthodes et d’usages parfois devenus instinctifs pour construire un objet scientifique commun. La rigueur nécessaire à l’établissement des protocoles d’observation, mais aussi à l’analyse des résultats statistiques, pourra ainsi être déployée pour renforcer ce bagage technique et méthodologique. Nous trouvons là une incitation à aller encore plus loin dans la proposition d’outils communs d’analyse et de description, pour le bénéfice d’une communauté élargie de spécialistes. Ce parti-pris épistémologique tient aussi compte des contraintes imposées par les nouvelles formes d’organisation et de financement de la recherche : l’aventure n’aurait pas été possible sans l’intégration de l’implémentation de Graphoskop dans un autre projet de recherche51, sans l’aménagement des contraintes induites par la nécessité de rendre les résultats annoncés lors du dépôt de projet pour laisser place à l’invention et à la sérendipité, sans la conversion de la compétitivité induite par les nouvelles formes de « management » de la recherche en espace collaboratif et accessible. L’ajustement progressif du développement de l’application, sous l’effet des demandes formulées par les utilisatrices que nous étions alors, a permis l’émergence de ces nouvelles pratiques.

Haut de page

Notes

1  L’atelier ATED La main et l’écrit. Circulation formelle et informelle des savoirs et techniques de l’écrit de l’Antiquité au xviie siècle était organisé par Élodie Attia et Anne Mailloux à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence, 20‑24 mai 2019), avec le soutien du LabexMed (Aix-Marseille Université).

2  La première version du plug-in Graphoskop sur le logiciel ImageJ a été conçue dans le cadre d’une thèse à l’École nationale des chartes présentée dans M. Gurrado, « Graphoskop : uno strumento informatico per l’analisi paleografica quantitativa », Kodikologie und Paläographie im digitalen Zeitalter / Codicology and Palaeography in the Digital Age, éd. M. Rehbein et al., Norderstedt, Books on Demand, 2009, p.251‑259, URL : https://kups.ub.uni-koeln.de/2973/. En revanche, l’étude ici présentée a été réalisée avec la deuxième version de Graphoskop développée dans le cadre du projet ANR MBH n° ANR-16-ACHN-0008, supervisé par Élodie Attia, au TDMAM (UMR 7297), CNRS – Aix-Marseille Université (2016-2021). Voir infra n. 15 et URL : https://mbh.huma-num.fr.

3  Ces expériences pionnières, en grande partie menées par l’équipe Quanticod (LAMOP/IRHT), furent publiées au fur et à mesure dans la toute jeune Gazette du livre médiéval. Les articles les plus marquants de la codicologie quantitative sont par ailleurs signés des plumes de M. Beit Arié, C. Bozzolo, A. D’Ottone, K. Gnirrep, P. Gumbert, M. Maniaci, D. Muzerelle, U. Neddermeyer, E. Ornato, M. Palma, C. Ruzzier, C. Sirat, M. Trigalet. Les ouvrages de référence demeurent : C. Bozzolo et E. Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, CNRS, 1980 et Eidem, La face cachée du livre médiéval : l’histoire du livre vue par Ezio Ornato, ses amis et ses collègues, Rome, Viella, 1997. Voir aussi D. Muzerelle, « Normes et recettes de mise en page dans le codex pré-carolingien », Les débuts du codex. Actes de la journée d’étude organisée à Paris les 3 et 4 juillet 1985, éd. A. Blanchard, Turnhout, Brepols, 1989, p. 125‑156 ; C. Bozzolo, « La production manuscrite dans les pays rhénans au xve siècle à partir des manuscrits datés », Scrittura e civiltà, 18, 1994, p. 183‑242 ; F. M. Bischoff, « Le rythme du scribe. Analyse sérielle de la densité de l’écriture dans les évangiles d’Henri le Lion », Histoire & mesure, 11, 1996, p. 53‑91 ; C. Bozzolo et E. Ornato, « Les lectures des Français aux xive et xve siècles. Une approche quantitative », « Ensi firent li ancessor ». Mélanges de philologie médiévale offerts à Marc-René Jung, éd. L. Rossi, C. Jacob-Hugon et U. Bähler, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1996, t. 2, p. 713‑762 ; M. Maniaci, « Alla fine della riga. Divisione delle parole e continuità del testo nel manoscritto bizantino », Scriptorium, 51, 1997, p. 189‑233 ; U. Neddermeyer, Von der Handschrift zum gedruckten Buch. Schriftlichkeit und Leseinteresse im Mittelalter und in der frühen Neuzeit : quantitative und qualitative Aspekte, 2 t., Wiesbaden, Harrassowitz, 1998 ; D. Muzerelle et E. Ornato, « La terza dimensione del libro. Aspetti codicologici della pluritestualità », Segno e testo, 2, 2004, p. 43‑74. Pour ce qui est du domaine hébraïque et spécialement des méthodes comparatives développées à partir des années 1970, voir entre autres M. Beit-Arié, Hebrew Codicology : Tentative Typology of Technical Practices Employed in Hebrew Dated Medieval Manuscripts, Jérusalem, The Israel Academy of Sciences and Humanities, 1977 ; C. Sirat, « Les manuscrits en caractères hébraïques, réalités d’hier et histoire d’aujourd’hui », Scrittura e civiltà, 10, 1986, p. 239‑288, M. Beit-Arié, « The Codicological Data-Base of the Hebrew Palaeography Project : A Tool for Localising and Dating the Hebrew Medieval Manuscripts », Hebrew Studies. Papers Presented at the Colloquium on Resources for Hebraica in Europe held at the School of Oriental and African Studies, University of London, éd. D. Rowland-Smith et P. Salinger, Londres, British Library, 1991, p.‑165‑197.

4  Pour une première réflexion théorique sur l’emploi des méthodes quantitatives en paléographie, voir C. Sirat, « L’étude du tracé de l’écriture », Les Techniques de laboratoire dans l’étude des manuscrits, Paris, CNRS, 1974, p. 17‑24 ; E. Ornato, « Statistique et paléographie : peut-on utiliser le rapport modulaire dans l’expertise des écritures médiévales ? », Scriptorium, 29, 1975, p. 198‑234 ; L. Gilissen, « Ductus et rapport modulaire : réponse aux articles de MM. D’Haenens et Ornato », Scriptorium, 29, 1975, p. 235‑244. La bibliographie complète des études paléographiques, aux soins de Marc Smith, est disponible à l’URL : http://theleme.enc.sorbonne.fr/bibliographies/paleographie.

5  Une première tentative de métrologie est effectuée sur deux écritures carrées bibliques séfarades et ashkénazes des xiiie et xive siècles dans C. Sirat, Écritures et Civilisation, Paris, CNRS, 1976. A. M. Mundò, « Méthode comparative statistique pour la datation des manuscrits non datés », Paläographie 1981 : Colloquium des Comité international de paléographie latine, München, 15.18. September 1981. Referate, éd. G. Silagi, Munich, Arbeo-Gesellschaft, 1982, p. 53‑58 ; G. Bromm, « Une méthode de codage morpho-analytique pour la description des écritures médiévales », Gazette du livre médiéval, 19, 1991, p. 6‑14, URL : https://doi.org/10.3406/galim.1991.1176 ; L. Likforman-Sulem, H. Maître et C. Sirat, « An Expert Vision System for Analysis of Hebrew Characters and Authentification of Manuscripts », Pattern Recognition, 24/2, 1991, p. 121‑137 ; J. Spiegel, « Vom Trecento I/II zum Typ A, B, C… Ein Versuch zur Terminologie und (computer-)graphischer Darstellung der Urkundenschrift des 14. Jahrhunderts », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 55, 1992, p. 65‑76 ; A. Tomiello, « Dalla Littera antiqua alla Littera textualis », Gazette du livre médiéval, 29, 1996, p. 1‑6, URL : https://doi.org/10.3406/galim.1996.1345 ; E. Eisenlohr, « Alternate letter forms in the Book of Kells », Gazette du livre médiéval, 24, 1994, p. 8‑16, URL : https://doi.org/10.3406/galim.1994.1262.

6  J. F. A. Aussems, Christine de Pizan and the Scribal Fingerprint : A Quantitative Approach to Manuscript Studies, mémoire de master, Utrecht, Universiteit Utrecht, 2006 ; M. Gurrado, Les écritures cursives livresques en France (1250-1420). Essai de paléographie quantitative d’après le Catalogue des manuscrits datés, thèse d’archiviste-paléographe, Paris, École nationale des chartes, 2011, URL : http://theses.enc.sorbonne.fr/2011/gurrado ; Eadem, « L’évolution de l’écriture au xie siècle en France : le cas des scriptoria de Cluny, d’Angers et de Jumièges », Scriptorium. Wesen – Funktion – Eigenheiten, éd. A. Nievergelt et al., Munich, Bayerische Akademie der Wissenschaften, 2015, p. 231‑246 ; Eadem et D. Stutzmann, « Mesure et histoire des écritures médiévales », Mesure et histoire médiévale. xliiie Congrès de la SHMESP (Tours, 31 mai-2 juin 2012), Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 153‑166, URL : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.28570 ; E. Kwakkel et al., Turning Over a New Leaf : Change and Development in the Medieval Book, Leiden, Leiden University Press, 2012 ; P. Bertrand, Les écritures ordinaires : Sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, URL : https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.29449 ; M. Gurrado, « Les écritures cursives dans les livres, premières expériences : les manuscrits datés français entre 1250 et 1420 », De la herencia romana a la procesal castellana : diez siglos de cursividad. Actas del IV Encuentro Internacional del Seminario Permanente Escrituras cursivas, éd. M. C. del Camino Martínez, Séville, Universidad de Sevilla, 2018, p. 97‑110.

7  L. Gilissen, L’expertise des écritures médiévales. Recherche d’une méthode avec application à un manuscrit du xie siècle : le lectionnaire de Lobbes (Codex Bruxellensis 18018), Gand, Story-Scientia, 1973.

8  C. Sirat, L’examen des écritures : l’œil et la machine, Paris, CNRS, 1981 ; E. Engel, « The Analysis of a Letter – A New Paleographical Method », Methoden der Schriftbeschreibung, éd. P. Rück, Stuttgart, Thorbecke, 1999, p. 43‑49 ; D. Muzerelle, « Le geste et son ombre », Gazette du livre médiéval, 35, 1999, p. 32‑45.

9  J. Mallon, Paléographie romaine, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1952.

10  D. Muzerelle, « Jeux d’angles et jeux de plume. I. Retour sur l’hypothèse du biseautage de la plume », Gazette du livre médiéval, 60, 2013, p. 1‑27, URL : https://doi.org/10.3406/galim.2013.2032 ; M. Gurrado, « Writing Angles : Palaeographic Considerations on the Inclinaison of the Script », Ruling the Script in the Middle Ages : Formal Aspects of Written Communication (Books, Charters, and Inscriptions), éd. S. Barret et al., Turnhout, Brepols, 2016, p. 283‑298.

11  Indice précisant l’écart entre chaque valeur d’un ensemble de données et leur moyenne. Un faible écart-type indiquera une dispersion moindre autour de la moyenne, autrement dit cette dernière pourra être considérée comme représentative.

12  Des conseils sur la constitution du corpus d’étude ainsi que sur l’établissement d’une fiche descriptive, élaborés dans le contexte de l’analyse codicologique, se trouvent dans M. Maniaci et E. Ornato, « Che fare del proprio corpus ? », Gazette du livre médiéval, 22, 1993, p. 27‑37, URL : https://doi.org/10.3406/galim.1993.1230 et 23, 1993, p. 18-27, URL : https://doi.org/10.3406/galim.1993.1248.

13  La constitution d’un protocole d’analyse présuppose l’emploi d’une terminologie qui, à défaut de consensus académique, se doit d’être explicitée. La compréhension profonde du tracé des écritures médiévales, et notamment de la relation entre la technique d’exécution (contexte spatial, outils d’écriture, supports et mouvements de l’outil d’écriture) et la morphologie des lettres apporterait certainement des connaissances indispensables à l’établissement d’une terminologie paléographique au consensus généralisé.

14  La pratique de l’écriture à la plume, sans prétention à l’art de la calligraphie, facilite aussi la compréhension de la dynamique de l’écriture.

15  Le projet ANR MBH Manuscripta Bibliae Hebraicae est dédié à l’étude des bibles hébraïques médiévales occidentales dans une approche matérielle, culturelle et sociale. Voir le site de projet (URL : https://mbh.huma-num.fr) et le carnet de recherche (URL : https://mbh.hypotheses.org/).

16  M. Beit-Arié, « Introduction », Specimen of Mediaeval Hebrew Scripts. III. Ashkenazic Scripts, Jérusalem, The Israel Academy of Sciences and Humanities, 2017, p. vii‑xv ; E. Engel, « Remarks on Ashkenazic Script », ibid., p. xix‑xliv. L’ensemble culturel juif ashkénaze avant 1300 regroupe les espaces territoriaux et provinciaux que sont l’Angleterre (jusqu’en 1270), la Rhénanie, la France du Nord (Normandie, Bassin Parisien, Lorraine-Lotharingie, Bourgogne, Champagne). Les limites vers le centre de la France sont imprécises par manque de données datées et localisables. Pour le Sud, l’espace provençal-occitan est lié à la culture juive sépharade.

17  Dans le cas du xiiie siècle, le style hébraïque « gothique ashkénaze » semble apparaître, d’après les quelques manuscrits datés existants, dans le deuxième tiers du xiiie siècle. Voir aussi, E. Engel, « Between France and Germany : Gothic Characteristics in Ashkenazi Script », Manuscrits Hébreux et Arabes, éd. N. de Lange et J. Olszowy-Schlanger, Turnhout, Brepols, 2014, p. 197‑220.

18  M. Beit-Arié, « Stereotypes and Individuality in Medieval Handwritings », Alei Sefer, 5, 1978, p. 54‑72.

19  Ces bibles sont consultables en ligne sur le site de la Bibliothèque Vaticane : https://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.ebr.468 et https://digi.vatlib.it/view/MSS_Vat.ebr.482.

20  Les manuscrits datés hébreux actuels représentent seulement 10 % de la production totale de manuscrits hébreux conservés et seulement 3 % de ceux qui sont datés sont localisés avec précision. Voir C. Sirat, Du scribe au Livre, Paris, CNRS, 1994, p. 10‑11 et Eadem, Hebrew Manuscripts of the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 10.

21  B. Richler, Hebrew Manuscripts in the Vatican Library. Catalogue, Jérusalem/Vatican, Jewish National and University Library/Biblioteca Apostolica Vaticana, 2008, p. 406‑407.

22  Ibid., p. 417‑418.

23  La base de données en ligne Sfardata décrit une seule unité codicologique et paléographique pour le ms. Vat. Ebr. 482 (n° de notice : 0E097).

24  Ces deux bibles sont décrites en détail dans la base de données dédiée aux bibles hébraïques médiévales occidentales du projet MBH, à l’URL : https://mbh.huma-num.fr.

25  É. Attia, The Masorah of Elijah Ha-Naqdan : An Edition of Ashkenazi Micrographical Notes (Ms. Vat. Ebr. 14, Book of Exodus), Berlin/Boston MA, De Gruyter, 2015, p. 117.

26  Alors que le texte biblique est toujours copié en deux colonnes, ces dernières sont un peu plus étroites dans le cas du Pentateuque pour laisser la place aux deux colonnes de Targum (version araméenne du Pentateuque).

27  L’étude de l’écriture du ms. Vat. Ebr. 468 n’a pas été d’une grande aide dans la présente analyse, du fait du module trop réduit de l’écriture par rapport à celui utilisé dans le ms. Vat. Ebr. 482. Voir É. Attia, « La miniaturisation des bibles hébraïques ashkénazes au xiiie siècle : un début d’analyse comparée », en préparation.

28  Voir supra n. 4.

29  Dans le cas de la Vaticane, les images des folios téléchargées en entier et utilisées ici sont de qualité moyenne, d’où leur légère pixellisation.

30  Les sigles, issus de l’usage de Graphoskop, ont une valeur conventionnelle (H dérive de horizontal, V de vertical, A de angle).

31  Des lettres sans ligne de base ont été choisies pour le bandeau, afin d’éviter le cas où celles-ci, par leur inclinaison, dépassent, ou le fait que certaines lettres ont des jambes plus courtes que les autres (c’est le cas des heh ה et des het ח).

32  Le concept de ligne de base n’est pas toujours approprié en hébreu. Il y a une structuration permanente de l’écriture hébraïque écrite à la main à partir de la ligne de tête/crête. L’hébreu est une écriture souvent suspendue à la ligne réglée supérieure, ou parfois placée entre les lignes réglées mais jamais assise sur la ligne réglée du dessous comme le latin.

33  Rapport entre pixels noirs et blancs, après binarisation de l’image.

34  La différence mesurée est non significative (variance entre 3,1 mm et 3,3 mm environ).

35  L’épaisseur du trait pour Hayim est en moyenne de 1,279 mm, et pour l’anonyme, de 1,15 mm.

36  La mesure de l’espacement entre les mots est une opération délicate car il faut pouvoir comparer des espacements entre les mêmes lettres, de fin et de début de mot. L’idéal est de comparer deux copies du même texte, or ce n’est pas le cas dans le ms. Vat. Ebr. 482.

37  La corrélation entre espacement réduit entre les mots et colonnes plus étroites chez un même scribe n’a pas encore été étudiée. Il reste possible, dans le doute, que ce critère soit discriminant. Voir supra n. 27.

38  L’Enquête générale de Leopardo da Foligno, éd. T. Pécout, Paris, Editions du CTHS, 2008-2017, désormais EGL.

39  Outre les contributions aux introductions de chacun des volumes, voir aussi A. Mailloux, « Codicologie des registres de l’enquête de Leopardo da Foligno en Provence (1331-1334). Premier bilan et perspectives », Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, xiiie-xive siècles). Actes du colloque international d’Aix-en-Provence et Marseille (1921 mars 2009), éd. T. Pécout, Paris, De Boccard, 2010, p. 421‑442.

40  T. Pécout, « Domaine et réformation : une enquête générale en Provence (1331-1334) », EGL Provence orientale (avril-juin 1333), p. xxxix-xcii.

41  E. Sauze, « L’enquête de Leopardo da Foligno dans la viguerie d’Hyères », EGL Basse Provence (mars-mai 1332) [désormais EGL BP], p. 451-478, en part. p. 451 pour l’identification de l’équipe italienne, ainsi que p. 257, 262‑267 et 523 du même volume, respectivement pour les registres de Toulon (AD13, B1063) et du Luc (AD13, B1055), puis dans le même volume A. Mailloux, « Archéologie des registres de Basse Provence », p. xicxii.

42  On note une très nette différence entre les italophones et les Provençaux dans la graphie des toponymes et anthroponymes, qui ne sont que très peu latinisés et donc peu standardisés, et en particulier pour les sons mouillés : gn (ital.)/nh (prov.) ou -gli (ital.)/-ll ou -lh (prov.). Voir en particulier EGL BP, p. 265, pour Toulon.

43  EGL BP, p. liii et p. civ.

44  Ibid., p. liii : « Aux folios 4, 14, 20, la main B semble changer de ductus, bien plus rapide dans les cas cités. On peut se demander s’il ne s’agit pas d’une autre main ».

45  Ibid., p. civ : « On observe de fortes similarités entre la main B (ductus rapide) du registre de Toulon (B1063) et la main D de celui du Luc (B1055). Enfin, la main B du registre de Toulon (qui serait alors distincte du B rapide dans le même registre) est très proche de la main A du registre du Luc (B1055) ».

46  De fait, la grande proximité graphique entre ces mains a fait que mon avis sur l’identité ou non de ces deux mains a changé entre chaque session d’observation. Voir C. Sirat, L’examen des écritures : l’œil et la machine. Essai de méthodologie, Paris, CNRS, 1981.

47  Lors de l’atelier, un exercice de prise de vue a été réalisé pour acquérir des images numériques fiables et mettre en évidence les précautions techniques nécessaires. Les registres posés à plat ont été photographiés avec un appareil numérique placé à la verticale pour éviter au maximum les distorsions et parallaxes. Une règle transparente (pour éviter de trop forts contrastes de couleur et de luminosité) a servi de mire de référence pour la phase suivante de traitement dans Graphoskop.

48 Voir le tableau récapitulatif infra. 14 mesures, référées v1 à v14.

49 Valeur mesurée la plus fréquente dans un ensemble de données, qui peut être différente de la moyenne et constitue une première indication de dispersion.

50  Pour la lettre -l, nous avons finalement décidé de ne mesurer que le -l seul. Nous avions remarqué qu’il y a une variation forte sur le -l doublé, le premier -l était plus haut que le second dans le groupe formé par les deux lettres ligaturées et subissait une adaptation de sa forme au mot dans lequel il figurait et en fonction de sa situation dans la ligne d’écriture. L’attaque du trait du premier -l était sujette à une forte variation. Cette mesure a été exclue car le double -l n’apparaissait pas dans l’échantillon 1, fol. 4.

51 Voir le projet ANR mentionné supra, n. 15.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Deux écritures morphologiquement et stylistiquement très proches (Vatican, BAV, Vat. Ebr. 482, fol. 80r à gauche et 379v à droite) © 2020 Biblioteca Apostolica Vaticana
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-1.png
Fichier image/png, 226k
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-2.png
Fichier image/png, 444k
Titre Fig. 4. Quelques exemples de variables mesurées avec Graphoskop
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-3.png
Fichier image/png, 24k
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-4.png
Fichier image/png, 35k
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-5.png
Fichier image/png, 102k
Titre Fig. 5. Mesures de l’espacement entre les lettres d’un même mot
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-6.png
Fichier image/png, 101k
Titre Fig. 6. Mesures de l’envergure du mot
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-7.png
Fichier image/png, 90k
Titre Fig. 7. Vision de lecture : B1063 fol. 4
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-8.png
Fichier image/png, 157k
Titre Fig. 8. Vision de lecture : B1063 fol. 4v
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-9.png
Fichier image/png, 219k
Titre Fig. 9. Mesures d’angles dans Graphoskop : -s long et -l – B1063 fol. 4
Légende -s long : point de départ du tracé (angle d’attaque) en haut de la ligne d’écriture, mesure de l’angle vers le bas ; -l : point de départ à la base de la ligne d’écriture (inclinaison de la lettre), mesure de l’angle vers le haut.
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-10.png
Fichier image/png, 61k
Titre Fig. 10. Mesure des jambages dans le mot vinea, pour l’ensemble -in – B1063 fol. 4
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1697/img-11.png
Fichier image/png, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Attia, Maria Gurrado et Anne Mailloux, « Les caractères discrets de l’écriture : paléographie quantitative à l’âge du numérique »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1697

Haut de page

Auteurs

Élodie Attia

TDMAM-CNRS

Maria Gurrado

IRHT-CNRS

Anne Mailloux

LA3M-AMU-CNRS

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search