Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Numérique et études médiévales: e...Concevoir un web-documentaire his...

Numérique et études médiévales: enjeux pédagogiques et formation par la recherche

Concevoir un web-documentaire historique. Retour sur l’expérience du web-documentaire Le cloître et la prison

Julie Claustre et Élisabeth Lusset

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1En septembre 2018, nous avons mis en ligne, avec Isabelle Heullant-Donat et Falk Bretschneider, le web-documentaire Le cloître et la prison. Les espaces de l’enfermement (URL : http://cloitreprison.fr/​). Cet article revient sur sa conception, son écriture, sa diffusion et sa réception afin de contribuer à la réflexion sur les changements induits par le numérique à l’écriture historique.

  • 1  Enfermements. Le cloître et la prison, vie-xviiie siècle, éd. J. Claustre, I. Heullant-Donat et É. (...)
  • 2  Le web-documentaire est « un agencement spécifique scénarisant la consultation sur le web d’un doc (...)
  • 3 Sur l’abbaye dont le 9e centenaire de la fondation a été célébré en 2015, voir Histoire de Clairvau (...)

2Commençons par préciser la généalogie du web-documentaire et son objet. Il constitue la quatrième étape du programme de recherche Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux, ve-xixe siècle, qui vise, depuis 2009, à rapprocher analytiquement et à comparer des institutions rassemblées sous la notion de « milieux clos », depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. Ce programme de recherche a donné naissance à trois livres collectifs, publiés entre 2011 et 2017, explorant successivement la pertinence de la comparaison entre les enfermements monastiques et carcéraux, les règles et les dérèglements dans les milieux clos ainsi que les rapports entre hommes et femmes1. Il a ainsi suivi un schéma académique classique, celui de publications consécutives à des colloques et rencontres scientifiques. La quatrième étape du programme a été dédiée à la thématique des espaces et prend en revanche la forme originale d’un web-documentaire sur les espaces de l’enfermement, un format multimédia combinant textes, images, vidéos, interviews et lectures audio2. Le web-documentaire propose de montrer comment les monastères ont servi de modèle spatial aux institutions d’enfermement punitif telles qu’elles existent encore aujourd’hui. L’exploration historique des espaces d’enfermement prend la forme d’une visite du site de l’abbaye-prison de Clairvaux. Fondée en 1115 par Bernard de Clairvaux, l’abbaye cistercienne fut vendue à la suite de la Révolution, avant d’être rachetée par l’État et transformée en prison en 1808 par Napoléon3. Plus grande abbaye d’Europe, Clairvaux devint alors la plus grande prison française. Pendant un siècle et demi, les détenus ont remplacé les moines dans les bâtiments monastiques : l’ancien réfectoire a servi de chapelle des prisonniers, le grand cloître de cours de promenade et les appartements des moines ont abrité des cellules individuelles disposées en batteries et surnommées « cages à poules ». En 1970-1971, les détenus ont été transférés dans la nouvelle maison centrale, édifiée au nord du site, encore en activité, mais dont la fermeture est annoncée pour 2022.

3Avec un tel objet, c’est-à-dire la comparaison des lieux d’enfermement volontaire et des lieux d’enfermement contraint sur le temps long, ce web-documentaire ne relève pas seulement de la diffusion et de la valorisation, mais aussi de la recherche scientifique. En effet, l’une des spécificités – et difficultés – de l’entreprise a été de conduire simultanément l’élaboration d’un savoir inédit sur les espaces de l’enfermement et sa transposition sur le web en direction d’un large public. Ce web-documentaire n’est pas une production destinée à vulgariser un savoir qui aurait été construit auparavant et sur d’autres supports. Il soutient une hypothèse sous la forme d’une visite virtuelle. Cette visite virtuelle conduit l’utilisateur dans neuf lieux-clés, emblématiques de l’histoire des enfermements monastiques et carcéraux. S’il s’appuie sur le cas exemplaire de Clairvaux, le web-documentaire ne s’y cantonne pas. Il entend en effet proposer, à travers cet exemple et bien d’autres, une histoire des espaces d’enfermement et de leurs multiples transformations en France, comme en Europe, depuis le Moyen Âge jusqu’au début du xxe siècle.

  • 4  Grief. Revue sur les mondes du droit, 6/2, 2019, p. 99125 : textes d’Arlette Farge, Marie-Karine (...)

4Le retour sur l’écriture de ce web-documentaire que nous effectuons ici se nourrit des multiples présentations publiques que nous en avons fait depuis son lancement à l’automne 2018, de leur réception ainsi que des lectures qu’en ont fait plusieurs historiens et historiennes dans diverses revues4. Nous évoquerons tout d’abord les raisons qui nous ont orientées vers cette forme d’écriture numérique, avant de nous arrêter sur les formes de déstabilisation qu’elle provoque pour des historiens et historiennes habitués à la forme livresque de leur discipline. Enfin, nous verrons que le changement de format et de support de l’écriture historique amène en pleine lumière tout une partie du travail scientifique qui reste le plus souvent tacite, celle de sa diffusion.

Le choix du format web-documentaire

  • 5  M. Lussault, L’homme spatial, Paris, Seuil, 2007, p. 217.

5Pour mettre en œuvre la quatrième étape du programme Enfermements sur les espaces, le web s’est rapidement imposé comme le support le plus adapté, parce que le plus capable de donner à voir les phénomènes spatiaux. Il fallait en effet tenir compte du caractère profondément visuel de l’espace, dont le rôle fondamental « consiste à assurer le régime de visibilité d’une action dans la société »5. Le web offre précisément la liberté de développer des éléments visuels de l’argumentation qui trouvent difficilement leur place dans le format du livre. Il permet de proposer à l’utilisateur un accès unique aux sources (cartes, photographies, plans, etc.), en haute résolution et dans une bien meilleure qualité que dans l’imprimerie.

  • 6  R. Minuti, Internet et le métier d’historien : réflexions sur les incertitudes d’une mutation, Par (...)
  • 7  Citons les nombreuses chaînes YouTube lancées par des passionnés d’histoire, spécialistes ou non, (...)
  • 8 S. Noiret, « Y a-t-il une histoire numérique 2,0 ? », Les Historiens et l’informatique : un métier (...)
  • 9  P. Rygiel, « Histoire@numérique, Resistance is futile », Écrire l’histoire, 11, 2013, p. 6974.

6Or, qui dit web, dit aussi possibilité d’une diffusion auprès d’un public élargi, au sens quantitatif et géographique : pour le seul territoire français, selon Médiamétrie, 53 millions de Français se connectent chaque mois à internet et plus de 43 millions chaque jour. Le choix du web a donc aussi été celui de s’adapter à un autre public que celui visé par les trois livres du programme de recherche Enfermements. Nous avons décidé de ne pas confiner notre propos aux cercles académiques qui se retrouvent sur les sites des revues spécialisées, mais de nous adresser à des publics plus vastes pour tenter d’« intercepter leur besoin d’histoire »6. Un des enjeux de l’entreprise a donc été de tenter d’investir le web, de manière directe et élargie, avec un savoir historique construit scientifiquement. En effet, le web est particulièrement investi par de nouveaux producteurs de récits historiques, souvent sans médiation de la part des historiens7, et avec des effets de déstabilisation de l’autorité académique et du savoir historique scientifique8. Certes, la production historique non académique n’est pas née avec le web, mais elle a, par le web, un écho démultiplié et des effets massifs et renouvelés. L’enjeu pour les historiens et les historiennes est donc, comme l’a bien défini Philippe Rygiel, de « négocier une place à l’intérieur d’un système d’échanges sociaux au sein duquel leur espace et leur rôle, et plus généralement ceux de l’expert, ne sont pas prédéfinis »9. Le poids pris par le web dans la production du discours historique interroge la façon d’écrire l’histoire et de la diffuser, mais également le statut du discours de l’historien et sa réception dans la société. Avec l’écriture de ce web-documentaire, il s’agissait de tenter de trouver une des formes possibles de la présence historique scientifique sur le web.

  • 10  D. Maingueneau, « Genres de discours et web : existe-t-il des genres web ? », Manuel d’analyse du (...)

7Or, le format du web-documentaire, hybride au regard des pratiques académiques classiques, oblige à réfléchir différemment à la manière de construire le savoir et de présenter ses résultats. L’« hypertrophie de la scénographie numérique » est en effet un aspect bien identifié de l’écriture web10. Le web-documentaire permet de proposer un parcours interactif à l’utilisateur : celui-ci voyage dans le temps et l’espace grâce à des textes, des images, des vidéos, des interviews, des lectures audio, etc. Il a la possibilité d’effectuer un parcours personnalisé et de la durée de son choix : il peut, par exemple, regarder trois minutes de vidéos ou s’immerger pendant une heure, en naviguant en fonction de ses centres d’intérêt, dans l’ordre qu’il souhaite. Cependant, proposer un récit historique dans un web-documentaire comporte un certain nombre de difficultés qu’il a fallu résoudre pas à pas, au cours des quatre années d’élaboration.

  • 11  É. Broudoux, « Le documentaire… », art. cit. n. 2.
  • 12  J.F. Leroux-Dhuys, Clairvaux, le génie d’un lieu, Cirey-sur-Blaise, Châtelet-Voltaire, 2012. Les (...)

8Une première difficulté réside dans la mise en récit, très différente de celle d’un livre scientifique : il fallait ancrer le discours historique dans du concret, appréhendable par tout un chacun, sans pour autant recourir à l’écriture de fiction11. On aurait en effet pu imaginer une visite des espaces de l’enfermement où l’utilisateur aurait revêtu les habits d’un moine ou l’uniforme d’un détenu. En termes d’« expérience utilisateur », en vogue chez les concepteurs de sites web, ce choix aurait donné à l’utilisateur l’illusion de vivre des histoires simultanées qu’il aurait pu confronter les unes avec les autres. Ce type de narration est toutefois complexe à mettre en œuvre en termes d’écriture et de conception et nécessite un budget important. Surtout, proposer ce type de narration suppose de suppléer les lacunes et silences de la documentation en faisant œuvre d’imagination et d’invention, ce que nous nous sommes refusées à faire. La mise en récit proposée est donc celle d’une visite virtuelle du site de Clairvaux, qui incarne la double histoire de l’enfermement et qui est ouvert depuis longtemps à des visites physiques. La visite proposée parcourt neuf lieux de Clairvaux, considérés comme des lieux emblématiques de l’histoire des espaces de l’enfermement : le mur d’enceinte, la porte, le bâtiment des convers, le réfectoire, l’église, le dortoir, le grand cloître, le quartier disciplinaire et l’infirmerie, auxquels s’ajoute le Petit Clairvaux, premier site d’implantation du monastère. Dans ce premier niveau de navigation, l’utilisateur est invité à suivre un guide et conteur incarné par Jean-François Leroux, président de l’association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux, qui a consacré sa vie à la sauvegarde du site12. La visite se fait en vidéos, neuf au total, d’une durée d’une minute trente chacune.

  • 13  Selon les mots de M.K. Schaub, « Éclairages sur Clairvaux », Grief. Revue sur les mondes du droit(...)

9Au-delà de ces vidéos tournées sur le site de Clairvaux et qui donnent à l’utilisateur l’illusion d’y pénétrer, l’habillage esthétique de la plateforme a été conçu par un webdesigner, Denis Trichet (Irregulart), et un photographe, Thomas Salva (Lumento), qui a réalisé des clichés du site, afin d’offrir à l’utilisateur un parcours visuel et sensible des lieux. Cela donne au web-documentaire un aspect immersif13, qui vise à rendre plus accessible son contenu.

  • 14  La remarque est de Y. Bihan, « Quand le numérique saisit l’histoire », Grief. Revue sur les mondes (...)

10Toutefois, le web-documentaire ne se limite pas à inviter l’utilisateur à entrer à Clairvaux pour y découvrir des espaces d’enfermement et leurs logiques d’agencement. En proposant en page d’accueil une vue aérienne de l’abbaye, la plateforme place l’utilisateur « en surplomb » des bâtiments livrés à son observation14, lui faisant donc adopter le point de vue de l’historien (ill. 1).

Ill. 1. Capture d’écran de la page d’accueil du web-documentaire Le cloître et la prison © Lumento

Ill. 1. Capture d’écran de la page d’accueil du web-documentaire Le cloître et la prison © Lumento

11C’est une des tactiques par lesquelles nous avons tenté d’articuler l’histoire particulière de Clairvaux, cadre et point d’ancrage du récit, et l’histoire plus générale des espaces d’enfermement européens sur la longue durée. À chacun des neuf lieux de Clairvaux définis comme signifiants pour comprendre l’agencement des espaces d’enfermement, a été associée une thématique fonctionnelle. Par exemple, le lieu « 7. Cloître », un élément archétypal de nombreux espaces clos, permet d’explorer la thématique des circulations monastiques et carcérales15. Le lieu « 8. Quartier disciplinaire » (ill. 2) est associé à la thématique « Surveiller et punir » et examine comment l’obéissance et la discipline sont produites en milieu clos16. Une fois qu’il a sélectionné un thème/lieu, l’utilisateur l’explore sous quatre ou cinq angles différents. Chacun correspondant à un texte de décryptage, où images, documents et autres éléments multimédias complètent le propos ou le prolongent.

Ill. 2. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 8. Quartier disciplinaire / Surveiller et punir » © Lumento

Ill. 2. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 8. Quartier disciplinaire / Surveiller et punir » © Lumento

12Au total, le web-documentaire propose quarante-trois notices, une sélection de trois cents documents d’archives commentés et légendés, sous la forme d’illustrations ou de diaporamas17. Textes et images ont été complétés par des lectures audio de sources (par exemple, le récit d’évasion de la prison du Mont-Saint-Michel, en novembre 1830)18 et des interviews de quelques minutes (sur « Le grand renfermement, mythe ou réalité », par exemple)19. Depuis Clairvaux, toujours présent dans la partie gauche de l’écran à travers une photographie, l’utilisateur découvre ainsi des dizaines de sites d’enfermement claustral ou punitif, principalement européens.

13Pour construire le parcours de visite et l’arborescence du site, l’un des écueils à éviter a été le tsunami d’informations. Contrairement à un article ou à un livre scientifique, un site web autorise des navigations internes démultipliées. Il fallait donc proposer à l’utilisateur une arborescence claire lui permettant de se repérer à l’intérieur du web-documentaire. C’est le rôle, sur chaque page, du bandeau horizontal supérieur de couleur bleue et de l’onglet « menu ». Si donc le web-documentaire n’impose pas un récit avec un parcours unique et une fin bien identifiée, il propose cependant des parcours privilégiés de lecture. L’utilisateur peut choisir de suivre les sections linéairement (1. Mur, 2. Porte, 3. Bâtiment des convers, etc.) ou bien se rendre directement dans tel ou tel lieu, puis naviguer au gré des renvois présents à la fin de chaque notice, d’un thème à un autre, d’un lieu à un autre. Ainsi, lorsque l’utilisateur navigue dans la notice 4.1 consacrée à la transformation du réfectoire dans l’abbaye-prison de Clairvaux (« Du réfectoire des moines à la chapelle des prisonniers » : ill. 3), il peut poursuivre sa lecture linéairement (en visionnant la vidéo 4.0 sur le réfectoire ou en lisant la notice 4.2 sur les « Nourritures terrestres et spirituelles ») ou bien, si le thème des transformations spatiales des espaces d’enfermement l’a intéressé, cliquer sur les « renvois », par exemple, la notice 5.3 sur les « Destructions et réaménagements » qu’ont connus les lieux d’enfermement.

Ill. 3. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 4. Réfectoire / Vivre – survivre – ressusciter », fin de la notice « 4.1 Du réfectoire des moines à la chapelle des prisonniers » © Lumento

Ill. 3. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 4. Réfectoire / Vivre – survivre – ressusciter », fin de la notice « 4.1 Du réfectoire des moines à la chapelle des prisonniers » © Lumento

En cela, le travail d’écriture d’un web-documentaire diffère complètement du livre qui se conçoit de manière linéaire avec une introduction, une progression argumentative et une conclusion qui ressaisit les enjeux et les résultats du travail scientifique produit. Dans ce web-documentaire, l’utilisateur est à la fois libre de choisir sa navigation et, en même temps, guidé, pour ne pas se perdre. C’est notamment la fonction de la page dédiée au plan du site, dont on peut faire défiler le contenu latéralement (ill. 4)20.

Ill. 4. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison « Plan du site » © Lumento

Ill. 4. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison « Plan du site » © Lumento
  • 21  R. Minuti, Internet et le métier d’historien…, op. cit. n. 6, p. 109.

14La construction de la plateforme exige donc un cadrage bien plus fort et complexe que la construction d’un discours linéaire. Parce qu’il offre la possibilité de parcours multiples, le web-documentaire exige des auteurs/producteurs qu’ils définissent strictement une « stratégie de consultation » destinée à éviter « la perte de la direction et du sens »21.

Passer du lisible au visible

15La difficulté pour des personnes formées par et pour le savoir livresque de penser une navigation en arborescence et transversale, ou pour le dire autrement de passer « du lisible au visible »22 explique en partie la longueur de la mise au point du story-board. Si l’organisation générale du propos et le découpage de la matière par lieux se sont rapidement imposés, il a d’abord fallu arbitrer le choix de ces lieux (lesquels retenir ? lesquels écarter ?). Cette étape n’a pas été la plus difficile : par exemple, c’est tout simplement le manque de données et d’études qui nous a amenés à écarter le lieu « cimetière » et la thématique de la mort en milieux clos. Il a fallu ensuite choisir le mode de circulation entre ces lieux virtuels et entre les thématiques qui leur sont associées. Initialement, nous avions pensé disjoindre parcours topographique – qui nous paraissait plus immédiatement appréhendable – et parcours thématique et analytique. Finalement, nous avons fusionné les deux, pour éviter les redites et un potentiel facteur de confusion. Enfin, l’objet même du web-documentaire – la comparaison entre les différents types d’enfermements subis et volontaires sur la longue durée – a constitué un véritable défi. Dans les ouvrages collectifs du programme Enfermements, la comparaison s’esquissait par le dialogue noué entre les différents intervenants lors du colloque et entre les différents articles dans la publication, ainsi que grâce aux introductions et conclusions des volumes. Dans le web-documentaire, le jeu du comparatisme terme à terme a été pleinement assumé par l’équipe des quatre historiens et historiennes, ce qui constituait une contrainte forte. La plupart des notices traitent ainsi d’un même aspect dans une prison et dans un monastère23, mais d’autres ont dû s’émanciper de cette contrainte pour mettre en valeur les spécificités des espaces d’enfermement subi ou volontaire.

16Sans début ni fin, le web-documentaire a cependant un plan qui s’apparente à celui d’un livre classique. Le propos est introduit par plusieurs dispositifs : lorsque l’utilisateur arrive sur le site, il n’est pas directement confronté à la vue aérienne de Clairvaux, il peut visionner au préalable une vidéo d’introduction, sorte de captatio benevolentiae qui lui présente l’objectif du web-documentaire. Les plus curieux peuvent aussi lire l’avant-propos proposé dans une barre latérale. Cette barre latérale contient les éléments de repère familiers des lecteurs d’histoire : plan du site, chronologie de l’histoire de Clairvaux, bibliographie, etc. Par rapport à un livre scientifique, il a fallu adapter l’appareil critique au format web et grand public. On a ainsi renoncé aux notes de bas de page, mais pas au double système de référencement scientifique : les références aux travaux des historiens se trouvent dans la bibliographie et les sources des documents sont indiquées dans les légendes ou par des liens hypertextes renvoyant aux sites externes, archives et bibliothèques.

17Enfin, écrire un web-documentaire historique implique de réfléchir constamment à la réception et à la manière dont il faut s’adresser aux différents publics : le niveau de langue s’apparente à celui d’un article d’un magazine de type L’Histoire. Le web-documentaire dispose d’un glossaire : la définition d’un mot de vocabulaire technique s’affiche dans un bandeau lorsque l’on passe la souris dessus. Une réflexion a été menée sur la manière de présenter les documents historiques, et sur la manière de les rendre accessibles au plus grand nombre : les textes en latin ont été traduits, ceux en ancien français ou en vieil anglais réécrits. Chaque document fait l’objet d’un commentaire succinct avec légende ; certains font l’objet d’une analyse plus développée par une mise en série sous forme de diaporama. Par exemple le diaporama sur « la représentation de la cellule dans le cloître et la prison » fait alterner deux types de photographies : une série commandée au photographe Henri Manuel par le ministère français de la Justice dans les années 1930 et mettant en scène des détenus dans leur cellule (en train de lire, prier, travailler) ; et une autre série montrant des maquettes produites par des religieuses, à la même période, où elles se représentent sous la forme de petites poupées en prière dans leur cellule (« cellule de religieuses »). Sont ainsi suggérés les liens entre solitude monastique et isolement carcéral, et la valeur commune attachée à la cellule, perçue comme propice à la méditation du moine comme à l’amendement du détenu.

Ill. 5. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 6. Dortoir / Séparer – discriminer », notice « 6.2 Solitude ou communauté ? », diaporama « La représentation de la cellule dans le cloître et la prison » © Lumento

Ill. 5. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 6. Dortoir / Séparer – discriminer », notice « 6.2 Solitude ou communauté ? », diaporama « La représentation de la cellule dans le cloître et la prison » © Lumento

18Les documents iconographiques, en particulier les cartes (dont certaines datent du Moyen Âge), ont fait l’objet d’une réflexion particulière : fallait-il les présenter à l’état brut ou, au contraire, les retravailler pour les rendre plus lisibles, ce qui suppose que l’on impose un filtre de lecture à l’utilisateur. Le travail du webdesigner a permis de rendre visible les phénomènes décrits en surimposant des calques explicatifs sur les cartes, par exemple.

19Le web-documentaire est le fruit d’un travail collectif de quatre années mené par quatre historiens et historiennes en interaction continue avec la société de production Lumento24. Il a nécessité un très important travail de dépouillement des archives, non pas simplement pour illustrer le propos, mais pour donner à voir les espaces. Pour ce faire, nous avons bénéficié de l’aide précieuse des conservateurs des archives qui ont favorisé les recherches, numérisé ou fourni les images numérisées de documents assez nombreux (plans, dessins notamment). Au total, plusieurs centaines de documents d’archives mis en ligne (du Moyen Âge aux années 1930), provenant de fonds documentaires variés : Archives Nationales, Archives départementales de l’Aube (fonds Clairvaux numérisé)25, fonds Henri Manuel conservé à l’École Nationale de d’Administration Pénitentiaire, mais aussi fonds des bibliothèques et fonds d’archives européens. L’écriture du contenu du web-documentaire et la construction de la plateforme numérique ont été menées de concert, en pensant conjointement et constamment le fond (le savoir produit et diffusé) et la forme. La structure technique a évolué à mesure que progressait notre réflexion et s’est adaptée au contenu scientifique. Inversement, il a fallu adapter notre propos aux contraintes du format numérique allergique à une approche strictement dactylographique (par exemple, en transformant certaines données textuelles sous la forme de vidéos d’interviews). Écrire l’histoire sous un format numérique implique donc une tout autre chaîne de production que celle d’un livre typographique. Elle soulève d’indéniables difficultés de dialogue et de compréhension entre les différents acteurs, les producteurs de textes et d’objets historiographiques que nous sommes et les professionnels du web chargés de les mettre en forme, difficultés qui résultent sans doute des écarts de formation26.

Diffusion et réception du web-documentaire Le cloître et la prison

20Produire un web-documentaire suppose également de définir, dès le moment de la conception, la manière dont il va être diffusé et valorisé, selon quelles stratégies et avec quels partenaires. Contrairement à un livre qui fait l’objet d’un lancement de la part de l’éditeur, d’émissions de radio ou encore de comptes rendus dans la presse ou dans les revues plus spécialisées, le travail de diffusion d’un projet web est peu balisé.

21Afin d’assurer la stabilité et la durabilité matérielle et technique du site, le web-documentaire est hébergé par Huma-num, une très grande infrastructure de recherche (TGIR) fournissant des services numériques pérennes notamment pour la conservation des données de la recherche. Cette stabilité est également assurée par le fait que le web-documentaire mobilise HTML5, et non des technologies susceptibles de se périmer rapidement, comme, par exemple, le logiciel Adobe Flash Player, très utilisé dans les années 2000 et obsolète depuis 2017.

22Dès la conception du web-documentaire, nous avons mis en place une stratégie de diffusion, avec la société de production Lumento, en nouant des partenariats avec les Archives nationales (soirée de lancement le 26 septembre 2018) et avec France culture. Partenaire classique et attendu des projets culturels, la station du groupe Radio France est aussi un acteur important parmi les médias en ligne, notamment par le biais de ses podcasts. Le web-documentaire est hébergé sur le site France culture27, son lancement a été annoncé à l’antenne de la radio ainsi que sur les comptes France culture des réseaux sociaux (Facebook, Twitter). Une émission de la Fabrique de l’histoire d’Emmanuel Laurentin lui a été en partie consacrée28.

  • 29  Données fournies par Google Analytics au 19 novembre 2020. Voir S. Parasie et É. Dagiral, « Le sit (...)
  • 30  La durée d’attention moyenne d’un utilisateur face à un écran (attention span) est très réduite, e (...)
  • 31  H. Guillaud, « La longue traîne », Internetactu.net, 12 avril 2005, mis à jour le 26 septembre 201 (...)

23Mis en ligne le 26 septembre 2018, le web-documentaire comptabilise à ce jour 16 200 utilisateurs, 20 000 sessions et 69 600 pages vues, d’après l’outil Google Analytics qui mesure la fréquentation du site à partir des données de connexion fournies par le site29. Après des pics de fréquentation de 1 500 visiteurs par semaine les premiers mois, la moyenne de fréquentation du site s’est établie autour d’une centaine de visiteurs par semaine (avec des hausses lors des périodes du confinement liées à la pandémie de la covid-19). Les statistiques permettent également de comprendre comment les visiteurs interagissent avec le site : la durée moyenne de visite avoisine les quatre minutes, soit le double du temps habituellement passé par les internautes sur un site internet, ce qui témoigne de l’intérêt suscité par le projet30. Si l’on considère l’engagement des utilisateurs, une fois écartés les abandons précoces, 5 600 utilisateurs ont véritablement parcouru le web-documentaire. Plus de 1 600 personnes y sont restées entre 10 et 30 minutes (13 pages consultées en moyenne), auxquelles s’ajoutent les 550 qui y ont passé plus d’une demi-heure (20 pages en moyenne). Le web-documentaire bénéficie en outre d’un effet « longue traîne » (long tail), notion popularisée par Chris Anderson dans le magazine américain Wired en 200431. Le contenu proposé ne se démode pas et continue d’être consulté dans la durée. Ce caractère explique la stabilité des taux de fréquentation (une centaine de personnes par semaine) avec des pics d’audience en fonction de l’actualité ou des évocations du web-documentaire dans la presse.

24Le site, qui ne propose que des contenus en français, est essentiellement visité par des francophones. À l’échelle du territoire métropolitain, les utilisateurs proviennent majoritairement de la région parisienne et de la région Grand Est : les Parisiens passent en moyenne 4 minutes et 30 secondes sur le site, quand les Troyens et les Rémois, voisins du site physique de Clairvaux, y restent entre 8 et 9 minutes. Les rapports de consultation nous renseignent également sur l’âge présumé des utilisateurs : si l’on considère les tranches d’âge de 18 à 54 ans, le web-documentaire est consulté de manière relativement homogène.

25Les neuf vidéos de visite du site de Clairvaux fonctionnent comme produits d’appel et sont très consultées. Les utilisateurs privilégient une lecture linéaire du web-documentaire : la vidéo du premier lieu « 1. Mur / Protéger-enceindre » et la première notice de ce lieu (« 1.1. Construire la clôture ») sont les pages les plus consultées, suivies des visites vidéo de la « 2. Porte / Entrer-sortir » et du « 3. Bâtiment des convers / Diversité des reclus ». Le lieu « 8. Quartier disciplinaire / Surveiller et punir » attire également de nombreux visiteurs. Ensuite, les taux de lecture sont assez homogènes (autant de visiteurs sur les notices thématiques que sur la chronologie, l’à-propos, etc.).

26Pour faire vivre ce projet, il faut en assurer la diffusion et la valorisation par des moyens variés. Le web-documentaire a suscité un certain intérêt lors de sa sortie en septembre 2018 : comptes rendus et articles dans la presse, L’Histoire32, Le Monde33, Mythologie(s), Grief. Revue sur les mondes du droit, etc. ; chroniques radio (RCF Radio, par exemple) et interviews (Prison insider, journal de France 3 Champagne-Ardenne). Plusieurs événements ont ensuite permis de le présenter en public : Rendez-vous de l’Histoire de Blois (octobre 2018), Congrès du Comité des travaux historiques et scientifiques à Marseille (mai 2019), Nocturnes de l’histoire, etc. Les confinements auxquels ont été soumises les populations durant la pandémie ont suscité un regain d’intérêt pour la thématique des enfermements et le web-documentaire, avec une hausse de la fréquentation du site, en lien avec des annonces sur les réseaux sociaux ou dans la presse (20 minutes)34.

27Depuis deux ans, le web-documentaire a également fait l’objet de communications dans des séminaires universitaires portant sur des thématiques diverses (sur le patrimoine carcéral, sur les sciences humaines et les enfermements, etc.) et lors de séances de master sur l’écriture de l’histoire ou l’histoire publique. Afin de toucher une communauté différente du public curieux d’histoire, le web-documentaire a également été inscrit à des prix de design et en a reçu deux (Awwward Honorable Mention et CSS Design Award Sotd). Pour toucher les enseignants du secondaire, nous avons signalé le web-documentaire au réseau de création et d’accompagnement pédagogique Canopé, qui en a fait état sur son site35.

28À côté de ces stratégies mises en place dès la conception du web-documentaire se sont ajoutées des démarches plus empiriques d’utilisation des réseaux sociaux. Le compte twitter @enfermements permet à la fois de faire la promotion du web-documentaire et de partager des savoirs, à travers notamment la pratique du fil de discussion (thread), série de tweets sur un thème donné. Certains ont été bien relayés, en particulier en janvier 2019, à l’occasion de la réouverture de la maison d’arrêt de la Santé : un fil de discussion racontant l’histoire des débats concernant l’enfermement collectif ou cellulaire depuis le xixe siècle a été bien relayé et a permis de toucher un public plus large que les abonnés, notamment dans le monde de la justice.

29Cependant le web-documentaire demeure un objet mal identifié par la communauté universitaire comme par le grand public. Sa diffusion rencontre des difficultés similaires à celle du format, plus classique, du documentaire indépendant. Se pose en effet la question plus générale de la diffusion de l’objet culturel et de la façon dont il est mis en accès et promu auprès du public. Pour faire connaître le projet et faire vivre le web-documentaire au-delà de son rythme de croisière, il faut se transformer en VRP et être à l’affût de toutes les occasions. Or cette activité est très chronophage et difficilement compatible avec le métier de chercheur ou d’enseignant-chercheur. Il faut sans doute conduire une réflexion sur le référencement et l’indexation du site, sachant que nos systèmes de référencement DOI (équivalent ISBN) étaient inconnus de l’équipe technique ! À court terme, l’objet web et chacune des notices (pages) seront référencés en DOI et donc indexés/indexables dans Isidore (assistant de recherche en SHS), dans Zotero, etc.

  • 36 Y. Bihan, « Quand le numérique… », art. cit. n. 14, p. 118.

30En définitive, le web-documentaire met en œuvre une écriture historique intermédiaire entre l’écriture académique et l’écriture grand public, qui peut toucher un public autre que celui des livres d’histoire, en particulier celui qui est allergique au format dactylographique. Il autorise également à conduire certaines démonstrations historiques avec plus de force qu’un livre, en particulier celles qui ont besoin d’images et de cartes. La présentation multimédia permet de mettre en série et/ou de rapprocher des documents iconographiques de provenance et nature variées et ainsi de suggérer des continuités dans les usages des espaces d’enfermement. Elle associe donc deux modes de production des connaissances, le texte démonstratif historique et la suggestion par l’immersion dans les documents d’archives. De ce point de vue, elle paraît très efficace pour soutenir un discours historique portant sur la longue durée. Enfin, la mise en scène et en images du discours historique par des spécialistes du webdesign, contribue à capter l’attention d’un public plus large, sensible à l’esthétique du site. C’est ainsi que le web-documentaire participe à la « nouvelle écologie de la monstration du savoir scientifique »36 en voie d’essor sur le web.

Haut de page

Notes

1  Enfermements. Le cloître et la prison, vie-xviiie siècle, éd. J. Claustre, I. Heullant-Donat et É. Lusset, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011 ; Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (vie-xixe siècle), éd. J. Claustre, I. Heullant-Donat, É. Lusset et F. Bretschneider, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015 ; Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (xiiie-xxe siècle), éd. Iidem, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017. Le programme de recherche Enfermements est financé par le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (UMR 8589 : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS), le centre Georg Simmel (UMR 8131 : EHESS), le Centre d’étude et de recherche en histoire culturelle (CERHiC-EA 2616 : Université de Reims Champagne-Ardenne), le laboratoire d’excellence Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances (HaStec) et l’Association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux.

2  Le web-documentaire est « un agencement spécifique scénarisant la consultation sur le web d’un documentaire thématique. On peut le définir comme un documentaire réalisé en vidéos, en bandes sons, en textes et en images, et dont la scénarisation tient compte de l’interactivité dans la fragmentation des récits et dans l’interface graphique […] » (É. Broudoux, « Le documentaire élargi au web », Les enjeux de l’information et de la communication, 12/2, 2011, p. 2542, en part. p. 26).

3 Sur l’abbaye dont le 9e centenaire de la fondation a été célébré en 2015, voir Histoire de Clairvaux. Actes du colloque de Bar-sur-Aube/Clairvaux (22 et 23 juin 1990), Bar-sur-Aube, Association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux, 20152 [1991] ; Clairvaux. L’aventure cistercienne, éd. N. Dohrmann, A. Baudin et L. Veyssière, Paris, Somogy/Département de l’Aube, 2015 ; Le temps long de Clairvaux : nouvelles recherches, nouvelles perspectives (xiie-xxie siècle), éd. A. Baudin et A. Grélois, Paris, Somogy, 2017. Sur la prison, D. Fey et L. Herbelot, Clairvaux. Vies emmurées au xixe siècle, Lille, The BookEdition, 2013.

4  Grief. Revue sur les mondes du droit, 6/2, 2019, p. 99125 : textes d’Arlette Farge, Marie-Karine Schaub, Mathieu Soula et Yohan Bihan ; A. Brodiez-Dolino et É. Ruiz, « Les écritures alternatives : faire de l’histoire “hors les murs” ? », Le Mouvement Social, 269270, 2019, p. 545, URL : https://www.cairn-int.info/revue-le-mouvement-social-2019-4-page-5.htm.

5  M. Lussault, L’homme spatial, Paris, Seuil, 2007, p. 217.

6  R. Minuti, Internet et le métier d’historien : réflexions sur les incertitudes d’une mutation, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

7  Citons les nombreuses chaînes YouTube lancées par des passionnés d’histoire, spécialistes ou non, les podcasts ou encore les blogs, avec une utilisation massive des réseaux.

8 S. Noiret, « Y a-t-il une histoire numérique 2,0 ? », Les Historiens et l’informatique : un métier à réinventer, éd. J.P. Genet et A. Zorzi, Rome, École française de Rome, 2011, p. 235‑288.

9  P. Rygiel, « Histoire@numérique, Resistance is futile », Écrire l’histoire, 11, 2013, p. 6974.

10  D. Maingueneau, « Genres de discours et web : existe-t-il des genres web ? », Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, éd. C. Barats, Paris, Armand Colin, 2013, p. 74‑98, en part. p. 42.

11  É. Broudoux, « Le documentaire… », art. cit. n. 2.

12  J.F. Leroux-Dhuys, Clairvaux, le génie d’un lieu, Cirey-sur-Blaise, Châtelet-Voltaire, 2012. Les anciens bâtiments monastiques sont actuellement sous la tutelle du Ministère de la Culture qui a restauré deux bâtiments (le bâtiment des convers et le réfectoire/chapelle). Depuis 40 ans, l’association Renaissance de l’abbaye de Clairvaux se charge de l’animation culturelle de l’abbaye-prison et des visites des bâtiments historiques (URL : https://www.abbayedeclairvaux.com).

13  Selon les mots de M.K. Schaub, « Éclairages sur Clairvaux », Grief. Revue sur les mondes du droit, 6/2, 2019, p. 108113, en part. p. 109.

14  La remarque est de Y. Bihan, « Quand le numérique saisit l’histoire », Grief. Revue sur les mondes du droit, 6/2, 2019, p. 117125, en part. p. 119.

15  URL : http://cloitreprison.fr/chapitre7-cloitre/7-0_visiteVideo.html.

16  URL : http://cloitreprison.fr/chapitre8-quartier-disciplinaire/8-0_visiteVideo.html.

17  Par exemple, URL : http://cloitreprison.fr/chapitre6-dortoir/6-2_solitude-ou-communaute.html.

18  URL : http://cloitreprison.fr/chapitre1-mur/1-4_diversite-lieux.html.

19  AN F16/410, URL : http://cloitreprison.fr/chapitre2-porte/2-5_sorties-illicites.html.

20  URL : http://cloitreprison.fr/sitemap.html.

21  R. Minuti, Internet et le métier d’historien…, op. cit. n. 6, p. 109.

22  Pour reprendre le titre français du livre d’Ivan Illich qui explore les débuts de l’époque de la bookishness, aujourd’hui remplacée par les écrans et la « communication » : I. Illich, Du lisible au visible, la naissance du texte : un commentaire du « Didascalicon » de Hugues de Saint-Victor, Paris, Éditions du Cerf, 1991.

23 Par exemple, URL : http://cloitreprison.fr/chapitre1-mur/1-2_sens-cloture.html.

24  URL : https://www.lumento.fr/. Vidéo : Olivier Lambert et Thomas Salva ; photographie : Thomas Salva ; direction artistique : Denis Trichet – Irregulart ; développement web : Alexandre Croizard – Lanfoster ; voix : Mélanie Traversier.

25  URL : http://www.archives-aube.fr/r/153/clairvaux/. Consulté le 24 avril 2020.

26  P. Rygiel, « L’enquête historique à l’ère numérique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56/5, 2011, p. 3040. 

27  URL : https://www.franceculture.fr/histoire/le-cloitre-et-la-prison-les-espaces-de-lenfermement. Consulté le 24 avril 2020.

28  URL : https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/le-vendredi-lactualite-traverse-la-fabrique-0. Consulté le 24 avril 2020.

29  Données fournies par Google Analytics au 19 novembre 2020. Voir S. Parasie et É. Dagiral, « Le site et son audience. Enquêter sur les métriques du web », Manuel d’analyse du web…, op. cit. n. 10, p. 212227.

30  La durée d’attention moyenne d’un utilisateur face à un écran (attention span) est très réduite, environ 7 secondes selon le Statistic Brain Research Institute, à l’URL : https://www.statisticbrain.com/attention-span-statistics/. Voir aussi R. Weatherhead, « Say it quick, say it well – the attention span of a modern internet consumer », The Guardian, 28 février 2014, URL : https://www.theguardian.com/media-network/media-network-blog/2012/mar/19/attention-span-internet-consumer. Consultés le 24 avril 2020.

31  H. Guillaud, « La longue traîne », Internetactu.net, 12 avril 2005, mis à jour le 26 septembre 2015, URL : http://www.internetactu.net/2005/04/12/la-longue-traine/. Consulté le 24 avril 2020.

32  O. Thomas, « Vivre enfermé », L’Histoire, 451, septembre 2018, URL : https://www.lhistoire.fr/m%C3%A9dias/vivre-enferm%C3%A9. Consulté le 24 avril 2020.

33  P.J. Catinchi, « À Clairvaux, deux visages de la réclusion », Le Monde, 12 octobre 2018, URL : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/10/12/a-clairvaux-deux-visages-de-la-reclusion_5368534_3232.html. Consulté le 24 avril 2020.

34  URL : https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2898387-20201101-replays-semaine-jeu-dame-netflix-web-documentaire-cloitre-prison. Consulté le 19 novembre 2020.

35  URL : https://www.reseau-canope.fr/raconte-ta-ville/quest-ce-quun-webdoc.html. Consulté le 24 avril 2020.

36 Y. Bihan, « Quand le numérique… », art. cit. n. 14, p. 118.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Capture d’écran de la page d’accueil du web-documentaire Le cloître et la prison © Lumento
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1723/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Ill. 2. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 8. Quartier disciplinaire / Surveiller et punir » © Lumento
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1723/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Ill. 3. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 4. Réfectoire / Vivre – survivre – ressusciter », fin de la notice « 4.1 Du réfectoire des moines à la chapelle des prisonniers » © Lumento
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1723/img-3.png
Fichier image/png, 212k
Titre Ill. 4. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison « Plan du site » © Lumento
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1723/img-4.png
Fichier image/png, 188k
Titre Ill. 5. Capture d’écran du web-documentaire Le cloître et la prison : « 6. Dortoir / Séparer – discriminer », notice « 6.2 Solitude ou communauté ? », diaporama « La représentation de la cellule dans le cloître et la prison » © Lumento
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1723/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Claustre et Élisabeth Lusset, « Concevoir un web-documentaire historique. Retour sur l’expérience du web-documentaire Le cloître et la prison  »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1723 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1723

Haut de page

Auteurs

Julie Claustre

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Élisabeth Lusset

CNRS

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search