Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Numérique et études médiévales: e...Numérique, médiéval et internatio...

Numérique et études médiévales: enjeux pédagogiques et formation par la recherche

Numérique, médiéval et international : SIG et métiers du livre à Paris (1292‑1300)

Kouky Fianu, Hélène Noizet et Laurent Costa

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le genre grammatical masculin est utilisé ici à des fins d’allègement du texte et ne présume pas d (...)

1Dans le contexte d’une réflexion commune sur la place du numérique en études médiévales, notamment sur les enjeux pédagogiques et la formation à la recherche, cet article se penche sur le cas d’une collaboration internationale qui a permis à des étudiants1 de premier cycle de l’Université d’Ottawa d’enrichir une plateforme géo-historique basée à Paris tout en s’initiant à la recherche et en mesurant l’apport et les limites des outils numériques. Nous en exposerons rapidement les aspects pédagogiques avant de mettre en évidence la manière dont le recours au SIG a permis d’enrichir une recherche et des conclusions anciennes concernant les métiers de la production et de la vente des livres manuscrits à Paris entre 1292 et 1300.

A. Un cours d’histoire numérique

  • 2  K. Fianu, Histoire juridique et sociale des métiers du livre à Paris (1275-1521), thèse dactylogra (...)
  • 3  ALPAGE. Analyse diachronique de l’espace urbain parisien : approche géomatique. URL : https://alpa (...)

2L’expérience que nous présentons ici est née en 2016 de la rencontre de deux recherches historiques : d’une part, une thèse sur les artisans du livre à Paris, soutenue par Kouky Fianu à l’Université de Montréal en 19912 et, d’autre part, une plateforme d’informations géo-historiques relatives à Paris (ALPAGE), réalisée dans le cadre d’une équipe dirigée par Hélène Noizet (ANR, 2006-2010)3. Cette rencontre a mis en évidence la fracture numérique qui existe dans nos domaines : l’analyse fine et l’explication de la répartition spatiale des artisans du livre qui ne pouvait se faire en 1991 est maintenant possible grâce à la spatialisation et à l’édition de nombreuses données en ligne. C’est cette fracture que nous avons voulu exploiter pour initier des étudiants à certaines méthodes des humanités numériques en histoire médiévale.

3Une collaboration informelle entre Kouky Fianu (Université d’Ottawa), Hélène Noizet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Laurent Costa (CNRS) et Caroline Bourlet (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes) a mené à l’élaboration d’un cours (janvier-avril 2018) destiné à initier les étudiants aussi bien à la recherche, qu’à l’utilisation d’un SIG (système d’information géographique) et à l’histoire de Paris : il s’agissait pour eux d’apprendre à transformer une documentation historique en données scientifiques et de comprendre l’intérêt d’une telle démarche.

4La préparation du cours s’est étendue sur deux ans avec quatre rencontres à Paris et à Ottawa entre avril 2016 et juin 2017. Douze étudiants de premier cycle se sont inscrits en janvier 2018, à raison de 3 h par semaine pendant 12 semaines, sous l’une des cotes disponibles : 5 en Histoire (HIS), 7 en Études médiévales (MDV) et (de manière surprenante) 0 en Humanités numériques (DHN). Les rencontres avaient lieu dans un laboratoire informatique, où chaque bureau est doté d’un ordinateur branché au réseau universitaire et équipé des logiciels installés à l’avance (QGIS notamment). Le syllabus distribué au début du cours insistait clairement sur les multiples objectifs d’apprentissage : acquérir des connaissances sur Paris au xiiie siècle, mener une recherche originale, apprendre à utiliser un système d’informations géographiques (SIG), contribuer à un projet collaboratif international en enrichissant une plateforme géo-historique existante, développer une réflexion sur la production des données historiques et leur exploitation, et enfin expliquer les atouts de l’outil géomatique pour la discipline historique.

  • 4  H. Noizet, « Les plans archéologiques de Berty », Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique (...)
  • 5  Les détails méthodologiques font l’objet d’un autre article à paraître dans la revue en ligne Arch (...)

5Dans un premier temps (12 h), quatre séances en format magistral ont été consacrées à explorer rapidement l’histoire de Paris et des métiers du livre (9 h), avant de présenter la place des SIG dans la pratique historienne (3 h). Dans une seconde partie, les participants ont appris à manipuler les outils (Excel, Alpage, QGIS), à faire de la saisie collaborative et à préparer les données pour construire dans Alpage une nouvelle couche d’information consacrée aux artisans du livre parisiens de la fin du xiiie siècle. L’apprentissage des outils et de la saisie collaborative a été mené à partir d’un exercice sur carte ancienne (le plan archéologique de Paris par Albert Lenoir et Adolphe Berty4) qui a permis au groupe de se familiariser avec les notions de base que sont les points, les polygones et les tables attributaires d’un SIG5.

6Le travail était divisé en quatre composantes successives, chacune constituant un élément de l’évaluation finale :

71) Chaque participant, étudiant et professeur, était responsable de 12 individus parmi les 160 artisans du livre à localiser. Il/elle devait mener la recherche dans des sources imprimées ou électroniques préalablement identifiées puis disposer l’information dans un tableur Excel commun. Les données retenues pour élaborer la table attributaire du SIG comprenaient, pour chaque individu, nom et surnom, rue et paroisse, imposition entre 1292 et 1300, références bibliographiques et notes.

  • 6  C. Bourlet et A. Layec, « Densités de population et socio-topographie : la géolocalisation du rôle (...)

82) Chaque participant localisait ses artisans en mode édition sur la plateforme Alpage par le biais d’une fiche de saisie très simple élaborée par Laurent Costa. Le choix du positionnement de chaque individu était réalisé sur la base d’une couche d’informations élaborée par Caroline Bourlet6 sur Alpage à partir de relevés fiscaux de 1299 et 1300 : lorsque c’était possible, les étudiants identifiaient les foyers fiscaux correspondant aux artisans dont ils avaient la charge et validaient le positionnement de chaque individu en créant un point spécifique par artisan. Lorsqu’un artisan était absent des listes d’impôt exploitées par Caroline Bourlet, son positionnement a été déterminé, en classe, par la reconstitution collective de son voisinage à partir des éditions des relevés fiscaux disponibles pour les années 1292 à 1298.

93) Un devoir final, à remettre pendant la période d’examen, consistait en une dissertation de 15 pages analysant d’une part la répartition des artisans du livre à l’aide d’Alpage et de QGIS, et offrant, d’autre part, une réflexion sur les apports et les limites des SIG en histoire (ill. 1).

104) Enfin, chaque participant recevait une note de participation aux discussions et exercices en classe.

Illustration 1. Exemples de cartes et d’analyses produites par des étudiants pour un devoir final

Illustration 1. Exemples de cartes et d’analyses produites par des étudiants pour un devoir final

11À l’issue du trimestre, le groupe étudiant a été invité (selon une pratique commune à toutes les universités d’Amérique du Nord) à évaluer anonymement le cours et l’enseignement dans un questionnaire en ligne. Sur les 11 étudiants encore inscrits en fin de session, 10 ont répondu, ce qui constitue un taux de réponse record (91 % contre 40 à 50 % de participation habituellement). Leurs réponses indiquent une appréciation élevée de l’enseignement et une bonne appréciation du cours. Grâce aux commentaires qu’ils ont rédigés, on constate qu’ils ont notamment apprécié la formule avec exercices en classe, participation de l’enseignante aux efforts collectifs, multidisciplinarité et apprentissage de nouveaux outils, notamment avec l’aide de courtes vidéos montées par Laurent Costa pour illustrer les étapes d’utilisation de QGIS. Quelques commentaires regrettaient de n’avoir pas eu plus de temps pour se familiariser avec les outils. Un témoignage en particulier nous a confortés dans l’intérêt d’un tel cours :

J’ai beaucoup appris. J’ai toujours voulu me lancer dans l’enseignement à l’Université mais le côté « Recherche » de la carrière m’effrayait un peu, mais depuis que j’ai découvert ce type de recherche, je suis de nouveau intéressé.

12Que retenir de cette expérience ? Tout d’abord son caractère stimulant et positif. Nous avons réellement assisté à un transfert des connaissances à plusieurs niveaux : des enseignants aux étudiants, de Paris à Ottawa et vice-versa. La plateforme publique Alpage y a gagné une couche inédite des « Artisans du livre à la fin du xiiie s. », contribuant au transfert vers le public d’un savoir élaboré dans la sphère universitaire. Ce cours a été le produit d’une collaboration harmonieuse des chercheurs de part et d’autre de l’Atlantique, comme l’ont parfaitement compris les participants. Ensemble, chercheurs et étudiants ont intégré apprentissage et recherche, compétences techniques et savoir historique : chacun à son niveau a développé ses aptitudes. Nous avons tous travaillé à l’interrogation et à l’analyse des données produites par les outils numériques. Contrairement au format traditionnel de la pédagogie magistrale, chercheurs et étudiants ont individuellement apporté, dans ce cours, leur contribution à un savoir construit collectivement. Il n’a échappé à personne que la dimension numérique a permis de reprendre à nouveaux frais les conclusions obtenues par des travaux anciens. S’il ne les a pas remises en cause, le questionnement axé sur l’analyse spatiale et le recours au SIG a considérablement nuancé les observations faites il y a près de 30 ans, tout en donnant à voir et à comparer la localisation et la répartition fiscale des artisans du livre, comme le souligne l’exemple de la paroisse Saint-Séverin, rive gauche. L’image ci-dessous illustre la même information (ill. 2) : l’imposition des artisans du livre de Saint-Séverin par métier, à gauche sous forme de tableau (1992), à droite sous forme de carte (2019).

Illustration 2. Une même analyse spatiale sur les métiers du livre à Paris présentée en tableau en 1992 et en carte en 2019

Illustration 2. Une même analyse spatiale sur les métiers du livre à Paris présentée en tableau en 1992 et en carte en 2019

13Le succès de l’expérience ne doit cependant pas occulter les obstacles qu’il a fallu contourner pour atteindre ce résultat positif. La préparation, commencée deux ans en amont, a requis un investissement notable en temps (formation dispensée par Hélène Noizet à Kouky Fianu, finalisation de la couche par Laurent Costa) et en déplacements (à Paris et à Ottawa). Au coût matériel s’ajoute un coût intellectuel : la collaboration implique que l’on cède ses données personnelles (parfois imparfaites), que l’on accepte d’exposer ses procédures de travail, voire ses faiblesses… Enfin, il existe un obstacle physique entre participants, notamment pour les séances en format magistral, lorsqu’on travaille dans un laboratoire informatique où chacun peut s’isoler derrière un écran.

14Le point de vue étudiant sur l’apport et les limites des SIG à la recherche historique a été parfaitement exprimé dans l’un des devoirs finaux :

En conclusion, les SIG offrent une méthode et des outils qui peuvent aider les chercheurs à approfondir leur étude des artisans du livre à Paris au xiiie siècle. Ils permettent entre autres d’émettre de nouvelles hypothèses sur la répartition de ces artisans et leurs relations avec différentes dynamiques urbaines en plus de mettre à la disposition des chercheurs une panoplie d’outils pour analyser et représenter ces informations à la fois géographiques et sémantiques. Toutefois, un long processus de réflexion est nécessaire pour faire face aux différentes limites en ce qui concerne les sources primaires, l’information retenue et le traitement mathématique des données par les SIG. (Béatrice Leblanc-Martineau)

15Pour conclure, « Paris, médiéval et virtuel » a tenu ses promesses : donner aux étudiants l’occasion de mener une recherche en histoire médiévale (élaboration d’un corpus, énoncé de questions de recherche, analyse de données et rédaction d’une étude) tout en s’initiant à des outils numériques et au questionnement spatial dont ils ont pu mesurer l’intérêt pour la production du savoir. Le travail collectif, qui n’était pas inscrit dans le syllabus, a pris une dimension importante durant le trimestre, distinguant ce cours de ceux au format plus traditionnel et lui conférant un attrait singulier. Ici comme ailleurs, l’outil numérique a pris toute sa pertinence parce qu’il était utilisé dans un environnement collaboratif où géomaticiens et historiens sont entrés dans un dialogue fécond.

B.  Métiers du livre et analyse spatiale

  • 7  Le montant collecté devait permettre aux marchands et artisans parisiens de s’exonérer, en la rach (...)
  • 8  Les listes de 1296 et 1297 ont été éditées par K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l’a (...)
  • 9  Voir J. Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Âge », Bibliothèque de l (...)
  • 10  La liste de 1292 a été éditée : H. Géraud, Paris sous Philippe-le-Bel. D’après des documents origi (...)

16Dans la thèse qui est à l’origine de cette étude, les artisans du livre ont été extraits de cinq relevés fiscaux (les rôles) relatifs à une même taxation royale (la taille) levée sur la population commerçante et artisanale parisienne7. Ces listes de gens de métiers, datées de 1296 à 1300, correspondent aux cinq dernières années d’un impôt étalé sur huit ans, de 1293 à 13008. Elles comportent les noms, surnoms et professions des contribuables relevés rue par rue, paroisse par paroisse, avec leur cote d’imposition annuelle. Le sixième document, de 1292, est considéré comme un estimé théorique, préalable à la levée de l’impôt l’année suivante, de la matière imposable à Paris9. Pour cette raison, le rôle de 1292 comporte un plus grand nombre de contribuables que les autres10.

  • 11  Pour plus de détails sur les étapes d’identification des artisans du livre, voir K. Fianu, « Les p (...)

17Bien qu’ils visent les mêmes individus, les six relevés fiscaux ne sont pas parfaitement identiques. Outre le plus grand nombre inscrit en 1292 (15 000 personnes, alors que les suivants n’en comportent qu’entre 6 000 et 10 000), les listes varient avec les exonérations (pauvreté, privilèges, etc.) différemment appliquées d’une année à l’autre. De plus, certaines lacunes des documents mêmes laissent dans l’ombre des groupes particuliers : pour 1296, par exemple, la section réservée aux « menus », les contribuables imposés de moins de 5 sous parisis, n’a pas été conservée, tandis qu’en 1298, la rive gauche ne comporte pas les « gros » (imposés à plus de 5 sous parisis). Enfin, les collecteurs n’ont pas procédé de la même manière d’une année à l’autre : les noms tout comme les professions relevées peuvent varier, ce qui a exigé un travail attentif d’identification sur la base d’un examen onomastique et d’une reconstitution du voisinage des contribuables11. Un artisan qui apparait au même endroit dans différents rôles de taille, même si son nom varie légèrement, est considéré comme un seul individu dans la base de données. En revanche, une même personne qui aurait changé d’emplacement au cours des années constitue autant de points dans le volet spatial, puisque la localisation est un attribut déterminant des individus dans un SIG.

18Entre 1292 et 1300, les rôles de taille renferment les noms de 157 professionnels du livre, hommes et femmes, localisés et identifiés comme enlumineurs, relieurs, libraires ou parcheminiers. Actifs dans l’une ou l’autre des activités de production et de vente des manuscrits, ils figurent dans la documentation fiscale jusqu’à leur exemption d’impôt, obtenue en 1307 à titre de suppôts de l’Université de Paris ; plus aucun d’entre eux n’est mentionné dans les tailles suivantes, notamment celle de 1313. C’est donc un groupe perçu comme homogène qui œuvre à la réalisation et au commerce des livres. Il faut toutefois dire un mot du principal acteur de la production, le copiste, ici absent en tant que professionnel. La copie étant une activité pratiquée occasionnellement par des étudiants, des écrivains ou toute autre personne en mesure de manier la plume, les copistes ne figurent pas dans les rôles de taille. Les écrivains qu’on y trouve présentent un profil topographique très différent des autres gens du livre (ill. 3).

Illustration 3. Artisans du livre et écrivains d’après les rôles de taille de 1299 et 1300

Illustration 3. Artisans du livre et écrivains d’après les rôles de taille de 1299 et 1300

19Bien que plus présents rive gauche qu’ailleurs, les écrivains se répartissent dans l’ensemble de la capitale et ne présentent pas de concentration particulière à proximité des libraires, relieurs ou enlumineurs. Ils peuvent d’ailleurs être associés au monde de la comptabilité ou des institutions, gouvernementales ou cléricales, sans être des professionnels de la fabrication de manuscrits. C’est la raison pour laquelle ils n’ont pas été pris en compte ici.

20Les 157 individus identifiés ne sont toutefois pas tous inscrits systématiquement dans les six rôles, dans la mesure où ceux-ci comportent des lacunes et où les taux d’imposition variables peuvent rendre invisibles les contribuables les plus modestes. En effet, l’assiette de l’impôt était fondée sur la fortune déclarée des contribuables. Ainsi, plus la contribution qui figure en regard du nom d’un contribuable est élevée, plus le contribuable était riche ; tandis qu’à l’inverse, plus l’artisan était pauvre, plus il risque de ne pas apparaître dans le relevé, sans que l’on puisse cependant déterminer l’assiette avec certitude. Les niveaux de fortune ne prennent donc leur sens que dans la comparaison des uns avec les autres.

  • 12 K. Fianu, « Métiers et espace : topographie de la fabrication et du commerce du livre à Paris (xiii(...)

21Grâce aux diverses couches d’informations disponibles dans Alpage, notamment celles des foyers fiscaux de 1299 et 1300 élaborée par Caroline Bourlet, il est maintenant possible d’enrichir l’étude spatiale sommaire des gens du livre menée par Kouky Fianu12. Après une présentation générale de la localisation des gens du livre, nous nous pencherons sur la présence des femmes dans les activités du livre, avant d’examiner plus en détail les deux pôles principaux de localisation de ces métiers : la rue Neuve-Notre-Dame et les abords de l’église Saint-Séverin. Nous terminerons en proposant des hypothèses pour expliquer la présence atypique de parcheminiers rue des Blancs-Manteaux, sur la rive droite, et de libraires rue Saint-Jacques, sur la rive gauche.

1. Les métiers du livre à Paris

Illustration 4. Typologie des métiers du livre à Paris entre 1292 et 1300

Illustration 4. Typologie des métiers du livre à Paris entre 1292 et 1300

22Chaque artisan localisé est attesté entre une à six années de 1292 à 1300 (tab. 1 et ill. 5).

Tableau 1. Nombre d’années de présence fiscale par type de métier du livre à Paris entre 1292 et 1300

Nombre d’années de présence fiscale

Métier

1

2

3

4

5

6

Total

Enlumineur

23

48%

10

21%

4

8%

5

10%

5

10%

1

2%

48

100%

Libraire

19

41%

9

20%

3

7%

4

9%

8

17%

3

7%

46

100%

parcheminier

20

41%

7

14%

4

8%

4

8%

9

18%

4

8%

48

98 %

Relieur

4

27%

4

27%

4

27%

0

0%

2

13%

1

7%

15

100%

Total

66

42%

30

19%

15

10%

13

8%

24

15%

9

6%

157

100%

Illustration 5. Nombre d’années de présence fiscale pour tous les artisans du livre à Paris entre 1292 et 1300

Illustration 5. Nombre d’années de présence fiscale pour tous les artisans du livre à Paris entre 1292 et 1300
  • 13  La question de la longévité doit être envisagée avec nuance : un contribuable présent deux fois, e (...)
  • 14  Par exemple, Gilles de Soissons, installé rue Neuve-Notre-Dame, est déclaré « lieur » de livres en (...)

23On constate tout d’abord qu’il n’y a pas de spécificité par métier de cette durée d’attestation : la plupart des attestations le sont une année seulement (42 % du corpus), mais un artisan sur cinq est présent dans 5 ou 6 relevés, et pas seulement dans les zones de concentration des métiers. Enlumineurs, parcheminiers et libraires présentent à la fois un groupe en nombre similaire (46 à 48 individus) et à la répartition temporelle semblable, puisque la majorité d’entre eux (entre 56 et 68 %) ne figurent dans les relevés qu’une ou deux années. À cet égard, les relieurs ont cependant un profil légèrement différent avec un effectif bien moins nombreux (15 individus contre 46‑48 pour les autres métiers), un quart d’entre eux étant également présents un, deux ou trois ans, et aucun inscrit pendant 4 ans, même si trois d’entre eux affichent une belle longévité professionnelle13. Ce profil peut s’expliquer par le fait que la reliure est une étape de la production du manuscrit qui pouvait se faire en association avec une autre activité, telle l’enluminure ou la vente, comme le souligne l’existence d’artisans qualifiés d’enlumineur (ou de libraire) une année mais de relieur une autre année. Les collecteurs n’ont pas systématiquement relevé la même activité lorsqu’il y en avait deux exercées dans un même foyer fiscal14.

24Du point de vue de la répartition géographique de ces artisans en fonction de la durée d’attestation, on retrouve bien les deux pôles principaux de l’artisanat du livre déjà repérés par Kouky Fianu : la rue Neuve-Notre-Dame, sur l’île de la Cité, ainsi que les rues Erembourg-de-Brie et de la Parcheminerie, rive gauche. Les attestations d’une seule année sont proportionnellement plus nombreuses rive droite, mais dans tous les cas il est difficile de savoir dans quelle mesure les durées courtes (un an) sont un effet de source (dû au fait qu’un artisan n’est pas taxé les autres années tout en étant bien là) ou bien si elles témoignent effectivement d’une présence de faible durée (soit que l’artisan ait disparu, déménagé ou changé de métier). Ces activités s’accommodaient assez bien d’une maison quelconque, sans contrainte bâtie majeure, ces métiers ne nécessitant en effet pas d’infrastructures techniques rares (à l’instar des poulies pour les tisserands, des cuves pour les tanneurs, des fours pour les artisans producteurs de métal…). Il est donc possible que les courtes durées signalent une présence effectivement ponctuelle dans le temps.

25Par ailleurs, la poly-activité est assez rare dans cette branche puisque 94 % des artisans localisés ne sont mentionnés dans les rôles de taille qu’au titre d’une seule activité professionnelle, soit comme relieur, enlumineur, parcheminier ou libraire (ill. 6).

Illustration 6. Activités professionnelles uniques et multiples des artisans de la filière du livre à Paris de 1292 à 1300

Illustration 6. Activités professionnelles uniques et multiples des artisans de la filière du livre à Paris de 1292 à 1300

26Les 6 % restants se divisent en deux petits groupes de même importance : ceux qui exercent un autre métier complètement différent et ceux qui combinent au moins deux métiers du livre ou bien un métier du livre et celui d’écrivain, connexe aux activités de production des manuscrits (tab. 2). La poly-activité des premiers (cinq individus) fait que leur vie professionnelle dépasse largement le milieu de la production du livre, tandis que celle des seconds (quatre individus) témoigne d’une spécialisation dans cette filière, à l’intérieur de laquelle existe une complémentarité entre les divers métiers du livre.

Tableau 2. Métiers et impôt annuel moyen des 9 artisans du livre poly-actifs à Paris de 1292 à 1300

Prénom

Surnom

Impôt moyen (en deniers)

Métiers exercés

Rue

Rive

Jean

d’Orli

108

Enlumineur, tavernier

aux Fèvres

droite

Lucas

l’escrivain

144

Écrivain, parcheminier

Porche Saint-Jacques

droite

Robert

de Craonne

206

Libraire, tavernier

des Poirées

gauche

Jean

de St-Léger

216

Libraire, regratier

Saint-Victor

gauche

Robert

à l’Ange

307

Libraire, parcheminier

de la Parcheminerie

gauche

Jean

de Macy

112

Parcheminier, tavernier

de la Parcheminerie

gauche

Hebert

de Reims

94

Parcheminier, relieur, tavernier

de la Parcheminerie

gauche

Jean

de Sevre

68

Relieur, tavernier

Erembourg-de-Brie

gauche

Pierre

Giraut

32

Enlumineur, bûchier, écrivain

Erembourg-de-Brie

gauche

Moyenne

143

27Les contribuables qui exercent un métier du livre et un métier étranger à la filière du livre sont le plus souvent taverniers. Ils sont davantage situés rive gauche mais sans localisation particulière privilégiée. Les autres métiers différents de ceux du livre sont regratier (mod. « regrattier », revendeur au détail de produits du quotidien) et bûchier (marchands de bûches de bois), des activités très fréquentes, qui ne nécessitent pas de compétences particulières. Cependant, on ne sait pas laquelle des deux activités procurait le plus de revenus.

28Au contraire, trois des quatre individus qui exercent au moins deux métiers du livre ou un métier du livre et celui d’écrivain, sont situés dans le seul secteur de la rue de la Parcheminerie (ill. 6) : cette concentration des artisans plus spécialisés dans la filière du livre y est normale puisqu’elle correspond au pôle principal de production des manuscrits à Paris.

29Du point de vue de leur niveau de fortune, on n’observe pas de différence flagrante entre les artisans du livre à un seul métier et les artisans poly-actifs, sauf dans le cas des libraires (tab. 3).

Tableau 3. Nombre et impôt annuel moyen des artisans du livre mono-actifs et poly-actifs à Paris de 1292 à 1300

Métier

Nb d’individus en 1292-1300

Impôt moyen annuel (en deniers)

Écart-type de l’impôt

Enlumineur

46

61

52

Enlumineur, bûchier, écrivain

1

32

Enlumineur, tavernier

1

108

Libraire

43

388

467

Libraire, parcheminier

1

307

Libraire, regratier

1

216

Libraire, tavernier

1

206

Parcheminier

45

113

162

Parcheminier, écrivain

1

144

Parcheminier, relieur, tavernier

1

94

Parcheminier, tavernier

1

112

Relieur

14

50

40

Relieur, tavernier

1

68

30D’une façon générale, les poly-actifs paient moins d’impôt que leurs collègues qui n’exercent qu’un seul métier. C’est particulièrement vrai dans le cas des libraires. Il semble donc que la poly-activité professionnelle soit, pour ces libraires, un moyen d’augmenter leurs revenus qui seraient peut-être considérés comme trop modestes ou insuffisants s’ils se limitaient à la seule activité du livre. La poly-activité est donc plus un signe de précarité que d’aisance.

31Cette spécificité des libraires nous incite à examiner séparément chacun des quatre métiers du livre. Si on analyse leur répartition spatiale et leur niveau de fortune, on retrouve les similitudes et les différences, assez claires en fonction du type de métier, que Kouky Fianu avait déjà pointées (ill. 7).

32

Illustration 7. Localisation et impôt annuel moyen des différents types de métiers du livre à Paris de 1292 et 1300

Illustration 7. Localisation et impôt annuel moyen des différents types de métiers du livre à Paris de 1292 et 1300

33Du point de vue de leur localisation, la totalité des relieurs et la majorité des enlumineurs et des libraires se trouvent sur la rive gauche ou sur l’île de la Cité, principalement dans les deux pôles précités spécialisés dans la production et la vente de manuscrits (rue Neuve-Notre-Dame et secteurs des rues de la Parcheminerie et Erembourg-de-Brie). En revanche, les parcheminiers présentent un profil différent des autres métiers du livre, puisque 37 % d’entre eux sont actifs sur la rive droite et constituent 82 % des artisans du livre présents dans cette partie de la ville.

Illustration 8. Nombre d’associés pour chaque métier du livre imposé à Paris de 1292 à 1300

Illustration 8. Nombre d’associés pour chaque métier du livre imposé à Paris de 1292 à 1300
  • 15  Sont qualifiés d’associés les artisans inscrits dans le même foyer fiscal que le contribuable prin (...)

34La documentation fiscale indique les contribuables exerçant avec des parents ou des apprentis au sein d’un même foyer (ill. 8)15. La grande majorité (85 %) des 157 individus relevés l’ont été seuls. Cependant, des 24 artisans mentionnés avec des associés, la moitié sont des libraires (11 précisément). Ils se distinguent là encore du lot : ce sont eux qui gèrent les établissements les plus importants avec parfois jusqu’à 3 associés, ce qui porte donc à 4 le nombre de personnes officiellement déclarées dans leur foyer.

35Au total, la combinaison des critères, fiscaux et spatiaux, fournit le tableau suivant des gens du livre présents à Paris à la fin du xiiie siècle :

36- des relieurs, moins nombreux que les autres métiers, aux revenus plus modestes et assez homogènes (impôt moyen de 50 deniers et écart-type inférieur à cette moyenne), et qui sont concentrés exclusivement dans les deux quartiers principaux, devant la cathédrale Notre-Dame et aux abords de l’église Saint-Séverin ;

37- des enlumineurs, avec une gamme de revenus un peu plus étendue que celle des relieurs, tout en restant proche d’eux et en constituant aussi une population économiquement assez homogène (impôt moyen de 61 deniers et écart-type inférieur à la moyenne), et qui sont majoritairement concentrés sur la rive gauche et sur l’île de la Cité, mais pas exclusivement ;

38- des parcheminiers en position économique médiane, avec une imposition moyenne à 113 deniers, qui cache une dispersion assez forte des revenus (écart-type de 167 deniers), et qui se distinguent par une répartition urbaine ubiquiste, aussi bien dans les quartiers principaux que sur la rive droite, où ils sont presque les seuls artisans de la filière du livre ;

39- des libraires très riches, dominant de loin la filière, avec les établissements les plus importants en nombre de travailleurs et un impôt moyen très élevé de 388 deniers, soit 3 à presque 8 fois supérieur aux autres métiers, avec toutefois une grande variété de profils (écart-type de 467 deniers), et qui sont presque exclusivement situés rive gauche et sur l’île de la Cité.

40Le libraire, figure dominante des professionnels du livre dans la réglementation mise en place par l’université dès 1275, apparaît également comme un contribuable supérieur aux autres métiers sur le plan de la fortune. Le regard spatial nuance encore ce portrait : avec sa topographie spécifique (absent de la rive droite mais débordant la zone de concentration de la rive gauche), le libraire semble attirer dans son voisinage des enlumineurs, alors que ceux-ci œuvrent généralement rue Erembourg-de-Brie. L’analyse topographique confirme ainsi ce que l’on perçoit par ailleurs entre xiiie et xve siècle à Paris (dans les comptes, les règlements et les témoignages), c’est-à-dire que le libraire joue le rôle de maître d’œuvre parmi des artisans (relieurs et enlumineurs essentiellement) qui bénéficient de sa proximité. Par son aisance financière, seul le libraire peut investir à l’avance dans la production d’un manuscrit. Acheter le parchemin, payer copie, ornementation et reliure requéraient une situation économique que la plupart des autres métiers n’avaient pas. Cela expliquerait l’installation de ces acteurs de la production dans le voisinage d’un libraire lorsqu’ils n’étaient pas dans une des zones de concentration de la production du manuscrit.

2. Les femmes dans l’activité artisanale du livre

  • 16  K. Fianu, « Les femmes dans les métiers du livre à Paris (xiiie-xve siècle) », La collaboration da (...)

41Parmi les foyers imposés de la filière du livre, 18 sont dirigés par des femmes, soit 11 % du corpus. Ils sont le fait de 17 contribuables différentes, l’une d’elles – Julienne – ayant déménagé de l’île de la Cité à la rive gauche (tab. 4). Comme Kouky Fianu l’avait déjà constaté, elles sont donc minoritaires sans être absentes, loin de là16.

Tableau 4. Femmes exerçant un métier du livre et imposées à Paris entre 1292 et 1300

Prénom

Surnom

Impôt moyen (en deniers)

Métier

Rue

Jeanne

42

Enlumineuse

Erembourg-de-Brie

Femme

240

Enlumineuse

Erembourg-de-Brie

Ameline

de Maffliers

24

Enlumineuse

Erembourg-de-Brie

Bourjot

l’enlumineresse

96

Enlumineuse

Neuve-Notre-Dame

Erembourg

l’enlumineresse

24

Enlumineuse

Neuve-Notre-Dame

Julienne

240

Libraire

fbg Saint-Victor, hors les murs

Marguerite

de Sens

960

Libraire

Grande rue Saint-Jacques

Julianne

la Normande

60

Libraire

Neuve-Notre-Dame

Julienne

1104

Libraire

Neuve-Notre-Dame

Ameline

de Berton

108

Libraire

Neuve-Notre-Dame

Aaliz

de l’Escurel

1464

Libraire

Neuve-Notre-Dame

Coustance

la Parcheminière

12

Parcheminière

aux Lavandières Ste-Opportune

Marote

la Parcheminière

24

Parcheminière

de la Parcheminerie

Aaliz

36

Parcheminière

des Blancs-Manteaux

Bonne

192

Parcheminière

des Cordeliers

Jeanne

la Parcheminière

66

Parcheminière

l’Archet Saint-Landry

Jeanette

la Parcheminière

36

Parcheminière

Saint-Martin

Julienne

144

Relieuse

Neuve-Notre-Dame

Moyenne

271

Ecart-type

432

42Il n’y a en revanche pas de différence entre hommes et femmes du point de vue de la répartition par métier du livre (tab. 5).

Tableau 5. Proportion d’hommes et de femmes par type de métier du livre à Paris de 1292 à 1300

Type de métier du livre

Nb de femmes

Nb d’hommes

Total

% du total des femmes

% du total des hommes

Enlumineur

5

43

48

28%

31%

Relieur

1

14

15

6%

10%

Parcheminier

6

42

48

33%

30%

Libraire

6

40

46

33%

29%

Total

18

139

157

100%

100%

43Elles sont ventilées dans les différents métiers de la même manière que les hommes, avec des effectifs proches du tiers pour les libraires, parcheminières et enlumineuses, et un nombre plus restreint pour les relieuses.

Illustration 9. Hommes et femmes exerçant un métier du livre en fonction du montant de leur impôt à Paris de 1292 à 1300

Illustration 9. Hommes et femmes exerçant un métier du livre en fonction du montant de leur impôt à Paris de 1292 à 1300

44Leur localisation dans la ville est aussi très similaire à celle de leurs collègues masculins, dans les mêmes pôles principaux (ill. 9). Au-delà de ces similitudes, on repère quelques petites spécificités professionnelles propres aux femmes, notamment sur le plan fiscal (tab. 6).

Tableau 6. Montant de l’impôt moyen annuel par sexe et par type de métier du livre à Paris de 1292 à 1300

18 FEMMES

Relieuses

Enlumineuses

Libraires

Parcheminières

Impôt moyen

144

426

656

61

Écart-type

0

161

596

67

139 HOMMES

Relieurs

Enlumineurs

Libraires

Parcheminiers

Impôt moyen

45

58

329

121

Écart-type

30

46

426

164

45Si elles sont beaucoup moins nombreuses que leurs collègues masculins, leur niveau de fortune est globalement plus élevé, sauf pour les parcheminiers : qu’elles soient libraires, enlumineuses ou relieuses, les artisanes du livre sont 2 à 7 fois plus riches en moyenne que les hommes qui exercent ces métiers.

46Par ailleurs, les artisanes du livre recensées dans les rôles de taille ont un nombre d’associés proportionnellement plus élevé que leurs collègues masculins : 39 % d’entre elles travaillent avec 1 à 3 autres personnes, contre seulement 13 % pour les hommes (tab. 7).

Tableau 7. Nombre d’associés par sexe pour les artisans du livre à Paris de 1292 à 1300

Nombre d’associés

Femmes

Hommes

% du total des femmes

% du total des hommes

0

11

121

61%

87%

1 à 3

7

18

39%

13%

18

139

100%

100%

47Les femmes sont aussi, en proportion, plus nombreuses que les hommes à être citées une seule année et ne sont quasiment pas concernées par les attestations de longue durée, de 4 à 6 ans (tab. 8). Toutefois, il faut se rappeler que c’est l’enregistrement fiscal de leur travail qui est d’une durée plus courte que celle des hommes, pas nécessairement l’exercice lui-même de l’activité. Dans la mesure où les documents fiscaux recensent prioritairement des hommes comme chefs de foyers productifs, leur épouse peut exercer discrètement, sans être recensée, jusqu’à ce que, devenue veuve, elle prenne en charge l’activité du foyer et que les documents l’enregistrent comme chef de foyer à son tour.

Tableau 8. Nombre d’années de présence fiscale par sexe pour les artisans du livre à Paris de 1292 à 1300

Nombre d’années

Femmes

Hommes

Total général

% du total des femmes

% du total des hommes

1

11

55

66

61%

40%

2

4

26

30

22%

19%

3

2

13

15

11%

9%

4

13

13

0%

9%

5

24

24

0%

17%

6

1

8

9

6%

6%

Total

18

139

157

100%

100%

48Enfin, aucune des 18 femmes n’exerce de métier multiple : elles n’ont systématiquement qu’un seul métier indiqué dans les rôles de taille.

  • 17  K. Fianu, « Les femmes… », art. cit. n. 16.

49Au total, nettement moins nombreuses que les hommes, les artisanes sont aussi, en proportion, imposées pour des périodes plus courtes, tout en étant plus riches et à la tête de foyers souvent plus importants, avec un plus grand nombre d’associés en moyenne que les hommes. Ces spécificités s’expliquent lorsqu’on les met en relation avec le constat, déjà fait par ailleurs, selon lequel les femmes qui travaillent dans la filière de la production des manuscrits apparaissent dans les listes fiscales quand elles sont devenues veuves : du vivant de leur mari, c’est lui qui est cité comme chef de feu, et ce même si elles travaillent avec lui17. On trouve ainsi 8 hommes chefs de feu qui sont explicitement associés avec leur mère, leur femme ou une fille : c’est le cas en particulier de Julienne, mentionnée une fois, en 1292, comme associée de son mari, Alain le Jeune et, à partir de 1296, comme contribuable en son nom propre. Mais à la mort du mari, l’activité du foyer, surtout si elle est florissante comme le suggèrent les niveaux élevés d’imposition et le nombre d’associés, ne s’arrête pas pour autant : la veuve prend le relais de son mari et peut tout aussi bien que lui faire tourner la boutique. C’est vraisemblablement ce qu’illustre le cas d’Aaliz à l’Escurel, active rue Neuve-Notre-Dame dans la Cité. Inscrite dans le rôle de taille de 1292 comme « dame Aaliz » elle est imposée au gros montant de 6 livres parisis (1440 deniers) en compagnie d’un fils nommé Fortin (imposé à 1464 deniers). Elle a aussi un valet, Colin de Bondi, imposé à 24 deniers. En 1296, 1297 et 1298, elle est taxée seule, pour 1440 deniers la première année et 1488 deniers les deux suivantes. En 1299, son fils, cette fois nommé Fort et désigné comme libraire, est à nouveau à ses côtés, mais cité le premier et imposé à 1488 deniers. Il disparait encore en 1300, laissant sa mère inscrite seule pour le même montant de 1464 deniers. La présence d’Aaliz rue Neuve-Notre-Dame, dont le métier n’est pas indiqué mais installée parmi les libraires fortunés, dotée d’un titre de notabilité (« dame ») et associée à un fils libraire et à un valet, la désigne en toute probabilité comme une artisane du livre, libraire sans doute, maîtresse de son activité. L’absence de mari fait d’elle une veuve qui mène l’entreprise dont le fils prendra la charge en vieillissant : c’est ainsi que l’on peut interpréter le changement de désignation de Fortin, forme enfantine, à Fort, forme adulte du nom. Qu’est-il advenu de lui en 1300, alors que, relevé le premier l’année précédente, il semblait avoir pris la charge du foyer tenu jusque-là par sa mère ? Les documents ne l’indiquent pas. On constate simplement qu’il n’est plus cité tandis que sa mère occupe à nouveau sa place dans la rue, avec la même imposition.

50Toutes les veuves n’étaient cependant pas en mesure de maintenir l’activité qu’elles avaient exercée avec leur mari. Le veuvage pouvait à l’inverse entraîner des changements de situation. Ainsi en va-t-il de Julienne, inscrite sans métier rue Neuve-Notre-Dame dans les rôles de 1296 et 1297. Son mari, le libraire Alain le Jeune, a une cote d’imposition de 6 livres (1440 deniers). Julienne, sans doute devenue veuve, prend la relève seule au même endroit que son mari en 1296 mais avec une cote moindre (1104 deniers). Jean Biauné, sans mention de métier, est inscrit immédiatement après elle dans les listes fiscales de 1296 et 1297 (pour 360 deniers), et qualifié de « gendre de la femme Alain le genne » ce qui laisse croire à une association professionnelle tournant autour de la librairie entre la veuve, chef de foyer, et son gendre. L’année suivante, Julienne n’est plus imposée dans la Cité mais à l’extérieur des murs de la ville, dans le voisinage de l’abbaye Saint-Victor, importante consommatrice de livres. L’imposition de Julienne n’est plus que de 240 deniers, ce qui la place toujours dans la catégorie des « gros » contribuables. On est tenté de faire l’hypothèse qu’elle a poursuivi auprès de l’abbaye, quoiqu’à plus petite échelle, l’activité de librairie qu’elle exerçait avec son mari, voire avec son gendre, dans la Cité.

3. Le pôle de la rue Neuve-Notre-Dame

51Le pôle de la rue Neuve-Notre-Dame, située entre le parvis de la cathédrale, à l’est, et la grande rue nord-sud qui traverse l’île de la Cité, dénommée rue du Marché Palu dans ce secteur, à l’ouest, comprend aussi la petite rue aux Coulons, au nord. Entre 1292 et 1300, les libraires dominent très nettement tous les autres métiers du livre, que ce soit en nombre ou en richesse (tab. 9).

Tableau 9. Nombre et impôt moyen annuel des artisans du livre dans la rue Neuve-Notre-Dame de 1292 à 1300

Métier du livre

Nombre d’individus

% d’individus

Impôt moyen (en deniers)

Écart-type

Enlumineur

5

14%

67

64

Libraire

22

63%

521

573

Parcheminier

1

3%

360

0

Relieur

7

20%

74

46

Total

35

100%

52Les 22 libraires représentent presque les deux tiers des contribuables de la filière du livre localisés dans cette rue (63 %), les autres étant très peu nombreux. Leur impôt moyen est de 1,4 à 7,7 fois plus élevé que celui des autres métiers. Toutefois, cette moyenne élevée masque une forte disparité de revenus entre libraires puisque l’écart-type est supérieur à la moyenne elle-même.

Illustration 10. Localisation des artisans du livre imposés entre 1292 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

Illustration 10. Localisation des artisans du livre imposés entre 1292 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris
  • 18  C. Bourlet et A. Layec, « Densités de population… », art. cit. n. 6.

53Ces libraires sont situés principalement rue Neuve-Notre-Dame (ill. 10) : 16 d’entre eux occupent le rang sud de la rue. La localisation des contribuables repose, tout d’abord, sur le travail effectué par Caroline Bourlet pour la réalisation des couches « Métiers de Paris en 1299 » et « Métiers de Paris en 1300 » sur Alpage. Comme les asséeurs précisent le côté de la rue recensée, il est possible d’établir la localisation des contribuables par côté de rue. De plus, lors de cette première étape, la longueur de la rue a été divisée par le nombre de foyers recensés et ceux-ci disposés à égale distance les uns des autres, puisque l’on est certain que l’ordre de la liste correspond à un ordre topographique18. Dans un second temps, la recomposition des voisinages a été menée avec les étudiants du cours pour localiser les seuls artisans du livre mais en tenant compte de tous les registres (1292 à 1300).

54La première observation qui ressort de l’étude de la localisation est qu’aucun artisan du livre dans ce secteur n’exerce un autre métier. Il y a bien une hyperspécialisation dans l’activité du manuscrit, et, étant donné la primauté des libraires, plus dans la vente des ouvrages que dans la production elle-même.

Illustration 11. Représentation des artisans du livre proportionnellement à leur impôt entre 1292 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

Illustration 11. Représentation des artisans du livre proportionnellement à leur impôt entre 1292 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

55La présence massive des libraires dans cette rue masque une grande disparité de niveaux de fortune, révélant une microtopographie intéressante (ill. 11) : autant les libraires situés à l’extrémité orientale ont des revenus modestes (tab. 10), autant les libraires situés dans la partie occidentale de la rue, à proximité du grand axe de passage nord-sud, sont globalement très riches (tab. 11).

Tableau 10. Nombre et impôt moyen annuel des artisans du livre dans la partie orientale de la rue Neuve-Notre-Dame de 1292 à 1300

Métier

Nombre d’individus

Impôt moyen (en deniers)

Écart-type

Enlumineur

4

78

69

Libraire

8

115

139

Relieur

4

95

48

Tableau 11. Nombre et impôt moyen annuel des artisans du livre dans la partie occidentale de la rue Neuve-Notre-Dame de 1292 à 1300

Métier

Nombre d’individus

Impôt moyen (en deniers)

Écart-type

Enlumineur

1

24

0

Libraire

14

774

608

Parcheminier

1

360

0

Relieur

3

47

32

56Les libraires à l’ouest du secteur payent un impôt moyen de 774 deniers, contre seulement 115 deniers à l’est, soit en moyenne presque 7 fois plus. Et encore, il ne s’agit que de valeurs moyennes. La seule partie occidentale de la rue concentre quatre libraires extrêmement riches, taxés en moyenne à 1565 deniers, tandis qu’à l’extrémité orientale du rang sud de la rue, les cinq libraires voisins ne sont taxés en moyenne qu’à 40 deniers, soit presque 40 fois moins que le peloton de tête ! L’opposition est donc particulièrement nette. La différenciation sociale entre les deux parties de la rue est renforcée par le fait qu’on trouve à l’est la plupart des autres artisans du livre, enlumineurs et relieurs, qui ont des revenus modestes, conformément à ce qu’on avait observé dans l’ensemble de la ville. Ainsi, tout en étant largement occupée par les libraires, qui dominent en fortune et en nombre la filière de production du livre, la rue est nettement scindée en deux micro-ensembles bien différents. On peut supposer que les types de livres vendus dans ces deux secteurs devaient être différents, sans doute de plus grande qualité et d’un coût plus élevé à l’ouest qu’à l’est. Tout devait différencier ces deux micro-ensembles qui constituaient probablement deux réseaux professionnels distincts au service de clientèles différentes.

  • 19  Il serait exagéré, comme l’affirment Richard et Mary Rouse, de considérer la rue Notre-Dame comme (...)

57Pour les années 1299-1300, on peut analyser la part des métiers du livre dans l’ensemble des contribuables de ces rues (tab. 12). En nombre, les artisans du livre regroupent 30 % des contribuables imposés. Il demeure que les libraires parisiens ne sont pas installés seulement dans cette rue, puisque la moitié d’entre eux se trouvent sur la rive gauche. Les seuls libraires apparaissent toujours comme la profession la plus nombreuse et de loin la plus riche19.

Tableau 12. Nombre et impôt annuel moyen de tous les contribuables de la rue Neuve-Notre-Dame taxés en 1299 et 1300

Métier

Nombre

d’individus

Impôt annuel moyen (arrondi au denier)

Écart-type de l’impôt moyen

libraire

13

586

686

scelleur

9

152

144

poulailler

9

92

82

inconnu

6

242

152

enlumineur

5

72

66

mercier

4

114

84

relieur

4

66

57

tavernier

3

160

139

galochier

3

36

12

mire

2

144

68

herbier

2

132

51

tailleur

2

54

25

boursier

2

24

0

coiffière

2

24

0

épicier

1

1200

0

huchier

1

432

0

parcheminier

1

240

0

oublaier

1

192

0

de la forge Notre-Dame

1

144

0

tabellion

1

144

0

tisserand

1

96

0

imagier

1

84

0

drapier

1

48

0

corroyer

1

36

0

couturier

1

24

0

Moyenne

77

182

Total

Les lignes en italique correspondent aux métiers dont l’impôt est supérieur à la moyenne de tous les contribuables de la rue, celles en gras aux métiers du livre

Illustration 12. Localisation de tous les contribuables imposés en 1299 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

Illustration 12. Localisation de tous les contribuables imposés en 1299 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

58Deux métiers sont aussi très présents dans cette rue, quoique de manière moindre que ceux du livre : les poulaillers et les scelleurs. Les poulaillers semblent former un ensemble professionnel très cohérent car ils sont tous situés à proximité les uns des autres dans un espace restreint, l’extrémité occidentale du rang nord de la rue, à proximité de l’église Sainte-Geneviève-la-Petite (ill. 12). Les scelleurs, des graveurs de sceaux, donc liés au monde de l’écrit à l’instar des métiers du livre, sont eux, répartis tout au long de la rue.

59Il existe enfin une grande variété de métiers, correspondant à des activités très différentes et relativement banales (textile, chaussures, alimentation, médecine…). Mais elles sont très faiblement représentées, le plus souvent par un seul contribuable, et parfois par 2 ou 3 individus. Ceux-ci ne constituent donc pas de groupes cohérents comme les artisans du livre, les scelleurs et les poulaillers. On observe toutefois qu’ils se situent principalement dans la partie orientale de la rue : on est donc là dans un contexte professionnel relativement banal et indifférencié, avec les services de proximité dont une population a habituellement besoin.

Illustration 13. Scelleurs et artisans du livre taxés à Paris en 1299 et 1300

Illustration 13. Scelleurs et artisans du livre taxés à Paris en 1299 et 1300

60Un cas intéressant concerne la corrélation spatiale entre les métiers du livre et les scelleurs. Au total, les scelleurs imposés en 1299 ou 1300 ne sont que 12 (après élimination des doublons), contre 97 artisans du livre aux mêmes dates. Or, sur ces 12 scelleurs, 8 sont situés dans la rue Neuve-Notre-Dame (ill. 13). À l’échelle de Paris tout entier, on a donc une hyper-concentration des scelleurs et une très grande concentration des libraires dans la même rue : étant donné que ces deux métiers relèvent du monde de la documentation écrite, la proximité n’est sans doute pas fortuite et suggère peut-être même des liens professionnels.

Illustration 14. Représentation des artisans du livre et des autres contribuables proportionnellement à leur impôt en 1299 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

Illustration 14. Représentation des artisans du livre et des autres contribuables proportionnellement à leur impôt en 1299 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris

61Au total, on a donc une rue aux activités professionnelles dominées principalement par la filière du livre, et secondairement par les poulaillers et les scelleurs, tout en disposant d’une grande diversité de métiers. Cette diversité, qui répond à des besoins quotidiens, s’accentue en s’éloignant du grand axe de circulation nord-sud et se double d’une plus grande homogénéité sociale, avec des revenus médians et modestes beaucoup moins contrastés que dans la partie occidentale de la rue. Là, les très riches – des libraires et un épicier –, tiennent le haut du pavé, au milieu de contribuables bien plus modestes (ill. 14).

62L’ambiance professionnelle est radicalement différente dans le second pôle de la filière, dans les rues Erembourg-de-Brie et de la Parcheminerie, paroisse Saint-Séverin, rive gauche.

4. Le pôle des rues Erembourg-de-Brie et de la Parcheminerie

63La typologie des gens du livre est très différente de celle de la rue Neuve-Notre-Dame : ici, les libraires sont minoritaires (seulement 4 %), tandis que les enlumineurs et les parcheminiers sont largement présents, ces métiers regroupant à eux deux pas moins de 83 % de tous les artisans du livre de ce secteur (tab. 13). Autre différence du point de vue fiscal, les niveaux économiques sont moins hétérogènes que rue Neuve-Notre-Dame : c’est ce que montrent les valeurs moyennes de l’impôt, qui oscillent dans une fourchette relativement réduite de 32 à 180 deniers, ainsi que les écarts-types qui témoignent d’une faible dispersion des valeurs moyennes.

Tableau 13. Nombre et impôt moyen annuel des artisans du livre dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers de 1292 à 1300

Métier du livre

Nombre d’individus

% d’individus

Impôt moyen (en deniers)

Écart-type

Enlumineur

31

46%

63

55

Libraire

3

4%

180

124

Parcheminier

25

37%

127

185

Relieur

8

12%

32

15

Total

67

100%

64Ici donc, beaucoup d’artisans modestes et médians, mais pas de très riches. On retrouve là aussi la hiérarchie fiscale de l’ensemble de la ville, avec par ordre décroissant de richesse moyenne, les libraires, les parcheminiers, les enlumineurs et enfin les relieurs. Cependant, les artisans les plus fortunés dans ce secteur sont des parcheminiers et non des libraires.

Illustration 15. Localisation des artisans du livre imposés entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

Illustration 15. Localisation des artisans du livre imposés entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

65La répartition spatiale montre également des microtopographies professionnelles très cohérentes (ill. 15) : les enlumineurs et les relieurs, qui sont les artisans les plus modestes, ne figurent que rue Erembourg-de-brie, tandis que les libraires et surtout les parcheminiers, globalement plus riches, sont massivement dans la rue de la Parcheminerie.

Illustration 16. Représentation des artisans du livre proportionnellement à leur impôt entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

Illustration 16. Représentation des artisans du livre proportionnellement à leur impôt entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

66On a donc affaire, à petite échelle (celle des deux rues), à un regroupement de tous les métiers de la filière, et à grande échelle (celle de la rue) à une répartition à la fois technique et fiscale. Enlumineurs et relieurs sont des artisans globalement modestes qui interviennent au centre de la chaîne de production du manuscrit, tandis que parcheminiers et libraires, plus riches, interviennent aux extrémités, en amont pour les premiers et en aval pour les seconds (ill. 16).

67Cette grande concentration des artisans du livre paraît encore plus marquée dès lors que l’on examine l’ensemble des contribuables de ces rues en 1299‑1300.

Illustration 17. Localisation de tous les contribuables imposés entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

Illustration 17. Localisation de tous les contribuables imposés entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

68En effet, les artisans du livre sont ici encore plus présents que dans la rue Neuve-Notre-Dame, regroupant pas moins de 75 % de l’ensemble des individus imposés.

Tableau 14. Nombre et impôt annuel moyen de tous les contribuables dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers taxés en 1299 et 1300

Métier

Nombre d’individus

Impôt annuel moyen (en deniers)

Écart-type de l’impôt moyen

enlumineur

37

83

62

parcheminier

33

160

214

relieur

9

45

32

inconnu

7

84

80

libraire

4

225

154

tavernier

4

102

12

regratier

3

36

0

avocat

2

84

0

savetier

2

42

8

tavernier et mire

1

240

0

couturier

1

120

0

écrivain

1

72

0

pelletier

1

48

0

brodeur

1

24

0

crieur

1

24

0

gainier

1

24

0

maçon et regratier

1

24

0

poissonnier

1

24

0

Moyenne

110

81

Total

Les lignes en italique correspondent aux métiers dont l’impôt est supérieur à la moyenne de tous les contribuables de la rue, celles en gras aux métiers du livre.

69Les quatre premières professions les plus présentes dans ces rues correspondent précisément aux quatre métiers du livre (tab. 14). Parmi les 16 autres contribuables prennent place des taverniers (5) et des regratiers (3), les autres métiers n’étant exercés que par un ou deux individus. Or, taverniers et regratiers exercent des activités les plus banales et les plus courantes du Paris médiéval : cette rareté et cette distribution des autres activités que celles du livre signent donc un quasi-monopole de la filière du livre dans ce secteur, activité qui est plus tournée vers la production que la vente des manuscrits.

70Ces regratiers et taverniers se situent exclusivement rue de la Parcheminerie, ce qui s’explique par la différence d’importance de ces deux voies : la rue de la Parcheminerie était en effet plus fréquentée que la petite rue Erembourg-de-Brie, car elle faisait la liaison entre deux grands axes, les rues de la Harpe et la Grande-Rue Saint-Jacques.

Illustration 18. Représentation des artisans du livre et des autres contribuables proportionnellement à leur impôt en 1299 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

Illustration 18. Représentation des artisans du livre et des autres contribuables proportionnellement à leur impôt en 1299 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers

71Les autres artisans que ceux de la filière du livre étaient aussi économiquement modestes ou dans la moyenne : en tout cas, ils ne tenaient pas du tout le haut du pavé fiscal (ill. 18).

72Ce second pôle de l’activité du livre était donc très différent du premier : presque exclusivement consacré à la production des manuscrits, il ne comportait presque pas d’autres professions, par ailleurs peu visibles du point de vue économique. Cette hyper-concentration peut elle-même être affinée par le repérage de deux micro-quartiers, chacun correspondant à une des deux rues : l’une entièrement dédiée aux enlumineurs et relieurs, l’autre aux parcheminiers et libraires. Ces regroupements semblent être ici de nature plus technique et professionnelle que socio-économique, contrairement donc aux deux groupes de libraires de la rue Neuve-Notre-Dame.

5. La présence atypique de certains professionnels au nord et au sud de la ville

73Au-delà des deux pôles principaux que forment d’une part la rue Neuve-Notre-Dame et d’autre part les rues Erembourg-de-Brie et de la Parcheminerie, la cartographie des métiers du livre à l’échelle de toute la ville montre que d’autres quartiers comprenaient également des concentrations non négligeables de certains de ces métiers, même si leur présence y est plus diffuse : des enlumineurs et des libraires dans le quartier universitaire à l’ouest de la rue Saint-Jacques, rive gauche, et des parcheminiers dans celui des Blancs-Manteaux, rive droite.

Illustration 19. Métiers du livre et milieu universitaire autour de la rue Saint-Jacques à Paris (fin xiiie-début xive s.)

Illustration 19. Métiers du livre et milieu universitaire autour de la rue Saint-Jacques à Paris (fin xiiie-début xive s.)

74Dans le quartier universitaire, plusieurs libraires, globalement assez riches et quelques menus enlumineurs sont disséminés çà et là, mais aucun relieur ou parcheminier (ill. 19). Ici, prédomine l’activité de vente de livres manuscrits, très probablement à destination d’une clientèle universitaire comme le suggère l’environnement institutionnel de ce secteur, particulièrement pourvu en collèges, notamment entre la rue de la Harpe et la rue Saint-Jacques.

  • 20  W. J. Courtenay, Parisian Scholars in the early fourteenth century. A social portrait, Cambridge, (...)

75Ainsi, dans cette partie sud de la ville, depuis les Mathurins jusqu’aux Jacobins, tous les libraires se trouvent à proximité de la rue Saint-Jacques, au maximum à une centaine de mètres (non pas à vol d’oiseau mais en suivant le réseau des rues). Or, au moins 157 universitaires20 des 1414 taxés en 1329-1330 habitaient dans la partie de la rue Saint-Jacques au sud de Saint-Benoît-le-Bétourné, faisant ainsi de cette portion de rue la plus grande concentration d’universitaires dans toute la ville de Paris.

76Si on examine plus particulièrement les trois libraires de la rue des Poirées, on remarque qu’ils sont idéalement situés, à mi-chemin entre la Grande rue Saint-Jacques et le secteur des quatre collèges (collèges du Trésorier de Notre-Dame de Rouen, de Calvi, de la Sorbonne et de Cluny).

77Cette ambiance particulière se retrouve aussi lorsqu’on regarde l’ensemble des contribuables recensés en 1299-1300 dans ce quartier (ill. 20 et tab. 15).

Illustration 20. Artisans du livre et autres types de métiers imposés en 1299 et 1300 dans le quartier Saint-Jacques

Illustration 20. Artisans du livre et autres types de métiers imposés en 1299 et 1300 dans le quartier Saint-Jacques

Tableau 15. Nombre et impôt annuel moyen de tous les contribuables du quartier Saint-Jacques taxés en 1299 ou 1300

Métier

Nombre d’individus

% d’individus

Impôt moyen 1299-1300 (en deniers)

Écart-type de l’impôt moyen

tavernier

52

31%

243

220

regratier

20

12%

63

48

tailleur

18

11%

146

197

barbier

15

9%

183

179

hôtelier

11

7%

264

260

cordonnier

9

5%

37

23

chandelier

8

5%

50

24

couturier

8

5%

92

140

savetier

8

5%

29

6

pelletier

7

4%

88

152

bourrelier

6

4%

64

45

libraire

6

4%

202

127

TOTAL

168

122

Les lignes en italique correspondent aux métiers dont l’impôt est supérieur à la moyenne de tous les contribuables du quartier, celles en gras aux métiers du livre.

78Parmi les métiers récurrents (ceux exercés par au moins 6 individus différents), dominent des activités liées à la vie quotidienne (telles que taverniers, regratiers, tailleurs et barbiers, cordonniers, couturiers), ainsi que des professions que justifie la présence d’une population exogène importante (hôteliers qui peuvent loger des visiteurs de passage, mais aussi des écoliers). La présence des chandeliers peut s’expliquer par les besoins d’une population universitaire, qui a besoin de lumière pour étudier, et de nombreux lieux de culte, grands consommateurs de chandelles. Force est de constater que la documentation fiscale n’indique pas de spécialisation technique ou professionnelle particulière dans ce quartier, mais plutôt des contribuables dont l’activité répond aux besoins d’une population mobile. On est frappé par le nombre de contribuables occupés à la production vestimentaire (tailleur, cordonnier, couturier, savetier, pelletier), l’accueil (tavernier, hôtelier, voire le bourrelier qui fait et répare les harnachements de chevaux) ou le soin (barbier). Bref, on s’habille et se soigne, mais on mange peu, dans ce quartier peuplé de jeunes hommes venus des quatre coins de la chrétienté.

79Il y en va tout autrement dans le quartier des Blancs-Manteaux, sur la rive droite, dont le nombre d’artisans est beaucoup plus élevé que rive gauche (tab. 16 et ill. 21).

Tableau 16. Nombre et impôt annuel moyen de tous les contribuables du quartier des Blancs-Manteaux taxés en 1299 ou 1300

Métier

Nombre d’individus

% d’individus

Impôt moyen 1299-1300 (arrondi au denier)

écart-type de l’impôt moyen

bouclier

79

13%

89

143

tavernier

75

12%

230

248

corroyer

58

9%

51

47

regratier

51

8%

59

51

tisserand

41

7%

148

217

sergent

35

6%

94

97

cordonnier

33

5%

57

45

maçon

32

5%

64

53

orfèvre

30

5%

60

75

pelletier

30

5%

33

15

couturier

23

4%

45

36

notaire

23

4%

103

86

charpentier

22

4%

73

73

talemelier

21

3%

285

284

fileresse

20

3%

37

19

fournier

20

3%

64

57

tonnelier

20

3%

134

178

TOTAL

613

96

Les lignes en italique correspondent aux métiers dont l’impôt est supérieur à la moyenne de tous les contribuables du quartier, celles en gras à des métiers supposés en connexion avec ceux du livre.

  • 21  La nature industrielle du travail parisien à la fin du xiiie siècle est maintenant une hypothèse b (...)

80Parmi les métiers les plus récurrents de ce secteur (ici exercés par au moins 20 contribuables) se trouvent des professions très techniques : boucliers, corroyers, tisserands, orfèvres, pelletiers, dont le grand nombre témoigne de la tonalité industrielle de ce secteur urbain21.

Illustration 21. Parcheminiers autres types de métiers imposés en 1299 et 1300 dans le quartier des Blancs-Manteaux

Illustration 21. Parcheminiers autres types de métiers imposés en 1299 et 1300 dans le quartier des Blancs-Manteaux

81On retrouve bien sûr les taverniers, regratiers, cordonniers et couturiers, qui procurent les fournitures du quotidien comme rive gauche. Mais ils sont ici en nombre inférieur par rapport aux métiers spécialisés dans une production particulière (boucles, courroies, draps, chaussures, fourrures, etc.).

82Enfin, deux catégories qui ressortent parmi les plus fréquentes ont retenu notre attention : les pelletiers et les notaires, car ils peuvent avoir un lien avec les parcheminiers dont on a constaté qu’ils étaient nombreux sur la rive droite, près de l’enceinte de Philippe Auguste. Les pelletiers pourraient être en contact avec les parcheminiers puisqu’ils travaillent le même matériau de base, les peaux. Cependant, il est difficile de poser l’hypothèse d’un lien professionnel entre ces deux métiers sur la seule base de leur localisation. Les pelletiers sont en effet très nombreux, répartis dans toute la ville et pas de manière privilégiée dans ce secteur. On en trouve d’ailleurs parmi les métiers fréquents dans le quartier universitaire. La récurrence des pelletiers s’explique donc plus sûrement par le fait qu’ils appartiennent à ce tissu artisanal primaire.

83En revanche, la co-localisation des notaires et des parcheminiers paraît plus significative dans la mesure où les notaires consommaient beaucoup de parchemin (pas encore de papier à cette date) pour la production des actes écrits. Ils étaient probablement des clients importants pour les parcheminiers.

Illustration 22. Parcheminiers et notaires taxés en 1299-1300 à Paris

Illustration 22. Parcheminiers et notaires taxés en 1299-1300 à Paris

84De plus, la répartition des notaires permet de poser l’hypothèse que les échanges professionnels qu’ils avaient avec les parcheminiers expliquent partiellement leur proximité géographique : la carte montre une concentration particulière de ces deux métiers dans ce quartier des Blancs-Manteaux (ill. 22). Contrairement aux pelletiers, présents indifféremment dans toute la ville, les notaires sont préférentiellement implantés ici, même si ce n’est pas de manière exclusive.

Tableau 17. Nombre de notaires et de parcheminiers dans tout Paris et dans le seul quartier des Blancs-Manteaux à la fin du xiiie siècle

Nb total d’individus différents en 1299-1300

Nb dans le quartier des Blancs-Manteaux

%

Notaires en 1299 ou 1300

57

23

40%

Parcheminiers en 1299 ou 1300

30

5

17%

85Ainsi, en 1299-1300, pas moins de 40 % de tous les notaires mentionnés dans les rôles de taille se situent dans ce quartier (tab. 17). Dans ce cas précis, la corrélation géographique suggère qu’une dépendance professionnelle avec les notaires intervient dans le choix de l’implantation des parcheminiers. Ceux-ci ne participeraient donc pas tant à une chaîne de production des manuscrits, comme rive gauche, qu’à la production du matériau scripturaire répondant à des besoins plus larges que ceux du monde livresque. Cela explique aussi pourquoi on ne trouve quasiment pas d’autres métiers du livre dans ce secteur, notamment aucun libraire ni relieur. On aurait donc ici un groupe de parcheminiers qui travailleraient avec des réseaux de clients et de fournisseurs sans doute totalement différents de ceux de la rive gauche, sans être encadrés, comme ces derniers, par le système universitaire de la production de livres.

Conclusion

86Dans le cadre du dossier sur les « enjeux pédagogiques et la formation par la recherche », notre article n’a pas pour vocation de reprendre l’histoire des artisans du livre, mais de souligner l’intérêt de l’expérience menée à Ottawa, résultat d’une collaboration entre chercheurs de part et d’autre de l’Atlantique, sur la base d’une recherche existante dont le volet spatial pouvait servir de matière à enseignement et à formation à la recherche. On ne doit donc pas s’attendre à une remise en question de la recherche ancienne, mais on pourra constater que le recours au SIG Alpage a considérablement enrichi l’analyse spatiale à défaut de la révolutionner.

87Au chapitre des enjeux pédagogiques se trouvait la maîtrise de l’outil SIG et de la pensée spatiale – pour l’enseignante tout comme pour les participants – préalable à toute contribution à la plateforme collaborative Alpage. La formation a été assurée par transfert de savoir-faire entre Paris et Ottawa grâce à des déplacements outre-Atlantique qui ont exigé un investissement non négligeable en temps et en argent de la part des enseignants-chercheurs. Sur le plan de la recherche, les étudiants se sont initiés à l’exploitation des documents fiscaux parisiens tout en se familiarisant avec le fonctionnement des métiers médiévaux, notamment des métiers du livre. Une autre dimension, celle de la collaboration, est rapidement apparue comme la clé de voute de l’expérience : le partage des données (tant celles rassemblées pour la thèse de 1991 que celles produites pour Alpage dans les mois précédant le cours) et le travail de groupe (celui des enseignants-chercheurs mais aussi celui des étudiants, puis l’ensemble des participants en classe) ont constitué la marque distinctive de ce cours qui a permis aux étudiants non seulement de s’approprier des outils et des connaissances, mais aussi d’apporter (occasion rare) leur contribution publique au vaste projet collectif que se veut Alpage.

88L’expérience tablait sur deux types d’initiation, la première étant l’apprentissage d’un système d’information géographique (SIG). L’existence d’un bassin d’informations spatiales rassemblées dans la thèse de Kouky Fianu sur les artisans du livre à Paris facilitait la création en quelques semaines d’une nouvelle couche d’informations dans Alpage. Ce corpus disponible a servi de matériau pour que les étudiants apprennent à manipuler, à analyser et à représenter les données spatiales. L’autre initiation était liée aux aptitudes en recherche, à savoir l’élaboration d’un corpus et son exploitation. Si le corpus a été constitué par l’enseignante (les étudiants recevant chacun un ensemble de 12 individus à traiter), l’analyse spatiale est venue des étudiants eux-mêmes : ils ont élaboré les questions qui leur paraissaient fructueuses, ont produit les cartes pour les illustrer et rédigé une étude détaillée des hypothèses historiques fondées sur l’analyse spatiale. Les notes finales obtenues par les étudiants ont confirmé la réussite de l’expérience sur ces deux fronts.

  • 22  K. Fianu, « Les professionnels du livre… », art. cit. n. 11, p. 201.

89En marge de l’acquisition de compétences et de savoir, l’expérience a également entraîné une réflexion, inscrite dans les devoirs finaux des étudiants, sur l’apport et les limites des outils numériques. Les observations spatiales, faites depuis 30 ans dans la thèse et dans diverses publications, n’ont fondamentalement pas été remises en cause par le recours à l’outil numérique. Si les trois pôles de concentration des artisans du livre déjà identifiés ont été confirmés, le SIG a cependant permis de faire des comparaisons qui nuancent les conclusions anciennes. Ainsi, dans un article de 1992 on lit22 :

La rive droite se distingue en ce qu’elle n’abrite qu’un petit groupe de sept parcheminiers logés près de l’enceinte, rue des Blancs-Manteaux. Leur situation excentrée par rapport aux autres membres du métier pourrait indiquer qu’ils avaient pour tâche de produire le parchemin tandis que leurs confrères de la rive gauche se contentaient de le commercialiser. Ce n’est pour l’instant qu’une hypothèse qui demande à être étayée d’autres témoignages. Par ailleurs, l’emplacement singulier de ces parcheminiers pourrait trouver une autre raison d’être dans l’utilisation multiple de leur produit. Le parchemin servait aussi bien à la fabrication des livres (pour la copie comme pour la reliure), à la rédaction d’actes de toute nature (comptes, chartes, etc.), à l’obstruction des fenêtres qu’à la composition de la colle.

90Or, la comparaison avec tous les contribuables avoisinant ces parcheminiers de la rive droite a fourni une nouvelle hypothèse, plus vraisemblable : leur proximité avec les notaires parisiens, autres consommateurs importants de parchemin, place ces parcheminiers, comme les autres métiers du livre, dans le voisinage de leur clientèle, ici des producteurs d’actes plutôt que de livres. Cette nouvelle hypothèse aurait certes pu être faite en extrayant les données contenues dans les registres fiscaux concernant les centaines d’individus du quartier des Blanc-Manteaux et en les examinant attentivement avant de parvenir, peut-être et au bout de longues semaines, à faire un lien entre ces deux métiers. Le rapport temps/résultat potentiel d’une telle démarche plaidait rapidement pour son abandon, alors qu’avec le SIG les recoupements entre métiers du livre et autres activités artisanales étaient à la portée de quelques clics. Dans le cas d’Alpage (comme dans celui des SIG en général), la multiplication des couches autorise de nombreuses interrogations et tests de corrélation que les méthodes manuelles (par opposition aux outils numériques) rendent si chronophages qu’on ne les élabore pas. L’apport du SIG dans l’analyse de la localisation des parcheminiers de la rive droite a donc été la possibilité de tester rapidement diverses hypothèses pour retenir la plus plausible. En ce sens, le SIG a favorisé l’énoncé de nouvelles hypothèses (chercher quoi trouver), plutôt que la confirmation d’explications attendues (trouver ce que l’on cherche). Mais il est entendu que, sans la couche des activités économiques établie par Caroline Bourlet, ce résultat n’aurait pu être atteint. Enfin, la comparaison avec d’autres couches de la plateforme Alpage, notamment celles des collèges et églises, des universitaires en 1330 et des foyers en 1299 et 1300, a soulevé de nouvelles hypothèses sur la localisation inexpliquée de certains libraires de la rive gauche ; ce qui nous ramène au rôle central de la collaboration dans l’établissement et l’exploitation d’un SIG comme Alpage.

91Un autre enrichissement de taille réside dans la visualisation des résultats. Les calculs statistiques rapides et leur représentation en cartes standardisées permettent, en jouant sur la symbologie, d’illustrer des phénomènes chiffrés, de transformer des listes de nombres en éléments visuels comparables, comme les cercles des ordres de grandeur ou les couleurs des ordres de densité. C’est ainsi qu’est apparue l’existence de la microtopographie qui animait, par exemple, la rue Neuve-Notre-Dame dont les parties est et ouest se distinguaient très fortement sur le plan de la contribution fiscale des résidents, y compris des artisans du livre (cf. ill. 11 et 14).

92C’est bien à une connaissance nouvelle, à une compréhension améliorée, qu’a donné naissance l’utilisation d’Alpage pour revisiter la localisation des métiers du livre parisiens à la fin du xiiie siècle. En dépit du coût en ressources et en temps, le numérique a bien induit des changements dans la transmission et la production du savoir en études médiévales, des changements jugés globalement positifs par tous les participants.

Haut de page

Notes

1  Le genre grammatical masculin est utilisé ici à des fins d’allègement du texte et ne présume pas de celui des participants que nous tenons à remercier pour leur contribution.

2  K. Fianu, Histoire juridique et sociale des métiers du livre à Paris (1275-1521), thèse dactylographiée, Montréal, Université de Montréal, 1991. URL : https://ruor.uottawa.ca/handle/10393/23056.

3  ALPAGE. Analyse diachronique de l’espace urbain parisien : approche géomatique. URL : https://alpage.huma-num.fr/.

4  H. Noizet, « Les plans archéologiques de Berty », Paris de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, éd. H. Noizet, B. Bove et L. Costa, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2013, p. 309‑311.

5  Les détails méthodologiques font l’objet d’un autre article à paraître dans la revue en ligne Archéologies numériques.

6  C. Bourlet et A. Layec, « Densités de population et socio-topographie : la géolocalisation du rôle de taille de 1300 », Paris de parcelles en pixels…, op. cit. n. 4, p. 223‑243.

7  Le montant collecté devait permettre aux marchands et artisans parisiens de s’exonérer, en la rachetant, de la maltôte, un impôt pesant sur la vente de marchandises.

8  Les listes de 1296 et 1297 ont été éditées par K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l’an 1296, Göteborg / Stockholm, Elanders Boktryckeri Aktiebolag/Almqvist & Wiksell, 1958 ; et Idem, Le livre de la taille de Paris, l’an 1297, Göteborg / Stockholm, Elanders Boktryckeri Aktiebolag/Almqvist & Wiksell, 1961. Les années 1298 à 1300 sont restées inédites, mais depuis plusieurs années Caroline Bourlet (Institut de Recherche et d’Histoire des Textes) les a indexées et les a exploitées pour en faire deux couches « foyers 1299 » et « foyers 1300 » sur la plateforme Alpage. Nous tenons à remercier Caroline de nous avoir donné accès à son matériau de recherche, comprenant aussi une édition de la liste de 1298.

9  Voir J. Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 130, 1972, p. 383‑465.

10  La liste de 1292 a été éditée : H. Géraud, Paris sous Philippe-le-Bel. D’après des documents originaux et notamment d’après un manuscrit contenant « Le rôle de la Taille » imposée sur les habitants de Paris en 1292, Paris, Imprimerie de Crapelet, 1837 ; et reproduite avec un avant-propos et un index des noms de personnes par L. Fossier et C. Bourlet, Tübingen, Niemeyer, 1991.

11  Pour plus de détails sur les étapes d’identification des artisans du livre, voir K. Fianu, « Les professionnels du livre à la fin du xiiie siècle : l’enseignement des registres fiscaux parisiens », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 150, 1992, p. 185‑222.

12 K. Fianu, « Métiers et espace : topographie de la fabrication et du commerce du livre à Paris (xiiie-xve siècles) », Patrons, Authors and Workshops. Books and Book Production in Paris circa 1400, éd. G. Croenen et P. Ainsworth, Louvain, Peeters, 2006, p. 21‑46.

13  La question de la longévité doit être envisagée avec nuance : un contribuable présent deux fois, en 1292 et 1296 par exemple, n’a pas la même présence qu’un autre inscrit en 1299 et 1300, l’un étant attesté à quatre ans d’intervalle, l’autre à deux ans seulement.

14  Par exemple, Gilles de Soissons, installé rue Neuve-Notre-Dame, est déclaré « lieur » de livres en 1292, 1296 et 1299, mais libraire en 1298 et 1300. Nous l’avons considéré comme relieur parce que c’est l’activité la plus fréquemment relevée, mais on doit admettre qu’il exerçait aussi la librairie.

15  Sont qualifiés d’associés les artisans inscrits dans le même foyer fiscal que le contribuable principal. Ce peut être un fils ou une fille, une mère, un valet ou un gendre. Dans le registre de 1292, par exemple, l’entrée « Nicolas l’enluminéeur et sa mère … 5 sous » fait de Nicolas un artisan associé à une personne, sa mère, le foyer étant imposé à 5 sous. Cf. H. Géraud, Paris sous Philippe-le-Bel…, op. cit. n. 10, p. 156. 

16  K. Fianu, « Les femmes dans les métiers du livre à Paris (xiiie-xve siècle) », La collaboration dans la production de l’écrit médiéval. Actes du XIIIe colloque du Comité international de paléographie latine (Weingarten, 2225 septembre 2000), éd. H. Spilling, Paris, École nationale des chartes, 2003, p. 459‑481.

17  K. Fianu, « Les femmes… », art. cit. n. 16.

18  C. Bourlet et A. Layec, « Densités de population… », art. cit. n. 6.

19  Il serait exagéré, comme l’affirment Richard et Mary Rouse, de considérer la rue Notre-Dame comme une « street of bookmen », voire une « rue des libraires » à l’instar des rues de la Parcheminerie ou Erembourg-de-Brie que peuplent très majoritairement les gens du livre. Voir R. H. Rouse et M. A. Rouse, « The Commercial Production of Manuscript Books in Late Thirteenth- and Early Fourteenth-Century Paris », A Potencie of Life : Books in Society. The Clark Lectures 1986-1987, éd. N. Barker, Londres, British Library, 1993, p. 45‑61, repris dans Iidem, Manuscripts and their Makers. Commercial Book Producers in Medieval Paris, 1200~1500, Londres, Harvey Miller, 2000.

20  W. J. Courtenay, Parisian Scholars in the early fourteenth century. A social portrait, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

21  La nature industrielle du travail parisien à la fin du xiiie siècle est maintenant une hypothèse bien établie. Voir le numéro spécial de la revue Médiévales, 69 (automne 2015) dirigé par C. Jéhanno et B. Bove, Travailler à Paris (xiiie-xvie siècle), notamment l’article introductif de C. Jéhanno, « Le travail au Moyen Âge, à Paris et ailleurs : retour sur l’histoire d’un modèle », p. 5‑17.

22  K. Fianu, « Les professionnels du livre… », art. cit. n. 11, p. 201.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Exemples de cartes et d’analyses produites par des étudiants pour un devoir final
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-1.png
Fichier image/png, 272k
Titre Illustration 2. Une même analyse spatiale sur les métiers du livre à Paris présentée en tableau en 1992 et en carte en 2019
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-2.png
Fichier image/png, 71k
Titre Illustration 3. Artisans du livre et écrivains d’après les rôles de taille de 1299 et 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-3.png
Fichier image/png, 420k
Titre Illustration 4. Typologie des métiers du livre à Paris entre 1292 et 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Illustration 5. Nombre d’années de présence fiscale pour tous les artisans du livre à Paris entre 1292 et 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-5.png
Fichier image/png, 326k
Titre Illustration 6. Activités professionnelles uniques et multiples des artisans de la filière du livre à Paris de 1292 à 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Illustration 7. Localisation et impôt annuel moyen des différents types de métiers du livre à Paris de 1292 et 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-7.png
Fichier image/png, 494k
Titre Illustration 8. Nombre d’associés pour chaque métier du livre imposé à Paris de 1292 à 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Illustration 9. Hommes et femmes exerçant un métier du livre en fonction du montant de leur impôt à Paris de 1292 à 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-9.png
Fichier image/png, 203k
Titre Illustration 10. Localisation des artisans du livre imposés entre 1292 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-10.png
Fichier image/png, 65k
Titre Illustration 11. Représentation des artisans du livre proportionnellement à leur impôt entre 1292 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-11.png
Fichier image/png, 70k
Titre Illustration 12. Localisation de tous les contribuables imposés en 1299 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-12.png
Fichier image/png, 212k
Titre Illustration 13. Scelleurs et artisans du livre taxés à Paris en 1299 et 1300
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-13.png
Fichier image/png, 105k
Titre Illustration 14. Représentation des artisans du livre et des autres contribuables proportionnellement à leur impôt en 1299 et 1300 dans la rue Neuve-Notre-Dame à Paris
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-14.png
Fichier image/png, 99k
Titre Illustration 15. Localisation des artisans du livre imposés entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-15.png
Fichier image/png, 105k
Titre Illustration 16. Représentation des artisans du livre proportionnellement à leur impôt entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-16.png
Fichier image/png, 139k
Titre Illustration 17. Localisation de tous les contribuables imposés entre 1292 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-17.png
Fichier image/png, 59k
Titre Illustration 18. Représentation des artisans du livre et des autres contribuables proportionnellement à leur impôt en 1299 et 1300 dans les rues Erembourg-de-Brie et des Parcheminiers
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-18.png
Fichier image/png, 59k
Titre Illustration 19. Métiers du livre et milieu universitaire autour de la rue Saint-Jacques à Paris (fin xiiie-début xive s.)
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-19.png
Fichier image/png, 240k
Titre Illustration 20. Artisans du livre et autres types de métiers imposés en 1299 et 1300 dans le quartier Saint-Jacques
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Illustration 21. Parcheminiers autres types de métiers imposés en 1299 et 1300 dans le quartier des Blancs-Manteaux
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Illustration 22. Parcheminiers et notaires taxés en 1299-1300 à Paris
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1751/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouky Fianu, Hélène Noizet et Laurent Costa, « Numérique, médiéval et international : SIG et métiers du livre à Paris (1292‑1300) »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1751

Haut de page

Auteurs

Kouky Fianu

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Hélène Noizet

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Laurent Costa

ArScAn-CNRS

fr

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search