Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Numérique et études médiévales: e...Apports et limites du numérique d...

Numérique et études médiévales: enjeux pédagogiques et formation par la recherche

Apports et limites du numérique dans l’enseignement de l’histoire médiévale à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan

Severin Konin

Entrées d'index

Géographique :

Côte d’Ivoire

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’histoire compte parmi les premières disciplines enseignées à l’Université Félix Houphouët-Boigny. Son introduction dans les programmes d’enseignement date d’octobre 1958. Les cours d’histoire du Moyen Âge ont débuté en 1971 avec le recrutement des premiers enseignants de cette spécialité. De cette date à 2017, les cours d’histoire, en général, et ceux d’histoire médiévale ont connu des évolutions importantes dues à l’extension des champs d’étude, à l’accroissement des effectifs d’enseignants et d’étudiants. L’Université Félix Houphouët-Boigny avait été construite pour un effectif maximum de 6 000 étudiants. Aujourd’hui elle en compte plus de 65 000 régulièrement inscrits. Le département d’Histoire n’est pas resté en marge de cette croissance des effectifs. En effet, jusqu’au début des années 2000 plus de 50 % des nouveaux bacheliers étaient systématiquement orientés dans les universités publiques. Concernant le département d’Histoire, l’on est passé d’une dizaine d’étudiants en 1964 à plus de 5 000 en 2017. Ce facteur à lui seul oblige à repenser toutes les méthodes pédagogiques. En effet, les réalités vécues dans les années 1960 ont largement évolué de nos jours. Les premières infrastructures de l’université ont permis à une dizaine d’étudiants de suivre des études dans des conditions beaucoup plus acceptables. Aujourd’hui, le constat est tout autre. Ces infrastructures sont insuffisantes, dépassées et parfois endommagées du fait de leur usage abusif.

2Par ailleurs, les effectifs pléthoriques d’étudiants, l’insuffisance de salles pour les cours magistraux et les travaux dirigés, le déficit ou la vétusté des manuels de cours mis à la disposition des étudiants sont autant de défis qui remettent en cause les normes pédagogiques. La quasi majorité des bibliothèques universitaires conservent des manuels vieux de plus de 25 ans. Le renouvellement des fonds documentaires n’a pas suivi la dégradation des premiers ouvrages et la réduction des budgets de l’enseignement supérieur n’a pas contribué à améliorer la situation. Devant ces différents défis, l’usage des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) a été proposé comme solution dans le processus enseignement-apprentissage.

3Comment les TIC peuvent-elles être utilisées dans un environnement universitaire marqué par de nombreuses difficultés ? De quelle manière peuvent-elles servir dans la diffusion du savoir ? Leur usage est-il sans conséquences sur les apprentissages ? Notre article se propose de répondre à ces questions. Il sera d’abord question de présenter le contexte et de faire le point sur l’utilisation de certains outils numériques dans les cours d’histoire du Moyen Âge. Les difficultés liées à la mise en œuvre de cette innovation seront par la suite mises en lumière. Notre propos portera enfin sur les pistes à explorer pour une optimisation de l’intégration des TIC dans les activités d’enseignement-apprentissage. Notre étude, il est bon de le rappeler, prend en compte la tranche chronologique 2012 à 2017. C’est, en effet, dans l’année 2012 que le département d’Histoire de l’Université Félix Houphouët-Boigny a pu bénéficier de quelques instruments de travail (vidéoprojecteur, scanner, etc.). Ces outils ont permis aux enseignants d’envisager d’autres types de formation que celle qui se déroule en présentiel. Le choix de l’année 2017 comme borne tient compte du fait que c’est à partir de cette date qu’une réflexion a porté sur les premières solutions à mettre en œuvre au département d’Histoire pour pallier l’insuffisance de salles de cours et de manuels dans les bibliothèques et résoudre l’épineux problème de l’absentéisme avec pour conséquences les taux d’échecs importants chez les étudiants. Au nombre des solutions à appliquer, les TIC tiennent une bonne place en ce sens qu’elles sont supposées permettre à tous les étudiants d’avoir les mêmes chances là où les salles de cours font défaut. Au moyen de ces dispositifs, il est possible de mettre à la disposition des étudiants, dans un format simple et accessible, des contenus disciplinaires et des exercices. Dès la rentrée universitaire 2012-2013, de nouvelles méthodes d’enseignement ont été expérimentées au département d’Histoire de l’Université Félix Houphouët-Boigny. Ces méthodes basées sur l’utilisation de vidéoprojecteurs mis à disposition par l’université, la transmission de cours par internet, etc., ont contribué à la « révolution numérique ». Avec ces outils, il a fallu repenser les méthodes d’enseignement et d’apprentissage.

1. De l’utilisation des TIC en 2e et 3e année de Licence d’histoire médiévale

1.1. Avant 2012 : une situation d’enseignement-apprentissage précaire

  • 1  C’est un constat qui a été fait par l’ensemble des responsables universitaires. Plus de la moitié (...)
  • 2  Le CERAP, Centre de Recherche et d’Action pour la Paix, est une institution de formation fondée et (...)

4Entre les années 1960 et 2011, les enseignements en histoire ont connu très peu d’innovations. Suivant ce qui se faisait dans les universités françaises, ces enseignements se résumaient à des cours magistraux (CM) non obligatoires, ouverts à tous les étudiants de l’université, et à des travaux dirigés (TD) obligatoires pour les étudiants inscrits. Au cours des TD, les étudiants en effectif restreint (30 maximum) avaient la possibilité de demander aux enseignants de revenir sur des points abordés dans les cours magistraux. Ces TD étaient également l’occasion pour effectuer des exercices de compréhension, des exposés sur des thématiques se rapprochant du cours magistral, etc. Cette forme d’enseignement traditionnelle a très bien fonctionné jusqu’au début des années 1990, époque à laquelle ce système montra ses limites. Les ouvrages et autres supports pédagogiques de référence exposés dans les bibliothèques étaient en nombre insuffisant, dégradés ou surannés. Ces supports didactiques, il faut le souligner, ont été acquis dans les années 1960 auprès d’universités françaises. Les infrastructures d’accueil prévues pour 6 000 étudiants étaient dépassées. Malgré la programmation de certains CM et TD les samedis et dimanches, la situation a empiré pour atteindre un point critique dans les années 2000. Les amphithéâtres prévus pour 250 ou 300 étudiants étaient bondés. Ce qui avait pour conséquence un taux important d’absentéisme chez les étudiants, observé lors des cours magistraux et des travaux dirigés. Faute de places assises dans les salles de cours, certains parmi eux préféraient rester chez eux et se contentaient des notes de leurs congénères. En 2010, par exemple, sur un effectif de 330 étudiants admis en deuxième année au département d’Histoire, moins de 200 assistaient régulièrement au CM. Moins de la moitié de ces 200 étaient régulièrement inscrits à la scolarité centrale1. Pour compléter leurs notes de cours, les étudiants se repliaient sur les bibliothèques universitaires généralistes et spécialisées, les centres de documentation privés de l’Institut français ou du CERAP2. Les capacités d’accueil limitées de ces structures (moins de 100 pour toutes les disciplines) ne permettaient pas à de nombreux étudiants de pouvoir s’y aventurer. Par ailleurs, l’utilisation des ressources numériques en ligne ou sur CD ou DVD, relevait du luxe. Très peu d’enseignants, par exemple, disposaient d’un outil informatique. Cette situation n’était pas sans conséquence sur la motivation et les résultats des étudiants. En effet, l’on pouvait constater, chez les étudiants à partir de la 2e année, un taux élevé d’étudiants absents ou en situation de décrochage. Les échecs aux examens étaient également massifs. Pour le personnel enseignant du département d’Histoire, il était urgent de surmonter ces difficultés qui annihilaient tous les efforts déployés. Ainsi à l’occasion de la rentrée universitaire 2011-2012, la proposition de faire usage des outils numériques fut adoptée pour permettre à un plus grand nombre d’étudiants de participer aux cours même si les infrastructures restaient inchangées.

1.2. La « révolution numérique » et ses conséquences

5Le terme « révolution numérique » employé dans ce texte est une expression qui a été utilisée par les collègues de l’Université Félix Houphouët-Boigny pour désigner l’utilisation de quelques moyens numériques dans le processus d’enseignement. Ce fut une révolution eu égard aux méthodes d’enseignement antérieures basées sur l’utilisation de cartes géographiques de format A0 (84,1 × 118,1 cm) et de photographies (format A4) affichées sur un tableau noir, sur l’affichage des syllabus de chaque cours, etc. En la matière, le département d’Histoire a fait œuvre de pionnier.

  • 3  Ce processus a été plutôt réussi de manière informelle. Car, entre collègues, les plus outillés ve (...)

6Le corps enseignant du département d’Histoire a été invité à revoir ses pratiques enseignantes. La majorité des enseignants d’histoire ancienne et médiévale qui intervenaient en 2e et 3e année de Licence, par exemple, n’avait qu’une connaissance limitée des TIC. Peu sont ceux qui possédaient un ordinateur ou savaient en faire usage (confectionner des diapositives, créer des tableaux de comparaison dynamiques, procéder à la diffusion de films ou de cartes pédagogiques via les outils numériques). Il a donc été procédé, dans une première phase, à la mise à niveau de l’ensemble des enseignants3. Ce processus a consisté à montrer les avantages de l’introduction des TIC dans les enseignements. Une seconde phase a consisté en une série de formations courtes à l’adaptation des cours au format PowerPoint, à l’introduction de tableaux comparés et dynamiques ou de cartes de géographie physique ou humaine dans les enseignements. Ces actions ont permis aux enseignants de pouvoir dispenser leurs cours à l’aide d’un vidéoprojecteur mis à disposition par l’institution universitaire. Les étudiants ayant eu accès aux salles de cours ont pu ainsi visualiser des cartes en couleurs et d’autres images collectées sur internet. Ils ont ainsi pu se représenter un monde et des réalités différentes de leur quotidien.

7Une autre innovation a été la mise à la disposition des étudiants de l’ensemble des cours magistraux et des exercices à faire en travaux dirigés. Cette solution a été trouvée pour faire face à l’absence de nombreux étudiants aux cours du fait de l’insuffisance des places dans les amphithéâtres et salles de cours. Pour ce faire, une boîte courriel a été ouverte sur Gmail. Les codes d’accès à cette boîte courriel ont été fournis aux étudiants4. Ils pouvaient ainsi télécharger les cours et exercices déposés sur cette boîte par les enseignants à partir de cybercafés situés en dehors de l’espace universitaire. Il faut souligner que la connexion internet gratuite n’est toujours pas disponible sur le campus universitaire de Félix Houphouët-Boigny. Pour les enseignants qui ne pouvaient disposer de connexion internet, il leur était demandé de copier leurs supports de cours sur des clés USB, CD et DVD Rom RW afin que les étudiants puissent y avoir accès.

  • 5  Les logiciels utilisés sont des versions démo de Videostudio ULEAD 7, d’une durée de vie de 15 jou (...)

8Au-delà des cours et des cartes pédagogiques diffusés sur diapositive et des cours et exercices mis entièrement à la disposition des étudiants, une autre initiative a été de diffuser une série de films montés par les enseignants. Ces films ont été extraits de DVD ou téléchargés sur internet. Ils ont été par la suite montés à l’aide de versions d’essai de logiciels trouvés sur internet5.

9Le constat fait à la suite de cette initiative a été l’afflux d’étudiants aux CM et TD d’histoire du Moyen Âge. En effet, de moins de 30 % des inscrits, l’on est passé à 60 % dès la première année d’expérimentation de cette initiative. Au bout de quatre années de pratique, les taux de présence aux TD avoisinaient les 100 %. La conséquence immédiate fut la hausse du taux d’admission dès la première année d’expérimentation. De moins de 10 % des inscrits, ce taux est passé à plus de 60 %.

10Toutes ces initiatives (l’utilisation de diapositives, la diffusion de cartes et autres supports pédagogiques, la mise à disposition de la totalité des cours et exercices, la projection de très courts métrages téléchargés plus ou moins légalement sur internet et montés par nos soins) ont eu pour résultat la réduction du taux de décrochage scolaire et l’accroissement du taux d’admission en 3e année.

  • 6 À partir du blog, nous avons mis des liens qui permettaient d’avoir accès aux différents éléments s (...)

11Dès la rentrée 2015-2016, des publications scientifiques traitant de l’époque médiévale ont été régulièrement diffusées sur un blog créé sur Google. Des manuels indispensables aux étudiants mais indisponibles dans les bibliothèques étaient également accessibles sur ce blog à partir d’un lien de téléchargement proposé. Ainsi, les étudiants pouvaient se connecter et télécharger les différentes publications et ouvrages numérisés. Ces différents éléments étaient stockés sur un site de partage6.

  • 7 Pour l’année 2016-2017, nous avons enregistré 285 étudiants inscrits en L3 et 398 en L2. Ces chiffr (...)
  • 8  Pour l’année 2016-2017, nous avons enregistré 13 groupes de TD de 30 étudiants chacun en L2 et 10  (...)

12Les retombées de ces innovations étaient très visibles à la rentrée 2016-2017. En effet, les CM enregistraient un taux de présence de 70 % des étudiants inscrits en 2e et 3e années7. Ces scores auraient pu être améliorés si la capacité des amphithéâtres l’avait permis. Les taux de présence d’étudiants étaient plus importants lors des TD. Ils atteignaient les 100 % dans certains groupes, ce qui a permis la création d’autres groupes de TD en Licence 2 et Licence 38. Pour ce qui est des résultats, nous avons assisté à une hausse considérable de la courbe des admissions. De moins de 10 % avant l’usage des outils numériques en 2012, l’on avait plus de 50 % d’admis parmi les étudiants qui suivaient régulièrement les cours en 2017. Par ailleurs, on a pu enregistrer une forte demande d’inscription en master recherche d’histoire du Moyen Âge, ce à quoi le département d’Histoire ne pouvait répondre du fait du nombre réduit d’enseignants spécialistes de cette option. Les dispositions administratives pour l’encadrement limitent le nombre d’étudiants à 5 pour chaque enseignant par an, ce qui ne permettait pas d’avoir plus d’une vingtaine d’étudiants en master recherche d’histoire du Moyen Âge.

13Sur ce tableau et ce graphique l’on peut constater que les résultats des admis n’ont jamais franchi la barre des 30 % de l’effectif total des étudiants. Avec un taux d’échec atteignant les 70 %, il a fallu repenser toute la stratégie pédagogique en privilégiant les TIC. Car la construction de nouveaux amphithéâtres et le recrutement de nouveaux enseignants n’étaient pas à l’ordre du jour. Entre 2008 et 2010, on a constaté une croissance du nombre total d’étudiants admis en année supérieure. Seulement, moins de la moitié de ces derniers s’inscrivaient effectivement et seule la moitié de ceux qui assistaient au cours étaient admis à la fin de l’année. Ainsi, pour l’année 2008, seuls 24,85 % du total des affectés ont été admis en année supérieure, les autres (75,15 %) se retrouvant en situation d’échec. Cette situation s’est poursuivie au cours des deux années suivantes, 2009 et 2010.

Graphique 1. Résultats de la Licence 2 du département d’Histoire de 2008 à 2010

Graphique 1. Résultats de la Licence 2 du département d’Histoire de 2008 à 2010

Années

2008

2009

2010

Effectif total

350

380

370

Étudiants assistant au cours

152

180

215

Nombre d’admis

87

90

107,5

Pourcentage d’admission

24,85

23,68

29,05

Graphique 2. Résultats de la Licence 2 du département d’Histoire de 2012 à 2017

Graphique 2. Résultats de la Licence 2 du département d’Histoire de 2012 à 2017

Années

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Effectif total

325

325

335

340

398

380

Étudiants assistant au cours

190

222

250

180

200

210

Nombre d’admis

110

140

150

140

180

196

Pourcentage d’admission

34

43

45

41

45

52

14Ce second tableau présente les résultats obtenus à la suite de la « révolution numérique ». Si l’année 2012 a représenté une période d’expérimentation, l’on remarque tout de même que 34 % des étudiants orientés au département d’Histoire ont été admis à leurs examens. Ce pourcentage à lui seul traduit l’importance des innovations apportées. À partir de l’année 2013, le pourcentage des admis est passé de 34 % à 43 % avec le même effectif d’orientés. Seulement, nous retenons que le nombre d’étudiants qui assistaient au cours a grimpé de 190 à 222 sur un effectif de 325 étudiants. À partir de 2017, le nombre d’admis a franchi la barre des 50 % – c’est-à-dire 196 admis sur un effectif total de 380 étudiants. Cette croissance de 34 % en 2012 à 52 % en 2017 est le fruit de la maîtrise progressive par le corps enseignant des nouvelles méthodes d’enseignement et de l’intérêt croissant des étudiants pour les cours.

2. Limites de la « révolution numérique » et réponses proposées

2.1. Les limites de la « révolution numérique »

15Les innovations introduites au département d’Histoire durant ces dernières années ont eu un impact positif sur les pratiques enseignantes et sur les résultats des étudiants. Force est de constater, cependant, que leur déploiement a occasionné des effets néfastes sur le processus enseignement-apprentissage qu’il a fallu corriger. Ces revers constatés peuvent être situés à trois niveaux.

16Le premier est relatif à la trop grande dépendance des étudiants aux cours. En effet, depuis qu’ils ont eu à leur disposition l’entièreté des cours, ils ne font pas d’efforts. La fréquentation des bibliothèques n’est plus une priorité pour eux puisque le corps enseignant leur permet d’avoir accès aux copies d’ouvrages les plus récents. Ce procédé est d’ailleurs frappé du sceau de « l’illégalité », car la majorité des manuels utilisés est encore protégée par des droits d’auteurs. Cependant, comment enseigner le Moyen Âge dans un pays où les ressources bibliographiques sont inabordables ? Cette forme de dépendance est préjudiciable pour ceux qui souhaitent poursuivre des études de niveaux maîtrise et doctorat. N’ayant pas appris à faire des recherches eux-mêmes, ils ne développent pas le réflexe de prendre du temps pour compléter les notes reçues des enseignants.

17Le deuxième faux-pas qu’on peut relever de l’emploi des outils numériques vient du développement d’une certaine forme de paresse chez les étudiants lors du déroulement de la classe. En effet, de nombreux étudiants ne prennent plus de notes lorsque le cours est dispensé. C’est à peine s’ils suivent les explications données par l’enseignant. Certains vont jusqu’à souhaiter que les cours magistraux soient purement et simplement supprimés étant donné que les cours sont déjà disponibles.

18Le troisième inconvénient porte sur la remontée des taux d’absentéisme constatée au cours de l’année universitaire 2018-2019. On observe que les étudiants assistent de moins en moins aux cours, bien que les effectifs d’étudiants inscrits au département d’Histoire soient en hausse.

2.2. Réponses aux effets pervers de la « révolution numérique » et perspectives

19Face à ces effets pervers, de nature à remettre en cause les fruits du saut technologique opéré au département d’Histoire, un certain nombre de mesures sont mises sur pied. Elles visent, entre autres, à permettre aux étudiants de regagner les amphithéâtres et les salles de cours. Dans ce sens, les accès à la boîte courriel pour le téléchargement des cours ont été restreints. Les étudiants ne reçoivent que les chapitres à étudier. Ils sont priés, lorsqu’ils viennent aux cours, de se munir de supports de stockage de données (clés USB, DVD ou CD Rw) pour copier le cours du jour offert par l’enseignant sous une forme simplifiée. La totalité du cours n’est plus mise à leur disposition comme par le passé, mais plutôt un syllabus amélioré chapitre par chapitre. Les informations fournies par les enseignants sont désormais à compléter en bibliothèque. Depuis la mise en œuvre de ces nouvelles mesures, l’on note une plus grande fréquentation des bibliothèques par les étudiants. Ils ne peuvent, cependant, pas tous assister au cours du fait des places limitées, mais sont amenés à fournir des efforts pour être sûrs d’acquérir des savoirs.

20Les réponses aux difficultés constatées dans l’emploi des outils technologiques au département d’Histoire gagneraient à être soutenues par une action beaucoup plus significative et vigoureuse de la part des autorités universitaires et par les gouvernants. Ces derniers devraient mettre à la disposition des enseignants des infrastructures et du matériel adéquats pour une meilleure formation des étudiants. Il est inconcevable qu’à l’ère du numérique, faite de déploiement de fibre optique, de 4 ou 5G, de connexions spécialisées, etc., l’institution universitaire ne dispose pas de connexion internet. Comment comprendre qu’en ce xxie siècle, où le numérique est plus qu’indispensable dans tous les secteurs d’activité, des enseignants d’université soient amenés à recourir à des connexions privées au sein de leur institution ou à se rendre d’urgence dans des cybercafés pour des travaux qu’ils auraient pu mener s’ils bénéficiaient d’internet sur place ? Il est plus que nécessaire que l’Université Félix Houphouët-Boigny soit dotée d’une connexion internet à haut débit.

21Un autre pan de l’intervention des autorités universitaires devrait porter sur la formation des ressources humaines. La « révolution numérique » qui implique une autre façon d’enseigner, d’interroger et d’évaluer les étudiants, ne peut se faire sans que le personnel enseignant ne bénéficie d’une initiation ou d’un renforcement des capacités en informatique. Bien formés, les enseignants pourraient utiliser au mieux les outils numériques qui aident à surmonter les difficultés liées aux effectifs pléthoriques d’étudiants. Ainsi, pour pallier l’insuffisance d’amphithéâtres et de salles de TD, des MOOC (Massive Open Online Course) pourraient être confectionnés à l’intention des étudiants. Ces derniers pourront les suivre à partir de cybercafés, de leurs résidences universitaires ou de leurs domiciles.

22Pour ce qui est de la disponibilité des ouvrages et articles scientifiques, les autorités universitaires devraient penser à l’ouverture et à l’équipement de nouvelles bibliothèques, et au renouvellement de la documentation mise à disposition. Des accords de coopération interuniversitaire gagneraient à être noués pour permettre l’accès aux ressources documentaires et aux grandes bases de données (FRANCIS, IMB, JSTOR, CAIRN INFO, etc.), mais également pour la mobilité des enseignants dans le cadre d’échanges interuniversitaires.

Conclusion

23La « révolution numérique » amorcée au département d’Histoire a permis de surmonter le désintérêt des étudiants à l’égard des activités universitaires. Ces activités, il faut le rappeler, étaient étouffées par les effectifs pléthoriques d’étudiants, le manque de supports didactiques, les conditions d’apprentissage très éprouvantes au sein de l’institution universitaires. Grâce aux outils numériques, les étudiants ont pu avoir accès aussi bien à des supports de cours beaucoup plus éclairants, à des contenus disciplinaires plus riches mais également à des ressources documentaires additionnelles. On note cependant que l’usage qui est fait de ces outils est à certains égards pernicieux. Des étudiants y voient un moyen pour déserter les salles de cours et ainsi ne pas s’investir pleinement dans leur apprentissage. En toute conscience de ces revers, des décisions ont été prises par l’ensemble des enseignants à l’effet de corriger ces manquements. Dans le même sens, les autorités sont invitées à soutenir ces décisions par des actions en faveur de l’intégration effective des outils numériques dans les pratiques enseignantes, mais aussi par un appui déterminant aux institutions universitaires.

Haut de page

Notes

1  C’est un constat qui a été fait par l’ensemble des responsables universitaires. Plus de la moitié des étudiants qui assistaient aux CM n’étaient pas inscrits. Ils attendaient la proclamation des résultats pour s’inscrire en fonction de leur qualité d’admis ou de recalé. Ce phénomène était possible du fait des rallonges accordées chaque fois aux étudiants pour s’inscrire durant l’année. C’est un système qui a pris fin à la faveur de la rentrée 2016-2017 où des bornes claires ont été fixées. Tous ceux qui n’étaient pas inscrits au terme de cette période ont été considérés comme démissionnaires. Cette mesure des autorités universitaires a permis la maîtrise des effectifs par niveau et par département.

2  Le CERAP, Centre de Recherche et d’Action pour la Paix, est une institution de formation fondée et administrée par les Jésuites.

3  Ce processus a été plutôt réussi de manière informelle. Car, entre collègues, les plus outillés venaient en aide au moins informés. C’est ainsi que les enseignants ont procédé à leur mise à niveau.

4  Cette boîte est toujours fonctionnelle : histoire.cocody@gmail.com. Pour des raisons pratiques, nous en avons restreint l’accès.

5  Les logiciels utilisés sont des versions démo de Videostudio ULEAD 7, d’une durée de vie de 15 jours. Nous ne pouvons pas accéder à la version commerciale, trop chère. Les vidéos réalisées servent à diffuser des séquences de film de 4 ou 5 minutes maximum.

6 À partir du blog, nous avons mis des liens qui permettaient d’avoir accès aux différents éléments stockés sur www.4shred.com. Nous disposions alors de 15 GB de capacité de stockage gratuit sur cette plate-forme. Ce stock était renouvelé chaque semaine. Cependant, des problèmes de droits d’auteurs, car les manuels récents et autres publications n’étaient pas encore dans le domaine public, nous ont contraints à fermer ce blog qui affichait plus de 2 000 connexions par semaine.

7 Pour l’année 2016-2017, nous avons enregistré 285 étudiants inscrits en L3 et 398 en L2. Ces chiffres sont largement inférieurs au total des étudiants qui assistent aux cours. Car un tiers des étudiants ne sont toujours pas inscrits malgré les différents aménagements effectués par les autorités universitaires.

8  Pour l’année 2016-2017, nous avons enregistré 13 groupes de TD de 30 étudiants chacun en L2 et 10 groupes de 30 étudiants en L3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Résultats de la Licence 2 du département d’Histoire de 2008 à 2010
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1773/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Titre Graphique 2. Résultats de la Licence 2 du département d’Histoire de 2012 à 2017
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1773/img-2.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severin Konin, « Apports et limites du numérique dans l’enseignement de l’histoire médiévale à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1773

Haut de page

Auteur

Severin Konin

Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search