Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Numérique et études médiévales: e...PolimaWiki : un Wiki sémantique p...

Numérique et études médiévales: enjeux pédagogiques et formation par la recherche

PolimaWiki : un Wiki sémantique pour l’analyse de listes au Moyen Âge, limites et apports

Pierre Chastang et Davide Gherdevich

Entrées d'index

Mots-clés :

listes, numérique, sémantique

Géographique :

Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Workshop 1 : Supports, syntaxes, mises en page (mai 2015) ; workshop 2 : De l’item au paradigme : n (...)
  • 2 URL : http://polima.huma-num.fr/. Projet ANR-14-CE24-0005, réalisé de 2015 à 2019.

1Depuis une trentaine d’années, la réflexion sur les usages de l’écriture est devenue l’une des voies d’accès privilégiées à la compréhension des sociétés médiévales. La liste est apparue comme l’une des formes caractéristiques d’un usage multiforme de l’écriture dont la finalité est à la fois la connaissance et l’action. Le projet Polima, qui associait, dans une démarche scientifique pluridisciplinaire, histoire, philologie, linguistique, littérature, sociologie, anthropologie et psychologie cognitive, s’est attaché à l’étude des listes dans la culture de l’écrit au Moyen Âge. Le programme de recherche s’est articulé autour de six ateliers réunis deux fois par an pendant trois ans1. La périodicité soutenue a eu comme effet la consolidation d’un groupe stable de chercheurs qui ont pu discuter de façon approfondie des matériaux documentaires mis en commun. À ce dispositif classique, mais resserré, s’est ajoutée la construction du site PolimaWiki qui a visé quatre objectifs2 :

21. établir un lien stable et permanent entre les différents membres du groupe ;

32. procurer un outil pour la constitution d’un corpus de listes – avec reproduction des documents originaux et transcription – réunies et fournies par les membres du groupe ;

43. conserver, stocker et partager les vidéos et les documents de travail des ateliers ;

54. intégrer, par le biais de l’outil collaboratif, des étudiants avancés au projet.

6Nous proposons de dresser un bilan de cette expérience de recherche, en présentant le projet Polima de manière synthétique (1), puis en exposant les motifs qui ont prévalu au choix du développement d’un Wiki (2), avant de revenir, de manière critique, sur la place de l’outil numérique dans la réalisation du projet (3).

1. Le programme de recherche Polima

  • 3  J. Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1 (...)

7Le programme Polima a mené une étude de la présence et de l’efficience des listes dans les textes produits au Moyen Âge. Il se fondait sur le constat que cette forme d’écriture, dont la dimension anthropologique a été mise en évidence par les travaux de Jack Goody3, transgresse les frontières modernes entre pragmatique, didactique et poétique, sur lesquelles se fondent les domaines disciplinaires. Il s’est donc agi de créer des conditions favorables à un travail pluridisciplinaire qui mobilise les compétences croisées de chercheurs en sciences humaines, sociales et cognitives.

1.1. Orientations et attendus du projet

8Le travail collectif a été guidé par quatre questions principales :

9- l’étude de la transformation médiévale des dispositifs visuels, textuels et cognitifs liés à la liste ;

  • 4  P. Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècle). Essai d’histoi (...)

10- l’analyse de la genèse, au cours des derniers siècles du Moyen Âge, de formes de gouvernementalité dans lesquelles les listes tiennent une place centrale4 ;

  • 5  P. Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005 ; B. Latour, Nous n’avons jamais ét (...)
  • 6  Y. Thomas, Les opérations du droit, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 2011.
  • 7  Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, éd. L. Feller(...)

11- l’étude du processus historique de transformation ontologique du rapport entre les personnes et les objets5, d’où procèdent de nouvelles pratiques de transmission culturelle des objets et de conception de la personne6, liées à des procédures spécifiques de construction de la valeur, dont la liste est l’un des outils principaux7 ;

  • 8  M. Lauwers et L. Ripart, « Représentation et gestion de l’espace dans l’Occident médiéval (ve-xiii(...)

12- celle, enfin, de la production du temps et de l’espace qui forment des cadres d’action et de représentation, résultant d’opérations d’encodage sémantique dans lesquels la liste, fondée sur l’ordre et la segmentation, joue un rôle prépondérant. Elle participe ainsi au processus médiéval de (re)territorialisation du pouvoir mis en évidence dans des travaux récents8. De même, la forme liste permet de produire du temps, en recombinant des items qui jouent sur des effets de rythme, de vitesse, d’itération et, surtout, de synchronisation.

  • 9  Une synthèse générale des acquis scientifiques du programme sera proposée dans un ouvrage écrit pa (...)
  • 10  Le pouvoir des listes au Moyen Âge. 1. Écritures de la liste, éd. C. Angotti, P. Chastang, V. Debi (...)

13Le travail interdisciplinaire mené dans le cadre du projet Polima a débouché sur la construction d’un savoir commun livré au public sous la forme d’un essai de synthèse9, de trois volumes collectifs d’études de cas publiées parus ou à paraître10, ainsi que d’archives numériques du projet dont l’hébergement par Huma-Num garantit la pérennité.

1.2. Les pouvoirs de la liste au prisme du Moyen Âge

  • 11  B. Fraenkel et A. Mbodj, « Les new literacy studies, jalons historiques et perspectives actuelles  (...)
  • 12  C. Colliot-Thélène, « Retour sur les rationalités chez Max Weber », Les champs de Mars, 22/2, 2011 (...)

14Le programme Polima se situait explicitement dans les perspectives tracées par les travaux fondateurs de Jack Goody, des tenants des new literacy studies11, ainsi que des études menées dans les années 1990 sur la Schriftlichkeit qui ont revisité, à partir de l’histoire du second Moyen Âge occidental, les thèses de Max Weber sur la rationalité12. Mais, la pluridisciplinarité de l’équipe a permis de réévaluer l’apport des recherches sur la culture visuelle et de mieux saisir comment une forme syntaxique, sémantique et graphique universelle et pérenne – présente de l’Antiquité jusque dans le numérique contemporain – peut être mobilisée dans des contextes singuliers et accompagner la transformation du monde social. Le programme Polima a ainsi permis de mettre en évidence six formes principales d’efficience de la liste :

15- sa capacité à agir omnes et singulatim, comme disent les textes du Moyen Âge, c’est-à-dire à construire des totalisations qui demeurent segmentées ;

16- son aptitude à produire des effets de spatialisation des items et à présenter, en conséquence, une forme sémiotique hybride, textuelle et iconique ;

  • 13  Cette notion a été forgée par J. Goody, La raison graphique…, op. cit. n. 3, p. 171 : « On pourrai (...)

17- ses dispositions dans le domaine de la transformation temporelle des énoncés dont la synchronie et l’hypergénéralisation13 sont deux manifestations remarquables ;

  • 14  J.-C. Schmitt, Penser par figure : du compas divin aux diagrammes magiques, Paris, Arkhê, 2019.

18- sa capacité à produire ordre, combinatoire et conversion de données hétérogènes14 ;

19- sa propension à agencer et à consigner des opérations de dénombrement et de numération ;

  • 15  J. Le Goff, « Monumento / documento », Enciclopedia, Turin, Einaudi, 1978, t. 5, p. 3848.
  • 16  M. Melot, Mirabilia. Essai sur l’Inventaire général du patrimoine culturel, Paris, Gallimard, 2012

20- son caractère enfin de document-monument au sens que Jacques Le Goff donne à cette notion15 dont l’usage accompagne, à partir du xive siècle, l’essor en Occident d’une nouvelle économie de l’accumulation, de la gestion et de la dévolution des objets conservés pour être transmis16.

2. Le choix du Wiki

  • 17  Nous avons déjà décrit de manière plus approfondie la façon dont nous avons structuré le site et l (...)
  • 18  Le site n’est plus visible sur le Web. Les listes contenues dans Hyperlistes ont été insérées dans (...)

21La mise en œuvre scientifique et technique du programme de recherche Polima a reposé sur la construction du site PolimaWiki (figure 1), en parallèle à l’organisation des six ateliers thématiques17. Le site PolimaWiki, hébergé par Huma-Num, est opérationnel depuis le début de l’année 2016. Il a accueilli, d’une part, les archives des ateliers – programmes, vidéos des débats et dossiers présentés par les intervenants – et il a, d’autre part, servi d’outil pour construire, sous une forme collaborative, un corpus de textes à listes réunis par les participants et par des chercheurs intéressés par le projet. Une partie importante de ce corpus provient du site Hyperlistes18 réalisé il y a quelques années par Madeleine Jeay. Les textes initialement mis en ligne sur Hyperlistes ont été accompagnés de reproductions numériques des manuscrits de référence qui n’étaient pas présentes sur le site d’origine.

Figure 1 : La page d’accueil du site PolimaWiki

Figure 1 : La page d’accueil du site PolimaWiki

22La perspective adoptée par l’équipe était donc de combiner une recherche traditionnelle fondée sur un travail collectif pluridisciplinaire avec la mobilisation d’un dispositif numérique qui archive les contributions et permette de constituer un corpus de travail, en associant une communauté plus large que celle participant directement au projet. Il fallait, par conséquent, faire le choix d’un outil qui puisse accueillir les documents de travail des ateliers et les captations en vidéo des discussions de l’équipe sur les dossiers présentés. L’outil devait aussi permettre de constituer une collection de listes disponibles en ligne, accompagnées de descripteurs définis par l’équipe, qui facilitent les recherches sélectives et les reclassements. Le versant numérique du projet visait ainsi à pérenniser la participation au projet des chercheurs invités dans les ateliers, voire à mobiliser au-delà.

2.1. Les atouts de Semantic MediaWiki

  • 19  Site Web qui permet à chaque utilisateur d’ajouter de nouveaux contenus ou de modifier des contenu (...)
  • 20  M. Krötzsch, D. Vrandečić et M. Völkel, « Wikipedia and the Semantic Web. The Missing Links », Pro (...)
  • 21  URL : https://www.semantic-MediaWiki.org/wiki/Help:Introduction_to_Semantic_MediaWiki/fr.
  • 22  M. Krötzsch, D. Vrandečić, M. Völkel, H. Haller et R. Studer, « Semantic Wikipedia », Journal of W (...)
  • 23  T. Berners-Lee, J. Hendler et O. Lassila, « The Semantic Web », Scientific American Magazine,‎ 284 (...)
  • 24  T. Meilender, N. Jay, J. Lieber et F. Palomares, « Les moteurs de Wikis sémantiques : un état de l (...)

23Le choix de l’équipe s’est porté sur la création d’un Wiki19, mais avec l’implémentation de la partie sémantique, ce qui est possible grâce à l’application Semantic MediaWiki20 (SMW). Elle permet de rechercher, organiser, baliser, naviguer, évaluer et partager le contenu d’un Wiki. Alors que les Wikis traditionnels ne contiennent que du texte ne pouvant être ni compris, ni évalué par les machines, Semantic MediaWiki ajoute des annotations sémantiques permettant au Wiki de fonctionner comme une base de données collaborative21. En résumé, Semantic MediaWiki unit la logique des Wikis, des bases de données et du Web sémantique et permet de créer des applications plus structurées22. La notion de Web sémantique a été décrite dans l’article de Tim Berners-Lee, qui la définit comme une toile de données qui peuvent être traitées directement et indirectement par des machines pour aider leurs utilisateurs à créer de nouvelles connaissances23. De nouveaux standards sont apparus pour représenter et gérer les connaissances, tels que RDF(S) et OWL24.

24Semantic MediaWiki n’a pas été conçue comme une base de données traditionnelle avec des tableaux liés entre eux par des relations, mais repose sur une structure à graphes25. Cette dernière permet de rendre la base évolutive, qualité bien plus difficile à obtenir avec une base de données traditionnelle. Semantic MediaWiki propose des balises, ou tags, qui permettent aux utilisateurs de donner des informations au logiciel sur la façon d’interpréter certaines informations fournies sur le Wiki. Ces informations appelées annotations sémantiques sont de plusieurs types26.

25Tout d’abord les « catégories », qui servent à classer des pages wiki selon certains critères que l’on définit. Pour ajouter des catégories, il faut entrer le tag [[Category:Name Classe]]. Par exemple avec [[Catégorie:BDPolima]] le système interprétera la page comme un élément de la catégorie BDPolima, soit comme faisant partie de la base de listes de Polima. Le système pourra également générer une liste de toutes les pages contenues dans cette catégorie, c’est-à-dire une liste de toutes les listes contenues dans PolimaWiki (figure 2).

Figure 2 : Liste des listes

Figure 2 : Liste des listes

26Les « propriétés », ensuite, décrivent formellement le contenu d’une page. Une même catégorie contient plusieurs propriétés. Pour créer une propriété, il faut insérer le tag [[Properties::Resource]]. Par exemple avec [[Nom auteur:: Chrétien de Troyes]], nous indiquons l’auteur du texte, et nous créons une relation qui s’affiche sous forme d’un lien HTML vers la page relative du Wiki, dans notre cas, la page dédiée à Chrétien de Troyes.

27Si en revanche nous créons une propriété [[coordonnées::48° 51' 13"N, 2° 20' 3"W]] pour définir les coordonnées de la ville de Paris, créer un lien vers une page « 48° 51' 13"N, 2° 20' 3"W » et avoir des pages pour chaque valeur de coordonnée n’est pas très pertinent. Nous pouvons alors dire à Semantic MediaWiki que « coordonnées » est un nombre et non un lien vers une page du Wiki. La manière de le faire est de spécifier l’attribut pour la propriété « coordonnées ».

28Ainsi, les attributs particularisent la propriété. Pour les définir, nous utilisons le tag [[Has type::number]]. Les attributs (ou type en anglais) que nous pouvons associer à la propriété sont : « nombre », « texte », « URL », « date », « Geographic coordinates », etc. L’attribut d’une propriété par défaut est « Page », qui s’affiche directement comme un lien27, comme dans l’exemple ci-dessus de la propriété « Nom d’auteur ».

  • 28  Le wikitexte est un langage de tags léger qui est utilisé pour écrire les pages d’un Wiki.
  • 29  Les triplets sont caractérisés par Page/ Propriété/ Valeur.
  • 30  M. Buffa, G. Ereteo et F. Gandon, « Wiki et Web sémantique. Ingénierie des connaissances », Actes (...)

29Bien que l’utilisateur puisse être à l’aise devant l’interface graphique de MediaWiki et avec l’utilisation du wikitext28, il peut avoir des difficultés à associer les propriétés à une liste en entrant les balises manuellement. Aussi, pour aider les utilisateurs à créer les listes comme des pages du Wiki, mais également pour créer notre ontologie, nous avons utilisé Page Form, autre extension de Semantic MediaWiki. Cette extension permet de créer des formulaires pour l’ajout et l’édition de pages. Le formulaire comprend des champs qui peuvent être remplis avec les classiques boîtes combo, les checkboxes, les radio-boutons, ou encore avec les zones de texte d’auto-complétion, pour permettre de restreindre ou de proposer des valeurs aux utilisateurs (figure 3). Le formulaire permet d’associer un attribut ou une relation à chaque donnée. Enfin, avec ce système d’annotations, cette extension introduit simplement les syntaxes Wiki nécessaires à l’élaboration des déclarations/triplets RDF29. Ces données sont employées pour la navigation par facettes et pour les requêtes, et ces métadonnées sont traduites directement par Semantic MediaWiki au format RDF30.

Figure 3 : Une partie du formulaire de saisie

Figure 3 : Une partie du formulaire de saisie

30L’information insérée dans le site PolimaWiki est au format RDF31, donc récupérable et réutilisable au moyen de requêtes en langage SPARQL32. SMW nous permet d’exporter toutes les listes annotées en format RDF en allant simplement à la fin de la page de la liste, où se trouvent les métadonnées, en cliquant sur « voir comme RDF » (figure 4).

Figure 4 : Les listes annotées en format RDF

Figure 4 : Les listes annotées en format RDF

2.2. L’exposition virtuelle sous Omeka

31Après la réalisation du site PolimaWiki, afin de présenter de manière accessible certains résultats obtenus par l’équipe, une exposition virtuelle (figure 5) a été réalisée sous Omeka33, logiciel gratuit utilisé par de nombreuses bibliothèques, musées, archives, pour publier leurs propres collections numérisées. En utilisant l’extension Neatline, nous avons pu associer du texte à une image, comme par exemple la transcription d’une liste, mais également des contenus multimédias comme des fichiers vidéos ou audios, ou encore des liens directs vers le site PolimaWiki. Le site de l’exposition virtuelle est en cours de réalisation, avec une migration prévue vers la version sémantique d’Omeka (OmekaS), pour une meilleure cohérence avec le site PolimaWiki. Nous n’avons pas immédiatement utilisé la version sémantique d’Omeka car l’extension Neatline n’avait pas encore été implémentée pour cette version. Il existe maintenant une version bêta que nous testons tandis qu’une version stable est attendue en septembre 202034.

Figure 5 : La liste  L’estillement au vilain sur Neatline pour Omeka

Figure 5 : La liste  L’estillement au vilain sur Neatline pour Omeka

3. Un bilan provisoire

32Pour réaliser la base en ligne, nous avons choisi d’utiliser un Wiki plutôt qu’un autre logiciel en raison des possibilités de partage et d’ouverture, particulièrement dans sa version sémantique. En pratique, nous avons néanmoins rencontré plusieurs problèmes, pour partie liés au logiciel, pour partie liés à la participation collective au dépôt de documents dans la base.

3.1. Les limites du Wiki

33Tout d’abord le design du site n’est malheureusement pas à la hauteur des possibilités offertes par d’autres Content management system (CMS) d’usage plus convivial, comme par exemple Wordpress – pour citer le CMS le plus utilisé au monde. Pour rendre le design du Wiki plus proche des standards visuels modernes, il aurait aussi fallu travailler massivement sur le code source, écrit en langage php. Ceci s’avère complexe et requiert de solides compétences en informatique. Si l’ergonomie du site n’est pas un obstacle à son utilisation, elle rend toutefois moins facile et intuitive la navigation dans les pages.

34Mais les problèmes majeurs que nous avons rencontrés sont liés à la création du site et à sa mise à jour. La création du site nécessite une connaissance du langage wikitext et de la structure du MediaWiki. Ceci peut paraître plutôt simple aux utilisateurs travaillant déjà sur Wikipedia, mais pour les usagers plus coutumiers de l’utilisation d’autres CMS – comme Wordpress, déjà cité –, une période d’apprentissage sera nécessaire. Il est donc important de prévoir de dédier du temps à la compréhension du fonctionnement et de la logique du MediaWiki, en particulier pour la partie Semantic MediaWiki. Les mises à jour du MediaWiki et de ses extensions sont plutôt complexes, étant donné l’absence d’un véritable système de mise à jour automatique. Or ces mises à jour sont assez fréquentes, comme par exemple pour l’extension Semantic Map, ce qui a entraîné de nombreux problèmes d’affichage des cartes sur le navigateur Google chrome.

35Malgré cela, la structure du site est assez stable, et la possibilité d’exporter les données – dans notre cas les listes – vers plusieurs formats – RDF en premier lieu – permet une bonne pérennisation et réutilisation des données.

36On dénombre plusieurs erreurs survenues à la création de la structure de la base sémantique, erreurs surtout dues à l’inexpérience, comme de n’avoir pas importé dans le Wiki des vocabulaires RDF existants, lesquels auraient pu s’ajouter à l’ontologie du Wiki et ainsi fournir des propriétés prédéfinies. Il aurait par exemple été opportun d’utiliser les vocabulaires de schema.org ou de Dublin core – ce dernier n’ayant été utilisé qu’en partie –, pour permettre une meilleure intégration et un meilleur partage des données avec d’autres sites.

3.2. Outil collaboratif et archives du programme

37Au-delà des problèmes techniques qui n’ont jamais empêché l’utilisation du site, nous avons également été confrontés au fait que son alimentation a été beaucoup moins régulière que nous ne l’espérions au départ, pour des questions en particulier liées au droit encadrant la reproduction numérique des manuscrits. Il est donc demeuré jusqu’à présent un outil interne à l’équipe et aux chercheurs ayant demandé un droit d’accès, limitant par là-même le partage des données insérées.

38En somme, le Wiki a été utilisé surtout comme lieu où conserver et consulter tous les documents et les vidéos produits pendant les ateliers du projet Polima. Il a également permis de mettre à disposition les listes précédemment mises en ligne par Madeleine Jeay sur le site Hyperlistes, qui n’est plus aujourd’hui accessible, ainsi que celles collectées par d’autres chercheurs. Il contient actuellement un corpus de 214 listes versées par 21 contributeurs qui, pour la plupart, ont mis en ligne deux ou trois listes. Les participants aux six ateliers n’ont pas systématiquement référencé les documents issus de leur corpus d’étude dans le Wiki. Ils ont pour beaucoup d’entre eux uniquement fourni des dossiers documentaires en formats Word, Powerpoint ou PDF, qui ont été déposés dans la partie du site collaboratif regroupant les archives des ateliers. Il est probable que pour une bonne part des 54 contributeurs, la perspective de la publication des communications dans trois volumes collectifs a réduit l’intérêt porté à une diffusion en ligne des contenus, si ce n’est sous la forme désormais courante, dans la communauté des chercheurs en humanités et sciences sociales, de l’archivage de documents de travail (working papers) qui demeurent accessibles dans la partie du PolimaWiki consacrée aux rencontres. Si le projet Polima a conduit à la publication de 47 articles, écrits pour une part seulement par les 15 chercheurs formant le noyau central de l’équipe du projet, la potentialité du Wiki comme lieu de travail collectif – collaboration de plusieurs chercheurs pour la création, le partage, l’enrichissement de listes du Moyen Âge – n’a, à ce jour, pas véritablement été exploitée.

3.3. Recherche individuelle et travail collectif

39Dans le projet tel qu’il avait été envisagé lors de son dépôt à l’ANR, les ateliers et le Wiki avaient pourtant été conçus comme des lieux complémentaires de travail collectif, la mise en ligne de contenus devant maintenir une continuité entre les temps forts des rencontres. L’équipe pensait que le Wiki, au-delà de sa fonction d’archivage des contenus, pourrait être un lieu virtuel de débat entre les contributeurs. De ce point de vue, le bilan apparaît contrasté : si les dossiers documentaires ont bien été mis en ligne avec les papiers de travail, la mobilisation des chercheurs pour qu’ils versent chaque document sur le site, ce qui demande il est vrai d’y consacrer du temps, est demeurée insuffisante. D’autre part, la participation de médiévistes, en dehors du cercle de la cinquantaine de chercheurs ayant directement contribué aux ateliers, n’a été que très ponctuelle, limitée à des chercheurs qui ont eu, pendant le temps du projet, des liens institutionnels avec l’un des deux laboratoires de recherche porteurs. Il faut sans doute voir dans cette situation la conséquence d’un manque de valorisation des travaux de constitution de corpus en ligne, mais également d’un choix de publication mixte des résultats de la recherche – sous forme de livres collectifs et de dépôts numériques – qui a conduit les chercheurs à se focaliser sur l’écriture d’articles présentant les résultats consolidés de leur travail. Le Wiki ayant été considéré comme un lieu d’archivage du travail en cours, le versement spécifique des listes et la saisie des descripteurs afférents – même si très peu sont obligatoires pour pouvoir dépose – n’ont pas constitué une tâche prioritaire pour de nombreux participants.

3.4. Un volet pédagogique

  • 35 En anglais Optical character recognition (OCR), désigne l’utilisation d’un logiciel pour transforme (...)

40Le programme de recherche Polima a également été l’occasion d’associer des étudiants de niveau avancé – de 3e année de Licence et de Master d’histoire – à un projet de recherche programmé. Leur intégration s’est faite à la fois sous la forme de stages en laboratoire, pour les étudiants de Master, et de projets pédagogiques intégrés au cours « Recherche en histoire médiévale » pour les étudiants de Licence. Six étudiants ont réalisé un stage au cours duquel ils ont participé à la numérisation, à l’océrisation35 et au toilettage des listes extraites de thèses de l’École des chartes préalablement sélectionnées par l’équipe. Certains de ces documents ont ensuite été insérés dans le PolimaWiki. Deux étudiants ont également contribué à recueillir le matériel pour l’exposition virtuelle, qu’il s’agisse des documents numérisés ou des courtes vidéos de présentation des chercheurs sollicités.

41Enfin, dans le cadre de projets tutorés menés en 3e année de Licence, l’édition de listes a été réalisée par les étudiants. Il s’agissait à la fois de les former à la paléographie médiévale et de leur proposer des méthodes d’exploitation historique de données anthroponymiques sérielles. Le résultat de ce travail collaboratif, qui concernait les listes des ouvriers de la Commune clôture de Montpellier et celle des marchands hansés de Mantes, ont été en partie exploités dans le cadre du PolimaWiki.

4. Ce que l’on ferait autrement

4.1. Ressources humaines et gestion de l’alimentation du Wiki

42Comme nous l’avons déjà indiqué dans les paragraphes précédents, la participation des chercheurs à l’alimentation du site a été beaucoup plus faible que prévu, probablement en partie à cause du manque de connaissance du potentiel de Semantic MediaWiki. Afin de permettre aux participants au projet d’utiliser le Wiki à son plein potentiel, il aurait été utile de prévoir des cours – peut-être pendant les ateliers – sur l’utilisation du Wiki, pas seulement sur la manière de remplir le formulaire mais aussi sur sa structure et sur l’utilisation des balises sémantiques. Ces connaissances auraient permis, par exemple, de créer des liens à partir de listes, vers des pages Wikipédia, ou de savoir comment créer des liens entre différentes listes. Il n’est possible de le faire en ne connaissant que la structure et le fonctionnement du Wiki et des balises sémantiques. Ces cours auraient dû être dispensés par l’ingénieur qui a développé le site. Le fait qu’ils n’aient pas été organisés est dû non seulement au manque d’expérience, mais aussi à la durée du contrat de l’ingénieur, qui était d’un an, un temps suffisant pour le développement du site mais trop court pour permettre ensuite un suivi. Avec le recul, un contrat de deux ou même trois ans aurait sûrement été préférable, car l’ingénieur aurait alors pu solliciter de manière plus directe les acteurs du projet et aussi suivre les étudiants en stage de manière plus efficace. Avec ces mesures, nous aurions certainement eu une augmentation des listes déposées dans le Wiki, des ouvertures vers d’autres projets grâce à la possibilité de partager les données offertes par le Wiki sémantique, et surtout une possible itération vers Wikipédia.

43Wikipédia est souvent considéré comme un lieu de désinformation ; il faut cependant se rappeler que Wikipédia est un format ouvert : les inexactitudes peuvent être signalées et corrigées par tout un chacun. Pouvoir intégrer les données de Wikipédia aux données de PolimaWiki aurait été l’occasion d’apporter une contribution scientifique à de nombreux sujets, liés aux listes, abordés dans les pages de l’encyclopédie. Par exemple, un chercheur qui saisit les listes relatives à l’œuvre de Chrétien de Troyes peut faire un lien vers la page Wikipédia de l’auteur, et y apporter des corrections s’il le souhaite. En retour, ce lien vers Wikipédia permet de signaler la liste à un public plus large que les seuls spécialistes.

4.2. Le difficile traitement des thèses de l’École des chartes

44Six étudiants stagiaires ont travaillé sur le projet Polima pour la numérisation des listes contenues dans les thèses de l’École des chartes. Une fois les listes numérisées, elles ont été océrisées à l’aide de logiciels dédiés. Néanmoins seule une très petite partie a pu être insérée dans le Wiki, car l’océrisation génère encore beaucoup d’erreurs que seul un grand travail de correction et de contrôle peut résoudre. Une première révision a été faite par un ingénieur du laboratoire LAMOP de Paris 1 qui a travaillé sur la mise en page des listes, perdue lors de l’océrisation. La correction des erreurs orthographiques et syntaxiques a ensuite été réalisée par les étudiants stagiaires, afin de les insérer dans le Wiki. Les listes mises sur le site ont ensuite fait l’objet d’une ultime révision faite par les chercheurs. Il s’agissait donc d’un travail double, voire triple, d’abord l’ingénieur, puis les étudiants et enfin le chercheur. Ce travail aurait certainement donné de meilleurs résultats si, au lieu de démultiplier les tâches, il avait été possible de centraliser ce travail dans le cadre de vacations ou de post-doctorats faisant intervenir un ou plusieurs chercheurs ayant une certaine expérience de la structure des listes et une bonne connaissance du latin. Cela n’était malheureusement pas prévu dans le projet.

45En général, nous aurions dû prévoir une plus grande intégration des étudiants de L3 et de Master dans le projet, par exemple par la réalisation de mémoires de recherche liés à l’utilisation de PolimaWiki. Cela aurait également permis d’exploiter plus profondément les listes numérisées à partir des thèses de l’École des chartes.

4.3. En guise de conclusion : l’open data et la production des données

  • 36  Voir S. Goëta, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », (...)

46Bien que la structure du Wiki n’ait pas été suffisamment développée, ni son potentiel pleinement exploité, son format open source et sa structure sémantique (donnant la possibilité d’exporter les données en format RDF) permettent toutefois la réutilisation totale des données et leur migration vers d’autres projets. Ceci, à défaut de garantir une pérennisation des données saisies, assure au moins une continuité de stockage. Le choix d’héberger le site non pas à l’université mais au sein d’une structure publique nationale telle qu’Huma-Num a répondu à une volonté de partage des données de la science, dans un contexte de forte incitation des institutions de la recherche publique à privilégier des solutions open data36.

  • 37  Voir J. Denis, Le travail invisible des données : éléments pour une sociologie des infrastructures (...)

47Cependant, le projet s’est heurté à une difficulté réelle à laquelle les communautés de la recherche en sciences humaines et sociales sont souvent confrontées : la sous-évaluation du travail que représente la production de données partageables entre chercheurs. Pour transformer les éléments peu structurés, réunis sous des formats hybrides par un chercheur qui possède une grande familiarité avec ses écrits préparatoires, en données agencées et référencées pour être partagées, il est nécessaire de réaliser un travail long et répétitif qui n’est pas toujours clairement identifié et attribué lors du dépôt d’un projet. Cette situation résulte pour une part de la croyance que le travail de recherche produit des données qu’il suffit de partager. Elle tend ainsi à rendre invisible le travail pourtant nécessaire à l’existence de données ouvertes37. Si ce travail n’est pas programmé, le risque est grand que les chercheurs ne consacrent pas le temps nécessaire à la production de données partageables, ou qu’ils ne le fassent, compte tenu des contraintes de temps, que sur une part infime des éléments mobilisés dans leur propre recherche. Ainsi, les membres de l’équipe du programme Polima ont attendu de la part des chercheurs intervenant dans les ateliers une mise à disposition des données sur lesquelles se fondaient leurs interventions, sans avoir précisément évalué le travail nécessaire à leur structuration, sans avoir non plus pensé à un réel accompagnement. Ce travail a été laissé à l’appréciation individuelle des chercheurs, l’équipe se contentant en définitive de fournir, par le Wiki, un cadre de structuration et une infrastructure de partage. À l’heure du bilan, il paraît important de retenir de cette expérience qu’il est nécessaire de mieux identifier le travail spécifique lié à la production des données en contexte de science ouverte, afin de prévoir sa répartition concrète entre les différents acteurs d’un projet.

Haut de page

Notes

1 Workshop 1 : Supports, syntaxes, mises en page (mai 2015) ; workshop 2 : De l’item au paradigme : nommer, associer, hiérarchiser (octobre 2015) ; workshop 3 : Listes d’objets (juin 2016) ; workshop 4 : Listes de personnes (octobre 2016) ; workshop 5 : Listes et espace (juillet 2017) ; workshop 6 : Listes et temps (janvier 2018). Une 7e rencontre, réservée aux membres de l’équipe, a permis de revenir sur certains thèmes importants et de préparer les publications.

2 URL : http://polima.huma-num.fr/. Projet ANR-14-CE24-0005, réalisé de 2015 à 2019.

3  J. Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979 [1977].

4  P. Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit à Montpellier (xiie-xive siècle). Essai d’histoire sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

5  P. Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005 ; B. Latour, Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991.

6  Y. Thomas, Les opérations du droit, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 2011.

7  Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, éd. L. Feller et A. Rodriguez, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013 ; D. L. Smail, Legal Plunder. Households and Debt Collection in Late Medieval Europe, Cambridge MA, Harvard University Press, 2016.

8  M. Lauwers et L. Ripart, « Représentation et gestion de l’espace dans l’Occident médiéval (ve-xiiie siècle) », Rome et l’État moderne européen, éd. J.P. Genet, Rome, École Française de Rome, 2007, p. 97114 ; et F. Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (ve-xiiie siècle), Paris, Seuil, 2016.

9  Une synthèse générale des acquis scientifiques du programme sera proposée dans un ouvrage écrit par Pierre Chastang, dont la parution est programmée pour 2021-2022.

10  Le pouvoir des listes au Moyen Âge. 1. Écritures de la liste, éd. C. Angotti, P. Chastang, V. Debiais et L. Kendrick, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019 ; Le pouvoir des listes au Moyen Âge. 2. Listes d’objets/listes de personnes, éd. É. Anheim, L. Feller, M. Jeay et G. Milani, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020 ; Le pouvoir des listes au Moyen Âge. 3. Temps et espaces, Paris, Éditions de la Sorbonne, à paraître en 2021.

11  B. Fraenkel et A. Mbodj, « Les new literacy studies, jalons historiques et perspectives actuelles », Langage et société, 133/3, 2010, p. 724.

12  C. Colliot-Thélène, « Retour sur les rationalités chez Max Weber », Les champs de Mars, 22/2, 2011, p. 1330.

13  Cette notion a été forgée par J. Goody, La raison graphique…, op. cit. n. 3, p. 171 : « On pourrait dire qu’est à l’œuvre ici un processus d’hypergénéralisation, dont on voit très clairement comment il opère. Dans un discours oral, il est parfaitement possible de traiter de la “rosée” dans un certain contexte comme une chose terrestre et dans un autre comme une chose céleste. Mais, quand il faut lui assigner sa place dans un sous-ensemble d’une liste […], on est alors contraint de choisir entre deux solutions : il faut la mettre soit dans les rangées du haut, soit dans celles du bas […]. Le seul fait d’avoir à insérer cet élément dans une liste tout à fait détachée du contexte parlé ordinaire confère au choix retenu une généralité qu’il n’aurait pas autrement ».

14  J.-C. Schmitt, Penser par figure : du compas divin aux diagrammes magiques, Paris, Arkhê, 2019.

15  J. Le Goff, « Monumento / documento », Enciclopedia, Turin, Einaudi, 1978, t. 5, p. 3848.

16  M. Melot, Mirabilia. Essai sur l’Inventaire général du patrimoine culturel, Paris, Gallimard, 2012.

17  Nous avons déjà décrit de manière plus approfondie la façon dont nous avons structuré le site et les détails liés à la base dans D. Gherdevich « PolimaWiki : un site contributif pour l’étude du pouvoir des listes au Moyen Âge », Médiévales, 73, 2017, p. 149167.

18  Le site n’est plus visible sur le Web. Les listes contenues dans Hyperlistes ont été insérées dans le site PolimaWiki.

19  Site Web qui permet à chaque utilisateur d’ajouter de nouveaux contenus ou de modifier des contenus existants. Voir B. Leuf et W. Cunningham, The Wiki Way: Quick Collaboration on the Web, Boston MA, Addison-Wesley, 2001.

20  M. Krötzsch, D. Vrandečić et M. Völkel, « Wikipedia and the Semantic Web. The Missing Links », Proceedings of the 1st International Wikipedia Conference, Wikimania 2005, URL : https://meta.wikimedia.org/wiki/Wikimania05/Paper-MK2.

21  URL : https://www.semantic-MediaWiki.org/wiki/Help:Introduction_to_Semantic_MediaWiki/fr.

22  M. Krötzsch, D. Vrandečić, M. Völkel, H. Haller et R. Studer, « Semantic Wikipedia », Journal of Web Semantics, 5/4, 2007, p. 251261.

23  T. Berners-Lee, J. Hendler et O. Lassila, « The Semantic Web », Scientific American Magazine,‎ 284/5, mai 2001, p. 3443.

24  T. Meilender, N. Jay, J. Lieber et F. Palomares, « Les moteurs de Wikis sémantiques : un état de l’art », Extraction et gestion des connaissances (EGC’2011), Paris, Hermann, 2011, p. 575580.

25  Le format tabulaire est très facile à lire par les humains mais plus adapté pour être utilisé par les logiciels.

26  URL : https://www.semantic-mediawiki.org/wiki/Help:%C3%89dition.

27  URL : https://www.semantic-mediawiki.org/wiki/Help:Propri%C3%A9t%C3%A9s_et_types_1.4.3.

28  Le wikitexte est un langage de tags léger qui est utilisé pour écrire les pages d’un Wiki.

29  Les triplets sont caractérisés par Page/ Propriété/ Valeur.

30  M. Buffa, G. Ereteo et F. Gandon, « Wiki et Web sémantique. Ingénierie des connaissances », Actes de la conférence IC 2007. 18e journées francophones d’ingénierie des connaissances, éd. F. Trichet, Toulouse, Cépaduès-Éditions, 2007, p. 4961.

31  URL : http://www.w3.org/2001/sw/BestPractices/HTML/2006-01-24-rdfa-primer.

32  C’est un langage de requête qui permet de rechercher, d’ajouter, de modifier ou de supprimer des données RDF. Son nom est un acronyme récursif : http://www.w3.org/TR/rdf-sparql-query/.

33  URL : https://omeka.org/.

34  URL : https://neatline.org/docs-s/.

35 En anglais Optical character recognition (OCR), désigne l’utilisation d’un logiciel pour transformer l’image d’un texte imprimé numérisé en fichiers pouvant être exploités dans un traitement de texte.

36  Voir S. Goëta, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », Informations sociales, 191, 2015, p. 2634.

37  Voir J. Denis, Le travail invisible des données : éléments pour une sociologie des infrastructures scripturales, Paris, Mines ParisTech, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La page d’accueil du site PolimaWiki
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1787/img-1.png
Fichier image/png, 326k
Titre Figure 2 : Liste des listes
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1787/img-2.png
Fichier image/png, 740k
Titre Figure 3 : Une partie du formulaire de saisie
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1787/img-3.png
Fichier image/png, 820k
Titre Figure 4 : Les listes annotées en format RDF
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1787/img-4.png
Fichier image/png, 386k
Titre Figure 5 : La liste  L’estillement au vilain sur Neatline pour Omeka
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/1787/img-5.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Chastang et Davide Gherdevich, « PolimaWiki : un Wiki sémantique pour l’analyse de listes au Moyen Âge, limites et apports »Memini [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 26 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1787

Haut de page

Auteurs

Pierre Chastang

Université Paris-Saclay

Davide Gherdevich

Université Paris-Saclay

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search