Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Construire le sens par la dispari...Avant-propos

Construire le sens par la disparité. Lectures croisées du Chevalier errant de Thomas de Saluces (1394-1396)

Avant-propos

Isabelle Arseneau et Raphaëlle Décloître

Entrées d'index

Géographique :

France, Italie

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Composé à la fin du xive siècle, le Livre du Chevalier errant de Thomas III de Saluces (vers 1394‑1396) a été conservé dans deux témoins manuscrits : celui de la Bibliothèque nationale de France (BnF, fr. 12559), qui restitue le texte complet et se distingue par son luxe affirmé et la richesse de ses illustrations, et celui, endommagé et incomplet, de la Biblioteca Nazionale e Universitaria de Turin (BNU, L.V.6). L’œuvre, qui raconte le voyage allégorique du Chevalier errant, s’ouvre sur la rencontre entre ce chevalier anonyme et dame Connaissance, qui l’initie à la chevalerie avant de le lancer dans le monde, non sans lui avoir prodigué une série de conseils. Alors qu’il erre à la recherche d’aventures, son amie est capturée par Breus sans Pitié et il est lui-même fait prisonnier. Libéré par les chevaliers d’Arthur, il la retrouve et ils se rendent ensemble à la cour du dieu d’Amour. Ils y assistent à la guerre entre les Amoureux et les Jaloux, épisode au terme duquel son amie disparaît pour une seconde fois sans laisser de traces. Lancé à sa poursuite, il se rend d’abord chez le philosophe Raison, puis à la cour de Fortune, où il prend la mesure de la précarité des biens terrestres. Troublé, il reprend sa route et aboutit chez dame Connaissance, dont il n’a pas retenu les leçons. Elle lui révèle alors le sens des aventures qu’il a vécues et lui reproche ses égarements. Maintenant vieux, le Chevalier se convertit à une vie pieuse, à l’abri des dangers d’Amour et de Fortune.

  • 1  Thomas III. von Saluzzo, Le livre du Chevalier errant, éd. R. Fajen, Wiesbaden, Reichert, 2019. Pa (...)
  • 2  M. J. Ward, A Critical Edition of Thomas III, Marquis of Saluzzo’s « Le Livre du Chevalier Errant  (...)
  • 3  F. Bouchet, Lire, voir, écrire au xive siècle : étude du « Livre du Chevalier errant » de Thomas d (...)
  • 4  L. W. Yoder, « Le Chevalier Errant » by Thomas of Saluzzo : A Study, thèse de doctorat, Iowa City, (...)
  • 5  On compte également les actes d’un colloque tenu à Turin en 2008 et consacré spécifiquement aux im (...)
  • 6  F. Bouchet, L’iconographie du « Chevalier errant » de Thomas de Saluces, Turnhout, Brepols, 2014.
  • 7  R. Fajen, Die Lanze und die Feder. Untersuchungen zum « Livre du Chevalier errant » von Thomas III (...)
  • 8  P.-Y. Badel, Le « Roman de la Rose » au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvre, Genève, Dro (...)
  • 9  R. Trachsler, Disjointures-conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la (...)
  • 10  A. Strubel, « Grant senefiance a ». Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Champion, 2002.
  • 11  Par exemple, A. M. Finoli, « “Le Donne, e’ cavalier”: il topos dei nove prodi e delle nove eroine (...)
  • 12  Par exemple, L. W. Yoder, « The late medieval tale : the example of La Dame et les trois papegaulz(...)
  • 13  Par exemple, M. Piccat, « Tommaso III, marchese errante : l’autobiografia cavalleresca di un Saluz (...)
  • 14  Par exemple, L. Debernardi, « Note sulla tradizione manoscritta del Livre du chevalier errant e su (...)

2Il est possible d’imaginer que l’édition qu’en a fournie Robert Fajen en 20191 relancera l’œuvre dans le réseau de la critique et redonnera par le fait même du souffle à l’intérêt, plutôt récent, pour le Chevalier errant. Malgré trois éditions préalables – celles de Marvin James Ward (1984), Daniel Chaubet (2001) et Marco Piccat (2008)2 –, l’œuvre semble n’avoir suscité qu’un enthousiasme modéré. On doit à Florence Bouchet, Marco Piccat et Anna Maria Finoli la majorité des travaux sur l’œuvre, qui ont surtout paru sous forme d’articles ponctuels. Les thèses de Florence Bouchet (1995)3 et de Lauren Wayne Yoder (1973)4 étant restées inédites, on ne compte en effet que deux monographies consacrées au Chevalier errant5 : celle que Florence Bouchet a consacrée à l’iconographie de l’œuvre (2014)6 et celle qu’a fait paraître Robert Fajen en 20037. Cette dernière, placée sous le signe de l’intertextualité, constitue la première étude littéraire d’envergure et allie les deux traditions critiques qui animaient jusque-là la production de commentaires : la poétique de l’œuvre est interprétée à la lumière du double contexte biographique et historique. Le Livre est également mentionné, mais à de rares reprises, dans des études plus vastes d’histoire littéraire, comme celle de Pierre-Yves Badel sur la fortune du Roman de la Rose (1980)8, ou de poétique et d’esthétique, comme celles de Richard Trachsler sur le mélange des matières narratives (2000)9 et d’Armand Strubel sur les écritures allégoriques (2002)10. En outre, le caractère composite de l’assemblage imaginé par Thomas de Saluces semble avoir nourri des réflexions portant sur des passages précis (et circonscrits) du récit, étudiés dans la mesure où ils traduisent la permanence de motifs et de topoi11 ou la reprise de personnages ou récits brefs qui, insérés dans l’œuvre, reflètent son goût pour la compilation12. Enfin, la branche italienne de la critique s’est tout particulièrement intéressée aux références biographiques13 ou contextuelles (tant historiques que codicologiques)14 de l’œuvre.

  • 15  Thomas III. von Saluzzo, Le livre du Chevalier errant, éd. cit. n. 1, p. xxxiv.
  • 16  R. Trachsler, Disjointures-conjointures…, op. cit. n. 9, p. 3‑24.
  • 17  J. Cerquiglini-Toulet, La couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au xive siècle. 13 (...)
  • 18  P.-Y. Badel, Le « Roman de la Rose »…, op. cit. n. 8, p. 316 : « Le Chevalier Errant est l’ouvrage (...)
  • 19  P.-J.-B. Legrand d’Aussy, « Notice de l’ouvrage manuscrit intitulé Le Chevalier errant par Thomas, (...)

3Qualifiée par son plus récent éditeur de literarisches Vexierspiel15 (« puzzle littéraire »), le « roman » allégorique – qui ne s’en donne cependant jamais le nom – valorise l’interférence des matières16 et amalgame des épisodes arthuriens et antiques avec des passages plus clairement didactiques. En visant la thésaurisation17 des traditions littéraires et des grands domaines du savoir, il témoigne d’une ambition encyclopédique et totalisante que l’on associe au Moyen Âge finissant. L’hétérogénéité se remarque également sur le plan formel. Le passage du vers à la prose, qui peut sembler aléatoire, creuse le caractère indiscernable de l’œuvre et rend difficile le rattachement à une tradition précise du Moyen Âge littéraire. Cette complexité, qui a pu lui donner des airs de fourre-tout, lui a valu d’être qualifiée d’ouvrage « d’amateur » par Pierre-Yves Badel18 et, à date beaucoup plus reculée, de « tas de fumier », par Legrand d’Aussy19 !

D’après cet aperçu, on peut se faire une idée de ce qu’étoient la plupart des ouvrages de ce temps, et apprécier celui de notre marquis. Cependant je dois avouer que dans son tas de fumier j’ai démêlé un morceau intéressant […].

  • 20  Tommaso III di Saluzzo, Il Libro del Cavaliere Errante…, éd. cit. n. 2, p. 423 : « mais, pour reto (...)

4L’apparente disparité de l’œuvre, qui a manifestement déplu à Legrand d’Aussy qui en rédige la notice en 1797, ne doit cependant pas décourager les enquêtes sur sa cohérence, dimension sur laquelle insistent d’ailleurs autant le texte que le péritexte. Sur le plan du discours, de nombreux jeux d’échos internes (reprises de passages et retours de formules) et une narration fortement structurée autour de l’errance allégorisée du protagoniste contribuent à renforcer la conjointure de l’édifice. L’auteur reconnaît d’ailleurs l’existence d’un fil narratif, c’est-à-dire une « matière première »20 à laquelle il s’efforce de revenir lorsqu’il se surprend en flagrant délit de digression. C’est ainsi qu’au terme de la longue imago mundi qui clôt l’épisode d’histoire romaine, il se rappelle devoir retourner à sa « premiere matiere, car trop en [a] esté dehors […] » (CE, p. 325). Cette insistance caractérise également les extrémités du texte : le prologue annonce un livre bien ordonné – « partis en trois branchez » (CE, p. 49) – et l’épilogue fait passer au second plan les effets de disjointure. Au moment de conclure les aventures de son double allégorique, le narrateur – qui vient de rappeler l’histoire de son lignage – tient à qualifier le travail auquel il s’est livré et parle à son sujet de compilation (CE, p. 553) :

Et moy, tiers Thomaz […] 
Ce livre fiz et compilay voirement,
Desir et ennuy en furent le garant.
Cy fenist le Livre au chevalier errant.

5À l’imitation du travail de l’auteur, les contributions que nous avons réunies cumulent les regards posés sur une œuvre qui embrasse plusieurs esthétiques dont l’époque se fait l’héritière et tente d’en « traire sentence » (CE, p. 447). Comme porte d’entrée dans l’hétérogénéité de ce qui pourrait bien constituer un hapax dans l’ensemble de la production médiévale, nous avons retenu les jeux liés à la voix narrative départagée entre le narrateur à la première personne et celui qui parle du Chevalier errant à la troisième personne. L’analyse de l’alternance entre ces deux types de focalisation permet à Madeleine Jeay de retrouver sous l’apparent arbitraire – qui se traduit ici par une « désinvolture » affichée, si ce n’est affectée, de la part des voix qui racontent – un principe d’alternance concertée. Il en résulte une valorisation des fonctions de la voix narrative et tout particulièrement de la fonction de régie, qui ordonne également l’exercice compilatoire. En effet, l’architecte du récit est aussi celui qui veille à la compilation des différentes matières sollicitées et à la réunion des passages qu’il emprunte ou qu’il pastiche en une mosaïque dont les jointures sont le plus souvent visibles.

  • 21  P. Maupeu, Pèlerins de vie humaine. Autobiographie et allégorie narrative, de Guillaume de Deguile (...)

6Les travaux qui se sont intéressés à ces interférences avec les textes de la tradition et à leur traitement ont surtout porté sur les remplois arthuriens et le modèle allégorique. Conjuguant en une même étude les modalités de reprise de ces deux grandes traditions, l’analyse proposée par Raphaëlle Décloître s’attache notamment aux effets de la présence arthurienne sur ce qu’elle nomme la « fonction allégorique », c’est-à-dire l’exigence qu’a l’allégorie de minimalement se signaler au lectorat comme aux personnages. Si l’interférence arthurienne ébranle la stabilité du cadre allégorique et minimise le pouvoir performatif des personnifications saluciennes, l’absence d’aventures coupe court à l’interprétation de leur senefiance. Non seulement le texte propose une lecture ambivalente de certains moments-clés de l’œuvre, mais il fait également de son protagoniste un herméneute malhabile, incapable d’interpréter le sens de ses propres aventures. Ainsi, devant un récit « qui s’abandonne longtemps au plaisir de se perdre »21, force est de constater que le plaisir est aussi celui de perdre son lecteur, dont l’interprétation dépend en partie du regard du personnage.

7D’autres épisodes d’appartenances diverses sont également visés par la pratique du « copier-coller » qui caractérise le Chevalier errant. C’est le cas par exemple des épisodes d’histoire romaine et pontificale dont on a jusqu’ici assez peu traité. Le réexamen des sources auquel a procédé Kim Labelle a permis de retrouver des reprises étendues de morceaux historiques de l’Arbre des batailles d’Honoré Bovet (vers 1386‑1389) dans des passages où l’on croyait jusqu’à présent à un recyclage de l’Histoire ancienne jusqu’à César et des Faits des Romains. Une fois de plus, la pratique de l’auteur du Chevalier errant est double : là où il réutilise à l’identique de longs extraits de l’œuvre à laquelle il emprunte son épisode d’histoire romaine, il retravaille ceux qui servent à retracer l’histoire pontificale (de saint Pierre au Grand Schisme d’Occident). Les remaniements proposés témoignent non seulement de l’autonomisation des savoirs en français, désormais capables de servir d’auctoritas, mais entrent également en résonance avec la pratique historiographique des compilateurs de son siècle, dont il court-circuite cependant les méthodes. En effet, en renvoyant à une variété d’autorités – notamment à Paul Orose (vers 380-après 417), auteur d’Histoires contre les païens, qu’il met directement en scène à la cour de Fortune –, mais en ne pillant que l’ouvrage d’Honoré Bovet, Thomas de Saluces conçoit une « compilation à peu de frais ». Cette ruse, qui consiste à gommer toute espèce d’homogénéité et à lui substituer une hétérogénéité fabriquée de toutes pièces, rappelle avec force à quel point la disparité est au cœur même de sa poétique.

Haut de page

Notes

1  Thomas III. von Saluzzo, Le livre du Chevalier errant, éd. R. Fajen, Wiesbaden, Reichert, 2019. Parue après la tenue de la journée d’étude qui est à l’origine des contributions qui paraissent aujourd’hui (Université McGill, le 11 mai 2017), l’édition du philologue allemand n’a pu servir au travail des collaboratrices réunies pour ce dossier.

2  M. J. Ward, A Critical Edition of Thomas III, Marquis of Saluzzo’s « Le Livre du Chevalier Errant », thèse de doctorat, Chapel Hill, University of North Carolina, 1984 ; Thomas D’Aleran, Le chevalier errant, éd. D. Chaubet, Moncalieri, Centro interuniversitario di ricerche sul Viaggio in Italia, 2001 ; Tommaso III di Saluzzo, Il Libro del Cavaliere Errante (BnF ms. fr. 12559), éd. M. Piccat, trad. it. E. Martinengo, Boves, Araba Fenice, 2008.

3  F. Bouchet, Lire, voir, écrire au xive siècle : étude du « Livre du Chevalier errant » de Thomas de Saluces, thèse de doctorat, Paris, Université Paris IV-Sorbonne, 1995.

4  L. W. Yoder, « Le Chevalier Errant » by Thomas of Saluzzo : A Study, thèse de doctorat, Iowa City, University of Iowa, 1973.

5  On compte également les actes d’un colloque tenu à Turin en 2008 et consacré spécifiquement aux images et à la récupération des mythes dans le Chevalier errant : Immagini e miti nello « Chevalier errant » di Tommaso III di Saluzzo, dir. R. Comba et M. Piccat, Bollettino della Società per gli studi storici, archeologici ed artistici della provincia di Cuneo, 139, 2008.

6  F. Bouchet, L’iconographie du « Chevalier errant » de Thomas de Saluces, Turnhout, Brepols, 2014.

7  R. Fajen, Die Lanze und die Feder. Untersuchungen zum « Livre du Chevalier errant » von Thomas III., Markgraf von Saluzzo, Wiesbaden, Reichert, 2003.

8  P.-Y. Badel, Le « Roman de la Rose » au xive siècle. Étude de la réception de l’œuvre, Genève, Droz, 1980.

9  R. Trachsler, Disjointures-conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen-Bâle, Francke, 2000, en part. p. 325‑365. L’interférence des matières avait également fait l’objet d’un article par A. Cornagliotti, « Le tre matières nello Chevalier errant di Tommaso III di Saluzzo », Studi piemontesi, 18, 1989, p. 3‑24.

10  A. Strubel, « Grant senefiance a ». Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Champion, 2002.

11  Par exemple, A. M. Finoli, « “Le Donne, e’ cavalier”: il topos dei nove prodi e delle nove eroine nel Chevalier errant di Tommaso III di Saluzzo », Il confronto letterario, 7, 1990, p. 109‑122.

12  Par exemple, L. W. Yoder, « The late medieval tale : the example of La Dame et les trois papegaulz », The French Review, 53, 1979-1980, p. 543‑549 ; J.-C. Mühlethaler, « Jules César chez Thomas III de Saluces et Eustache Deschamps », Cahiers de recherches médiévales, 14, 2007, p. 191‑205 ; A. Cornagliotti, « La leggenda di Aleramo ne Le chevalier errant di Tommaso III di Saluzzo », Rivista di storia, arte e archeologia per le province di Alessandria e Asti, 77, 1968, p. 61‑85.

13  Par exemple, M. Piccat, « Tommaso III, marchese errante : l’autobiografia cavalleresca di un Saluzzo », Tommaso III di Saluzzo, Il Libro del Cavaliere Errante…, op. cit. n. 2, p. 5‑26.

14  Par exemple, L. Debernardi, « Note sulla tradizione manoscritta del Livre du chevalier errant e sulle fonti dei tituli negli affreschi della Manta », Opera. Nomina. Historiae, 4, 2011, p. 67‑131 ; M. Fantoni, « L’importanza delle fonti in versi nella tradizione manoscritta dello Chevalier errant di Tommaso III di Saluzzo », Medioevo romanzo, 23, 1999, p. 210‑228 ; M. L. Meneghetti, « Il manoscritto fr. 146 della Bibliothèque nationale di Parigi, Tommaso di Saluzzo e gli affreschi della Manta », Romania, 110, 1989, p. 511‑535 ; M. Piccat, « Una copia ottocentesca dello Chevalier errant di Tommaso III nella biblioteca di Carlo Alberto al Castello di Racconigi », Studi piemontesi, 38, 2009, p. 57‑62.

15  Thomas III. von Saluzzo, Le livre du Chevalier errant, éd. cit. n. 1, p. xxxiv.

16  R. Trachsler, Disjointures-conjointures…, op. cit. n. 9, p. 3‑24.

17  J. Cerquiglini-Toulet, La couleur de la mélancolie. La fréquentation des livres au xive siècle. 1300-1415, Paris, Hatier, 1993.

18  P.-Y. Badel, Le « Roman de la Rose »…, op. cit. n. 8, p. 316 : « Le Chevalier Errant est l’ouvrage d’un amateur et, dans l’état où il nous est parvenu, cet ouvrage manque parfois de cohérence ».

19  P.-J.-B. Legrand d’Aussy, « Notice de l’ouvrage manuscrit intitulé Le Chevalier errant par Thomas, Marquis de Saluces… », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, 5, 1797, p. 564‑580, en part. p. 566.

20  Tommaso III di Saluzzo, Il Libro del Cavaliere Errante…, éd. cit. n. 2, p. 423 : « mais, pour retourner a nostre matiere premiere parlee […] ». Désormais, les renvois à cette œuvre se feront dans le corps du texte par la mention CE suivie du numéro de page.

21  P. Maupeu, Pèlerins de vie humaine. Autobiographie et allégorie narrative, de Guillaume de Deguileville à Octovien de Saint-Gelais, Paris, Champion, 2009, p. 495.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Arseneau et Raphaëlle Décloître, « Avant-propos »Memini [En ligne], 27 | 2021, mis en ligne le 26 novembre 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1830

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search