Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Comptes rendusGisèle Mathieu-Castellani, Le Ros...

Comptes rendus

Gisèle Mathieu-Castellani, Le Rossignol poète dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2016 (coll. « Études et essais sur la Renaissance »), 235 pages, ISBN‑978‑2‑8124‑4641-2, 78 €.

Marie Raulier

Texte intégral

1Dans la version la plus courante du mythe de Philomèle et Procné, cette dernière est transformée en rossignol alors que sa sœur Philomèle se change en hirondelle après avoir fait manger à Térée, le mari de la première, les restes de leur fils Itys, assassiné par les deux sœurs. Ce meurtre se veut la vengeance du viol de Philomèle commis par Térée, qui est en outre également transformé en oiseau. Fortuné de cette entrée dans la littérature, le rossignol connaît une riche tradition littéraire qui fait l’objet du livre de Gisèle Mathieu-Castellani. Cet ouvrage en témoigne par un constant souci de l’exemplification, au risque de frôler l’anthologie.

2Comme première approche, l’auteure choisit de démêler les divers fils du mythe de Philomèle et Procné. Issue de la mythologie grecque et adoptée à la Renaissance, la version la plus usitée n’en est qu’une parmi d’autres recensées par l’auteure. Si certaines variantes concernent des détails, une ambiguïté majeure se présente d’emblée et se rapporte à l’identité des deux sœurs, filles de Pandion. En effet, la question de savoir laquelle est changée en rossignol et laquelle est changée en hirondelle reste ouverte. L’ambivalence persiste même chez Ovide, qui propose le récit le plus détaillé du mythe dans ses Métamorphoses – dont la fortune à la Renaissance est tout à fait exceptionnelle – : « l’une gagne les forêts, l’autre pénètre sous les toits » (v. 668-669). On reconnaît le rossignol et l’hirondelle, mais sans pouvoir distinguer avec certitude les deux sœurs.

  • 1  Elle mentionne en revanche son importance dans la poésie des troubadours (p. 10, n. 4) et renvoie (...)

3Cette hésitation, épinglée avec raison par G. Mathieu-Castellani, est fondamentale dans l’étude de la représentation du rossignol dans l’Antiquité et à la Renaissance puisqu’elle le fait voir dès les origines comme une figure changeante et dont le sort est intrinsèquement lié à celui de l’hirondelle. Cette figure est effectivement au cœur du projet de Gisèle Mathieu-Castellani. Celui-ci consiste à comparer le rossignol comme symbole poétique dans l’Antiquité avec celui qui resurgit, non sans mutations, à la Renaissance. Même si elle justifie son choix dès l’introduction, on regrette que l’auteure n’ait pas décidé d’explorer la place prise par l’oiseau au Moyen Âge1.

4La division du livre en deux parties (« Le chantre rossignol dans l’Antiquité » et « Le chantre rossignol à la Renaissance et à l’âge baroque ») rend explicite le choix de l’auteure quant à la façon de traiter son sujet. Toutefois, ces parties constituent un ensemble cohérent grâce aux liens tissés entre les auteurs qui permettent le dialogue des deux époques étudiées. Ainsi, Gisèle Mathieu-Castellani n’hésite pas à anticiper et à mentionner les répercussions de certaines œuvres antiques à la Renaissance dès la première partie de son livre et à en rappeler les traces dans la seconde. Ces constants allers-retours permettent une nécessaire mise en perspective des textes mentionnés et, a fortiori, de la figure à l’étude. De cette façon, si le mythe de Philomèle et Procné tel que le narre Ovide connaît le plus grand retentissement, il est possible de discerner un certain nombre d’hésitations entre les versions grecques et latines. Malgré cela se définissent, au-delà des variations, une série de permanences. Par exemple, alors que la poésie latine ne s’inspire pas particulièrement de la poésie grecque à l’égard de ce symbole, elle retient de sa source mythologique la féminité de la figure du rossignol. Cela change à la Renaissance, où le rossignol, devenu masculin, permet au poète des échanges et son identification avec l’oiseau. Les influences italiennes, et en particulier celles de Pétrarque, sont en partie à la source de ces changements. Tout en s’enrichissant de touches nouvelles, le mythe persiste et, comme le rappelle justement Gisèle Mathieu-Castellani en citant Verdun-Léon Saulnier : « la Renaissance vit sa mythologie » (p. 136). L’auteure rapporte d’ailleurs l’exemple amusant de la reprise de l’histoire de Philomèle par Jean-Antoine de Baïf avec une touche d’ironie : au lieu de faire référence à son tragique destin, il s’inspire d’une ode d’Anacréon et « l’envoie gémir aux champs avec sa sœur, dans le seul souci de préserver son sommeil » (p. 168).

5Elle met ainsi en lumière l’évolution des motifs sous-tendus par la figure du rossignol, en soulignant le jeu d’influences et d’intertextes qui en découle. Les ouvrages d’histoire naturelle, où la présence du rossignol poète est incontournable, offrent un angle d’approche complémentaire puisque les observations naturalistes se couplent à des références au mythe ou sont expliquées par elles, de telle sorte que les humanistes, parmi lesquels Montaigne, reprennent les portraits du rossignol dessinés par Aristote, Pline l’Ancien ou Plutarque, et ceux-ci seront finalement synthétisés sous la plume de Buffon. Gisèle Mathieu-Castellani en profite pour retracer le parcours de la caractérisation du rossignol comme chantre du printemps, une entreprise compliquée par l’ambiguïté mythologique qui fait de l’hirondelle la rivale du rossignol. Si l’auteure cherche judicieusement à retracer et expliquer cette ambiguïté, on pourrait toutefois questionner le caractère univoque de cette caractérisation. Pourquoi le printemps devrait-il être annoncé par un seul oiseau ? Pourquoi ne pas voir en cette dualité la relation particulière, sororale, entretenue par le rossignol et l’hirondelle, par Philomèle et Procné, et y voir une paire, dont les éléments sont interchangeables ?

6En réalité, l’exemple de l’attribution du titre de chantre du printemps au rossignol témoigne de l’importance du nom qu’on lui donne. La barrière des langues et l’évolution linguistique ne sont pas les seules à expliquer les variations du nom du rossignol et Buffon rappelle même que les Romains lui attribuaient un nom différent selon les saisons. Par ailleurs, l’usage d’antonomases, forcément tributaire du langage poétique, est remarquable pour qualifier l’oiseau, mais aussi les personnages de Procné et de Philomèle. Ces variations nominales ne sont pas indépendantes du chant du rossignol, qui le distingue des autres oiseaux par sa richesse. D’ailleurs, la diversité de son ramage donne prétexte à relancer le débat sur l’inné et l’acquis, dans lequel Aristote, Pline et Plutarque se demandaient si le chant de l’oiseau lui était naturel ou s’il s’agissait d’un art, une question reprise notamment chez Pierre Belon, Ambroise Paré et dans l’étonnant petit « roman du Rossignol » d’Étienne Binet (p. 43). Les facteurs qui influencent le chant de l’oiseau sont multiples, changeant selon qu’il est au bois ou en cage, si le temps est de canicule ou d’orage, quand ses œufs éclosent, ou si par malheur il égare ses petits. Son inconstance est remarquée tant par les naturalistes que par les poètes, qui voient en lui tout autant Éros que Thanatos (p. 137). Cette ambiguïté rejoint celle du mythe, où les deux sœurs partagent le double sort de victime et de coupable. On se souvient que Procné est, chez Ovide, comparée à Médée.

  • 2  Ce lexique, « La description du concert : termes techniques », se situe à la fin du chapitre « L’a (...)
  • 3  Concernant ce terme, il nous semble étonnant qu’il fasse partie du lexique associé au rossignol ch (...)

7Il en ressort que les multiples facettes du rossignol font de lui un animal « bigarré » (p. 142), amenant les auteurs à avoir recours, pour le décrire, lui et son chant, à une gamme de termes dont plusieurs lui sont spécifiques. Un lexique bienvenu les rassemble à la fin de l’ouvrage2 : ainsi, le rossignol glajole, jardonne, gazouille, contrerossignole, caquette3, etc. La variété apparemment sans limite de son chant explique sans doute pourquoi il est si apprécié des poètes. Dans les textes, il paraît pouvoir exprimer toutes les émotions : la plainte, la joie ou le tragique, il chante son amour heureux et pleure son amour malheureux, il est langoureux, gai ou mélancolique. Cela en fait une figure prisée, non seulement dans les églogues et la poésie bucolique, mais aussi dans des poèmes élégiaques, maniéristes ou précieux. Plus que ceux d’un autre oiseau, ses chants sont interprétés et associés à divers contextes. La présence originale du rossignol en littérature est dès lors redevable à la diversité de ses chants. L’ouvrage de Gisèle Mathieu-Castellani lui rend hommage en ce qu’il présente, tel un florilège, un grand nombre d’illustrations de ce topos. Celles-ci prennent la forme d’extraits, parfois longs, qui permettent un agréable tour d’horizon des auteurs visant à bien saisir les nuances parmi les diverses représentations du rossignol et les traditions dans lesquelles s’inscrivent les textes.

8La clé de voûte de cet ouvrage se trouve cependant dans l’identification entre le rossignol et le poète annoncée dès le titre. Gisèle Mathieu-Castellani y revient constamment et utilise une formule qui résume cette assimilation : « Si le rossignol est un poète, le poète est un rossignol, ses vers sont des rossignols » (p. 47). À l’origine de cette comparaison, une anecdote retrouvée chez Pline veut qu’un rossignol se soit posé sur la bouche de Stésichore encore enfant et ait chanté, annonçant l’avenir glorieux du poète en devenir. L’importance du débat sur l’art et la nature associé au rossignol s’explique d’autant plus que le poète a trouvé en lui un alter ego. Cette association se retrouve déjà dans le grec aèdôn, qui, au féminin, désigne le rossignol et, en son sens étendu, où le mot prend le genre masculin, signifie « chantre ». Gisèle Mathieu-Castellani présente l’évolution de cette double signification et montre que le sens étendu et le masculin l’emporteront sur le sens du mot au féminin, comme le rappelle la présence du mot aède en français. Le rossignol perd peu à peu sa féminité et son identification avec Philomèle, notamment après Pétrarque. Bien entendu, ce glissement de sens ne fait pas du rossignol une figure monosémique. En revanche, l’assimilation faite par Amadis Jamyn du poète avec Philomèle, et de son amante avec Térée, est clairement inhabituelle et interprétée par l’auteure comme une « pointe de préciosité » ou un « aveu troublant » (p. 142).

9La comparaison entre poète et rossignol s’enrichit à la Renaissance, notamment grâce à Pétrarque et à la lyrique italienne, et jusqu’à la Pléiade. Ronsard en use amplement – « Qui est mieux semblable à toi / Petit rossignol que moi ? » (p. 117) – et va même jusqu’à se l’approprier personnellement, lançant dans son poème Le Rossignol la boutade : « Rossignol vient du nom de Ronsard » (p. 95). Messager du printemps, musicien, voire véritable « symbole de la musique » (p. 182), le rossignol se voit prêter des rôles qui sont tout autant de confirmations de leur identification. Celle-ci ne s’arrête pourtant pas à la comparaison, puisqu’elle prend même la forme d’une rivalité à double sens. Poète et rossignol concourent. La réversibilité de cette concurrence témoigne en l’occurrence de la richesse de la métaphore : « Si l’on juge en général incomparable le chant du rossignol, il est tentant d’oser à l’occasion en douter » (p. 182). Le doute est possible, mais il s’inscrit dans un motif rhétorique visant à promouvoir la qualité d’un poète, qu’il s’agisse de celle de l’auteur ou d’un autre. En somme, l’attitude constante du poète demeure admirative puisqu’il met en avant les qualités de l’oiseau, sa polyvalence, ou sa polyphonie et, comme s’il s’agissait d’un miroir, en tire avantage.

  • 4  Pénélope compare sa plainte à celle d’Aédon (Homère, L’Odyssée, Paris, Les Belles Lettres, 1963, t (...)
  • 5  C. Poncy, Marines – Le chantier, Paris, Bureau de la société de l’industrie fraternelle, 1846, p.  (...)

10À la fin de cette promenade dans les ramages de l’Antiquité et de la Renaissance, guidée par G. Mathieu-Castellani, on ne doute plus du caractère musical du rossignol. Il est consacré comme un symbole de la musique. Son chant séduit les poètes en ce qu’il est, dès Homère, poluêkhea, aux milles résonnances4. Il n’en demeure pas moins que l’on est saisi par l’étendue des échos du chant de ce petit oiseau dans la littérature ; on ne peut dès lors que rejoindre le nombre toujours croissant de ses admirateurs et lancer comme Charles Poncy5 :

Chante, oiseau ! mais jamais ne te laisse surprendre
Ton mystère béni. Le poëte indiscret
Profanerait tes chants s’il pouvait les apprendre.
T’écouter et rêver vaut mieux que te comprendre,
Car ton charme est dans ton secret.

Haut de page

Notes

1  Elle mentionne en revanche son importance dans la poésie des troubadours (p. 10, n. 4) et renvoie à E. E. Leach, Sung Birds: Music, Poetry, and Nature in the Later Middle Ages, Ithaca, Cornell University Press, 2007, p. 90‑107. Gisèle Mathieu-Castellani fait exceptionnellement quelques autres allusions à la tradition médiévale (p. 106 et 201).

2  Ce lexique, « La description du concert : termes techniques », se situe à la fin du chapitre « L’art de musique » (p. 201‑213).

3  Concernant ce terme, il nous semble étonnant qu’il fasse partie du lexique associé au rossignol chez Ronsard – par exemple « Le rossignol passager / Était venu rassiéger / Sa forteresse ramée, / De son caquet ranimée » (p. 117) – mais que l’auteure l’utilise comme facteur discriminant pour relier l’antonomase « Daulien oiseau » à l’hirondelle, dans les vers suivants de Jean-Antoine de Baïf : « Dans les bosquets sur le verd arbrisseau / On oit chanter en son caquet sauvage / Et plaindre Ityl le Daulien oiseau » (p. 113‑114). Cela renforce au contraire l’impression que rossignol et hirondelle, Philomèle et Procné, fonctionnent comme une paire.

4  Pénélope compare sa plainte à celle d’Aédon (Homère, L’Odyssée, Paris, Les Belles Lettres, 1963, t. 3, p. 89).

5  C. Poncy, Marines – Le chantier, Paris, Bureau de la société de l’industrie fraternelle, 1846, p. 328.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Raulier, « Gisèle Mathieu-Castellani, Le Rossignol poète dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2016 (coll. « Études et essais sur la Renaissance »), 235 pages, ISBN‑978‑2‑8124‑4641-2, 78 €. »Memini [En ligne], 27 | 2021, mis en ligne le 29 novembre 2021, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/memini/1984 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.1984

Haut de page

Auteur

Marie Raulier

Université McGill

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search