Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusLauren Mancia, Emotional Monastic...

Comptes rendus

Lauren Mancia, Emotional Monasticism: Affective Piety in the Eleventh-Century Monastery of John of Fécamp, Manchester, Manchester University Press, 2019 (Artes Liberales), 288 pages, ISBN 978-1-5261-4020-3, 85 £.

Lochin Brouillard

Entrées d’index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Dans Emotional Monasticism: Affective Piety in the Eleventh-Century Monastery of John of Fécamp, Lauren Mancia offre une analyse de la Confessio theologica de Jean de Fécamp, un abbé bénédictin originaire de la région de Ravenne au xie siècle. Depuis les travaux d’André Wilmart, Jean Leclercq et Jean-Paul Bonnes, peu de chercheurs se sont penchés sur la vie et les écrits de Jean de Fécamp. Bien construite, la monographie de Mancia suit une ligne directrice claire et peut être prise comme modèle de ce qui se fait de mieux dans le milieu universitaire étasunien. Cohérente avec les thèmes qu’elle aborde, Mancia démontre une grande sensibilité et beaucoup d’empathie dans sa lecture rafraîchissante de l’œuvre de Jean de Fécamp, un moine réformateur encore trop peu connu. Elle prouve qu’on peut donner un second souffle à un champ d’étude et à des figures jugées plus conventionnelles, voire ternes.

2Jean de Fécamp a composé sa Confessio theologica alors qu’il était prieur de l’abbaye de Fécamp en Normandie, puis l’a révisée deux fois avant sa mort en 1078. On retrouve ainsi trois recensions de l’œuvre : la première, la Confessio theologica, est aussi la mieux étudiée comme c’est sur elle que repose l’édition critique d’André Wilmart. Tout indique que Jean avait ses frères dans la vie monastique pour public cible lorsqu’il a réalisé son œuvre. Le Libellus de scripturis et verbis patrum collectus ad eorum presertim utilitatem qui contemplativae vitae sunt amatores est le titre donné par un moine anonyme à la deuxième recension, que Jean a fait parvenir à une religieuse anonyme vers 1030 et à l’impératrice Agnès de Poitou en 1060. La troisième recension, intitulée Confessio fidei, nous a été transmise par un seul manuscrit, rédigé vers 1050 dans le contexte de la controverse entourant le théologien Bérenger de Tours.

3Mancia circonscrit la problématique qui anime son ouvrage dans un style limpide, pour s’inscrire dans le contexte d’une historiographie qui a eu la fâcheuse tendance à caractériser le monachisme bénédictin de l’an mil comme dénué d’émotion. Les moines noirs auraient ainsi exécuté la louange divine machinalement, dans un cadre rituel rigide, plutôt que de se livrer à la prière avec cœur et âme. On oppose également la nature collective du cénobitisme bénédictin à la « naissance de l’individu » qu’on associe volontiers à la Renaissance du xiie siècle, à des figures cisterciennes comme Bernard de Clairvaux ou Aelred de Rievaulx, à la mystique du bas Moyen Âge ou encore à la tradition vernaculaire. Enfin, on conçoit les mouvements réformateurs, tels ceux de Cluny, de Gorze et de Ravenne, comme voulant corriger la structure de la vie monastique plutôt que rénover l’âme de ceux qui la pratiquent.

4Mancia entend réviser ce portrait de la spiritualité bénédictine. Selon elle, l’œuvre de Jean de Fécamp montre qu’on peut mettre la répétition au service de l’émotion. De plus, la riche intériorité qu’on attribue à des courants plus tardifs repose sur la prémisse erronée qu’on ne peut développer d’introspection au sein d’une communauté. Se détachant de l’affect theory, du cadre conceptuel de l’histoire des émotions et enfin des définitions contemporaines de la piété affective, l’auteure cherche plutôt à élucider le sens des émotions, de l’affectus propre à l’œuvre de Jean de Fécamp. Elle discerne dans la Confessio theologica la volonté de réformer le monachisme de l’intérieur, en commençant par le cœur même d’un moine.

5Dans le premier chapitre, Mancia étudie de près la Confessio theologica. Rédigé à la première personne du singulier, ce traité qui s’inspire de l’œuvre d’Augustin d’Hippone, cherche à guider le lecteur afin qu’il puisse cultiver l’état émotionnel nécessaire pour prier avec sincérité et se rapprocher de Dieu. Il est crucial que le lecteur opère une conversio et attendrisse son cœur devenu insensible et éloigné de la présence divine. Le traité effectue un crescendo affectif et finit en évoquant le Christ crucifié, Marie Madeleine et la figure moins connue d’Hannah, symbole de persévérance. Les tourments et les larmes de ces figures doivent susciter chez le lecteur la caritas, un amour qui ne peut être atteint que par la souffrance. À la différence d’auteurs plus tardifs, Jean n’emploie pas l’image du Christ crucifié pour exalter l’humanité de ce dernier, mais plutôt son supplice et ce que, par extension, le lecteur doit ressentir s’il veut ouvrir son cœur à Dieu.

6Dans le deuxième chapitre, l’auteure retrace la filiation intellectuelle de la Confessio theologica, prenant soin de souligner les innovations de son auteur. Elle considère les manuscrits de la bibliothèque de Fécamp et repère les textes qui ont pu inspirer l’œuvre de Jean. Si certaines sources font partie du répertoire de tout moine de l’époque (les Psaumes, Grégoire le Grand, les libelli precum carolingiens, etc.), d’autres sont propres au parcours de Jean. Mancia identifie une influence byzantine, provenant de la relation que Jean continue d’entretenir avec le monastère Sant’Apollinare de Ravenne après y avoir achevé son noviciat. Une autre influence majeure est celle de Guillaume de Volpiano, abbé réformateur piémontais qui rejoint Cluny en 987, dont Jean avait fait la connaissance à Saint-Bénigne de Dijon vers 1010 ; il lui sert ensuite de prieur à Fécamp à partir de 1023 et lui succède en tant qu’abbé en 1028. Les liens entre les monastères réformateurs et réformés sont attestés par la présence de sources clunisiennes. Finalement, Mancia met en évidence l’influence exceptionnelle des Confessions d’Augustin, qui constituaient avant le xie siècle l’un des textes les moins populaires de l’évêque d’Hippone. Elle attribue à Jean un intérêt renouvelé pour Augustin au sein des monastères de Normandie. Ce chapitre démontre que les choix réfléchis de Jean, ainsi que les autorités sur lesquelles il s’appuie contribuent à bâtir son programme de réforme émotionnelle.

7Le troisième chapitre mobilise différentes sources : les manuscrits, les sermons, les lettres, les images et la liturgie, dans le but de prouver la cohérence du programme réformateur de l’abbaye de Fécamp. Mancia retrouve les motifs de la Confessio theologica (le Christ crucifié, les larmes, la douleur salvifique) dans ces sources, qu’il s’agisse du sermon prononcé par l’abbé devant les novices lors de leur premier jour au cloître ou du rite de la Déposition du Christ le Vendredi saint. Contrairement au courant plus tardif qui associe la souffrance du Christ à son humanité, à Fécamp la Passion se présente avant tout comme un modèle d’obéissance et de soumission. La présentation convaincante de ces sources variées témoigne du fait que la Confessio theologica ne constitue pas une exception à la règle, mais s’inscrit dans la tradition dévotionnelle de Fécamp au xie siècle, qui visait à transformer la vie intérieure des moines.

8Dans le quatrième chapitre, Mancia fait un lien entre les visées réformatrices de Jean de Fécamp au sein de son monastère et son action hors des murs de sa communauté. Une fois de plus, l’auteure fait un pied de nez à la tradition historiographique qui dépeint parfois les activités administratives d’un abbé comme indignes d’un cœur pur ou comme révélatrices d’un désir de pouvoir temporel. Aux yeux de Jean lui-même, ses luttes pour éradiquer l’hérésie ou pour préserver son monastère des ambitions des évêques des environs le retiennent certes loin de Dieu, mais contribuent aussi à lui rappeler et à raviver son besoin de retourner vers Lui. Ce chapitre permet une fois encore de nuancer la dichotomie souvent érigée entre intérieur et extérieur, contemplation et action. Nul besoin de fuir le siècle au désert. Pour Jean, ces éléments ne sont pas en opposition mais presque dans un rapport dialectique : bien que source de tension, son implication dans le monde cultive la disposition émotionnelle nécessaire pour se rapprocher de Dieu.

9Mancia achève sa monographie par le legs spirituel de l’abbé italo-normand. Les idées de Jean trouvent une continuité dans l’œuvre de ses disciples, qui appartiennent à une génération comprise entre 1063 et 1089 : l’abbé Durand de Troarn, Jean de Reims, Anastase le Vénitien, l’évêque Maurille de Rouen, Herbert de Losinga et particulièrement Gerbert de Saint-Wandrille. L’auteure associe le culte précoce de la relique du Précieux Sang à Fécamp à la place centrale du Christ crucifié dans l’œuvre de Jean. Hors du contexte immédiat de Fécamp, Mancia détecte l’empreinte de la Confessio theologica chez Anselme du Bec et Guibert de Nogent, tout en relevant les divergences entre les écrits de ces derniers et ceux de l’objet de son étude. Elle traite brièvement de la transformation de la notion de caritas et du rôle de l’image du Christ chez les cisterciens, tel Aelred de Rievaulx. Elle conclut le chapitre en étudiant la diffusion de la Confessio theologica entre 1100 et 1500, qui circule alors sous forme de fragments. Ceux-ci ont tendance à insister sur les blessures du Christ en croix, en conformité avec la sensibilité spirituelle du bas Moyen Âge. Jean de Fécamp serait donc un homme de l’ombre qui, du haut du xie siècle, influence une spiritualité qu’on décrit encore trop souvent comme étant aux antipodes de la sienne.

10Le livre de Lauren Mancia apporte une intervention bienvenue dans un champ trop souvent perçu comme traditionnaliste et peu novateur, invitant les lecteurs à se défaire de schèmes rigides opposant un monachisme bénédictin froid et mécanique à une mystique riche en émotions. À la lecture d’Emotional Monasticism, on saisit au contraire le caractère distinct de l’œuvre et de la figure de Jean de Fécamp, mais aussi sa dimension profondément affective. L’ouvrage éclairera les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire religieuse, plus spécifiquement à l’histoire monastique, à celle de la spiritualité, de la mystique, de la liturgie ainsi qu’à l’histoire des émotions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lochin Brouillard, « Lauren Mancia, Emotional Monasticism: Affective Piety in the Eleventh-Century Monastery of John of Fécamp, Manchester, Manchester University Press, 2019 (Artes Liberales), 288 pages, ISBN 978-1-5261-4020-3, 85 £. »Memini [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 2022, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/memini/2066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.2066

Haut de page

Auteur

Lochin Brouillard

Collège André-Grasset, Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search