Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusKnighthood and Society in the Hig...

Comptes rendus

Knighthood and Society in the High Middle Ages, éd. David Crouch et Jeroen Deploige, Louvain, Leuven University Press, 2020 (Mediaevalia Lovaniensia. Series 1. Studia, 48), 317 pages, ISBN 978-94-6270-170-0, 45 €.

Arnaud Montreuil

Entrées d’index

Géographique :

Europe

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Knighthood and Society in the High Middle Ages est le fruit du croisement de deux projets de recherche distincts, l’un mené par Jeroen Deploige sur la sacralisation de la chevalerie et l’autre par David Crouch sur la chevalerie conçue comme un ensemble de normes de conduite sociale. Sa publication s’inscrit dans le sillage d’un colloque intitulé Noble Warriors or Warring Nobles, tenu à Gand en décembre 2015. La plupart des essais contenus dans ce livre ont été présentés une première fois à l’occasion de cette rencontre, et d’autres contributions ont été intégrées à la publication afin de donner plus de cohérence ou d’équilibre à certaines de ses sections.

2Le livre s’ouvre sur une introduction écrite à quatre mains par les éditeurs du volume. Avec une profondeur historiographique louable, David Crouch et Jeroen Deploige proposent un état de la recherche sur la chevalerie. Reconnaissant la floraison des études sur le phénomène chevaleresque et la multiplicité des angles adoptés pour le comprendre, ils déplorent cependant l’état fragmentaire des connaissances ainsi que le « désarroi conceptuel » entourant la notion de chevalerie. S’il est ainsi admis que la chevalerie était une réalité européenne, les approches nationales et leurs traditions scientifiques font obstacle à une réelle compréhension du phénomène chevaleresque à l’échelle continentale, souvent, il est vrai, pour des raisons de blocages linguistiques. Les deux historiens blâment en outre le manque de collaboration et de dialogue entre les différentes disciplines ou sous-disciplines (littérature médiévale, histoire militaire, histoire politique) qui peuvent avoir la chevalerie pour objet d’étude. L’énonciation de ces considérations, par ailleurs tout à fait justes, ne suffit pas à les dépasser : Knighthood and Society in the High Middle Ages est d’abord et avant tout une mise en commun des recherches variées portant sur le problème historique de l’émergence des marqueurs de l’identité chevaleresque dans l’Occident médiéval entre 1000 et 1300.

3Les onze essais du volume sont regroupés en cinq parties thématiques, présentées comme autant de « facteurs clés » dans l’émergence de l’identité chevaleresque : les pratiques chevaleresques, le lignage, la mémoire de la croisade, les construits sociaux de genre et la réflexion didactique sur la chevalerie. La première partie (Noble Warriors, Warring Nobles) constitue essentiellement une présentation des historiographies française (Dominique Barthélemy) et allemande (Jörg Peltzer) à un lectorat anglophone, accompagnée d’une tentative d’appréhender le groupe chevaleresque par la marge, c’est-à-dire par le mercenariat (Eljas Oksanen).

4La deuxième partie (Knighthood and Lineage) est formée de deux contributions d’une très grande qualité. Sara McDougall procède à une révision efficace des thèses de Georges Duby sur les familles chevaleresques, la primogéniture et les normes entourant le mariage en articulant exemples choisis et propos historiographiques. Jean-François Nieus se penche sur la trajectoire biographique de Sigard, membre influent de la cour du comte de Flandre Arnulf II (965-88), et sur celle de ses descendants, les seigneurs de Choques, aux xie et xiie siècles. L’historien démontre que Sigard, longtemps tenu pour un homme nouveau de basse extraction dans l’historiographie en raison d’une lecture dépréciative du lexique latin de la chevalerie, était probablement un aristocrate de haut rang. L’intérêt de cette étude de cas découle du fait que si la société flamande des xe, xie et xiie siècles était très fortement militarisée, les documents manquent généralement pour faire l’histoire de l’aristocratie laïque avant la fin du xiie siècle.

5Dans la troisième partie (Martial Ideals in Crusading Memories), John D. Hosler cherche à établir si les chevaliers se sont montrés à la hauteur de leurs grands idéaux pendant le siège d’Acre (1189-1191) ; dans une autre optique, Nicholas L. Paul s’intéresse au don fait par Manassès de Hierges († 1177) d’un morceau de la vraie croix aux moines de Saint-Gérard-de-Brogne à l’occasion de son retour de terre sainte. L’auteur réfléchit plus précisément à la manière dont les moines ont écrit (et réécrit) la mémoire de ce croisé bienfaiteur afin de comprendre le rôle que pouvait jouer, à l’échelle locale, la figure idéelle du chevalier au sein de discours légitimant un pouvoir et des privilèges par l’entremise du sacré. Ces deux essais ont la vertu de ramener l’expérience de la Croisade au centre de la construction de la figure du chevalier.

6La quatrième section, intitulée Women in Chivalric Representations, unit un chapitre au propos général et une étude de cas. Louise J. Wilkinson interroge le rapport complexe entre les représentations chevaleresques et la culture des femmes appartenant à l’aristocratie laïque. Si le caractère masculin et militaire de la chevalerie semble exclure d’office les femmes, l’autrice montre que le code de conduite chevaleresque agissait également sur les idéaux féminins d’apparence, de comportements, de conduite sociale. Grâce à un examen des noms de femmes du Tournoiement des dames d’Huon d’Oisy, un poème de 216 vers datant du xiie siècle narrant un tournoi dans lequel s’affrontent non pas des chevaliers, mais leurs épouses, Nicolas Ruffini-Ronzani soutient l’idée que le public visé par Huon n’était pas celui de ses alliés champenois et lorrains, mais plutôt l’entourage du roi Philippe Auguste, dont le poète souhaitait alors se rapprocher.

7La dernière partie du livre (Didactics of Chivalry) porte sur les traités édifiants par lesquels les auteurs médiévaux entendaient réfléchir à l’idée chevaleresque et la mettre en discours pour leurs contemporains. Claudia Wittig explique que dans le Saint-Empire, les écrits didactiques tels Der Welsche Gast et Der Winsbecke témoignent d’un effort conscient pour faire la promotion des représentations chevaleresques auprès de la petite aristocratie et des ministériaux. David Crouch défend pour sa part l’hypothèse que les traités chevaleresques (chivalric tracts) des xiie et xiiie siècles, en tant que littérature édifiante, étaient le résultat de la fusion de trois traditions de littérature morale : celle, scolaire et rigoureuse, des sentences « catoniennes » ; celle (dite « salomonienne ») de l’admonestation des laïcs par les clercs ; et surtout celle, vernaculaire, de l’enseignement des vertus de la prudhommie aux jeunes aristocrates.

8Certains des essais parus dans ce livre collectif gagnent à être lus en parallèle avec d’autres travaux récents réalisés par les mêmes auteurs entre 2015 et 2020. Ainsi, la contribution de Dominique Barthélemy est un heureux complément à l’article historiographique qu’il a fait paraître dans la Revue historique en 2017 (« La société de l’an mil dans le royaume capétien »), tandis que celle de David Crouch constitue une pièce particulière de la réflexion exhaustive qu’il a livrée sur les traités chevaleresques dans son ouvrage The Chivalric Turn, paru aux Presses universitaires d’Oxford en 2020. Mais au-delà même de l’intérêt thématique spécifique de chacun des chapitres, Knighthood and Society in the High Middle Ages a le mérite d’inviter à repenser la manière dont les médiévistes conceptualisent la chevalerie et conçoivent son rapport avec la société médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Montreuil, « Knighthood and Society in the High Middle Ages, éd. David Crouch et Jeroen Deploige, Louvain, Leuven University Press, 2020 (Mediaevalia Lovaniensia. Series 1. Studia, 48), 317 pages, ISBN 978-94-6270-170-0, 45 €. »Memini [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 2022, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/memini/2081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.2081

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search