Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaLa violence symbolique dans les r...

Varia

La violence symbolique dans les relations entre Pise et Tunis au xiiie siècle

Travis Bruce

Entrées d’index

Géographique :

Italie, Tunisie

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bien que d’autres éditions existent, citées ci-dessous, je collabore actuellement avec Pascal Bures (...)
  • 2 Le dīwān était un bureau gouvernemental responsable de la collecte des impôts et des frais de douan (...)

1À la fin de l’été 1200, deux navires pisans attaquèrent le port de Tunis. Les pirates capturèrent trois bateaux musulmans, tuant un certain nombre des passagers et maltraitant une partie des femmes1. Des représentants pisans négocièrent la libération des passagers survivants, ainsi que de deux des bateaux. Les pirates partirent avec le dernier navire, mais la flotte almohade les arrêta un peu plus loin sur la côte, à Rās al-Jabal. Les autorités almohades rencontrèrent les capitaines pisans et menacèrent de mettre en prison tous les Pisans sur leur territoire, si les pirates ne rendaient pas le navire capturé. Les pirates abandonnèrent donc le navire, tout en gardant sa cargaison. Ils communiquèrent que les autorités almohades se devaient de dédommager les victimes en saisissant la propriété des Pisans toujours à Tunis, en mentionnant particulièrement le navire pisan Rondella, et que les pirates les rembourseraient une fois rentrés à Pise. L’affaire fut présentée au nouveau gouverneur de la région, Abū Zayd ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAbd al-Mu’min, qui convoqua ensuite le juge, les notables et des témoins instrumentaires afin d’écouter les témoignages et serments des propriétaires des bateaux et des passagers à propos des dégâts et des pertes encourues. Le gouverneur commanda que le blé des Pisans et des Lucquois soit saisi et vendu pour dédommager les victimes. Un clerc pisan dressa la liste des sommes dues par les pirates à leurs victimes. Cette liste ainsi qu’un certain nombre de missives furent envoyés par le gouverneur almohade et le directeur du dīwān aux autorités pisanes, les informant de l’affaire et demandant que les pirates soient punis2. Dans le même paquet diplomatique, plusieurs marchands de Tunis envoyèrent des messages à leurs collègues pisans qui avaient fui la ville sans régler les dettes qu’ils avaient accumulées au cours de la saison commerciale.

  • 3 T. Bruce, « Commercial conflict resolution across the religious divide in the thirteenth-century Me (...)

2Cet incident, au lieu de confirmer l’existence d’un conflit interreligieux en Méditerranée médiévale, montre la complexité des relations entre l’Afrique du Nord musulmane et les rives chrétiennes de la Méditerranée. Il est vrai que ce fut une attaque pirate par des navires chrétiens contre des musulmans, mais l’attaque en soi n’avait pas de motifs religieux. En outre, les autorités almohades évitèrent toute discussion de nature religieuse, et cherchèrent à maintenir des relations pacifiques et constructives entre Tunis et Pise. En écrivant à leurs homologues chrétiens, plutôt que d’évoquer leurs différences religieuses, les autorités almohades insistèrent sur la rupture des trêves et des accords conclus, sur la punition impérative des pirates et sur le remboursement des dommages provoqués par l’attaque. Ces documents révèlent que, pour la récupération de dettes et la résolution de conflits commerciaux, il existait des processus et des mécanismes communs aux deux rives de la Méditerranée, à travers les frontières religieuses3.

  • 4 D. Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2001, p. 9.

3En outre, les mécanismes exploités par les autorités almohades et les marchands de Tunis rappellent les analyses de Nirenberg sur le rôle de la violence dans les négociations sociales entre communautés religieuses de la péninsule Ibérique au Moyen Âge. Nirenberg conteste la dichotomie entre tolérance et intolérance qui domine les études des relations interculturelles médiévales, rejetant à la fois la vision d’une convivencia idyllique entre communautés chrétienne, musulmane et juive, ainsi que l’interprétation ‘larmoyante’ soulignant l’oppression des juifs sous domination islamique. Il soutient que « la violence est un phénomène central et systémique de la coexistence entre la majorité et les minorités en Espagne médiévale […], que cette coexistence est en partie fondée sur cette violence »4.

  • 5 J’emprunte ici au travail de Pierre Bourdieu, notamment ses théories sur les modes de domination da (...)

4Au lieu de se demander si les relations entre Pise et Tunis étaient violentes ou pacifiques, cet article emprunte aux analyses de Nirenberg l’hypothèse selon laquelle c’est justement à travers la violence que ces relations pouvaient continuer et que les différents groupes concernés pouvaient trouver la place qui leur convenait. Cependant, ce n’est pas dans la violence physique qu’il faut chercher l’encadrement de ces relations. Bien que les lettres de la série d’échanges mentionnée ci-dessus soient dues en effet à un acte de violence physique et réelle, les différentes réponses font plutôt appel à une violence symbolique dont le but est la résolution du conflit et le maintien de relations bénéfiques entre les deux partis. C’est donc ainsi à la lumière de l’idée de violence symbolique que nous nous proposons d’analyser les réponses des autorités almohades ainsi que celles des marchands de Tunis5.

  • 6 P. Bourdieu, Le sens pratique, op. cit. n. 5, p. 219.
  • 7 La violence symbolique est la forme « douce et larvée que prend la violence lorsque la violence ouv (...)

5Bien que l’incident à l’origine de ces échanges ait été un acte de violence physique, une attaque de piraterie durant laquelle des meurtres, des viols de femmes et des vols de biens ont été commis, les autorités almohades ne pouvaient pas répondre de la même manière. Ainsi, lorsque la flotte almohade arrêta les pirates, elle ne les attaqua pas ni ne les retint. De même, aucune violence physique n’eut lieu à Tunis contre les Pisans y demeurant. De telles actions auraient mis en péril les relations commerciales avec Pise, anéantissant peut-être « la relation même que l’on entendait exploiter »6. C’est pourquoi la violence symbolique, ou violence ‘douce’, s’imposait comme outil de négociation, comme mode de domination utilisé par les Almohades dans leurs communications avec les autorités pisanes, de même que par les marchands tunisiens pour le règlement des dettes des Pisans7.

1. Le contexte

  • 8 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 7, 11-12, 14, 17, 230, 269, 270, 273, 274.
  • 9 E. Salvatori, « Il corsaro pisano Trapelicino : un’avventura mediterranea del XII secolo », Bolleti (...)
  • 10 A. ʿAzzawī, « al-ʿIlāqāt bayn ḍiffatay al-baḥr al-mutawassaṭ al-gharbī min ḥilāl wathā’iq ʿarabiyya (...)

6Cet incident arriva pendant un moment de paix signée entre les deux ports. En effet, Pise avait signé un premier traité avec les Almoravides et leurs représentants à Tunis en 1133, puis en 1157. Elle a ensuite renouvelé cette paix avec les Almohades en 1166 et 11868. Contrairement à d’autres ports italiens, Pise ne chercha pas à établir un pouvoir territorial autour de la Méditerranée, mais à assurer la sécurité de ses marchands et de leur accès au commerce maghrébin. Ainsi, ces traités portaient l’interdiction de pratiquer la course contre les navires et les citoyens des signataires. La commune avait en fait exilé l’un de ses citoyens et son équipage en 1162 pour leur attaque d’un navire sarrasin qui jouissait de la protection offerte par ces traités9. Cependant, le tournant du xiiie siècle portait de nouvelles perturbations pour les Ḥafṣides de Tunis, d’autant plus que le traité de 1186 avait établi une paix de quinze ans qui arrivait à sa fin. Comme le remarque Aḥmad ʿAzzawī, les autorités de Tunis se trouvaient alors dans une position de faiblesse face à Pise, ce qui explique leur recours aux méthodes diplomatiques10. L’incident vient également en amont du traité de 1234, qui vit une expansion notable des droits des marchands pisans qui fréquentaient Tunis.

2. Les sources

  • 11 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1 publie des traductions latines pour les documents 6 et 9, (...)
  • 12 L. de Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 2, p. 55-60, en particulier.
  • 13 O. Banti, « I rapporti tra Pisa e gli stati islamici dell’Africa settentrionale tra l’XI e il XIV s (...)
  • 14 O.R. Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World. Lodging, Trade, and Travel in Late (...)
  • 15 T. Bruce, « Commercial conflict resolution… », art. cit. n. 3.

7Quatorze lettres liées à cette affaire sont conservées aux archives de la ville de Pise, après avoir été emmagasinées à Florence. Elles sont toutes en arabe, avec les traductions latines disponibles pour deux d’entre elles11. Ces lettres sont bien connues des chercheurs de la Méditerranée médiévale depuis leur publication par Amari en 1863. Peu après, Mas Latrie publia son étude magistrale des relations diplomatiques islamo-chrétiennes, faisant ample référence à ces lettres avec des traductions françaises12. Depuis, les chercheurs de l’histoire de la Méditerranée médiévale, et surtout de l’Italie, se sont appuyés sur ces analyses et descriptions, tout en se servant des retranscriptions et traductions italiennes d’Amari. Des chercheurs italiens tels que Banti et Tangheroni, et plus récemment Salvatori, ont étudié les relations entre Pise et Tunis à l’aide de ces textes, tout comme des chercheurs français tels que Valérian et Ouerfelli13. En anglais, parmi d’autres, l’étude de Constable sur les funduqs, ainsi que celle d’Abulafia sur les marchands chrétiens dans les villes almohades se sont servies des transcriptions et traductions d’Amari14. Enfin, nous avons récemment étudié ces lettres pour ce qu’elles peuvent contribuer aux questions des méthodes publiques et privées utilisées pour la résolution des conflits commerciaux15.

  • 16 M. Ouerfelli, « Les traités… », art. cit. n. 13, p. 47.
  • 17 A. ʿAzzāwī, Rasā’il Muwaḥḥidīyah: Majmūʿah Jadīdah, al-Qunayṭirah, Jāmiʻat Ibn Ṭufayl, 1995, t. 1 (...)
  • 18 « L’étude scrupuleuse de certains manuscrits médiévaux issus des cercles du pouvoir maghrébin révèl (...)

8Cependant, comme le remarque Ouerfelli, aux retranscriptions d’Amari manque la rigueur scientifique des éditions critiques modernes : des erreurs et omissions y sont malheureusement trop communes16. ʿAzzāwī a réédité les versions arabes des lettres de la chancellerie almohade – ce sont les versions dont s’est servi Hopley pour son étude récente –, mais celles-ci présentent également des problèmes17. En particulier, cette édition présente les hypercorrections typiques des éditeurs qui traditionnellement percevaient les variations linguistiques dans les textes médiévaux arabes comme des erreurs de transcription, et non comme les variations régionales ou chronologiques qu’elles étaient en réalité18. Dans le cadre du projet Imperial Government and Authority in Medieval Western Islam (EPHE, 2010-2012), Buresi et les membres du séminaire intitulé Les documents des chancelleries almoravide et almohade ont établi une nouvelle édition critique de ces lettres. Ces versions suivent les standards des éditions critiques des textes médiévaux en latin, tout en soulignant les variations et les expressions idiomatiques présentes dans les documents originaux. C’est de cette dernière version dont je me suis servi pour cette étude, mais je cite ici les versions d’Amari ainsi que les originaux.

3. Pouvoir et violence symboliques : la réponse de l’État almohade

  • 19 La première de celles-ci fut envoyée à la fin de dhū l-qaʿda 596 (septembre 1200 : doc. 9) : voir é (...)
  • 20 En arabe, il est appelé al-nāzir bi-dīwān Ifrīqiya, et en latin rector omnium Christianorum qui ven (...)
  • 21 Ce capital symbolique peut se comprendre comme un rapport social basé sur une « réputation de compé (...)

9Les autorités almohades envoyèrent une série de lettres à leurs homologues pisans à la suite de l’attaque sur leur port. Un premier paquet de lettres fut envoyé à l’automne 1200, puis un second au début de l’été 1201. Le gouverneur lui-même envoya deux de ces lettres, accompagnées d’une réitération de l’amān (sauf-conduit) pour les marchands pisans19. Le directeur du dīwān, ʿAbd al-Raḥmān b. Abī l-Ṭāhir, envoya également des lettres et documents aux autorités pisanes20. Dans chacune de ces lettres, les autorités almohades insistaient sur le soin pris à honorer les traités signés avec les Pisans et les règles de conduite qui s’imposaient dans ces situations, sur les devoirs qui incombaient aux Pisans de régler cette crise potentielle dans leurs relations. En effet, le gouverneur et le directeur du dīwān s’appuyèrent sur leur capital symbolique, le mettant en œuvre dans un acte de violence symbolique afin d’obliger les Pisans à réagir comme ils le souhaitaient21.

  • 22 P. Buresi, T. Bruce et M. Ghouirgate, « Les usages linguistiques dans les relations entre Almohades (...)

10Ces lettres elles-mêmes soulignent la légitimité des expéditeurs, communiquant le pouvoir symbolique de l’État qui les émettait. Ces lettres « sultaniennes » (sulṭāniyya) suivent scrupuleusement les normes très codifiées de la chancellerie almohade, que ce soit en ce qui concerne la forme protocolaire suivie, le langage hautement formel ou encore la graphie, très soignée, voire la vocalisation du texte. Comme le remarque Buresi, ces éléments révèlent « de la part des scribes une maîtrise des règles d’écriture et de lecture coraniques »22. Cette maîtrise est le signe d’une administration strictement encadrée, codifiée elle-même par un système éducatif valorisant et perpétuant des connaissances et pratiques linguistiques, littéraires et culturelles-religieuses qui articulent et donnent la parole au pouvoir symbolique du régime almohade.

  • 23 Ibid., p. 64.

11On peut également voir dans la traduction de ces lettres une forme de violence, une expression de domination symbolique. Alors que les versions arabes portent un signe de validation sultanienne, la ʿalāma, et suivent de près les formes de la chancellerie almohade, les traductions en latin ne reproduisent pas ces validations. Ce ne sont que des traductions de la version officielle, exprimant la volonté de l’État. D’ailleurs, la présentation des lettres révèle une hiérarchie. Les traductions étant pliées à l’intérieur des versions arabes qui portaient l’adresse du destinataire au verso et donc à l’extérieur du pli, puisque c’étaient elles qui véhiculaient le message de l’administration23. Certes, ce format et cette présentation assuraient l’unité du message, mais ils renvoyaient la version latine, et par conséquent ses lecteurs, au deuxième rang.

  • 24 M. Weber, Économie et société, trad. J. Freund et al., Paris, Pocket, 1971, p. 57-59 ; P. Bourdieu, (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Sur ce personnage et son rôle dans les relations avec les chrétiens étrangers, voir L. de Mas Latri (...)
  • 27 Voir P. Buresi et H. El Aalloui, Gouverner l’Empire. La nomination des fonctionnaires provinciaux d (...)

12De même, à travers ces lettres, les autorités almohades soulignent la légitimité de leur État, et donc la légitimité de la violence qu’ils exercent. Cette violence légitime est clairement mise en contraste avec celle des pirates, qui, elle, est illégitime car non-étatique. En effet, suivant Max Weber et après lui Bourdieu, l’État se définit par son « monopole de la violence physique et symbolique légitime »24. De cette manière, les autorités almohades invoquent l’approbation divine pour le calife al-Nāṣir li-Dīn Allāh, le père du gouverneur, pour renforcer la base de légitimité de l’État almohade. De même, les agents de l’administration almohade sont énumérés pour souligner la structure de l’appareil étatique et rappeler la légitimité bureaucratique, ainsi que le pouvoir symbolique du régime25. ʿAbd al-Raḥmān b. Abī l-Ṭāhir s’identifie comme al-nāzir bi-dīwān, explicité en latin comme le rector omnium Christianorum qui veniunt in tota provincia de Africa ; derrière ce personnage et ce titre se trouvait donc l’instrument étatique encadrant la présence des Pisans en Ifrīqiya26. Dans la description des événements qui suivirent l’attaque, ce sont les ṭalaba de la flotte qui intervinrent auprès des pirates. L’utilisation de ce titre, ṭalaba, ou doctes, souligne encore la légitimité de ces actions, ces hommes étant officiellement investis de l’autorité politique et religieuse de l’État almohade. À l’origine, c’étaient des missionnaires du Mahdī Ibn Tūmart, mais ils avaient acquis ensuite des responsabilités gouvernementales et militaires au sein de l’administration califale, surtout au sein de la flotte27.

  • 28 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 23-28.

Lorsque l’affaire fut présentée au gouverneur, il a ordonné que le juge, les shaykhs et les témoins instrumentaires se rendent à la Grande mosquée et qu’ils fassent prêter serment aux propriétaires du bateau, aux négociants et aux passagers pour dire toute la vérité sur ce que les Pisans, propriétaires des nefs, leur avaient pris, ceci après qu’on eut fait tous les efforts pour les retrouver et découvrir la valeur de ce que possédait chacun des négociants et des passagers. Les efforts dans l’examen de ce qui leur avait été pris ont été poussés à l’extrême. Ils ont prêté serment à ce sujet dans la Grande mosquée en présence du juge, des shaykhs et des témoins instrumentaires28.

13La description de cette procédure dans la lettre du directeur du dīwān souligne sa conformité et sa légitimité, par lesquelles l’autorité almohade accumulait son capital symbolique et encadrait le pouvoir de son administration. Notons d’abord le lieu, la scène qui accueille cette cérémonie judiciaire. Ce n’est pas à la résidence du gouverneur, ni au dīwān, mais à la Grande mosquée qu’a lieu la scène, c’est-à-dire à l’intersection du pouvoir religieux et politique du régime almohade, « parce que c’est là qu’il convenait de le faire », comme l’explique la version latine. Le fait que ce soit explicité dans la lettre du directeur du dīwān, dans les deux versions, montre que la signification du lieu devait être évidente, et donc porteuse de sens, pour ses lecteurs.

  • 29 Voir, par exemple, taqdīm 56, mais aussi 49, 50, 52, 59, 66, 67 et passim dans P. Buresi et H. El A (...)
  • 30 Ibid., p. 186-187 et taqdīms 49 et 54.
  • 31 Ibid., p. 52-53.

14Ce n’est pas seulement le lieu de la procédure qui avait une signification importante. Chaque agent mentionné occupait un rôle spécifique au sein de la bureaucratie et de la structure gouvernementale du califat ; il était encadré et défini par des obligations morales spécifiques. Le qāḍī, ou juge, ainsi que le shāhid, ou témoin instrumentaire, étaient des acteurs essentiels du système légal almohade, agissant sous l’autorité du calife. Dans les divers taqdīms, ou nominations des officiers provinciaux, édités par Buresi et El Aallaoui, le calife nommait le qāḍī lui-même, soulignant la probité morale de ce dernier et rappelant l’obligation qui lui incombait d’accomplir ce qui était juste et d’interdire ce qui était mauvais29. Le qāḍī était aussi responsable de la nomination des témoins instrumentaires, shāhids, en tant que personnel recevant une délégation de pouvoir. Les taqdīms mentionnent ces agents, « réputé[s] pour la pureté de [leurs] initiatives et la droiture de [leurs] méthodes », comme étant « la pierre angulaire sur laquelle [le qāḍī] fonde et authentifie ses jugements »30. Quant aux shaykhs, veterani dans la version latine, c’étaient les notables almohades occupant les premiers rangs de l’administration31. Ces personnages étaient l’incarnation de la légitimité morale du régime, ainsi que de son capital et pouvoir symboliques. L’ensemble de ces faits – le lieu, les acteurs, le soin pris dans le respect de la procédure – obligeait les Pisans à accepter la véracité des faits décrits, la légitimité de la procédure et ainsi la décision du gouverneur, c’est-à-dire la nécessité à la fois du dédommagement des victimes musulmanes imposé aux marchands italiens présents à Tunis et du châtiment requis des autorités pisanes à l’encontre des pirates revenus à Pise.

  • 32 C’étaient possiblement des scribes pisans qui travaillaient au sein du dīwān pour l’enregistrement (...)

15Le droit d’imposer un dédommagement collectif aux marchands italiens (de Pise comme les pirates, certes, mais aussi de Lucques) représente une forme de violence étatique, et donc légitime. Le gouverneur décide de saisir le blé des Pisans et Lucquois qui se trouvent encore à Tunis et de le vendre afin de dédommager les victimes de l’attaque. De nouveau, la procédure se déroule sous l’autorité morale des agents de l’État, les shāhids, témoins instrumentaires. De plus, les scribes ou secrétaires pisans étaient présents, témoins de la scène, et leur présence était destinée à faire enregistrer le montant des sommes et biens versés par leurs compatriotes pour que ceux-ci puissent se faire rembourser par les pirates, ou par les autorités pisanes, à leur retour à Pise32.

16Cette violence – la saisie des biens des Pisans et des Lucquois – n’est possible que par le pouvoir symbolique de l’État almohade. Pour que ces marchands acceptent la décision du gouverneur, ils doivent également accepter son autorité, son droit aux représailles comme action d’arbitrage et de justice. Cette reconnaissance de la légitimité de l’État, et par conséquent de son recours à la violence, traduit donc bien une violence symbolique, celle qui poussait ces étrangers à accepter l’ordre politique et social qui encadrait leur présence en Ifrīqiya.

17Cette violence, étatique et légitime, contraste clairement avec celle des pirates, illégitime et hors-la-loi. C’est d’ailleurs ce que soulignent les lettres sultaniennes, qui décrivent en détail chaque violence commise, ainsi que la manière dont elle a été gérée par les Almohades, ce qui constitue un autre exemple d’accumulation de capital symbolique. En plus de ce que nous venons de décrire, lorsque la flotte almohade intercepta les pirates, les ṭalaba à bord prirent la décision de ne pas les attaquer, car ils n’en avaient pas reçu l’ordre ; le directeur du dīwān précisa même qu’ils ne leur firent aucun mal car le calife avait ordonné de ne faire « aucun dommage ni aucune souffrance » aux chrétiens (doc. 11).

18Or ʿAbd al-Raḥmān b. Abī l-Ṭāhir écrit que les autorités pisanes devaient « inflig[er] un châtiment exemplaire aux gens des nefs », à ces pirates qui avaient « transgressé » les consignes des autorités pisanes, « dépassé les bornes » qui leur avaient été fixées par les actes de violence qu’ils avaient commis contre des musulmans (doc. 6). Le gouverneur les traite de malfaiteurs, de criminels qui devaient être frappés durement (doc. 9). De plus, il rappelle aux notables pisans combien les Génois prennent au sérieux ce genre d’infraction, en saisissant les maisons et les vignes des malfaiteurs afin d’en faire un exemple pour les autres. Par cette action, Abū l-Ṭāhir articule une double menace – l’honneur des Pisans est en jeu, et c’est leur capital symbolique qui est en cause – dans le but de les obliger à rembourser les propriétaires et marchands de la Rondella, et surtout à punir les pirates.

4. Violence symbolique dans les relations et échanges privés

19En plus de ces lettres sultaniennes, les archives de Pise comptent presque une douzaine de lettres privées envoyées par des marchands et des agents de Tunis à des Pisans ayant quitté la ville précipitamment après l’attaque, sans avoir réglé leurs comptes auprès des marchands tunisiens et du dīwān. Dans ces lettres, il n’est question ni de conflit religieux ni de violence physique. Néanmoins, une tension réelle les emplit, car ces lettres sont destinées à faire pression sur les Pisans pour qu’ils honorent leurs obligations financières et les dettes qu’ils avaient contractées à Tunis avant de partir.

20Le premier paquet de lettres envoyées à Pise en 1200 comptait deux messages pour un marchand pisan, propriétaire de navire, du nom de Pace, qui avait quitté la ville à la hâte. Ces lettres semblent avoir une double fonction : la première est de rassurer Pace sur l’accueil qui l’attendra lorsqu’il reviendra à Tunis et de lui rappeler les bonnes relations qu’il y avait construites ; la seconde est de transformer ces éléments positifs en moyen de pression pour qu’il régularise ses affaires, comme nous le verrons.

  • 33 Dans cette lettre, cet agent se nomme Yūsuf b. Muḥammad, alors que ʿUthmān le dragoman l’appelle Ab (...)

21Le responsable du dīwān, Yūsuf b. Muḥammad Abū l-Ḥajjāj, l’informe de l’amān, ou protection officielle que le gouverneur avait réitéré en faveur des Pisans après l’attaque, et l’assure qu’il ne trouvera que de bonnes choses à son retour à Tunis (doc. 8)33. Il l’informe également que ses comptes et ses denrées, ainsi que ceux de ses associés ont été mis sous séquestre par le juge en attendant que quelqu’un vienne les réclamer. Une autre lettre à Pace incluse dans ce même paquet a été rédigée par le dragoman ʿUthmān au nom d’un collectif de marchands tunisiens. Il écrit que les prix à Tunis sont bas, et que Pace et ses amis seraient bien traités lorsqu’ils reviendraient (doc. 16). ʿUthmān informe Pace de l’arrivée d’un nouveau responsable du dīwān et l’assure que ce nouveau fonctionnaire se comportera de manière favorable avec Pace et ses associés. Il mentionne la lettre adressée par Abū l-Ḥajjāj à Pace, ainsi que l’amān. Il n’y a toujours pas de référence aux dettes des Pisans, mais il y a tout de même une pression exercée pour convaincre ces derniers de revenir à Tunis.

  • 34 S.D. Goitein, A Mediterranean Society, Los Angeles, University of California Press, 1999, p. 197-19 (...)
  • 35 C. Cahen, « Douanes… », art. cit. n. 26.

22L’été suivant, des marchands tunisiens envoyèrent plusieurs lettres à Pace, à un autre Pisan qui s’appelait Forestano, et à leurs associés. Ces lettres décrivent les dettes considérables dont les Pisans devaient encore s’acquitter lorsqu’ils avaient quitté Tunis – Pace, par exemple, devait plus de 250 dinars au total à quatre marchands différents (doc. 14 et 18). La plupart de ces dettes étaient dues à des marchands de peaux et de cuir, ainsi qu’à quelques marchands de laine et de cuivre. Les paiements différés étaient une pratique généralisée dans les marchés médiévaux, en Occident latin ainsi que dans dār al-islām34. Les fonctionnaires du dīwān de Tunis enregistraient les ventes et les achats entre étrangers et locaux, et contrôlaient le règlement des comptes et des taxes associées au départ des étrangers35. Ainsi, puisque les Pisans avaient quitté la ville précipitamment, ils n’avaient pas eu l’occasion ni le temps de s’acquitter des dettes inscrites au dīwān. Au début de la saison suivante, les marchands maghrébins commencèrent à s’inquiéter de la récupération éventuelle des sommes qui leur revenaient. Leurs débiteurs pisans n’étant pas sur place, et se trouvant donc hors de la portée de l’État, les Tunisiens se tournèrent vers une forme de violence symbolique comme moyen de pression. Leurs lettres font un soigneux inventaire du capital matériel qui était en jeu, pour passer ensuite au capital symbolique accumulé de l’honneur : il s’agit de l’honneur de l’amitié, de l’honneur du commerçant, de l’honneur de celui qui a engagé sa parole et sa réputation dans un cadre bien défini de relations interpersonnelles.

  • 36 D. Valérian, « Les marchands latins… », art. cit. n. 2, p. 449 ; L. de Mas Latrie, Traités…, op. ci (...)
  • 37 Les dragomans étaient nommés par le Dīwān dans le but de servir certaines nations étrangères, sous (...)
  • 38 En tant que tels, les dragomans pouvaient également agir en tant que juges lors des disputes entre (...)

23Dans les lettres qu’ils écrivent à Pace et aux autres Pisans, les marchands tunisiens prennent bien soin d’associer chaque transaction non-réglée à un témoin officiel. Les traités stipulaient que toute transaction facilitée, peu importe l’endroit, par un dragoman ou par un autre représentant officiel, était définitive et tombait sous l’autorité du dīwān36. Les dragomans étaient bien plus que de simples traducteurs. Ils étaient des agents du dīwān et servaient en tant que témoins instrumentaires pour les transactions commerciales et pour toutes affaires légales liées au dīwān. Ils étaient responsables de l’enregistrement de toutes les transactions qu’ils avaient organisées ou facilitées hors des murs du dīwān37. Les dragomans agissaient ainsi, non seulement comme traducteurs, mais aussi comme agents et témoins mobiles du dīwān. Ils étaient les garants du respect que le gouvernement almohade témoignait pour le commerce38. Ils étaient donc par extension des agents de la violence symbolique de l’État almohade.

24Les marchands tunisiens donnent ainsi le nom de chaque dragoman ayant participé aux affaires commerciales avec les Pisans. Il n’est peut-être pas sûr que le dīwān ait garanti les achats faits par les Pisans auprès des marchands de Tunis, mais c’est possible. Au moins, les marchands affirment que les ventes ont été légales et qu’elles sont contractuelles, puisqu’elles ont été conclues au travers d’agents officiels du dīwān qui pouvaient témoigner de leur authenticité et légalité. Un des marchands, Hilāl b. Khalīfa, précisa même à Pace que la somme qu’il lui devait avait été notariée (doc. 15). Les marchands tunisiens associent ainsi le pouvoir symbolique de l’État à ces transactions, en soulignant qu’elles ont été réalisées conformément aux règles en vigueur. Laisser ces transactions inaccomplies aurait constitué ainsi un manquement engendrant déshonneur.

  • 39 À l’instar du capital symbolique, dont elles étaient des composants, la réputation et la confiance (...)
  • 40 J. Goldberg, Trade…, op. cit. n. 34, p. 78-84. Goldberg précise que l’honnêteté n’était pas un prob (...)
  • 41 I. HOUSSAYE MICHIENZI, Datini…, op. cit. n. 39, p. 276 ; F. Trivellato, Familiarity…, op. cit. n. 3 (...)

25Au-delà de cette pression par le biais de l’État, les marchands ifrīqiyens emploient des mesures informelles pour se faire payer39. Dans les lettres personnelles qu’ils envoient à Pace et aux autres Pisans, les Maghrébins font appel aux sentiments de devoir et à la réputation de leurs collègues commerciaux, employant les mêmes formes de violence symbolique communes aux cultures marchandes en général. En fait, ces lettres peuvent être lues comme celles de la Guéniza du Caire. Les marchands invoquent l’honneur et la bienséance de leurs clients, et ils jouent sur leur besoin de maintenir et de protéger leur capital de réputation s’ils veulent continuer à commercer dans ce monde. Jessica Goldberg a montré que 18 % des lettres de la Guéniza concernaient le comportement des marchands, faisaient des commentaires sur un tiers, se défendaient d’accusations ou rappelaient à un correspondant ses devoirs et sa réputation40. En dehors du monde des marchands maghrébins, Ingrid Michienzi a aussi souligné l’importance de la confiance et de l’utilisation consciente des lettres pour policer la réputation des membres du réseau Datini au xivsiècle. On assiste aux mêmes pratiques au sein de la communauté séfarade à Livourne au xviisiècle41.

26Bien que les relations entre les marchands de Tunis et de Pise ne soient pas les mêmes que celles analysées par Goldberg ou Michienzi – il ne s’agit pas des membres d’une diaspora commerciale – ces lettres partagent des caractéristiques similaires. Ces relations commerciales impliquaient également une certaine confiance et permettaient des paiements différés en échange des denrées vendues, mais il existait, comme on le voit ici, des possibilités de non-paiement. En outre, la répétition des transactions et des interactions entre individus de croyances différentes a, au fur et à mesure, conduit à une atmosphère de confiance, garantie par l’intervention éventuelle des institutions gouvernementales. Des pratiques de confiance et de crédit se développaient à ce point d’articulation entre les deux réseaux, créant, en fait, un réseau de communications et de contacts qui leur était propre. Cependant, cette confiance impliquait également la possibilité qu’elle soit perdue, et la perte de la confiance s’accompagnait de celle de l’honneur.

  • 42 Dans le document 8 chez Amari, Yūsuf b. Muḥammad, ṣāḥib dīwān Tūnis wa-l-Mahdiyya, s’interroge au s (...)
  • 43 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 48-49 : « Toi, mon ami, le souvenir que tu nous as la (...)

27Pace était bien connu à Tunis. Un fonctionnaire important du dīwān lui écrit personnellement pour l’informer de l’amān réitéré après l’attaque. Il lui demande également d’intervenir dans une affaire personnelle42. Pace connaissait personnellement d’autres fonctionnaires et probablement plus d’une douzaine de marchands. Le dragoman ʿUthmān informe Pace qu’il se portait bien, et termine sa lettre en saluant les enfants du marchand italien (doc. 16). Pace s’était porté garant pour un certain nombre de Pisans qui, autrement, ne se seraient pas vu accorder les crédits dont ils étaient désormais débiteurs (doc. 14 et 18)43. Pace, par la fonction d’intermédiaire qu’il a joué et par sa réputation, devient ainsi responsable indirect de leurs dettes, en ayant investi son propre capital symbolique dans leur crédit. L’un des marchands, Manād, informe Pace que c’était lui le responsable de ceux qui étaient sur son bateau, puisqu’il était le capitaine sur lequel les Maghrébins comptaient (doc. 17). Il prie même Dieu de lui rappeler que « c’est seulement en ce genre de circonstances que l’on voit vraiment les gens à l’œuvre et que l’on en reconnaît les meilleurs ».

28Les mêmes plaintes furent présentées aux autres Pisans, et elles jouaient de manière similaire sur leur réputation et les appelaient à honorer leurs obligations. Le marchand de cuir Ṣadaqa écrivit à Forestano et ses associés pour leur rappeler leurs dettes. Puisque ce sont des « hommes d’honneur », écrivit-il, ils agiront correctement, et, en fait, il n’y a même pas besoin de leur rappeler leurs devoirs puisque ce sont des hommes dont on connaît la loyauté (doc. 19). Les marchands ʿĪsa et ʿAbd Allāh, en écrivant à Bentivegne, un autre associé de Pace et de Forestano, lui demandent d’agir avec eux comme le font les marchands honorant leurs dettes et respectant la loi (doc. 20). En outre les marchands ifrīqiyens associent le comportement des Pisans à leur caractère moral, et donc à l’approbation divine. Juste après avoir énuméré les dettes de Pace et de ses compagnons, Hilāl b. Khalīfa conclut sa lettre en priant pour la clémence et la bénédiction de Dieu sur tous ceux qui suivent le chemin droit (doc. 15). Bien que cette bénédiction générale tirée du Coran soit celle recommandée par les juristes pour les non-musulmans, elle nous semble particulièrement bien placée ici. Ibrahim b. Khalīfa conclut également sa lettre par cette bénédiction, juste après avoir noté que Pace et Forestano étaient désormais informés de la situation (doc. 18).

  • 44 F. Trivellato, Familiarity…, op. cit. n. 39, p. 267, citant L. Bernstein, « Merchant law in a merch (...)

29Finalement, les Ifrīqiyens avaient peu de moyens concrets pour obliger Pace, Forestano, et les autres Pisans à honorer leurs dettes. Ils pouvaient éventuellement faire saisir et vendre leurs comptes et biens afin de régler leurs dettes ; peut-être même que des marchands pisans, présents au mauvais moment, auraient pu voir leurs biens confisqués dans le cadre du dédommagement organisé, mais ce n’était évidemment pas le résultat souhaité ni par les marchands locaux, ni par les autorités almohades. Les Ifrīqiyens ne cherchaient pas seulement le remboursement des dettes pisanes ; ils étaient surtout pressés de renouer les relations commerciales avec Pace et avec ses collègues. Dans la lettre qu’il lui adresse, le marchand Ṣadaqa suggère à Forestano, à défaut de venir en personne, d’envoyer une lettre certifiée pour libérer ses comptes. Il précise cependant que ce serait bien mieux si Forestano venait personnellement à Tunis, « puisque les produits sont bon marché et [que] vous trouverez encore plus de sécurité et d’abondance que d’habitude » (doc. 19). Ce n’était pas là des stratégies d’élimination employées lorsqu’il n’y a pas de solution ni d’intention de maintenir de bonnes relations44 ; ces lettres témoignent plutôt des gros efforts de la part de marchands qui désiraient préserver la possibilité d’échanges fructueux pour l’avenir.

30On ne connaît pas les résultats de cette affaire, mais l’absence d’autres correspondances conservées suggère une résolution positive, laissant supposer que les Pisans ont finalement honoré leurs obligations. Travaillant dans leur propre port, au sein de leur propre communauté, les Pisans ont peut-être employé plus communément des mesures pour le recouvrement des dettes qui tombaient dans le domaine public, mais ils comprenaient tout de même l’importance de la confiance dans la facilitation du crédit. Pace, Forestano et les autres ne pouvaient pas retourner à Tunis sans honorer leurs dettes. Le système de crédit et de paiement différé que l’État arbitrait nécessitait une réputation et un capital symbolique, reconnu et fiable. Dans cette série d’événements, les méthodes destinées à préserver l’ordre public ont stabilisé les relations au sein du marché, tandis que les marchands ont employé et évoqué des mécanismes privés pour encourager les Pisans à suivre des pratiques commerciales qui profiteraient à tout le monde.

5. Conclusion

31En conclusion, on peut dire que ce ne fut probablement pas la seule fois que les marchands maghrébins ont dû recourir à la correspondance diplomatique pour leur prêter main-forte dans leurs relations avec leurs partenaires pisans, d’autant plus que le commerce méditerranéen reposait largement sur le crédit. La Génizah du Caire regorge de lettres de marchands pressant leurs partenaires au sujet des dettes non payées. Les documents au cœur de cette étude révèlent que ces pratiques n’étaient pas réservées aux habitants du monde musulman et que les marchands de Tunis s’attendaient à ce que l’usage de la violence symbolique fonctionne également sur leurs clients pisans. En exprimant des liens d’amitié et de confiance, les marchands insistaient sur les liens de réciprocité. L’utilisation de la réputation comme facteur de contrôle dans des relations qui nécessitaient la confiance, que ce soit dans le commerce à longue distance ou dans l’octroi de crédit, était courante en Méditerranée, au moins autant que le recours à des méthodes rappelant aux clients et aux partenaires leurs obligations. Ce cadre de relations était valable dans le monde des marchands juifs du xisiècle jusqu’à celui de leurs homologues séfarades du xviisiècle, et aussi parmi les agents de la compagnie Datini de Florence, ainsi que dans les relations interculturelles de la Méditerranée occidentale au cours de la période. Il n’est donc pas surprenant que l’on puisse voir ces mêmes mécanismes activés à Tunis au début du xiiisiècle.

32La violence était alors bien présente dans le marché, elle était même nécessaire pour son bon fonctionnement. La violence étatique et symbolique encadrait les relations commerciales et permettait le bon déroulement des négociations et la résolution des tensions inhérentes à toute transaction, qu’elle ait été interculturelle ou non. Au fur et à mesure que se multiplient des études de ce genre, il devient de plus en plus clair que ces pratiques s’employaient partout en Méditerranée, fournissant un langage commun d’interaction commerciale, intelligible et applicable indépendamment des identités religieuses. Les descriptions binaires de ces relations, en fait, servent peu, sauf pour rappeler la multiplicité des identités en jeu à tout moment dans le monde complexe du commerce méditerranéen. Il n’est pas possible d’exclure la violence de ces relations, elle était même essentielle à leur bon fonctionnement. C’est donc dans la relation et dans la négociation entre humains, elle-même construite sur la potentialité de violence, que se situe l’essentiel de cet épisode, ainsi que de plusieurs autres, qui ont réuni des cultures à la fois si différentes et si semblables au sein de la Méditerranée médiévale.

Liste de documents cités

33Doc. 6 : Archivio di Stato di Pisa (dorénavant ASP), Atti Pubblici, Dipl. cartaceo, 1200 settembre 9 ; éd. Amari, I : 23-28, no 6. Version latine : ASP, Atti Pubblici, Dipl. cartaceo, 1200 settembre ; éd. Amari, II : 276-277, no 18.

34Doc. 7 : ASP, Atti Pubblici, Dipl. cartaceo, 1200 settembre ? ; éd. Amari, I : 29-30, no 7.

35Doc. 8 : ASP, Atti Pubblici, Dipl. cartaceo, 1200 Settembre ? ; éd. Amari, I : 8, 31-32, no 8.

36Doc. 9 : ASP, Atti Pubblici, Dipl. cartaceo, 1200 settembre 11 ; éd. Amari, I : 33-35, no 9 ; la version latine (éd. Amari, II : 278-279, no 19) manque de l’inventaire des archives de Pise.

37Doc. 11 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 4 : 1201 maggio 27 ; éd. Amari, I : 38-42, no 11.

38Doc. 12 : ASP, Atti Pubblici, Dipl. cartaceo, 1200 settembre ? ; éd. Amari, I : 43-44, no 12.

39Doc. 13 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 5 : 1201 giugno 5 ; éd. Amari, I : 45-47, no 13.

40Doc. 14 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 10 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 48-49, no 14.

41Doc. 15 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 11 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 50-52, no 15.

42Doc. 16 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 12 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 53-54, no 16.

43Doc. 17 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 13 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 55-56, no 17.

44Doc. 18 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 14 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 57-59, no 18.

45Doc. 19 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 15 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 60-62, no 19.

46Doc. 20 : ASP, Comune di Pisa, Div. A no 80, ins. 16 : xiiie s. ; éd. Amari, I : 63-64, no 20.

Haut de page

Notes

1 Bien que d’autres éditions existent, citées ci-dessous, je collabore actuellement avec Pascal Buresi à une édition et à une traduction critique des lettres et des documents utilisés dans la présente étude. Pour des raisons de commodité, je citerai les documents par leur référence d’archives, ainsi que l’édition d’Amari : M. Amari, I diplomi arabi del R. Archivio fiorentino : testo originale con la traduzione letterale e illustrazioni, Florence, Le Monnier, 1863. Le lecteur trouvera en fin d’article une liste complète des documents cités. Cet épisode a été présenté en détail par P. Buresi, « Les documents arabes et latins échangés entre Pise et l’Empire almohade en 596-598/1200-1202 : la chancellerie au cœur des relations diplomatiques », Documents et Histoire. Islam, viiexvis., éd. A. Regourd, Genève, Droz, 2013, p. 13-88.

2 Le dīwān était un bureau gouvernemental responsable de la collecte des impôts et des frais de douane. Comme l’indique le titre du directeur ʿAbd al-Raḥmān b. Abī Ṭāhir en latin, rector omnium Christianorum qui veniunt in tota provincial de Africa, le dīwān était également responsable des chrétiens non-résidents qui se trouvaient dans son territoire. Voir L. de Mas Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des chrétiens avec les arabes de l’Afrique Septentrionale au Moyen Age, Paris, Plon, 1866, p. 186 sq. et D. Valérian, « Les marchands latins dans les ports musulmans méditerranéens : une minorité confinée dans des espaces communautaires ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 107-110, 2005, p. 437-458, en part. p. 444-447.

3 T. Bruce, « Commercial conflict resolution across the religious divide in the thirteenth-century Mediterranean », Mediterranean Historical Review, 30/1, 2015, p. 19-38.

4 D. Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2001, p. 9.

5 J’emprunte ici au travail de Pierre Bourdieu, notamment ses théories sur les modes de domination dans les sociétés précapitalistes. Contrairement à la violence physique, la violence symbolique entraine la soumission par la reconnaissance innée de schèmes ou d’instruments de connaissance et de pouvoir qui imposent une relation de domination. Voir notamment P. Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972 et Id., Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980, chap. 7. Voir également J. Dubois, P. Durand et Y. Winkin, « Aspects du symbolique dans la sociologie de Pierre Bourdieu. Formation et transformations d’un concept générateur », COnTEXTES. Varia, 2013, URL : https://journals.openedit ion.org/contextes/5661.

6 P. Bourdieu, Le sens pratique, op. cit. n. 5, p. 219.

7 La violence symbolique est la forme « douce et larvée que prend la violence lorsque la violence ouverte est impossible » (ibid., p. 230).

8 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 7, 11-12, 14, 17, 230, 269, 270, 273, 274.

9 E. Salvatori, « Il corsaro pisano Trapelicino : un’avventura mediterranea del XII secolo », Bolletino Storico Pisano, 76, 2007, p. 31-56.

10 A. ʿAzzawī, « al-ʿIlāqāt bayn ḍiffatay al-baḥr al-mutawassaṭ al-gharbī min ḥilāl wathā’iq ʿarabiyyah wasīṭiyyah », Le Maghreb, al-Andalus et la Méditerranée occidentale (viiie-xiiie siècle), éd. P. Senac, Toulouse, Méridiennes, 2007, p. 271-283, en part. p. 280 ; P. Buresi, « Traduttore traditore : à propos d’une correspondance entre l’empire almohade et la cité de Pise (début xiiie siècle) », Oriente moderno, 88/2, 2008, p. 297-309, en part. p. 301. Sur la conjoncture politique et l’Etat ḥafṣide à cette époque, voir A. Bensalim, « Metamorphosis in the Ifriqiyan Cocoon : Ḥafṣid State Formation, Diplomacy, and Transformation, 1220-1450 », mémoire de maîtrise, Kingston, Queen’s University, 2021.

11 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1 publie des traductions latines pour les documents 6 et 9, bien que celle du document 9 ne soit plus disponible.

12 L. de Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 2, p. 55-60, en particulier.

13 O. Banti, « I rapporti tra Pisa e gli stati islamici dell’Africa settentrionale tra l’XI e il XIV secolo », Le ceramiche medievali delle chiese di Pisa. Contributo per una migliore comprensione delle loro caratteristiche e del loro significato quale documento di storia, Pise, Pacini, 1983, p. 9-26 ; Id., « I trattati tra Pisa e Tunisi dal XII al XIV secolo », Scritti di storia, diplomatica ed epigrafia, éd. S. Scalfati, Pise, Pacini, 1995, p. 321-50 ; M. Tangheroni, « Sui rapporti commerciali tra Pisa e la Tunisia nel Medioevo », L’Italia ed i paesi mediterranei. Vie e comunicazione e scambi commerciali e culturali al tempo delle repubbliche marinare. Atti del Convegno internazionale di studi (Pisa, 6-7 giugno 1987), Pise, Pacini, 1988, p. 75-90 ; E. Salvatori, « Corsairs’ Crews and Cross-cultural Interaction : The Case of the Pisan Trapelicinus in the Twelfth Century », Medieval Encounters, 13, 2007, p. 32-55 ; Ead., « Il corsaro pisano… », art. cit. n. 9 ; M. Ouerfelli, « Personnel diplomatique et modalités des négociations entre la commune de Pise et les États du Maghreb (1133–1397) », Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. XLIe Congrès de la SHMESP (Lyon, 3-6 juin 2010), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2011, p. 119-132 ; Id., « Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Âge », L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient et Occident). XXXIXe Congrès de la SHMESP (Le Caire, 30 avril-5 mai 2008), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2009, p. 45-58 ; Id., « La correspondance entre les marchands ifrīqiens et pisans au début du xiiie siècle », Les documents du commerce et des marchands entre moyen âge et époque moderne (xiie-xviie siècle), éd. C. Mantegna et P. Olivier, Rome, École française de Rome, 2018, p. 55-72 ; D. Valérian, « Les marchands latins… », art. cit. n. 2 ; Id., « Marchands latins et sociétés portuaires dans le Maghreb médiéval. Le rôle central des intermédiaires », ‘Arriver’ en ville. Les migrants en milieu urbain au Moyen Âge, éd. C. Quertier, R. Chilà et N. Pluchot, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2014, p. 213-224.

14 O.R. Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World. Lodging, Trade, and Travel in Late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; D. Abulafia, « Christian merchants in the Almohad cities », Journal of Medieval Iberian Studies, 2, 2010, p. 251-257.

15 T. Bruce, « Commercial conflict resolution… », art. cit. n. 3.

16 M. Ouerfelli, « Les traités… », art. cit. n. 13, p. 47.

17 A. ʿAzzāwī, Rasā’il Muwaḥḥidīyah: Majmūʿah Jadīdah, al-Qunayṭirah, Jāmiʻat Ibn Ṭufayl, 1995, t. 1, p. 176-177, 212-217 et 220-225 ; R. Hopley, « Aspects of Trade in the Western Mediterranean during the Eleventh and Twelfth Centuries : Perspectives from Islamic Fatwās and State Correspondence », Mediaevalia, 32, 2011, p. 24-33.

18 « L’étude scrupuleuse de certains manuscrits médiévaux issus des cercles du pouvoir maghrébin révèle un phénomène supplémentaire […] : l’hypercorrection des éditeurs contemporains illustre bien l’enracinement de la croyance en l’unité et l’unicité de l’‘arabe classique’. Pour eux, la fixation médiévale de la langue arabe aurait été partout opérante et tous les auteurs, surtout ceux qui exerçaient des fonctions officielles ou étaient réputés pour leur savoir, ne pouvaient qu’écrire dans cette langue. Cette croyance conduit les éditeurs à corriger, voire à réécrire en toute bonne foi des textes dont ils attribuent les usages ‘déviants’ aux copistes ou aux transmetteurs » (P. Buresi, « Histoire et historicité de la langue arabe et de l’islam (Maghreb, viie-xve siècle) », La lettre de l’EHESS, octobre 2014, URL : http://lettre.ehess.fr/index.php?8046.

19 La première de celles-ci fut envoyée à la fin de dhū l-qaʿda 596 (septembre 1200 : doc. 9) : voir également A. ʿAzzawī, Rasā’il Muwaḥḥidīyah…, op. cit. n. 17, t. 1, p. 215-216, no 47 ; la version latine n’est plus répertoriée dans les archives pisanes. La deuxième lettre a été envoyée au début de ramadān 597 (juin 1201 : doc. 13). À propos des amān-s, c’est-à-dire des sauf-conduits octroyés aux non-musulmans étrangers, voir J. Wansborough, « The Safe-Conduct in Muslim Chancery Practice », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 34/1, 1971, p. 20-35 ; J. Schacht, An Introduction to Islamic Law, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 131 ; H.S. Khalilieh, Islamic Maritime Law. An Introduction, Leyde, Brill, 1998, p. 117 ; O.R. Constable, Housing the Stranger…, op. cit. n. 14, p. 115-116 ; H.S. Khalilieh, « Amān », Encyclopaedia of Islam, éd. K. Fleet et al., Leyde, Brill, 2007, URL : http://dx.doi.org/10.1163/1573-3912_ei3_SIM_0048.

20 En arabe, il est appelé al-nāzir bi-dīwān Ifrīqiya, et en latin rector omnium Christianorum qui veniunt in tota provincia de Africa. Trois siècles plus tard, Anselme Adorno a décrit le chef du dīwān comme celui « qui a de l’autorité sur tous les étrangers et marchandises qui entrent dans le port de Carthage et la ville de Tunis » (qui est dominus super omnes personas extraneas et forenses et super omnes merces intrantes in portu Cataginis sive in civitate Thimesii) : Itinéraire d’Anselme Adorno en Terre Sainte (1470–1471), éd. et trad. J. Heers et G. de Groer, Paris, CNRS, 1978, p. 136-139 (cité dans Ph. Gourdin, « Les marchands étrangers ont-ils un statut de dhimmi ? À propos de quelques statuts de marchands étrangers dans les pays chrétiens et musulmans de Méditerranée occidentale au xiiie siècle », Migrations et diasporas méditerranéennes (xe-xvie siècles), éd. M. BALARD et A. DUCELLIER, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2002, p. 435-446, en part. p. 439-440. Peut-être à cause de la crise politique qu’affrontaient les Almohades en Ifrīqiya, et leur perte de contrôle d’une partie du territoire pendant un temps, Ibn Abī l-Tāhir est al-nāzir bi-dīwān Ifrīqiya dans sa première lettre (doc. 6), mais dans la deuxième, l’année suivante (doc. 11), il est seulement al-nāzir bi-dīwān Tūnis : P. Buresi, « Les documents… », art. cit. n. 1, p. 24.

21 Ce capital symbolique peut se comprendre comme un rapport social basé sur une « réputation de compétence et d’une image de respectabilité et d’honorabilité » : P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 331. Cf. aussi Id., Le sens pratique, op. cit. n. 5, p. 32, lorsqu’il interprète « les conduites d’honneur, appréhendées non plus comme le produit de l’obéissance à des règles ou de la soumission à des valeurs […] mais comme le produit d’une recherche plus ou moins consciente de l’accumulation du capital symbolique ». Voir également la discussion ibid., p. 170-171 sur l’échange ou le jeu de l’honneur dans lequel un défi qui met en question l’honneur, entraînant possiblement le déshonneur, requiert une riposte afin de maintenir l’équilibre de capital symbolique entre deux égaux.

22 P. Buresi, T. Bruce et M. Ghouirgate, « Les usages linguistiques dans les relations entre Almohades et Pisans (début xiiie siècle) », Les langues de la négociation du Moyen Âge à l’époque contemporaine, dir. D. Couto et S. Péquignot, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 63-76, en part. p. 65-67.

23 Ibid., p. 64.

24 M. Weber, Économie et société, trad. J. Freund et al., Paris, Pocket, 1971, p. 57-59 ; P. Bourdieu, Sur l’État, Paris, Seuil/Raisons d’agir, 2012, p. 14.

25 Ibid.

26 Sur ce personnage et son rôle dans les relations avec les chrétiens étrangers, voir L. de Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 2, p. 186-188. Il est intéressant de noter que l’indication du destinataire en latin, qui se trouve au verso de la lettre, est « carta muscerifi ». Comme le remarquent Louis de Mas Latrie et Claude Cahen, ces titres, nāzir et mūsharif, se confondent et peuvent indiquer le même fonctionnaire sans que la différence nous soit claire : C. Cahen, « Douanes et commerce dans les ports Méditerranéens de l’Égypte médiévale d’après le Minhādj d’Al-Makhzūmī », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 7/3, 1964, p. 217-314, en part. p. 271.

27 Voir P. Buresi et H. El Aalloui, Gouverner l’Empire. La nomination des fonctionnaires provinciaux dans l’Empire almohade (Maghreb, 1224-1269), Madrid, Casa de Velázquez, 2013, p. 33 et 54-55.

28 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 23-28.

29 Voir, par exemple, taqdīm 56, mais aussi 49, 50, 52, 59, 66, 67 et passim dans P. Buresi et H. El Aallaoui, Gouverner…, op. cit. n. 27.

30 Ibid., p. 186-187 et taqdīms 49 et 54.

31 Ibid., p. 52-53.

32 C’étaient possiblement des scribes pisans qui travaillaient au sein du dīwān pour l’enregistrement des affaires concernant directement des commerçants de Pise. Voir C. Cahen, « Douanes… », art. cit. n. 26.

33 Dans cette lettre, cet agent se nomme Yūsuf b. Muḥammad, alors que ʿUthmān le dragoman l’appelle Abū l-Ḥajjāj dans sa lettre à Pace (doc. 16).

34 S.D. Goitein, A Mediterranean Society, Los Angeles, University of California Press, 1999, p. 197-198. Jessica Goldberg estime que 17% des lettres marchandes de la Genizah concernent des questions de paiements différés : J. Goldberg, Trade and Institutions in the Medieval Mediterranean, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 81. Georg Christ décrit des pratiques semblables par des marchands vénitiens dans le commerce du poivre en Alexandrie au xve siècle : G. Christ, Trading Conflicts. Venetian Merchants and Mamluk Officials in Late Medieval Alexandria, Leyde, Brill, 2012, p. 232.

35 C. Cahen, « Douanes… », art. cit. n. 26.

36 D. Valérian, « Les marchands latins… », art. cit. n. 2, p. 449 ; L. de Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 2, p. 221-222. Concernant Pise, ceci apparaît pour la première fois explicitement dans le traité signé avec Tunis en 1264 : M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 299-300. Il apparaît dans un traité précédemment signé avec Gênes en 1250 : L. de Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 2, p. 119, doc. 7, art. 6.

37 Les dragomans étaient nommés par le Dīwān dans le but de servir certaines nations étrangères, sous l’approbation des dites nations. Dans une lettre écrite en 1204, Aḥmād b. Tamīm demanda à un magnat pisan de le recommander au directeur du Dīwān de Bijāya pour qu’il puisse offrir ses services de traducteur dans toutes affaires, et de courtier pour les enchères avec les Pisans : M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 75-77. Il précise également qu’il était de coutume pour les Pisans d’avoir des traducteurs et des courtiers qu’ils avaient choisis eux-mêmes.

38 En tant que tels, les dragomans pouvaient également agir en tant que juges lors des disputes entre chrétiens et musulmans, comme le stipule un article du traité de 1234 entre Tunis et Pise, précisant que c’était déjà une coutume : L. de Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 2, p. 33, art. 9.

39 À l’instar du capital symbolique, dont elles étaient des composants, la réputation et la confiance faisaient partie de ces mécanismes coercitifs informels qui jouaient des rôles essentiels dans les réseaux d’échanges commerciaux méditerranéens. La position de l’économiste Avner Greif, qui insistait sur le fait que le monde islamique médiéval fonctionnait principalement sur ces mécanismes informels, alors que le monde latin recourait à des mécanismes formels, c’est-à-dire légaux et étatiques, n’est plus du jour. Des chercheurs comme Jessica Goldberg, Francesca Trivellato et Ingrid Houssaye Michienzi ont bien montré que des mécanismes formelles et informelles avaient cours dans les deux mondes. Cf. A. Greif, « Reputation and Coalitions in Medieval Trade : Evidence on the Maghribi Traders », Journal of Economic History, 49/4, 1989, p. 857-882 ; J. Goldberg, Trade…, op. cit. n. 34 ; F. Trivellato, Familiarity of Strangers, New Haven, Yale University Press, 2012 ; I. HOUSSAYE MICHIENZI, Datini, Majorque et le Maghreb (14e-15e siècles). Réseaux, espaces méditerranéens et stratégies marchandes, Leyde, Brill, 2013.

40 J. Goldberg, Trade…, op. cit. n. 34, p. 78-84. Goldberg précise que l’honnêteté n’était pas un problème central dans ces lettres, que les marchands étaient plus préoccupés par des questions de connaissances, de compétences, de diligence et de connexions personnelles (Ead., « Choosing and Enforcing Business Relationships in the Eleventh-Century Mediterranean : Reassessing the “Maghribi Traders” », Past and Present, 216, 2013, p. 3-40, en part. p. 32).

41 I. HOUSSAYE MICHIENZI, Datini…, op. cit. n. 39, p. 276 ; F. Trivellato, Familiarity…, op. cit. n. 39. Voir également K. CLAY, « Trade without Law : Private-Order Institutions in Mexican California », Journal of Law, Economics, & Organization, 13/1, 1997, p. 202-231, pour une analyse de ces mêmes méthodes hors du contexte méditerranéen.

42 Dans le document 8 chez Amari, Yūsuf b. Muḥammad, ṣāḥib dīwān Tūnis wa-l-Mahdiyya, s’interroge au sujet de Mahdī, frère du dragoman Wahhāb, « qui était sur le navire saisi par la galère. Quand le bateau fut pris, il partit avec vous ». Il demanda à Pace de l’envoyer avec le prochain groupe de marchands se rendant à Tunis ou de le ramener avec lui. De plus, il demanda à Pace de trouver Mahdī, s’il ne se trouvait pas avec lui, de le ramener, et de garder Yūsuf informé de l’affaire parce que « il était cher à [ses] yeux ».

43 M. Amari, I diplomi arabi…, op. cit. n. 1, p. 48-49 : « Toi, mon ami, le souvenir que tu nous as laissé est un bon souvenir, tu jouis d’une bonne réputation auprès des marchands et de tous ceux qui ont voyagé avec toi. Ne démens pas la bonne opinion qu’on a de toi. Sans ton intervention en sa faveur, nous ne lui aurions pas laissé une minute [pour payer] ». Ibid., p. 49 : « Aussi, ne viens pas sans les marchands qui étaient avec toi, de façon à être libéré de ta responsabilité à leur sujet, car personne ici ne les connaît, on ne connaît que toi ».

44 F. Trivellato, Familiarity…, op. cit. n. 39, p. 267, citant L. Bernstein, « Merchant law in a merchant court : rethinking the code’s search for immanent business norms », University of Pennsylvania law review, 144/5, 1996, p. 1765-1821.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Travis Bruce, « La violence symbolique dans les relations entre Pise et Tunis au xiiie siècle »Memini [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 2022, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/memini/2148 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.2148

Haut de page

Auteur

Travis Bruce

Université McGill

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search