Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaLa μῆτις de l’ingénieur et l’arti...

Varia

La μῆτις de l’ingénieur et l’artifice de l’architecte : Anthémios de Tralles et la notion de faux chez Agathias le Scholastique

Vincent Tremblay

Entrées d’index

Géographique :

Constantinople

Index chronologique :

Antiquité tardive
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Agathias, Histoires, éd. R. Keydell, Berlin, De Gruyter, 1967, p. 171 (V, 6, 3) : « Γέγονε δὲ ἄριστ (...)
  • 2 Voir Procope de Césarée, Procopii Caesariensis opera omnia. IV, éd. G. Wirth et J. Haury, Leipzig, (...)
  • 3 Prokop : Werke / Bauten. Beschreibung der Hagia Sophia, éd. O. Veh, Munich, Heimeran, 1977, p. 320 (...)

1Les Histoires d’Agathias le Scholastique ont été écrites par une seule plume, mais l’auteur ne cache pas le fait que c’est sous les encouragements de ses amis qu’il a entrepris le projet audacieux de donner suite aux Guerres de Procope de Césarée. À travers son texte, on trouve le nom de plusieurs de ses connaissances, comme Eutychianos et Paul le Silentiaire, mais c’est l’architecte et ingénieur Anthémios de Tralles qui reçoit le portrait le plus complexe et le plus exhaustif. Il ne fait nul doute que les deux hommes se connaissent, puisque Agathias est non seulement familier avec les faits et gestes de la famille d’Anthémios, mais il tient ce dernier en haute estime et considère l’ingénieur comme « le meilleur de tous, ayant surpassé le sommet de la science mathématique »1. Ce sentiment est partagé par d’autres textes de l’époque. Procope de Césarée le qualifie « [d’]homme le plus sage dans la science appelée mécanique, non seulement parmi ses contemporains, mais aussi des époques précédentes »2 et dans un panégyrique récité devant l’empereur Justinien (527-565) lors de la restauration du dôme de Sainte-Sophie, Paul le Silentiaire décrit Anthémios comme un expert, un planificateur avisé (ἔμφρονι βουλῆι) et « un homme habile à la fois pour choisir le centre d’un cercle et pour tracer un plan »3.

  • 4 Dans une étude sur les traités arabes portant sur les miroirs ardents, Roshdi Rashed consacre une s (...)
  • 5 « Anthemius 2 » dans J.R. Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge, Cambr (...)

2Il ne va pas sans dire que la réputation d’Anthémios est pleinement méritée. Après la Sédition Nika et son effroyable répression en 532, l’empereur Justinien le fait venir à Constantinople pour qu’il supervise la reconstruction, conjointement avec Isidore de Milet, de la sublime basilique Sainte-Sophie qui, aujourd’hui, résiste encore et toujours au temps. Le Traité des Édifices de Procope de Césarée crédite aussi Anthémios de plusieurs autres projets architecturaux et, lorsqu’il ne bâtit pas, l’ingénieur rédige un texte sur les paradoxes mathématiques, Περὶ παραδόξων μηχανημάτων4, qui lui octroie suffisamment de renommée pour que le mathématicien Eutocius lui dédie son commentaire sur les Conica d’Apollonius de Perge5.

  • 6 Agathias, Histoires, éd. cit. n. 1, p. 170-174 (V, 6, 1 à 8). Plusieurs extraits de ce passage d’Ag (...)

3Et pourtant, sous le vernis clair-obscur de la rhétorique byzantine du vie siècle, Agathias présente un portrait peu flatteur d’Anthémios. L’écrivain byzantin, dans sa revue du tremblement de terre de 557, interrompt sa narration des malheurs du temps pour présenter une digression sur une querelle de voisinage entre l’avocat Zénon et Anthémios. Ce dernier, grâce à une connaissance étendue des préceptes aristotéliciens et en tant qu’ingénieur, simule, à une échelle bien réduite, les séismes qui ont affligé Constantinople pour se venger du pauvre Zénon6.

4Cette digression, riche en commentaires moraux et en références anciennes, insérée dans un texte à caractère historiographique et, pour la plupart, sérieux, semble en révéler bien plus que l’exposition d’une mésentente entre deux Constantinopolitains. Bien loin d’y voir une critique de l’ingénieur lui-même, je pense qu’Agathias utilise plutôt la figure d’Anthémios pour exposer une tension entre deux champs différents d’expertise et d’intelligence qui séparent les sphères historiques des lettres et des ‘arts mécaniques’, dont l’origine remonte à l’aube de la littérature grecque et perdure, des siècles plus tard, à Constantinople. En construisant une image d’Anthémios calquée sur les modèles homériques et platoniciens, Agathias s’engage dans cette lutte en cherchant à ériger, entre lui-même et son ami ingénieur, un rideau de pourpre où, de part et d’autre, s’affrontent deux variétés distinctes de savoirs et d’intelligences. Les prochaines pages explicitent deux des moyens qu’utilise Agathias pour rehausser l’étendard des savoirs légitimes et, surtout, pour réduire la science de la mécanique au rang de fraude et de machination.

  • 7 Ibid., p. 172 (V, 7, 1) : « Τότε δὴ οὖν ὁ Ἀνθέμιος ὑπὸ τοῦ ἐναντίου ἅτε δικηγόρου καταρρητορευόμενο (...)

5Au livre V de ses Histoires, Agathias raconte qu’Anthémios avait pour voisin le rhéteur et avocat Zénon. Au fil du temps, une querelle de voisinage éclate entre les deux hommes, peut-être causée par l’un d’eux qui voulait agrandir son logis au détriment de l’autre. L’affaire, à en croire Agathias, se rend jusqu’à un juge et celui-ci tranche en faveur de Zénon, visiblement plus à l’aise à la cour que son adversaire Anthémios. Or, l’architecte a plus d’un tour dans son sac pour réaliser sa propre vindicte : « déclassé par l’éloquence de son adversaire, qui était avocat, et incapable de s’opposer à l’ingéniosité [τῇ δεινότητι] de la plaidoirie de Zénon, il entreprit d’affliger celui-ci au point où il devrait quitter sa maison, en utilisant les méthodes de son métier [τέχης τρόπῳ τοιῷδε] »7.

  • 8 Ibid., p. 172 (V, 7, 4-5) : « Ταῦτα δὴ οὖν ἐκ τοῦ ἀφανοῦς καταστησάμενος πῦρ ἐνῆκε σφοδρὸν ὑπὸ τοὺς (...)

6En effet, Agathias écrit que, grâce à une connaissance étendue des théories aristotéliciennes et en sa qualité de μηχανοποιός (ingénieur, fabricant de machines), Anthémios construit un réseau de tuyaux attachés à des chaudrons qui, sous l’effet de la vapeur, simulent un séisme sous les lattes de bois du plancher de Zénon, dont le salon occupe l’étage supérieur8 :

[…] Après avoir préparé cela en secret, il alluma un grand feu en dessous des chaudrons et y alimenta une grande flamme. Aussitôt que l’eau se réchauffa et se mit à bouillir, une grande vapeur fut soufflée [vers le haut], épaisse et compressée. Ne pouvant se dissiper d’aucune façon, elle montait dans les tuyaux et […] se cognant au plafond, elle l’agita continuellement et le secoua tout entier, assez pour faire trembler doucement et grincer les lattes du plancher. Zénon et ses compagnons étaient effrayés et épouvantés : ils se jetaient dans la foule dehors, hurlant, criant à l’aide, terrassés par ce terrible événement.

  • 9 Ibid., p. 172 (V, 7, 5) : « οὐκ εἶχεν ὅ τι καὶ διανοηθείν. Οὔτε γὰρ ἀπιστεῖν ἑαυτῷ οἷος τε ἦν ἐφ’ ο (...)

7Pris de court par la ruse d’Anthémios, Zénon se rue au palais impérial pour demander à ses amis s’ils avaient senti, eux aussi, les secousses. Ces derniers reçoivent le témoignage de Zénon avec moquerie et reproches et lui demandent de ne pas raconter de balivernes sur des sujets aussi sérieux. Zénon rentre donc chez lui bredouille, honteux d’être passé pour un sot au palais de l’empereur, et plein de doute sur « l’expérience de la réalité qui venait de se passer »9.

  • 10 Ibid., p. 173 (V, 8, 4) : « Δίσκον μὲν γάρ τινα ἐσόπτρου δίκην ἐσκευασμένον καὶ ἠρέμα ὑποκοιλαινόμε (...)

8Alors qu’il tient solidement Zénon dans sa toile, Anthémios, maître catoptricien, lance sur le pauvre avocat une seconde salve de « jeux d’ingénierie » (litt. παιγνία τῆς μηχανοποιΐας). Cette fois-ci, il simule un orage, grâce à un réseau de miroirs et de percussions10 :

En fixant fermement un disque construit comme un miroir et creusé légèrement avec les rayons du soleil, il submergeait la maison de Zénon de lumière solaire. Ensuite, en le déplaçant contre d’autres endroits, il décocha sur lui un puissant éclat comme pour éblouir tous ceux sur qui il pointait. Inventant des percussions qui faisaient s’entrechoquer entre eux des corps très retentissants, il fit éclater des tonnerres violents et tonitruants capables de terrasser les sens.

  • 11 Ibid., p. 173 (V, 8, 5) : « Ποιητικὰ γὰρ παρώσει ῥημάτια καὶ ἀνεβόα ἐπὶ τῆς συγλήτου βουλῆς ὥσπερ ε (...)

9Dans un dernier gambit, Zénon se jette aux pieds de l’empereur et se rend à l’antique Sénat pour plaider sa cause. Contre les frasques technologiques d’Anthémios, Zénon déploie ses meilleurs artifices. Poésie, dérision, mythologie, rien n’est laissé au hasard pour reprendre l’avantage sur le sournois μηχανοποιός : « Il fit des déclarations poétiques et appela au Sénat comme s’il parlait ironiquement, disant que, n’étant qu’un seul homme, il ne lui était pas possible de se battre seul à la fois contre Zeus ‘le Foudroyant’ et ‘au tonnerre retentissant’ et contre Poséidon ‘qui ébranle la terre’ »11 !

  • 12 Ibid., p. 174 (V, 8, 6) : « Καλὰ μὲν οὖν τῆσδε τῆς τέχνης καὶ αὐτὰ δήπου τὰ ἀθύρματα, οὐ μὴν ἀνάγκη (...)

10Et donc, après avoir recensé les fissures gazeuses qui ont sectionné des pans entiers de Constantinople, raconté la descente du peuple byzantin à travers le chaos des ruines fumantes et des semaines sans soleil, et exposé les causes possibles de tels sinistres et les frasques d’Anthémios, cet ingénieur fraudeur qui dépeuple le monde des formes et qui construit ses machines fantasques et ridicules, Agathias conclut son propos : « Ces jeux créés par de telles techniques sont certes divertissants, mais il n’est pas nécessaire que la nature les suive ou les imite. Mais que chacun se rattache à son opinion sur la chose et pense ce qu’il veut »12.

11La querelle Zénon-Anthémios n’occupe qu’une infime partie des Histoires d’Agathias, mais il est possible d’en distiller une grande richesse. Grâce à l’art byzantin de conjuguer plusieurs traditions discursives avec les problèmes du présent, Agathias dessine un portrait d’Anthémios en lui collant un champ mécanique qu’il crée en mélangeant des références homériques et platoniciennes avec le vécu et l’expertise d’Anthémios, de même qu’avec l’image, latente dans la littérature grecque, des arts mécaniques et artisanaux. Ce faisant, Agathias fait une adéquation entre la science de la mécanique et la science de l’illusion. Les machines d’Anthémios, simulacres de la puissance de la nature, fascinent donc autant qu’elles dérangent.

  • 13 A.-M. Taragna, « Les apparences sont trompeuses : ruse, fiction, et illusion chez George de Pisidie (...)

12Anna Maria Taragna définit le concept de faux dans la littérature byzantine et le décline en trois catégories. La première est le faux par rapport à la parole (le mensonge, le parjure), la seconde le faux par rapport à l’action (la simulation, la feinte, la fiction) et la dernière le faux par rapport à la substance (l’apparence, l’illusion)13. Ces trois catégories permettent de mieux comprendre les jugements moraux que portent les Byzantins, dans ce cas-ci Georges de Pisidie, le grand poète de l’époque d’Héraclius (610-641), face à des comportements ou à des manœuvres qui peuvent, selon la situation, faire l’objet d’éloges ou de condamnations. Cette catégorisation du faux est d’autant plus utile qu’elle permet aussi de mettre en lumière les problèmes du comportement d’Anthémios.

  • 14 Maurice, Stratégikon, éd. G.T. Dennis, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaf (...)
  • 15 Ibid., p. 278 (VIII, 2, 5) : « Δόλος πολλάκις ὠφέλησεν κατὰ πόλεμον. » Anna Maria Taragna remarque (...)
  • 16 Par exemple, dans Maurice, Stratégikon, éd. cit. n. 14, p. 230 (VII, 1, 45-59) : « Κυνηγίῳ δὲ ἔοικε (...)
  • 17 A.-M. Taragna, « Les apparences… », art. cit. n. 13, p. 122.

13Car tout est question de circonstances. Le stratégos qui utilise toutes sortes de stratagèmes sordides pour désinformer et confondre l’ennemi fait bon usage de créativité, d’imagination, de manœuvre et de clarté d’esprit. Lorsque la défense des territoires byzantins est en jeu, tous les coups sont permis, car « il est bien de nuire aux ennemis par le biais de tromperies (δόλοις), d’escarmouches, ou par la famine »14 et « la ruse (δόλος) est souvent utile à la guerre »15. C’est ce que nous révèlent, sans une once de remords, les traités stratiotiques et les sources narratives16. À l’inverse, on verrait mal une apologie du mensonge à un moment où une situation demande de l’honnêteté, comme dans le cas d’une parole donnée ou d’un serment devant Dieu. Anna Maria Taragna le résume bien : « Le faux est un concept de nature ambiguë et diversement évaluable, selon la personne qui l’élabore ou le subit, selon la situation où il est élaboré et selon l’intention qui se cache derrière »17.

  • 18 Voir Théophane le Confesseur, Chronographia, éd. C. de Boor, Leipzig, Teubner, 1883, p. 354 (AM 616 (...)

14Si le faux se présente comme une catégorie circonstancielle, le recours à la technologie et à la science mécanique l’est aussi selon la personne, la situation, et l’intention. Dans la chronique attribuée à Théophane le Confesseur, écrite au début du ixe siècle, on peine à voir une critique du feu grégeois ou de son inventeur, l’architecte Kallinikos, d’autant plus que l’arme, aussi spectaculaire qu’efficace, libère Constantinople de deux sièges majeurs18. Dans son Livre des cérémonies, l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (913-959) raconte que les Byzantins reçoivent les dignitaires étrangers dans une salle remplie d’automates, dont les animations spectaculaires répondent à un désir d’utiliser toute la puissance de la machine sur la psyché humaine. Conscient de la supériorité technologique des Byzantins sur les Latins, Constantin VII parle de ces augustes machines comme un élément clef de l’arsenal d’influence des empereurs destiné à intimider les étrangers. On critique pourtant la μαθηματικὴ ἐπιστήμη d’Anthémios, puisque le rusé ingénieur se rend coupable, aux yeux d’Agathias, de deux catégories de faux (le faux d’action et le faux de substance) et qu’il utilise ses artifices non pas contre un ennemi de l’empire, mais contre un autre Byzantin qui incarne, par sa profession, ses connaissances et ses moyens, l’ἐπιστήμη légitime, la sagesse des lettres.

15Cette distinction entre les compétences de Zénon et d’Anthémios est cruciale pour apprécier le jugement moral que porte Agathias face aux deux protagonistes qui se livrent une lutte (ἀγών) de rhétorique et de mécanique. Devant les procédures judiciaires initiales, alors que Zénon et Anthémios plaident leur cause, le succès revient naturellement à Zénon puisqu’il se montre le plus ‘fort’ et donc le plus digne de remporter la victoire. Toutefois, comme on l’a vu plus haut, Anthémios n’a pas dit son dernier mot et, après son échec devant les tribunaux, il déploie tous les artifices de son esprit fallacieux pour se venger de Zénon et donc fausser les résultats de l’ἀγών.

  • 19 M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence : la mètis des Grecs, Paris, Flammarion, (...)

16Pour ce faire, Anthémios utilise, face au raisonnement rigoureux de Zénon, une autre variété d’intelligence, différente par nature de celle qu’utilise l’avocat. C’est l’intelligence rusée, fruit du savoir-faire, de la machination, de la prestidigitation, de la charlatanerie et des stratagèmes, celle qu’utilisent le chasseur et le pêcheur, le renard et le poulpe, Hermès et Héphaïstos, et bien sûr Athéna et Ulysse. En grec, cette variété d’intelligence se nomme μῆτις et Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant la définissent comme19 :

[…] une forme d’intelligence et de pensée, un mode de connaître ; elle implique un ensemble complexe, mais très cohérent, d’attitudes mentales, de comportements intellectuels qui combinent le flair, la sagacité, la prévision, la souplesse d’esprit, la feinte, la débrouillardise, l’attention vigilante, le sens de l’opportunité, des habiletés diverses […] elle s’applique à des réalités fugaces, mouvantes, déconcertantes et ambiguës, qui ne se prêtent ni à la mesure précise, ni au calcul exact, ni au raisonnement rigoureux.

17La dispute entre Zénon et Anthémios, bien plus qu’une histoire de voisinage, permet donc à Agathias de confronter deux grandes catégories de l’intelligence : logique et technique, droiture et astuce, lettres et chiffres, mesure précise et sagacité mouvante, μῆτις et ἐπιστήμη, bref deux pôles qui s’enchevêtrent dans une compétition des savoirs à Constantinople. Et pourtant, la lutte est fatalement inégale, car d’emblée Agathias, dans sa mise en scène, n’est pas neutre. Non seulement il prend parti, du moins en apparence, pour Zénon, mais, par sa plume et le simple fait d’écrire, il détient les clefs du pouvoir pour façonner Anthémios comme il le souhaite. Anthémios, dans un monde de lettres, est perdant d’office en vertu de sa catégorie d’intelligence. Mais c’est là toute la force de sa μῆτις qui lui permet de saisir les opportunités, de feinter, de renverser la situation et de changer les règles de l’ἀγών.

  • 20 Le passage fait l’objet d’une étude ibid., p. 17-31. Il existe plusieurs similitudes entre l’épisod (...)
  • 21 Agathias n’est pas le seul à avoir tracé le parallèle avec le roi d’Ithaque. Voir, par exemple, Pau (...)
  • 22 Homère, Iliad, éd. D.B. Monro et T.W. Allen, Oxford, Oxford University Press, 1920, t. 2, p. 245 (X (...)

18En agissant de la sorte, Anthémios rejoint les rangs des rusés et des sournois de l’histoire. Agathias, quant à lui, ne se gêne pas pour construire des ponts entre ses Histoires et l’Iliade, en calquant Anthémios sur des modèles homériques. C’est en effet le même genre de μῆτις qu’utilise Anthémios qui, chez Homère, donne la victoire aux jeux hippiques à Antiloque contre Ménélas, alors que le fils de Nestor manque non seulement d’expérience, mais encore ses chevaux sont moins puissants que ceux du seigneur de Sparte20. C’est aussi la même variété d’intelligence qui permet à Ulysse de renverser le sort de la guerre en prenant Troie par subterfuge21. La μῆτις homérique, tout comme celle d’Anthémios, est subversive, comme l’explique Nestor dans ce passage tiré de l’Iliade22 :

Tu [Antiloque] sais bien contourner la borne avec ton char, mais, il faut le dire, tes chevaux sont les plus lents et je crois que tu cours au désastre, car les chevaux des autres sont plus rapides. En revanche, ils savent moins machiner [μητίσασθαι] que toi. Mais écoute donc ! À toi, mon petit, de poser dans ton esprit un éventail de μῆτις afin que le prix du concours ne t’échappe pas. Car c’est la μῆτις qui rend meilleur le bûcheron, pas la force physique. De même, le pilote, par la μῆτις, guide sa nef rapide balayée par les vents sur la mer rouge-vin. C’est enfin par la μῆτις qu’un cocher l’emporte sur un autre cocher.

  • 23 Ibid., t. 2, p. 245 (XIII, 346-348) : « οὐδ’ εἴ κεν μετόπισθεν Ἁρίονα δῖον ἐλαύνοι Ἀδρήστου ταχὺν ἵ (...)
  • 24 La manœuvre d’Antiloque est en quelque sorte une queue de poisson et M. Detienne et J.-P. Vernant, (...)
  • 25 Ibid., p. 19 : « Pour banal que l’épisode puisse paraître, il met cependant en lumière certains des (...)

19Nestor dit ensuite à Antiloque que celui qui se fie à ses chevaux prend les virages très larges, alors que celui qui a l’œil vif saura exploiter, par une manœuvre habile, un raccourci lui permettant de serrer la borne et de l’emporter, « quand bien même on lancerait à tes trousses le divin Arion, le cheval rapide d’Adraste, de la race des dieux, ou encore les nobles [coursiers de] Laomédons qui ont grandi ici »23. C’est ce que fait Antiloque, au grand dam de Ménélas qui crie à l’injustice24. La μῆτις, donc, c’est ça. C’est la capacité d’exploiter le moment opportun et de changer les règles du jeu à l’avantage du sournois qui, d’emblée, ne doit pas gagner parce qu’il n’est pas le plus fort25. Ce sont Ménélas et Zénon qui méritent de l’emporter en vertu de la supériorité de leur art, et Antiloque et Anthémios qui doivent frauder leur chemin vers la victoire.

  • 26 La référence m’apparaît encore moins innocente qu’elle n’en a l’air. Zénon compare Anthémios à Zeus (...)

20De fait, après sa déroute au tribunal, Anthémios décide de construire des machines à vapeur dont certaines simulent un tremblement de terre et d’autres des éclairs et du tonnerre. Comme pour Antiloque, le vaincu de facto se transforme en vainqueur et Zénon se résigne à devoir plaider sa cause devant le Sénat et l’empereur lui-même. Reprenant ses moyens, il raconte ses déboires de voisinage à grand renfort d’envolées poétiques, non sans une pincée d’humour et d’autodérision, en comparant Anthémios aux effets sismiques de Zeus et de Poséidon26. Par-là, Zénon restaure l’équilibre naturel des choses et rabaisse les prouesses techniques d’Anthémios au rang de plaisanteries. Le légendaire ingénieur, finalement, n’aura été qu’un bully, une sorte de parodie de lui-même, et un écho, bien imparfait, des grands πολυμήχανοι comme Antiloque et Ulysse.

21En effet, Agathias ne présente pas Anthémios en train de construire de grands monuments, de planifier, de calculer, ou de conseiller l’empereur Justinien, mais plutôt en farceur, en prestidigitateur, en trickster qui utilise sa τέχνη pour jouer des tours et faire des manigances. Sa μῆτις, toujours prompte à saisir des opportunités et à exploiter les failles, n’octroie que des gains éphémères et évanescents. Elle ne peut subvertir l’inévitable et, impuissante, elle doit céder la victoire finale à ceux qui la méritent. La subordination de la μῆτις à la science véritable permet ensuite à Agathias de décocher une flèche d’ironie aux réalisations d’Anthémios dont la science mécanique repose essentiellement sur un plancher de verre et dont le magnum opus, la coupole de Sainte-Sophie, s’effondre quelques années après sa fondation.

  • 27 Agathias, Histoires, éd. cit. n. 1, p. 171 (V, 6, 6) : « ὁ δὲ θαυμάσια ἡλίκα δημιουργήματα κατὰ τε (...)
  • 28 Ibid., p. 174 (V, 9, 2) : « Ἀνθέμιος δὲ ἦν οὗτος ἐκεῖνος, οὗ δὴ ἀρτίως ἐπεμνήσθην, ὁ ἕκαστα μηχανησ (...)

22En effet, un peu plus haut, Agathias décrit les travaux d’Anthémios comme « des édifices extraordinairement grandioses, répartis dans la ville et de nombreux autres endroits et qui, je pense, même si l’on ne pouvait rien dire d’autre à leur sujet, suffiraient à lui assurer une gloire éternelle tant qu’ils resteront debout et subsisteront »27. La condition établie à la fin de la phrase est essentielle et renvoie à un autre passage, cette fois-ci situé après l’épisode de la querelle où, justement, le dôme de Sainte-Sophie s’effondre après le tremblement de terre de 557. « C’est Anthémios », écrit Agathias, « dont j’avais fait mention précédemment qui l’avait adroitement bâti [μηχανησάμενος] et façonné [δημιουργήσας] »28. La lecture croisée des deux passages est claire : Anthémios n’est pas digne de la gloire éternelle parce que son chef-d’œuvre, la basilique Sainte-Sophie, s’est en partie écroulée après sa mort.

  • 29 Ibid., p. 169 (V, 5, 2) : « Ἀπατεῶνες γὰρ τινες καὶ οἶον θεοπρόποι αὐτόματοι περιφοιτῶντες, ἅττα ἂν (...)
  • 30 Ibid., p. 170 (V, 5, 3) : « Ἄλλοι δὲ ἀστέρων φορὰς καὶ σχήματα ἐκλογιζόμενοι μείζονας ξυμφορὰς καὶ (...)

23La critique d’Agathias face à la fragilité du dôme de Sainte-Sophie, révélée aux yeux de tous par le tremblement de terre de 557, illustre à quel point la μῆτις d’Anthémios est suspecte et superficielle. En jouant à l’apprenti-sorcier avec ses machines à vapeur, il fait preuve d’une prétention intellectuelle malicieuse et déplacée qui cherche à percer à jour les mystères de Dieu. Les machines d’Anthémios sont certes fascinantes, mais elles ne sont que des artifices, des copies, des simulacres des puissances naturelles. Elles impressionnent seulement le profane, celui qui n’est pas capable de discerner le vrai du faux et qui se limite aux comparaisons d’apparences, puisque l’art d’Anthémios est avant tout l’art de créer des imitations (μιμήματα) et des reproductions du réel (εἴδωλα τῶν ὄντων). Les machines et les ouvrages (δημιουργήματα) d’Anthémios n’exercent leur pouvoir que sur l’affect. Ils ne font que plonger les gens dans une confusion ou une panique passagère, comme le pauvre Zénon qui se précipite dans la rue, ou dans une crainte révérencielle, comme le choc du spectateur qui entre pour la première fois dans la Basilique Sainte-Sophie. En ce sens, Anthémios n’est pas mieux que ces « fraudeurs et prophètes autoproclamés qui déambulaient et qui rendaient n’importe quel oracle qui leur plaisait »29 ou « d’autres qui, en faisant des calculs à partir du mouvement des astres et de leur disposition, insinuaient et pointaient vers d’immenses malheurs et un anéantissement commun du monde en une seule nuit »30.

  • 31 Il existe plusieurs similitudes entre le traitement d’Agathias envers Ouranios et Anthémios. D’abor (...)

24On remarque donc que si Agathias s’inspire d’Homère pour expliciter le faux d’action d’Anthémios, il sait puiser, comme tout rhéteur byzantin, dans le corpus platonicien pour exposer le faux de substance de l’architecte. Malgré les siècles qui séparent les deux monuments de la littérature grecque, Agathias entretient avec le poète et le philosophe une relation fusionnelle. Il cite les deux abondamment, parfois même de manière croisée, comme dans un passage où il s’en prend à un des philosophes, Ouranios, qui s’est rendu à la cour de l’empereur perse en pensant que celui-là incarnait un genre de « Roi-Philosophe » des temps modernes31. Il n’est donc pas surprenant que la perception d’Agathias face aux arts mécaniques prenne une coloration homérique d’abord, puis platonicienne. Des passages de textes comme le Gorgias, le Timée et le Parménide illustrent à leurs manières le rapport problématique qu’entretiennent les τέχναι avec la Création du monde, le réel et l’halluciné, la vérité et son reflet, et il se trouve qu’Agathias cite les trois dialogues dans son texte.

  • 32 Ibid., p. 172 (V, 8, 1-2) : « Τούῳ δὴ οὖν πολλῷ τῷ λόγῳ ἐχρῶντο οἱ τὰς ἀναθυμιάσεις καὶ τὰ λιγνυώδη (...)

25Par-là, Agathias démontre sa familiarité avec les textes de Platon et démontre que, contrairement aux sophistes et aux charlatans qu’il condamne sans retenue, il en maîtrise les thèses. Son utilisation du champ platonicien, à travers des mots comme εἴδωλα, μιμήματα et δημιουργήματα, est cohérente et lui permet d’attaquer la μῆτις et la τέχνη d’Anthémios pour ce qu’elle est : un faux par rapport à la substance. C’est là le crime suprême d’Anthémios, illusionniste par profession qui trompe avec des jeux d’ingénierie en donnant l’impression qu’il a décodé les mystères de Dieu ou qui, comme Dieu, se montre capable de plier la volonté de la Nature à la sienne. Ce serait une grave erreur, voire une hérésie, pense Agathias, de penser que la science mécanique mène à l’omniscience et permet de générer la même puissance que le Créateur32 :

Ceux qui expliquent l’origine des séismes par les exhalaisons et les souffles ardents se servaient de ces nombreuses histoires. « L’ingénieur, disaient-ils, ayant discerné la cause [τὴν αἰτίαν] des tremblements de terre, accomplit des choses similaires et, par sa technique [τῇ τέχνῃ], imita la nature » et ils disaient cela, cependant, pas autant qu’ils le croyaient. Il me semble en effet que de tels arguments, inventés de manière élégante, ne sont pas du tout des preuves manifestes de ce qui se passe en réalité.

  • 33 Agathias présente trois fois, dans le même paragraphe de l’extrait cité ci-dessus, les machines d’A (...)

26Agathias n’a pas pu expliciter plus clairement le faux de la substance dont parlait Anna Maria Taragna. L’historien byzantin prend les grands moyens, à la limite de l’acharnement thérapeutique33, pour distinguer les créations d’Anthémios, ces « jeux d’ingénierie », comme il les appelle, de la puissance créatrice et divine. Ce faisant, il emprisonne l’ingénieur et ses machines dans la geôle de la caverne, d’où il n’aurait jamais dû chercher à sortir et où il peut exploiter à loisir son statut de chef artificier.

27Les mots qu’utilise Agathias éclairent sans filtre ce rapprochement qu’il fait entre la machine et la faute. Δημιουργεῖν, τέχνη, μηχανή et μιμήματα sont tous des mots riches nimbés de la double tradition de l’artisanat et de la métaphysique et opposent la création de l’homme à celle de Dieu. En agrémentant son texte de mots à forte connotation platonicienne, Agathias s’aligne sur des siècles de jugement à l’égard des métiers pratiques, importants mais dépréciés, à cause de leur capacité à obscurcir les frontières entre le réel et l’irréel, le possible et l’impossible. La μαθηματικὴ ἐπιστήμη, tangente de la μῆτις, fruit de savoirs cachés ou cryptiques, dissimule derrière les rouages, la vapeur et l’hydraulique, une hubris contre-nature.

  • 34 Un des évaluateurs du présent article a proposé une réflexion judicieuse sur le fait que la véritab (...)
  • 35 Selon M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses…, op. cit. n. 19, p. 294, le concept de μῆτις demeure (...)

28En somme, l’anecdote d’Agathias révèle deux univers intellectuels, le monde des lettres et le monde des chiffres qui, au vie siècle, se côtoient et croisent le fer. Écrivains et μηχανοποιοί n’apparaissent pourtant pas comme deux catégories d’hommes irréconciliables et différents, comme le serait le Romain face aux barbares. Agathias et Anthémios, après tout, se connaissent et aucun passage n’explicite une réelle animosité entre les deux ou ne remet en question l’étendue des connaissances du second en mécanique et en architecture. Je ne pense donc pas que l’on doive voir dans le portrait d’Anthémios une critique personnelle. Tout l’intérêt du passage vient du fait qu’Agathias instrumentalise Anthémios pour promouvoir une réflexion sur la légitimité et la hiérarchisation des savoirs, mais aussi sur les concepts de τέχνη, de μηχανή et de δόλος, qui convergent tous à partir de la μῆτις34. Ce faisant, Agathias explicite des idées d’une impressionnante stabilité dans la littérature grecque35.

29En ce sens, l’utilisation de la poésie homérique et des références platoniciennes sont une riposte d’Agathias aux machines d’Anthémios. Les jeux d’ingénierie d’Anthémios font face aux jeux d’esprit d’Agathias qui, comme le célèbre ingénieur, déploie toute une batterie d’artifices pour briller devant ses pairs et pour l’emporter grâce à l’art d’écrire. Et pourtant, en se montrant thucydidien dans son récit, philosophe dans sa conception des arts mécaniques et des causes des tremblements de terre, homérique dans ses références poétiques, comique dans son propos et ironique quant au sort de la coupole de Sainte-Sophie, Agathias ne fait-il pas, lui aussi, preuve de ce type d’intelligence souple et rusée que l’on nomme μῆτις ?

Haut de page

Notes

1 Agathias, Histoires, éd. R. Keydell, Berlin, De Gruyter, 1967, p. 171 (V, 6, 3) : « Γέγονε δὲ ἄριστος ἐν αὐτοῖς εἰς τὰ μάλιστα καὶ εἰς ἄκρον ἥκων τῆς μαθηματικῆς ἐπιστήμης. » Tous les passages en grec du présent article ont été librement traduits par l’auteur.

2 Voir Procope de Césarée, Procopii Caesariensis opera omnia. IV, éd. G. Wirth et J. Haury, Leipzig, Teubner, 1964, p. 9 (1, 1, 24) : « Ἀνθέμιος δὲ Τραλλιανὸς, ἐπὶ σοφίᾳ τῇ καλουμένῃ μηχανικῇ λογιώτατος, οὐ τῶν κατ’ αὐτὸν μόνον ἁπάντων, ἀλλὰ καὶ τῶν αὐτοῦ προγεγενημένων πολλῷ. »

3 Prokop : Werke / Bauten. Beschreibung der Hagia Sophia, éd. O. Veh, Munich, Heimeran, 1977, p. 320 : « […] ἐπευφήμησε δὲ τέχνην καὶ νόον Ἀνθεμίοιο κεκασμένον ἔμφονι βουλῆι. Κεῖνος ἀνὴρ τὰ πρῶτα θεμείλια πήξατο νηοῦ εὐκαμάτων βουλῆσιν ὑποδρήσσων βασιλήων, δεινὸς ἀνὴρ καὶ κέντρον ἑλεῖν καὶ σκῆμα χαράξαι, ὃς τοίχοις ἐνέηκε τόσον σθένος ὅσσον ἐρίζειν δαίμονος ἀντιβίοιο βαρυτλήτοισιν ἐρωαῖς. » (« Il louangea l’art et l’intelligence, excellente dans sa planification avisée, d’Anthémios. Cet homme-là jeta les premières fondations de l’église, suivant les volontés des empereurs gagnés par de nobles travaux, un homme habile à la fois pour choisir le centre d’un cercle et pour tracer un plan, celui qui injecta dans les murs une si grande force pour combattre les élans intolérables d’un démon chamailleur »).

4 Dans une étude sur les traités arabes portant sur les miroirs ardents, Roshdi Rashed consacre une section entière aux Paradoxes mécaniques d’Anthémios, dont le texte a fait l’objet de deux traductions arabes au ixe siècle. On retrouve son étude et son édition bilingue (française et arabe) du texte de l’architecte byzantin dans Les catoptriciens grecs. 1. Les miroirs ardents, éd. R. Rashed, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 245-321. Un fragment du texte grec d’Anthémios, qui contient quatre problèmes d’optique, a aussi été édité en 1777 dans Fragment d’un ouvrage grec d’Anthémius, sur des Paradoxes de Mécanique, revu & corrigé sur quatre manuscrits, avec une traduction françoise & des notes, éd. M. Dupuy, Paris, Académie royale des Inscriptions & Belles-Lettres, 1777.

5 « Anthemius 2 » dans J.R. Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, t. 3/A, p. 88.

6 Agathias, Histoires, éd. cit. n. 1, p. 170-174 (V, 6, 1 à 8). Plusieurs extraits de ce passage d’Agathias apparaissent aux pages suivantes.

7 Ibid., p. 172 (V, 7, 1) : « Τότε δὴ οὖν ὁ Ἀνθέμιος ὑπὸ τοῦ ἐναντίου ἅτε δικηγόρου καταρρητορευόμενος καὶ οὐχ οἷός τε ὢν τῇ δεινότητι τῶν ῥημάτων ἐκ τῶν ὁμοίων ἀντιφέρεσθαι, ὁ δὲ ἐκ τῆς οἰκείας αὐτὸν ἀντελύπησε τέχνης τρόπῳ τοιῷδε. »

8 Ibid., p. 172 (V, 7, 4-5) : « Ταῦτα δὴ οὖν ἐκ τοῦ ἀφανοῦς καταστησάμενος πῦρ ἐνῆκε σφοδρὸν ὑπὸ τοὺς τῶν λεβήτων πυθμένας καὶ φλόγα ἐξῆψε μεγάλην. Αὐτίκα δὲ τοῦ ὕδατος διαθερομένου καὶ ἀνακαχλάζοντος ἀτμὸς ἐπῆρτο πολὺς καὶ ἀνερριπίζετο παχύς τε καὶ πεπυκνωμένος. Οὐκ ἔχων δὲ ὅτῃ διαχυθείη, ἐπὶ τοὺς αὐλοὺς ἀνεῖρπε καὶ […] ἕως τῇ στέγῃ προσπταίων ἐνδελεχέστατα ἐδόνησεν ἅπασαν καὶ διέσεισεν, ὅσον ὑποτρέμειν ἠρέμα καὶ διατετριγέναι τὰ ξύλα. Οἱ δὲ ἀμφὶ τὸν Ζήνωνα ἐταράττοντο καὶ ἐδείμαινον καὶ ἀμφὶ τὴν λεωφόρον ἐξέπιπτον ποτνιώμενοι καὶ βοῶντες καὶ τῷ δεινῷ καταπεπληγμένοι. »

9 Ibid., p. 172 (V, 7, 5) : « οὐκ εἶχεν ὅ τι καὶ διανοηθείν. Οὔτε γὰρ ἀπιστεῖν ἑαυτῷ οἷος τε ἦν ἐφ’ οἷς ἠπίστατο ἀρτίως γεγενημένοις… » (« Il ne pouvait plus réfléchir à ce qui se passait ni comprendre lui-même les choses qui venaient juste de se produire… »). Il existe tout un champ des émotions associées aux machines d’Anthémios et à ses plus grandes réalisations architecturales. Procope de Césarée, dans son Traité des Édifices, décrit la Basilique Sainte-Sophie comme un monument qui « dépasse l’entendement de ceux qui la regardent et qui paraît complètement incroyable à ceux qui en entendent parler » (1.1.27 : τοῖς μὲν ὁρῶσιν ὑπερφυές, τοῖς δὲ ἀκούουσι παντελῶς ἄπιστον·). Ses proportions apparaissent sans défauts, elle s’élève à une hauteur prodigieuse et son dôme rayonnant commande les hauteurs de Constantinople. L’église brille d’une splendeur si éclatante qu’au lieu de refléter les rayons du soleil, elle semble elle-même source de lumière. Le dôme central, explique Procope, est « comme une demi-lune (μηνοειδές) qui surplombe le tout. Elle soulève la structure avec une multitude d’attaches, merveilleuse par son apparence, mais par l’apparente précarité de sa composition, absolument effrayante, car elle ne semble pas du tout suspendue fermement, mais plutôt léviter dangereusement dans les airs au-dessus de ceux qui sont à l’intérieur » (1.1.33-34 : ὕπερθέν τε μηνοειδές τι αὐτῇ ἕτερον τοῖς προσεχέσι τῆς οἰκοδομίας ἐπῆρται, τῇ μὲν εὐπρεπείᾳ θαυμάσιον, τῷ δὲ σφαλερῷ τῆς συνθέσεως δοκοῦντι εἶναι φοβερὸν ὅλως. Δοκεῖ γάρ πη οὐκ ἐν βεβαίῳ ἐπῃωρῆσθαι, ἀλλ´ ἐπικινδύνως τοῖς ἐνθάδε οὖσι μετεωρίζεσθαι). Dans les deux textes, on navigue entre la crainte révérencielle, l’inquiétude et le doute. Les réalisations d’Anthémios dépassent l’entendement et engourdissent les sens. Elles peuplent le réel et l’halluciné.

10 Ibid., p. 173 (V, 8, 4) : « Δίσκον μὲν γάρ τινα ἐσόπτρου δίκην ἐσκευασμένον καὶ ἠρέμα ὑποκοιλαινόμενον ταῖς τοῦ ἡλίου ἀντερείδων ἀκτῖσιν ἐνεπίμπλα τῆς αἴγλης. Καὶ εἴτα μετάγων ἐφ’ ἕτερα πολλὴν ἀθρόον αὐτῷ κατηκόντιζε λαμπηδόνα, ὡς ἁπάντων ἐφ’ οὒς ἂν φέροιτο ἀμβλύνεσθαι τὰς ὄψεις καὶ σκαρδαμύττειν. Συντρίψεις δέ τινας καὶ άντιτυπίας σωμάτων έπινοῶν βαρυηχοτάτων κτύπους ἀπετέλει σφοδροὺς καὶ βροντώδεις καὶ οἵους έκπλῆξαι τὴν αἴσθησιν. »

11 Ibid., p. 173 (V, 8, 5) : « Ποιητικὰ γὰρ παρώσει ῥημάτια καὶ ἀνεβόα ἐπὶ τῆς συγλήτου βουλῆς ὥσπερ εἰρωνευόμενος, ὡς οὐχ οἷόν τε αὐτῷ μόνῳ γε ὄντι ἀνθρώπῳ κατὰ ταὐτὸν ἅμα πρός τε Δία τὸν ἀστεροπητὴν καὶ ἐρίγδουπον καὶ πρός γε Ποσειδῶνα τὸν ἐννοσίγαιον διαμάχεσθαι. »

12 Ibid., p. 174 (V, 8, 6) : « Καλὰ μὲν οὖν τῆσδε τῆς τέχνης καὶ αὐτὰ δήπου τὰ ἀθύρματα, οὐ μὴν ἀνάγκη τὴν φύσιν ἕπεσθαι τούτοις καὶ ἐξισοῦσθαι. Πλὴν ἀλλ’ ἕκαστος μὲν ἐχέσθω καὶ τῶνδε πέρι ὁποίας ἂν καὶ βούλοιτο γνώμης. »

13 A.-M. Taragna, « Les apparences sont trompeuses : ruse, fiction, et illusion chez George de Pisidie », Doux remède. Poésie et poétique à Byzance. Actes du ive colloque international philologique « ΕΡΜΗΝΕΙΑ » (Paris, 23-24-25 février 2006), éd. P. Odorico, P.A. Agapitos et M. Hinterberger, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2009, p. 121-140, en part. p. 122.

14 Maurice, Stratégikon, éd. G.T. Dennis, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaft, 1981, p. 278 (VIII, 2, 4) : « Ἢ δόλοις ἢ ἐφόδοις ἢ λιμῷ τοὺς πολεμίους βλάπτειν καλόν. » Dans ce cas-ci, le mot δόλος prend son sens antithétique pur de puissance (κράτος), selon une dualité bien attestée dans la littérature grecque.

15 Ibid., p. 278 (VIII, 2, 5) : « Δόλος πολλάκις ὠφέλησεν κατὰ πόλεμον. » Anna Maria Taragna remarque que si le mot δόλος n’a pas de valeur négative dans la poésie homérique (malgré son sens d’appât, de stratagème et d’artifice), il a, peu après la période d’Agathias, une connotation clairement négative. Dans la poésie de George de Pisidie, le δόλος est l’apanage du Diable et des ennemis de Byzance. C’est un glissement assez complet entre son sens homérique (qui peut carrément être positif, comme lorsqu’on l’attribue à Ulysse) et son sens tardo-antique : voir A.-M. Taragna, « Les apparences… », art. cit. n. 13, p. 132.

16 Par exemple, dans Maurice, Stratégikon, éd. cit. n. 14, p. 230 (VII, 1, 45-59) : « Κυνηγίῳ δὲ ἔοικε τὰ τῶν πολέμων. Ὥσπερ γὰρ ἐκεῖ διά τε κατασκόπων καὶ δικτύων καὶ ἐγκρυμμάτων καὶ παρασκόπων καὶ πατακυλώσεων καὶ τοιούτων σοφισμάτων μᾶλλον ἢ δυνάμει ἡ θήρα τούτων περιγίνεται, οὕτως δεῖ καὶ ἐπὶ τῶν πολέμων ἁρμόζεσθαι, εἴτε πρὸς πλείους, εἴτε πρὸς ὀλίγους γίνονται. » (« La guerre est comme la chasse. Échappant aux éclaireurs, aux filets et aux embuscades, la bête sauvage se tire d’affaire en feintant ou en faisant des encerclements, par les connivences davantage que par la force brute. Il nous faut agir de la même manière contre nos ennemis, qu’ils soient supérieurs ou inférieurs en nombre »). Voir aussi ibid., p. 270 (VIII, 1, 7) : « Βουλῇ μᾶλλον καὶ στρατηγία κρατεῖν ἐχθρῶν ἀσφαλὲς καὶ ὠφέλιμον ἥπερ χειρὶ καὶ δυνάμει. Τὸ μὲν γὰρ ἄνευ τῆς ἑαυτοῦ βλάβης, τὸ δὲ μετὰ τινος ζημίας ἔχει τὴν ἔκβασιν. » (« Il est prudent et utile de l’emporter sur l’ennemi par la planification et la stratégie davantage que par la force du bras. Les premières ne présentent aucun risque pour soi-même, mais la seconde demande un prix à payer »).

17 A.-M. Taragna, « Les apparences… », art. cit. n. 13, p. 122.

18 Voir Théophane le Confesseur, Chronographia, éd. C. de Boor, Leipzig, Teubner, 1883, p. 354 (AM 6165) : « Τότε Καλλίνικος ἀρχιτέκτων ἀπὸ Ἡλιουπόλεως Συρίας προσφυγὼν τοῖς Ῥωμαίοις πῦρ θαλάσσιον κατασκευάσας τὰ τῶν Ἀράβων σκάφη ἐνέπρησε καὶ σύμψυχα κατέκαυσεν. Καὶ οὕτως οἱ Ῥωμαῖοι μετὰ νίκης ὑπέστρεψαν καὶ τὸ θαλάσσιον πῦρ εὗρον. » (« Alors Kallinikos, architecte d’Héliopolis en Syrie, ayant fui chez les Romains et fabriqué un feu maritime, incendia les navires des Arabes et passa aux flammes leurs équipages. Et ainsi, les Romains retrouvèrent la victoire et acquirent le feu maritime »). Théophane accrédite la paternité du feu grégeois, utilisé pour la première fois pendant la bataille de Cyzique et dans la foulée des grands conflits arabo-byzantins des années 670, à l’architecte (ἀρχιτέκτων) Kallinikos d’Héliopolis. L’extrait parle moins que le contexte : Théophane inscrit l’arrivée véritablement providentielle du feu grégeois au milieu d’un conflit cataclysmique et apocalyptique entre islam et christianisme. Le renversement du sort de la guerre (c’est le sens de μετὰ νίκης ὑπέστρεψαν) est attribué à la Providence, c’est la Providence qui permet aux Romains de mettre la main sur la technologie à feu, véritable instrument de rétribution divine. Théophane, donc, bien loin du regard d’Agathias face à Anthémios, propose une sorte d’apologie de la technologie lorsque celle-ci s’inscrit dans la grande lutte eschatologique pour le salut des Romains.

19 M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence : la mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974, p. 10.

20 Le passage fait l’objet d’une étude ibid., p. 17-31. Il existe plusieurs similitudes entre l’épisode de la course de char du chant XXIII, mentionnée ci-dessus, et l’extrait d’Agathias. D’abord, les trames narratives concordent entre des présumés gagnants (Ménélas et Zénon) et perdants (Antiloque et Anthémios). Les perdants n’ont aucune chance de gagner à la loyale et doivent utiliser l’audace, les artifices, et les manœuvres obliques pour l’emporter. Leur victoire est cependant vide ou éphémère puisque le poids du jugement moral finit par les rattraper.

21 Agathias n’est pas le seul à avoir tracé le parallèle avec le roi d’Ithaque. Voir, par exemple, Paul le Silentiaire dans sa Description de Sainte-Sophie, Prokop… , éd. cit. n. 3, p. 334 : « […] Ἀνθέμιος πολυμήχανος… δὲ σὺν αὐτῷ πάνσοφον Ἰσιόδωρος ἔχων νόον » (« Anthémios au génie inventif… et avec lui Isidore à l’âme tout à fait sage »). Πολυμήχανος est une épithète-signature d’Ulysse dans l’Odyssée. Le cheval de Troie, comme le filet d’Héphaïstos et les machines d’Anthémios, sont des δόλοι, c’est-à-dire des objets servant à tromper, des pièges et des appâts, des ruses et des artifices.

22 Homère, Iliad, éd. D.B. Monro et T.W. Allen, Oxford, Oxford University Press, 1920, t. 2, p. 245 (XXIII, 309-318) : « Οἶσθα γὰρ εὖ περὶ τέρμαθ’ ἑλισσέμεν: ἀλλὰ τοι ἵπποι βάρδιστοι θείειν: τώ τ’ οἴω λοίγι’ ἔσεσθαι. Τῶν δ’ ἵπποι μὲν ἔασιν ἀφάρτεροι, οὐδὲ μὲν αὐτοὶ πλείονα ἴσασιν σέθεν αὐτοῦ μητίσασθαι. Ἀλλ’ ἄγε δὴ σὺ φίλος μῆτιν ἐμβάλλεο θυμῷ παντοίην, ἵνα μή σε παρεκπροφύγῃσιν ἄεθλα. Μήτι τοι δρυτόμος μέγ’ ἀμείνων ἠὲ βίηφι : μήτι δ’ αὖτε κυβερνήτης ἐνὶ οἴνοπι πόντῳ νῆα θοὴν ἰθύνει ἐρεχθομένην ἀνέμοισι: μήτι δ’ ἡνίοχος περιγίγνεται ἡνιόχοιο. »

23 Ibid., t. 2, p. 245 (XIII, 346-348) : « οὐδ’ εἴ κεν μετόπισθεν Ἁρίονα δῖον ἐλαύνοι Ἀδρήστου ταχὺν ἵππον, ὃς ἐκ θεόφιν γένος ἦεν, ἢ τοὺς Λαομέδοντος οἳ ἐνθάδε γ’ ἔτραφεν ἐσθλοί. »

24 La manœuvre d’Antiloque est en quelque sorte une queue de poisson et M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses…, op. cit. n. 19, p. 19, n. 10 la définissent comme une mèkhanè.

25 Ibid., p. 19 : « Pour banal que l’épisode puisse paraître, il met cependant en lumière certains des caractères essentiels de la mètis. Et d’abord l’opposition entre l’emploi de la force et le recours à la mètis. Dans toute situation d’affrontement ou de compétition, […] le succès peut être obtenu par deux voies. Ou bien par une supériorité de ‘puissance’ dans le domaine où la lutte se déroule, le plus fort remportant la victoire. Ou bien par une l’utilisation de procédés d’un autre ordre, dont l’effet est précisément de fausser les résultats de l’épreuve et de faire triompher celui qu’on pouvait tenir à coup sûr pour battu. »

26 La référence m’apparaît encore moins innocente qu’elle n’en a l’air. Zénon compare Anthémios à Zeus et Poséidon pour leur capacité à déclencher, tous, des tremblements de terre. Cela dit, Zeus et Poséidon apparaissent aussi au tout début de l’épisode des jeux hippiques d’Antiloque, avant le passage à la note précédente sur les vertus cachées de la μῆτις. On dit en effet que Zeus et Poséidon se sont épris d’affection pour Antiloque et qu’ils lui ont appris l’art de l’équitation. La mention des deux divinités anciennes dans le texte d’Agathias enclave donc Anthémios dans l’imaginaire homérique de la μῆτις et doit être vu comme une critique directe de ce genre de science. Voir l’adéquation entre la comparaison que fait Zénon entre Anthémios et Poséidon (« καὶ πρός γε Ποσειδῶνα τὸν ἐννοσίγαιον διαμάχεσθαι ») et ce passage de l’Iliade (XXIII, 581-585) où Ménélas condamne la victoire par stratagème d’Antiloque : « Ἀντιλοχ’ εἰ δ’ ἄγε δεῦρο διοτρεφές, ἣ θέμις ἐστί, στὰς ἵππων προπάροιθε καὶ ἄρματος, αὐτὰρ ἱμάσθλην χερσὶν ἔχε ῥαδινήν, ᾗ περ τὸ πρόσθεν ἔλαυνες, ἵππων ἀψάμενος γαιήοχον ἐννοσίγαιον ὄμνυθι μὴ ἑκὼν τὸ ἐμὸν δόλῳ ἄρμα πεδῆσαι » (« Allez, Antiloque! Viens ici, nourrisson de Zeus, et comme selon la coutume, tiens-toi devant tes chevaux et ton char, mais ait dans ta main le souple fouet avec lequel tu as conduit, tantôt, agrippé à tes chevaux, et jure l’Ébranleur du sol et le Maître de la terre [Poséidon] que tu n’as pas entravé, par une machination et volontairement, mon propre char »).

27 Agathias, Histoires, éd. cit. n. 1, p. 171 (V, 6, 6) : « ὁ δὲ θαυμάσια ἡλίκα δημιουργήματα κατὰ τε τὴν πὀλιν καὶ ἄλλοθι πολλαχοῦ τεκτηνάμενος, ἅπερ οἶμαι, εἰ καὶ μηδὲν ὁτιουν περὶ αὐτῶν λέγοιτο πλὴν ἀποχρήσει οἱ ἐς ἀείμνηστον δόξαν, ἔστ’ ἂν ἑστήκοι καὶ σῴζοιτο. »

28 Ibid., p. 174 (V, 9, 2) : « Ἀνθέμιος δὲ ἦν οὗτος ἐκεῖνος, οὗ δὴ ἀρτίως ἐπεμνήσθην, ὁ ἕκαστα μηχανησάμενος καὶ δημιουργήσας ». À noter que μηχανά-ομαι a le double sens de « fabriquer avec adresse » et de « machiner, tramer de mauvais desseins ».

29 Ibid., p. 169 (V, 5, 2) : « Ἀπατεῶνες γὰρ τινες καὶ οἶον θεοπρόποι αὐτόματοι περιφοιτῶντες, ἅττα ἂν ἐδόκει αὐτοῖς, ἐχρησῴδουν… ».

30 Ibid., p. 170 (V, 5, 3) : « Ἄλλοι δὲ ἀστέρων φορὰς καὶ σχήματα ἐκλογιζόμενοι μείζονας ξυμφορὰς καὶ κοινὴν μονονουχὶ ἀνατροπὴν τῶν πραγμάτων παρεδήλουν καὶ ὑπῃνίττοντο. »

31 Il existe plusieurs similitudes entre le traitement d’Agathias envers Ouranios et Anthémios. D’abord, Agathias utilise des références homériques et platoniciennes pour discréditer les deux hommes. Il présente Ouranios en II, 29, 6 (ibid., p. 79) comme « le Thersite chez Homère, il criaillait et ne cessait de tenir de longs discours » (ὁ παρ’ Ὁμήρῳ Θερσίτης, ἐκολῴα καὶ μακρηγορῶν οὐκ ἀνίει) et écrit en II, 30, 1 (ibid., p. 79-80) : « Ouranios ne disait jamais rien de pertinent ni n’avait à l’esprit la cause [des choses]. Parce qu’il était le seul à être en surconfiance et que c’était lui qui déblatérait le plus, il remportait la victoire ‘ignorant parmi les ignorants’, comme Socrate le disait quelque part dans le Gorgias » (« Τότε δὴ οὖν ὁ Οὐρανιος καίριον μὲν οὐδὲν ὁτιοῦν ἔλεγεν οὐδέ γε τὴν ἀρχὴν διενοεῖτο. Μόνῳ δὲ τῷ θρασύς τε εἶναι καὶ στωμυλώτατος, καθα που φησὶν ὁ ἐν Γοργίᾳ Σωκράτης “οὐκ εἰδὼς ἐν οὐκ εἰδόσιν” ἐνίκα »). Ensuite, Agathias décrit Ouranios comme un bouffon stupide (« ὁ βώμαξ ἐκεῖνος καὶ ἔμπληκτος ») et comme un homme faux et un charlatan (« ἀπατεὼν καὶ κόθορνος »). Tout comme Anthémios, Ouranios est détenteur d’une τέχνη problématique, dans ce cas-ci la sophistique, qui lui permet d’apparaître intelligent alors qu’il ne l’est pas. Il est, en ce sens, plus vil encore qu’Anthémios puisque l’ingénieur est réellement un maître dans l’art mécanique alors qu’Ouranios est un ignorant. Le recours au Gorgias pour condamner la sophistique d’Ouranios est donc judicieux. Enfin, il est possible qu’Agathias et Ouranios se soient rencontrés dans les librairies jonchant le Portique impérial. L’entièreté de l’extrait apporte une nuance bienvenue dans le texte d’Agathias. Il permet de démontrer qu’Agathias n’est pas aveuglément hostile aux sciences, aux mathématiques, aux arts mécaniques et favorable à la rhétorique. Il se montre, en fait, l’ennemi de tous les hommes qui font commerce des sciences du faux, c’est-à-dire celles qui engourdissent les sens, créent de la confusion et de la stupeur, impressionnent les foules et brouillent les chemins du vrai.

32 Ibid., p. 172 (V, 8, 1-2) : « Τούῳ δὴ οὖν πολλῷ τῷ λόγῳ ἐχρῶντο οἱ τὰς ἀναθυμιάσεις καὶ τὰ λιγνυώδη πνεύματα γένεσιν τῶν σεισμῶν ἀποκαλοῦντες. “Καὶ γὰρ ὁ μηχανοποιὸς” ἔφασαν “τὴν αἰτίαν διαγνούς, ὅθεν τὴν γῆν κινεῖσθαι ξυμβαίνει, παραπλήσια ἔδρασε καὶ τῇ τέχνῃ τὴν φύσιν ἀπεμιμήσατο.” Καὶ ἔλεγον μέν τι, οὐ μέντοι γε ὅσον ᾤοντο. Ἐμοὶ γὰρ τὰ τοιαῦτα πιθανὰ μὲν εἶναι δοκεῖ καὶ κομφότερόν πως ἐξευρημένα, οὔπω δὲ ἐναργῆ γνωρίσματα τῶν ὡς ἀληθῶς γιγνομένων. »

33 Agathias présente trois fois, dans le même paragraphe de l’extrait cité ci-dessus, les machines d’Anthémios comme des imitations différentes par leur essence de la Nature.

34 Un des évaluateurs du présent article a proposé une réflexion judicieuse sur le fait que la véritable opposition entre Agathias et Anthémios serait plutôt de nature ‘politique’ et reflèterait un jeu de pouvoir à la cour de Justinien, centré autour d’intérêts divergents ou bien de débats sur le rôle de la Nature et de Dieu. Cette piste m’apparaît tout à fait pertinente et révèle la riche complexité des réseaux littéraires et politiques byzantins au vie siècle.

35 Selon M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses…, op. cit. n. 19, p. 294, le concept de μῆτις demeure constant entre la poésie homérique et l’époque de Marc-Aurèle : « d’Homère à Oppien, l’intelligence pratique et rusée, sous toutes ses formes, constitue une donnée permanente du monde grec ». Cet article permettrait d’arrimer la haute époque byzantine au constat que font les deux auteurs et de confirmer le fait qu’au vie siècle encore, la μῆτις apparaît avec toute la richesse et la complexité que lui ont octroyés une quinzaine de siècles de littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Tremblay, « La μῆτις de l’ingénieur et l’artifice de l’architecte : Anthémios de Tralles et la notion de faux chez Agathias le Scholastique »Memini [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 202, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/memini/2166 ; DOI : https://doi.org/10.4000/memini.2166

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search