Navigation – Plan du site
Art et expérience esthétique dans la littérature du Moyen Âge

« Parler art » en France autour de 1400 : l’expérience esthétique selon Jean Froissart et Michel Pintoin

Michele Tomasi

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Notes de l'auteur

Je tiens à remercier vivement Noémie Chardonnens, Philippe Lorentz et Géraldine Toniutti, ainsi que les lecteurs anonymes de Memini, pour leurs relectures attentives de cet article.

Texte intégral

  • 1 P. Tucoo-Chala, « Froissart dans le Midi Pyrénéen », Froissart : Historian, éd. J. J. N. Palmer, Wo (...)
  • 2 Jean Froissart, Chroniques. Livres III et IV, texte présenté, établi et commenté par P. Ainsworth e (...)
  • 3 Ibid., livre III, chapitre 7, p. 120. Ce passage est commenté, dans un esprit différent, par M. Zin (...)
  • 4 Jean Froissart, Chroniques…, op. cit. n. 2, livre III, chapitre 7, p. 121. La scène a été illustrée (...)

1En 1388, pendant son célèbre voyage en Béarn1, alors qu’il se dirige vers Palaminy en compagnie de son guide Espan de Lion, Jean Froissart s’arrête dans une ville qu’il appelle « Casseres » et que les commentateurs modernes proposent d’identifier soit avec Cazères-sur-Garonne, soit avec Cazères-sur-l’Adour.2 Pendant que les valets s’affairent à préparer le repas, Espan de Lion propose à l’écrivain : « Messire Jehan, alons veoir la ville ».3 Celui-ci accepte et les deux compagnons rejoignent la porte urbaine tournée vers Palaminy, où un pan des remparts montre les traces des travaux de réparation qui s’étaient avérés nécessaires quelques années auparavant, après l’ouverture d’une brèche pendant une bataille. La restauration est bien perceptible aux yeux des deux hommes : « vous veez bien que il [le pan restauré] est plus nuef que li autre ? », dit Espan à l’auteur.4

2Ce passage est instructif sous plusieurs points de vue. D’une part, il témoigne d’un intérêt, sinon pour la beauté de la ville, du moins pour son bâti, dans la mesure où celui-ci est chargé d’une histoire dont il porte les traces. D’autre part, il met en scène des hommes qui sont capables d’interpréter la matérialité de ce bâti, en identifiant des interventions différentes. Certes, il ne faut pas surestimer l’objectivité de Froissart dans la description de son expérience béarnaise, y compris en ce qui concerne la représentation littéraire des lieux. Comme l’a écrit George T. Diller,

  • 5 G. T. Diller, « Froissart’s 1389 Travel to Béarn… », op. cit. n. 1, p. 53-54.

Though Froissart records with reasonable accuracy the sequence of towns and places through which he passed, individual, real details of those towns and the country merit recognition in his text only in the most limited terms […]. But Froissart is not interested here in familiar space ; to reach Orthez and the romance universe of Meliador, his voyage must lead through the undefinable dangers of quest adventure.5

  • 6 « L’historiographie déclare au contraire [scil. du roman] l’existence d’une réalité extérieure. Ell (...)
  • 7 Il serait trop long ici d’expliquer pourquoi et en quel sens Froissart peut être considéré un témoi (...)
  • 8 Chronique du Religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. L.-Fr.  (...)

3Il n’en reste pas moins que le passage cité ci-dessus garde sa valeur, car ce qui est en jeu ici n’est pas la réalité des remparts de Cazères, mais bien plus la vraisemblance de l’attitude et des compétences que le texte attribue à ses personnages. Le genre même de la chronique implique en effet que ce qui est relaté apparaisse crédible au moins, voire même vrai, aux yeux du lecteur.6 Dans une réflexion sur les rapports entre art et expérience esthétique au Moyen Âge, le témoignage de Froissart mérite donc d’être pris en compte : il peut en effet nous renseigner, comme nous venons de le voir, sur les comportements de ses contemporains vis-à-vis des créations que nous définirions comme artistiques. 7 Ses affirmations peuvent par ailleurs être utilement complétées par celles de l’autre grand chroniqueur de ces temps troublés dans le royaume de France, le moine dionysien Michel Pintoin.8

  • 9 P. O. Kristeller, « The Modern System of the Arts : A Study in the History of Aesthetics », Journal (...)
  • 10 « Surtout dans le domaine si délicat et si complexe de l’histoire des mentalités, hors de l’histoir (...)

4Dans les pages qui suivent, je propose de prendre en compte quelques passages de ces deux auteurs, afin de comprendre comment ils peuvent nous éclairer sur l’expérience esthétique de leurs contemporains. Je vais d’abord m’attacher à montrer qu’une appréciation esthétique assez sophistiquée peut se porter sur des types d’objets qui ne rentrent pas aisément dans le système des arts tel qu’il a été progressivement défini à partir de la Renaissance et qui domine encore largement aujourd’hui.9 J’analyserai ensuite les critères qui dirigent ce type d’appréciation, en portant mon attention sur les mots qui révèlent ces catégories de jugement.10 Je terminerai enfin par un examen des termes qui expriment comment les spectateurs réagissent face à des œuvres admirables.

1. Des hiérarchies différentes

1.1. La beauté d’une flotte, d’une armée, d’un campement 

  • 11 Chronique du Religieux, op. cit. n. 7, vol. V, p. 364.
  • 12 Voir From Minor to Major. The Place of Minor Arts in Medieval Art History, éd. C. Hourihane, Philad (...)
  • 13 Sur l’importance des arts éphémères dans un contexte proche, voir B. Franke, « Feste, Turniere und (...)
  • 14 Comme l’observait déjà J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, 2002, p. 411 (éd. orig. n (...)

5Les techniques qui se sont imposées comme les plus nobles depuis la Renaissance, telles la peinture ou la sculpture, ne sont pas celles qui retiennent le plus souvent l’attention de nos chroniqueurs : Michel Pintoin, dans le récit qu’il fait de quarante années de règne de Charles VI, ne mentionne qu’une dizaine de fois des œuvres picturales – et le décompte comprend aussi la fois où l’auteur évoque la représentation d’armoiries sculptées et peintes sur des murs d’enceinte11, un type de tâche que jusqu’à il y a quelques dizaines d’années on aurait considéré indigne d’un artiste. Froissart et Pintoin nous obligent pourtant à remettre en question ces a priori, dont l’anachronisme est de mieux en mieux et de plus en plus souvent reconnu par les historiens de l’art.12 Alors que le “grand” art de la peinture ne suscite que rarement des commentaires, nos auteurs se montrent bien davantage bavards sur les qualités d’autres créations visuelles qui relèvent, elles, plus du domaine des arts éphémères – un secteur dont, une fois de plus, les spécialistes ont progressivement perçu l’importance cruciale dans des temps relativement récents.13 C’est ainsi que Jean Froissart montre une sensibilité aiguë pour le spectacle qu’offrent une escadre prête à prendre le large, une armée parée pour le combat ou un campement fastueusement installé14.

6Prenons un épisode que le chroniqueur hennuyer relate pour l’année 1350 : des marchands ibériques s’apprêtent à quitter le port de l’Écluse avec des navires chargés de marchandises de prix. Cette flotte est décrite dans des termes enthousiastes :

  • 15 Jean Froissart, Chroniques. Livres I et II, éditions et textes présentés et commentés par P. Ainswo (...)

Et estoient quarante grosses nefs tout d’un train, si fortes et si belles que plaisant les faisoit veoir et regarder […]. Là estoient encores sus ces mas ces estramières armoiiés et ensegnies de leurs ensengnes qui baulioient au vent et venteloient et freteloient : c’estoit grans biautés dou veoir et imaginer.15

7Une description aussi enflammée de la beauté de bateaux ornés n’est nullement exceptionnelle sous la plume de l’écrivain. Voici comment il évoque les navires rassemblés dans le port de Gênes pour une expédition contre la ville forte d’Afrique (al-Mahdiyya), en 1390 :

  • 16 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 13, p. 461. Pour cette expédition, co (...)

Grant biaulté et grant plaisance fu à veoir l’ordonnance du departement, comment ces banieres, ces penons et ces estramieres armoiés bien et richement des armes des seigneurs ventelloient au vent et resplendissoient au soleil, et de oÿr ces trompettes et ces claronchiaulx retentir et bondir et aultres menestrelz faire leur mestier de pipes et de chalmelles et de nacquaines, tant que du son et de la voix qui en yssoient la mer en retentissoit toute.16

  • 17 Cf. A. Varvaro, La tragédie de l’histoire. La dernière œuvre de Jean Froissart, Paris, Classiques G (...)
  • 18 Jean le Bel, Chronique, éd. J. Viard et E. Déprez, 2 vol., Paris, Renouard, 1904-1905. Cf. N. Chare (...)
  • 19 Je ne peux affronter ici de manière systématique la question de savoir si et comment Froissart sera (...)
  • 20 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, Paris, Renouard, 1874, vol. V, livre I, chapitre 456, p. 1 (...)
  • 21 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, Paris, Renouard, 1876, vol. VI, livre I, chapitre 535, p. (...)

8Que ce deuxième passage appartienne au quatrième livre des Chroniques, qui, avec le troisième, est bien plus “personnel” que les deux premiers17, montre bien que Froissart était particulièrement attentif à un spectacle de ce type – sans doute aussi parce qu’il savait que ses lecteurs auraient partagé sa réaction. Il est d’ailleurs significatif à cet égard que les remarques sur la splendeur de la flotte espagnole ne se trouvent pas dans la Chronique de Jean le Bel, que l’écrivain valenciennois suit par ailleurs de manière souvent fidèle et parfois littérale pour le récit des événements des années 1325 à 1356.18 On peut même aller plus loin et remarquer que, sans avoir procédé à une lecture intégrale de Jean le Bel, en effectuant des recherches par mots-clés, je n’ai pas pu trouver dans ses pages de passages comparables à ceux que je viens de citer.19 S’il était en revanche besoin de confirmer encore quel regard porte Froissart sur de telles exhibitions, il serait aisé de multiplier les exemples ; j’en donne encore juste deux. En 1359, le duc de Lancastre se dirigeant vers Calais rencontre le roi d’Angleterre accompagné d’une « grant multitude de gens d’armes » qui étaient « si richement armés et parés que c’estoit merveilles et grans deduis au regarder les armes luisans, leurs banières ventelans, leurs conrois par ordene le petit pas chevauçant ; ne on n’i sewist riens amender »20 ; lorsque des forces anglo-bretonnes se préparent à affronter les Franco-Bretons dans la bataille d’Auray, en 1364, l’écrivain commente : « si vous di que c’estoit moult belle chose à veoir et à considerer, car on y veoit banières, pennons parés et armoiiés de tous costés moult richement ».21

9Si nous considérons dans leur ensemble ces extraits froissardiens, nous pouvons constater que ce qui frappe l’auteur est avant tout le chatoiement des drapeaux, pennons et autres pavillons armoriés, dont l’éclat est encore accru par leur mouvement. Comme il arrive souvent, la séduction exercée par les arts éphémères s’avère en partie déterminée par la création de ce que l’on pourrait appeler une expérience multi-sensorielle – dans le cas de l’expédition au départ de Gênes, la musique contribue à la fascination du spectateur qui est alors aussi auditeur.

  • 22 Froissart : Historian, op. cit. n. 1 ; P. Ainsworth, Jean Froissart and the Fabric of History. Trut (...)

10Les travaux récents ont définitivement renoncé à l’image qui a longtemps eu cours d’un Froissart qui aurait été un chroniqueur naïf, superficiel, sensible uniquement aux aspects anecdotiques de la réalité.22 Que ces passages ne sont pas le simple produit de l’émerveillement presqu’enfantin d’un auteur dépourvu de profondeur est par ailleurs confirmé par le fait qu’une même attitude est manifestée par un chroniqueur dont on n’a jamais mis en doute le sérieux et la gravité, à savoir Michel Pintoin. Prenons un passage où le moine dionysien restitue le discours que Philippe d’Artevelde aurait tenu aux Gantois en 1381, après la victoire sur Louis de Mâle et avant de marcher sur Bruges. Le tribun (car tel il est aux yeux de l’auteur) évoque pour ses auditeurs le faste de l’armée française, alliée du comte de Flandre, faste censé impressionner les adversaires mais qui se révèlera vain face au courage des habitants de Gand :

  • 23 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre II, chapitre V, vol. I, p. 114.

Acies eorum [scil. Francorum] armis fulgidis splendebit, cristatis galeis, tunicis quoque auro, argento et coloribus perpictis ; notus nobis diu est hic insignium virorum apparatus, et inde non horrendi sunt.23

11De manière similaire, lorsqu’en 1388 Charles VI se prépare à accueillir le duc de Gueldre qui vient se soumettre à lui, le chroniqueur, en décrivant la mise en scène préparée, qui se voulait digne de la « regni magnificencia », insiste encore une fois sur la brillance des métaux et sur l’intensité et la variété des couleurs comme moyens d’exhiber le rang et la puissance :

  • 24 Ibid., livre IX, chapitre VIII, vol. I, p. 546.

Sub tentorio bissino aureis liliis circumtexto rex in armis refulgentibus tunc resedit, post se scutiferum habens galeam alte tenentem deauratam, pari statu circumstantibus patruis, propinquis ejus ac electissimis regni principibus.24

  • 25 Pour ces questions, il suffira ici de renvoyer aux travaux classiques d’É. De Bruyne, Études d’esth (...)
  • 26 A. Martindale, The Rise of the Artist in the Middle Ages and Early Renaissance, Londres, Thames and (...)
  • 27 Pour ce retable, ainsi que pour celui dit de la Crucifixion, et pour l’implication de Broederlam da (...)
  • 28 Pour les sources, cf. Ch. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art da (...)

12Cette appréciation pour l’éclat de l’or et de l’argent, du chatoiement des couleurs, s’inscrit bien entendu dans une tendance de fond de l’esthétique médiévale qui a été souvent et bien décrite par ailleurs et sur laquelle il n’y a donc pas lieu de revenir ici.25 Il faut en revanche souligner qu’elle s’ancre tout autant, voire davantage, dans un contexte social et culturel précis. Le regard des chroniqueurs sur ces déploiements de magnificence est en effet aiguisé par le fait que dans la société de cour contemporaine la mise en scène du pouvoir est un enjeu majeur. On peut en prendre pour preuve le fait, bien connu des historiens de l’art, que les princes de l’époque sont prêts à investir des sommes considérables dans la production de ces bannières, pennons et autres décors armoriés qui captivèrent en effet Froissart et Pintoin, en confiant leur exécution aux meilleurs artistes qui étaient à leur disposition.26 Melchior Broederlam (doc. 1381-1410), plus connu aujourd’hui pour les volets peints du Retable des Saints et Martyrs du Musée des Beaux-Arts de Dijon, provenant de la Chartreuse de Champmol27, fut chargé par le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, en préparation d’une expédition contre l’Angleterre, en 1386, de fabriquer la voile de la nef ducale ; en collaboration avec Henri de Leaubrugne, brodeur et bourgeois de Bruges, il dut aussi produire alors, entre autres, quatre étendards, plusieurs bannières et pennons ornés d’armoiries et de devises, ainsi que pas moins de « 3 000 pannonceaulx à la devise de Mgr. ».28 Une commande similaire fut passée au même artiste six ans plus tard, à la veille de la fatidique campagne de Bretagne qui allait déclencher la première crise de folie de Charles VI :

  • 29 Ch. Dehaisnes, Documents et extraits divers, op. cit. n. 28, p. 697.

A Melchior Broederlam, paintre et varlet de monseigneur, pour la façon d’un millier de penonciaus a la devise de mondit seigneur, I estandart de bature et VI petis penonciaus de satin pour les lances de mondit seigneur, pour porter avec li en l’armee ou il aloit en la compaignie du Roy nostre sire sur les marches de Bretaingne, par mandement donné a Chartres le XXVe jour d’aoust l’an mccciiiixx et douze, VIXX fr.29

  • 30 Ibid., p. 740.
  • 31 Ibid., p. 599. Pour la carrière du célèbre Jean de Beaumetz, cf. F. Joubert, « Beaumetz, Jean de », (...)
  • 32 Idem.
  • 33 « La culture chevaleresque et son impact sur la mise en scène et l’ostentation ont drainé une bonne (...)

13On pourrait encore citer les 86 francs 4 sols parisis versés à Broederlam en 1395, en prévision d’une campagne en Frise, pour deux étendards de satin et plusieurs « petits pingnons » et « pingnons de lance » à la devise du duc30, mais il est plus utile d’attirer l’attention sur le fait que le cas du peintre d’Ypres est loin d’être unique. Ainsi, en 1383-1384, le duc Philippe le Hardi rémunère Colart de Laon (doc. 1377-1411), et Jean de Beaumetz (doc. 1361-1396), pour l’exécution de plusieurs pennons et pennonceaux à ses armes.31 Le duc de Bourgogne n’est pas non plus, de ce point de vue du moins, un commanditaire exceptionnel : le même Colart de Laon exécute des tâches analogues tout au long de sa carrière, pour le roi Charles VI ainsi que pour d’autres princes.32 L’importance de ce pan éphémère de la production artistique se reflète aussi, comme l’a à juste titre rappelé Philippe Lorentz, dans le fait qu’aux xive et xve siècles, dans plusieurs villes françaises, les peintres font partie d’une même corporation que les selliers, car justement la création de harnois, selles, boucliers, gonfanons, bannières, étendards, pennons, et autres objets similaires était l’une des tâches les plus fréquentes et les plus prestigieuses pour les deux catégories d’artisans.33 Si l’on en croit Froissart, elle pouvait également être l’une des plus rentables : lors des préparatifs pour l’expédition française contre l’Angleterre pour laquelle Philippe le Hardi fit appel à Broederlam,

  • 34 Jean Froissart, Chroniques, éd. L. Mirot et A. Mirot, Paris, Klincksieck, 1957, vol. XII, livre III (...)

tous s’efforçoient les grans seigneurs les ungs pour les autres à faire grandes provisions et à jolier et quointier leurs nefs et leurs vaissiaux, et à ensongnier et armoier de leurs parures et armes, et vous di que paintres y eurent trop bien leur temps. Il gaingnoient ce que demender ilz voloient ; encores n’en povoit-on recouvrer.34

  • 35 Londres, British Library, ms. Harley 4379, f. 60v. Pour une présentation succincte du manuscrit, la (...)
  • 36 Londres, British Library, ms. Royal 18 E I, f. 103v. Cf. http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.a (...)

14Ainsi, l’attention portée par Froissart et Pintoin à ce type d’œuvres se laisse aisément replacer dans un contexte où celles-ci étaient fortement valorisées par leurs commanditaires, qui appartenaient d’ailleurs au milieu que les deux chroniqueurs mettent au cœur de leurs récits, et qui en étaient aussi le public privilégié. L’illustration de quelques manuscrits anciens des Chroniques froissardiennes est d’ailleurs symptomatique de la sensibilité des lecteurs pour cette forme d’ostentation : des nefs somptueusement parées de bannières, étendards, écussons armoriés sont ainsi peintes dans l’exemplaire du texte ayant appartenu à Philippe de Commynes, enluminé à Bruges entre 1470 et 1472, dans une miniature montrant justement l’expédition des Français en Barbarie (fig. 1)35, ou dans celui qui appartint à William, premier baron de Hastings, chambellan d’Édouard IV d’Angleterre, également d’origine brugeoise, dans la miniature représentant l’envoi de renforts anglais au duc de Bretagne (fig. 2).36 Écrivains et enlumineurs répondent ainsi à une même attente de leurs destinataires.

Figure 1

Figure 1

La flotte française partant pour la Barbarie, Jean Froissart, Chroniques, Bruges, v. 1470-1472, Londres, British Library, ms. Harley 4379, f. 60v.

Figure 2

Figure 2

La flotte anglaise portant secours au duc de Bretagne, Jean Froissart, Chroniques, Flandre, dernier quart du xve siècle (avant 1483), Londres, British Library, ms. Royal 18 E I, f. 103v.

1.2. La sensibilité pour les textiles

  • 37 Pour l’association de ces notions avec le satin, voir le témoignage de Chaucer que cite E. Coatswor (...)
  • 38 Une fois encore, cette sensibilité pourrait être rattachée à une tendance de longue durée dans l’es (...)

15Les parements décorés par Beaumetz ou Broederlam étaient fabriqués en mettant en œuvre des matières premières précieuses, comme l’or ou des tissus de qualité : les comptes de la maison de Bourgogne mentionnent l’utilisation à cet effet non seulement de serge (un tissu de laine normalement employé pour des textiles d’ameublement), mais aussi de satin – un tissu de soie que l’on associait souvent aux notions de richesse et d’exotisme.37 Les textiles jouaient un rôle majeur dans l’expression du statut social, et il n’est donc pas surprenant que nos chroniqueurs, toujours sensibles aux marqueurs du rang, fassent preuve d’une extrême précision lorsqu’ils évoquent cette catégorie de produits.38

16Il n’est peut-être guère étonnant que le religieux de Saint-Denis désigne par le menu des détails de mode, en particulier lorsqu’il s’agit de fustiger des usages novateurs qui suscitent sa censure, car ils sont signe d’une vanité mondaine contraire à ses valeurs, et même susceptible parfois de mener à la catastrophe. Ainsi, à la veille de la tragique bataille de Nicopolis, qui allait se solder par la déroute des chrétiens face aux troupes de Bayezid Ier, les nobles français ne se préparaient point au combat ; en revanche

  • 39 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XVII, chapitre XXIV, vol. II, p. 496. Pour une fine an (...)

cotidianas visitaciones et salutaciones invicem curialiter persolvebant, in vestimentis recentibus fimbriatis et manicatis superflue, et unde plus hostes captivi mirabantur, semper calciamenta rostrata longitudinis duorum pedum et quandoque amplius defferebant ; que repprehensibilis dissolucio inter nobiles, et specialiter Francie, tunc vigebat.39

17Le goût de la nouveauté (les habits « recentes »), les franges, les manches d’une ampleur démesurée, les chaussures à la poulaine sont ici observés avec pertinence. La condamnation de telles modes ne devait pas être rare dans les milieux religieux : Michel Pintoin ne se prive pas de rapporter les reproches formulés par le frère augustin Jacques Legrand lorsqu’il prêcha devant le roi et la reine à l’Ascension 1405, afin d’encourager une réforme des mœurs à la cour. Le prédicateur aurait ainsi fustigé les excès vestimentaires des princes :

  • 40 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XXVI, chapitre VII, t. III, p. 272.

Summa, inquit, ingenuitas hiis temporibus reputatur balnea frequentare luxuriose vivendo, et indui preciosis, loricatis, fimbriatis et manicatis vestibus ; et cum tibi eciam commune sit, dico quod simile est te induere de substancia, lacrimis et gemitibus miserrime plebis, que continue, quod compaciendo referimus, ad summum regem ascendunt, pro injusticiis sibi factis.40

18Même si le ton est réprobateur, le passage témoigne d’une observation attentive des habits de la noblesse. Froissart est un scrutateur tout aussi pénétrant de ces aspects. Lorsqu’il évoque la présence d’Édouard III sur le navire amiral de la flotte anglaise qui allait attaquer les marchands espagnols dont il était question plus haut, il en esquisse l’image avec une remarquable précision en ce qui concerne les détails vestimentaires :

  • 41 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 12, livre I, chapitre 324, p. 671.

Si se tenoit li rois d’Engleterre ou chief de sa nef, vestis d’un noir jake de velviel ; et portoit sus son chief un noir capelet de bevènes, qui moult bien li seoit.41

  • 42 Pour le jaque, cf. R. Moffat, « Jack », Encyclopedia of Dress and Textiles, op. cit. n. 37, p. 292- (...)
  • 43 Pour la fourrure de castor et sa valeur à cette époque, cf. M. Hayward, « Beaver Fur », ibid., p. 6 (...)

19Notons l’exactitude des remarques : l’écrivain indique que le souverain portait un jaque42, un habit de combattant, court, serré, rembourré, dont la valeur était déterminée par la qualité du revêtement (ici un velours noir), et un couvre-chef de fourrure de castor – un bien suffisamment rare pour être digne d’un roi.43

20Le chroniqueur hennuyer sait bien que ses lecteurs sont de fins connaisseurs des codes de la mode et des textiles, à tel point qu’il en arrive à mentionner nommément les lieux de production de certains tissus, puisque l’origine était garantie de leur qualité. Ainsi, lorsqu’il narre le comportement des soldats français après la soumission d’Ypres en 1382, il relate :

  • 44 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre II, chapitre 82, p. 911.

Quant le roy de France et tout son ost orent esté logié à leur plaisir sur le mont d’Ipre, et que on y avoit tenu plusieurs marchiés et vendu grant plenté de butin à ceux de Lille, de Douay, d’Artois, de Tournay et à tous ceulx qui acheter les vouloient, et donnèrent un drap de Wery, de Messins, de Popringue et de Commines pour un franc – on estoit là revestu à trop bon marchié – aucuns Bretons et autres pillars qui vouloient plus gaignier, s’acompagnoient ensemble et chargièrent sur chars et sur chevaux leurs draps, nappes, toilles, or, argent monnoié ou en vaisselle, puis l’envoièrent en sauf lieu oultre le Lis, ou par leurs varlés en France.44

  • 45 Pour une analyse littéraire de l’épisode de Mérigot Marchès, voir P. Ainsworth, Jean Froissart and (...)

21Pareille notation n’est pas isolée. En racontant la chute imminente du pillard Mérigot Marchès45, en 1390, Froissart lui fait prononcer un discours dans lequel il rappelle à ses complices le temps où il leur était aisé d’agresser les nantis pour leur dérober leurs biens :

  • 46 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 14, p. 469. Pour l’usage du discours (...)

Comment estions nous resjoïs quant nous chevaulchions à l’aventure et nous pouyons trouver sur les champs ung riche abbé ou ung riche prieur ou ung riche marchant ou une route de mulles de Montpellier, de Nerbone, de Limous, de Fongas, de Beziers, de Carcassonne et de Thoulouse, chargiés de draps de Brouxelles ou de Moustier Viller et de pelleterie venans de foir au Lendit ou d’especeries venans de Bruges ou de draps de soye de Damas ou d’Alixandre !46

  • 47 J. H. Munro, « Medieval Woolens : the Western European Woolen Industries and their Struggles for In (...)
  • 48 F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città del (...)
  • 49 S. Abraham-Thisse, « Le commerce des draps de Flandre en Europe du Nord : faut-il encore parler du (...)
  • 50 J.-L. Roch, Un autre monde du travail : La draperie en Normandie au Moyen Âge, Rouen, Presses Unive (...)
  • 51 S. Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne. Costume et dis (...)

22Pour l’auteur et son public, il n’y a pas lieu de parler de tissus de manière générale, sans les désigner de manière plus précise : leur compétence dans le domaine est si développée que pour que le récit soit concret et évocateur il faut dire d’où ces draps viennent. Les lecteurs percevaient aussi à quel point un drap de Wervicq vendu à un florin était bon marché, car ils en connaissaient la valeur normale. Pour comparaison, nous pouvons rappeler que dans les années 1360 ces tissus étaient commercialisés à Pise au prix moyen de 27,16 florins pièce, ce qui correspondait à environ 140 jours de salaire pour les maçons londoniens les mieux payés de l’époque.47 Wervicq et les autres centres de la vallée de la Lys exportaient alors leurs draps de laine de bonne facture tant vers le nord de l’Europe que dans le bassin méditerranéen.48 Messines, Poperinge et Commines sont bien présents dans les livres des comptes des grands marchands germaniques, de l’ordre teutonique et des villes hanséatiques à la fin du xive et tout au long du xve siècle. La draperie flamande domine même ces marchés jusqu’au début du xve siècle, avant d’être dépassée par les exportations hennuyères. En Prusse-Pologne, les draps de Flandre, parmi lesquels les Commines, Messines et Poperinge figurent toujours en bonne place, restent « synonyme de qualité ».49 Les draps de Montivilliers, que Marchès cite à côté des épices exotiques ou des soies damascènes, étaient aussi très prisés, et la petite ville près de Harfleur fut l’un des cinq foyers de production drapière les plus importants en Normandie, à la fin du Moyen Âge.50 Ces mêmes tissus de laine, « véritablement luxueux », sont ceux qui atteignent les prix les plus élevés dans la comptabilité des achats de la maison de Bourgogne sous Philippe le Bon.51 Les meilleurs draps européens pouvaient même servir de cadeau de prestige pour des puissants étrangers. Froissart raconte que le duc de Milan Jean Galéas Visconti gardait des très bons rapports avec le sultan Bayezid Ier

  • 52 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 50, p. 560. Pour une analyse de l’ima (...)

et lui envoioit tous les ans dons et presens de chiens et d’oiseaulx ou de draps ou de fines lainnes et toilles de Rains, qui sont moult plaisans aux payens et sarazins, car ilz n’en ont nulz ne nulles, se ilz ne viennent de noz parties.52

  • 53 Pour le don à la cour à cette époque, cf. B. Buettner, « Past Presents : New Year’s Gifts at the Va (...)
  • 54 C. L. Kingsford, « Two Forfeitures in the Year of Agincourt », Archaeologia, 70, 1920, p. 71-100, e (...)

23Qu’une toile de Reims puisse être considérée l’équivalent d’un chien ou d’un oiseau – de chasse, bien entendu – est signe de l’appréciation qu’elle pouvait susciter.53 Ces hiérarchies sont encore une fois confirmées par les sources d’archives contemporaines. Lorsqu’en 1415 Henri V d’Angleterre s’empare des biens de certains personnages haut placés accusés de trahison, on rédige des inventaires des saisies : dans celui d’Henry le Scrope, les draps de plus haute qualité parmi ceux mentionnés sont les lins rémois, suivis des lins de Champagne.54

2. Les critères d’appréciation et les mots pour les dire

  • 55 Toute étude du lexique froissardien doit s’appuyer sur J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dan (...)
  • 56 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 21, p. 107.
  • 57 Ibid., livre I, chapitre 39, p. 140.
  • 58 Ibid., livre I, chapitre 44, p. 154 ; la tournure revient identique, dans un contexte très similair (...)
  • 59 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 350.
  • 60 Ibid., livre IV, chapitre 46, p. 515.
  • 61 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 70, p. 206.
  • 62 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 51, p. 598, 603.
  • 63 Ibid., livre IV, chapitre 55, p. 643.
  • 64 B. Guenée, « Michel Pintoin. Sa vie, son œuvre », Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, vol. I, p. (...)
  • 65 Pour l’intérêt que Froissart et Pintoin portent à l’orfèvrerie, je me permets de renvoyer à M. Toma (...)
  • 66 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 256, p. 541.
  • 67 Ibid., livre I, chapitre 291, p. 599.
  • 68 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 58, p. 677. Je rappelle au passage qu (...)

24Les chroniqueurs nous permettent ainsi de percevoir à quel point les tissus étaient parmi les créations artistiques, au sens large du terme, les plus appréciées dans la société de cour qui est leur référence. Comment ces écrivains expriment-ils cette appréciation ? Au prime abord, leur lexique peut paraître insatisfaisant en raison d’une apparente standardisation.55 Ainsi, on constate aisément que pour Froissart les objets précieux, et notamment les pièces d’orfèvrerie, sont assez systématiquement décrits comme « beaux » et/ou « riches » : « grant fusion de biaus jeuiaus et riches »56, « biaus jeuiaus et riches »57, « grans dons et biaus jeuiaus »58, « chapiaulx d’or bons et riches »59, « grant foison d’aultrex biaulx joiaulx »60. Dans une variante, le chroniqueur peut parfois avoir recours à l’adjectif « noble » : « la couronne d’or moult riche et moult noble »61, « grans presens, nobles et riches, de vaisselle d’or et d’argent et de toutes nouvelles choses », « drechoir couvert de noble vaisselle et de grant richesse »62, « ung rubis noble et riche »63. Il se peut que, comme cela a été observé pour le religieux de Saint-Denis64, ces tournures soient pour ainsi dire dans la plume de l’auteur, et qu’elles soient utilisées afin de simplifier et d’accélérer la rédaction d’un ouvrage d’une longueur exceptionnelle. Mais, mis à part le fait que les formules récurrentes semblent moins fréquentes chez Froissart que chez Pintoin, le caractère topique de ces syntagmes en trahit la nature de catégories interprétatives profondément enracinées chez l’auteur. Il faut donc prendre les mots au sérieux, et constater au moins deux faits : d’abord, que ces adjectifs élogieux s’appliquent le plus souvent à des objets précieux – des pièces d’orfèvrerie ou des tissus65 ; ensuite, que la valeur matérielle est de toute évidence un critère majeur d’appréciation des œuvres. En ce sens, on notera qu’un autre adjectif exprimant un jugement positif sur une œuvre est « chier » : « or et argent et chiers jeuiaulz »66. Le chroniqueur n’hésite pas à donner aussi le prix d’une œuvre : « de dons et de jeuiaulz qui bien valoient mil florins »67, « une nef de fin or, tres noble et tres riche, et estoit bien du pris et valeur de .XX.m ducas »68.

  • 69 Une discussion détaillée de ces termes alourdirait encore ce long article ; je renvoie donc juste à (...)
  • 70 J’élabore ici, d’un point de vue différent, des observations que j’avais déjà avancées dans M. Toma (...)
  • 71 Ibid., livre I, chapitre I, vol. I, p. 16.
  • 72 Ibid., livre I, chapitre V, vol. I, p. 42.
  • 73 Ibid., livre II, chapitre I, vol. I, p. 80. Les exemples pourraient être aisément multipliés.
  • 74 Pour ce topos, voir J. Bialostocki, « Ars auro gemmisque prior » (1967), Id., The Message of Images (...)
  • 75 M. Baxandall, Les humanistes à la découverte de la composition en peinture, 1350-1450, Paris, Seuil (...)

25Michel Pintoin semble partager un système de valeurs analogue, dans la mesure où il attache aussi une grande importance, dans l’évaluation des œuvres, à leur coût. Il utilise souvent, pour dire que des œuvres sont remarquables, les expressions inestimabilis valoris, preciosus, sumptuosus.69 Mais le fait qu’il écrit en latin l’amène à déployer des grilles de lecture en partie différentes. Ainsi, il a souvent recours à des variantes du mot ovidien materiam superabat opus, qu’il cite même explicitement une fois.70 Dans de multiples passages, il articule son appréciation de certaines créations sur la base d’une structure binaire dérivée de ce modèle classique et contraste le prix des matières premières avec les mérites de l’exécution. Il cite alors « vasa, jocalia tam artificio quam materia summe commendabilia »71, « vasis preciosis […] tam operis elegancia quam dignitate materie penitus excedentibus »72, « muneris in auro et preciosis lapidibus, tam pretio quam dignitate incomparabilibus »73, et ainsi de suite. De nouveau, ni la répétitivité ni l’emprunt à un topos ancien ne sont indice d’un manque d’intérêt.74 Preuve en est que, de manière parfaitement réfléchie et cohérente, Michel Pintoin applique le binôme ars et materia uniquement à des objets d’orfèvrerie – à une exception près. Il se montre ainsi fidèle à l’origine même du cliché qui avait été utilisé par Ovide déjà pour une œuvre en métal précieux. Au fond donc, comme pour Froissart, pour le religieux aussi le prix est une composante majeure de l’expérience esthétique, puisque pour que l’artifice de l’artiste puisse se manifester il faut au départ une matière précieuse. Néanmoins, le fait que des attitudes proches trouvent une expression dissemblable chez les deux chroniqueurs confirme ce que Michael Baxandall avait déjà montré de manière magistrale dans une étude pionnière sur le lexique de l’appréciation esthétique des premiers humanistes : les termes que l’on emploie, la langue dans laquelle on s’exprime structurent la perception même de la réalité.75

  • 76 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 59, p. 696. L’épisode de Céphalonie e (...)
  • 77 É. De Bruyne, Études d’esthétique médiévale, op. cit. n. 25, vol. I, p. 454-455.
  • 78 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XXI, chapitre X, vol. II, p. 780.
  • 79 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XXVII, chapitre XIII, vol. III, p. 436.
  • 80 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 53, p. 631.
  • 81 Ibid., livre IV, chapitre 53, p. 633.
  • 82 Ibid., livre IV, chapitre 1, p. 359.
  • 83 Dictionnaire du Moyen Français (DMF 2015), http://www.atilf.fr/dmf, ATILF – CNRS & Université de Lo (...)
  • 84 Je renvoie aux exemples fournis ibid., tirés de l’inventaire du roi Charles V datant de 1380.
  • 85 Les exemples cités ibid. suggèrent que le terme est couramment appliqué aux tissus dès la première (...)

26La valeur matérielle n’est toutefois pas le seul critère de jugement des chroniqueurs. On peut en effet observer le recours à d’autres termes qui expriment l’admiration pour la maîtrise des artisans. Froissart dit par exemple des femmes de Céphalonie qu’elles « oeuvrent d’ouvrages de la main et tissent et font les draps de soie si soubtilz et si bien que nulz ouvrages, tant que de telz choses, n’est pareil au leur ».76 La célébration de la subtilitas est un autre trait de fond de l’esthétique médiévale.77 Dans ce cas, latin et français expriment exactement de la même manière une approche identique. Le moine dionysien relate ainsi que Jean de Berry commanda, pour l’offrir à Saint-Denis, un bras reliquaire de saint Benoît qui devait être produit « subtiliter »78, ou observe qu’une mitre reliquaire du trésor abbatial était « ex auro subtiliter obseratam ».79 On aura remarqué qu’une fois de plus ce sont les textiles et les pièces orfévrées qui retiennent l’intérêt des deux auteurs. L’importance de ces types d’artefacts est telle que les chroniqueurs utilisent parfois pour en parler un lexique bien plus précis et spécifique. En parlant de tissus prisés, Froissart les qualifie par exemple non seulement de « fins », mais aussi de « déliés » : « fines blances toilles delies de Rains »80, « fines toilles de Rains, blanches et deliés »81, « d’une delie crespe de soye »82. L’usage de cet adjectif, dans le sens de « doux au toucher », comme le suggère le Dictionnaire du Moyen Français83, confirme une fois encore la proximité de l’écrivain avec son public, puisque le terme est régulièrement appliqué à des tissus de haute qualité dans les inventaires princiers de l’époque.84 Ici Froissart semble donc emprunter un adjectif au langage couramment utilisé dans le contexte contemporain pour exprimer une qualité majeure des produits, en intégrant un terme qui appartint d’abord au lexique technique et non au lexique littéraire.85

  • 86 En 1389, Charles VI fait son entrée à Paris « indutus veste serico, que per totum interlucentibus e (...)
  • 87 Pour le concept de varietas, voir récemment M. Carruthers, The Experience of Beauty in the Middle A (...)
  • 88 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XVII, chapitre XII, vol. II, p. 450.
  • 89 Ailleurs, il peut admirer des ornements d’autel « margaritarum varietate auroque contexta » (ibid., (...)
  • 90 Ibid., vol. IV, p. 58.
  • 91 Ibid., vol. I, p. 402.

27La situation est en partie différente pour le chroniqueur dionysien qui dispose d’un vocabulaire très varié, puisqu’il écrit en latin. Pintoin a recours en effet à une panoplie de mots pour exprimer les mérites de certaines œuvres. Ces termes peuvent être aisément classés en quelques grandes catégories qui sont cruciales dans l’esthétique médiévale. Il y a d’abord le champ lexical de la luminosité, que j’ai déjà évoqué plus haut, et auquel il est aisé de reconduire des adjectifs comme interlucens ou refulgens et des verbes comme refulgere et splendere.86 Tout aussi importante est la terminologie afférente au concept de varietas87 : le religieux célèbre ainsi les pièces du trousseau de la jeune Isabelle de France, destinée à épouser Richard II d’Angleterre : « qui eciam variis coloris ac diversi generis ornamenta, in quibus et sericis aurum intexerent, et que multiformis picture varietatem interlucentes gemme illustrarent. »88 En deux lignes, l’écrivain utilise les adjectifs varius, diversus, multiformis et le substantif varietas.89 Une dernière notion à laquelle Pintoin fait souvent appel est celle de convenance, selon laquelle une œuvre, pour être admirable, doit correspondre au rang, au statut du personnage auquel elle est associée. Dans ce domaine, nous avons déjà rencontré le binôme, formulaire chez lui, de « operis elegancia et dignitate materie » ; nous pouvons aussi constater la fréquence du mot decor : le château de Pierrefonds, que fit construire le duc d’Orléans, « amplitudine, miro decore et inusitato artificio cetera regionis superaret »90, alors que l’abbé de Saint-Denis nouvellement élu fait fabriquer une châsse reliquaire « ad decorem ecclesaie ».91

3. Art et émotions

  • 92 J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur(...)
  • 93 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre X, chapitre I, vol. I, p. 588.
  • 94 Ibid., livre XXXII, chapitre XXI, vol. IV, p. 522. J’ai traité plus en détail l’ensemble des observ (...)

28Les œuvres qui méritent d’être évoquées par ces termes ne laissent clairement pas indifférents ni nos chroniqueurs, ni leur public. Nous pouvons donc nous demander, pour terminer, quelles réactions elles suscitent. Froissart et Pintoin ne manquent pas de suggérer quelles émotions le spectacle des œuvres induit dans l’esprit des observateurs. Les termes renvoient ici essentiellement au champ lexical du plaisir.92 Le terme technique utilisé par le religieux de Saint-Denis est gratus : lors de l’adoubement du roi de Sicile Louis et de son frère Charles, en 1389, à Saint-Denis, une salle est ornée de tapisseries « que ab introeuntibus grato amplectabantur intuitu ».93 D’une manière similaire, le décor de la grande salle de l’hôtel de Bicêtre, appartenant à Jean de Berry, « oculis introeuncium grato blandiebatur aspectu ».94

  • 95 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 358.
  • 96 J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur(...)
  • 97 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 52, p. 617-618.
  • 98 Ibid., livre IV, chapitre 53, p. 631. Noter l’usage du terme « esbatement », qui est aussi techniqu (...)
  • 99 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 58, p. 677. C’est la même nef citée p (...)
  • 100 Sur l’usage du mot « plaisance » pour parler du plaisir esthétique, autour de 1400, voir aussi l’ar (...)
  • 101 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 20, livre I, chapitre 535, p. 157. Pour la famille lexicale (...)

29Le chroniqueur valenciennois dispose, dans ce cas, d’une terminologie plus variée que le moine dionysien. Ainsi, des tapisseries qui ornent une salle en charpente installée dans la cour de l’hôtel Saint-Pol lors de l’entrée d’Isabeau de Bavière à Paris, en 1389, il peut écrire que l’on les « veoit moult volontiers ».95 Selon Jacqueline Picoche, « volentiers » dans les Chroniques « apparaît comme l’adverbe correspondant à la famille de plaire, dont il constitue en somme une variante syntaxique ».96 Le plus souvent, Froissart parle du plaisir suscité par l’observation d’une œuvre. Ainsi, après la défaite de Nicopolis, en 1396, le sultan Bayezid Ier s’arrête devant la tente du roi de Hongrie, dans le camp des vaincus, « laquelle estoit belle et bien aournee de biaulx aournemens et paremens, où le dit Amourath prist grant plaisance au regarder ».97 Une fois la catastrophe connue en France, le roi et son conseil décident d’adresser des dons au même prince turc, afin de s’assurer de sa bienveillance ; un chevalier français ayant longuement séjourné à sa cour, Jacques de Helly, explique que le sultan « prendroit grant plaisance à veoir draps de haultes lices », c’est-à-dire des tapisseries ; à son avis, le seigneur turc et son entourage « prendroient en nouvelles choses leurs esbatements et leurs plaisances ».98 Le roi de Chypre souhaite aussi faciliter la libération des otages chrétiens et fait pour cela exécuter une nef d’or à offrir à Bayezid Ier, laquelle était « tant belle et bien ouvree que grande plaisance estoit à regarder ».99 Si « plaisance » est le substantif le plus couramment employé par l’écrivain100, celui-ci peut avoir recours à des synonymes : par exemple, lors de la bataille d’Auray, lorsqu’il admire la scène des deux armées prêtes au combat, Froissart précise que « par especial li François estoient si souffissamment et si faiticement que c’estoit uns grans deduis dou regarder ».101

  • 102 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 157, p. 379. Pour l’épisode d’Édouard (...)
  • 103 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre II, chapitre 35, p. 794. Pour le lexique de la «  (...)

30Une autre émotion que suscitent les œuvres est l’émerveillement : pendant la campagne d’Écosse, en 1341-1342, Édouard III est accueilli par la comtesse de Salisbury, qui vint à sa rencontre « si richement vestie et atournée que cescuns s’esmerveilloit ».102 Dans un esprit analogue, lors du couronnement de Charles VI en 1380, « les hauls barons du royaume de France » assistaient à la cérémonie « vestuz et parez si richement que merveilles ».103 Six ans plus tard, le même souverain projetait, on l’a vu, une expédition en Angleterre ; les préparatifs pour la flotte battaient leur plein :

  • 104 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 34, vol. XII, livre III, chapitre 105, p. 12. Je n’insiste (...)

on faisoit pennons, estranners de cendal, si belles que merveilles seroit au penser. On poindoit les mas des nefs du fons jusques au comble, et couvroit-on les pluseurs, pour mieulx montrer richesce et puissance, de feuilles de fin or, et dessus on y faisoit peindre les armoiries des seigneurs ausquelz les nefs estoient.104

  • 105 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre X, chapitre I, vol. I, p. 588 (c’est le même passage c (...)
  • 106 Ibid., livre XVIII, chapitre VIII, vol. II, p. 562. Pour un autre exemple, voir aussi le texte cité (...)

31Quoique moins fréquemment, Michel Pintoin emploie parfois lui aussi des termes appartenant à la même famille lexicale : il peut ainsi célébrer la « textura mirabili auro et serico mixta » de telles tapisseries105, ou relater que l’ambassadeur constantinopolitain, à son départ de la cour de France, fut comblé « auro, vasis sumptuosis, tam materia quam artificio admiracione dignis, olosericis quoque mire extimacionis ».106

  • 107 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 355. Pour l’usage du dressoir à (...)
  • 108 En général, sur le traitement de cet épisode par Froissart, voir B. Ribémont, « L’entrée d’Isabeau (...)

32Je ne m’attarde pas sur des émotions moins nobles que les œuvres pouvaient susciter – et que le chroniqueur mentionne parfois aussi, comme lorsque Froissart observe que lors du banquet pour l’entrée d’Isabeau de Bavière à Paris, dans la salle était installé « le drechoir du roy grant, bel et bien paré de vaisselle d’or et d’argent et bien couvoitié de plusieurs qui ce jour le virent ».107 Je termine en revanche sur un passage plus intéressant, toujours tiré de la longue description de cette même entrée (fig. 3).108

Entrée d’Isabeau de Bavière à ParisChroniques

33Le chroniqueur est frappé par la quantité et la qualité de textiles alors suspendus dans la rue Saint-Denis :

  • 109 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 352.

Et toutes les maisons à deux costez de la grant rue Saint Denis jusques en Chastelet, voire jusques au Grant Pont de Paris, estoient parees et vestues de draps de haultes lices de diverses histoires dont la grant plaisance et oubliance estoit au veoir.109

  • 110 Voir le lexique en ligne des Chroniques de Froissart établi par Jacqueline Picoche, sub voce : http (...)
  • 111 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 33, vol. XII, livre III, chapitre 103, p. 5.

34Le mot « plaisance » nous est désormais familier, mais le mot « oubliance » est plus inattendu. À la base, il s’agit là tout simplement d’un synonyme de « oubli ».110 Mais on ne peut pas se satisfaire de ce simple constat si l’on veut saisir le sens de cet extrait. De quel oubli parlerait-on, en effet ? Je crois qu’il s’agit de l’oubli de soi-même : le spectateur est alors tellement séduit par l’œuvre qu’il en arrive à s’oublier, ou du moins à oublier tout le reste. Un deuxième passage vient confirmer cette interprétation. Il concerne encore une fois les préparatifs pour l’expédition de 1386 contre l’Angleterre, dont l’écrivain nous dit : « Sachiez que l’oubliance du veoir et la plaisance du considerer y estoit si grande que, qui eust eu les fievres ou le mal de dens, il eust perdu la maladie pour aller de l’un à l’autre ».111 C’est un état psychologique qui n’est pas totalement inconnu à l’époque médiévale, comme en témoigne un texte sensiblement plus ancien. Il s’agit des Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, et notamment d’un passage concernant l’évêque Guillaume de Passavant, qui siégea de 1145 à 1187. Ce prélat fit construire dans le palais épiscopal une chapelle ornée de peintures qui charmaient non seulement le regard, mais encore l’esprit des observateurs, à tel point qu’ils en arrivaient à oublier leurs occupations :

  • 112 V. Mortet et P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condit (...)

que, etsi prima manu artificis nichilominus pulcrius resplenderet, imagines tamen ibi picte, ingenio ammirabili viventium speciebus expressius conformate, non solum oculos, sed etiam intellectum depredantes, intuitus eorum in se adeo convertebant ut ipsi suarum occupationum obliti in eis delectarentur.112

35Je ne suggère bien entendu pas ici un lien direct entre ces deux textes – il n’y a pas de raison de supposer que Froissart aurait lu les annales des évêques manceaux. Mais, même s’il m’est impossible pour l’instant de donner d’autres exemples de cette attitude, et de retracer la tradition littéraire d’une telle image, il semble clair que l’esprit des deux textes est identique.

36Il faut donc travailler encore sur le lexique de Froissart – et de Pintoin – au sujet des arts. J’espère néanmoins avoir montré dans ces pages que lire leurs chroniques pour mieux comprendre comment les aristocrates de leur temps parlent d’œuvres artistiques est un exercice fructueux. Les deux écrivains nous permettent de cerner avec plus de pertinence quelles créations suscitaient l’admiration des contemporains, mais ils nous révèlent aussi quelles réactions la contemplation des objets pouvait susciter. La précision, la richesse et la complexité de leur lexique pour « parler art » est à elle seule la preuve du fait que le sujet était sérieux, pour leurs lecteurs tout autant que pour eux-mêmes en tant qu’écrivains.

Haut de page

Notes

1 P. Tucoo-Chala, « Froissart dans le Midi Pyrénéen », Froissart : Historian, éd. J. J. N. Palmer, Woodbridge, The Boydell Press, 1981, p. 118-131 ; G. T. Diller, « Froissart’s 1389 Travel to Béarn. A Voyage Narration to the Center of the Chroniques », Froissart Across the Genres, éd. D. Maddox et S. Sturm-Maddox, Gainesville, University Press of Florida, 1998, p. 50-60 ; Froissart à la cour de Béarn : l’écrivain, les arts et le pouvoir, éd. V. Fasseur, Turnhout, Brepols, 2009 (Texte, Codex & Contexte, VII).

2 Jean Froissart, Chroniques. Livres III et IV, texte présenté, établi et commenté par P. Ainsworth et A. Varvaro, Paris, Le Livre de Poche, 2004 (Lettres gothiques), p. 120, n. 3.

3 Ibid., livre III, chapitre 7, p. 120. Ce passage est commenté, dans un esprit différent, par M. Zink, Froissart et le temps, Paris, PUF, 1998, p. 70-71.

4 Jean Froissart, Chroniques…, op. cit. n. 2, livre III, chapitre 7, p. 121. La scène a été illustrée dans l’une des plus célèbres copies enluminées des Chroniques, celle dite de Breslau, qui fut exécutée pour Antoine de Bourgogne à Bruges en 1468-1469 : Berlin, Staatsbibliothek, dépôt Breslau I, ms. Rehdiger 1–4, ms. 3, f. 11r. L’enluminure est reproduite comme frontispice dans F. S. Shears, Froissart Chronicler and Poet, Londres, Routledge, 1930.

5 G. T. Diller, « Froissart’s 1389 Travel to Béarn… », op. cit. n. 1, p. 53-54.

6 « L’historiographie déclare au contraire [scil. du roman] l’existence d’une réalité extérieure. Elle se réfère à autre chose que le texte » : P. Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p. 248.

7 Il serait trop long ici d’expliquer pourquoi et en quel sens Froissart peut être considéré un témoin fiable des attitudes de cette noblesse qu’il admirait tant. J’ai abordé plus en détail ces questions dans mon mémoire inédit présenté en septembre 2017 à l’Université Paris-Sorbonne en vue d’obtenir l’habilitation à diriger des recherches, intitulé : Écrire l’art en France au temps de Charles V et Charles VI. Le témoignage des chroniqueur, garant M. Philippe Lorentz. Cet article offre quelques résultats préliminaires de ce travail. Je me permets de renvoyer aussi à un article précédent sur des questions proches : « Entre “estat tenir” et “esbatement” : l’orfèvrerie selon les chroniqueurs français sous les règnes de Charles V et Charles VI », Orfèvrerie gothique en Europe : production et réception, éd. É. Antoine-König et M. Tomasi, Rome, Viella, 2016 (Études lausannoises d’histoire de l’art, 21), p. 125-141.

8 Chronique du Religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, éd. L.-Fr. Bellaguet, réimpression par les soins et avec une préface de B. Guenée, 6 vols en 3 tomes, Paris, Éditions du CTHS, 1994. Sur ce texte et son auteur, on verra au moins B. Guenée, Un roi et son historien : vingt études sur le règne de Charles VI et la « Chronique du religieux de Saint-Denis », Paris, De Boccard, 1999.

9 P. O. Kristeller, « The Modern System of the Arts : A Study in the History of Aesthetics », Journal of the History of Ideas, 12, 1951, p. 496-527 et 13, 1952, p. 17-46. Pour la (très) lente remise en discussion de ce système voir B. Buettner, « Toward a Historiography of the Sumptuous Arts », A Companion to Medieval Art : Romanesque and Gothic in Northern Europe, éd. C. Rudolph, Oxford, Blackwell, 2006, p. 466-487.

10 « Surtout dans le domaine si délicat et si complexe de l’histoire des mentalités, hors de l’histoire des mots, il n’y a point de salut » : B. Guenée, « État et nation en France au Moyen Âge », Revue Historique, 237, 1967, p. 17-30, ici p. 17.

11 Chronique du Religieux, op. cit. n. 7, vol. V, p. 364.

12 Voir From Minor to Major. The Place of Minor Arts in Medieval Art History, éd. C. Hourihane, Philadelphie, Penn State University Press, 2012 (Index of Christian Art. Occasional Papers, XIV).

13 Sur l’importance des arts éphémères dans un contexte proche, voir B. Franke, « Feste, Turniere und städtische Einzüge », Die Kunst der burgundischen Niederlande. Eine Einführung, éd. B. Franke et B. Welzel, Berlin, Reimer, 1997, p. 65-84.

14 Comme l’observait déjà J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, 2002, p. 411 (éd. orig. néerlandaise Haarlem, Tjeenk Willink, 1919).

15 Jean Froissart, Chroniques. Livres I et II, éditions et textes présentés et commentés par P. Ainsworth et G. T. Diller, Paris, Le Livre de Poche, 2001 (Lettres gothiques), livre I, chapitre 324, p. 670.

16 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 13, p. 461. Pour cette expédition, connue comme le “voyage de Barbarie”, voir M.-T. de Medeiros, Hommes, terres et histoire des confins. Les marges méridionales et orientales de la Chrétienté dans les Chroniques de Froissart, Paris, Honoré Champion, 2003 (Essais sur le Moyen Âge, 30), p. 245-270.

17 Cf. A. Varvaro, La tragédie de l’histoire. La dernière œuvre de Jean Froissart, Paris, Classiques Garnier, 2011 (Recherches littéraires médiévales, 8).

18 Jean le Bel, Chronique, éd. J. Viard et E. Déprez, 2 vol., Paris, Renouard, 1904-1905. Cf. N. Chareyron, Jean le Bel. Le maître de Froissart, grand imagier de la guerre de Cent Ans, Bruxelles, De Broeck-Université, 1996 (Bibliothèque du Moyen Âge, 7).

19 Je ne peux affronter ici de manière systématique la question de savoir si et comment Froissart serait redevable, en ce qui concerne sa sensibilité aux arts, au modèle de Jean le Bel. De même, il m’est impossible de traiter du problème d’une éventuelle mutation de l’attitude du chroniqueur au fil des réécritures constantes et enchevêtrées du premier livre de ses Chroniques. Pour des mises au point succinctes sur la question délicate de la chronologie et des rapports réciproques des différentes rédactions des Chroniques, je me borne à renvoyer à deux notices récentes de dictionnaire : M. Jones, « Froissart, Jean », Oxford Dictionary of National Biography, éd. H. C. G. Matthew et B. Harrison, Oxford, Oxford University Press, 2004, vol. 21, p. 57-60 et P. Ainsworth, « Froissart, Jean », Encyclopedia of Medieval Chronicle, éd. G. Dunphy, Leyde/Boston, Brill, 2010, vol. I, p. 642-645.

20 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, Paris, Renouard, 1874, vol. V, livre I, chapitre 456, p. 195.

21 Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, Paris, Renouard, 1876, vol. VI, livre I, chapitre 535, p. 157.

22 Froissart : Historian, op. cit. n. 1 ; P. Ainsworth, Jean Froissart and the Fabric of History. Truth, Myth and Fiction in the Chroniques, Oxford, Clarendon Press, 1990 ; M. Zink, Froissart et le temps, op. cit. n. 3 ; A. Varvaro, La tragédie de l’histoire, op. cit. n. 17.

23 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre II, chapitre V, vol. I, p. 114.

24 Ibid., livre IX, chapitre VIII, vol. I, p. 546.

25 Pour ces questions, il suffira ici de renvoyer aux travaux classiques d’É. De Bruyne, Études d’esthétique médiévale (1946), Paris, Albin Michel, 1998, t. II, p. 3-29, et d’U. Eco, Art et beauté dans l’esthétique médiévale, Paris, Grasset, 1997, p. 77-91.

26 A. Martindale, The Rise of the Artist in the Middle Ages and Early Renaissance, Londres, Thames and Hudson, 1972, p. 14-15, reconnaissait déjà l’importance de cette sorte de tâches que l’on confiait alors aux plus grands peintres.

27 Pour ce retable, ainsi que pour celui dit de la Crucifixion, et pour l’implication de Broederlam dans leur production, voir en dernier lieu Les retables de la Chartreuse de Champmol, dir. S. Jugie et C. Tran-Bourdonneau, Gand, Snoek, 2014.

28 Pour les sources, cf. Ch. Dehaisnes, Documents et extraits divers concernant l’histoire de l’art dans la Flandre, l’Artois & le Hainaut avant le xve siècle, Lille, Imprimerie L. Danel, 1886, vol. II, p. 636. Pour une mise au point sur l’artiste, dans laquelle ce genre de commandes est opportunément mis en valeur, Ph. Lorentz, « Broederlam, Melchior », Allgemeines Künstlerlexikon, Munich et Leipzig, Saur, 1996, vol. XIV, p. 326.

29 Ch. Dehaisnes, Documents et extraits divers, op. cit. n. 28, p. 697.

30 Ibid., p. 740.

31 Ibid., p. 599. Pour la carrière du célèbre Jean de Beaumetz, cf. F. Joubert, « Beaumetz, Jean de », Allgemeines Künstlerlexikon, Munich et Leipzig, Saur, 1994, vol. VII, p. 74-75 ; pour Colart de Laon, Ph. Henwood, « Peintres et sculpteurs parisiens des années 1400. Colart de Laon et les statuts de 1391 », Gazette des Beaux-Arts, XCVIII, 1981, p. 95-102.

32 Idem.

33 « La culture chevaleresque et son impact sur la mise en scène et l’ostentation ont drainé une bonne partie de l’activité des peintres du Moyen Âge, même si cette partie de leur production, qui n’était d’ailleurs pas conçue pour durer, a aujourd’hui quasiment disparu » : Ph. Lorentz, « La place des peintres dans les arts visuels en France au xve siècle », ¿ Renaissance en France, renaissance française ?, dir. H. Zerner et M. Bayard, Paris, Somogy et Rome, Académie de France, 2009, p. 21-35, 333-335, ici p. 26.

34 Jean Froissart, Chroniques, éd. L. Mirot et A. Mirot, Paris, Klincksieck, 1957, vol. XII, livre III, chapitre 105, p. 11-12.

35 Londres, British Library, ms. Harley 4379, f. 60v. Pour une présentation succincte du manuscrit, la bibliographie et la reproduction du codex, voir le site http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Harley_MS_4379 (consulté le 2 février 2017). Pour un commentaire de cette miniature, voir L. Le Guay, Les princes de Bourgogne lecteurs de Froissart. Les rapports entre le texte et les images dans les manuscrits enluminés du livre IV des Chroniques, Paris, CNRS éditions, 1998, p. 116, ill. 47.

36 Londres, British Library, ms. Royal 18 E I, f. 103v. Cf. http://www.bl.uk/manuscripts/FullDisplay.aspx?ref=Royal_MS_18_e_i (consulté le 2 février 2017). De plus en plus d’études sont consacrées à l’illustrations des Chroniques ; pour une mise au point avisée cf. G. Croenen, « Froissart illustration cycles », Encyclopedia of Medieval Chronicle, op. cit. n. 19, p. 645-650.

37 Pour l’association de ces notions avec le satin, voir le témoignage de Chaucer que cite E. Coatsworth, « Satin », Encyclopedia of Dress and Textiles in the British Isles c. 450-1450, éd. G. Owen-Crocker, E. Coatsworth et M. Hayward, Leyde/Boston, Brill, 2012, p. 476.

38 Une fois encore, cette sensibilité pourrait être rattachée à une tendance de longue durée dans l’esthétique médiévale : voir ce qu’en disait, dans un article désormais classique, M. Schapiro, « On the Aesthetic Attitude in Romanesque Art », Art & Thought : Issued in Honour of Ananda K. Coomaraswamy on the Occasion of his 70th Birthday, éd. K. Baharatha Iyer, Londres, Luzac, 1947, p. 130-150. Pour la question du rang dans les Chroniques froissardiennes, voir M. Nejedlý, La représentation des pouvoirs et des hiérarchies dans les Chroniques de Jean Froissart, thèse de doctorat, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1995.

39 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XVII, chapitre XXIV, vol. II, p. 496. Pour une fine analyse du jugement que Pintoin porte sur les fautes morales des troupes françaises, les menant à l’échec, voir M.-T. de Medeiros, Hommes, terres et histoire des confins, op. cit. n. 16, p. 291.

40 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XXVI, chapitre VII, t. III, p. 272.

41 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 12, livre I, chapitre 324, p. 671.

42 Pour le jaque, cf. R. Moffat, « Jack », Encyclopedia of Dress and Textiles, op. cit. n. 37, p. 292-293.

43 Pour la fourrure de castor et sa valeur à cette époque, cf. M. Hayward, « Beaver Fur », ibid., p. 63-64, avec renvoi, entre autres, à ce même passage de Froissart.

44 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre II, chapitre 82, p. 911.

45 Pour une analyse littéraire de l’épisode de Mérigot Marchès, voir P. Ainsworth, Jean Froissart and the Fabric of History, op. cit. n. 22, p. 125-139.

46 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 14, p. 469. Pour l’usage du discours direct chez Froissart, voir P. Ainsworth, « Style direct et peinture des personnages chez Froissart », Romania, 93, 1972, p. 498-522, et, plus récemment, A. Varvaro, La tragédie de l’histoire, op. cit. n. 17, p. 91-98.

47 J. H. Munro, « Medieval Woolens : the Western European Woolen Industries and their Struggles for International Markets, c. 1000-1500 », The Cambridge History of Western Textiles, éd. D. Jenkins, Cambridge, Cambridge University Press 2003, vol. I, p. 228-324, ici p. 260.

48 F. Melis, « La diffusione nel Mediterraneo occidentale dei panni di Wervicq e delle altre città della Lys attorno al 1400 », Studi in onore di Amintore Fanfani, vol. III. Medioevo, Milan, Giuffrè, 1962, p. 217-243. Pour la draperie de la vallée de la Lys en général voir D. Cardon, La draperie au Moyen Âge, essor d’une grande industrie européenne, Paris, Éditions du CNRS, 1999.

49 S. Abraham-Thisse, « Le commerce des draps de Flandre en Europe du Nord : faut-il encore parler du déclin de la draperie flamande au bas Moyen Âge ? », La draperie ancienne des Pays-Bas : débouchés et stratégies de survie (14e-16e siècles), actes du colloque (Gand, 28 avril 2002), éd. M. Boone et W. Prevenier, Louvain/Apeldoorn, Garant, 1993, p. 167-206, p. 186 pour la citation.

50 J.-L. Roch, Un autre monde du travail : La draperie en Normandie au Moyen Âge, Rouen, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2013, surtout p. 217-220, 274-275.

51 S. Jolivet, Pour soi vêtir honnêtement à la cour de monseigneur le duc de Bourgogne. Costume et dispositif vestimentaire à la cour de Philippe le Bon de 1430 à 1455, thèse, Université de Bourgogne, 2003, vol. I, p. 63 ; cf. aussi p. 65-67 et passim.

52 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 50, p. 560. Pour une analyse de l’image que Froissart donne du sultan turc, on lira les belles pages de M.-T. de Medeiros, Hommes, terres et histoire des confins, op. cit. n. 16, p. 231-244 et 271-316.

53 Pour le don à la cour à cette époque, cf. B. Buettner, « Past Presents : New Year’s Gifts at the Valois Courts, ca. 1400 », The Art Bulletin, 83, 2001, p. 598-625 ; J. Hirschbiegel, Étrennes. Untersuchungen zum höfischen Geschenkverkehr im spätmittelalterlichen Frankreich der Zeit Königs Karls VI. (1380-1422), Munich, Oldenburg, 2003 (Pariser Historische Studien, 60).

54 C. L. Kingsford, « Two Forfeitures in the Year of Agincourt », Archaeologia, 70, 1920, p. 71-100, en part. p. 88 ; cité par F. Pritchard, « The Uses of Textiles, c. 1000-1500 » The Cambridge History of Western Textiles, op. cit. n. 47, p. 355-377, notamment p. 364.

55 Toute étude du lexique froissardien doit s’appuyer sur J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart, vol. I, Paris, Klincksieck, 1976 (Bibliothèque française et romane. Série A : Manuels et études linguistiques, 32) ; J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur, Amiens, Université de Picardie, 1984 (Publications du Centre d’Études Picardes, XXI). Voir également, de la même autrice, le lexique des Chroniques de Froissart en ligne, à l’adresse http://www.atilf.fr/dmf/Froissart/  (consulté le 2 février 2017). Pour ce genre de questions lexicales, É . De Bruyne, Études d’esthétique médiévale, op. cit. n. 25, vol. I, p. 439-477, reste fort utile.

56 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 21, p. 107.

57 Ibid., livre I, chapitre 39, p. 140.

58 Ibid., livre I, chapitre 44, p. 154 ; la tournure revient identique, dans un contexte très similaire, au livre I, chapitre 144, p. 353.

59 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 350.

60 Ibid., livre IV, chapitre 46, p. 515.

61 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 70, p. 206.

62 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 51, p. 598, 603.

63 Ibid., livre IV, chapitre 55, p. 643.

64 B. Guenée, « Michel Pintoin. Sa vie, son œuvre », Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, vol. I, p. I-LXXXV, en part. p. LIX. Au sujet de l’usage d’expressions figées chez Froissart, voir P. Ainsworth, Froissart and the Fabric of History, op. cit. n. 22, p. 60.

65 Pour l’intérêt que Froissart et Pintoin portent à l’orfèvrerie, je me permets de renvoyer à M. Tomasi, « Entre “estat tenir” et “esbatement” », op. cit. n. 7.

66 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 256, p. 541.

67 Ibid., livre I, chapitre 291, p. 599.

68 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 58, p. 677. Je rappelle au passage que la nef était un réceptacle précieux, contenant parfois des couverts ou des épices, mais servant avant tout à marquer la place d’un très grand seigneur à la table ; voir R. Lightbown, Secular Goldsmiths’ Work in Medieval France. A History, Londres, Society of Antiquaries of London, 1978, p. 30-31.

69 Une discussion détaillée de ces termes alourdirait encore ce long article ; je renvoie donc juste à quelques passages. Inestimabilis valoris : Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, vol. I, p. 22, 100, 158 ; vol. IV, p. 188, 688… L’expression ne s’applique qu’aux objets d’orfèvrerie et aux tissus. D’un usage similaire est incomparabilis : ibid., vol. I, p. 12, 80, 448 ; vol. VI, p. 34. Preciosus : ibid., vol. I, p. 42, 54, 80, 314, 612 ; vol. II, p. 18, 24, 446, 458, 556… Sumptuosus : ibid., vol. II, p. 38, 468, 562… ; vol. III, p. 228, 520 ; vol. V, p. 140. Pour cet adjectif, je note juste qu’il apparaît moins fréquemment que preciosus. Alors que celui-ci est le plus souvent utilisé pour parler de textiles et d’orfèvrerie, sumptuosus s’applique également à des peintures ou à des édifices.

70 J’élabore ici, d’un point de vue différent, des observations que j’avais déjà avancées dans M. Tomasi, « Entre “estat tenir” et “esbatement” », op. cit. n. 7, p. 131-132. Pour la citation explicite d’Ovide, cf. Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XVIII, chapitre X, vol. II, p. 566-567. Dans ce passage, le religieux reprend des mots qu’emploie dans un contexte tout à fait similaire Guillaume de Tyr : cf. Guillaume de Tyr, Chronique, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout, Brepols, 1986, vol. II, p. 943 (livre 20, § 23, l. 14-16). Le passage de Guillaume de Tyr est cité et commenté par P. C. Claussen, « Materia und opus. Mittelalterliche Kunst auf der Goldwaage », Ars naturam adiuvans. Festschrift für Matthias Winner, éd. V. van Flemming et S. Schütze, Mayence, Von Zabern, 1996, p. 40-49, p. 44 notamment. Pour l’utilisation que Pintoin fait du chroniqueur de la croisade, voir B. Guenée, « Michel Pintoin. Sa vie, son œuvre », op. cit. n. 64, p. LXV, LXXIII-LXXX.

71 Ibid., livre I, chapitre I, vol. I, p. 16.

72 Ibid., livre I, chapitre V, vol. I, p. 42.

73 Ibid., livre II, chapitre I, vol. I, p. 80. Les exemples pourraient être aisément multipliés.

74 Pour ce topos, voir J. Bialostocki, « Ars auro gemmisque prior » (1967), Id., The Message of Images. Studies in the History of Art, Vienne, IRSA Verlag, 1988, p. 9-13, 235-237 ; et surtout, le remarquable P. C. Claussen, « Materia und opus », op. cit. n. 70. L’auteur n’a pas trouvé de traces du mot ovidien après le milieu du xiiie siècle ; il faudra aborder dans un autre contexte si le cas de Pintoin est exceptionnel, ou si la tradition fut en effet plus continue que l’on pourrait le croire.

75 M. Baxandall, Les humanistes à la découverte de la composition en peinture, 1350-1450, Paris, Seuil, 1989 (éd. orig. anglaise Oxford, Oxford University Press, 1971).

76 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 59, p. 696. L’épisode de Céphalonie est étudié en détail par M.-T. de Medeiros, Hommes, terres et histoire des confins, op. cit. n. 16, p. 319-335.

77 É. De Bruyne, Études d’esthétique médiévale, op. cit. n. 25, vol. I, p. 454-455.

78 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XXI, chapitre X, vol. II, p. 780.

79 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XXVII, chapitre XIII, vol. III, p. 436.

80 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 53, p. 631.

81 Ibid., livre IV, chapitre 53, p. 633.

82 Ibid., livre IV, chapitre 1, p. 359.

83 Dictionnaire du Moyen Français (DMF 2015), http://www.atilf.fr/dmf, ATILF – CNRS & Université de Lorraine, sub voce « délié » (consulté le 2 février 2017).

84 Je renvoie aux exemples fournis ibid., tirés de l’inventaire du roi Charles V datant de 1380.

85 Les exemples cités ibid. suggèrent que le terme est couramment appliqué aux tissus dès la première moitié du xive siècle, et d’usage courant d’abord dans les inventaires et les comptes.

86 En 1389, Charles VI fait son entrée à Paris « indutus veste serico, que per totum interlucentibus ex auro liliis refulgebat » (Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, vol. I, p. 34) ; nous avons déjà lu le passage où le roi apparaît dans sa tente « in armis refulgentibus » (ibid., p. 546), ainsi que celui où Artevelde annonce que l’armée française « armis fulgidis splendebit » (ibid., p. 114). Pour l’esthétique de la lumière, voir les références données à la note 25.

87 Pour le concept de varietas, voir récemment M. Carruthers, The Experience of Beauty in the Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 135-164.

88 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre XVII, chapitre XII, vol. II, p. 450.

89 Ailleurs, il peut admirer des ornements d’autel « margaritarum varietate auroque contexta » (ibid., vol. II, p. 462) ou des joyaux « que variarum gemmarum venustabat impressio » (ibid., vol. V, p. 702).

90 Ibid., vol. IV, p. 58.

91 Ibid., vol. I, p. 402.

92 J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur, op. cit. n. 55, surtout p. 329-337 pour le verbe plaire et sa famille.

93 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre X, chapitre I, vol. I, p. 588.

94 Ibid., livre XXXII, chapitre XXI, vol. IV, p. 522. J’ai traité plus en détail l’ensemble des observations, fort intéressantes, de Michel Pintoin sur les résidences princières de son époque dans mon mémoire inédit cité à la note 7.

95 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 358.

96 J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur, op. cit. n. 55, p. 411-412.

97 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 52, p. 617-618.

98 Ibid., livre IV, chapitre 53, p. 631. Noter l’usage du terme « esbatement », qui est aussi technique et récurrent chez Froissart pour parler du plaisir suscité par des œuvres d’art. Pour l’emploi de ce mot et de ceux qui lui sont apparentés, voir J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur, op. cit. n. 55, p. 186-188. J’ai analysé de manière détaillée le traitement de la tapisserie chez Froissart et Pintoin dans mon mémoire inédit cité à la note 7.

99 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 58, p. 677. C’est la même nef citée plus haut dans le texte correspondant à la note 68.

100 Sur l’usage du mot « plaisance » pour parler du plaisir esthétique, autour de 1400, voir aussi l’article pionnier de J.-Y. Ribault, « “Pour nostre dévocion et plaisance”. L’amour de l’art selon le duc Jean de Berry », Mécènes et collectionneurs, 1. Les variantes d’une passion, éd. J.-Y. Ribault, Paris, éditions du CTHS, 1999, p. 27-33.

101 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 20, livre I, chapitre 535, p. 157. Pour la famille lexicale de déduit, voir J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart. Le plaisir et la douleur, op. cit. n. 55, p. 126-128.

102 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre I, chapitre 157, p. 379. Pour l’épisode d’Édouard III et de la comtesse de Salisbury, voir Ph. E. Bennett, « Jean le Bel, Froissart et la comtesse de Salisbury : entre histoire et mythe chevaleresque », Bien dire et bien aprandre, 23, 2005, p. 211-224.

103 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 14, livre II, chapitre 35, p. 794. Pour le lexique de la « merveille », voir J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les Chroniques de Froissart, op. cit. n. 55, p. 152-155.

104 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 34, vol. XII, livre III, chapitre 105, p. 12. Je n’insiste pas sur le fait que, encore une fois, le spectacle admiré dans ces passages implique la mise en scène, dans des contextes cérémoniels, de textiles précieux. Pour le rôle des arts précieux comme signes du rang, chez Froissart, je renvoie une dernière fois à mon étude « Entre “estat tenir” et “esbatement” », op. cit. n. 7.

105 Chronique du Religieux, op. cit. n. 8, livre X, chapitre I, vol. I, p. 588 (c’est le même passage cité au niveau de la note 93).

106 Ibid., livre XVIII, chapitre VIII, vol. II, p. 562. Pour un autre exemple, voir aussi le texte cité plus haut à hauteur de la note 90.

107 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 355. Pour l’usage du dressoir à cette époque, voir R. Lightbown, Secular Goldsmiths’ Work, op. cit. n. 68, p. 40.

108 En général, sur le traitement de cet épisode par Froissart, voir B. Ribémont, « L’entrée d’Isabeau de Bavière à Paris : une fête textuelle pour Froissart », Feste und Feiern im Mittelalter, éd. D. Altenburg, J. Jarnut et H.-H. Steinhoff, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 515-525.

109 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 2, livre IV, chapitre 1, p. 352.

110 Voir le lexique en ligne des Chroniques de Froissart établi par Jacqueline Picoche, sub voce : http://www.atilf.fr/dmf/definition/oubliance  (consulté le 2 février 2017). L’auteure ne commente pas ce mot dans les ouvrages issus de sa thèse cités ici à la note 54.

111 Jean Froissart, Chroniques, op. cit. n. 33, vol. XII, livre III, chapitre 103, p. 5.

112 V. Mortet et P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen Âge, Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 252. Cité par É. De Bruyne, Études d’esthétique médiévale, op. cit. n. 25, vol. I, p. 459.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende La flotte française partant pour la Barbarie, Jean Froissart, Chroniques, Bruges, v. 1470-1472, Londres, British Library, ms. Harley 4379, f. 60v.
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2
Légende La flotte anglaise portant secours au duc de Bretagne, Jean Froissart, Chroniques, Flandre, dernier quart du xve siècle (avant 1483), Londres, British Library, ms. Royal 18 E I, f. 103v.
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 3
URL http://journals.openedition.org/memini/docannexe/image/986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Tomasi, « « Parler art » en France autour de 1400 : l’expérience esthétique selon Jean Froissart et Michel Pintoin », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 09 décembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/986 ; DOI : 10.4000/memini.986

Haut de page

Auteur

Michele Tomasi

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals