Navigation – Plan du site
Art et expérience esthétique dans la littérature du Moyen Âge

Quand la Via Crucis se fait buissonnière : le très sensible Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq de David Willart (1552)

Marion Uhlig

Entrées d'index

Géographique :

France

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je renvoie à l’essai de reconstitution de l’un de ces petits guides au moyen d’une analyse factorie (...)
  • 2 L’expression est de Frédéric Tinguely, dans son article « Janus en Terre sainte : la figure du pèle (...)
  • 3 Voir S. Greenblatt, Ces Merveilleuses Possessions : découverte et appropriation du Nouveau Monde au (...)

1Débusquer les traces d’une émotion esthétique, voire d’une forme d’affectivité, dans l’un des nombreux récits de pèlerinages en Terre sainte rédigés au xive et au xve siècles relève à première vue de la gageure. Si une telle quête paraît vaine, ce n’est pourtant pas faute de trouver des descriptions d’objets d’art dans ce type de témoignages dévots, qui s’en montrent même particulièrement friands. Au fil des pages et des étapes qu’elles retracent, le lecteur peut en effet s’attendre au détail d’innombrables monuments jalonnant l’itinéraire des galées de Venise à Jérusalem : la côte dalmatienne, l’Albanie, Corfou, le Péloponnèse, la Crête, Chypre ou encore Jaffa regorgent d’églises et de sanctuaires dont les ornements – reliquaires, autels, baldaquins, luminaires, peintures murales, etc. – font l’objet de représentations textuelles soignées dans la majorité des témoins de cette veine promise à un remarquable essor. Quant à l’acmé du voyage, la visite des Lieux saints sous la férule des frères du Mont Sion, les textes se plaisent à l’égrener pierre après pierre, ruine après ruine, en s’inspirant du code descriptif des guides offerts à la disposition des pèlerins, voire en en proposant la copia.1 Force est dès lors de constater que la difficulté à repérer les marques d’une subjectivité esthétique dans ces récits ne provient nullement d’une absence de supports artistiques, mais plutôt du caractère délibérément figé, voire inerte, des descriptions qui en sont proposées. Deux facteurs sont essentiellement en cause. Le premier, comme l’ont montré les spécialistes de cette littérature, a trait à la dimension délibérément topique de ces textes qui évacuent toute notation personnelle. La topographie sainte, dirait-on, se passe d’expressions individuelles, exception faite des commentaires relatifs à la qualité de l’hébergement et des denrées alimentaires, au coût de la vie et aux monnaies en cours, soit aux indications vouées à un usage pratique par les destinataires. Des nombreuses relations qui nous sont parvenues se dégage une monotonie et une tendance à l’invariance, comme si, en dehors de commentaires prosaïques liés aux conditions souvent difficiles de ces « voyages organisés », leurs auteurs réfrénaient toute velléité introspective.2 Le second correspond à la logique de « métonymie » que Stephen Greenblatt voit à l’œuvre dans le trajet de Jean de Mandeville jusqu’à Jérusalem, qui veut que chaque objet décrit, chaque lieu visité, préfigure le but ultime de la pérégrination, le Saint-Sépulcre, pour mieux inscrire le pas des marcheurs de Dieu dans le sillage du Christ accomplissant son chemin de croix.3 C’est dire que l’inventaire des reliques, la dépiction des images saintes ou le relief des pierres renvoient moins à leur réalité propre, tangible, qu’à leur valeur sacrée, essentiellement symbolique, qui fait mémoire du passé biblique. Ainsi les récits de voyage en Terre sainte rendent-ils davantage compte de l’immuable que d’une expérience actuelle et singulière.

  • 4 Je pense, parmi d’autres travaux, au dernier ouvrage de D. Boquet et P. Nagy, Sensible Moyen Âge. U (...)
  • 5 Ces références, dans l’ordre chronologique, sont les suivantes : A. Dupront, Du sacré : croisades e (...)

2A priori donc, ce terreau, certes fertile mais peu propice à l’éclosion de toute forme de subjectivité, est plutôt mal choisi pour une enquête sur l’émergence d’impressions, et plus encore d’émotions, liées à la vision d’objets artistiques. Si plusieurs corpus médiévaux ont récemment connu d’heureuses revalorisations au prisme de la réflexion sur les affects4, on peine à augurer la même fortune d’une littérature marquée au coin de l’inertie, si ce n’est de la sclérose, où les objets vus comptent avant tout pour ce qu’ils représentent. Néanmoins, certains témoignages de pèlerins, en contraste avec la quasi-uniformité thématique et formelle de la veine, échappent à cette lancinante litanie. Ce n’est pas en vain que des spécialistes tels qu’Alphonse Dupront, Marie-Christine Gomez-Géraud ou Frédéric Tinguely ont cherché dans le vaste réservoir des itineraria, peregrinationes, voyages d’outremer et autres saincts voyages les témoins rares, mais bien attestés, d’un regard subjectif.5 Leurs travaux ont mis en lumière l’originalité de récits de pèlerinage qui s’affranchissent du canon pour assumer des regards diversifiés et actualisés sur le monde. D’un corpus aussi massif qu’apparemment homogène, ils ont fait émerger les figures de pèlerins curieux – géographe, ethnographe, biologiste ou simplement touriste avant la lettre – qui ont avec profit levé le nez en arpentant la Via Crucis.

  • 6 Sa mention est notamment absente des ouvrages cités de Richard, Dupront et Gomez-Géraud.
  • 7 Le Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq rédigé par David Willart, édition critique du récit de p (...)
  • 8 Sur ce projet de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche, voir le lien suiva (...)

3C’est à l’un de ces oiseaux rares que j’aimerais m’intéresser dans le cadre du présent article. Le Saint Voyage faict par Pierre Le Boucq, rédigé en 1552 par David Willart, regorge de notations aussi surprenantes qu’inédites relatives aux émotions esthétiques d’un pèlerin féru d’arts plastiques. Pour ainsi dire oubliée, cette relation d’un voyage en Terre sainte effectué du 16 avril 1548 au 12 janvier 1549 n’a fait l’objet d’aucune étude spécifique et n’est que rarement répertoriée dans les ouvrages de référence.6 Elle nous est parvenue dans un manuscrit autographe conservé à la Bibliothèque de Valenciennes (Valenciennes, Bibl. mun. 489 [449]) dont la première édition critique vient d’être achevée par les soins de Bénédicte Bourdin dans le cadre d’un mémoire de Master en langues et littératures françaises médiévales réalisé à l’Université de Fribourg.7 Le travail, enrichi d’un apparat critique substantiel, s’inscrit dans le projet de recherche dirigé par Michele Bacci, Von Venedig zum Heiligen Land. Ausstattung und Wahrnehmung von Pilgerorten and der Mittelmeerküste (1300-1550), qui regroupe un corpus de près de trois cents textes de pèlerinage dans différentes langues et porte sur la construction d’un réseau de Lieux saints maritimes associés à la Terre sainte.8 Ce vaste chantier qui interroge les procédés d’appropriation symbolique des Lieux saints par leurs visiteurs, au gré de l’imagination pieuse comme de l’élaboration littéraire, a ainsi permis d’exhumer le texte de David Willart dont on va voir qu’il fait la part belle à la sensibilité artistique du voyageur qui prend la plume.

  • 9 Au contraire des travaux cités de M.-C. Gomez-Géraud et de F. Tinguely qui, notamment, s’inscrivent (...)

4Précisément, j’aimerais montrer comment l’écriture du voyage en Terre sainte donne à David Willart l’occasion d’exprimer un sentiment esthétique qui place son témoignage en marge de la tradition des récits de pèlerinage. À travers deux types de description, soit le tableau de monuments rarement dépeints par la doxa d’une part, de l’autre le compte-rendu d’interactions sociales, notamment avec les femmes, se dessine en filigrane la figure d’un auteur particulièrement sensible. Or un tel portrait n’est à mon sens rendu possible que grâce à l’assentiment, voire à la participation, du lecteur à l’expression des affects. Mon hypothèse est que l’émotion esthétique émerge des conditions ambiguës de l’énonciation, source d’une connivence entre l’instance de composition – David Willart copiste-rédacteur, ou plutôt « nègre » de son compagnon de voyage Pierre Le Boucq, mais aussi écrivain-voyageur à part entière – et de réception du texte, à savoir les destinataires régionaux et sans doute confidentiels d’un récit demeuré à l’état manuscrit. Ainsi donc, et autant le dire d’emblée, il ne s’agira pas d’attribuer les particularités du texte à l’émergence d’un regard nouveau qui soit emblématique de la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance.9 Bien plutôt, je souhaite observer la façon dont la position équivoque du famulus qui assume l’énonciation favorise l’essor d’une subjectivité au contact de diverses formes d’art.

Du pèlerin en esthète, ou du famulus à l’écrivain

  • 10 Au départ de la Terre sainte, le voyage de retour est organisé selon les étapes suivantes : « De Ja (...)

5Dès les premières lignes du Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq, le lecteur est frappé par l’importance inhabituelle accordée aux étapes qui précèdent l’arrivée des pèlerins à Venise. Non moins de vingt-cinq folios (fol. 3r-28v) sur les quatre-vingt-trois que le texte comporte sont en effet dévolus au trajet qui, de Valenciennes, mène Pierre Le Boucq et son famulus David Willart, accompagnés de bourgeois de la même ville, en Belgique puis en Allemagne, avant leur arrivée dans la Cité des Doges. C’est dire que la Sérénissime, lieu liminaire consacré des récits de pèlerinage composés aux xive-xve siècles, n’occupe que la seconde section du récit dont l’éditrice du texte a bien mis en évidence la structure tripartite – « De Valenciennes à Venise » (fol. 3r-28v) ; « De Venise à Jaffa » (fol. 29r-35v) ; « La Terre sainte » (fol. 35r-50v) – reproduite à l’inverse pour le voyage de retour.10 Sans surprise, les parties « De Valenciennes à Venise » (fol. 3r-28v) et « De Venise à Valenciennes » (fol. 68v-83v) dépeignent les rencontres de la troupe avec des notables et d’anciens pèlerins, dispensent au lecteur des conseils logistiques sur les meilleurs gîtes et auberges ou encore rendent compte de cérémonies diverses, à l’instar du défilé de l’Ascension du 11 mai 1548 à Augsbourg en présence de Charles Quint, de Ferdinand Ier de Habsbourg et du duc de Saxe (fol. 12v-13r). Pour autant, on aurait tort de conclure qu’elles constituent de simples préliminaires au voyage. Comme en témoignent leur position encadrante et leur importance dans l’économie narrative, ces pages offrent au contraire à David Willart l’occasion d’exprimer le regard singulier qu’il pose sur le monde, à travers les objets d’art sacré et profane qui jalonnent ses visites.

  • 11 Sur ce type de production picturale, je renvoie aux travaux de T. Le Deschault de Monredon, en part (...)

6Notamment, le séjour en Allemagne se présente comme une opportunité d’illustrer cette vision hors du commun par le biais de descriptions architecturales et ornementales. Si les allusions à la basilique Saint-Servais de Maastricht (fol. 6r) ou aux maisons bourgeoises d’Augsbourg sont plutôt rares dans les récits de pèlerinage en raison du caractère excentré de ces lieux par rapport à l’axe Venise-Jérusalem, c’est surtout la maîtrise de la représentation qui frappe. Non content de préciser que les maisons d’Augsbourg possèdent de « haultz estaigez » et sont « painctez au dehorz d’histoirez poeticquez » (fol. 13v), en référence à leurs peintures murales décoratives d’inspiration souvent littéraire11, David Willart relève en outre qu’elles « sont faictez a la maniere d’Italye ». Or il ne s’agit nullement d’une parole en l’air, comme la visite d’Innsbruck où « lez maisonz faictez a la maniere d’Italye, comme Ausbourg » (fol. 15v) permet de le confirmer. Quelles peuvent cependant être les connaissances du chapelain de Pierre Le Boucq en matière de style architectural italien ? Si rien n’indique qu’il se fût rendu en Italie avant son voyage, le trajet de retour apporte en revanche une réponse : de toute évidence, c’est lors du séjour des pèlerins à Trente, « belle cité çaincte de deux costéz de montaignez, petitte maiz riche et fort marchande, de beaux logiz a la mode d’Italye, haultz et painctez hors dez histoirez poecticquez » (fol. 71r), que le voyageur a acquis ses compétences. Il est ainsi vraisemblable que notre Valenciennois, encore ignorant des vogues architecturales apennines lors de son passage en Allemagne, ait mis à profit son expérience ultérieure en Italie au moment de la composition du texte. Le séjour dans le Trentin légitime donc a posteriori les commentaires sur les maisons d’Augsbourg et d’Innsbruck, permettant de distinguer le voyage proprement dit de sa relation, fruit mûrement réfléchi d’une expérience globale.

  • 12 Ce procédé n’est pas limité au domaine profane, puisqu’on en trouve l’équivalent concernant le déco (...)

7À partir de cet exemple ponctuel, choisi parmi bien d’autres, se dessine la figure du pèlerin-voyageur qui, de retour chez lui, se mue en esthète collectionneur de souvenirs. De sa pérégination, David Willart rapporte une galerie d’art virtuelle dont il a soigneusement mémorisé chaque vitrine, en la fixant sur sa rétine ou en la consignant dans un carnet de notes, pour la rendre disponible à tout type d’actualisation. Le même procédé par comparaison rétrospective se retrouve dans la description de la cathédrale d’Aix-la-Chapelle qui, « toutte ronde », arbore des « doublez vaulsurez » que l’écrivain-voyageur associe à la « cappelle du Sainct Sepulchre en la Cité de Hierusalem » (fol. 6v). Si, dans la temporalité diégétique, la visite d’Aix-la-Chapelle précède celle de la Ville sainte, le parallèle confirme la double démarche viatique et scripturaire : sur la silhouette du pèlerin qui admire le monument in situ s’impose en surimpression le profil de l’écrivain qui, devenu fin connaisseur, l’évalue à l’aune de son catalogue mémoriel.12

  • 13 Le cas le plus célèbre est sans doute celui de Jean de Mandeville, qui dépeint la splendeur de la b (...)
  • 14 Voir aussi, dans le récit du retour, la visite de l’abbaye de Kempen où « nouz ouismez messe et cel (...)

8Les capacités rétroactives de l’écriture n’oblitèrent cependant pas les notations prises sur le vif. Bien plutôt, celles-ci occupent une place de premier plan dans les scènes descriptives dont le dynamisme et la singularité sont remarquables. Selon la convention en vigueur, il arrive souvent que les récits de pèlerinage reproduisent dans leur splendeur passée des édifices que leurs auteurs ont en réalité visités en ruine.13 Loin de cette attitude, le famulus de Pierre Le Boucq s’essaie moins à relever l’immuabilité des monuments qui jalonnent la via dolorosa qu’à dépeindre l’état dans lequel ils se trouvent au moment où lui-même les contemple. Dans le texte, la prolifération des déictiques et des marques de subjectivité témoigne de cette appréhension singulative qui contraste avec le cadre itératif caractéristique des récits de pèlerinage. On admettra volontiers que la multiplication des on void et on y void, largement topique, revêt en l’occurrence une valeur plus rhétorique que testimoniale. En revanche, d’autres dispositifs constituent des indices probants, à l’instar de la focalisation interne (« une cappelle a la main gaulce », fol. 8r ; « entrant a l’eglise a main dextre est une cappelle », fol. 22v ; « verz le portal grand a dextre », fol. 22r ; « apréz passamez entre deux islez : celle du costé gaulce estoit pluz grande, l’aultre du costé droict estoit moindre. », fol. 29r, etc.) ou des nombreuses analogies avec l’univers référentiel du narrateur. Notamment, c’est en regard de ce qu’il connaît et partage avec les destinataires du texte que David Willart envisage la cérémonie à laquelle il assiste en quittant Cologne, où « le curet et clerc, vestuz de souppliz avec une estolle, commencha Regina caeli a la maniere de nouz et sur la meme note » (fol. 9r).14

  • 15 Voir par exemple la description suivante, probablement de la ville de Weinheim et de son château : (...)

9Il n’en va pas autrement de ses appréciations révélatrices d’impressions suscitées par la vue de différentes formes d’art. On constate en les lisant que, même emporté par l’enthousiasme contagieux de ses guides, notre pèlerin ne manque pas d’esprit critique. Si les épithètes louangeuses abondent à la vue des logis et constructions fort magnificquez et excellentz, des chosez tantôt bellez tantôt devotes a veoir et des autels fort bien decoréz15, il ne renonce pas à déplorer l’état lamentable de certaines curiosités par des remarques dépréciatives. C’est le cas lorsqu’à Innsbruck, cet amateur d’art dévot regrette que les « grandez eglisez », quoique « richez », soient « mal en ordre et tres mal acoustreez » (fol. 15v). Son dépit est encore plus tangible près d’Ulm, où la munificence côtoie le dénuement :

Aussy fumez en une belle eglise et grande toutte vaulsee a doublez assainctez. Je ne vidz jamaiz eglise pluz haulte de vaulsure. […] Maiz il n’y avoit rienz dedenz ne lumiere, dont estoit grand pitié. Mesmez aux pillierz de las eglise estoient lez soubassemenz et cappiteaux dez apostlez et aultrez ymaigez, maiz il n’y avoit aultre chose. (fol. 74r)

10Ainsi consigné, le bagage visuel du pèlerin se constitue en collection personnelle de l’esthète qui évalue les spécimens récoltés en les comparant entre eux ou en les estimant au gré de son expérience, de ses goûts et de ses attentes.

11À cet égard, on ne saurait manquer d’évoquer l’un des joyaux de la collection, à savoir le trésor de la cathédrale d’Aix-la-Chapelle dont la description occupe les folios 6v et 7. Bien entendu, la représentation des établissements religieux, nourrie par la narration des légendes hagiographiques qui s’y rapportent, est très attendue dans ce type de texte. Sa fonction première consiste à inscrire le voyage dans la dimension de piété et de dévotion requise de la part de qui met ses pas dans les traces du Christ ; elle rappelle qu’il s’agit de faire l’expérience du sacré pour éviter la curiosité d’une pérégrination fortuite. Néanmoins, dans le cas en question, la précision et la maîtrise du propos échappent à cette convention pour corroborer, de façon plus tangible encore que dans les exemples architecturaux, le regard du connaisseur. Dans ce tableau qui rivalise avec les ekphraseis les plus sophistiquées des textes littéraires, aucun détail ne semble échapper à l’attention de l’expert :

En la thresorye on nouz monstra le chief dus roy et son espee, laquelle il portoit estant en sa court ; samblablement ung bracquet long environ de deux piedz ; le fourreau par dessuz, la pluz part est couvert d’une latte de licorne ; la poignye est couverte d’une peau d’ung serpent, lequel a telle vertu que celluy qui la porte sur luy ne peult estre empoisonnet ; le coulteau qu’il portoit estant en la chace ; son cornet d’ivoire, lequel est fort grand ; un libvre escript en velin de lettrez d’or romainez, l’histoire dez quattre Evangelistez, et le fond est de coleur de pourpre et aultrez chozez fort bien ouvreez ; le bras aussy dus empereur ; une couppe de topase a petit rond bord dedenz aussy blance comme allebatre et dehors coulleur d’orenge ; et plusieurz aultrez beaux reliquiairez. Entre aultrez sont deux baghez, lesquellez par tout portoit avec luy. L’une est une croix de fin or : en ceste est enclavee une piece de la vraie croix nostre seigneur Jesuchrist, laquelle est aussy grande que trois de mez doigtz en haulteur et en largeur pluz petite. L’aultre est une agatte en catmahieu, aussy grande que troiz de mez polz et ung peu pluz petit enchasséz en or a la maniere d’une paix, sur lequel est taillye une imaige de la vierge Marie avec son petit Jhesuz, samblable a celle que sainct Luc a painct. (fol. 6v-7r)

  • 16 DMF 2015 : bracelet « pièce de l’armure servant à protéger l’avant-bras » (B1) ou braceul « armure (...)
  • 17 DMF 2015 : cornet1 « instrument de musique fait d'une corne d’animal, cor, trompe, trompette » (A).
  • 18 DMF 2015 : bague2, au pluriel (A), « équipement », « objets quelconques, ustensiles divers », « aff (...)
  • 19 DMF 2015 : latte « longue pièce de bois (clouée aux chevrons), étroite et plate, utilisée en charpe (...)
  • 20 DMF 2015 : camaïeu « pierre fine sculptée en relief, formée de deux couches de même couleur avec de (...)
  • 21 DMF 2015 : paix « petit plateau fait en matières précieuses que le célébrant donne à baiser aux fid (...)

12On relèvera en particulier la richesse lexicale de cet extrait, qui illustre l’aisance avec laquelle David Willart manie le vocabulaire relatif aux matières et aux techniques. En ce qui concerne les objets eux-mêmes, leur désignation témoigne d’une exactitude remarquable, à l’instar du bracquet – sans doute la « pièce de l’armure servant à protéger l’avant-bras »16 –, du fourreau et de sa poignye, du couteau, du cornet, soit un instrument de musique apparenté au cor17, du libvre, de la couppe, des reliquiairez, des baghez – « menus objets mobiliers » ou « objets précieux »18 –, etc. Mais encore, les coûteux matériaux utilisés pour la confection de ces ornements sont détaillés de façon peu commune. Ainsi la latte de licorne, qui désigne un revêtement long, étroit et plat, en corne de licorne – ou sans doute plutôt en dent de narval19 –, la peau d’ung serpent, l’ivoire, le velin, l’or, la pourpre, la topase, l’allebatre et l’agatte semblent-ils familiers à David Willart, qui les identifie sans hésiter. Quant aux désignations relatives aux techniques de marqueterie et d’orfèvrerie, elles ne lui font pas non plus défaut, comme l’attestent les remarques sur la croix d’or fin dans laquelle se trouve « enclavee une piece de la vraie croix » et l’agate « enchass[ee] en or ». Mais le plus remarquable, à propos de celle-ci, concerne la précision des termes « en catmahieu » et « a la maniere d’une paix, sur lequel est taillye une imaige de la vierge Marie avec son petit Jhesuz, samblable a celle que sainct Luc a painct », qui parachèvent le portrait du pèlerin en spécialiste de l’art religieux. On ne saurait certes oublier que David Willart, chapelain, est certainement coutumier des ornements liturgiques. Mais il n’en reste pas moins que ses connaissances en matière de minéralogie et d’iconographie outrepassent ce qu’on peut espérer d’un prêtre attaché au service d’un grand bourgeois. Car non seulement notre fin connaisseur recourt à une terminologie appropriée pour décrire la sculpture en relief de la pierre précieuse, formée de deux couches de même couleur mais de tonalité différente20, mais encore il en assimile l’aspect à celui d’une patène en prenant soin de sélectionner un comparant appartenant au même univers référentiel.21

  • 22 L’icône, accompagnée de renseignements sur sa provenance et les matériaux qui la constituent, est a (...)

13Comme pour confirmer cette impression de maîtrise, le passage se trouve sous-tendu par une dynamique qui, du collectif et du général, évolue vers le singulier et le particulier. En effet, tout indique que la description s’émancipe progressivement du discours autorisé sur le trésor de la cathédrale, du reste plutôt commun, au profit de notations personnelles qui relèvent d’une observation attentive des objets décrits. Dans un premier temps, l’extrait se fait l’écho d’informations « officielles », sans doute inspirées par la visite guidée que suggère le « on nouz monstra » inaugural. Il en va ainsi des mesures universelles données pour évaluer la taille des objets, comme le « bracquet long environ de deux piedz », et des anecdotes légendaires qui ponctuent de manière convenue la description, en particulier l’allusion à la vertu protectrice de la peau de serpent. Quant aux remarques sur l’usage personnel de ces objets par Charlemagne, il est évidemment très attendu dans le contexte aixois, surtout dans le cadre d’une visite destinée à la promotion du patrimoine. C’est pourquoi, à la lecture des indications relatives à l’épée de l’empereur « laquelle il portoit estant en sa court », au « coulteau qu’il portoit estant en la chace » ou encore aux « deux baghez, lesquellez par tout portoit avec luy », on croit avoir affaire à une forme de style indirect libre, colportant sans l’indiquer explicitement les paroles du guide préposé à la visite. Pour autant, les marques d’individualité ne côtoient pas moins le discours rapporté, et même gagnent l’ascendant sur lui dans la suite du passage. Le premier signe de ce regard plus personnel concerne le cornet d’ivoire « fort grand » dont la taille, apparemment inhabituelle, semble susciter l’étonnement du spectateur. Bien plus, ce dernier substitue aux mesures-étalons communément admises son propre système de référence au moment d’évaluer le format des deux derniers objets, à savoir la relique de la vraie croix « aussy grande que trois de mez doigtz en haulteur et en largeur pluz petite » et l’agate « aussi grande que troiz de mez polz ». Or ces indications prises sur le vif, loin de constituer des effets de réel factices ou construits, ont été récemment corroborées par les spécialistes, qui les ont confrontées aux objets conservés du trésor d’Aix-la-Chapelle. Reconnaissant en David Willart l’un des leurs, les historiens de l’art admettent en effet la validité de son témoignage pour authentifier la provenance de l’agate. Comme l’a relevé Michele Bacci, cette petite icône en stéatite de la Vierge Dexiokratousa dont l’envers présente le taureau ailé de Saint Luc, actuellement conservée au Museum of Art de Cleveland, trouve dans ce passage du Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq la confirmation de son appartenance au trésor de la cathédrale, de même qu’elle procure un terminus a quo pour son association sans doute tardive à la vie de Charlemagne.22

  • 23 DMF 2015 : recueillir (IA2b).

14Dans le cadre de la présente enquête, ce sont toutefois moins ces données tangibles qui m’intéressent que les conditions énonciatives qui en favorisent l’expression. Tout indique que pour livrer des descriptions aussi singulières dans un récit de pèlerinage, David Willart s’autorise de sa position particulière. Et de fait, celle-ci appelle un commentaire. Au premier folio du manuscrit autographe, le titre du récit accole les noms de Pierre Le Boucq et de son chapelain dans les termes suivants : « Le sainct voyage de Jerusalem faict par Pierre Le Boucq, filz de Pierre et de Jenne Vastare, Valentiennois, 1548, recoeillé par sire David Villart, prestre aiant servy de chapelain audit Pierre durant le voiage ». Faut-il alors comprendre que « le sainct voyage de Jerusalem » désigne le pèlerinage à proprement parler ou la relation qui en rend compte ? Quoique tout à fait classique, la formulation se révèle ici ambiguë, puisqu’elle empêche de déterminer le rôle exact des deux actants. En admettant qu’il s’agisse du texte, on sera tenté d’en considérer Pierre Le Boucq comme l’auteur, tandis que David Willart pourrait en être le copiste et/ou le compilateur, en un mot l’exécutant matériel. Parmi les sens de recueillir recensés par le DMF, celui de « compiler, réunir (des documents dispersés, dans un ouvrage) » semble à première vue approprié à qualifier la fonction du famulus.23 Toutefois, l’envoi au lecteur, au folio 2, relativise cette impression en accordant l’activité de compilation, ou du moins de reliure, à une troisième figure. Son signataire, Simon Le Boucq, notable de la ville de Valenciennes et parent de Pierre, s’attribue en effet la ligature du livre, et avec elle le soin mis à en assurer la conservation matérielle :

Au lecteur,

M’estant ce petit libvre tombé en main, je n’ay volu manquer de lui faire donner une petite ligature, non seulement pour le respect que le voiageur m’estoit parent, mais principallement pour faire veoir les belles remarques y contenues affin que ceux prendant la peine de la feuilleter y puissent recepvoir du fruict et, a l’imitation d’iceluy voiageur, emprendre le voiage pour y veoir les lieux que nostre Sauveur et Redempteur Jesus Christ at volu choisir pour y naistre et rachapter le gemre humain a l’arbre de la Croix. Amen.

Simon Le Boucq (fol. 2r)

  • 24 Voir le Récit du siège de Valenciennes, op. cit. n. 7, et l’introduction de l’édition du pèlerinage (...)

15La fonction d’archiviste et de collectionneur de Simon Le Boucq est par ailleurs bien documentée, puisqu’on sait qu’il possédait plusieurs ouvrages sur la ville de Valenciennes et qu’une Histoire ecclésiastique de la ville et comté de Valentienne, avec l’indication « prévost » et la date de 1650, porte sa signature.24 Mais surtout, l’entrée en matière de notre récit, au folio 3, éclaire les conditions de l’énonciation et, ce faisant, la nature des liens entre David Willart et Pierre Le Boucq. En précisant que « Pierre Le Boucq, marchant, natif de la ville de Vallenchiennez et moy, sire David Willart, prestre du diocese de Cambray, natif du Chastel en Cambresiz, aux despenz dus Pierre, meuz de devotion de visiter la saincte Cité de Hierusalem et aultrez sainctz Lieux venerablez et circonvoisinz », le chapelain s’arroge d’entrée de jeu le monopole de la première personne. Or cette distribution ne sera jamais modifiée par la suite : comme l’illustre la seconde occurrence de moy quelques lignes plus bas, les pronoms personnels et les formes verbales à la première personne abondent dans le texte, toujours en référence à David Willart, tandis que Pierre est désigné tantôt par il, tantôt par son prénom, et n’est inclus dans les propositions collectives (nous, on) que lorsqu’il est partie prenante des anecdotes racontées. Si donc l’initiative du voyage, et sans doute celle de sa mise en écrit, appartiennent à Pierre Le Boucq, force est de constater qu’il en cède d’emblée l’énonciation au prêtre cambrésien qui l’accompagne.

16Or cette situation particulière me semble devoir être mise en lien direct avec les commentaires artistiques relevés plus haut. Tous témoignent d’un affranchissement vis-à-vis de la monotonie énonciative et descriptive de rigueur dans ce type de textes qui tendent à évacuer toutes les marques de subjectivité. Il en va de l’énonciation comme de la description d’objets d’art : l’une et l’autre se trouvent phagocytées par l’écrivain-voyageur qui innove sous le couvert d’une auctoritas et d’un registre littéraire bien établis. En ce sens, je propose d’envisager l’émancipation hors du canevas traditionnel, favorable à l’expression d’une maîtrise et d’une émotion artistiques, comme le fruit de la liberté de ton que s’octroie David Willart dans un texte de surcroît attribué à un autre que celui qui écrit. Pour la même raison, on s’attendrait à ce qu’une telle échappée belle se cantonne à l’étape « pré-vénitienne », soit à la section narrative qui, pour sortir de l’itinéraire balisé, se soustrait aux contraintes pesant sur ce type de relation. En effet, il y aurait quelque chose de logique à voir les marques d’individualité, et avec elles l’expression de la sensibilité, s’effacer, même disparaître à l’entame du Sainct Voyage proprement dit, c’est-à-dire au moment de l’arrivée des pèlerins à Venise, en vue de satisfaire enfin aux attentes d’un lectorat déjà suffisamment patient. Cependant, il n’en est rien. Jusqu’ici absente ou presque de la narration, la figure du destinataire qui s’esquisse entre Venise et Jérusalem ne correspond pas à celle du dévot transporté par la géographie pieuse et familière des lieux sacrés ; loin de là, elle est pointée du doigt comme responsable de la posture sensible et singulière de l’écrivain.

« Pour ne point fascher le lecteur », ou quand les destinataires font la fine bouche

  • 25 Sur Venise comme lieu de pèlerinage secondaire, consulter É. Crouzet-Pavan, « Récits, images et myt (...)
  • 26 Le Voyage de la saincte cité de Hierusalem, avec la description des lieux, portz, villes, citéz et (...)
  • 27 Voir en particulier les folios 18v à 26 et leur apparat éditorial.

17Les pages dédiées à Venise et à Jérusalem, cadre consacré de l’expédition en Terre sainte, réservent une surprise de taille. Le tableau de la Sérénissime, « première fenêtre qui s’ouvre vers l’Orient », lieu de départ topique du pèlerinage en Terre sainte, n’est pas de la main de notre écrivain.25 Car ce passage obligé (fol. 18v-29r à l’aller, 69v-70r au retour) est entièrement emprunté au Sainct Voyage a Hierusalem de l’Anonyme parisien de 1480.26 C’est dire que les descriptions qui émaillent l’étape vénitienne, qu’il s’agisse des lieux de dévotion, des établissements religieux, des reliques qu’ils contiennent ou des légendes hagiographiques qui s’y rapportent, sont la copia d’un récit de pèlerinage antérieur. Or si l’écrivain prend soin d’actualiser chaque donnée, par exemple en adaptant le nom des personnages et les dates des événements, il ne fait jamais mystère de sa source. De fait, l’emprunt est rendu visible par une mise en page différente qui, dans cette section uniquement, intègre dans le corps du texte des titres et une séparation entre les paragraphes. Dans le récit même, il est en outre signalé au moyen du discours rapporté, qui place par exemple la visite de la basilique Saint-Marc dans la bouche de son organiste, maître Jacques (fol. 19v-20r). Enfin, les nombreuses coquilles et erreurs de transcription qui saturent ce passage – cacographies, autocorrections, lapsus calami, mécoupures, erreurs de syntaxe et de toponymie – l’isolent du reste du texte, assurément plus soigné.27

18Or si Venise fait l’objet d’une copia, Jérusalem ne vaut guère mieux, si ce n’est pire : sa description est carrément absente ! L’arrivée tant attendue dans la Ville sainte coïncide avec le silence absolu de David Willart qui, se limitant à des anecdotes quotidiennes, renvoie le lecteur désireux d’en savoir plus sur les Lieux saints à d’autres récits : « Amy lecteur, sy tu lez veulz sçavoir, tu lyraz le voiaige Jehan de Tournay ou George Lengherant, lesquelz sont aussy escriptz de ma main » (fol. 42v). C’est ici à une nouvelle facette de ses compétences de polygraphe que le famulus-chapelain-pèlerin-esthète-écrivain fait référence : celle de copiste. L’expression « escriptz de ma main » désigne bien évidemment l’activité de scribe dans le contexte, étant donné que les pèlerinages de Jehan de Tournay et de George Lengherant ont été effectués respectivement en 1487-1489 et 1485-1486 et que David Willart n’a donc en aucun cas pu y participer.

  • 28 A. Graboïs, Le Pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Paris-Bruxelles, De Boeck, 1998, p. (...)
  • 29 Félix Fabri, Les Errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-148 (...)

19Or pour chacune des deux villes, le famulus se justifie de son précédent office de copiste pour renoncer à décrire les loci les plus attendus du pèlerinage et laisser à autrui – in praesentia pour Venise, in absentia pour Jérusalem – le soin d’y remédier. Que penser d’un tel dévoiement ? Doit-on craindre que David Willart ne déçoive les attentes de ses destinataires et surtout de ceux qui, croyant lire Pierre Le Boucq, s’attendent à « recepvoir du fruict […] a l’imitation d’iceluy voiageur », comme le promet l’envoi ? C’est ce que suggère Jean Meyers à l’endroit d’un pèlerin autrement plus célèbre, Félix Fabri, dont la démarche est sous plusieurs aspects comparable. Considéré comme « la figure la plus originale de cette génération de pèlerins savants »28, le Dominicain suisse du couvent d’Ulm s’est rendu à deux reprises en Orient, comme il l’expose dans les deux relations correspondantes rassemblées dans son Evagatorium.29 De la première expédition, datée de 1480, Fabri rentre avec le sentiment que sa visite des Lieux saints a été trop rapide et son périple vain. C’est pourquoi il en livre un récit exempt ou presque de description des lieux sacrés, qui inspire à son éditeur le commentaire suivant :

  • 30 Ibid., tome I, p. xliii.

À rôder autour des faits mineurs, Félix finit par décevoir l’attente du lecteur de pèlerinages qui se bornerait à ce seul texte : sa futilité est peut-être un effet de sincérité ou de spontanéité, à moins qu’elle ne soit celui d’un fort potentiel romanesque sagement dérivé en récit. Quoi qu’il en soit, toute la science et la substance du pèlerinage ayant été réservées pour le livre de 1483, Venise, Jérusalem et les Lieux Saints sont les grands absents d’un récit dont l’auteur laisse si mal voir ce qu’il a de marche religieuse, son récit qui pourrait finalement être celui de n’importe quel voyageur profane, soldat ou marchand.30

20Comme le Zurichois s’en explique dans son récit, le second pèlerinage, effectué entre 1483 et 1484, a pour objectif de remédier aux manques du premier. Ce n’est qu’à cette occasion que le voyageur peut consigner tout ce qu’il voit et ajouter à la visite de Jérusalem une expédition au mont Sinaï et un retour par l’Égypte. On s’aperçoit ainsi que, quoiqu’empreinte d’« émotion » et d’une tonalité « romanesque », la première relation se caractérise surtout par son inachèvement. Elle est la source d’une frustration qui suscite chez l’écrivain-voyageur le désir d’un second départ visant à pallier les silences du premier. Or dans le cas de David Willart, c’est exactement l’inverse qui se produit. En effet, le Valenciennois légitime de son côté les blancs de son texte au prétexte qu’il s’est déjà acquitté de sa tâche par le passé. La distinction est ici cruciale, puisqu’elle permet de saisir la différence de démarche entre les deux auteurs : là où l’un réserve la description des Lieux saints à son « grand œuvre », l’autre choisit au contraire de l’en ôter lorsque, de copiste, il est promu au rang d’écrivain.

21Mais ce n’est pas tout. Le plus surprenant est qu’en agissant de la sorte, David Willart ne craint à aucun moment de tromper l’expectative de ses destinataires. Au contraire, il les désigne comme les instigateurs de sa démarche :

Lez Lieux sainctz de Bethleem lez povez veoir aux librez dessus ditz que j’ay omiz en ce lieu pour point fascher le lecteur, avec lez aultrez sainctz Lieux comme de Bethanie et dez montaignez de Judee. (fol. 43v-44r)

22Non seulement donc, l’omission est parfaitement explicite, et assumée, mais encore elle est attribuée au souci de ménager le lecteur, susceptible d’éprouver de l’ennui ou de la lassitude. Loin de décevoir son destinataire, David Willart revendique bien plutôt sa volonté de le satisfaire. Au vu de la connivence qui s’établit entre eux, c’est notre propre horizon d’attente, bien plus que celui qu’ils partagent, qui se trouve déjoué.

23Renoncer à décrire les Lieux saints, soit, mais à quel profit ? À lire cette portion du texte, on s’aperçoit qu’elle est truffée d’anecdotes comiques et de notations ironiques relevant du domaine du sensible, même du sensuel. Dans ces pages, notre esthète semble avoir trouvé à exprimer ses impressions non plus dans le domaine de l’art, sinon dans celui de la vie quotidienne. Les sensations gustatives et olfactives abondent, que le fin gourmet exprime sa prédilection pour la pastèque, qu’il compare à un melon « plainz d’eaue doulce fort bonne et merveilleusement froide » (fol. 37v), ou déguste des vins dont, en œnologue dilettante, il juge que l’un est une piquette « sentant fort l’aloine » et « fort amer », mais déclare le clarot, un rouge, « bon comme vin de Beaulne » (fol. 9r). La présence du vin scande d’ailleurs le texte, qu’il soit question de la soif qui, une fois assouvie, tourne à l’ivresse, source de diverses follyes, ou du mal de tête – parfois de mer – des lendemains d’hier. D’autres dispositifs, à l’instar de l’ironie, sont destinés à illustrer le malaise tantôt physique, tantôt moral ressenti par les pèlerins, qui souffrent de conditions d’hébergement spartiates à Jaffa où « chacun retournoit en son beau pallaiz tappisset non de tapiz de Flandrez maiz de la fiente du bestial » (fol. 37v), ou subissent le manque de reconnaissance d’un truchement pourtant bien récompensé : « Pierre donna ung pain de fin çucre de IIII libvrez, blanc comme mie, esperant d’avoir quelque adresche de luy : il nouz fit autant d’amitié que ceulx quy ne luy avoient rienz donnet » (fol. 39v). Ces mécanismes de distanciation par le rire ou du moins le sourire, mobilisés a posteriori, visent à désamorcer l’impact négatif de ce qui apparaît comme des mauvais souvenirs en vue de s’en amuser en compagnie des destinataires. De même, l’écrivain rapporte sur un mode comique des événements qui, à l’évidence, l’étaient beaucoup moins sur le moment, comme la nuit d’ivresse où un âne est introduit dans la chambre des voyageurs éveillés en sursaut, qui « penssoient que ce fut ung diable ou quelque fantosme » (fol. 48v). Et quoi qu’il en soit de tels écarts entre l’événement vécu et l’anecdote racontée, l’écrivain ne se départ jamais de son sens de l’observation ni de sa sensibilité envers toute forme d’art. C’est pourquoi figure, au milieu des excès nocturnes de cette « Fête de l’âne » revisitée, la description du récital de chant et de danse improvisé par les autochtones : « aulcunz Turcz de nostre garde allerent en leur chambre portant aulcun instrument comme ung rebec, long et estroict, lesquelz jouerent, chanterent et dansserent a leur mode, saultanz et faisanz sonz de leurz deux mainz, mouvant la teste et lez piedz. C’estoit choze estrange de lez veoir » (fol. 48r).

24On aurait cependant tort de conclure au pouvoir cathartique d’une écriture capable de se moquer de tout. Car David Willart est loin d’exercer l’autodérision sans nuance ; au contraire, il prend soin de ressusciter par la plume, et avec le plus grand sérieux, les émotions qui l’ont assailli dans les situations les plus périlleuses. Ainsi, la crainte que les Arabes inspirent aux pèlerins, notamment lorsqu’ils laissent sans sourciller l’un des leurs se noyer dans le Jourdain (fol. 44r), est omniprésente dans le texte. Jamais non plus l’écrivain ne se permet de tout dire. La licence poétique a beau s’autoriser des goûts du lecteur, la sensibilité de ce dernier n’est pas moins sujette à certaines délicatesses. Aussi doit-elle être ménagée au moment où sont dépeintes les réalités les plus prosaïques du voyage. Le chapelain, après avoir représenté dans des termes éloquents les « poulx a grand planté » qui envahissent les têtes pèlerines, entreprend de modaliser son récit par un « ne desplaise aux lecteurz » (fol. 47r), tout comme il atténue la portée de certaines anecdotes – « il nouz failloit faire umbre l’ung a l’aultre quand estoit de besoing purger nostre ventre » (fol. 36v) – par des précautions oratoires du type « a reverence parler ».

25Au cœur de cette mosaïque d’impressions, un type d’expérience sensorielle jouit d’une attention toute particulière : il s’agit des interactions avec les femmes. À lire le texte, on constate qu’un mélange de timidité, de gêne, de plaisir et de honte accompagne chaque contact du narrateur avec tout ce qui a trait au féminin, dans ce récit qui débute justement par l’aveu de son embarras au moment d’embrasser une « belle et honneste fille » venue prendre congé des pèlerins (« accourant pour nouz donner l’adieu, a laquelle me presentay et disant adieu la baisay, dont plusieurz commencherent a rire », fol. 3r). Tout clerc qu’il est, David Willart ne se montre pas moins sensible aux beautés du siècle et enclin à en louer les attraits. Parmi celles-ci, les logeuses qui l’hébergent lui inspirent de fréquents commentaires portant tantôt sur l’apparence, tantôt sur les manières. Il en va ainsi d’une « hostesse vesve eagie d’environ XXXVI anz, grande comme moy ou pluz bien en bon point » (fol. 11v) ou d’une autre, elle aussi veuve, « sy prudente et sçavante » qui « avoit deux bellez fillez a marier tant bien apprinses que merveillez » (fol. 13v). D’autres anecdotes sont plus truculentes, à l’instar de celle qui épingle le comportement d’une troisième hôtesse, remariée à « ung jeune petit mannequin monstrant eaige de XXIIII anz » qui « sambloit estre ung paige au regard d’elle » (fol. 74v), laquelle se montre plus empressée à servir un gentilhomme de passage que son mari. Or il arrive que les pèlerins soient eux-mêmes partie prenante de ces historiettes qui colorent la narration d’une tonalité à la fois érotique et comique. C’est le cas lorsque David Willart relate, non sans y prendre un malin plaisir, le jour où Pierre a manqué d’être battu « pour ce qu’il regarda une Venitienne et luy toucha les tetinz » (fol. 22v). Sans faire mystère de ses propres déconvenues, il rapporte avec une touchante sincérité sa honte d’avoir bu à la santé d’une « jeune fille » dont il ne s’était pas aperçu « qu’ell[e] estoi[t] a louer et que c’estoyt marchandise » : « Bumez a ell[e] et ell[e] a nouz puiz l[ui] demandasmez s’ell[e] se tenoi[t] content[e] de nouz : ell[e] di[t] que oy, nouz merchi[a] et nouz partismez dus lieu toutz honteux devisanz de ceste adventure » (fol. 57r). Ces parenthèses picaresques, plutôt rares au début du récit, revêtent au fil du texte une importance croissante. Pour le moins surprenante dans un récit de pèlerinage, l’atmosphère de comédie culmine dans l’épisode de culbute qui met David Willart aux prises avec l’épouse de son compagnon François. Ayant perdu la veille ses chausses d’équitation, la dame chute de cheval, découvrant malencontreusement son anatomie, tandis que le charitable chapelain la secourt avec empressement. Et le facétieux narrateur de rapporter la blague inventée sur le moment pour taquiner l’infortunée :

Apréz fit sa complaincte que ceste fortune luy estoit venue non ayant sez chaussez et, pour tant qu’elle avoit esté descouverte d’une cuisse seullement, estimant estre aultrement, dont plusieurz foiz me demanda sy je n’avoiz rienz veu, en laquelle en plaisir respondoiz que sy et que j’avoiz veu ung petit tasselet, ce quy n’estoit verité. Apréz avoir passet quelque petit de tampz et que estionz en ung boiz et que en tel chemin ne fault estre melancolieux, luy diz la verité car je n’avoiz veu aultre chose que le plat de sa cuisse par le dehorz, dont fut toutte resjouye et me merchia de la bonne diligence faicte verz elle. (fol. 75r-75v)

26À l’évidence, cet aparté carnavalesque offre à l’écrivain et au lecteur, comme sans doute au pèlerin jadis, une pause dans la relation des difficultés endurées par les voyageurs durant l’hiver. Mais force est de reconnaître qu’il détonne dans ce type de témoignage. Car l’histoire de la cuisse, même véridique, a partie liée avec la littérature, comme le suggèrent ses réminiscences tristaniennes et sa ressemblance avec l’univers des fabliaux. Surtout, sa présence confirme qu’une complicité hors norme s’est tissée entre le narrateur et ses destinataires amateurs de divertissement. Or ce faisant, elle laisse supposer ce qu’une telle liberté de ton doit à la position particulière de David Willart. Si on imagine mal Pierre Le Boucq assumer la responsabilité de tels énoncés, il est beaucoup moins choquant que son famulus s’en charge. En déléguant sa mission scripturaire, le notable affranchit le récit des constantes de la vogue narrative et lui donne l’occasion d’afficher sa résistance. Il en résulte une écriture singulière, jalonnée de marques de subjectivité et de clins d’œil en direction d’autres registres littéraires. Paradoxalement, le nègre est conduit – par sa condition même – à produire une œuvre au sens fort. C’est en vertu de sa conception non-rigoriste du récit de pèlerinage, autorisée par son statut de subordonné, que l’ancien copiste devient auteur. En revisitant la logique dévote au prisme de ses propres émotions, David Willart libère des potentialités descriptives et narratives inédites : de son expérience-écriture du sensible naît une expression personnelle que, de toute évidence, les destinataires appellent de leurs vœux.

  • 31 La citation suivante concerne les récits de pèlerinage à l’état manuscrit : « Tout se passe comme s (...)
  • 32 Voir le Récit du siège de Valenciennes, op. cit. n. 7, p. 25, 45-46, 59 et 61.

27En guise de conclusion, j’aimerais revenir à la position défendue en ouverture : pour être originales, voire inédites, les voies buissonnières empruntées par Le Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq n’ont cependant pas à voir avec une « nouveauté » ou une « modernité » témoin de la transition du Moyen Âge à la Renaissance. Bien plutôt, elles illustrent les conditions singulières, à vrai dire plus médiévales que prémodernes, de sa production et de sa réception. Si la présence d’émotions liées à la vision d’objets d’art ou à des scènes de la vie quotidienne nous surprend, il y a lieu de penser que ceux à qui le texte était destiné ne s’en étonnaient pas. Comme l’indiquent ses modes de composition et de conservation manuscrits, le témoignage forme moins un opuscule de piété pour le plus grand nombre que des mémoires destinés à un cercle restreint. La circulation sans doute très réduite du Sainct Voyage, dont on ne conserve qu’un exemplaire autographe, justifie à cet égard sa liberté de ton. Comme l’a relevé Marie-Christine Gomez-Géraud, les textes de pèlerinage réservés à la transmission manuscrite ont vocation à célébrer une famille, une maison, voire une ville. Ils se caractérisent de ce fait par l’intimité de leur destination, à l’opposition des imprimés qui, promis à une très vaste diffusion, se doivent de rester plus factuels et de réfréner les licences manifestées par David Willart.31 Ainsi la promotion du copiste-rédacteur en auteur paraît-elle dans son cas indissociable du caractère privé de la manuscriture. À croire le colophon qui figure à la fin du texte (fol. 83v), le propriétaire du codex en 1552, soit au moment où s’est achevée la rédaction du Voyage, était un certain Louis de la Fontaine, « dit Wicart », issu d’une riche famille bourgeoise de Valenciennes dont l’intérêt pour l’histoire de sa ville a été documenté.32 Autrement dit, les lecteurs de David Willart étaient, tout comme lui, des Valenciennois dont on se figure qu’ils partageaient son humour, comprenaient ses turpitudes et goûtaient d’autant plus ses hypotyposes qu’elles étaient sensibles. Dans le Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq, cette connivence forme la condition d’accès à la singularité d’un je émotif ; l’expression des affects suscités par l’expérience du pèlerinage, esthétique ou quotidienne, y est de l’ordre du private joke.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie à l’essai de reconstitution de l’un de ces petits guides au moyen d’une analyse factorielle par J. Brefeld, A Guidebook for the Jerusalem Pilgrimage in the Late Middle Ages. A Case for Computer-Aided Textual Criticism, Hilversum, Verloren, 1994. Voir aussi l’édition de l’un de ces guides en latin, dans Un Guide du pèlerin de Terre sainte au xve siècle, éd. R. Pernoux, Mantes, Imprimerie du Petit Mantais, 1940.

2 L’expression est de Frédéric Tinguely, dans son article « Janus en Terre sainte : la figure du pèlerin curieux à la Renaissance », Homo Viator. Le Voyage de la vie (xve-xxe siècles), dir. F. Lestringant et S. Moussa, Revue des Sciences Humaines, 245, 1997, p. 51-65, repris dans Le Voyageur aux mille tours. Les ruses de l’écriture du monde à la Renaissance, Paris, Champion, 2014, p. 23-37. Sur le caractère répétitif et monotone de cette veine littéraire, je renvoie notamment à l’ouvrage de J. Richard, Les Récits de voyages et de pèlerinages, Turnhout, Brepols, 1981.

3 Voir S. Greenblatt, Ces Merveilleuses Possessions : découverte et appropriation du Nouveau Monde au xvie siècle, trad. de l’anglais (1991), Paris, Les Belles Lettres, 1996, et en particulier le chapitre premier consacré à Jean de Mandeville.

4 Je pense, parmi d’autres travaux, au dernier ouvrage de D. Boquet et P. Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Seuil, 2015.

5 Ces références, dans l’ordre chronologique, sont les suivantes : A. Dupront, Du sacré : croisades et pèlerinages, images et langages, Paris, Gallimard, 1987 ; M.-C. Gomez-Géraud, Le Crépuscule du Grand Voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem (1458-1612), Paris, Champion, 1999 et F. Tinguely, « Janus… », op. cit. n. 2 et « Une tradition réorientée : pèlerinage et gallicanisme chez Jean Thenaud », « Passages » : du Moyen Âge à la Renaissance, dir. J.-C. Mühlethaler, Versants, 38, 2000, p. 91-102, repris dans Le Voyageur…, op. cit. n. 2, p. 39-49.

6 Sa mention est notamment absente des ouvrages cités de Richard, Dupront et Gomez-Géraud.

7 Le Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq rédigé par David Willart, édition critique du récit de pèlerinage par B. Bourdin, sous la direction de M. Uhlig, Mémoire de Master, Faculté des lettres de l’Université de Fribourg, 2016, à paraître dans les Presses littéraires de Fribourg. Sur l’histoire de ce manuscrit, voir en particulier les pages 4 à 6 ainsi que le Récit du siège de Valenciennes en 1656, d’après le ms orig. de Simon Le Boucq, éd. M. Hénault, Valenciennes, Imprimerie Bonenfant, 1889, p. 25, 45-46, 59 et 61.

8 Sur ce projet de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche, voir le lien suivant : http://www.mediaevum.unifr.ch/d/forsch_projekte/projekt_liste/bacci-venedig.htm, ainsi que les actes du colloque The Holy Portolano : the Sacred Geography of Navigation in the Middle Ages / Le Portulan sacré : la géographie religieuse de la navigation au Moyen Âge, Fribourg Colloquium 2013/Colloque fribourgeois 2013, dir. M. Bacci et M. Rohde, Berlin, De Gruyter, 2014. La journée d’études internationale Travelling Hopefully : le voyage d’outremer à la fin du Moyen Âge que nous avons organisée avec Michele Bacci et Elisabeth Dutton à l’Université de Fribourg le 10 mai 2016 a également trouvé place dans le cadre de ce projet.

9 Au contraire des travaux cités de M.-C. Gomez-Géraud et de F. Tinguely qui, notamment, s’inscrivent dans cette perspective.

10 Au départ de la Terre sainte, le voyage de retour est organisé selon les étapes suivantes : « De Jaffa à Venise » (fol. 50v-68v) et « De Venise à Valenciennes » (fol. 68v-83v). Le contraste est frappant avec d’autres récits de pèlerinage, comme le Livre et exortation pour esmouvoir les chrestiens d’aller visiter le Sainct Sepulchre de nostre Seigneur en Hierusalem et les autres lieux sainctz en la Terre Saincte de Pierre Mésenge, où l’arrivée à Venise des pèlerins en provenance de Rouen est déjà relatée au folio 2 (éd. M. Muller, Mémoire de Master présenté à la Faculté des Lettres sous la direction de M. Uhlig, Université de Fribourg, 2016). Entre la préface (fol. 1r) et l’arrivée à Venise, un verso suffit à relater le voyage d’aller. Au retour, cinq lignes conclusives résument le voyage de Venise à Rouen (fol. 76r).

11 Sur ce type de production picturale, je renvoie aux travaux de T. Le Deschault de Monredon, en particulier à son ouvrage Le Décor peint de la maison médiévale : orner pour signifier en France avant 1350, Paris, Picard, 2015.

12 Ce procédé n’est pas limité au domaine profane, puisqu’on en trouve l’équivalent concernant le décor intérieur des églises « à la manière de Brabant », notamment dans un édifice religieux de Kempen où « il y avoit dez orguez et bellez imaigez, entre lesquellez estoit une de Nostre Dame au Soleil, a deux costez, a la maniere de Brabant, pendant en l’air » (fol. 73r) et, près d’Ulm, dans une chapelle où « estoit ung crucifix, ung beau repositoire du sainct Sacrement de l’autel de pierre blance taillie retaindant la vaulsure du cœur a la maniere de Brabant » (fol. 74r).

13 Le cas le plus célèbre est sans doute celui de Jean de Mandeville, qui dépeint la splendeur de la basilique du Mont Sion au chapitre XI, alors même qu’elle était en ruines depuis un demi-siècle au moment de la rédaction de son Livre des merveilles, suggérant sans qu’on puisse l’affirmer avec certitude qu’il a copié ses sources livresques sans effectuer lui-même le pèlerinage.

14 Voir aussi, dans le récit du retour, la visite de l’abbaye de Kempen où « nouz ouismez messe et celebroient a la maniere de nouz » (fol. 73r).

15 Voir par exemple la description suivante, probablement de la ville de Weinheim et de son château : « Faynghen est une belle ville, aupréz de laquelle passe une grosse riviere. Est ung beau chasteau sur une roce ; est une belle eglise toutte noeuf ne bien accoustree tant de verrierez que d’imaigez, et le trosne ou on annonce la parolle de Dieu, fort magnificque, de pierre grise ; est une belle fontaine sur la place de las ville rendant grande habondance d’eawe. » (fol. 11r-11v)

16 DMF 2015 : bracelet « pièce de l’armure servant à protéger l’avant-bras » (B1) ou braceul « armure qui couvre le bras ».

17 DMF 2015 : cornet1 « instrument de musique fait d'une corne d’animal, cor, trompe, trompette » (A).

18 DMF 2015 : bague2, au pluriel (A), « équipement », « objets quelconques, ustensiles divers », « affaires personnelles », « menus objets mobiliers », « objets précieux ».

19 DMF 2015 : latte « longue pièce de bois (clouée aux chevrons), étroite et plate, utilisée en charpenterie » ; licorne (B, corne de) « morceau de corne d’animal, morceau d’ivoire ou dent de narval considéré comme contrepoison universel et matière semi-précieuse et dont on enchâsse des morceaux dans la vaisselle ou dans divers objets ».

20 DMF 2015 : camaïeu « pierre fine sculptée en relief, formée de deux couches de même couleur avec des tons différents ».

21 DMF 2015 : paix « petit plateau fait en matières précieuses que le célébrant donne à baiser aux fidèles au cours de la messe, en signe de paix, patène » (article 3/4, C1, LITURGIE).

22 L’icône, accompagnée de renseignements sur sa provenance et les matériaux qui la constituent, est accessible via le lien suivant : http://www.learn.columbia.edu/treasuresofheaven/relics/zoomify/Pendant-Icon-with-the-Virgin-Dexiokratousa.php La notice corrobore les renseignements donnés par David Willart, notamment l’inscription au dos de l’objet – « HA[N]C YMAGINE[M] FEC[IT] EV[ANGELISTA] AD SI[MI]LITUDINEM B[EA]T[AE] MARI[AE] ». Voir à ce sujet I. Kalavrezou-Maxeiner, Byzantine Icons in Steatite, Vienne, Verlag der Oesterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1985, p. 124 Kat. 34 ; H. Belting, Bild und Kult. Eine Geschichte des Bildes vor dem Zeitalter der Kunst, Munich, Beck, 1990, p. 374 ; H. A. Klein, « 20. Anhänger mit Maria und Kind », The Cleveland Museum of Art. Meisterwerke von 300 bis 1 550, Ausstellungskatalog (München, Bayerisches Nationalmuseum, 11.05-16.09.2007), dir. R. Eikelmann, Munich, Hirmer, 2007, p. 72-73 ; Treasures of Heaven : Saints, Relics, and Devotion in Medieval Europe, dir. M. Bagnoli et H. A. Klein, Londres, The British Museum Press, 2011, p. 201. Tous ces renseignements m’ont été communiqués par Michele Bacci, auquel j’adresse mes plus vifs remerciements.

23 DMF 2015 : recueillir (IA2b).

24 Voir le Récit du siège de Valenciennes, op. cit. n. 7, et l’introduction de l’édition du pèlerinage de Pierre Le Boucq, op. cit. n. 7, p. 5-6.

25 Sur Venise comme lieu de pèlerinage secondaire, consulter É. Crouzet-Pavan, « Récits, images et mythes : Venise dans l’Iter hiérosolomytain (xive-xve siècles) », Mélanges de l’École française de Rome, 96, 1984, p. 489-535 et Venise triomphante. Les horizons d’un mythe, Paris, Albin Michel, 1999, ainsi que M. Balard, « Le peregrinagium maritimum en Méditerranée (xive-xve siècles) », The Holy Portolano, op. cit. n. 8, p. 33-50 (p. 40).

26 Le Voyage de la saincte cité de Hierusalem, avec la description des lieux, portz, villes, citéz et aultres passaiges, fait l’an mil quatre cens quatre vingtz, éd. C. H. A. Schefer, Paris, Leroux, 1 882. Voir en particulier les pages 11 à 20, ainsi que M. Balard, « Le peregrinagrium… », op. cit. n. 25, p. 40-42.

27 Voir en particulier les folios 18v à 26 et leur apparat éditorial.

28 A. Graboïs, Le Pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Paris-Bruxelles, De Boeck, 1998, p. 50. Sur Fabri, voir entre autres J. Meyers, « L’Evagatorium de frère Félix Fabri : de l’errance du voyage à l’errance du récit », Le Moyen Âge, CXIV, 2008, p. 9-36 et la conférence de F. Tinguely du 10 mai 2016 à l’Université de Fribourg, « Felix Faber, pèlerin en perte de repères » (Travelling Hopefully, journée d’études citée n. 8).

29 Félix Fabri, Les Errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-1483), éd. du texte latin et trad. sous la dir. de J. Meyers et N. Chareyron, Montpellier, CERCAM, 3 tomes, 2000-2006.

30 Ibid., tome I, p. xliii.

31 La citation suivante concerne les récits de pèlerinage à l’état manuscrit : « Tout se passe comme si en ce premier siècle de l’imprimerie, le pèlerin, de retour parmi les siens, ne songeait pas le plus souvent à diffuser son récit hors d’un circuit de proximité. Il semble bien que les récits circulent d’abord dans une société de familiers et d’amis et n’entretiennent pas d’autre ambition que de consigner la mémoire du voyage auprès des familiers du pèlerin. » Sur la distinction entre manuscrit et imprimé dans les récits de pèlerinage, je renvoie au chapitre V du livre de M.-C. Gomez-Géraud, « La plume, la presse et le bourdon » (Le Crépuscule…, op. cit. n. 5, p. 261-300, p. 253).

32 Voir le Récit du siège de Valenciennes, op. cit. n. 7, p. 25, 45-46, 59 et 61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Uhlig, « Quand la Via Crucis se fait buissonnière : le très sensible Sainct Voyage faict par Pierre Le Boucq de David Willart (1552) », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/992 ; DOI : 10.4000/memini.992

Haut de page

Auteur

Marion Uhlig

Université de Fribourg

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals