Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Louis Bosc, Montpellier et la médecine andalouse au Moyen Âge. Transfert des textes et des savoirs,  Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2016

Valeria Russo

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jean-Louis Bosc s'inscrit dans un horizon bibliographique nouveau. À la croisée de l’histoire et de la philologie, cette étude ouvre une voie inédite de recherches dans un domaine qui s'impose par son interdisciplinarité revendiquée et assumée. L'auteur convoque pour son étude de nombreux savoirs et connaissances, en particulier des compétences linguistiques – du latin au catalan jusqu’à l'arabe – qui fondent l'importance de cet ouvrage et son caractère unique. L'exemplarité de ce travail réside justement dans cet apport interdisciplinaire, alors qu’historiens et philologues, arabisants et néo-latinisants travaillent dans des univers séparés, tandis que la pierre angulaire de la culture romane médiévale est représentée par un rapport de familiarité profonde et un contact culturel ininterrompu avec l’occident arabe.

2L’affranchissement des frontières culturelles et linguistiques constitue le noyau dur de cette étude tant dans ses principes que dans ses principaux questionnements. Bosc analyse les « situations d’interface » qui émergent dans les œuvres médicales montpelliéraines, en se focalisant, d’abord, sur les données textuelles et, ensuite, sur les phénomènes extratextuels permettant de connaître la portée et les dynamiques du rapport qui s’instaure entre la tradition savante arabo-hispanique et l’héritage culturel de l’université occitane, dans une alliance incessante entre savoirs et pouvoir politique. L’objet analysé dans cette perspective est la transmission textuelle, observée via les traductions et les citations d’œuvres médicales arabes attribuables à l’ « aire montpelliéraine » pendant le patronage de la Couronne d’Aragon. La question est posée à partir de deux postulats de départ : que les œuvres du studium montpelliérains révèlent l’ « arabisme médical » soutenu dans cette université et que les citations d’auteurs arabes présentes dans ces œuvres sont réalisées à partir de textes traduits dans le même milieu. La translatio et la traductio représentent, donc, le point de référence constant de l'analyse, soutenue par l'observation concrète et le repérage des citations présentes dans les 442 œuvres du corpus.

3Du point de vue méthodologique, Bosc cherche précisément à établir ce vaste corpus et à donner des armes pour l'analyser. Choisies sur la base du rapport qui lie les auteurs au milieu montpelliérain, les œuvres sont d’ampleur variée, ce qui rend réalisable une telle entreprise, la plupart d’entre elles étant très courtes. Le nombre des textes rend toutefois impossible l'accès systématique à tous les témoins et, comme l’auteur le précise, ils sont souvent dépourvus d’une édition critique. L'absence d'une véritable étude consacrée à la tradition manuscrite de chaque texte constitue donc une faiblesse méthodologique irrésolue et représente une omission non négligeable dans un travail dont l’intention principale demeure l’histoire textuelle d’un transfert culturel.

4L’œuvre, qui s’ouvre sur la préface de Lluís Cifuentes i Comamala [9-12] et l’introduction de l’auteur [13-19], s’organise en trois parties: la première partie, « L’écrit médical montpelliérain » [23-82], est consacrée à l’établissement du corpus latin – produit au sein de la ville occitane – dans lequel sont identifiés dans un second temps les citations d’auteurs andalous ; dans la deuxième partie, « “Apud Arabes” : les auctoritates andalouses » [83-176], l’auteur se concentre sur l’identification des écrits médicaux andalous cités par les montpelliérains ; dans « Le recours aux auteurs andalous » [177-290], enfin, Bosc se penche plus en profondeur sur certains exemples, afin de sonder et d’interpréter les dynamiques de convergence et les « voies de transfert » des œuvres médicales arabes dans l’ « aire montpelliéraine ». À la suite de la conclusion [291-296], l’ouvrage se termine sur six longues annexes, très précises et utiles : l’ « Établissement du corpus montpelliérain », les « Sources manuscrites et imprimées des œuvres montpelliéraines », les « Tableaux hors texte », les « Fiches par œuvre montpelliéraine citant des auteurs andalous », les « Sources manuscrites et imprimées des œuvres andalouses » et les « Autres sources ». L’ouvrage se renferme, enfin, sur la bibliographie, le glossaire, un index nominum, un index locorum, une liste des tableaux, la table des graphiques et la table des cartes.

5La remarquable richesse de l’ouvrage montre à plusieurs reprises une démarche intellectuelle qui joint l’érudition à une conscience pratique. Le chapitre « Les auteurs et les œuvres » [33-76] en est un exemple représentatif : un inventaire des clerici liés à l’essor médical de l’université de Montpellier du xiiie au xve siècle est offert en annexe et représente une sorte d’outil indépendant dont l’importance est accrue par le fait que cette entreprise est totalement inédite. À partir de ce répertoire, Bosc retient les figures considérées comme responsables du « transfert » en question et fournit un renseignement bio-bibliographique très scrupuleux sur tous ces auteurs. Il est important de remarquer, dans ce cadre, que la masse de données, tirée des nombreuses études en la matière, n'est jamais récupérée sans être d'abord questionnée, réélaborée et souvent rectifiée.

6Les chiffres représentent, à bien des égards, les pivots de cet ouvrage qui est fondé sur de nombreux calculs et statistiques, dont les résultats sont ensuite réinvestis par l'auteur dans le cadre d'une incessante élaboration théorique. Ainsi l’auteur parvient à établir que, sur les 442 œuvres du corpus, 265 contiennent des références aux auctoritates grecques et arabes et, parmi ces dernières, il calcule que 119 citations relèvent d’auteurs andalous : il s’agit, donc, au total, de 28 œuvres de neuf auteurs arabes, dont sept, de six auteurs distincts, sont citées à partir de traductions réalisées par les personnages liés à l’ « aire montpelliéraine »,  en suivant deux voies de transfert différentes, la voie aragonaise et la voie judéo-montpelliéraine. La perspective pyramidale procédant de cette analyse, d’une rigueur impeccable, est cependant soumise au bilan arbitraire des résidus d’une tradition dont il est impossible de calculer l’ampleur originaire à travers les chiffres qui nous sont parvenus tronqués par la sélection naturelle et humaine. De ce point de vue, la reconstruction historique aurait pu bénéficier d’une approche philologique plus stricte. En effet, l’auteur ne s’appuie sur l’analyse philologique qu’au niveau textuel – dans l’identification des sources – et ne tente pas d’évaluer le poids du nombre des témoins conservés ni de reconsidérer le véritable statut de la citation, dont la valeur est variable selon le contexte dans lequel elle est exploitée. La même observation s’applique à la recherche de la double couche de transmission, qui se réalise à la fois à travers la traduction et la citation : l’entreprise se révèle hasardeuse, étant donné l’absence relativement fréquente d’un texte de référence, comme dans le cas du De simplici medicina [213-214] et du Regimen sanitatis [265-268] d’Arnoldus de Babenberga. Cela oblige, en effet, à postuler la présence d’un texte intermédiaire entre l’écrit andalou et l’œuvre montpelliéraine : il n’est pas improbable, en revanche, que les auteurs occitans aient traduit personnellement le passage cité ou, bien plus probablement, que la citation ait été récupérée et transmise par voie informelle (s’agissant souvent de morceaux très courts de texte). Cela étant dit, on ne peut attendre d'un ouvrage consacré à un corpus aussi ample, la même précision philologique que celle que l'on exigerait d'une édition critique. En effet, la valeur de cette étude qui privilégie l’aperçu panoramique au regard particulier réside dans la relativité de cette tendance bien reconnue par l’auteur. De ce schéma interprétatif, donc, émerge sans aucun doute une approche avant-gardiste dans l’examen du rapport entre production médicale arabo-andalouse et écrit montpelliérain qui se manifeste à la fois par le choix d’une matière d’étude extraordinairement vaste et par l’application de critères méthodologiques convenablement proportionnés à cette dernière.

7L’ouvrage de Bosc inaugure une nouvelle piste de recherches sur la translatio studiorum qui informe la culture de l’occident arabe et philo-arabe. À nouveau mise en lumière, la présence massive et imposante du savoir andalou dans l’expérience intellectuelle et scientifique médiévale est approfondie et exposée par le biais de données textuelles extrêmement concrètes. Dans ce transfert de connaissances, le domaine médical occupe une place prédominante et Montpellier est identifié comme l’un des foyers de la réception et de la transmission de l’ « arabisme médical ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valeria Russo, « Jean-Louis Bosc, Montpellier et la médecine andalouse au Moyen Âge. Transfert des textes et des savoirs,  Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2016 », Memini [En ligne], 22-23 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/memini/998

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Société des études médiévales du Québec
  • OpenEdition Journals