Navigation – Plan du site
Analyses et interprétations

Espace, mouvement et corps virtuels chez Merleau-Ponty

Space, movement and virtual bodies at Merleau-Ponty
Marc Parmentier

Résumés

Dans La structure du comportement Merleau-Ponty introduit le concept d' « espace virtuel », dans la Phénoménologie de la perception ceux de « mouvement virtuel » et de « corps virtuel ». L'objectif de cet article est d'établir les liens entre ces trois notions que Merleau-Ponty emprunte à la littérature psychologique de son temps et de montrer pourquoi elles constituent des éléments-clés de sa philosophie de la perception.

Haut de page

Texte intégral

A. L'espace virtuel

Le paradoxe du veston

  • 1 Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, Le problème anthropologique dans l'oeuvre de Merleau-P (...)
  • 2 « ...le sens d'être des comportements se conquiert dans une confrontation avec différentes psycholo (...)
  • 3 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure du comportement, Paris, PUF, p. 74.
  • 4 Merleau-Ponty mentionne le paradoxe des objets symétriques dans la Phénoménologie de la perception  (...)
  • 5 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 96.

1La Structure du comportement se donne comme objet « les rapports de la conscience et de la nature ». En se situant « en deça du dualisme »1 Merleau-Ponty cherche à échapper aussi bien au mécanisme qu'au vitalisme. Le premier chapitre montre qu'une réflexologie mécaniste est incapable d'expliquer les « comportements réflexes » eux-mêmes2 ; le deuxième montre que les « comportements supérieurs » animaux et humains ne peuvent pas a fortiori se réduire à une addition de réflexes. À l'encontre de la théorie pavlovienne et de l'atomisme psychologique ou physiologique, Merleau-Ponty affirme l'existence d'une « fonction générale d'organisation du comportement »3. Il n'existe donc aucune correspondance terme à terme entre l'activité nerveuse et le comportement, lequel présente toujours un caractère global. Pour parachever sa démonstration, il mène une analyse de la perception d'un « objet d'usage ». Un veston est posé en face de son propriétaire. Pour que celui-ci le perçoive comme son vêtement, susceptible d'être endossé, il doit être capable d'identifier comme manche gauche la manche qui est pourtant située à sa droite et inversement. Voici un paradoxe des objets symétriques dont la théorie du conditionnement ne saurait venir à bout4. Sa résolution suppose en effet que soit donnée, à travers « une constellation de stimuli à la fois proprioceptifs et extéroceptifs »5, une série de « correspondances réglées » reliant la position actuelle du veston à celles qu'il devra occuper pour pouvoir être enfilé :

  • 6 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 98.

« Entre l'aspect actuel du vêtement placé devant moi, les positions qu'il peut occuper dans l'espace (par exemple quand je le prendrai et le placerai derrière moi pour le revêtir) et les régions droite et gauche de mon propre corps s'établit une série de correspondances réglées, qui permettent au normal de manier le vêtement sans hésitation et qui manquent à l'agnosique. »6

2Les trajectoires susceptibles de mettre en correspondance le corps et son vêtement sont en nombre infini. L'espace perceptif est donc constitué d'un horizon de trajectoires possibles susceptibles de « variations » dont les points ne correspondent pas à des positions actuelles mais à des « localisations virtuelles » :

  • 7 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 98-99.

« Mais un comportement adapté exige quelque chose de plus : il faut que chaque point de l'étendue concrète actuellement vue possède non seulement une localisation présente, mais encore une série de localisations virtuelles qui le situent par rapport à mon corps quand mon corps se déplacera, de telle manière que, par exemple, j'engage sans hésitation mon bras gauche dans la manche qui était à ma droite lorsque le veston était posé devant moi. »7

  • 8 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 79-80.

3Comme l'ensemble des comportements supérieurs, la perception d'un veston ne se déroule pas dans un espace concret constitué d'une « multiplicité de parties extérieures les unes aux autres »8, mais dans un espace perceptif que Merleau-Ponty qualifie de « virtuel » :

  • 9 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 98-99.

« Chaque position perçue n'a de sens qu'insérée dans un cadre d'espace qui comprend un secteur sensible, actuellement perçu, mais aussi un « espace virtuel » dont le secteur sensible n'est qu'un aspect momentané. »9

4Merleau-Ponty insère ici une note renvoyant à l'ouvrage publié en 1925 par Henri Wallon, Stades et troubles du développement psychomoteur et mental chez l'enfant. Pour comprendre ce que Merleau-Ponty entend par « espace virtuel », nous devons, dans un premier temps, nous reporter à ce texte. Mais, dans la mesure où Merleau-Ponty mène déjà ici une analyse phénoménologique de la perception, nous devrons également chercher des éclaircissements dans les analyses situées dans le troisième chapitre de son ouvrage ainsi que dans la Phénoménologie de la perception.

L'espace virtuel selon Wallon

  • 10 Henri Wallon,(1925), Stades et troubles du développement psychomoteur et mental chez l'enfant, Pari (...)

5Dans l'ouvrage cité, Henri Wallon raisonne dans le cadre de la liaison entre activité motrice et activité mentale ; il évoque les « concomitants moteurs de la pensée » qui « peuvent donner lieu au mouvement sans être des mouvements eux-mêmes »10. Il s'agit, par exemple, des mécanismes d'accommodation ou des phénomènes de tension, dans lesquels la fonction tonique des muscles passe au premier plan. L' « espace virtuel » intervient comme le contexte dans lequel il faut situer un certain nombre de gestes parasites, d'« échappements moteurs », comme les mimiques, accompagnant les diverses activités mentales :

  • 11 Henri Wallon (1925), Stades et troubles du développement, p. 177.

« Simultanément l'appareil moteur devient réfractaire aux diversions périphériques d'origine exo ou même endogène, non sous l'influence immédiate des abstractions mentales, mais par suite de l'accommodation tonique qui leur répond et qui l'occupe d'éventualités différentes de celles dont l'extérieur l'assiège. Cette adaptation ou préadaptation aux objets de la pensée est la source d'échappements moteurs dont la mimique est pleine : surtout chez les enfants et les sujets mal en possession de leur contrôle psycho-moteur. Ce sont des gestes qui semblent souvent insister sur une direction ou la modifier, comme si l'esprit s'orientait dans une sorte d'espace virtuel parmi ses idées. »11

  • 12 Henri Wallon (1921), « La conscience et la conscience du moi », Journal de psychologie normale et p (...)

6Wallon renvoie ici son lecteur à un article qu'il a publié en 1921 dans le Journal de psychologie normale et pathologique intitulé « La conscience et la conscience du moi », dont l'objectif est, entre autres, d'illustrer le caractère tardif de l'opposition moi/non moi. Selon Wallon « la conscience naît sur l'objet de sa perception qui occupe un certain lieu »12. Elle est donc, dans un premier temps, répandue dans l'espace. Le passage à la conscience du moi suppose un mouvement d'abstraction transformant la tendance spontanée des états de conscience à se localiser en une « orientation virtuelle » :

  • 13 Henri Wallon (2015), Oeuvres 2, Paris, L'Harmattan, p. 250.

« Cet effort suprême d'abstraction, qui fonde au-dessus des expériences particulières l'identité du sujet et la possibilité d'une pensée rationnelle, réduit mais ne supprime pas la tendance des états de conscience à se localiser. Nos représentations, nos actes psychiques ont une orientation virtuelle, que révèle chacune des crises où l'auto-affirmation du moi défaille »13.

7Prenant le relais des mouvements impliquant originairement l'ensemble du corps, mimiques et autres jeux de physionomie témoignent de cette transformation. Leur composante physique est refoulée, voire « sublimée », et ne demeure qu'à l'état de trace. Les mouvements parasites accompagnant les activités mentales se déploient nécessairement dans un espace, comme tous les mouvements, mais cet espace n'est plus l'espace objectif où se situent les objets. Les localisations et les orientations qu'il comporte n'ont de signification que pour le sujet. Cet espace est donc « virtuel » au sens où s'y déploient des mouvements naissants ou avortés, mais aussi au sens où il constitue un espace mental structuré.

  • 14 Voir Henri Wallon (1932), « De l'expérience à la notion de causalité et à la relation-symbole », Jo (...)
  • 15 « En réalité, le champ perceptif est essentiellement un champ d'action », Henri Wallon (1942), De l (...)

8Cette curieuse conception s'éclaire par la façon dont Wallon interprète l'acquisition de la notion d'espace au cours des stades du développement14. Pour l'enfant, l'espace est d'abord, non pas un espace-mesure, mais un espace vécu inséparable de la motricité, un espace où se déploient des gestes, un « espace moteur » et non un espace conceptuel. À ce stade le mouvement ne se distingue pas de sa projection dans l'espace et ne s'oppose pas à un milieu existant objectivement. Dans un second temps, au cours du stade sensori-moteur, l'espace s'élargit progressivement dans le sens de l'objectivité. Il abritera peu à peu des localisations d'objets extérieurs, mais qui demeurent en rapport avec des mouvements : c'est l'espace de « l'intelligence pratique », qui est aussi une intelligence spatiale. En effet tous les gestes, qu'ils soient effectués par des animaux, des enfants ou des primitifs, supposent une compréhension globale de la « situation » et aucun ne se réduit à une addition de composants élémentaires. L'espace à ce stade est structuré dynamiquement par des « lignes de force », c'est un « champ d'action »15. C'est seulement dans une phase ultérieure que l'espace deviendra un espace abstrait, objectif, géométrique, homogène, « discriminatif » (au sens où un objet ne peut se situer qu'en un seul lieu et où un même lieu ne peut contenir qu'un seul objet), et qu'il cessera de se confondre avec l'espace des gestes. Dès lors un objet peut y être localisé indépendamment du corps propre et de ses déplacements et Wallon qualifie de virtuelles les relations qu'il abrite :

  • 16 Henri Wallon (1932), « De l'expérience à la notion de causalité », p. 123. Wallon précise la nature (...)

« Tout autre est l'espace mental. Il n'est pas le simple pouvoir de se diriger vers un objectif connu ou imaginé, mais celui de distinguer parmi tous les autres un lieu quelconque, en définissant leurs rapports réciproques. En même temps que l'objet actuel, il pose à l'état virtuel le système de ses relations »16.

9L'importance de l'accès à cet espace est considérable puisqu'il conditionne l'accès à la pensée rationnelle ainsi qu'au langage :

  • 17 Henri Wallon (1942), De l'acte à la pensée, p. 80.

« Le passage de l'un à l'autre semble se produire à l'instant où la notion d'espace, cessant de se confondre avec l'espace de nos mouvements et du corps propre, paraît se sublimer en des systèmes de lieux, de contacts, de positions et de relations indépendants de nous. Les degrés de cette sublimation vont du plus concret au plus abstrait et sont à la base des différents schémas à l'aide desquels notre intelligence peut classer et distribuer les images concrètes ou les symboles abstraits sur lesquels elle devient capable de spéculer. »17

10La pensée discursive requiert en effet une capacité de mise en ordre supposant elle-même une spatialisation, fût-ce au sein d'un « espace en puissance ». L'espace discriminatif est condition des discriminations intellectuelles. C'est précisément à cet espace que se réfère Merleau-Ponty lorsqu'il décrit les efforts que doit faire un homme pour expliquer un itinéraire et s'extirper mentalement de l'espace ambiant :

  • 18 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 128.

« Il est plus facile de parcourir un itinéraire compliqué que de l'expliquer à quelqu'un, et souvent, au cours de l'explication, nous nous servons d'une mimique motrice sans laquelle, surtout si nous sommes fatigués, nous ne saurions parcourir mentalement le trajet. [...] Ce que l'attitude motrice apporte, ce ne sont pas des contenus, c'est plutôt le pouvoir d'organiser le spectacle visuel, de tracer entre les points de l'espace représenté les relations dont nous avons besoin. [Le] recours prétendu aux données tactiles est en réalité un recours à l'espace vécu, par opposition à l'espace virtuel dans lequel nos indications se situaient d'abord. Par les gestes que nous ébauchons nous faisons momentanément coïncider les directions principales du champ virtuel où se déroulait notre description avec les structures fortes — droite et gauche, haut et bas — de notre corps propre. »18

11Les mimiques sont à la fois l'indice de la difficulté de se projeter dans un espace neutre, objectif, géométriquement structuré, et le moyen de le faire en s'aidant d'un élément moteur.

  • 19 « Une chose exprime une autre (dans mon langage) lorsqu'il y a un rapport constant et réglé entre c (...)
  • 20 « La quantité n'est pas une négation de la qualité, comme si l'équation du cercle niait la forme ci (...)
  • 21 Mathématiquement une isométrie faisant intervenir une symétrie serait également possible, mais elle (...)

12L'espace virtuel entourant le veston comporte, lui aussi, un caractère géométrique. « Correspondances réglées » : c'est le syntagme qu'emploie Leibniz pour définir son concept d'expression qui est avant tout un concept mathématique19. Que cette définition soit présente à l'esprit de Merleau-Ponty ne fait aucun doute dans la mesure où, quelques pages plus loin, il mentionne l' « expression rigoureuse » entre le cercle et son équation, qui constitue un exemple-type de relation expressive selon Leibniz20. De fait, le problème de savoir quel bras enfiler dans quelle manche se laisse aisément traduire en termes mathématiques : quelle que soit la position initiale, il existe au moins un élément du sous-groupe des « déplacements » (une rotation suivie d'une translation) faisant passer du bras à la manche21. L'espace virtuel n'a cependant plus ici la même signification que pour Henri Wallon. Pour ce dernier, en se démarquant de l'espace topologique et dynamique dans lequel se déploie l'intelligence pratique, il est la condition du déploiement de la pensée rationnelle. Pour Merleau-Ponty au contraire, il devient une composante de l'espace perceptif vécu et présente donc un caractère moins abstrait et moins intellectualiste. Pour comprendre la portée de cette différence, nous devons nous référer à l'analyse menée par Merleau-Ponty à la fin de son ouvrage.

L'espace virtuel éclairé par l'analyse phénoménologique de la perception

13En montrant que la perception n'est pas réductible à la dialectique vitale de l'organisme et de son milieu et qu'elle n'est pas non plus le surgissement d'un objet dans une conscience vide, cette analyse met en place quatre caractéristiques qui seront développées dans la Phénoménologie de la perception et qui éclairent rétrospectivement la nature de l'espace virtuel : la nature perspectiviste de la perception ; le rôle actif qu'y joue le corps ; le fait que tout objet perçu soit doté de signification ; le fait que la perception d'un objet relève de « l'attitude catégoriale ».

  • 22 « La perspective ne m'apparaît pas comme une déformation subjective des choses, mais au contraire c (...)
  • 23 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 60.

14Le premier caractère se manifeste sous la forme d'un paradoxe. Toute perception s'effectue d'un point de vue particulier tout en livrant la chose elle-même22. C'est le phénomène de « constance des choses perçues sous leur aspect perspectif » que ne parvient à expliquer aucune théorie physiologique ou psychologique23. Ce phénomène éclaire la topologie de l'espace virtuel et la fonction des trajectoires qui le sillonnent. Même s'il a une structure géométrique, l'espace virtuel entourant le veston se distingue de l'espace homogène et isotrope de la géométrie euclidienne en ce qu'il est centré sur le corps du sujet percevant, origine de toutes les trajectoires. Quant à celles-ci, Merleau-Ponty considère qu'elles correspondent à des nouvelles « perspectives » entre lesquelles doit être préservée une correspondance mathématique rigoureuse :

  • 24 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 99.

« Il ne suffit pas que, au cours de mes mouvements, apparaissent tour à tour des fragments d'étendue concrète circonscrits par les limites de mon champ visuel et dont chacun aurait une structure spatiale pour son compte. Il faut que chaque point de l'une de ces perspectives soit mis en correspondance et identifié avec ceux qui le représentent dans les autres. »24

  • 25 « Le langage que l'on tient habituellement se comprend néanmoins : ma perception du cube me le prés (...)
  • 26 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 129. « La vision n'est pas limitée pour nous au prés (...)

15Les trajectoires reliant le veston à son propriétaire correspondent donc aux profils qu'il faut supposer pour percevoir un cube comme « complet et réel »25, en chair et en os, et que saisirait un observateur effectuant des translations et des rotations autour de lui. Son caractère objectif repose sur la structure mathématique rigoureuse d'un espace de trajectoires, qui est ce que Merleau-Ponty entend par « espace virtuel ». C'est parce qu'elle est perspectiviste que « la vue est le sens du virtuel »26. L'accès à cet espace résout également le problème de la stabilité de l'espace perceptif nonobstant les mouvements corporels et oculaires :

  • 27 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 99.

« C'est ainsi qu'en dépit des mouvements des yeux et du corps, qui à chaque instant, bousculent à la surface des récepteurs les excitations ponctuelles, le sujet percevant peut se mouvoir dans un espace stable »27.

  • 28 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 97.

16S'il était composé partie par partie, comme une mosaïque, l'espace perçu se modifierait à chaque fois que la position du corps ou des yeux varierait, ce qui n'est pas le cas d'un espace englobant, non des points réels saisis dans un champ visuel ou tactile, mais des trajectoires possibles entre ces points. Le virtuel est donc condition d'accès au réel dans la mesure où, pour être perçu, un objet doit être saisi au-delà de ses manifestations actuelles : « Ce n'est pas le monde réel qui fait le monde perçu »28.

  • 29 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 203.
  • 30 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 116.
  • 31 « L'espace corporel est focalisé par un schéma interne qui institue une spatialité de situation et (...)
  • 32 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p.  167. De la même manière, le joueur de football fa (...)

17L'analyse révèle également qu'au cours de la perception, le corps intervient non pas comme une réalité physiologique, une masse inerte, mais comme « l'enveloppe vivante de nos actions »29. Constitué d'un faisceau de trajectoires, l'espace virtuel apparaît ici comme l'extension de cette enveloppe au sens où, en manipulant des objets qui lui sont familiers, le sujet ne sort pas complètement de lui-même et ne fait qu'actualiser dans l'espace des gestes qu'il possède déjà. La compréhension immédiate de la signification du veston en tant qu'objet d'usage repose sur la connaissance de mouvements habituels dans sa direction. Bien que Merleau-Ponty n'introduise pas encore ici le concept de « schéma corporel », qui s'avèrera lui-même être un « schéma dynamique »30, l'espace virtuel installe déjà le sujet dans une spatialité de situation et non de position31. Enfiler un veston constitue une habitude et la Phénoménologie de la perception révèlera que celle-ci a la capacité d'étendre le schéma corporel au-delà du corps propre. C'est dans une telle extension qu'il faut situer le clavier sur lequel travaille une dactylo, la voiture qu'utilise quotidiennement un conducteur ou la hauteur du chapeau porté par une femme qui « sent où est la plume comme nous sentons où est notre main »32. Ce qui permet de se repérer et de s'orienter dans l'espace est une fonction plus profonde que la vision ou le toucher, c'est la capacité à faire entrer dans son « univers moteur » des objets hors de prise, parce que distants, absents ou imaginaires. Il n'y a donc plus d'opposition entre l'espace de l'intelligence pratique et l'espace virtuel ; celui-ci n'est plus une étendue homogène, isotrope et purement géométrique, un « espace objectif », mais un espace dynamique, polarisé, centré sur le corps, rendant possible l'intelligence des situations. Cet espace n'est pas parcouru seulement de trajectoires possibles mais aussi de forces bien réelles. La perception instaure en effet un champ de forces s'exerçant entre deux pôles et floutant les rôles respectifs du sujet percevant et de l'objet perçu :

  • 33 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 48.

« La critique de la théorie du réflexe et l'analyse de quelques exemples montrent que l'on devrait considérer le secteur afférent du système nerveux comme un champ de forces qui expriment concurremment l'état intraorganique et l'influence des agents externes ; ces forces tendent à s'équilibrer selon certains modes de distribution privilégiés et obtiennent des parties mobiles du corps les mouvements propres à cet effet. »33

18Le veston appelle par lui-même certains gestes de sorte que le corps et le vêtement s'attirent mutuellement :

  • 34 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p 203-204. Cette réciprocité est déjà présente dans l'a (...)

« Puisque l'âme reste coextensive à la nature, que le sujet percevant ne se saisit pas comme un microcosme où parviendraient médiatement les messages des événements extérieurs, et que son regard s'étend sur les choses mêmes, agir sur elles n'est pas pour lui sortir de soi et provoquer dans un fragment d'étendue un déplacement local, c'est faire exploser dans le champ phénoménal une intention en un cycle de gestes significatifs, ou souder aux choses dans lesquelles il vit les actions qu'elles sollicitent par une attraction comparable à celle du premier moteur immobile »34.

  • 35 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure , p. 99.
  • 36 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 175.

19D'où l'interaction constante entre « les excitations oculaires afférentes » et « l'ensemble des excitations qui représentent dans l'écorce cérébrale la position actuelle de mon corps »35. En d'autres termes, « la perception doit à son tour être insérée dans une dialectique d'actions et de réactions »36. Les trajectoires ne préexistent pas aux intentions de mouvement mais en résultent. L'espace perceptif est ici virtuel au sens où il est zébré de mouvements intentionnés, naissants, embryonnés.

  • 37 « ...la seule manière, pour une chose, d'agir sur un esprit est de lui offrir un sens, de se manife (...)
  • 38 Dans son analyse du travail, Merleau-Ponty qualifie de « proprement humain » l'acte de se vêtir. Ma (...)
  • 39 «  La méthode psychopathologique de Wallon, par exemple, nous renseigne bien sur la manière dont no (...)
  • 40 Dans la Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty évoque les « mouvements à notre disposition  (...)

20Merleau-Ponty réfute cependant toute explication causale de la perception, ce qui signifie qu'un objet perçu n'agit sur le sujet qu'en tant qu'il se présente à lui comme doué d'une signification37. La saisie d'un objet familier comme un veston constitue ici un exemple privilégié en ce que sa signification est évidente et qu'elle se traduit immédiatement par l'esquisse de certains gestes proprement humains38. Ceci introduit une troisième divergence par rapport à l'espace virtuel tel que le conçoit Wallon à savoir une étape dans la constitution de l'objectivité scientifique, une condition de la perception d'un objet neutre39. Pour Merleau-Ponty au contraire la perception d'un objet n'est jamais « neutre ». D'un côté la structure mathématique de l'espace virtuel est nécessaire pour que le veston soit vu comme une chose, mais de l'autre, il lui confère une signification proprement humaine. L'analyse aurait pu être menée sur un autre objet d'usage familier comme un téléphone40. En réalité il faut comprendre qu'elle vaut pour la perception de n'importe quel objet. L'espace virtuel est donc un espace mental, non pas constitué de représentations ou d'idées abstraites, mais au sens où il est peuplé de significations vécues non encore totalement libérées de leurs gangues motrices. C'est un espace idéal au sein duquel une réalité concrète se trouve « augmentée » de significations telles que : « ceci est un veston ».

  • 41 « Ces actes de la dialectique humaine révèlent tous la même essence : la capacité de s'orienter par (...)

21Ce double caractère objectif et humain du veston illustre la complexité et l'ambivalence de la disposition d'esprit que Merleau-Ponty nomme « attitude catégoriale »41. Ce sont les défaillances de celle-ci qui expliquent les symptômes de cécité psychique dont souffre Schneider, le malade longuement étudié par les neurologues allemands Gelb et Goldstein, et qui se traduisent par l'impossibilité d'accéder à l'espace virtuel :

  • 42 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 100. Parallèlement, dans la Phénoménologie de la per (...)

« Il y a des agnosies qui détruisent l'espace virtuel dont nous avons parlé sans compromettre les structures spatiales à l'intérieur du champ visuel. Peut-être les modifient-elles, mais enfin elles ne les rendent pas impossibles. L'espace concret, tel qu'il est saisi à l'intérieur de notre champ visuel, et l'espace virtuel dans lequel la perception normale l'insère sont deux couches constitutives distinctes bien que la seconde intègre la première. Nous pouvons être désorientés dans l'espace virtuel sans l'être dans l'espace concret. Nous pouvons être incapables de penser l'espace comme milieu universel, sans que l'horizon d'espace virtuel qui entoure l'étendue proprement visible soit aboli du même coup »42.

  • 43 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 164.

22De manière significative Schneider est précisément incapable d'imiter les gestes d'un médecin qui lui fait face43 ; il serait incapable d'identifier la manche droite et la manche gauche d'un veston posé devant lui.

L'espace virtuel dans la Phénoménologie de la perception

23Si nous nous tournons à présent vers la Phénoménologie de la perception, il apparaît qu'un homme jouant à faire un geste du bras normalement destiné à appeler quelqu'un, se situe également dans un espace virtuel :

  • 44 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p 129.

« Le mouvement abstrait creuse à l'intérieur du monde plein dans lequel se déroulait le mouvement concret une zone de réflexion et de subjectivité, il superpose à l'espace physique un espace virtuel ou humain. Le mouvement concret est donc centripète, tandis que le mouvement abstrait est centrifuge, le premier a lieu dans l'être ou dans l'actuel, le second dans le possible ou dans le non-être, le premier adhère à un fond donné, le second déploie lui-même son fond. La fonction normale qui rend possible le mouvement abstrait est une fonction de « projection » par laquelle le sujet du mouvement ménage devant lui un espace libre où ce qui n'existe pas naturellement puisse prendre un semblant d'existence »44.

24Il ne s'agit plus ici d'une trajectoire possible en direction d'un objet présent dans le champ de vision mais d'un mouvement réel dépourvu de signification et de visée apparentes. L'espace est ici virtuel parce qu'il se déploie de lui-même, de manière gratuite et ludique, au lieu d'adhérer à un horizon donné. Selon Merleau-Ponty, le mouvement a cependant une destination ; par une sorte d'involution, c'est le corps propre qui est visé au lieu d'un objet du monde.

  • 45 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 208.

25Les trois occurrences que nous avons repérées font apparaître la même structure : un espace virtuel trouve son origine dans le corps d'un sujet percevant en tant que celui-ci constitue le point de départ de trajectoires réelles ou possibles ; ces trajectoires sont mathématiquement réglées et en cela elles appartiennent à un espace géométrique ; elles présentent également un caractère « idéal » – au sens où Merleau-Ponty qualifie de « relation idéale » la relation de l'objet à la conscience45 – en ce qu'elles sortent du contexte vécu par le sujet. La solution du paradoxe du veston anticipe donc sur l'analyse phénoménologique de la perception. Par les perspectives qu'il enveloppe, par sa capacité à lier des mouvements corporels à des significations objectives, l'espace virtuel apparaît comme un concept clé de cette analyse. C'est en cela qu'il se rattache à deux autres concepts introduits dans la Phénoménologie de la perception, le « mouvement virtuel » et le « corps virtuel ».

B. Les mouvements virtuels

La motricité virtuelle

26La mise en évidence de la dimension dynamique de l'espace virtuel a révélé que celui-ci était parcouru d'intentions de mouvements. L'analyse de la spatialité du corps propre menée dans la Phénoménologie de la perception qualifiera ces derniers de « mouvements virtuels » :

  • 46 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 126.

« Mais chaque stimulation corporelle chez le normal éveille, au lieu d'un mouvement actuel, une sorte de « mouvement virtuel », la partie du corps interrogée sort de l'anonymat, elle s'annonce par une tension particulière, et comme une certaine puissance d'action dans le cadre du dispositif anatomique »46.

  • 47 « L'attitude catégoriale est ce qui fonde la possibilité de percevoir une chose invariante sous ses (...)
  • 48 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 164.

27Comme le faisait la mécanique du XVIIIe siècle, Merleau-Ponty nomme mouvement virtuel l'activité tonique des muscles, laquelle résulte ici de l'appel lancé par un objet porteur de signification. Réciproquement, en tant qu'il constitue un « centre d'action virtuelle », le corps propre peut aussi être lui-même à l'origine de mouvements centrifuges qui seront d'abord, et peut-être resteront, des mouvements naissants : lorsqu'un homme cherche à expliquer un itinéraire, il est aux prises avec des intentions de mouvements qui miment les déplacements à accomplir. Ces différents mouvements virtuels éclairent le lien établi par Merleau-Ponty entre motricité et perception. C'est seulement en tant que motricité virtuelle que la première est condition de la seconde et constitue un des aspects de l'attitude catégoriale. Une déficience de cette dernière se traduit en effet à la fois par des troubles moteurs (l'inaptitude à accomplir certains gestes comme les gestes de monstration relevant du « zeigen »), une incapacité à accéder à une perception objective ainsi qu'au virtuel47. Dans la perception normale, l'intentionnalité originaire que constitue la motricité aux yeux de Merleau-Ponty48 se recroqueville en motricité virtuelle mais continue néanmoins de jouer son rôle. C'est la raison pour laquelle le champ perceptif demeure un « champ moteur ». C'est encore la motricité qui rend compte des extensions de la spatialité du corps propre sous l'effet des habitudes.

Sources

  • 49 « ...les manifestations motrices sont l'essentiel. En d'autres termes, ce qu'on appelle états agréa (...)
  • 50 « La tendance n'est rien de mystérieux; elle est un mouvement ou un arrêt de mouvement à l'état nai (...)

28En introduisant l'expression « mouvement virtuel », Merleau-Ponty cite ses sources et renvoie aux travaux de Melchior Palagýi et Johannes Stein. En réalité, dans la littérature psychologique du début du XXe siècle, la notion de mouvement virtuel a une origine plus ancienne, à savoir la liaison établie par Théodule Ribot entre les mouvements et l'ensemble des phénomènes psychologiques. C'est en particulier le cas de la perception, même si la liaison apparaît plus étroite dans les affections où « les manifestations motrices sont l'essentiel »49. Les mouvements concernés peuvent revêtir des formes très diverses et se résumer à des « tendances », que Ribot définit comme des mouvements « à l'état naissant »50. Et, de même que la mécanique du XVIIIe siècle avait fait des mouvements infiniment petits des « vitesses virtuelles », il nomme ces mouvements naissants un « phénomène moteur virtuel » :

  • 51 Théodule Ribot (1896), La psychologie des sentiments, p. 192.

« Puisque les émotions complexes dérivent des émotions simples, celles-ci de besoins et instincts, satisfaits ou entravés de tendances qui sont l'expression directe et immédiate de notre constitution physique et mentale ; puisque l'élément irréductible est un phénomène moteur, actuel ou virtuel, réalisé ou à l'état naissant, il est indispensable de dresser la liste de ces tendances ou instincts primitifs qui sont les racines des émotions. »51

  • 52 « Il n'y a pas de perception qui ne se prolonge en mouvement. Ribot et Maudsley ont depuis longtemp (...)

29Dans Matière et mémoire Bergson, qui attribue à Théodule Ribot la découverte du lien entre perception et mouvement52, utilise lui-même le concept de « mouvement naissant » précisément pour décrire la perception des objets d'usage :

  • 53 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 101. Bergson fait également jouer un rôle central à la (...)

30Reconnaître un objet usuel consiste surtout à savoir s'en servir. Cela est si vrai que les premiers observateurs avaient donné le nom d'apraxie à cette maladie de la reconnaissance que nous appelons cécité psychique. Mais savoir s'en servir, c'est déjà esquisser les mouvements qui s'y adaptent, c'est prendre une certaine attitude ou tout au moins y tendre par l'effet de ce que les Allemands ont appelé des « impulsions motrices » (Bewegungsantriebe). L'habitude d'utiliser l'objet a donc fini par organiser ensemble mouvements et perceptions, et la conscience de ces mouvements naissants, qui suivraient la perception à la manière d'un réflexe, serait, ici encore, au fond de la recon­naissance53.

31Et Merleau-Ponty fait précisément allusion à cette analyse lorsque, pour illustrer la liaison devenue banale entre la conscience et l'action, il écrit :

  • 54 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 176. Merleau-Ponty considère que l'action dont parle (...)

« Bergson revient quelquefois à une notion purement motrice de l'action. L'habitude n'est finalement que le « résidu fossilisé d'une activité spirituelle », le geste actif qu'un « accompagnement moteur » des pensées, et les intentions pratiques de la conscience sont ramenées à la conscience de « mouvements naissants » »54.

  • 55 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, Leipzig, Barth. p. 107.
  • 56 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, p. 79.

32Toutefois, en introduisant le syntagme « mouvement virtuel », il ne cite ni Théodule Ribot ni Bergson, mais deux auteurs de langue allemande. Le philosophe hongrois Melchior Palagýi introduit la notion de « mouvement virtuel » dans le huitième chapitre, intitulé « Theorie der Phantasie », de l'ouvrage qu'il consacre en 1925 à la perception. Palagýi y affirme le rôle prépondérant de l'imagination dans la connaissance et la perception sensible, ainsi que le caractère fondamental de l'imagination tactile, qui constitue pour lui la condition d'acquisition des autres formes d'imagination, y compris visuelle. Or l'imagination tactile, par exemple celle d'un aveugle-né cherchant à reconnaître des formes, consiste en « mouvements imaginés » (eingebildete Bewegungen), nommés également « mouvements virtuels » (virtuelle Bewegungen). Dans le chapitre suivant, portant sur l'espace et le temps, il définit cette notion comme « l'expérience paradoxale, mais courante, d'un mouvement stoppé dans son commencement et présent seulement à travers un pur élan intérieur »55. Le même mécanisme intervient lorsque des formes sont perçues visuellement même si, en ce cas, il passe d'ordinaire inaperçu. Pour reconnaître le rôle de l'imagination tactile et des mouvements virtuels dans la perception, il faut se défaire (comme le fera également Merleau-Ponty au début de son ouvrage) du préjugé sensualiste réduisant la perception à une série de sensations. L'analyse de la perception de l'espace révèle, par exemple, que ce dernier est perçu mais non senti. Sa perception suppose donc une aptitude à effectuer des mouvements virtuels (que ne possède pas un nourrisson) qui apparaissent comme la condition de toute perception de l'ordre, de la disposition, de la forme d'objets dans l'espace. Pour identifier la forme de l'ouverture circulaire d'un récipient recouvert par la paume de la main, les sensations ne suffisent pas ; encore faut-il qu'elles déclenchent, par le truchement de l'imagination, un mouvement virtuel parcourant le contour de l'objet56 ; de même, pour localiser un objet distant, il faut pouvoir imaginer un mouvement dans sa direction. Ces mouvements sont les mêmes, qu'il s'agisse de reconnaître la forme d'un objet présent, absent ou fictif.

  • 57 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, p. 92.

33L'imagination n'est pas pour Palagýi une activité intellectuelle mais une fonction vitale. Les mouvements qu'elle déclenche ne sont donc ni des processus physiques ni des processus conscients, comme la perception, mais des processus vitaux reposant sur des phénomènes neurologiques bien réels, que Palagýi nomme « nervösvitale Prozesse »57. C'est la raison pour laquelle ils sont présents dans la réalisation d'actions habituelles ou automatiques ; c'est, par exemple, un mouvement virtuel qui nous guide lorsque nous marchons machinalement dans la rue en pensant à autre chose. Ce concept s'inscrit donc dans une philosophie vitaliste. Le mouvement virtuel est ce qui confère au vivant sa spécificité, à savoir sa capacité à échapper à son environnement physique et aux contraintes spatio-temporelles, capacité sur laquelle se fonde la perception d'un objet à distance et la sortie hors de soi qu'elle suppose.

  • 58 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, p. 96.
  • 59 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 126.

34La phrase dans laquelle Merleau-Ponty introduit le terme « mouvement virtuel » correspond à l'un des exemples analysés par Palagýi, à savoir la localisation d'un point de la peau faisant l'objet d'une stimulation externe. Non seulement la localisation de ce point suppose le déclenchement d'un mouvement en sa direction mais, selon Palagýi, ce mouvement virtuel, provoqué par un stimulus externe, a la capacité d' « induire » à son tour une sensation bien réelle, même si elle est souvent trop faible pour atteindre le seuil de la conscience58. C'est ce phénomène que Merleau-Ponty appelle « sortir de l'anonymat »59 et qui explique la sensation ressentie lorsque quelqu'un regarde fixement un point de notre corps.

  • 60 La principale différence entre les deux auteurs porte sur le rôle central que le philosophe hongroi (...)
  • 61 Il est vraisemblable que l'intérêt de Merleau-Ponty pour cette théorie a été redoublé par l'attenti (...)

35L'analyse de la perception fait apparaître d'autres convergences entre les deux auteurs. Pour l'un comme pour l'autre la perception ne se réduit pas à une synthèse de sensations. L'extériorité, la profondeur, la distance, ne se font connaître ni par de pures sensations ni par des jugements, mais sont le corrélat d'une faculté motrice et d'une fonction vitale. Les mouvements virtuels ne sont pas le résultat d'une activité consciente et subsistent au sein des actions habituelles ou même automatiques. Enfin la production de mouvements virtuels permet à l'organisme d'échapper aux déterminations physiques du milieu ambiant60. Nous pourrions dire que les liens qui, selon Merleau-Ponty, rattachent le veston au corps de son propriétaire sont des trajectoires de « mouvements virtuels » au sens de Melchior Palagýi61.

  • 62 Johannes Stein (1928), « Über die Veränderung der Sinnesleistungen und die Entstehung von Trugwahrn (...)

36Merleau-Ponty fait également référence à l'article « Über die Veränderung der Sinnesleistungen und die Entstehung von Trugwahrnehmungen » du psychiatre allemand Johannes Stein, auquel il renvoie plusieurs fois. Dans la cinquième partie de l'article, intitulée « Die 'sensorische' Bewegung und ihre Bedeutung als besondere Funktion im Wahrnehmungsakt », Johannes Stein entend se démarquer de la conception de Wilhelm Wundt pour qui l'étude des sensations constitue l'alpha et l'oméga de celle des perceptions. Pour lui non plus, la perception n'est pas réductible à une somme de sensations ; bien au contraire les mouvements reliant les sensations sont aussi essentiels que les sensations elles-mêmes de sorte qu'il peut définir la perception comme « l'acte qui rassemble en une même expérience des sensations et des mouvements »62.

37Pour étayer cette thèse il se réfère aux mouvements virtuels de Palagýi en soulignant que cette dénomination a le mérite de montrer qu'il ne s'agit pas d'un mouvement réel ou d'une simple idée de mouvement. En définitive Stein préférera cependant l'expression de « mouvements sensoriels » (sensorische Bewegungen) dans la mesure où, contrairement à ce que pense Palagýi, ce mouvement est pour lui sensible et non pas inconscient et où, dans l'acte de perception, il est étroitement lié aux données qualitatives émanant des stimuli sensoriels. Dans l'expérience de la perception, sensations au sens strict et mouvements se présentent comme deux processus indépendants se déroulant parallèlement et difficilement séparables.

  • 63 L'exemple de la mélodie transposée est reprise par Merleau-Ponty : « Les mêmes notes dans deux mélo (...)

38Comme Palagýi, Johannes Stein voit dans les mouvements virtuels l'expression d'un processus vital sur lequel reposent les déterminations spatio-temporelles des perceptions. Espace et temps ne sont que des formes phénoménales d'un processus moteur. De même, c'est l'identité structurelle d'un mouvement qui permet d'identifier un même objet sous ses manifestations sensibles différentes, donc en termes merleau-pontiens, de résoudre le problème de la constance des objets. Stein donne ici l'exemple d'une mélodie qui reste identique à elle-même lors d'une transposition du fait de l'identité du mouvement qui la génère. Merleau-Ponty reprend à son compte cette analyse en définissant la mélodie comme une forme63.

39La sixième partie de l'article de Stein, intitulée « Die sensorische Bewegung und die Bedeutung ihrer Veränderung für das Zustandekommen raum-zeit-sinnlicher Täuschungen », montre comment certaines illusions sensorielles et autres altérations de la perception, par exemple sous l'effet de la mescaline, mettent en évidence la dualité sensations/mouvements et confirment la thèse de leur indépendance dans la mesure où certains troubles ne concernent que l'élément qualitatif quand d'autres ne concernent que l'élément dynamique.

40Ce que Palagýi et Stein appellent « mouvement virtuel » n'a donc plus de rapport avec un mouvement naissant ou infiniment petit au sens de Ribot ou de Bergson. Il s'agit chez eux d'un processus vital très général, centrifuge, permettant l'appréhension des formes dans l'espace. Les textes que nous avons évoqués montrent qu'au moment où Merleau-Ponty rédige ses premiers ouvrages, le « mouvement virtuel » a transité de la mécanique à la psychologie pour devenir un concept central des théories de la perception.

C. Le corps virtuel

L'expérience de Wertheimer

  • 64 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 334.
  • 65 George Stratton (1896), « Some Preliminary Experiments on Vision without Inversion of the Retinal I (...)
  • 66 Voir Max Wertheimer (1912), « Experimentelle Studien liber das Sehen von Bewegung », Zeitung für Ps (...)

41Dans la Phénoménologie de la perception, la dyade mouvement virtuel/espace virtuel s'enrichit d'un troisième terme, le « corps virtuel ». Cet enrichissement ne semble guère surprenant dans la mesure où, comme nous l'avons vu, l'espace virtuel est conçu par Merleau-Ponty comme une extension de la spatialité du corps propre. Il n'intervient pourtant que dans le chapitre deux de la deuxième partie, consacré à l'analyse de l'espace. L'objectif de Merleau-Ponty est ici de mettre en évidence les différents aspects de la spatialité de l'existence en reconstituant les expériences originaires d'orientation, d'appréciation des distances, de saisie des mouvements64. Pour ce faire il s'appuie sur les résultats de l'expérience célèbre réalisée par George Stratton en 1896 : un sujet voit le monde à travers des lunettes qui renversent les images65. Au bout d'une semaine il a l'impression que ce qu'il voit est droit mais que c'est sa tête qui est renversée. Aux yeux de Merleau-Ponty l'analyse que Stratton propose de ce résultat n'est pas satisfaisante : l'orientation du champ visuel ne peut pas se former à partir des contenus ni résulter du renversement d'images qui existeraient objectivement sur la rétine. Pour élaborer une meilleure explication, il se réfère à autre expérience imaginée en 1912 par le psychologue gestaltiste Max Wertheimer, qui apparaît comme une version faible de celle de Stratton. En la regardant dans un miroir situé dans un tube, un sujet voit la pièce dans laquelle il se situe inclinée à 45 degrés66. Il parvient, cette fois, beaucoup plus rapidement à s'orienter. Au bout de quelques minutes « un changement brusque intervient », le sujet cesse de voir la chambre oblique et perçoit de nouveau comme verticale la trajectoire que suivent les corps en tombant :

  • 67 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289.

« Après quelques minutes, et à condition qu'il ne renforce pas son ancrage initial en jetant les yeux hors du miroir, cette merveille se produit que la chambre reflétée évoque un sujet capable d'y vivre. »67

  • 68 Voir Julien Barra & Dominic Pérennou (2013), « Le sens de verticalité est-il vestibulaire ? », Neur (...)

42L'exploration motrice n'est cette fois plus nécessaire, l'expérience met au contraire en évidence, de manière frappante, le rôle de la vision dans la perception de la verticalité68. La thèse de Merleau-Ponty est pourtant que seule l'expérience du corps propre peut donner un sens aux notions de haut et de bas. La rapide accommodation du sujet à son nouvel environnement ne signifie pas que l'orientation s'émancipe de cette dépendance mais que le corps porteur du repère orienté n'est plus le corps réel du sujet mais un « corps virtuel » téléporté dans l'espace de la chambre :

  • 69 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289.

« Ce qui importe pour l'orientation du spectacle, ce n'est pas mon corps tel qu'il est en fait, comme chose dans l'espace objectif, mais mon corps comme système d'actions possibles, un corps virtuel dont le « lieu » phénoménal est défini par sa tâche et par sa situation. Mon corps est là où il a quelque chose à faire. »69

43Ce sont, ici encore, des mouvements virtuels qui donnent la clé de l'orientation et de l'expérience primitive de l'espace. Celle-ci ne résulte pas de l'immersion dans un corps figé, matériel, physique, immobile, mais dans un corps immatériel doté de bras et de jambes susceptibles de se mouvoir. Le corps virtuel éthéré ne peut en effet jouer son rôle de vecteur orienté que s'il est source d'actions et de mouvements possibles. Localisation et orientation demeurent les suites d'une « prise » du corps sur son monde :

  • 70 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289. Une note sur le mouvement virtuel ouvrait déj (...)

« C'est alors que le niveau spatial bascule et s'établit dans sa nouvelle position. Il est donc une certaine possession du monde par mon corps, une certaine prise de mon corps sur le monde. »70

  • 71 « Projeté, en l'absence de points d'ancrage, par la seule attitude de mon corps, comme dans les exp (...)
  • 72 La question de l'orientation du corps est déjà évoquée dans La structure du comportement : « Les ax (...)

44Un monde n'est perçu qu'à travers une orientation, une orientation ne peut naître que de la motricité, la motricité ne peut naître que d'une expérience corporelle. Le corps intervient bel et bien dans la perception de la verticalité, mais pas en tant que corps réel : le « schéma corporel » peut s'émanciper du corps propre, ce qui confirme qu'il n'en est pas la simple représentation. L'émergence d'un corps virtuel révèle à quel point et en quel sens la perception naît de la motricité. Des mouvements virtuels ouvrent un nouveau « niveau spatial », « à la jonction de mes intentions motrices et de mon champ perceptif »71. Le « système d'actions possibles » répond ici aux mouvements virtuels qui permettent à l'homme qui doit revêtir un veston d'effectuer mentalement une rotation dans un plan horizontal72. Par ailleurs le phénomène déclenché par l'expérience de Wertheimer corrobore le principe énoncé dans les premières lignes de la seconde partie de l'ouvrage, à savoir l'implication réciproque d'une forme d'expérience externe et d'une conscience du corps propre :

  • 73 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 238. L'analyse est corroborée quelques pages plus (...)

« C'est qu'il y a une équivalence immédiate entre l'orientation du champ visuel et la conscience du corps propre comme puissance de ce champ, si bien que le bouleversement expérimental peut se traduire indifféremment par le renversement des objets phénoménaux ou par une redistribution des fonctions sensorielles dans le corps. Toute perception extérieure est immédiatement synonyme d'une certaine perception de mon corps comme toute perception de mon corps s'explicite dans le langage de la perception extérieure »73.

45Mais, au-delà du lien entre perception et motricité, ce qui est remarquable dans l'analyse de Merleau-Ponty est le fait que le corps virtuel prenne le pas sur le corps réel, non seulement en imposant son orientation, mais sensoriellement, au point que le sujet se sente d'autres bras et d'autres jambes :

  • 74 Maurice Merleau-Ponty, (1945), Phénoménologie, p. 289.

« Ce corps virtuel déplace le corps réel à tel point que le sujet ne se sent plus dans le monde où il est effectivement, et qu'au lieu de ses jambes et de ses bras véritables, il se sent les jambes et les bras qu'il faudrait avoir pour marcher et pour agir dans la chambre reflétée, il habite le spectacle »74.

  • 75 « Rien ne garantit à l'avance la concorde des sens entre eux et, comme le dit Merleau-Ponty, il tra (...)

46Enfin le décrochage entre stimuli tactiles et visuels au cours de cette expérience illustre un aspect fondamental de l'existence, à savoir le caractère contingent de l'accord de nos sens75. Aux yeux de Merleau-Ponty l'interprétation correcte de l'expérience de Wertheimer fournit la clé de celle de Stratton : posséder un corps confère non seulement un niveau spatial, mais aussi la possibilité de « transposer » un niveau spatial dans un autre, de la même manière qu'un homme capable de chanter une mélodie est capable de la transposer spontanément dans une autre tonalité, sans même connaître le solfège.

Jean Lhermitte et le membre fantôme

  • 76 Les commentateurs soulignent généralement l'apport de cet ouvrage au concept de « schéma corporel » (...)

47À la différence de celui de mouvement virtuel ou d'espace virtuel, le syntagme « corps virtuel » est forgé par Merleau-Ponty, il se rattache pourtant également à des sources textuelles situées, cette fois, dans le champ de la psychiatrie, et plus précisément dans l'ouvrage du médecin Jean Lhermitte, L'image de notre corps, publié en 1939, portant sur les altérations pathologiques de l'image corporelle, ouvrage auquel Merleau-Ponty fait maintes fois référence et sur lequel les commentateurs ont attiré l'attention76.

  • 77 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, Paris, L'Harmattan, p. 33.

48Dans son chapitre deux, Lhermitte aborde les liens entre l'image du corps et les perceptions externes, en affirmant, comme le fera Merleau-Ponty, leur corrélation étroite. Selon lui, l'expérience de Stratton met en évidence l'importance considérable des images visuelles dans la localisation des sensations tactiles et cinesthésiques ainsi que leur capacité à former une « image corporelle optique nouvelle »77. Lhermitte mentionne d'autres illusions mettant en évidence le phénomène de « captation visuelle ». Il indique la parenté entre l'une d'elles (sentiment d'un doigt dédoublé) avec l'illusion du membre fantôme chez les amputés.

  • 78 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 68.
  • 79 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 69.
  • 80 « ...si le malade s'agrippe à une barre fixe de la main droite, immédiatement le membre fantôme pre (...)

49Il consacre ensuite la partie centrale de son ouvrage à cette ancienne question qu'il étudie de manière très approfondie. Or sous sa plume, le syntagme « membre virtuel » remplace progressivement « membre fantôme » et « membre illusionnel ». S'agissant de l'expérience consistant à menacer de frapper un membre fantôme, il écrit par exemple : « Demandons-nous ce que devient le membre virtuel lorsqu'on l'approche d'un corps dur avec précautions? »78. Conformément aux observations, un tel « membre virtuel » correspond prioritairement à des « doigts virtuels »79 ou à une « main virtuelle »80, du fait de leur grande mobilité. Les observations révèlent qu'ils présentent les mêmes caractéristiques que les membres réels correspondants mais aussi que l'anatomie virtuelle peut prendre l'ascendant sur l'anatomie réelle :

  • 81 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 68.

« Ainsi donc, le membre fantôme est doté d'un sentiment de réalité tel qu'il est perçu comme un membre authentique, et même parfois plus vivement que ce dernier ; il prend une place dans l'espace, de même qu'il y figure une attitude. »81

  • 82 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 125.

50Dans son explication du phénomène du membre fantôme Lhermitte s'oppose à la « théorie périphérique » qui y voit la conséquence de l'excitation des terminaisons nerveuses du moignon. Outre le fait que, dans certains cas, des membres fantômes apparaissent sans qu'il y ait eu amputation, les mouvements qui les affectent contredisent cette théorie. L'explication n'est pas non plus exclusivement psychologique mais réside dans la résistance et dans la persistance du « schéma corporel », que l'auteur définit comme « une construction par notre esprit basée sur des fondements physiologiques »82. Une telle construction repose sur des « schémas de mouvements » tels que Melchior Palagýi les conçoit :

  • 83 Jean Lhermitte, (1998), L'image de notre corps, p. 85-86.

« Selon cet auteur, toute perception comprend un élément moteur dont la sensation plus ou moins voilée est intimement soudée à la perception que nous réalisons de l'objet. Cette sensation de mouvement apparaitra d'autant plus vive que la perception sera plus pauvre, c'est-à-dire que l'impression produite en notre esprit par l'excitant adéquat, l'objet, sera moins claire... Selon cette thèse, il serait donc légitime de conclure que le membre fantôme de l'amputé est surtout un « schéma de mouvements », « ein Bewegungschema » »83.

  • 84 Au terme de son analyse, alors qu'il est en train d'expliquer le rôle de l'image du corps dans la p (...)

51Voici donc établi un lien conceptuel serré entre membres virtuels et mouvements virtuels84.

  • 85 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 91.

52Dans le chapitre un de la première partie de la Phénoménologie de la perception intitulé « Le corps comme objet et la physiologie mécaniste », Merleau-Ponty s'attache lui aussi longuement à la problématique du membre fantôme. Il s'agit pour lui de montrer que l'hypothèse d'une « intéroceptivité », selon laquelle le corps propre se percevrait lui-même comme un objet, ne tient pas. Merleau-Ponty s'appuie largement sur les travaux de Jean Lhermitte pour décrire toutes les facettes du phénomène. Leur diversité exclut une étiologie purement physiologique : des « déterminants psychiques » interviennent, plus précisément « les déterminants psychiques et les conditions physiologiques s'engrènent les uns sur les autres »85. Merleau-Ponty considère donc pertinente la « théorie mixte » de Lhermitte, mais c'est pour dénoncer aussitôt son caractère foncièrement obscur : il n'existe pas de milieu au sein duquel phénomènes psychiques et physiologiques, le « pour soi » et « l'en soi », seraient susceptibles de se croiser.

  • 86 « Le bras fantôme n'est pas une représentation du bras, mais la présence ambivalente d'un bras. Le (...)
  • 87 Voir également : «  le membre fantôme, qui est une modalité du schéma corporel, se comprend par le (...)
  • 88 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 126.

53Pour construire sa propre explication, Merleau-Ponty rapproche les pathologies liées aux membres fantômes des phénomènes d'anosognosie dans lesquels un sujet ignore un membre paralysé ou malade. L'interprétation à laquelle il se range est proche de la mauvaise foi sartrienne : l'amputé garde sa jambe ou son bras à disposition de manière vague, il en conserve une conscience non thétique, ce qui constitue sa manière à lui de refuser sa mutilation, de la même manière que l'anosognosique refuse sa déficience86. Dans les deux cas le refus détermine un être au monde87. Ce rapprochement est lui-même suggéré par Jean Lhermitte pour qui la rémanence du schéma corporel s'explique par la difficulté pour l'amputé à « se résigner dans le demi-jour de son inconscient à la suppression irrémissible d'une partie de son être physique »88. Il faut noter cependant que, dans ce contexte, Merleau-Ponty ne formule pas encore l'hypothèse d'un corps virtuel, mais seulement celle d'un « corps habituel » distinct du corps actuel :

  • 89 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 97-98.

« Dans le cas qui nous occupe, l'ambiguïté du savoir se ramène à ceci que notre corps comporte comme deux couches distinctes, celle du corps habituel et celle du corps actuel. Dans la première figurent les gestes de maniement qui ont disparu de la seconde, et la question de savoir comment je puis me sentir pourvu d’un membre que je n'ai plus en fait revient à savoir comment le corps habituel peut se porter garant pour le corps actuel »89.

54Une référence aux catégories scolastiques nous inciterait à établir une continuité entre « corps habituel » et « corps virtuel » et à relever la parenté entre l'émergence de ce dernier et les phénomènes d'extension de l'image corporelle dans certaines habitudes. Merleau-Ponty établit en effet que celles-ci sont toujours à la fois motrices et perceptives :

  • 90 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 177.

« À vrai dire, toute habitude est à la fois motrice et perceptive parce qu'elle réside, comme nous l'avons dit, entre la perception explicite et le mouvement effectif, dans cette fonction fondamentale qui délimite à la fois notre champ de vision et notre champ d'action »90.

  • 91 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 115.
  • 92 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 117.

55En réalité le corps virtuel n'est pas réductible au corps habituel, dans la mesure où celui-ci ne constitue qu'une extension du schéma corporel au-delà des frontières du corps physique, alors que le corps virtuel s'en émancipe complètement. L'étude de la spatialité du corps propre révèle que les phénomènes de membres fantômes imposent une nouvelle définition du schéma corporel comme « prise de conscience globale de ma posture dans le monde intersensoriel », c'est-à-dire comme une « forme » au sens de la Gestaltpsychologie91. Comme le suggéraient Lhermitte et Palagýi, il en résulte que le schéma corporel est dynamique et que la spatialité du corps est « une spatialité de situation » : le corps propre occupe l'espace par ses attitudes et ses postures adoptées « en vue d'une certaine tâche actuelle ou possible » (comme, par exemple, celle d'enfiler son veston, si nous nous référons à La structure du comportement). L'espace corporel apparaît donc comme « la réserve de puissance vague sur lesquels se détachent le geste et son but »92. En définitive, le corps propre est polarisé par ses tâches, il existe vers elles, il se ramasse sur lui-même pour atteindre son but, et le « schéma corporel » est finalement une manière d'exprimer que mon corps est au monde.

56La filiation lexicale et conceptuelle entre les « membres virtuels » de Jean Lhermitte et le « corps virtuel » de Merleau-Ponty apparaît donc manifeste. Comme les membres virtuels des amputés, dans l'expérience de Wertheimer telle que la conçoit Merleau-Ponty, un corps virtuel vient se substituer au corps réel. Merleau-Ponty procède cependant à une considérable généralisation du concept. En le mobilisant dans le cadre de la psychologie de la perception, il le fait sortir du cadre de la pathologie dans lequel raisonnait le médecin. Bien loin d'être hallucinatoire, c'est le corps virtuel qui est en prise avec le milieu perçu. D'autre part, dans la mesure où la dynamique qui le sous-tend est constituée de tâches à accomplir, il n'est plus une séquelle du passé mais tendu vers l'avenir, et c'est bien pourquoi il peut supplanter le corps réel dans un univers purement visuel (alors que la dimension visuelle du membre fantôme est quasi inexistante). Enfin, alors que, dans l'illusion des amputés, le corps virtuel ne diffère du corps réel qu'en lui restituant son ancienne constitution anatomique, pour Merleau-Ponty, il s'écarte du corps réel de manière beaucoup plus libre en bouleversant son orientation (mais nous pouvons imaginer bien d'autres situations expérimentales ou concrètes dans lesquelles il pourrait s'en écarter de manière très différente). En échappant au contexte de la pathologie, le concept s'émancipe. En contrepartie, Merleau-Ponty en fait un concept spéculatif, alors que les membres virtuels constituent des faits réels pour le médecin. La question qui reste en suspens à ce niveau est de savoir si le corps propre peut s'écarter du corps réel jusqu'à coïncider avec le corps virtuel ou si le concept de corps virtuel oblige à dépasser celui de corps propre.

Conclusion

57Le corps virtuel rejoint donc l'espace virtuel et les mouvements virtuels parmi les concepts-clés de la théorie merleau-pontienne de la perception. Nous avons pu établir les articulations et la grande cohérence entre ces trois concepts, ce qui plaide en faveur d'une cohérence dans les emplois de l'adjectif « virtuel » dans les premiers écrits de Merleau-Ponty, cohérence nettement plus manifeste que dans les textes de Bergson, par exemple. La raison tient peut-être au fait que, dans la première moitié du XXe siècle, le virtuel est passé du champ conceptuel et linguistique du spiritualisme à celui de la psychologie et en particulier de la psychologie de la perception. C'est à ce champ scientifique, et non pas à celui de la philosophie, que Merleau-Ponty emprunte les trois concepts que nous avons étudiés, même si, dans les trois cas, il leur fait subir de notables inflexions et procède à d'amples généralisations. Ce qu'il appelle « espace virtuel » se distingue nettement de ce qu' Henri Wallon entend par ce terme ; la portée de son concept de « corps virtuel » est beaucoup plus vaste que celle des membres virtuels de Jean Lhermitte. C'est peut-être le concept de « mouvement virtuel » qui reste le plus proche de son inspirateur, Melchior Palagýi. Dans tous les cas, ce recours au virtuel montre que le milieu dans lequel prend sens un comportement ou une perception ne se réduit pas à une somme de données objectives, externes ou internes.

Haut de page

Bibliographie

Barra, Julien & Dominic Pérennou (2013), « Le sens de verticalité est-il vestibulaire ? », Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology 43, p. 197-204.

Bergson, Henri (2012), Matière et mémoire, Paris, PUF.

Bimbenet, Étienne, (2004), Nature et humanité, Le problème anthropologique dans l'oeuvre de Merleau-Ponty, Paris, Vrin.

Buytendijk, Frederik Jacobus Johannes (1931), « Le cerveau et l'intelligence », Journal de Psychologie normal et pathologique 28, p. 345-371.

Gibson, Boyce (1928), « The Philosophy of Melchior Palagýi », Journal of Philosophical Studies 3, 15-28, p.158-172.

Leibniz, Gottfried W. (1988), Correspondance avec Arnauld, éd. G. Le Roy, Paris, Vrin.

Le Blanc, Guillaume (2004), Les créations corporelles, Une lecture de Merleau-Ponty, Methodos [En ligne], 4 | 2004. URL : http://journals.openedition.org/methodos/129 ; DOI : 10.4000/methodos.129.

Lhermitte, Jean (1939), L'image de notre corps, réédition 1998, Paris, L'Harmattan.

Merleau-Ponty, Maurice (1942), La structure du comportement, Paris, PUF.

— (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Palagýi, Melchior (1925), Wahrnehmungslehre, Leipzig, Barth.

Ribot, Théodule (1896), La psychologie des sentiments, Paris, Felix Alcan.

Saint-Aubert, Emmanuel de (2005), Le scénario cartésien, Recherches sur la formation et la cohérence de l'intention philosophique de Merleau-Ponty, Paris, Vrin.

— (2010), « Espace et schéma corporel dans la philosophie de la chair de Merleau-Ponty », Le Corps en Acte, Bernard Andrieu éd., Presses Universitaires de Nancy.

Stein, Johannes (1928), « Über die Veränderung der Sinnesleistungen und die Entstehung von Trugwahrnehmungen in Pathologie der Wahrnehmung », Handbuch der Geisteskrankheiten hsg von O. Bumke, Bd 1, Allgemeiner Teil I, Berlin, Springer, p. S. 351-507.

Stratton, George (1896), « Some Preliminary Experiments on Vision without Inversion of the Retinal Image », Psychology Review III, 6, p. 611-617.

Wallon, Henri (1921), « La conscience et la conscience du moi », Journal de psychologie normale et pathologique 18, p. 51-64.

— (1925), Stades et troubles du développement psychomoteur et mental chez l'enfant, Paris, Felix Alcan.

— (1932), « De l'expérience à la notion de causalité et à la relation-symbole », Journal de psychologie normale et pathologique, 29, p. 744-783.

— (1942), De l'acte à la pensée, essai de psychologie comparée, Flammarion, Paris, 1942, rééd. 1970.

— (2015), Oeuvres 2, Paris, L'Harmattan.

Wertheimer, Max (1912), « Experimentelle Studien liber das Sehen von Bewegung », Zeitung für Psychologie 61:257, p. 162-262.

Haut de page

Notes

1 Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, Le problème anthropologique dans l'oeuvre de Merleau-Ponty, Paris, Vrin, p. 35.

2 « ...le sens d'être des comportements se conquiert dans une confrontation avec différentes psychologies qui ont toutes en commun de penser le comportement à partir d'une réflexologie mécaniste : pour la physiologie du système nerveux de Sherrington, comme pour la psychophysiologie des comportements supérieurs de Pavlov, comme enfin pour la psychologie américaine du comportement et de l'apprentissage animal, une conduite se comprend à partir des réflexes élémentaires qui la composent. », Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 48.

3 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure du comportement, Paris, PUF, p. 74.

4 Merleau-Ponty mentionne le paradoxe des objets symétriques dans la Phénoménologie de la perception : « Le paradoxe des objets symétriques opposait au logicisme l'originalité de l'expérience perceptive. Cette idée doit être reprise et généralisée : il y a une signification du perçu qui est sans équivalent dans l'univers de l'entendement, un milieu perceptif qui n'est pas encore le monde objectif, un être perceptif qui n'est pas encore l'être déterminé. », Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, p. 58.

5 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 96.

6 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 98.

7 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 98-99.

8 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 79-80.

9 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 98-99.

10 Henri Wallon,(1925), Stades et troubles du développement psychomoteur et mental chez l'enfant, Paris, Felix Alcan, p. 175.

11 Henri Wallon (1925), Stades et troubles du développement, p. 177.

12 Henri Wallon (1921), « La conscience et la conscience du moi », Journal de psychologie normale et pathologique 18, p. 61.

13 Henri Wallon (2015), Oeuvres 2, Paris, L'Harmattan, p. 250.

14 Voir Henri Wallon (1932), « De l'expérience à la notion de causalité et à la relation-symbole », Journal de psychologie normale et pathologique, 29.

15 « En réalité, le champ perceptif est essentiellement un champ d'action », Henri Wallon (1942), De l'acte à la pensée, essai de psychologie comparée, Flammarion, Paris, rééd. 1970, p. 57. Le rapport entre la perception et l'action explique, par exemple, la constance de la grandeur des objets. L'expression révèle l'importance acquise, dans la théorie de la perception, par le concept de champ, emprunté à la physique, importé dans le champ de la psychologie par Kurt Koffka et qu'Étienne Bimbenet définit comme « ce qu'une structure circonscrit en l'unifiant », Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 81

16 Henri Wallon (1932), « De l'expérience à la notion de causalité », p. 123. Wallon précise la nature de ces relations virtuelles de la manière suivante : « Pour que la représentation concrète ou symbolique des choses en devienne le simple substitut ; pour que leur existence cesse d'être intimement subordonnée à leur évocation par la pensée qui les pense, il faut le pouvoir, qui fait manifestement défaut au primitif, de leur supposer, ailleurs que dans l'expérience actuelle et subjective, des systèmes déterminés de relations », Henri Wallon (1932), « De l'expérience à la notion de causalité », p. 124. Voir également : « l'esprit du primitif ne sait pas encore se mouvoir dans ce champ idéal de relations virtuelles qui lui permettrait de subordonner les objets perçus à la mécanique », Henri Wallon (1932), « De l'expérience à la notion de causalité », p. 132.

17 Henri Wallon (1942), De l'acte à la pensée, p. 80.

18 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 128.

19 « Une chose exprime une autre (dans mon langage) lorsqu'il y a un rapport constant et réglé entre ce qui peut se dire de l'une et de l'autre. C'est ainsi qu'une projection de perspective exprime son géométral. L'expression est commune à toutes les formes, et c'est un genre dont la perception naturelle, le sentiment animal et la connaissance intellectuelle sont les espèces », Gottfried W. Leibniz (1988), Correspondance avec Arnauld, éd. G. Le Roy, Paris, Vrin, p. 181. Dans la Phénoménologie de la perception Merleau-Ponty considère qu'un lien d'expression relie la vie corporelle et le psychisme, Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 187.

20 « La quantité n'est pas une négation de la qualité, comme si l'équation du cercle niait la forme circulaire, dont elle veut être au contraire une expression rigoureuse », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 141.

21 Mathématiquement une isométrie faisant intervenir une symétrie serait également possible, mais elle n'aurait pas de sens physique et ne correspondrait à aucune trajectoire : on ne peut pas « retourner » un bras ou une manche.

22 « La perspective ne m'apparaît pas comme une déformation subjective des choses, mais au contraire comme une de leur propriété, peut-être leur propriété essentielle. C'est elle justement qui fait que le perçu possède en lui-même une richesse cachée et inépuisable, qu'il est une 'chose' », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 201.

23 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 60.

24 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 99.

25 « Le langage que l'on tient habituellement se comprend néanmoins : ma perception du cube me le présente comme un cube complet et réel, ma perception de l'espace comme un espace complet et réel au delà des aspects qui me sont donnés. Il est donc naturel que j'aie tendance à détacher l'espace et le cube des perspectives concrètes et à les poser en soi », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 235.

26 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 129. « La vision n'est pas limitée pour nous au présent de la tâche à accomplir ou au lien d'où elle s'accomplit, elle est au contraire un 'point de vue', c'est-à-dire un point de l'espace et du temps rendu substituable avec d'autres par la visée d'une chose unique, un point prétendant contracter dans l'épaisseur de son ici présent une infinité d'autres points. En ce sens, la vision est bien 'le sens du virtuel'; voir, c'est toujours voir plus qu'on ne voit, parce que c'est définir son propre point de vue comme équivalent en droit avec tous les autres points de vue sur la même chose. », Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 73.

27 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 99.

28 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 97.

29 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 203.

30 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 116.

31 « L'espace corporel est focalisé par un schéma interne qui institue une spatialité de situation et non une spatialité de position », Emmanuel de Saint-Aubert (2010), « Espace et schéma corporel dans la philosophie de la chair de Merleau-Ponty », Le Corps en Acte, Bernard Andrieu éd., Presses Universitaires de Nancy, p. 126.

32 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p.  167. De la même manière, le joueur de football fait corps avec le terrain : « le joueur fait corps avec lui et sent par exemple la direction du 'but' aussi immédiatement que la verticale et l'horizontale de son propre corps », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 183. C'est Henri Head qui le premier a attiré l'attention sur ce type de phénomènes, voir Emmanuel de Saint-Aubert (2010), « Espace et schéma corporel », p. 131.

33 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 48.

34 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p 203-204. Cette réciprocité est déjà présente dans l'analyse de la perception menée par Bergson dans le premier chapitre de Matière et mémoire : « La perception, entendue comme nous l'entendons, mesure notre action possible sur les choses et par là, inversement, l'action possible des choses sur nous. », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 57.

35 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure , p. 99.

36 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 175.

37 « ...la seule manière, pour une chose, d'agir sur un esprit est de lui offrir un sens, de se manifester à lui, de se constituer devant lui dans ses articulations intelligibles », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 215.

38 Dans son analyse du travail, Merleau-Ponty qualifie de « proprement humain » l'acte de se vêtir. Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 176.

39 «  La méthode psychopathologique de Wallon, par exemple, nous renseigne bien sur la manière dont nous passons du subjectif à l'objectif, du stade sensori-moteur au stade projectif mais non sur la manière dont la perception se construit. », Guillaume Le Blanc (2004), « Les créations corporelles, Une lecture de Merleau-Ponty », Methodos [En ligne], 4 | 2004. URL : http://journals.openedition.org/methodos/129 ; DOI : 10.4000/methodos.129

40 Dans la Phénoménologie de la perception, Merleau-Ponty évoque les « mouvements à notre disposition » pour atteindre le téléphone, Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 174.

41 « Ces actes de la dialectique humaine révèlent tous la même essence : la capacité de s'orienter par rapport au possible, au médiat, et non par rapport à un milieu limité, — ce que nous appelions plus haut avec Goldstein l'attitude catégoriale », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 190. Étienne Bimbenet retrace l'histoire de cette notion qui trouve son origine dans l'étude des aphasies par le neurologue britannique Hughlings Jackson, lequel distingue un usage émotionnel du langage et un usage propositionnel visant un état de chose objectif. La notion d'attitude catégoriale est ensuite utilisée et généralisée par Gelb et Goldstein dans leur interprétation du cas Schneider, voir Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 63-65.

42 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 100. Parallèlement, dans la Phénoménologie de la perception, décrivant le cas de malades incapables d'initier certains gestes lorsque leur cible est distante, Merleau-Ponty écrit : « La déficience se rapporterait, en fin de compte, à une fonction plus profonde que la vision, plus profonde aussi que le toucher comme somme de qualités données, elle concernerait l'aire vitale du sujet, cette ouverture au monde qui fait que des objets actuellement hors de prise comptent néanmoins pour le normal, existent tactilement pour lui et font partie de son univers moteur. », Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 136.

43 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 164.

44 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p 129.

45 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 208.

46 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 126.

47 « L'attitude catégoriale est ce qui fonde la possibilité de percevoir une chose invariante sous ses perspectives changeantes, ou de désigner un monde virtuellement présent au-delà de nos prises actuelles, mais cette possibilité, comme le prouve la désignation, ne peut elle-même s'actualiser qu'en s'incarnant dans la possibilisation perceptive et motrice du corps propre. », Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 136.

48 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 164.

49 « ...les manifestations motrices sont l'essentiel. En d'autres termes, ce qu'on appelle états agréables ou pénibles ne constitue que la partie superficielle de la vie affective, dont l'élément profond consiste dans les tendances, appétits, besoins, désirs, qui se traduisent par des mouvements », Théodule Ribot (1896), La psychologie des sentiments, Paris, Felix Alcan, p. 2.

50 « La tendance n'est rien de mystérieux; elle est un mouvement ou un arrêt de mouvement à l'état naissant. J'emploie ce mot tendance comme synonyme de besoins, appétits, instincts, inclinations, désirs ; il est le terme générique dont les autres sont des variétés ; il a sur eux l'avantage d'embrasser à la fois les deux aspects, psychologique et physiologique, du phénomène. », Théodule Ribot, (1896), La psychologie des sentiments, p. 2.

51 Théodule Ribot (1896), La psychologie des sentiments, p. 192.

52 « Il n'y a pas de perception qui ne se prolonge en mouvement. Ribot et Maudsley ont depuis longtemps attiré l'attention sur ce point », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 101-102.

53 Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 101. Bergson fait également jouer un rôle central à la notion d'action virtuelle : « Qu'est-ce à dire, sinon que ma perception dessine précisément dans l'ensemble des images, à la manière d'une ombre ou d'un reflet, les actions virtuelles ou possibles de mon corps ? », Henri Bergson (2012), Matière et mémoire, p. 16.

54 Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 176. Merleau-Ponty considère que l'action dont parle Bergson est toujours l'action vitale. Voir Emmanuel de Saint-Aubert (2005), Le scénario cartésien, Recherches sur la formation et la cohérence de l'intention philosophique de Merleau-Ponty, Paris, Vrin, p. 133.

55 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, Leipzig, Barth. p. 107.

56 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, p. 79.

57 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, p. 92.

58 Melchior Palagýi (1925), Wahrnehmungslehre, p. 96.

59 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 126.

60 La principale différence entre les deux auteurs porte sur le rôle central que le philosophe hongrois fait jouer à l'imagination dans la perception et dans la production de mouvements virtuels, alors que Merleau-Ponty ne la mentionne pratiquement pas dans son ouvrage.

61 Il est vraisemblable que l'intérêt de Merleau-Ponty pour cette théorie a été redoublé par l'attention qu'il accorde aux travaux de l'éthologue hollandais Fredéric Buytendijk, lequel applique la théorie des mouvements virtuels à l'activité animale. « Un autre résultat des recherches surtout neurologiques de l'école allemande consiste dans la démonstration que les mouvements accompagnant les sensations (et qui donnent aux excitations leur caractère objectif, c'est-à-dire le caractère des perceptions) ne consistent pas — comme l'a supposé Ribot — en des mouvements vrais, mais en des mouvements virtuels ou sensoriels. Ainsi, pour connaître une chose, c'est-à-dire pour percevoir sa structure, il faut que dans le système nerveux s'accomplisse un mouvement virtuel, sensoriel... Le cerveau surtout, partie la plus labile, la plus amorphe, la plus plastique du système nerveux, présente cette faculté de mouvement virtuel. », Frédéric Buytendijk (1931), « Le cerveau et l'intelligence », Journal de psychologie normale et pathologique 28, p. 359.

62 Johannes Stein (1928), « Über die Veränderung der Sinnesleistungen und die Entstehung von Trugwahrnehmungen in Pathologie der Wahrnehmung », Handbuch der Geisteskrankheiten hsg von O. Bumke, Bd 1, Allgemeiner Teil I, Berlin, Springer, p. 391.

63 L'exemple de la mélodie transposée est reprise par Merleau-Ponty : « Les mêmes notes dans deux mélodies différentes ne sont pas reconnues comme telles. Inversement la même mélodie pourra être jouée deux fois sans que les deux versions comportent un seul élément commun, si elle a été transposée. La coordination est maintenant la création d'une unité de sens qui s'exprime dans les parties juxtaposées, de certains rapports qui ne doivent rien à la matérialité des termes qu'ils unissent. », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 96.

64 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 334.

65 George Stratton (1896), « Some Preliminary Experiments on Vision without Inversion of the Retinal Image », Psychology Review, III, 6, p. 611-617.

66 Voir Max Wertheimer (1912), « Experimentelle Studien liber das Sehen von Bewegung », Zeitung für Psychologie 61, 257, p. 162-262.

67 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289.

68 Voir Julien Barra & Dominic Pérennou (2013), « Le sens de verticalité est-il vestibulaire ? », Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology 43, p. 199.

69 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289.

70 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289. Une note sur le mouvement virtuel ouvrait déjà sur l'hypothèse d'un corps virtuel : « Goldstein (Ueber die Abhängigkeit, p. 160 sq.) se contente de dire que le fond du mouvement abstrait est le corps, et c'est vrai en tant que le corps dans le mouvement abstrait n'est plus seulement le véhicule et devient le but du mouvement. Toutefois, en changeant de fonction, il change aussi de modalité existentielle et passe de l'actuel au virtuel. », Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 129.

71 « Projeté, en l'absence de points d'ancrage, par la seule attitude de mon corps, comme dans les expériences de Nagel, – déterminé, quand le corps est assoupi, par les seules exigences du spectacle, comme dans l'expérience de Wertheimer, – il apparaît normalement à la jonction de mes intentions motrices et de mon champ perceptif, lorsque mon corps effectif vient à coïncider avec le corps virtuel qui est exigé par le spectacle et le spectacle effectif avec le milieu que mon corps projette autour de lui. Il s'installe quand, entre mon corps comme puissance de certains gestes, comme exigence de certains plans privilégiés, et le spectacle perçu comme invitation aux mêmes gestes et théâtre des mêmes actions, s'établit un pacte qui me donne jouissance de l'espace comme aux choses puissance directe sur mon corps. La constitution d'un niveau spatial n'est qu'un des moyens de la constitution d'un monde plein : mon corps est en prise sur le monde quand ma perception m'offre un spectacle aussi varié et aussi clairement articulé que possible et quand mes intentions motrices en se déployant reçoivent du monde les réponses qu'elles attendent. Ce maximum de netteté dans la perception et dans l'action définit un sol perceptif, un fond de ma vie, un milieu général pour la coexistence de mon corps et du monde. », Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 289.

72 La question de l'orientation du corps est déjà évoquée dans La structure du comportement : « Les axes de coordonnées du champ phénoménal, les directions qui à chaque moment reçoivent la valeur de 'verticale' et d' 'horizontale', 'direction frontale' ou 'direction latérale', les ensembles qui sont affectés de l'indice 'immobile' et par rapport auxquels le reste du champ apparait 'en mouvement', les stimuli colorés qui sont vus comme 'neutres' et déterminent la distribution des couleurs apparentes dans le reste du champ, les cadres de notre perception spatiale et chromatique ne résultent pas à titre d'effets d'un entrecroisement d'actions mécaniques, ne sont pas une fonction de certaines variables physiques. », Maurice Merleau-Ponty (1942), La structure, p. 4

73 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 238. L'analyse est corroborée quelques pages plus bas par celle de l'ancrage nécessaire à la perception : toute perception requiert la fixation d'un sujet dans un milieu, voir Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 323.

74 Maurice Merleau-Ponty, (1945), Phénoménologie, p. 289.

75 « Rien ne garantit à l'avance la concorde des sens entre eux et, comme le dit Merleau-Ponty, il traîne peut-être au fond de notre expérience de ces 'fantômes' qu'aucune rationalité ne peut réduire, une impossibilité par exemple pour l'expérience tactile et l'expérience visuelle de se rejoindre rigoureusement dans une expérience intersensorielle », Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 104.

76 Les commentateurs soulignent généralement l'apport de cet ouvrage au concept de « schéma corporel », voir Étienne Bimbenet (2004), Nature et humanité, p. 174.

77 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, Paris, L'Harmattan, p. 33.

78 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 68.

79 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 69.

80 « ...si le malade s'agrippe à une barre fixe de la main droite, immédiatement le membre fantôme prend une position symétrique et la main virtuelle enserre fortement la barre à laquelle s'accroche la main réelle », Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 79.

81 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 68.

82 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 125.

83 Jean Lhermitte, (1998), L'image de notre corps, p. 85-86.

84 Au terme de son analyse, alors qu'il est en train d'expliquer le rôle de l'image du corps dans la perception esthétique et plus particulièrement dans la peinture, Lhermitte généralise en suggérant que ce schéma corporel est lui-même constitué de virtualités : « Et ce facteur met en branle les virtualités qui sont à la base même de l'image de notre corps », Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 248.

85 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 91.

86 « Le bras fantôme n'est pas une représentation du bras, mais la présence ambivalente d'un bras. Le refus de la mutilation dans le cas du membre fantôme ou le refus de la déficience dans l'anosognosie ne sont pas des décisions délibérées, ne se passent pas au niveau de la conscience thétique qui prend position explicitement après avoir considéré différents possibles. La volonté d'avoir un corps sain, ou le refus du corps malade ne sont pas formulés pour eux-mêmes, l'expérience du bras amputé comme présent ou du bras malade comme absent ne sont pas de l'ordre du 'je pense que'... », Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 96.

87 Voir également : «  le membre fantôme, qui est une modalité du schéma corporel, se comprend par le mouvement général de l'être au monde. », Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 117.

88 Jean Lhermitte (1998), L'image de notre corps, p. 126.

89 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 97-98.

90 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 177.

91 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 115.

92 Maurice Merleau-Ponty (1945), Phénoménologie, p. 117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Parmentier, « Espace, mouvement et corps virtuels chez Merleau-Ponty », Methodos [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 18 janvier 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5014 ; DOI : 10.4000/methodos.5014

Haut de page

Auteur

Marc Parmentier

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals