Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Der Frankfurter Hegel in seinem Kontext. Hegel-Tagung in Bad Homburg vor der Höhe im November 2013, sous la direction de Thomas Hanke et Thomas M. Schmidt

Holger Schmid
Référence(s) :

Der Frankfurter Hegel in seinem Kontext. Hegel-Tagung in Bad Homburg vor der Höhe im November 2013, sous la direction de Thomas Hanke et Thomas M. Schmidt Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann (Geist und Geschichte, 3 : Veröffentlichungen der Internationalen Hegel-Vereinigung, Band 27), 2015, 301 p. ISBN: 978-3-465-03916-7

Entrées d’index

Mots-clés :

Hegel
Haut de page

Texte intégral

1Un recueil consacré à l’époque où Hegel séjourne à Francfort, dans la proximité de son ami Hölderlin, est sûr de susciter un intense intérêt tant les enjeux, les énigmes et les exigences philosophiques s’y attachant demeurent passionnants. Cet intérêt s’accroît encore davantage depuis la parution du volume 2 (Frühe Schriften, II) de l’édition critique des œuvres de Hegel : la nouvelle présentation de ces « écrits de jeunesse », qui s’était au demeurant fait attendre pendant plusieurs décennies. De nombreuses recherches avaient de ce fait été mises en suspens, sous prétexte qu’une clarification suffisante des vieilles et pesantes questions entourant le « jeune Hegel » n’était point envisageable sans les apports de ce nouveau volume.

2En l’occurrence, les éditeurs nous en informent sans tarder : le présent recueil paru en 2015, provient de deux occasions différentes : d’une part de la présentation du vol. 2 en juin 2014 ; et d’autre part d’un colloque tenu à Bad Homburg six mois auparavant, sous le titre repris pour le recueil qui en rassemble les actes. Cela étant, les contributions au colloque ont bel et bien été conçues sans la connaissance du volume 2 (à quelques remaniements ultérieurs près) ; par conséquent, les attentes excessives de résultats bouleversants, dus spécifiquement aux nouvelles perspectives en critique textuelle, seraient injustes et d’emblée susceptibles d'être frustrées, en ce qui concerne ce groupe de textes.

3La partie restante des textes (minoritaire, car réduite en fin de compte au nombre de deux) exemplifie la démarche de la soi-disant Konstellationsforschung, un programme de recherches mis en place notamment par Dieter Henrich et son école (secondés par les chercheurs associés aux Archives Hegel de Bochum), depuis les années soixante du siècle dernier. Inventée expressément pour éclaircir la genèse de la pensée qu’il est convenu d’appeler l’Idéalisme allemand, la méthodologie de cette recherche s’appuie sur deux principaux outils : (1) une exploration méticuleuse historico-philologique, notamment des décennies entre 1781 et 1830, afin de rendre compte de la singulière densité et de la rapidité explosive qui marquent cette époque philosophique, dans la suite des conceptions, visions et systèmes qui s’y chassent à un rythme inouï où il s'agit souvent d'une question de mois, voire de semaines ; (2) un procédé caractérisé comme « analyse des argumentations » censément apte – au moyen d’un regard jeté sur les « positions », un peu à la manière de la sociologie du savoir – à reconstruire ce que ces savants appellent un « espace de pensée », celui par excellence de la décennie entre 1790 et 1800; espace de pensée dont une conception synoptique respectant la multiplicité des systèmes, remplace désormais le vieux schéma par trop simpliste d’une ligne téléologique « de Kant à Hegel ».

4Le séjour à Francfort (1797-1800) s'avère être un moment-clé dans le parcours de Hegel, en tant qu’il se dégage peu à peu de son kantisme de Berne, tout en s'appropriant la pensée de Hölderlin et des amis de celui-ci (fichtéens venus d’Iéna, devenus critiques du maître), pour traverser ensuite une réflexion concentrée sur le problème philosophique de la religion, notamment du christianisme ; époque qui se termine cependant lorsque Hegel quitte Francfort pour Iéna, on le sait, prenant le « chemin vers le système », en faveur de « la science ». Là est précisément la grande énigme, et c’est surtout afin de la résoudre que la recherche sur les constellations a été mise en place (ne fût-ce que pour dire avec précision si énigme il y a). Quoi qu’il en soit, on aura donc tout à espérer en vue d’une compréhension approfondie de cette péripétie (celle de la « philosophie classique allemande », comme on dit parfois), avec les acquis mis désormais à la disposition du public par les recherches sédimentées dans l’édition critique, et surtout dans son volume 2.

5Ces acquis font l’objet de l'article de W. Jaeschke (p. 31-50), directeur de l’équipe des savants responsables dudit volume. Les principales corrections que leurs travaux imposent aux opinions reçues sont au nombre de trois :

61. l’abolition de faux « ouvrages » (comme par exemple le fameux Esprit du christianisme), à remplacer désormais par la juxtaposition d’une grande masse de notes, esquisses et projets dépourvue d'organisation systématique ou hiérarchique, souvent sous forme de reprises d'un même texte recopié ou corrigé ;

72. la déconstruction de nombreuses illusions chronologiques, et par conséquent le jaillissement de nouvelles possibilités de liens et de cohérences : par exemple, plusieurs textes attribués jusque-là à l'époque de Francfort sont déjà commencés à Berne et demandent donc une conception plus souple de la transition qu’on ne l’avait cru auparavant. En ce qui concerne la datation, l’apport décisif consiste à passer de la Buchstabenstatistik (procédé paléographique reposant sur les différences de graphie des lettres d’un manuscrit selon les époques) et des modes d’écriture dans les manuscrits à l’analyse du filigrane (analyse qui bénéficie du fait qu’à cette époque, la localisation et la date de production du papier sont bien plus limitées, donc identifiables) ;

83. une meilleure appréciation de la largeur de thèmes et des domaines qui intéressent Hegel pendant son séjour à Francfort, à l’encontre d'une vision trop étroite qui imaginait notre penseur uniquement penché sur ses « écrits théologiques », c'est-à-dire sur sa philosophie de la religion. En corollaire, la question du « chemin vers le système » s’en voit enrichie, tantôt simplifiée, tantôt complexifiée.

9Se succèdent par la suite les deux contributions qui se présentent expressément comme relevant de la « recherche sur les constellations » et qui portent sur la fonction respective, pour la philosophie hégélienne naissante, des deux amis de Tübingen : Hölderlin (V. L. Waibel, p. 51-96) et Schelling (T. Hanke, p. 97-126). Nous y reviendrons.

10La série des exposés issus du colloque – dont on peut dire au demeurant que les textes se situent vis-à-vis du sujet de « Hegel à Francfort », d’une manière fort indirecte par moments – est la suivante : une histoire du concept de « destination de l'homme » autour de 1800, (L. A. Macor, p. 127-160) ; la postérité de la notion schillerienne de « belle âme », présente à Francfort dans la réception par Hegel du roman Woldemar de F. H. Jacobi  (G. Hindrichs, p. 161-192) ; l’idée d'une communauté vivante à situer entre l’amour et la loi (M. Acosta López, p. 193-212) ; un relevé des conceptions de « Rome » chez un Hegel marqué par la Grèce et par la Révolution française (V. Rocco Lozano, p. 213-234) ; une esquisse de la vie juive à Francfort vers 1800, juxtaposée à un tableau de trois conceptions successives du judaïsme dans la carrière de Hegel (M. Brumlik, p. 235-250) ; un petit traité sur Hegel et Schleiermacher (J. Dierken, p. 251-268) apportant une réflexion sur la présence des Discours sur la religion dans les textes hégéliens à l’occasion de la « Querelle de l'athéisme » ; et enfin une réflexion sur Hegel et Schelling vers 1800, centrée sur le rapport entre religion et « science » (G. Sans, p. 269-296).

11Les textes reflètent en général l’atmosphère de ce qu’on appelle aujourd'hui un colloque international. Les auteures et auteurs présentent leurs recherches dans un esprit de bon sens et de sobriété louable, ne donnant nulle part l’impression d’être confrontés à quelque chose d’extraordinaire, voire à une exigence philosophique tout à fait hors norme, telle que d’autres l’ont parfois ressentie en la matière. Dès lors, le lecteur (et le lecteur non spécialisé en première ligne) y trouvera une grande richesse d'observations, de réflexions et notamment de citations, aptes à alimenter la connaissance de cette époque, tout éphémère il est vrai, où Francfort hébergea une « constellation » de quelque poids à l’égard de la pensée européenne. En revanche, le prix à payer pour cette vertu cognitive réside sans doute en ce qu’«il ne manque plus que la clé » (comme disait un autre originaire de Francfort : Faust, v. 1939).

12Le modèle de la « constellation » comme objet de recherche, nous l'avons déjà indiqué, avait été mis en place par Dieter Henrich depuis les années 1960, dans le but déclaré d’explorer à nouveaux frais la singularité de ces décennies post-kantiennes qu’on appelle tant bien que mal l’Idéalisme allemand : une intelligence approfondie de sa genèse devait assurer une meilleure compréhension du phénomène en son entier, surtout dans son entrelacement avec cette autre face de l’époque qu’on désigne communément par le terme de l’« âge de Goethe ». Les résultats de ce « paradigme » ont à maints égards été spectaculaires, à n’en pas douter. Il convient pourtant d’insister sur la spécificité de la démarche et de son appareil, qui en définit certaines limites : c’est un projet d'histoire de la philosophie. Ce qui revient à dire que nous avons d’emblée affaire à une réduction voire un rétrécissement méthodologiques. Les deux outils principaux en reflètent la spécialisation : la micrologie de la recherche historico-philologique (triomphe du filigrane sur la statistique des lettres) et la soi-disant « analyse des arguments ». En deçà même du fait que s’ouvre ainsi un hiatus entre la méthode et la chose (au lieu d'argumenter, on « analyse » dans un esprit de néo-fonctionnalisme qui se laisserait, lui, analyser), le lecteur attentif se trouve dans l’embarras vis-à-vis d’une pensée qui, justement, n’argumente pas, ou peu – embarras qui concerne précisément la figure centrale de la constellation, le poète Hölderlin. En conséquence de leur programme de recherche, les savants de l'école de Henrich et des Archives Hegel à Bochum (dirigées par Otto Pöggeler, puis Walter Jaeschke), ont fini par s’expliquer la soi-disant position hölderlinienne dans la genèse de l’Idéalisme, en termes d’un double théorème, dont nous nous bornerons ici à nommer les étiquettes : la « philosophie de l’unification » et le « platonisme esthétique ». Développée par Hölderlin depuis le séjour à Iéna (1794/95), nourrie par la proximité de Fichte et de Schiller, conçue avant tout comme une critique du « moi absolu » de la doctrine de la science fichtéenne, cette Vereinigungsphilosophie serait donc restée intacte à travers les années de Francfort qui nous intéressent. Et en effet, devenue formule canonique parmi les commentateurs modernes, elle se trouve être présupposée comme allant de soi dans la totalité de notre recueil.

13En ce qui concerne Hegel, sa situation à Francfort, vue en « constellation », s’étend donc entre deux pôles : 1) à l'entrée, échappé de son isolement à Berne, assisté par une présumée « alliance des esprits » (Hölderlin, Sinclair et Zwilling), il passe sa vie à rattraper l’avance de deux ans qu'a Hölderlin sur lui, précisément en s’appropriant la fameuse Vereinigungsphilosophie ; 2) à la sortie, préparant sa carrière à Iéna au nom du « système » et de la « science », Hegel, s'éloignant désormais de Hölderlin (ainsi que du primat de la religion sur la philosophie préconisé par ce dernier) et se rapprochant de Schelling pendant quelques années, confiera à la philosophie la compétence de penser l’absolu et de ce fait, de guérir le déchirement de la société bourgeoise et moderne. À Francfort, Hegel effectuerait donc son rattrapage rapide en apprenant le « paradigme » hölderlinien contre Fichte de 1795 (c'est-à-dire l’« argument » que la recherche sur les constellations a coutume d’extraire des quelques lignes d’un texte intitulé « Jugement et être » par les éditeurs modernes). Ainsi devient-il d’abord, « philosophe de l’unification » avant de passer, avec l'aide de l’un des amis de Hombourg, Jacob Zwilling, à une conception où l'absolu est présent dans la relation même (la réflexion perd son statut secondaire ou dérivatif de pur et simple « déchirement »). Cette évolution est tracée avec subtilité par T. Hanke, qui se sert habilement des nouveaux acquis procurés par le volume 2 de l’édition critique. Se précise alors le fait que Schelling, après la première alliance de Tübingen, se trouve mis à l’écart par les influences inédites que Hegel subit à Francfort, avant de regagner l’affinité spéculative de Hegel, depuis le départ de celui-ci et pendant les premières années passées à Iéna. Comme le schéma de la reconstruction demeure ici celui qu’on connaît, quelques aspects se présentent tout aussi énigmatiques qu’auparavant : comment Zwilling peut-il maintenir la suprématie de « l’esthétique » en même temps que le caractère absolu de l'alternance progressive de la réflexion (p. 114-120) ? Et comment y voir une « critique » de Fichte ? Voilà le point crucial du sujet « Hegel à Francfort ».

14Le recueil s’en occupe avec la contribution de V. Waibel, consacrée à Hölderlin et au « symphilosopher » des amis de Hombourg, et focalisée sur une – la seule – lettre de Hölderlin à son ami Isaac von Sinclair (24 décembre 1798). Nous nous contenterons ici de relever quatre aspects.

151. Dans la lettre, V. Waibel prétend retrouver le fameux « argument » contre Fichte et le principe du moi absolu, tel que Hölderlin l’aurait découvert quatre ans auparavant dans sa Vereinigungsphilosophie. Ce dernier aurait par la suite maintenu cet argument inchangé et pour ainsi dire immobile, de manière à pourvoir une simplicité fort bienvenue dans les rangs de la recherche sur les constellations.

162. La présence de la téléologie kantienne dans cette lettre – une quelconque allusion faite au vivant et aux totalités « organiques » serait la preuve suffisante d'une relecture de la Critique de la faculté de juger – permettrait de conclure à une forte présence du « modèle du vivant » kantien, non seulement dans le dialogue entre les deux amis mais aussi, d’une manière plus générale, dans les hypothétiques échanges du « symphilosopher », notion modelée quant à elle tantôt d’après le Stift de Tübingen, tantôt d’après la communauté des Romantiques à Iéna et Dresde.

173. Dans la pensée de Jacob Zwilling, il y aurait une proximité plus importante à la doctrine fichtéenne de l'imagination que ne l’avait cru la recherche précédente, captive de la notion traditionnelle de Fichtekritik. Aussi Zwilling acquiert-il sa double fonction au sein de la recherche sur les constellations  (p. 67-73) : celle du Proto-Hegel, par sa théorie de la réflexion, et celle de l'ami de Hölderlin, défenseur du primat de l’esthétique par le biais de l'imagination, censée apte à « nous  ramener à l’Olympe » de la beauté. Nous retrouvons ainsi la formule du « platonisme esthétique ».

184. En corollaire de l’argument primitif de la philosophie de l'unification, le primat de l’esthétique, temporaire, vient censément se faire remplacer par la religion (plus précisément, par la philosophie de la religion qui, elle, vient remplacer la notion primitive de la religion comme culte), situation des dernières années de Francfort, incarnée notamment dans le texte de Hegel ci-devant connu comme le « fragment de système » (désormais intitulé « Sur la religion »), daté du 14 septembre 1800. On comprend que le chemin vers le système, ou la décision en faveur de « la science », ne se fera plus attendre, même si les auteurs de notre recueil ne manquent pas d’insister sur le fait que la transition – ou « l’option », ainsi qu'ils s’expriment – présente l’aspect d'un saut, d’un salto mortale, plutôt que d'un « argument ».

19Toutefois, ces thèses ne sont pas sans appeler quelques réserves. D’abord, quant à la lettre à Sinclair, il y a une confusion entre le « principe » que V. Waibel croit être évoqué, et les « forces » dont la lettre parle en vérité.

20Ensuite, il convient de voir un simplisme illicite dans l’idée que toute mention d’un organisme vivant soit la preuve d’une récente lecture de la troisième Critique. Étant donné, en même temps, que la constellation entre philosophie, « esthétique » et religion constitue le centre et le pivot même de la problématique de Hegel à Francfort, on peut en arriver à douter de manière plus générale du schéma de la philosophie de l’unification (embellie ou non du platonisme esthétique), conception dont les inconvénients, chronologiques et autres, sautent pourtant aux yeux. En particulier, s’il est avéré que pour Zwilling, c’est en effet la réflexion (prométhéenne) qui « déchire » l'imagination qui nous ramène à l’« Olympe », il devient de ce fait compréhensible qu’il fasse partie de ceux d'entre les amis de Hombourg qui accordent à l’« esthétique » le primat ou rang suprême dans le « système ». Or n’est-ce pas là poser deux énigmes à la fois (et, dirait-on, contradictoires entre elles) ? D’une part, peut-on être fichtéen et défendre le primat de l'esthétique ? D’autre part, peut-on défendre le caractère absolu de la relation (ou la réflexion comme absolue) en même temps que le primat de l'esthétique ? Cela nous amène à constater une étrange lacune.

  • 1 Voir le superbe Hegel-Handbuch de W. Jaeschke, Stuttgart, Metzler, 2003.

21Le primat de la beauté au centre de la constellation de Francfort, son statut et sa prétendue fugacité parmi les présumés discutants, aurait dû – automatiquement, dirions-nous – conduire à une nouvelle analyse des célèbres feuilles du « plus ancien programme systématique de l’Idéalisme allemand » ; et l'on s’étonne beaucoup que personne ne parle plus de cette pierre de touche classique pour la compréhension de « Hegel à Francfort » : en l’occurrence, donc, pour ce que les historiens de la philosophie appellent tant bien que mal « l’esthétique », et rien d'autre que le fameux « platonisme esthétique » depuis 1795. On s’en étonne d’autant plus que V. Waibel, à la différence des experts hégéliens1, n’abandonne nullement sa conviction que Hegel ait rédigé (et non seulement recopié) le texte précisément à Francfort, début 1797 (p. 73) : l’existence de ce texte, ne fût-ce qu’en tant que catalyseur, constituerait pourtant la barre de mesure – centenaire depuis la première publication du document par Rosenzweig – pour notre intelligence des enjeux du « jeune Hegel ». Sans doute, cet abandon reflète-t-il le constat mélancolique que le volume 2 vient décevoir tous les espoirs qu’on y avait mis, du fait qu’il n'a rien à dire en la matière, ni même au sujet du filigrane. Sinon, l’occasion aurait été idéale de montrer où, quand et comment imputer à Hegel, que ce soit à Francfort ou ailleurs, un quelconque rapport à la beauté (celle dont parlait son ami Hölderlin), ainsi qu’une velléité de rendre les philosophes sensuels au moyen d’une mythologie polythéiste.

  • 2 Cf., plus récemment, H. Schmid (2007), « Mythe, réflexion, humanité », Cahiers philosophiques de St (...)

22Par ailleurs, très au contraire de ce qu’on peut lire dans le recueil, l’état de la recherche n’a pas consisté et ne consiste pas à faire circuler la paternité du manuscrit entre les « trois grands », Hegel, Schelling et Hölderlin ; l’hypothèse du « quatrième homme » existe depuis un demi-siècle2.

23Si les résultats apportés par le volume 2 sont présentés comme « révolutionnaires » (p. 19), nous n’oserons point dire pareille chose en ce qui concerne les recherches du présent recueil. L’absence, dans la totalité du volume, de résultats inédits ou bouleversants quant au contexte de Hegel à Francfort, inviterait plutôt au fameux mot d’un critique viennois : « Dans la symphonie de Monsieur X, il y a du bon et du nouveau ; malheureusement, ce qui est bon n'est pas nouveau, et ce qui est nouveau n’est pas bon. » Ce serait pourtant obscurcir le fait qu’ici, l’ancien – en l’espèce : le schéma de la « philosophie de l’unification », fort du « platonisme esthétique » – n’est nullement garanti comme « bon ». Si tant est que la génération précédente, celle des Henrich et Pöggeler, ait possédé une conscience plus claire de ce problème, parmi leurs successeurs de la génération suivante, la platitude semble avoir pris place. Comme tous sont d’accord pour voir la question philosophique la plus élevée de « Hegel à Francfort » dans le problème de la religion (y compris la transformation de celle-ci en « philosophie de la religion »), on aurait pu attendre un effort plus concentré à ce sujet. Les débats dans l’Allemagne d’aujourd'hui étant ce qu'ils sont, une réflexion approfondie aurait été envisageable, par exemple, à propos des notoires pensées hégéliennes sur Abraham, la religion juive et le « génie des nations », au lieu de colporter des opinions reçues, comme celle selon laquelle l’« Être-lumière » de la Phénoménologie de l'esprit correspondrait au judaïsme (p. 26 et 242).

24D’une manière plus générale, on trouve dans ce recueil un certain nombre d’indices qui, en plus d’étonner voire de stupéfier par une certaine naïveté, seraient à explorer quant à leur valeur de symptôme. Que penser de l’idée qu’une quelconque référence aux « corps organiques » (au XVIIIe siècle, dans l’Allemagne de Herder, Goethe, Sömmering) témoigne automatiquement d’une lecture récente de la Critique de la faculté de juger ? D’autant plus que cela mène à l'autre idée, proférée en toute ingénuité, que l’influence de Sinclair aurait fait virer Hölderlin d’abord vers Dieu, puis vers le polythéisme, en l’invitant à un pluralisme non monarchique (p. 84) ? Quaeritur. Alors qu'on constate avec intérêt qu’au moins l’un des textes a pu retenir la vieille et sensée orthographe de l’allemand (celui de G. Hindrichs), la stupeur ressurgit face à l’apparition – et notamment par rapport au concept schillerien du « jeu », là où l’homme est tout homme – du mot « Regelfolgen » (« régulosécution », p. 23), un événement dans l'histoire de la langue allemande dont on ne trouverait sans doute qu'un faible analogue dans l’épiphanie du mot « corréler » en langue française.

25À la fin d'une telle traversée, en réponse à une certaine inquiétude qui semble en découler, l'auteur de ces lignes ne peut s'empêcher de rappeler que la philosophie avait jadis, dans la pensée de Bruno Liebrucks, atteint un autre niveau de la confrontation avec le « jeune Hegel », précisément à Francfort.

Haut de page

Notes

1 Voir le superbe Hegel-Handbuch de W. Jaeschke, Stuttgart, Metzler, 2003.

2 Cf., plus récemment, H. Schmid (2007), « Mythe, réflexion, humanité », Cahiers philosophiques de Strasbourg, 22, p. 319-334.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Holger Schmid, « Compte rendu de Der Frankfurter Hegel in seinem Kontext. Hegel-Tagung in Bad Homburg vor der Höhe im November 2013, sous la direction de Thomas Hanke et Thomas M. Schmidt », Methodos [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5100

Haut de page

Auteur

Holger Schmid

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS, Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals