Navigation – Plan du site
Travaux

Séminaires et groupes de travail (2017-2018)

Texte intégral

Séminaire de linguistique

1Responsable : Anne Carlier.

Programme

220 octobre 2017 : linguistique anglaise

Chris Barker (NYC-University) : Vagueness, indeterminacy, and update

Thomas Herbst (Université d’Erlangen) : Restricting the rights of linguists

317 novembre 2017 : analyse de discours

Paul Sambre (KU Leuven) : Multimodal socio-cognition and corpus-based Critical Discourse Analysis

Giuditta Caliendo (STL) : Longitudinal changes in the EU’s discursive practices: a corpus-assisted critical discourse analysis

48 décembre 2017 : terminologie médicale

Céline Scezel (KU-Leuven), D’apostème à apostémation : une analyse constructionnelle

Natalia Grabar (STL), TAL pour le traitement et la compréhension de termes médicaux

519 janvier 2018 : phonologie historique

Julien Fulcrand (STL), Modélisation des chaînes de traction en phonologie dans la théorie des domaines piliers

Adèle Jatteau (UMR Structures formelles du langage / STL), Des grammaires grecques aux spectrogrammes : ce que nous apprend la phonologie diachronique

616 mars 2018 : linguistique de l'oral

Jeanne-Marie Debaisieux (Université de Paris 3)

Emmanuelle Canut & Juliette Delahaie (STL)

723 mars 2018 : pragmatique

Marina Terkourafi (Université de Leyde) : Face, affect, and the interpretation of scalar terms

Sofie Decock (UGent) & Ilse Depraetere (STL) : (In)directness and complaints: a reassessment

813 avril 2018 : pragmatique clinique

Nicolas Ruytenbeek (Bruxelles) : Approche expérimentale du traitement cognitif des requêtes indirectes

Alexandre Billon (STL) : Illéisme et négation dans le délire de Cotard

918 mai 2018: aphasie

V. Fyndanis (Université d'Oslo) : Time reference in aphasia: Evidence from Greek, Italian and German

E. Soroli (STL), Space reference in aphasia: Evidence from English and French

1015 juin 2018 : linguistique & TAL

Pascal Denis (UdL, INRIA)

Bert Cappelle (STL)

Séminaire « Psycholinguistic aspects of Aphasia and Alzheimer’s disease: a cross-linguistic approach »

11Responsable : Efstathia Soroli.

12Professeur invité : Chrysovalantis Fyndanis (Université de Long Island, New York).

13Période : mai-juin 2018.

Présentation

14Recent psycholinguistic research will be discussed with special focus on non verb-related morphosyntactic production in aphasia and Alzheimer’s disease. The issues of the relationship between verbal working memory and locality, as well as the morphosyntactic production and processing will be presented from a cross-linguistic perspective. Five lectures on aphasia and Alzheimer’s disease are proposed for this seminar:

1. The role of verbal working memory and locality in morphosyntactic production: Evidence from aphasia and healthy aging (V. Fyndanis).

2. Time reference in aphasia: Evidence from Greek, Italian and German (V. Fyndanis).

3. Space reference in aphasia: Evidence from English and French (E. Soroli)

4. (Morpho)syntactic production in agrammatic aphasia: A test of three competing hypotheses (V. Fyndanis).

5. Morphosyntactic production in Greek- and Italian-speaking individuals with probable Alzheimer’s disease: Evidence from subject-verb agreement, tense/time reference and mood (V. Fyndanis).

Groupe de travail « Analyses des Pratiques Professionnelles sur les Échanges Langagiers » (APPEL)

15Responsables : Stéphanie Caët, Emmanuelle Canut et Mai Tran.

Présentation

16Stéphanie Caët (MCF en Sciences du Langage dans le Département d’Orthophonie de Lille 2), Emmanuelle Canut (Professeur en Didactique des langues dans le Département de Sciences du Langage de Lille 3) et Mai Tran (orthophoniste et MCF en Sciences du Langage dans le Département d’Orthophonie de Lille 2) membres du laboratoire STL (UMR 8163 Savoirs, Textes, Langage) et travaillant dans le domaine des interactions verbales (en famille, à l’école et en situation de soin) ont souhaité constituer un groupe de travail avec des professionnels pour mener une réflexion sur les échanges langagiers dans les pratiques.

17Le groupe de travail réunissant des orthophonistes, des professionnels de l’Education Nationale et des universitaires. Son objectif est d’étudier les pratiques langagières des professionnels dans des situations d’échanges dans le cadre d’apprentissage, d’évaluation ou de suivi orthophonique avec des enfants de 3 à 6 ans (ou dont l’âge mental correspond à cette tranche d’âge). Il s’agit d’inviter les professionnels à focaliser leur regard, pas uniquement sur les productions de l’enfant, mais sur la pertinence et l’efficience des modalités d’interaction et d’étayage de l’adulte pour le développement langagier (pragmatique et linguistique). En effet, ce qui est commun aux enseignants et aux orthophonistes, c’est le besoin de s’ajuster et de se réajuster en permanence à des interlocuteurs de niveaux langagiers différents. Pour l’enseignant, cela se fait dans le cadre de la classe, avec un groupe d’enfants qui évoluent à des rythmes différents. Pour l’orthophoniste, cela se manifeste dans le cadre de la prise en charge successive (sur une même journée par exemple) d’enfants présentant des troubles différents. La réflexion porte donc sur la façon dont le professionnel propose un langage adapté à chacun de ses interlocuteurs, ou dit autrement son positionnement dans la zone proximale de développement. À plus long terme, les membres du groupe envisagent de formaliser ce travail dans le cadre de leurs activités pédagogiques et/ou de journées d’étude.

18Le groupe se réunit tous les 2 mois.

Séminaire « Poésie et philosophie : présentation de travaux »

19Responsables : Anne de Crémoux et Léna Bourgeois.

Présentation

Ce séminaire, initié en 2000, a eu avant tout pour but de permettre à des doctorants ou de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux devant d’autres interlocuteurs que leur directeur de thèse, afin de varier le dialogue sur leur recherche.

Il s’est ensuite ouvert à d’autres chercheurs ayant un projet en cours, et en particulier aux chercheurs récemment arrivés dans les thématiques « antiquisantes » de notre laboratoire.

Dans chacun de ces deux cas, le principe est le même : durant une heure environ, le chercheur présente ses travaux, soit de manière générale en soulevant néanmoins des questions, soit en se concentrant sur un ou des points qui lui posent problème et qui ouvrent ainsi à discussion.

Celle-ci se poursuit librement durant la seconde partie de la séance.

Les recherches concernées rejoignent les intérêts portés par les thématiques 1 et 2 du champ 2 de STL, que les intervenants en fassent partie ou non (intervenants de Lille 3 externes à STL, par exemple appartenant à Halma ou à d’autres laboratoires ; invités extérieurs à Lille 3).

Programme

20-25 octobre 2017 : Gabriele Sofia (Grenoble) : « Le corps poétique du performeur. Théâtrologie et sciences cognitives » ;

21-29 novembre 2017 : Vivien Longhi (Lille, Halma) : « La crise des médecins. Une notion politique ? » ;

22-13 décembre 2017 : Peggy Lecaudé (Lille, STL) : « Les diminutifs dans les Métamorphoses d’Apulée : étude lexicale et fonctionnement énonciatif » ;

23- 17 janvier 2018 : Xavier Gheerbrant (Assistant Professor in ancient Greek Philosophy, Sichuan University, Chengdu) : « Poésie et philosophie chez Empédocle » ;

24- 21 février 2018 : Juliette Lormier (Lille, Alithila) ;

25- 21 mars 2018 : Anne de Cremoux (Lille, STL) ;

26- 11 avril 2018 : Valentin Decloquement (Lille, STL) ;

27- 23 mai 2018 : Donatella Izzo (Lille, STL-Trente).

Séminaire « Sophocle et les Présocratiques : le Philoctète »

28Responsables : Claire Louguet et Daria Francobandiera. Mensuel.

Séminaire de lecture du Théétète de Platon

29Responsables : Claire Louguet et Thomas Bénatouïl.

Programme

6 novembre 2017 : Claire Louguet : Le prologue (142a-145c) ;

7 décembre 2017 : Alain Lernould : L'exemple mathématique (145d-148e) ;

8 février 2018 : Thomas Bénatouïl : La maïeutique (148e-151c) ;

15 mars 2018: Exposé des 3 thèses (151d-153d) ;

12 avril 2018 : Carla di Martino : L'application à la sensation (153d-157d) ;

17 mai 2018 : L'application aux rêves, maladies (157e-160e) ;

14 juin 2018 : Conclusion du séminaire pour 2017/2018.

Séminaire « Philosophie et Rhétorique dans l'Antiquité : le De re publica de Cicéron »

30Responsables : Thomas Benatouïl (STL) et Anne-Isabelle Bouton (HALMA).

Présentation

31Ce séminaire s'inscrit dans la continuité du séminaire Philosophie et rhétorique dans l'Antiquité Impériale et Tardive, qui a duré trois années (2014-2017) et a associé les UMR STL et HALMA dans des recherches sur les frontières, rivalités mais aussi articulations et hybridations entre types de discours à l'époque impériale et dans l'Antiquité tardive, tant chez des auteurs grecs que latins des époques impériales et tardives.

Le séminaire se concentrera sur Cicéron, qui fait l'objet d'un regain d'intérêt à l'étranger (en particulier dans le monde anglo-saxon et chez les historiens de la philosophie) mais qui a été un peu délaissé ces dernières années en France. Il s'agit également d'un auteur très influent dans la patristique latine, dont on examinera les citations et usages de l'Arpinate.

Du point de vue de ces critères, le De re publica est particulièrement intéressant. Bien que conservé de manière fragmentaire via un palimpseste, l'ouvrage est très important pour comprendre les rapports de Cicéron à Platon mais aussi au stoïcisme et à la Nouvelle Académie, pour la pensée politique romaine (qui intéresse plusieurs chercheurs d'Halma) et dans la tradition tardive, le traité étant discuté par Augustin, Lactance ou Macrobe.

Pour la première année du séminaire, on se concentrera sur les livres I et II et la discussion autour de la vie politique, de la res publica et de la justice.

Programme

31 janvier 2018 : Thomas Bénatouïl (STL) : « Le débat sur les genres de vie dans le préambule du livre I »

7 février 2018 : Victor Legros (HALMA) : « Sur la définition de la res publica dans le livre I »

14 mars 2018 : Jed Atkins (Duke Univ.) : « Sur la démocratie athénienne et ses critiques »

11 avril 2018 : Peggy Lecaudé (STL) : « Sur potestas dans le De re publica »

30 mai 2018 : Bernard Collette (Univ. Laval) : « Sur providence et politique dans le De re publica »

32Le séminaire se prolongera par une demi-journée d'études, le 7 juin 2018, sur la réception patristique du De re publica.

Programme

-Blandine Colot (Angers) : sur Lactance et le De re publica

-Agnès Vareille (Montpellier) : sur Augustin et le De re publica

-Victor Legros (Halma) : sur res publica dans la patristique

Séminaire « Lillibru-Systématicités antiques »

33Responsables : T. Bénatouïl (STL), S. Delcomminette (ULB) et M.-A. Gavray (ULg).

Programme

-16 février 2018 : sur le more geometrico avec David Rabouin (CNRS, UMR SPHERE) ; sur Spinoza ; et A. Lernould sur Proclus (UMR STL).

-13 avril 2018 à Bruxelles 2018 : sur le modèle musical/harmonique en philosophie avec David Creese (Newcastle) et Sylvain Delcomminette (ULB).

-29 juin 2018 à Liège sur le scepticisme antique, avec Stéphane Marchand (ENS Lyon) et T. Bénatouïl (UMR STL).

Groupe de lecture sur la « Seconde Sophistique » (Syrianus, commentaire sur Hermogène)

34Responsable : Ruth Webb.

Groupe de recherche sur Kant (GRK)

35Responsables : Armel Mazeron et Betty Gabriels.

Présentation

36Notre souhait est de rassembler chercheurs, enseignants et  étudiants autour de la pensée kantienne qu'il s'agisse de mettre en avant ses concepts fondamentaux, ses thèses fondatrices, ou encore sa relation à tel ou tel autre penseur. Dans cette perspective, nous proposons des études de passages topiques du corpus kantien naviguant des écrits pré-critiques aux trois Critiques. Nous mettons au premier plan la discussion et la reprise critique des exposés ce qui permet à chacun d'entrer toujours plus avant dans une Oeuvre dont la complexité s'approfondit à mesure qu'on la parcourt.

Programme

-30 janvier 2018 : Armel Mazeron : « La critique bergsonienne des antinomies »

-16 février 2018 : Aleksey Sevastyanov : « L’exemplarité du sublime : la Pyramide et l’interdiction mosaïque »

-20 mars 2018 : Alain Lhomme : « La rethématisation des concepts dans la Critique du jugement »

-3 avril 2018 : Betty Gabriels : « Le réel dans une perspective pratique »

-11 mai 2018 : Christian Berner : « Le jeune Schlegel lecteur de Kant »

-8 juin 2018 : José Duron Garcia : « Kant et l’éléatisme »

-22 juin 2018 : Édouard Mehl : « Kant dans la tourmente : le débat philosophique sous la république de Weimar (1919-1933) »

Séminaire « Normes et affects »

37Responsables : Éléonore Le Jallé et Peggy Avez.

Présentation

38Le séminaire explore les diverses façons dont la vie des normes (sociales, institutionnelles, morales) s’articule avec celles des affects selon – au moins – quatre aspects :

- les normes ne sont respectées et promues qu'en fonction de ressorts affectifs (désirs ou peurs diverses) qui motivent les individus à les suivre ;

- elles ont en retour un impact sur la vie affective des individus, qu’il soit considéré comme pathologique (réification, souffrances sociales, aliénation, etc.) ou salutaire (structurant, socialisant, etc.) ;

- les affects constituent toujours une masse imprévisible de résistance comme d’adhésion, de telle sorte que les normes requièrent des techniques (politiques, rhétoriques, statistiques, prospectives, etc.) de contrôle des passions humaines ;

- les affects, étant donné la structure cognitive que certains auteurs leur accordent actuellement, peuvent être source de normes, en tout cas contribuer à leur constitution.

Programme

3 octobre 2017 : Alice Le Goff (Université Paris-Descartes/IUF) : « La vengeance entre émotions et normes ». 

17 octobre 2017 : Peggy Avez (STL) : « Désir de liberté, plaisir d’obéir : le désir d’émancipation a-t-il un pouvoir normatif ? »

14 novembre 2017 : Laurent Perreau (Université de Franche-Comté) : « Les affects et le temps dans les premières enquêtes de Bourdieu (Algérie, Béarn) ».

12 décembre 2017 : Thomas Bénatouïl (STL) : « Opinions et normes dans la théorie stoïcienne des passions ».

16 janvier 2018 : Cécile Lavergne (Université Paris Nanterre) : « Reconfiguration des normes et des affects dans les situations de violences extrêmes ».

30 janvier 2018 : Gabrielle Radica (Université de Picardie Jules Verne) : «  La critique de la norme de la "famille des sentiments" ».

13 février 2018 : Florence Caeymaex (Université de Liège) : « Gouvernementalité et évaluation dans le travail ».

13 mars 2018 Paul Robin (doctorant STL) : « La tristesse morale : le désir de justice confronté à la réalité injuste ».

10 avril 2018 : Nicolas Poirier (Sophiapol, Nanterre) : « Imaginaire, normes et affects ».

15 mai 2018 : Ulysse Gadiou (doctorant STL) : « La dynamique des normes dans la philosophie de Whitehead ».

Séminaire SÊMAINÔ 2017-2018 : « Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes »

39Responsable : Claudio Majolino.

Présentation

40Suite aux volets Ancien (avril 2016- mai 2017, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (octobre 2016-novembre 2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés respectivement sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements modernes et contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Ce troisième volet, comme annoncé dans le programme déposé à l’ANR/FNS, gravitera notamment autour des phénoménologies des signes post-brentaniennes et, tout particulièrement, autour de la réflexion sémiotique de Husserl. Comme dans les cas d’Aristote et de Bacon, la réflexion sur les signes de Husserl n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique et approfondie visant à l’exhaustivité. Il manque non seulement une vision d’ensemble des thèses et des textes de Husserl d’intérêt sémiotique, mais aussi une mise en perspective historique de ses sources, modernes, médiévales et anciennes. Les travaux de ce séminaire, ainsi que la journée d’études qui s’en suivra, auront donc une tâche double. Il s’agira d’un côté de reconstruire les traits fondamentaux de la théorie des signes (linguistiques, mathématiques, somatiques etc.) dans une tradition « phénoménologique » qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation avec Aristote ; mais il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites d’un tel héritage ; en outre, il sera question de reconstruire à terme, et d’une manière la plus complète possible, la place des signes dans les « quatre phénoménologies » (Brentano, Husserl, Heidegger, Peirce) en commençant par une étude systématique des deux premières. Les questions d’ordre plus textuel/historique seront abordées lors des séances du séminaire, alors que l’intérêt d’une phénoménologie des signes dans le débat sémiotique et philosophico-linguistique contemporain sera abordé notamment lors de la journée d’études conclusive, où l’on reviendra également sur les assises méthodologiques de l’ensemble du Projet.

Programme

02/10/2017 : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL) : « Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck »

09/10/2017 : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives) : « On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations »

20/11/2017 : Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg) : « La signification chez le dernier Husserl »

18/12/2017: Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin): « Husserl and Ingarden on Signs and Language »

29/01/2018 : Guillaume Fréchette (Universität Salzburg) : « Husserl, les indexicaux et les démonstratifs »

19/02/2018 : Daniele De Santis (Università Roma II)

26/03/2018 : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III) : « L’usage phénoménologique de la théorie de la signification »

16/04/2018 : Carlo Ierna (Universiteit Utrecht): « Symbolic intentionality in the School of Brentano »

28/05/2018 : Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin): « The trace of Leibniz »

Séminaire « Des Platonismes en Phénoménologie »

41Responsables : Alain Lernould, Claudio Majolino et Édouard Mehl.

Présentation

42Dans les trente dernières années, les rapports de la phénoménologie, dans ses nombreuses formes, à l’histoire de longue durée de l’aristotélisme ont fait l’objet de nombreuses études, notamment en France et dans le monde anglophone. La question de l’être, de l’intentionnalité et du monde, des thèmes chers à la phénoménologie comme le catégoriel, l’imaginaire ou le politique ont notamment été examinés dans leurs rapports avec les textes-source d’Aristote et leurs relectures, anciennes et médiévales. Or, il en va tout à fait autrement du lien, pourtant étroit, qui noue la tradition phénoménologique aux différentes formes de platonisme qui ont traversé l’histoire de la philosophie occidentale. De l’idée husserlienne d’un Platon « père de toute science rigoureuse » (Hua XXV, 53) au Patočka de Platon et l’Europe, centré sur le « souci de l’âme » (τῆς ψυχῆς ἐπιμελεῖσθαι) (Alc. 130, c 5-6) ; du célèbre propos de Heidegger, selon lequel « toute philosophie occidentale est un platonisme » (Nietszche, t. II), aux références, nombreuses et insistantes, de Lévinas à l’égard du Phèdre ; mais, aussi, du silence assourdissant de Sartre, Merleau-Ponty et Michel Henry, qui (du moins apparemment) semblent faire l’impasse sur l’héritage de Platon, à l’obsession véritable d’Eugen Fink vis-à-vis de l’ontologie platonicienne de l’image, tant dans ses études sur l’irréel et le jeu que dans ses recherches sur la παιδεία—la phénoménologie n’a pas cessé de multiplier ses lectures de Platon et ses variantes de « platonisme » d’une manière qui demande encore à être explorée. Le but de ce séminaire de recherche qui se conclura avec une journée d’études, en 2018, sera de commencer une telle exploration par une triple opération de (1) mise en contexte, (2) étude des textes et (3) analyse des problèmes.

Séminaire « Conflictualité et société »

43Responsables : Édouard Jolly, Philippe Sabot et Stéphane Zygart.

Présentation

44Le conflit est un analyseur classique du politique, qui court de Hobbes à Balibar en passant par Marx et Foucault, dont on voudrait ici étudier les formes et la pertinence à l’appui de terrains historiques concrets. Où, quand et comment du conflictuel et de l’hostilité se manifestent ou, au contraire, disparaissent ? Comment se déroulent les conflits contemporains ? Comment y accédons-nous et pouvons-nous les comprendre ? Quelles sont les caractéristiques des guerres contemporaines en tant que conflits armés ?

45Sans les rendre caduques, la conflictualité ainsi thématisée amène à redistribuer les concepts, assemblés par dualismes, par lesquels nous tentons de la saisir et d'agir sur elle. On peut songer entre autres aux couples guerre et paix, violence et discursivité ou encore Etat et société. À de multiples niveaux, il semble que ces dualités soient soumises à leurs propres limites historiques, laissant s'échapper le politique dans le brouillard de la guerre lorsqu'il est question, par exemple, du terrorisme, des migrants, des exilés, de la sécurité ou plus généralement d’un exercice coercitif des pouvoirs régaliens.

46Nous souhaiterions, à l’occasion de ce séminaire de philosophie politique et sociale, interroger ainsi la transformation du droit imposée par les formes contemporaines d’une conflictualité à l’œuvre dans nos sociétés postindustrielles et à la périphérie de leur politique, tout en y intégrant la question des modalités d’une action, elle aussi politique, tant à l’échelle individuelle que collective.

47En insistant sur l’importance d’une casuistique afin de se prémunir de toute spéculation, on se propose ainsi d'étudier les figures contemporaines de la conflictualité, en se livrant à un double travail collectif de description et de schématisation. Comment identifier, localiser, caractériser les conflits dans leur dynamique sociale ? Comment saisir la politique qui leur donne leur extension et leur signification ?

Programme

4817 janvier 2018

Édouard Jolly (IRSEM/UMR STL) : « Penser les guerres contemporaines, Clausewitz »

Stéphane Zygart (UMR STL/Lille SHS) : « Invalides et anarchistes : les « handicapés méchants » (1973-1980) »

4924 janvier 2018

Frédéric  Gros (Sciences Po Paris) : « Désobéissance civile et dissidence civique »

507 février 2018

Guilel Treiber (RIPPLE/KU Leuven) : « Résistance, violence et société »

5121 février 2018

Bruno Villalba (AgroParisTech/CERAPS) : « L’impensé de la violence en écologie politique »

527 mars 2018

Mathilde Szuba (Sciences Po Lille/CERAPS) : « Les conflits de ressources »

5321 mars 2018

Audrey Benoît (Paris 1 (CHSPM)/Lille SHS) : « La lutte contre l’hétérosexisme, fer de lance de la critique sociale ? Réflexions à partir d’une controverse entre Judith Butler et Nancy Fraser »

5428 mars 2018

Bertrand Ogilvie (LLCP/Paris 8)

5518 avril 2018

Jean-Claude Monod (ENS Paris/Archives Husserl) : « Libéralisme et déni du conflit : discussion d’une thèse polémique »

5616 mai 2018

Philippe Sabot (UMR STL/Lille SHS)

5730 mai 2018

Anne Rasmussen (SAGE/Strasbourg)

586 juin 2018

Jean-Vincent Holeindre (IRSEM/Paris 2) : « La ruse et la force, une autre histoire de la stratégie »

5913 juin 2018

Sequoya Yiaueki (UMR STL/Lille SHS) : « Populisme et rhétorique : le problème épistémologique »

Séminaire international « Identité et sujet dans la pensée de Foucault »

60Séminaire co-organisé dans le cadre du réseau de recherche TaFac : « Travailler avec Foucault : approches contemporaines », Curitiba, Brésil, novembre 2017.

61Responsables : Philippe Sabot (STL, Université de Lille), André Duarte (UFPR, Curitiba) et Cesar Candiotto (PUCPR, Curitiba).

Présentation

62Voir l’argumentaire et le programme sur le site de STL : https://stl.univ-lille.fr/​lagenda/​agenda/​tafac-travailler-avec-foucault-approches-contemporaines/​

Séminaire « Écrits de musiciens : un regard philosophique »

63Responsables : Sarah Troche et Bernard Sève. Mensuel.

Présentation

64Les « écrits d’artiste » sont devenus, depuis quelques années, un objet d’études important dans les sciences sociales. Les publications récentes concernent principalement les arts plastiques, de la réédition des Conférences de l’Académie Royale de peinture, 1648-1792 (12 volumes, sous la direction de J. Lichtenstein et C. Michel, Beaux-Arts Éditions, 2007-2015), au Discours de l’art de L. Corbel (PUR, 2013). Moins étudiés, les écrits de musiciens ont fait l’objet d’une étude récente (Écrits de compositeurs, une autorité en questions, sous la direction de M. Duchesneau, V. Dufour et M.-H. Benoit-Otis, Vrin, 2013).

65À l’indispensable approche historique et musicologique, le séminaire entend ajouter une approche plus strictement philosophique. Pourquoi un musicien veut-il s’exprimer non pas seulement par son art, mais sur son art ? Quels effets cette expression théorique a-t-elle sur l’interprétation, sonore et intellectuelle, de ses œuvres ? Quel statut théorique reconnaître à ces écrits ? Les écrits de musiciens, comme tout écrit d’artiste, sont des documents, utiles au biographe ou à l'historien. À quelles conditions peuvent-ils être aussi considérés comme des textes porteurs de propositions théoriques détachables du contexte immédiat de leur formulation ?  

66La philosophie de l’art est fondée à aborder ces textes en les rattachant à des problématiques de type ontologique et herméneutique. Il s’agit de mettre au jour et d’analyser les interactions entre l’œuvre musicale et les écrits para-opéraux du musicien concerné. Il s’agit également de prendre la mesure des très nombreuses fonctions d’un écrit de musicien : instructions d’interprétation, plaidoyer pro domo, guide d’écoute, explication du fonctionnement d’un langage musical nouveau, témoignage, réponse aux incompréhensions. Dans certains cas-limites, l’écrit de musicien tend à se confondre avec l’œuvre (John Cage).

67En amont de ces questions, nous serons amenés à réfléchir sur la notion même d’écrit de musiciens. Le musicien, qui écrit des partitions, n’a pas avec l’écriture le même type de rapport que le peintre. La frontière entre les deux systèmes de notation graphique qu’utilisent d’un côté la partition, de l’autre l’écrit de musicien, ne sont pas étanches : le titre (s’il est auctorial), les indications de jeu en langue naturelle, les notations en mots (comme on en trouve par exemple dans les partitions de Schumann), sont autant de croisements entre l’écrit de musicien doté d’une fonction réflexive, et la partition conçue comme notation prescriptive. Devront également être pris en compte les écrits types que sont les traités, les textes de controverse et les correspondances.

Programme

12 octobre 2017.  B. Sève et S. Troche (Lille - STL) : « Introduction : pourquoi une lecture philosophique des écrits de musiciens ? » 

9 novembre 2017. B. Straehli (Lille - CEAC) : « Jean-Philippe Rameau, la nécessité d’écrire en théoricien »

7 décembre 2017. B. Sève (Lille - STL) : « Monteverdi contre Artusi, moderna musica et seconda pratica. Une polémique de sourds ? »

18 janvier 2018. M. Gault (Lille - STL) : « Richard Wagner et le problème politique, esthétique et métaphysique de ‘‘l'oreille’’ »

8 février 2018.  L. Dousson (Montpellier - Lifam) : « Gérard Pesson, écriture et “désécriture” de soi »

8 mars 2018. S. Troche (Lille - STL),  « György Ligeti, images d’une musique statique »

12 avril 2018. M. Pouradier (Caen – EA Identité et subjectivité) : « Olivier Messiaen. La synesthésie comme principe »

17 mai 2018. V. Dufour (Bruxelles, ULB – LaM, Laboratoire de musicologie) : « Les écrits de Stravinski. Rhétorique, autorité, médiation »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Séminaires et groupes de travail (2017-2018) », Methodos [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5113

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals