Navigation – Plan du site
Travaux

Colloques et journées d’études (2017-2018)

Texte intégral

Premier Symposium International de Morphologie (ISMo)

1Organisé par Dany Amiot, Georgette Dal et Delphine Tribout, Lille, 13-15 décembre 2017.

2Programme téléchargeable sur le site du colloque.

International Workshop « Definiteness, possessivity and exhaustivity: Formalizing synchronic and diachronic connections »

3Workshop co-organisé par Anne Carlier (UdL/STL), Carmen Dobrovie-Sorin (Université Paris 7 Diderot), Monique Dufresne (Queen’s University), Natalia Serdobolskaya (Russian State University for the Humanities/Moscow State University of Education) & Alexandra Simonenko (FWO/Ghent University), dans le cadre de l’”Annual Meeting of the Societas Linguistica Europaea”, à Zürich, du 10 au 13 sept. 2017.

4Présentation sur le site de la SLE (http://sle2017.eu/​list-of-workshops).

Journée d'études « Traduction et qualité. Biotraduction et traduction automatique »

5Organisée par Rudy Loock, Lille, 02 février 2018.

6Programme sur le site de STL.

Colloque International « La relation temps/aspect : approches typologique et contrastive »

7Responsable : Tatiana Milliaressi. Université de Lille SHS du 10 au 12 avril 2018 .

8Le colloque est organisé par l’UMR 8163 STL (Université de Lille SHS) en collaboration avec la Commission aspectologique qui est une des 39 commissions du Comité International des Slavistes.

9Les activités essentielles de la commission concernent l’organisation bisannuelle de colloques consacrés à l’aspectologie (2009 à Gaspra, Ukraine ; 2011 à Padoue, Italie ; 2013 à Göteborg, Suède ; 2015 à Kyoto, Japon) et les publications de ses travaux qui reflètent l’état de l’avancement de la science aspectolologique (voir : https://stl.hypotheses.org/​commission-daspectologie ).

Journée d’études « Les constructions Tough : syntaxe, sémantique et interfaces »

10Organisée par Vassil Mostrov (Université de Valenciennes), Kathleen O’Connor, Fayssal Tayalati et Danièle Van de Velde (UdL/STL), Lille, 4 Mai 2018.

Présentation

11Les constructions Tough (Ex. Ce livre est facile à lire ; cette voiture est agréable à conduire) ont fait couler beaucoup d’encre depuis les premiers travaux générativistes des années 50. Cet intérêt s’explique par un ensemble de propriétés inhérentes à ces constructions qui met à l’épreuve certains principes théoriques. Cependant, nous pouvons remarquer que les nombreux travaux qui existent, et quelle que soit la langue d’application, privilégient presque exclusivement l’aspect syntaxique. La sémantique des constructions Tough est rarement abordée, et lorsque le sens est invoqué, il l’est uniquement pour contrer un volet particulier des analyses syntaxiques, mais aucune étude sémantique rigoureuse n’est menée.

12L’objectif de la journée d’étude est de pallier ce manque dans la littérature centrée sur les constructions Tough. Sans négliger l’aspect syntaxique (et morphologique aussi, notamment la question de l’invariabilité des adjectifs Tough dans certaines langues), nous souhaitons faire rencontrer des syntacticiens et sémanticiens autour de questions qui se situent à l’interface des deux domaines, aussi bien dans une perspective monolingue que contrastive (français, anglais, arabe standard, bulgare, etc.). Ce sera l’occasion de revenir sur des questions théoriques classiques (le statut du NP-sujet, la stratégie résomptive vs. « à gap » et la sensibilité aux îlots syntaxiques) qui seront abordées dans des cadres théoriques récents, mais également de réfléchir à différentes problématiques sémantiques, dont certaines ont un pendant philosophique.

Programme

9h-9h45 : Jacqueline Guéron (Univ. Paris 3) : « Tough Movement as a Modal Structure »

9h45-10h30 : Artemis Alexiadou (Univ. Humboldt de Berlin) : « Tough-movement: a comparative perspective »

10h45-11h30 : Elena Soare (Univ.Paris 8) et Ion Giurgea (Institut de Linguistique de l'Académie roumaine) : « Agree or not: Tough choice »

11h30-12h15 : Kathleen O’Connor (UdL)

14h-14h45 : Véronique Lagae (Univ. de Valenciennes) et Marleen Van Peteghem (Univ.de Gand) : « Tough-adjectifs et marquage de l’infinitif en néerlandais »

14h45-15h30 : Katia Paykin (UdL) et Marleen Van Peteghem (Univ. De Gand) : « Des tough-adjectifs dans des langues sans tough-construction ? Le cas du russe »

15h45-16h30 : Danièle Van de Velde (UdL) : « Les tough adjectifs comme modifieurs de verbes »

16h30-17h15 : Vassil Mostrov (Univ.de Valenciennes) et Fayssal Tayalati (Univ. de Lille) : « Les constructions tough en bulgare et en arabe standard : une sémantique commune au-delà d’une syntaxe différente »

Colloque international « Vie et science de la vie chez Aristote et dans la tradition aristotélicienne »

13Co-organisé par Claire Louguet (STL) et David Lefebvre (UCA & PHIER), Clermont-Ferrand, 20-21 octobre 2017.

14Programme téléchargeable sur le site du colloque : http://phier.uca.fr/​article198.html).

Journée d’études « Παίζειν καὶ γελᾶν - Jeu et comicité dans les textes antiques : méthodes et outils d’analyse »

15Organisée par Anne de Crémoux, Louise Bouly de Lesdain et Valentin Decloquement, Lille 18 mai 2018.

Présentation

16Plusieurs chercheurs de notre laboratoire ont affaire à des textes antiques dont le caractère ou la tonalité comiques ou ludiques sont soulignés par la critique, qu’il s’agisse de comédie elle-même ou d’autres genres dont les aspects « ironiques », « joueurs », « drôles », etc., sont reconnus sans faire l’objet d’une définition précise, comme la poésie hellénistique, la rhétorique des époques classique et impériale, etc.

17Or en raison de la difficulté fondamentale que pose la définition du comique et du ludique – difficulté philologique, sociologique, philosophique –, les outils manquent pour reconnaître et apprécier ces types d’effets, dont la perception et l’analyse nous semblent rester, dans le fond, subjectives, y compris dans les études récentes sur le rire et le jeu dans les textes antiques.

18Pour améliorer nos recherches, il nous paraît donc utile d’entreprendre, avec d’autres chercheurs concernés par ces questions, mais aussi dans une perspective pluridisciplinaire, un cycle d’ateliers méthodologiques visant à affiner les notions et outils liés au comique et au jeu poétique et rhétorique.

19La journée envisagée sera ainsi le début d’un ensemble de rencontres dont nous pourrons préciser les contours après cette première expérience (journées annuelles, séminaire, colloque…). Elle sera articulée autour de deux types de questionnements, qui en représenteront deux volets, bien sûr liés :

20-premier ensemble, une analyse pratique de textes poétiques et rhétoriques. Comment faisons-nous pour saisir et définir le comique et le ludique, en particulier en-dehors de la comédie ? Comment déterminer qu’un fait littéraire pouvait être perçu comme drôle par le lecteur/auditeur ou le spectateur de l’Antiquité ? Quelle est alors la démarche méthodologique et théorique que nous appliquons à l’analyse philologique, et quels outils, antiques ou modernes, utilisons-nous ? En quoi prenons-nous en compte les aspects historiques et génériques des textes que nous étudions alors ?

21-deuxième ensemble, une étude de textes techniques et philosophiques antiques cette fois. En quoi le corpus exégétique transmis par les sources anciennes et byzantines peut-il nous aider à définir les catégories antiques du drôle ? Comment les anciens définissaient-ils et analysaient-ils ce que nous appelons « comique », « ridicule », « ludique », « ironique » ? Les outils qu’ils proposent sont-ils pertinents et transférables pour nos études ?

22Les rencontres suivantes pourront se dérouler autour des thématiques suivantes : approches philosophiques et sociologiques modernes du comique appliquées aux textes littéraires antiques ; théorie du jeu appliquée aux textes antiques ; etc.

23Intervenants : Pierre Judet de La Combe (Paris, EHESS) ; Christophe Cusset (ENS Lyon) ; Valentin Decloquement (Lille, STL) ; Charles Delattre (Lille, Halma) ; Ruth Webb (Lille, STL)

Journée d’études « Le vivant : hier, aujourd’hui et demain »

24Organisée par Alexandre Billon et Édouard Mehl, Lille, 15 novembre 2017.

25Programme téléchargeable sur le site de STL.

Journée d’études « Le silence dans les arts plastiques »

26Organisée par Ninon Poitevin et Bernard Sève, Lille, 16 novembre 2017.

27Programme téléchargeable sur le site de STL.

Journée d'études « Travail - Techniques – Production »

28Organisée par Édouard Mehl, Lille, 17 janvier 2018.

29Programme sur le site de STL.

Journée d'études « Pertinence et impertinence morale de la littérature »

30Organisée par Éléonore Le Jallé et Philippe Sabot, Lille, 02 février 2018.

Présentation

31Plusieurs auteurs ont insisté sur la pertinence morale de la littérature, jugée capable de poser dans sa complexité et de résoudre des difficultés morales massives, comme le traitement de la question « Comment faut-il vivre ? » (M. Nussbaum) ou la résolution des dilemmes moraux, parmi lesquels la priorisation des vies (F. Leichter). Les participants à cette journée seront invités à définir ce qu’il faut entendre par pertinence morale de la littérature, à relativiser ou nuancer l’importance ou l’intérêt de cette dimension, voire à défendre l’impertinence morale de la littérature, capable de troubler ou de contester certaines valeurs morales, ou s’avérant, plus modestement ou plus radicalement, sans prétention éthique.

32Programme téléchargeable sur le site de STL.

Journée d’études « Qu’est-ce qu’une lecture philosophique ? »

33Responsables : Philippe Sabot (STL) et Jean-Christophe Gérard (STL/Lacht), Lille, 23 février 2018.

Présentation

34Une « lecture philosophique » : formulation ambiguë s’il en est. Est-ce que la lecture est philosophique parce que le texte considéré est philosophique, écrit par un auteur identifié comme un « philosophe » et selon une modalité stylistique et argumentative qui serait propre au discours philosophique ? On pourrait se demander à cet égard si le fait qu’un auteur soit « philosophe » garantit que tous les textes qu’il produit soient ipso facto « philosophiques ». Ou bien faut-il considérer que le philosophique surgit à l’occasion de l’acte de lecture, dans la manière même dont le texte est lu et qui viendrait lui conférer pareille dimension ? Quelles sont alors les conditions à satisfaire pour qu’un texte « non philosophique » puisse, par ces opérations qu’il ne programme pas nécessairement, atteindre pareil statut ?

35Selon les points de vue, les conceptions, le « philosophique » semble naviguer entre les deux pôles de cette alternative. On ne prétendra pas trancher. Mais les regards croisés des intervenants de cette journée espèrent offrir l’occasion d’examiner le nœud gordien dessiné par ce faisceau de questions.

Programme

10 h : Pierre Macherey : « Rechercher la vérité : les enseignements de la littérature »

11 h : Anne Coignard : « Lire philosophiquement, une question de bibliothèque intérieure ? »

14 h : Philippe Sabot : « Lire le délire : le philosophe et le Prince des penseurs »

15 h : Jean-Christophe Gérard : « Lecteur au long cours philosophique – éléments pour un portrait »

Colloque international « Discours et politiques de l’identité – avec et d’après Foucault »

36Organisé par Philippe Sabot, Université de Lille, 19-20 mars 2018).

37Colloque organisé dans le cadre du réseau de recherche TaFac : « Travailler avec Foucault : approches contemporaines »).

Présentation

38Seront travaillés, au cours des deux journées de colloque prévues, les quatre axes de recherche suivants, pour lesquels la pensée de Foucault permet d’apporter une expertise ou des modes de problématisation féconds :

1. Identités et/en résistance : cet axe concerne les ressorts éthiques et politiques des modes de subjectivation pensés en alternative aux figures de l’assujettissement. Sont mobilisées dans ce champ les recherches de Foucault sur « le sujet et le pouvoir » ainsi que leur développement généalogique (du scandale du cynisme ancien aux logiques contemporaines de l’« émancipation »).

2. Identités en tous genres : cet axe envisage le renouvellement profond des études de genre sur la base des propositions critiques de Foucault dans son Histoire de la sexualité – il sera tenu compte ici de la postérité transatlantique de ces travaux foucaldiens dans le champ des recherches sur les identités et les minorités sexuelles, thématique particulièrement vive au Brésil.

3. Lost identities 1 (migrations) : cet axe de recherche concerne d’abord dans le monde contemporain la question des migrations et des formes d’identités qui se construisent dans l’errance, l’exil et le passage des frontières. L’examen des appropriations les plus actuelles du thème foucaldien de la « biopolitique » (faire vivre et laisser mourir…) est ici crucial et éclairant, surtout si on l’articule à une réflexion sur le statut de l’étranger et les fins de l’hospitalité.

4. Lost identities 2 (logiques de l’exclusion et vulnérabilités sociales) : les identités perdues renvoient également, en relation avec le déploiement historique de la question sociale, à ces identités « négatives » des individus désaffiliés, en voie de marginalisation ou d’exclusion dans un monde orienté par la centralité du travail. La réflexion prendra appui ici sur une généalogie critique de la gouvernementalité libérale, telle que Foucault l’initie dans le cours Naissance de la biopolitique et telle qu’elle trouve à se prolonger dans la réflexion contemporaine sur le néo-libéralisme et les expressions de la souffrance sociale.

Colloque international « Parole et Violence : quelles représentations dans les mondes hispaniques contemporains ? »

39Responsables : Montserrat Rangel Vicente & Henry Hernandez-Bayter (STL) ; Dominique Casimiro et Carmen Pineira Tresmontant (Université d’Artois, CoTraLiS, EA 4028).

40Co-organisé par STL (Université de Lille) et le Laboratoire Textes & Cultures EA 4028 (Université d’Artois,), les 7 et 8 juin 2018 à l’Université de Lille 8163.

Présentation

41Ce colloque vise à mener une réflexion autour des manifestations de la violence relevant du domaine public qui sont déployées dans les pays de langue espagnole. Il s’intéresse aux différents moyens discursifs mis à la disposition des locuteurs pour exprimer la violence, la représenter et l’exercer. Comment le discours se structure autour de la violence ? Comment la violence se verbalise dans le discours ? Comment la violence s’inscrit et se manifeste dans les différents genres discursifs ? Quelles sont les instances les plus enclines à exprimer la violence dans et par le discours ?

42Nous proposons les thématiques suivantes, sans prétendre à l’exhaustivité :

Les unités discursives qui favorisent l’expression de la violence.

Les stratégies discursives dans le discours de la violence ou dans le discours violent.

L’expression de la violence dans le discours politique et médiatique.

La représentation de la violence dans la publicité.

43Ce colloque se veut interdisciplinaire. Par conséquent, il accueillera entre autres les recherches d’analyse du discours, des sciences politiques, de sociologie et d’argumentation qui s’intéressent aux rapports étroits entre la violence et son expression dans le discours du monde hispanique contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques et journées d’études (2017-2018) », Methodos [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5114

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals