Navigation – Plan du site
Travaux

Thèses de doctorat soutenues en 2017

Texte intégral

Brenda Basilico, Musique, mathématiques et philosophie dans l’œuvre de Marin Mersenne

1Thèse soutenue le 14 décembre 2017 à l’Université Lille 3.

Composition du jury

Antonella Del Prete, Prof-assis, HDR, Università de la Tuscia

Natacha Fabbri, Prof-assis., HDR, Museo Galileo, Firenze

Edouard Mehl, Professeur, Université Lille 3, directeur de la thèse

Anne-Lise Rey, Maître de Conférences HDR, Université Lille-1

Bernard Sève, Professeur émérite, Université Lille-3

Brigitte van Wymeersch, Professeur, Université Catholique de Louvain

Résumé

2Notre thèse entend, premièrement, discuter l’interprétation dominante de la pensée philosophique et scientifique du Père Minime Marin Mersenne (1588-1648), selon laquelle celle-ci serait portée et structurée par la question du scepticisme ; deuxièmement, elle veut mettre en avant la manière dont cette philosophie incarne l’esprit de la révolution scientifique du XVIIe siècle par sa capacité à se mettre en question dans sa recherche insatiable de la vérité. L’hypothèse principale de notre travail consiste à affirmer une profonde transformation dans la conception de la musique : celle qui mène d’une science quadriviale et subalterne aux mathématiques, à une science physique et mathématique, dont la recherche se fonde sur de nombreuses expériences, tout en reconnaissant l’individualité de l’expérience esthétique, la liberté de l’imagination des compositeurs et le caractère ineffable du sublime musical. 

3Il s’agit d’une transformation qui n’est pas exempte de difficultés, car elle ne conduit pas simplement à affirmer l’existence de deux périodes dans la pensée de Mersenne. En effet, tandis que le Minime exprime d’emblée ses doutes sur la pertinence de l’approche spéculative lorsqu’il discute avec ses correspondants sur la réforme musicale proposée à l’imitation des anciens, il ne cesse de rappeler, en revanche la perfection des rapports numériques des consonances, et ce alors même qu’il est prêt à les mettre en question en acceptant et en cherchant les fondements de la pratique de l’accord des instruments. Or, malgré cette complexité (voire ces contradictions) nous voulons montrer que cette évolution est réelle et indéniable, et que l’épistémologie du Minime doit être analysée à la lumière des problématiques et de nouvelles expériences scientifiques auxquelles il est confronté, plutôt que comme une manière simple mais dogmatique de donner réponse aux arguments du scepticisme.

Mots-clés

4musique, mathématiques, subalternation, XVIIe siècle, Mersenne

Abstract

5Music, Mathematics and Philosophy in Mersenne’s writings.

6This PhD dissertation provides a critical perspective of the dominant interpretation of the scientific and philosophical works of Father Marin Mersenne (1588-1648) entirely structured by the sceptical question. The development of his ideas about music embodies the spirit of the scientific revolution which emerges in the seventeenth century. His investigation has the capacity to put his methods into question with an insatiable quest for the truth; a quest that involves political and religious concerns. The aim of this study is to show a profound transformation in the conception of music. This transformation that leads from a science of the quadrivium (subordinate to mathematics and claiming superiority of the judgement of reason) to a physcical and mathematical science grounded on experience that recognizes the individuality of the esthetic experience, the liberty of the imaginationof the composers and the ineffability of the sublime in music.

Keywords

7Music, Mathematics, seventeenth century, mixed sciences, Mersenne

Judikaël Castelo Branco, Philosophie et histoire dans la pensée d’Eric Weil

8Thèse en cotutelle Université Lille 3/Université de l’État de Ceará, soutenue le 10 octobre 2017 à São Luís (Brésil).

Composition du jury

Marcelo Perine, Professeur, PUCS de São Paulo

Patrice Canivez, Professeur, Université Lille 3, co-directeur de thèse

Evanildo Costeski, Professeur, Université de l’État de Ceará, co-directeur de thèse

Luís Manuel Bernardo, Professeur, Université nouvelle de Lisbonne

9La philosophie d’Eric Weil présente une structure systématique dont l’interprétation des composants n’est pas facilement concevable. Le titre Philosophie et histoire dans la pensée d'Eric Weil propose une lecture complète du système weilien visant à sa compréhension à travers un élément qui traverse tout son travail : l’histoire. Notre hypothèse est que Weil présente une manière originale de penser à l’histoire qui, sans constituer une “philosophie particulière”, peut être un principe herméneutique pour l’interprétation de sa pensée. Nous voulons montrer que la question de l’histoire représente une position originale qui s’éloigne de l’inspiration hégélienne et de la pensée heideggerienne; et une position fondamentale, parce que la pensée de Weil ne peut être comprise sans référence à la réflexion sur l’histoire et à l’homme qui pose des questions sur l’histoire. Notre thèse se développe à partir de la tâche qui exige à la fois la présentation des problèmes inhérents à la conception d’une philosophie de l’histoire et la détermination du fil qui pointe vers son unité interne et son articulation avec le reste du système. Par conséquent, à chaque nouvelle étape, l’hypothèse formulée est que la réflexion sur l’histoire sert de clé herméneutique légitime pour approcher le travail de Weil. Une première exigence a un caractère historique-exposant : énumérer les textes qui abordent les questions de la réflexion sur l’histoire. Il faut également lire systématiquement l’ensemble des textes et leur relation avec le système de philosophie articulé dans la Logique de la philosophie, en supposant que l’idée du système est la pierre angulaire de la validité de toute interprétation. Il ne s’agit donc pas de découper le corpus weilien en vue de l’indication des lieux où apparaît la question, mais de reconstruire l’unité entre les différentes parties de son travail. Notre enquête aborde le travail de Weil en se concentrant sur l’histoire dans sa dimension logique-philosophique sans écarter la perspective historico-politique. C’est donc une approche logique-argumentative qui tente de comprendre une philosophie qui est à la fois dialectique et critique. Nous avons divisé le travail en quatre chapitres. Le premier aborde la métaphilosophie dans la pensée weilienne à partir de son inspiration kantienne. Notre hypothèse fondamentale est le retour à l’affirmation du kantisme de Weil. Nous commençons par la définition de la philosophie en tant qu’acte humain de celui qui a librement choisi de comprendre le monde, une activité éminemment scientifique et transmissible mais aussi essentiellement historique. Le deuxième insère Eric Weil parmi les philosophes qui pensent l’histoire, plus précisément, il relie Weil à la tradition d’une “critique de la raison historique” qui s’étend de Dilthey à Weber et à Aron. Le troisième traite des conditions des discours sur le sens de l’histoire dans le système des catégories discursives. Autrement dit, nous suivons la succession catégorielle de la Logique de la philosophie. Le dernier chapitre constitue une nouvelle phase du travail et reprend la tâche annoncée comme reprise de la fonction sociale du philosophe, à partir de la lecture weilienne de la Révolution française.

Mots-clés

10métaphysique, histoire, philosophie de l'histoire, logique de la philosophie

Daniel Da Fonseca Lins, Sacré, sens et sagesse. Un parcours dans la philosophie d'Eric Weil

11Thèse en cotutelle Université Lille 3/Université de l’État de Ceará, soutenue le 11 octobre 2017 à São Luís (Brésil)

Composition du jury

Marcelo Perine, Professeur, PUCS de São Paulo

Patrice Canivez, Professeur, Université Lille 3, co-directeur de thèse

Evanildo Costeski, Professeur, Université de l’État de Ceará, co-directeur de thèse

Luís Manuel Bernardo, Professeur, Université nouvelle de Lisbonne.

Abstract

12The following thesis argues for the singular presence of the concept of sacred and the philosophical categories of Sense and the Wisdom on Éric Weil writings, taking as reference the first term so that go beyond from a sociological perspective, restricted to Political Philosophy, but present in other works, whether with a defined signification or as well as a pointed place. The Sacred does not take on religious characters on Weil's thinking, but it is linked to the tradition field and from the values that allow a certain community to decide among conflicts, taking on the idea of a decision element and not only of composition of a context for problematization and comprehension of a theme. The walk by the work made possible to set the concept of Sacred, as well as its permanence with basic characteristics and, beyond this, with a specific place at the text, namely, the sacred is a fundamental concept for the weilian thinking when it is set a conflict situation and it demands to think about criteria in face of crisis. Such importance of the sacred on weilian text on its practical sense evoked the issue of existence, for who decided by philosophy, of his sacred too, in other words, is there the sacred for the philosopher, just like there is one for the community who needs to decide? The fundamental difference is that the sacred of the philosopher just wouldn't only an issue of decision, but of philosophical comprehension of the speeches on real. Therefore, the second concept of triad, the Sense, the formal category of philosophy that allows the comprehension of what is essential in each category on dynamic of the Logic of Philosophy. The essential of the speech is understood at the horizon of sense and for each category to express itself in a speech, or even as a no-speech, the Sense appears at the perspective of understanding the language in its inventiveness and poetical creativity, so that the Sense, like the sacred in its practical logic, is the field of theoretical comprehension of what is set discursively on several philosophical categories. Sacred and Sense express the issues of practical and theoretical, but the weilian thinking doesn't understand them closing in themselves, once they overflow to the synthesis that is effected on Wisdom, namely, the third element of our hypothesis, that is characterized as the category that updates itself once the wiseman thinks about yourself action, join in his action both the theoretical and the practical of the speeches. The Wisdom concerns to the innermost relationship between the attitude and the category and the wiseman, the man of the presence, as well is the man of the Sense and in it, finally, philosophy meets to itself.

Keywords

13sacred, sense, wisdom, logic of philosophy, Eric Weil

Moussa Diallo, Fondements philosophiques de l'idée d'État mondial chez Eric Weil

14Thèse en cotutelle Université Lille 3/Université de Ouaga 1– Pr. Joseph Ki-Zerbo

15soutenue le 15 décembre 2017 en visioconférence.

Composition du jury

Corneliu Bîlbă, Professeur, Université de Iasi

Patrice Canivez, Professeur, Université Lille 3, co-directeur de thèse

Mahamadé Savadogo, Professeur, Université de Ouaga 1– Pr. Joseph Ki-Zerbo, co-directeur de thèse

Georges Zongo, maître de conférences habilité, Université de Ouaga 1– Pr. Joseph Ki-Zerbo.

16Notre thèse traite du thème : « Fondements philosophiques du projet d’un État mondial chez Éric Weil ». Il faut relever que l’idée d’un État mondial a été envisagée par beaucoup de penseurs avant et après Weil lui-même. Sans revenir en détail sur les idées cosmopolitiques qui ont été développées depuis les Stoïciens jusqu’aux auteurs contemporains, on peut retenir que l’idée d’un État mondial a toujours visé un seul et unique but : instaurer une paix perpétuelle dans le monde. Ce qui fait la particularité et l’originalité de l’approche weilienne de cette question, c’est qu’elle centre la problématique de l’État mondial sur la question fondamentale de sa philosophie : le problème de la violence. Le problème de la violence du langage a été thématisé et traité de façon systématique dans la Logique de la philosophie ; le problème de la violence en l’homme a pu trouver sa solution dans la Philosophie morale ; la violence de la nature a pu trouver sa solution dans l’organisation rationnelle du travail social ; enfin, la violence entre les individus à l’intérieur des États particuliers a pu trouver sa solution dans le cadre des États-nations. Mais il restait pour Weil à résoudre le problème non moins fondamental de la violence entre les États. C’est dans ce but qu’il a envisagé, dans la quatrième et dernière partie de la Philosophie politique, la création d’un État mondial dont le but est « la satisfaction des individus raisonnables à l’intérieur d’États particuliers libres ».

17En confrontant la conception weilienne de l’État mondial avec celles de Maritain et de Kojève notamment, nous sommes arrivés à la conclusion que Weil a utilisé l’appellation « État mondial » pour désigner une administration mondiale de la société mondiale du travail social. En somme, la conception weilienne de l’État mondial est pertinente et pleinement justifiée sur le plan philosophique, sur le plan de sa philosophie. Elle est philosophiquement justifiée parce qu’elle trouve ses fondements dans la Logique de la philosophie. Elle est pleinement justifiée, parce qu’elle permet de surmonter les obstacles comme le nationalisme, l’impérialisme, le conflit des cultures, par l’idée de la promotion d’un État mondial pluraliste qui préserve la diversité des formes de vie. Elle est pleinement justifiée, parce qu’elle permet de surmonter l’obstacle du droit des nations à disposer d’elles-mêmes par la garantie de la souveraineté bien comprise des États particuliers dans le cadre de l’État mondial. Elle est pleinement justifiée, parce qu’elle vise à réaliser un monde sensé, à réaliser un monde de raison où vivront des hommes libres, égaux et raisonnables. En un mot, la création de l’État mondial, telle que l’a envisagée Weil à la fin de la Philosophie politique, permet à l’humanité de se réconcilier avec elle-même.

Mots-clés

18État mondial, société mondiale, société politique, raison, rationalité, raisonnabilité, violence, action, action morale, action politique, action raisonnable, sens, vie sensée, discussion, discussion politique, discussion rationnelle, discussion raisonnable, philosophe-éducateur

Abstract

19Our thesis deals with the theme: “Philosophical foundations for a world state project by Éric Weil”. It should be mentioned that the idea of a world state has been explored by many thinkers before and after Weil. Without going into details about the cosmopolitan ideas that have been developed since the Stoicians to contemporary authors, it is to be noted that the idea of a world state has always aimed at single and unique objective: establishing everlasting world peace. The specificity and originality of Weil’s approach resides in his questioning the philosophy underlying the world state concept, that is, the issue of violence.

20Comparing the Weilian conception of the world state with that of Maritain and Kojeve leads to the conclusion that Weil used the term "world state" to designate a global administration of the world society’s social work. In short, the Weilian conception of the world state is philosophically relevant and fully justified. It is philosophically justified because it finds its foundations in the Logic of the philosophy of Weil. It is fully justified, because it aims to realize a sensible world, a world of reason in which free, equal and reasonable men will live together. In short, the creation of the world state, as envisioned by Weil at the end of Political Philosophy, would enable mankind to reconcile with itself.

Keywords

21world state, violence, sense, discussion, educator

Aurélien Djian, Le problème de l’horizon. Cartographie des usages du concept d’horizon dans les philosophies de la première moitié du XXe siècle

22Thèse soutenue à l’Université Lille 3, le 9 décembre 2017.

Composition du jury

Jean-Claude Gens, Professeur, Université de Bourgogne

Inga Römer, Professeure, Université Grenoble-Alpes

Vincent Gérard, Professeur, Université de Clermont-Auvergne

Claudio Majolino, Maître de conférences, Université Lille 3, co-directeur de la thèse

Christian Berner, Professeur, Université Paris-X, directeur de la thèse

Résumé

23L’enjeu de la thèse est à la fois d’esquisser une cartographie des usages phénoménologiques du concept d’« horizon » au XXe siècle, et en même temps de justifier l’idée d’une histoire plurielle de la phénoménologie. Plus précisément, il s’agit de montrer l’existence d’au moins deux versions alternatives de « la » phénoménologie au XXe siècle, délimitant deux cadres conceptuels et problématiques radicalement distincts qui déterminent deux manières dont il est fait usage de l’« horizon » et deux histoires de ce concept. Ainsi, chaque version — l’herméneutique phénoménologique d’inspiration heideggerienne, incluant le premier et le second Heidegger, Gadamer, Levinas, Henry, Marion vs. la phénoménologie husserlienne — repose sur une certaine conception du « phénomène » — ce qui est structurellement caché et inconstitué et est le fondement (= phénomène par excellence) de ce qui se montre (= phénomène vulgaire), raison pour laquelle il faut le laisser se montrer d’une manière herméneutique (Leben an und für sichSein des SeiendesSein als Lichtung, la vie, Autrui, la donation) vs. tout objet en tant que sens réduit constitué comme unité d’une multiplicité de conscience et exemplaire arbitraire d’une structure eidétique à décrire — qui définit le type de problèmes et d’usages de l’« horizon » en jeu dans chaque version : dans l’histoire de l’herméneutique phénoménologique, de la stabilisation de l’horizon de la vie en et pour soi et l’explicitation de l’horizon de l’être dans les Problèmes fondamentaux de la phénoménologie et Être et Temps à la nécessité de dépasser l’horizon, concept intrinsèquement lié à la métaphysique moderne de la subjectivité, chez le second Heidegger, Levinas, Henry et Marion, en passant par l’option synthétique dans Vérité et Méthode de Gadamer qui assume l’horizon subjectiviste critiqué par Heidegger tout en maintenant sa critique à l’égard de la métaphysique de la subjectivité. D’un autre côté, chez Husserl, l’histoire de l’horizon commence par la détermination de son rôle local comme opérateur synthétique temporel et intentionnel entre multiplicité des perceptions externes et unité de la chose dans Chose et Espace, avant que sa fonction soit généralisée dans les Ideen I comme opérateur temporel et intentionnel de constitution du phénomène transcendant et immanent comme tel. C’est précisément la définition générale du phénomène de la phénoménologie husserlienne comme unité d’une multiplicité synthétisée par horizon qui constitue alors le catalyseur de développements théoriques concernant les trois opérations méthodiques censées être adaptées à l’étude du phénomène — l’épochè, la réduction eidétique et l’analyse intentionnelle, la réflexion phénoménologique —, développements que nous essayons de retracer, des Ideen I aux derniers textes, dans la seconde partie de ce travail. Cette analyse menée sur les deux fronts — l’horizon et la phénoménologie — nous mène alors à deux résultats importants : d’abord, nous aurons dégagé la signification du concept d’« horizon » dans ces deux versions de la phénoménologie que nous aurons radicalement distinguées ; ensuite et surtout, après avoir différencié ces deux versions de la phénoménologie sur la base du caractère alternatif des concepts de « phénomène » qui les fondent, nous aurons justifié théoriquement la possibilité d’une appropriation à venir de la phénoménologie d’inspiration husserlienne qui, plus d’un siècle après la parution des Ideen I, reste encore à accomplir.

Mots-clés

horizon, phénoménologie, herméneutique, ontologie, métaphysique, histoire de la philosophie, Husserl, Heidegger, Gadamer, Henry, Levinas, Marion

Abstract

24My work aims at proposing a cartography of the phenomenological uses of the concept of horizon in the 20th century, as well as justifying the idea of a plural history of phenomenology itself. In fact, both issues are intimately related for the main goal is to show the existence of (at least) two alternative versions of phenomenology in the 20th, defined by two radically different conceptual and problematic frames determining two different way of using the term « horizon », and two different histories of this notion. Thus, each version — Heidegger-inspired hermeneutical phenomenology, including Heidegger himself at his « first » and « second » stage, Gadamer, Levinas, Henry, Marion vs. Husserlian phenomenology — is based on a very distinctive conception of what a « phenomenon » is — what is structurally concealed, unconstituted, and founds what structurally shows up, reason why it has to be made hermeneutically manifest (Leben an und für sich, Sein des Seiendes, Sein als Lichtung, life, the Other, giveness) vs. any possible meaningful object constituted as a unity in a multiplicity of any possible consciousness, constitutive correlation whose character of possibility must be grasped as that of an eidetic structure the phenomenologist has to describe — which define the kind of problems and uses of the « horizon » that will be at stake: as for hermeneutical phenomenology, it all starts with Heidegger’s explicitation of the horizon of Leben an und für sich and being and ends up with the further rejection of such a concept, considered as connected to modern metaphysics of subjectivity, by the second Heidegger, Levinas, Henry and Marion, through Gadamer’s attempt to combine the use of the term of « horizon » and a renewed critic of metaphysics; on the other hand, as for Husserl’s phenomenology, the horizon is first considered in Thing and Space as a temporal and intentional synthetic function in virtue of which the unity of the thing is made out of a multiplicity of external perceptions, before its synthetic function is generalized in Ideen I to the constitution of each and every transcendant and immanent objectivity. Then it is precisely such a generalization which, as it defines Husserl’s concept of « phenomenon » itself as a unity constituted in a multiplicity synthesized through an horizon, implies theoretical developments related to phenomenology’s methodical operations — épochè, eidetic reduction and intentional analysis, phenomenological reflexion — in virtue of which such phenomena can be studied, developments we try to follow in the second part of this work. At this point, we are finally led to two main results: first, we’re from now on able to value the differentiated significance of the concept of « horizon » in both versions of phenomenology; secondly, and more importantly, by radically distinguishing those two ways of doing phenomenology, we pave the way to (and justify theoretically) a further appropriation of Husserl’s phenomenology that, more than a century after the publication of Ideen I, is still to be carried out.

Keywords

horizon, phenomenology, hermeneutics, ontology, metaphysics, history of philosophy, Husserl, Heidegger, Gadamer, Henry, Levinas, Marion

Julien Fulcrand, Les changements en chaîne historiques confronté à la phonologie moderne. Propulsion et traction modélisés par deux approches de préservation

25Thèse soutenue à l’Université Lille 3 le 24 octobre 2017.

Membres du jury

Gabriel Bergounioux, Professeur, Université d'Orléans

Joaquim Brandão De Carvalho, Professeur, Université Paris 8

Kathleen O'Connor, Maître de Conférences, Université de Lille 3

Roland Noske, Maître de Conférences HDR, Université de Lille 3

Cédric Patin, Maître de Conférences, Université de Lille 3

Nathalie Vallée, Chargée de Recherche HDR, CNRS-Université Grenoble Alpes (UGA)

26L'objectif de cette thèse est de modéliser les changements en chaîne historiques dans les théories phonologiques modernes. Martinet (1952, 1955, 1970) distingue deux principales catégories de changements en chaîne: les chaînes de propulsion et les chaînes de traction.

27Les chaînes de propulsion seront traitées dans la première partie de cette thèse (chapitres 2 et 3). Afin de modéliser les chaînes de propulsion, un modèle existant est utilisé: La théorie de préservation du contraste de Łubowicz (2003, 2012). Concernant la modélisation des chaînes de traction, qui sera principalement traitée dans la seconde partie de le thèse (chapitres 4 et 5), une nouvelle théorie sera proposée, basée sur les travaux phonétiques de De Boer (2001). Cette proposition est basée sur la notion des domaines piliers.

28Le chapitre 1 s'ouvre sur l'observation que ni les théories dérivationnelles orientées vers l'input – type SPE – ni les théories orientées vers l'output, comme la théorie de l'optimalité de Prince & Smolensky (TO) sont en mesure de formaliser les changements en chaîne. Dans les théories dérivationnelles, il est possible d'obtenir une bonne description des changements en chaîne. Cependant, afin de faire cela, nous devons briser les liens unissant les différentes étapes des changements en chaîne. Par conséquent, nous perdons l'interdépendance systémique entre les stades, ce qui est au cœur des changements en chaîne. Concernant la théorie de l'optimalité, sa structure stricte sur deux niveaux se révèle problématique dans le cas des changements en chaîne. Dans un changement en chaîne schématique comme /a/ → [e] > /e/ → [i], il est impossible pour la TO, dans la même analyse, de faire en sorte que [e] soit un candidat optimal et /e/ un candidat bloqué.

29Dans le chapitre 2, nous analysons et comparons plusieurs amendements à la théorie de l'optimalité proposés pour rendre compte des changements en chaîne. Beaucoup d'entre eux ne sont pas satisfaisants dans le cas des changements en chaîne car ils ne parviennent pas à modéliser la force systémique des changements en chaîne. La seule théorie qui semble accomplir cet objectif est la théorie de préservation du contraste (CPT) de Łubowicz. Cette théorie est basée sur les notions de contraste, préservation du contraste et elle évalue des scénarios au lieu de candidats individuels. La préservation du contraste est accomplie à travers la transformation du contraste. La notion de transformation du contraste signifie que les niveaux de contraste du système pré-changement sont préservés dans le système post-changement mais leur nature change.

30Une observation sur la CPT est que Łubowicz l'avait originellement conçue pour les changements en chaîne synchroniques. Dans le chapitre 2, nous démontrons que la CPT est en mesure de modéliser la force systémique qui donne aux changements en chaîne diachroniques leur cohérence. Ainsi, dans le chapitre 3, nous décidons de tester la validité de la CPT sur de véritables changements en chaîne historiques. Nous avançons deux études de cas sur deux changements en chaîne. Le premier, bien connu, est le changement en chaîne vocalique du Grand Changement Vocalique Anglais (English Great Vowel Shift). L'autre changement en chaîne est la Seconde Mutation Consonantique allemande (High German Consonant Shift). Nous démontrons que la CPT est en mesure de rendre compte de ces deux changements en chaîne.

31Au terme du chapitre 3, la CPT est testée sur une autre catégorie de changements en chaîne : les changements en chaîne observés dans l'acquisition de la langue maternelle. Le changement en chaîne étudié est s → θ → f. Ce changement en chaîne est différent des deux autres car il n'y a pas de nouveau niveau de contraste créé. Le dernier stade du changement en chaîne se conclut par une fusion. Encore une fois, la CPT peut rendre compte de ce changement en chaîne de manière satisfaisante.

32Une conclusion de la première partie de cette thèse est que la CPT peut modéliser les chaînes de propulsion de manière satisfaisante. La seconde partie de la thèse traite du cas des chaînes de traction. Comme indiqué par Łubowicz, la CPT ne peut pas formaliser les chaînes de traction. Par conséquent, nous sommes en droit de nous demander si les chaînes de traction existent. Si cela est bien le cas, alors elles doivent être motivées par une autre force que celle des chaînes de propulsion.

33Au début du chapitre 4, nous montrons l'existence de chaînes de traction historiques. Un certain nombres de changements en chaîne sont analysés et ont été vérifiés comme étant des chaînes de traction. Ensuite, nous nous lançons dans la recherche de la force systémique motivant les chaînes de traction. En guise de point de départ, nous nous penchons sur plusieurs travaux traitant de l'organisation des systèmes vocaliques et des universaux vocaliques. Les simulations informations de De Boer (2001) offrent des indices importants sur la détermination de cette force systémique. Ses simulations dressent une image bien réaliste de la naissance et du développement subséquent des systèmes vocaliques. Les simulations de De Boer montrent que, dans le courant de son évolution, les zones extrêmes du triangle vocalique demeurent occupées.

34Fort de ce constat, nous regardons ensuite si cela se vérifie dans les chaînes de traction de notre corpus. De manière intéressante, pour toutes ces chaînes de traction, le premier stade consiste en un vidage d'une de ces zones ou en la rupture d'un de ses niveaux de contraste. Au terme de la chaîne de traction, toutes ces zones sont de nouveau occupées et/ou de nouveau équilibrées en matière de niveaux de contraste. Une fois que ce stade est atteint, le système est considéré comme de nouveau stable.

35De par cette observation, nous avançons la notion de domaines piliers. Dans un système donné, si un domaine pilier est vidé ou perturbé, il y a une force de traction attirant et transformant par la suite une voyelle environnante dans le but de stabiliser à nouveau le système. La théorie des domaines piliers est régie par deux principales catégories de contraintes. La première catégorie de contraintes assure que les domaines piliers demeurent occupés. La seconde catégorie de contraintes fait en sorte que les niveaux de contraste à l'intérieur des domaines piliers soient préservés. Un autre aspect de cette théorie est que nous distinguons deux catégories de domaines piliers : les domaines piliers porteurs qui correspondent aux extrémités du triangle vocalique, et les domaines piliers de soutien. Les domaines piliers de soutien sont localisés dans deux autres secteurs acoustiques qui sont habituellement occupés, mais moins souvent que les trois autres. Ces deux secteurs sont les secteurs acoustiques moyens avant et arrière. Il est aussi important d'indiquer que les principes mentionnés précédemment sont obligatoires pour les domaines piliers porteurs, mais facultatifs pour les domaines piliers de soutien.

36À la fin du chapitre 4, nous montrons que la théorie des domaines piliers est compatible avec les chaînes de traction de notre corpus. La tâche suivante est donc de formaliser cette approche dans une théorie orientée vers l'output avec des contraintes. Cette théorie sera ensuite testée sur les données collectées.

37Cela est fait dans le chapitre 5. De nouvelles contraintes sont introduites. Il y a des contraintes qui requièrent l'occupation des domaines piliers. Il y a aussi des contraintes assurant le maintien des niveaux de contraste à l'intérieur des domaines piliers. Enfin, il y a une dernière nouvelle catégorie de contraintes : les contraintes de présence.

38Les contraintes de présence peuvent être considérées comme le miroir des contraintes de marque de la CPT. Dans la CPT, les contraintes de marque déclenchent les chaînes de propulsion. Dans ce cadre, un système donné rejette un son. Par conséquent, cela va déplacer un élément dans l'espace vocalique. Dans le cas des chaînes de traction, au lieu de rejeter un son en particulier, le système requiert la présence d'un son en particulier. Cela entraîne le déplacement d'un élément du système pré-changement vers une autre position. La raison qui fait que le système est devenu instable peut se trouver dans des facteurs extra-linguistiques comme les contacts de langues. Le moment précis du déclenchement d'une chaîne de propulsion ou d'une chaîne de traction ne peut être totalement prédit. Cela fait partie du fameux problème d'actuation (actuation problem, voir Weinreich et al. 1968). Ce problème est inhérent à la linguistique historique. La question est de savoir ce qui fait qu'un processus va se déclencher à tel moment dans l'histoire d'une langue et pas à un autre moment. Ce problème est particulièrement présent pour les chaînes de traction. Pour les chaînes de propulsion, ce problème est moins présent du fait que la fusion constitue une menace immédiate pour les niveaux de contraste du système. Pour les chaînes de traction, cette menace est moins perceptible. C'est pour cette raison que le problème d'actuation est davantage présent chez les chaînes de traction.

39Dans le cours du chapitre 5, nous testons notre modèle sur certaines chaînes de traction du corpus. Nous démontrons que notre théorie modélise ces chaînes de traction. Nous avons donc produit une nouvelle théorie capable de modéliser les chaînes de traction. Cette théorie avancée est inspirée des résultats des expériences de De Boer.

40Un certain nombre de points peuvent être avancés pour des recherches futures. Nous avons montré dans cette thèse que la théorie des domaines piliers rend compte des chaînes de traction vocaliques, mais qu'en est-il des chaînes de traction consonantiques – si ces dernières existent. Cette piste de recherche est justifiée par le fait que, comme pour les voyelles, il existe des universaux consonantiques (Hyman 2008). Par ailleurs, un autre type de changement en chaîne n'a pas été étudié dans cette thèse : les changements historiques circulaires. Apparemment, ils semblent exister. Crowhurst (2011 : 1488) mentionne le flip-flop /i/ → /i/ → /i/ en siriono (Crowhurst 2000) et le Kreislauf en germanique (Iverson & Salmons 2008). Nous devrons voir si les théories avancées dans cette thèse peuvent modéliser ces catégories de changements en chaîne. Davantage de recherches doivent aussi être conduites sur le fonctionnement des domaines piliers de soutien afin de renforcer la motivation de ce type de domaines piliers. Parmi les pistes mentionnées, un autre point majeur sera de voir si la théorie des domaines piliers permet de rendre compte aussi des chaînes de propulsion. Il semble en effet plus logique que les deux catégories de changements en chaîne soient réunies sous une même grammaire plutôt que séparer avec leur modèle spécifique.

41Pour conclure sur ce résumé, dans cette thèse, les chaînes historiques de propulsion et de traction ont été modélisées. L'approche existante de Łubowicz, la théorie de préservation du contraste, a été utilisée pour les chaînes de propulsion. Pour modéliser les chaînes de traction, une nouvelle théorie a été proposée : la théorie des domaines piliers. À travers toutes les analyses fournies, cette thèse montre, dans une certaine mesure, que les phénomènes linguistiques historiques peuvent être modélisés de la même façon que les phénomènes synchroniques.

Mots-clés

42phonologie, changements en chaîne, chaînes de propulsion, chaînes de traction, théories phonologiques, phonologie historique, diachronie, théorie de préservation du contraste, théorie des domaines piliers

Abstract

43Historical chain shifts confronted to modern phonology: Push shifts and pull shifts formalised through two approaches of preservation.

44The aim of this thesis is to formalise historical chain shifts within modern phonological theories. Martinet (1952, 1955, 1970) distinguishes two main categories of chain shifts: push chains and pull chains.

45Push chains will be dealt with in the first main part of this thesis (chapters 2 and 3). For modelling of push chains, an existing model is used: Łubowicz's (2003, 2012) Contrast Preservation Theory. For modelling pull chains, which will be the focus of the second part of this thesis (chapters 4 and 5), a new theory will be proposed, based on the phonetic work by De Boer (2001). This proposition is based on the notion of the pillar domains (domaines piliers).

46Chapter 1 starts with the observation that neither the derivational, SPE-like, theories or output driven theories like Prince's & Smolensky's Optimality Theory (OT) are able to formalise chain shifts properly. Within the derivational theories, it is possible to get a correct description of a chain shift. However, in order to do that, we have to break the links between the different stages of the chain shift. Therefore, one loses the systemic interdependence of the different stages, which is the essence of the chain shift. As regards to Optimality Theory, it is the two-level structure of the theory which proves problematic for chain shifts. In a theoretical chain shift such as /a/ → [e] > /e/ → [i], it is impossible for OT to make, in the same analysis, [e] an optimal candidate and /e/ a non-optimal one.

47In chapter 2, we analyse and compare several output-driven propositions that have been made to account for chain shifts. Many of them are not satisfactory because they do not manage to model the systemic motivation of chain shifts. The only theory that seems able to complete this objective is Łubowicz's Contrast Preservation Theory (CPT). This theory is based on the notions of contrast, contrast preservation and it evaluates scenarios rather than individual candidates. Contrast preservation is achieved through contrast transformation. The term contrast transformation indicates that the contrast levels of the input system are preserved but that their nature is different in the output system.

48One observation about CPT is that Łubowicz designed it for synchronic chain shifts. In chapter 2, we prove that CPT is able to model the perceptible coherence in diachronic chain shifts. In chapter 3, thus we decide to test the validity of CPT on actual historical chain shifts. It is tested on two cases. One is the well-known vocalic chain shift the Great Vowel Shift in English. The other one is the Second German Sound Shift (or High German Consonant Shift). We demonstrate that CPT is able to account for both of these chain shifts.

49At the end of chapter 3, CPT is tested on another type of chain shifts, i.e. chain shifts in first-language acquisition. The studied chain shift is s → θ → f. This chain shift is different from the other two because there is no new contrast level created. The last stage of this chain shift ends with a merger. Once again, CPT can account for this chain shift in a coherent way.

50A conclusion of this first part of the thesis is that CPT is able to model push chains in a coherent way. The second part of this thesis treats pull chains. As pointed out by Łubowicz, CPT cannot handle pull chains. Therefore, one can ask if these shifts exist at all. If they do exist, then they must be motivated by some other forces than push chains.

51In the beginning of chapter 4, it is shown that historical pull shifts really exist. A number of vocalic diachronic chain shifts are investigated and shown to be pull shifts. Then, the nature of the forces that drive these pull chains are investigated. As a starting point, we go through several works or approaches dealing with the organisation and the universals of vocalic systems. The computer simulations of De Boer (2001) offer important insights with respect to these forces. His experiments show a quite realistic picture of the genesis and evolution of vocalic systems. These simulations show that in the course of evolution, the extremities of the vocalic triangle remain occupied.

52Then, we investigated whether this could be observed for the pull chains in our data. Interestingly, for all of these pull shifts, the initial stage consists of emptying or destroying the contrast levels of one of these areas. At the end of the pull shift, all of these areas are once again occupied and/or rebalanced in terms of contrast levels. Once this is achieved, the system is considered to have regained stability.

53For this reason, the notion of pillar domains is proposed. In a given system, if a pillar domain is emptied or disturbed, there is a pulling force attracting and transforming a neighbouring vowel in order to restabilise the system. The Pillar Domain Theory is driven by two main types of constraints. The first type of constraints ensure that pillar domains remain occupied, while the second type requires that the contrast levels within the pillar domains are preserved. Another aspect of the theory is that there are two categories of pillar domains: core pillar domains (domaines piliers porteurs) which correspond to the extremities of the vocalic triangle. On the other hand, there are supporting pillar domains (domaines piliers de soutien). The latter are located in two other acoustic vocalic areas that are commonly occupied – but less often than the other three. These areas are the middle front and middle back areas. It should be noted that the previously mentioned principles always apply to the core pillar domains, but not necessarily for the supporting pillar domains.

54At the end of chapter 4, we show that the Pillar Domain Theory is compatible with the pull chain data. The next task then is to formalise this approach in an output-driven theory using these constraints and to test this model on the collected data.

55This is done in chapter 5. New constraints are introduced: constraints that require the pillar domains to be filled. Then, there are constraints that preserve contrast levels within the pillar domains. Finally, there is a last new category of constraints, i.e. presence constraints.

56Presence constraints can be considered to be a mirror of markedness constraints in CPT. In CPT, markedness constraints trigger push chains. In this conception, a given system rejects a particular sound. As a consequence, an element in the vowel space is moved. In the case of pull shifts, instead of rejecting a particular sound, the system requires the presence of a particular sound. This results in the movement of one element of the input to another location. The reason why the system became unstable may be explained by some extra-systemic phenomena such as language contact. The exact timing of either push or pull chains cannot be fully predicted. This is part of the so-called actuation problem (Weinreich et al. 1968). This problem is inherent to historical linguistics. The question is why a particular change in the history of a language occurs when it does. This problem is particularly present for pull chains. With respect to push chains, this problem is less present because merging is an immediate threat to the contrast levels of the system. As for pull chains, the threat is less perceptible. This is why the actuation problem is more present for pull chains.

57In the course of chapter 5, we test our model to some of the collected data regarding pull chains. It is shown that our model can account for them. The conclusion is that a new theory has been proposed that model pull chains. The model proposed in this work is inspired by the results of De Boer's experimental work.

58A number of points can be formulated for future research. It has to be investigated if the Pillar Domain Theory, apart from the vocalic pull chains, can account for consonantal pull chains – if the latter exist. This investigation is justified by the fact that, just like for vowels, there are universals for consonants (see Hyman 2008). Then, one category of chain shift has not been considered at all in this thesis: historical circular shifts. Apparently, they exist. Crowhurst (2011: 1488) mentions the flip-flop /i/ → /i/ → /i/ in Sirionó (see Crowhurst 2000) and the Germanic Kreislauf (see Iverson & Salmons 2008). It has to be investigated whether the theories advanced in this thesis can be used to model this category of chain shifts. Eventually, more research has to be done about the functioning of the notion of supporting pillar domains in order to strengthen the motivation of this type of pillar domains.

59To end with this summary, in this thesis, historical push and pull chains have been modelled. The existing approach of Łubowicz's Contrast Preservation Theory was used to model push chains. To model pull chains, a new theory was proposed: the Pillar Domain Theory. Through all the given analyses, this thesis shows, to a certain extend, that historical linguistics can be modelled in a way synchronic phenomena are.

Keywords

60phonology, chain shifts, push shifts, pull shifts, phonological theories, historical phonology, diachrony, Contrast Preservation Theory, Pillar Domain Theory.

Manuella Jacob, Effets du dispositif médiatisé à distance sur la formation d’enseignants en langue étrangère non titulaires

61Thèse soutenue le 11 décembre 2017 à l’Université Lille 3.

Composition du jury

Sophie Babault, Maître de Conférences HDR, Université Lille 3 SHS

Muriel Grosbois, Professeure, CNAM Paris

Nicolas Guichon, Professeur, Université Lumière Lyon 2

Elke Nissen, Professeure, Université Grenoble Alpes

Annick Rivens Mompean, Professeure, Université Lille 3, directrice de la thèse

Résumé

62Le travail de cette recherche se penche sur les effets d’un dispositif médiatisé à distance dans le cadre de la formation d’enseignants de langue seconde non titulaires. Le dispositif médiatisé mis en place durant deux années (2013-2015) s’inscrit dans une démarche de formation continue proposée par le plan académique de formation dans le département de la Guyane. Il vise à ce que les enseignants non titulaires déjà en poste acquièrent et/ou consolident les notions didactiques indispensables à l’organisation du travail pédagogique du cours de langue, et à accompagner ces enseignants dans la poursuite de leurs objectifs professionnels en fonction de leurs statuts et projets.

63Notre travail s’est appuyé sur des champs de recherche concernant les dispositifs de formation hybride, de formation ouverte et à distance (FOAD), ainsi que sur la communication médiatisée par ordinateur (CMO) qui permet le co-apprentissage entre pairs selon une approche socioconstructiviste où l’interaction sociale entre les acteurs est centrale à l’apprentissage à distance. En outre, afin d’étudier les effets du dispositif sur les possibilités de développement professionnel des formés, nous nous sommes intéressée aux travaux de la didactique professionnelle sur la réflexivité dans l’action et sur l’action et sur la construction de l’identité professionnelle.

64Cette recherche-action relève du domaine de la didactique des langues. Nous avons adopté une approche praxéologique qui a décrit les pratiques pédagogiques et communicationnelles des participants ainsi qu’une approche ethnographique pour l’étude des traces discursives des formés. Enfin, l’approche par la complexité nous a permis de construire puis d’étudier notre objet d’étude en tenant et rendant compte des paramètres constitutifs du dispositif aux trois niveaux macro, méso et micro éducatifs.

65Les résultats de notre expérimentation ont permis de montrer que les participants ont majoritairement adhéré au dispositif médiatisé en effectuant les tâches prévues par le contrat pédagogique et qu’ils ont participé aux interactions à distance selon les directives du contrat communicatif. D’un point de vue socioconstructiviste vykotskien, le co-apprentissage entre pairs s’est principalement effectué via interactions asynchrones en modes one-to-one et/ou one-to-many. Si les échanges ont permis au lien social de se construire et ont facilité la création d’une communauté de pratiques à distance, l’étude de la participation aux échanges asynchrones et des interactions a mis en lumière la difficulté pour certains individus de s’approprier l’artefact dans un contexte institutionnel relativement contraint, ce qui a eu des conséquences sur l’efficacité du dispositif.

Mots-clés

66dispositif médiatisé à distance, communication médiatisée par ordinateur (CMO), socioconstructivisme, lien social à distance, développement professionnel, réflexivité, complexité.

Abstract

67Effects of the blended learning on the training of non-permanent foreign language teachers.

68The work of this research examines the effects of a blended learning system in the context of the training of non-permanent foreign language teachers. The blended learning environment, which took place in French Guiana and lasted two years (2013-2015), was part of the continuous academic training program. Its goals were to ensure that non-permanent teachers acquire and/or consolidate the didactical concepts that are essential to the organization of the pedagogical work of the language course. Moreover, it aimed at accompagny these teachers in the pursuit of their professional objectives according to their statutes and projects. Our work has been based on research fields related to hybrid training devices, open and distance learning (ODL), as well as computer-mediated communication (CMC) that allow peer- to-peer co-learning through a socioconstructivist perspective, where social interactions between actors are central to distance learning. In addition, in order to study the effects of the blended learning system on the possibilities of a professional development for the trainees, we have been interested in the work of professional didactics on reflexivity and on the construction of a professional identity.

69This action research falls within the field of language didactics. We adopted a praxeological approach which described the participants' pedagogical and communication practices as well as an ethnographic approach for the study of the discursive traces of the trained ones. Finally, the complexity approach allowed us to build and then study our object of study by taking and accounting for the parameters of the device at the three macro, meso and micro-educational levels.

70The results of our experiment made it possible to show that the participants mainly adhered to the mediated device by performing the tasks planned by the pedagogical contract and that they participated in the remote interactions according to the directives of the communicative contract. From a Vykotskian socioconstructivist point of view, peer-to-peer co-learning has mainly occurred via asynchronous interactions in one-to-one and / or one-to-many modes. If the exchanges allowed the social bond to be built and facilitated the creation of a community of practices at a distance, the study of the participation in asynchronous exchanges and interactions highlighted the difficulty for some individuals to appropriate the artefact in a relatively constrained institutional context, which had consequences for the effectiveness of the device.

Keywords

71blended learning system, computer-mediated communication (CMC), socioconstructivism, social bond at a distance, professional development, reflexivity, complexity.

Thomas Mollier, Les ressorts littéraires de la pensée philosophique dans les Essais de Montaigne

72Thèse soutenue le 17 novembre 2017 à l’Université Lille 3

Composition du jury

Marie-Luce Demonet, Professeure émérite, Université François Rabelais, Tours

Olivier Guerrier, Professeur, Université Toulouse Jean-Jaurès

Ullrich Langer, Professeur, University of Wisconsin-Madison, États-Unis

Nicola Panichi, Professeure, Scuola Normale Superiore, Pisa, Italie

Philippe Sabot, Professeur, Université Lille 3

Bernard Sève, Professeur émérite, Université Lille 3, directeur de thèse

Résumé

73Nombreux sont les travaux consacrés aux Essais à avoir embrassé d’un seul regard les caractéristiques littéraires et la teneur philosophique du livre de Montaigne. Mais la nature philosophique de la prose d’idées des Essais restait une évidence inquestionnée ; c’est ainsi que s’est constituée une représentation opaque de l’œuvre selon laquelle l’ensemble réputé inextricable de ses aspects ne pouvait être pensé qu’à travers la catégorie doxographique du scepticisme. Enquête méthodologique et critique, la présente thèse vise à dissiper cette opacité en dégageant spéculativement les fondements d’une manière alternative de rendre compte de la philosophie dans les Essais à partir de son articulation avec les propriétés du texte. L’expérience que le lecteur des Essais peut faire de la philosophie montanienne est spécifique : cette philosophie se manifeste comme détermination. Est ensuite démontrée la nécessité méthodologique de localiser la philosophie à sa juste échelle dans le texte pour pouvoir rigoureusement l’identifier. Il apparaît alors que ce n’est qu’à la faveur d’une compréhension poïétique des ressorts textuels de la pensée montanienne que devient véritablement pensable la philosophie des Essais. La description de la philosophie des Essais sur laquelle débouche cette investigation permet enfin de prendre la pleine mesure de l’inventivité d’une pensée tributaire d’une écriture, aux sens matériel et stylistique du terme.

Mots-clés

74Montaigne, inventivité philosophique, poïétique, méthodologie de l’interprétation, lieux de cohérence, échelle de lecture, exigence, effet essentiellement secondaire (by-product)

Abstract

75Montaigne's Philosophical Ingenuity

76It is common practice for works pertaining to Montaigne's Essays to embrace in a single glance its literary characteristics and its philosophical content. But the philosophical nature of the Essays' non-fictional prose has yet remained unchallenged, crystallizing an opaque representation of the text that precludes its supposedly inextricable aspects from being thought outside the doxographic category of skepticism. A methodological and critical enquiry, the present thesis intends to dispel this opacity by speculatively unfolding the fundamental principles for an alternative construal of the Essays' philosophical content, rooted in its articulation with the properties of the text. The way in which the reader of the Essays shall experience Montaigne's philosophy is specific: this philosophy emerges as semantically determined content. From this ensues the methodological imperative to localize philosophy at its legitimate scope of focus within the text in order to allow for its rigorous identification. It then appears that philosophy of the Essays can only be truly thought through the lens of a poietic understanding of the textual elements of Montaigne’s thought. Finally, the description of the philosophy of the Essays brought about by this enquiry sheds light on the full extent of the ingenuity of Montaigne's thought, tributary of his writing in both the material and stylistic senses of the term.

Keywords

77Montaigne, philosophical ingenuity, poietics, interpretation methodology, cohesive spaces, scope of focus, requirement, by-product

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2017 », Methodos [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5115

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals