Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de History of Logic and Semantics. Studies in the Aristotelian and Terminist Traditions, ed. by Paloma Pérez-Ilzarbe and María Cerezo

Laurent Cesalli et Frédéric Goubier
Référence(s) :

History of Logic and Semantics. Studies in the Aristotelian and Terminist Traditions, Paloma Pérez-Ilzarbe and María Cerezo Leiden-Boston : Brill, 2017, 322 p. (publié une première fois comme volume 53, N° 2-4 (2015) de la revue Vivarium)

Entrées d’index

Mots-clés :

logique médiévale
Haut de page

Texte intégral

1Comme tout hommage posthume réussi, le livre que nous recensons souffre de ce douloureux paradoxe : celui dont on honore la mémoire aurait adoré le lire. Il s’agit également de l’un des très rares hommages posthumes dont la liste des contributeurs comprend le nom du défunt lui-même. Joli pied de nez qu’aurait sans aucun doute apprécié l’apparemment très austère Angel d’Ors (1951-2012). Les quelque treize contributions réunies par Paloma Pérez-Ilzarbe et María Cerezo sont parfaitement représentatives de l’œuvre et des intérêts d’Angel d’Ors, figure importante de la jeune discipline qu’est l’histoire de la logique médiévale, professeur aux Universités de Navarre (1973-1991) et Complutense de Madrid (1991-2012). La biographie (In memoriam) ainsi que la bibliographie complète qui ouvrent le volume nous rappellent (entre autres) les recherches menées par Angel d’Ors sur la seconde scolastique espagnole (en particulier sur les œuvres logiques de Diego Mas et Domingo de Soto) ainsi que sa contribution originale à l’interprétation des traités De obligationibus, une interprétation fondée sur l’idée de la coexistence de deux niveaux de discours au sein d’une dispute obligationnelle, l’un se conformant à un ensemble de règles dialectiques imposées, et l’autre – quelque chose comme un dialogue de second ordre – y échappant précisément.

2La première contribution à ce volume est consacrée à l’un des paralogismes aristotéliciens qui a donné le plus de fil à retordre à la tradition logique (Allan Bäck, « How the Fallacy of Accident Got its Name (and Lost It) »). Allan Bäck reprend le dossier et se propose de comprendre pourquoi ce paralogisme est « de l’accident » et comment Aristote concevait sa spécificité et son unité – ce qui présuppose de remettre en cause les interprétations d’une grande partie de la tradition gréco-latine. L’auteur nous fournit ainsi une analyse claire du problème tel qu’il se présente chez Aristote, un survol critique des principales interprétations proposées par la tradition grecque et latine avec une explication des raisons de certains choix théoriques et, pour finir, une reconstruction de la position d’Aristote exprimée en termes contemporains. Du côté de la tradition, les commentateurs antiques ont eu tendance à faire de la dimension ‘accidentelle’ de l’accident une question de prédication (accidentelle). Allan Bäck voit là une erreur fondamentale, et propose de lier plutôt l’accidentel avec l’esse per accidens qu’Aristote présente en Métaphysique v.7 (à noter que p. 16, « predication per accidens » doit probablement être compris comme « being per accidens »). Or, selon l’auteur, la distinction entre prédications per se et per accidens et celle entre être per se et être per accidens ne se superposent pas exactement. Les commentateurs médiévaux vont prendre en compte cette dimension métaphysique, tout en prolongeant un autre aspect de la tradition, qui a régulièrement voulu insérer une considération formelle sur la quantification de la majeure. In fine, ils ne parviendront pas à expliquer l’unité des différents exemples aristotéliciens. En somme, si Allan Bäck attribue aux médiévaux le prix de la sophistication, il est toutefois amené à considérer qu’aucune interprétation de la fallacia accidentis chez Aristote n’est pleinement satisfaisante. Il nous présente donc son propre modèle, fondé sur deux principes : i) les termes du paralogisme sont traités comme des singuliers (noms propres, déictiques, descriptions définies) ; ii) l’être per accidens est assimilé (pour les besoins de la démonstration) à la possession d’une propriété contingente et l’être per se à celle d’une propriété nécessaire, conçues dans le cadre de la sémantique des mondes possibles.

3La contribution de José Miguel Gambra (« To Be in a Subject and Accident ») revisite un classique – ou plutôt un aspect d’un classique – de la métaphysique, à savoir ce que la tradition a appelé le « carré ontologique ». Plus exactement, la contribution s’intéresse à la relation entre la notion d’être dans et celle d’accident à partir ce qu’en disent Aristote (dans les chapitres 2 et 5 des Catégories) et Boèce (dans son Commentaire). Glosant le chapitre 2, Boèce distingue deux types de prédication : essentielle, lorsque ce qui est prédiqué est ce qui est dit d’un sujet ; accidentelle lorsque ce qui est prédiqué est ce qui est dans un sujet, ce qui suggère qu’il y a, de part et d’autre, une symétrie sous le rapport de la prédication : de même que ce qui est dit d’un sujet s’en prédique, ce qui est dans un sujet s’en prédique. Toutefois, il ressort de Catégories 5 que ce qui est dans un sujet n’est pas, sauf exception, prédiqué de lui : la grammaire est en Socrate, mais la proposition ‘Socrate est la grammaire’ est fausse, même si (voilà le cas exceptionnel) le blanc est en Socrate, et la proposition ‘Socrate est blanc’ est vraie. Il y a donc une tension entre la manière dont Boèce lit le chapitre 2 des Catégories et ce qu’Aristote dit lui-même un peu plus loin (au chapitre 5 du même traité). L’étude de José Miguel Gambra se concentre sur les deux thèses problématiques (du point de vue boécien) du chapitre 5 des Catégories, à savoir : i) le nom de l’accident prédiqué n’est pas lui-même prédiqué de son sujet, et ii) la définition de l’accident prédiqué n’en est pas prédiquée non plus. L’objectif est de montrer que la tension avec la prédication accidentelle introduite par Boèce n’est qu’apparente. La solution, comme le montre l’auteur, est fournie par la théorie des paronymes développée dans le premier chapitre des Catégories : si Socrate n’est pas la grammaire, il n’en est pas moins grammairien (ce n’est pas le nom fondamental de l’accident qui se prédique, mais un nom qui en est dérivé) ; par ailleurs, et parallèlement, s’il est vrai que la définition de la grammaire ne se prédique pas de Socrate, il est bien vrai que la définition du grammairien s’en prédique. Ces quelques pages abordent un sujet central et difficile puisqu’il touche à la nature même de la prédication telle que la conçoit la tradition aristotélicienne, c’est-à-dire comme un acte linguistique fondé dans des rapports ontologiques. On peut regretter un certain manque de clarté dans la manière dont l’auteur expose le problème dans les premières sections du chapitre, et s’interroger sur l’absence remarquable de référence au travaux d’Ignacio Angelelli (en particulier ses Études sur Frege et la philosophie traditionnelle, Vrin, 2007) dont le point de départ est précisément une réflexion sur les relations entre ontologie et sémantique dans le chapitre 2 des Catégories et dans la tradition qui s’en inspire.

4Depuis les travaux de D.P. Henry, le De grammatico d’Anselme a été l’objet de plusieurs études, dont certaines se sont opposées au modèle proposé par Henry, et desquelles il n’émerge guère de consensus. Celle de María Cerezo (« Anselm of Canterbury’s Theory of Meaning : Analysis of Some Semantic Distinctions in De Grammatico »), qui reprend de manière systématique le dossier, se distingue par le caractère à la fois méthodique et précis de sa reconstruction du modèle sémantique. L’auteure identifie tout d’abord les quatre principaux enjeux du De grammatico, avant de se concentrer sur celui, central, de la capacité des mots à signifier plusieurs choses, traité par Anselme à partir du cas des paronymes. Si l’on veut comprendre la sémantique anselmienne dans toute sa sophistication, il faut, selon María Cerezo, distinguer au préalable trois niveaux en sus de celui des choses : ceux de l’intellection (de la compréhension), de la prédication et de la signification. Il convient ainsi de séparer ce qui est compris et signifié de la chose ainsi comprise et ‘appelée’. Au sein de la signification elle-même, l’on doit notamment opposer le fait de signifier une chose ut unum, en tant que ses différentes parties forment une unité inséparable, et celui de signifier une chose non ut unum, quand il n’y a pas cette unité inséparable ; le terme « homo », exemple du premier cas, est significatif et appellatif de la substance (ou, plus exactement, du composé substance-qualité) ; le terme « grammaticus », exemple du second, est significatif de la qualité et d’une substance porteuse, mais de façon différente, et appellatif de cette substance. Il faut par ailleurs intégrer la distinction entre deux types de prédication : la grammaire est prédiquée d’une substance comme étant in eo quod quale, elle ne définit pas le quid du sujet et les deux ne sont pas appréhendés ut unum ; l’adjectif « grammaticus » ne peut donc présenter per se à l’esprit tout ce qu’il est en mesure de signifier et d’appeler : si la grammaire est signifiée de manière autonome, la désignation de la substance dans laquelle se trouve la grammaire (via l’appellatio) et l’accès – mental – à cette dernière (via la significatio) ne peuvent en revanche s’effectuer que per aliud. Cet aliud est susceptible de réunir l’usage des locuteurs, qui nous indique que « blanc » signifie un porteur de blancheur, et le contexte d’énonciation, qui nous informe qu’il s’agit d’un cheval. La contribution de María Cerezo remet minutieusement en place toutes les pièces d’un puzzle dont la complexité a peut-être été parfois sous-estimée.

5Avec « Aliquid amplius audire desiderat : desire in Abelard’s Theory of Incomplete and Non-Assertive Complete Sentences », Luisa Valente propose une étude hautement originale de l’usage (inattendu) que fait Abélard de la notion de désir (desiderium) dans sa sémantique des expressions incomplètes (orationes imperfectae, c’est-à-dire d’expressions bien formées, mais qui ne sont pas des phrases, comme ‘Socrate et Platon’) et des phrases non assertives comme les questions ou les ordres, le tout sur fond de doctrine aristotélico-boécienne (c’est-à-dire le De interpretatione 4 et ses commentaires). La notion de désir est pratiquement absente chez Aristote et Boèce, et ils ne s’intéressent pratiquement pas au cas des phrases non assertives quand ils traitent des expressions incomplètes. Il en va tout autrement chez Abélard. Luisa Valente analyse sa position successivement dans la Dialectica puis dans la Logica ‘Ingredientibus’. Pour ce qui est de la première œuvre, l’auteure souligne qu’Abélard interprète en termes de désir l’attente que suscite une phrase incomplète chez l’auditeur, qu’il interprète les modes grammaticaux (indicatif, impératif, optatif, …) en termes d’affects, et qu’il prête une attention particulière aux phrases complètes mais non-assertives. Dans la Logica (ainsi que dans le De intellectibus) Abélard approfondit cette ligne de pensée. Ici se dessine un rapprochement extrêmement intéressant entre l’affect exprimé par le mode indicatif (chez le locuteur) et le désir suscité (chez l’auditeur). On trouve, dans ces textes d’Abélard, très soigneusement choisis et analysés par l’auteure, de bonnes raisons pour interpréter le ‘vouloir dire’ (significare, to mean, bedeuten) comme une attitude pratique ou encore volitive : la formation d’une phrase non seulement complète, mais assertive requiert, en plus d’une constellation d’actes théoriques – une succession d’attentiones – une attitude pratique, quelque chose qui relève de l’affect : le vouloir dire est un désir chez le locuteur, auquel répond une attente chez l’auditeur et, par suite, le désir d’en savoir plus lorsque l’attente générée reste frustrée. Cette étude démontre, une fois encore non seulement la finesse des analyses abélardiennes, au croisement de la sémantique et de la psychologie, mais aussi la remarquable parenté de sa pensée avec des préoccupations très contemporaines (on imagine sans peine que la lecture de ce chapitre fera le bonheur des pragmaticiens contemporains).

6Joke Spruyt nous introduit à un manuel de logique destiné aux étudiants de l’école des Montani, celle de la montagne Sainte-Geneviève, où enseignait Albéric (« The Introductiones Montanae maiores : a Student’s Guide to Logic »). Sa contribution ne se limite toutefois à pas nous présenter, avec force citations, un texte inédit et qui n’a bénéficié de l’attention que de rares spécialistes (L.M. de Rijk, E.P. Bos), elle nous fournit aussi un aperçu de ce qui était enseigné – et de comment cela était enseigné – en logique au XIIe siècle dans les écoles parisiennes, et enrichit de surcroit notre connaissance des rivalités qui opposaient ces dernières. De fait, l’objectif des Introductiones Montanae maiores n’est pas de fournir une théorie logico-sémantique unifiée, mais plutôt un petit catalogue de problématiques que les étudiants devaient être capables de maitriser, et que l’auteur s’attache à distinguer de celles des adversaires, Abélard en tête. On retient ainsi que pour un mot, être significatif n’implique pas d’être actuellement significatif – de signifier en acte. Les gens qui parlent dans leur sommeil utilisent des mots significatifs, mêmes s’ils ne signifient rien. Il ne s’agit pas non plus en soi d’un potentiel sémantique (une capacité à être significatif en acte), car cela peut valoir pour n’importe quel son vocal. Plus simplement, un son vocal est significatif s’il a obtenu cette capacité à partir d’une institution « commune ou propre ». On rencontre par ailleurs une discussion sur ce qui deviendra, au siècle suivant, la règle de la sufficientia appellatorum : l’exigence qu’au moins trois entités soient présentes dans le domaine quantifié par « omnis », exigence que l’auteur rejette et dont il attribue la défense à Abélard. De la même façon, il propose une distinction similaire à celle opposant interprétations de re et de dicto, qu’il assimile par ailleurs à l’opposition entre composition et division. Notons enfin une approche de la référence aux choses passées et futures que J. Spruyt, dans la continuation de L.M. de Rijk, estime anticiper l’appellation buridannienne de la forme.

7C’est un voyage édifiant dans le genre austère et énigmatique des syncategoremata que nous propose l’étude d’Angel d’Ors, « Tu scis an de mentiente sit falsum Sortem esse illum : on the Syncategoreme ‘an’ ». L’étude commence par une mise au point sur ce qui est susceptible d’unifier les genres authentiquement médiévaux que sont, à côté des syncategoremata, les sophismata, les abstractiones, les sophistaria sive distinctiones. Contre la réponse de De Rijk (« le traitement de sophismata »), l’auteur avance l’hypothèse que le facteur unificateur est bien plutôt à chercher dans l’omniprésence des syncatégorèmes (ou constantes logiques) comme objet d’investigation ; par ailleurs, il propose de distinguer les différents genres des traités en fonction de leur objet principal : les syncategoremata s’intéressent à la signification des syncatégorèmes ; les abstractiones se concentrent sur les règles régissant les propositions contenant des syncatégorèmes ; les sophismata sur l’analyse de propositions qui semblent défier les règles admises ; les sophistaria sive distinctiones sur les solutions, à savoir sur les raisons qui conduisent à penser (à tort) que certaines propositions violent certaines règles. Cette classification est très convaincante entre autres raisons pour la logique qui la gouverne et qui, mutatis mutandis, fait écho au principe architectonique à l’œuvre dans l’Organon. Angel d’Ors poursuit par une série de réflexions sur le traitement du syncatégorème ‘an’ dans trois traités témoins : l’Ars Burana, les Syncategoremata Monacensia (tous deux de la fin du XIIe siècle) et les Syncategoremata de Robert Bacon (première moitié du XIIIe siècle). On y voit par exemple émerger l’idée qu’il existe, à côté des enuntiabilia, des interrogabilia, contreparties non-linguistiques des phrases interrogatives. Par ailleurs, contrairement à une proposition infinitive comme ‘Sortem currere’, qui est comme le nom propre d’un dictum, l’appellatio interrogabilis qu’est ‘an Sortes currat’ est le nom commun de plusieurs dicta (à savoir de tous ceux qu’expriment les réponses possibles à la question ‘Sortes curritne ?’. Le traitement, relativement uniforme, du sophismaTu scis an de mentiente sit falsum Sortem esse illum’ (‘tu sais s’il est faux à propos d’un menteur que Socrate est celui-ci’) chez une série impressionnante d’auteurs (Pierre d’Espagne, Guillaume de Sherwood, Mattieu d’Orléans, Hervé le Sophiste, Nicolas de Paris, l’Anonymus Catacheus, …) est ensuite décrit. De manière surprenante, il s’avère que ce ne sont pas tant les propriétés du syncatégorème ‘an’ en tant que telles qui intéressent ces logiciens que la question des conditions de vérité du dictum désigné par ‘Sortem esse mentientem’). La conclusion de l’étude d’Angel d’Ors comprend cette remarque qui invite à la méditation (voire au recyclage) : « On the other hand, it has been shown that some of the authors did in fact understand the issues they examined … », une remarque dont la portée méthodologique – et très sérieuse – ne saurait être sous-estimée.

8Au cœur de l’étude de Cornelius H. Kneepkens (« The Collection of Grammatical Sophismata in ms London, BL, Burney 330. An Exploratory Study ») figure une collection de 38 sophismata contenue dans un manuscrit londonien (BL, Burney 330 : Sophismata grammaticalia Burneiana), possiblement composés à Paris. Il s’agit de sophismata grammaticaux, en ceci qu’ils mettent en jeu des questions de bonne formation grammaticale (congruitas) et de complétude (perfectio). Leur objectif, de nature en partie pédagogique, n’est toutefois pas de décrire des phénomènes grammaticaux pour eux-mêmes ; il s’agit bien plutôt d’expliquer, au niveau sémantico-grammatical, le fonctionnement de certains aspects du langage figuré qui abonde dans les textes sacrés. Les sophismata, de fait, correspondent presque tous à des propositions théologiques. Cela n’avait, à l’époque, rien d’exceptionnel : le choix de telles propositions fournissait l’occasion d’étudier, à partir d’exemples dont la légitimité formelle et la vérité étaient difficiles à contester, des usages linguistiques déviants. Dans ce cadre, deux outils théoriques ont plus particulièrement retenu l’attention de C.H. Kneepkens. Le premier est la distinction entre trois niveaux de perfectio : expressionis, constructionis et sensus / intellectus. On peut en effet considérer i) la structure de surface de l’énoncé, telle qu’il a été formulé par le locuteur, ii) sa structure ‘profonde’, ou plus exactement la structure qu’il devrait avoir en vertu des règles de la grammaire et de la syntaxe, et ii) la structure sémantique, qui organise le contenu visé par le locuteur. Le sophisma se loge dans la discordance entre ces niveaux et, puisqu’on ne peut se contenter de rejeter la proposition comme mal formée, le jeu va consister à justifier cette discordance. Pour cela, le second outil va jouer un rôle crucial ; il est offert par la notion de suppositio, utilisée ici dans les deux acceptions qui étaient les siennes à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe – ce qui est placé sous le verbe et ce à qui renvoie le sujet en fonction des autres mots de la phrase. Dans l’acception sémantique, l’anonyme s’intéresse en particulier à ce que certains vont appeler ‘supposition ‘impropre’ : la supposition des termes du langage figuré. L’auteur la dit ex transsumptione, par opposition à la supposition ex institutione. Là encore, le sens visé prime sur celui institué, et la sémantique sur la grammaire : on peut justifier la discordance entre un terme sujet au singulier et un verbe au pluriel par le fait que le premier renvoie à une multiplicité de supposita. La contribution de C.H. Kneepkens nous présente de façon particulièrement éclairante les enjeux d’un certain type de « grammaire théologique », qui met l’analyse linguistique au service de la justification des usages déviants – une grammaire gricéenne avant l’heure.

9Sans doute plus encore que celui des syncategoremata (si chers à Angel d’Ors), le genre des obligationes est révélateur du degré de sophistication et de subtilité atteint par les logiciens médiévaux à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. La contribution de Mikko Yrjönsuuri, « Obligations and Conditionals » est symptomatique de la relation de prime abord déstabilisante entre, d’une part, la surface ludique (voire carrément ridicule) de ce à quoi les logiciens médiévaux pouvaient passer leur temps et, de l’autre, le caractère fondamental des enjeux théoriques en présence. Le « jeu » appelé obligatio consiste à voir comment un respondens est en mesure de défendre une certaine proposition moyennant un certain nombre de contraintes allant systématiquement contre le plus élémentaire bon sens. Quel intérêt ? Par exemple celui de distinguer différents types de relations inférentielles, autrement dit, d’identifier les différentes conditions auxquelles une consequentia de forme ‘si p, alors q’ est acceptable comme valide. L’intérêt – nullement paradoxal – de réfléchir aux moyens de défendre des positions absurdes consiste précisément en cela que pour ce faire, il faut détacher la syntaxe de la sémantique (la question n’est plus celle de savoir si ce que l’on défend est vrai, mais bien de savoir si ce que l’on défend est correctement inféré d’une proposition préalablement acceptée). Comme le rappelle l’auteur, deux techniques principales étaient utilisées dans les obligationes : la positio (défense d’une proposition fausse d’une manière prescrite), la rei veritas (idem, mais d’une manière qui diffère de la manière prescrite). L’étude de Mikko Yrjönsuuri propose une analyse de la manière dont la mise en œuvre de ces deux méthodes dans les disputes obligationnelles – le texte mis sous la loupe sont les anonymes Obligationes parisienses du début du XIIIe siècle – a contribué à la théorie médiévale des inférences. À ces méthodes et à cette source strictement obligationnelle, l’auteur ajoute la considération d’une troisième méthode, plus caractéristique des sophismata, à savoir celle dite du casus (description d’une situation – un cas – à l’intérieur de laquelle tous les arguments développés pour ou contre la proposition examinée devront être développés), le texte de référence étant ici les Sophismata de Richard Kilvington (première moitié du XIVe siècle). Il ressort de cette enquête que les logiciens médiévaux distinguaient au moins quatre cas de relations inférentielles, à savoir des cas dans lesquels le conséquent suit effectivement de l’antécédent en vertu i) de la seule forme de la conséquence, ii) de l’inclusion conceptuelle du conséquent dans l’antécédent, iii) de la seule impossibilité pour l’antécédent d’être vrai sans que ne le soit également le conséquent, iv) d’un raisonnement contrefactuel, celui-ci étant particulièrement caractéristique des arguments développés dans le cadre des sophismata au moyen de la méthode dite du casus.

10La contribution de Sten Ebbesen, « Si tantum pater est non tantum pater est : An English Sophisma from the Late Thirteenth Century », en proposant une édition de texte, nous rappelle avec bonheur que la matière première de l’historien de la philosophie est constituée de textes qu’il s’agit en premier lieu de faire exister comme tels pour la communauté scientifique, c’est-à-dire d’éditer. L’échantillon produit ici – témoin d’une dispute sophismatique anglaise de la fin du XIIIe siècle, conservé dans trois manuscrits, le principal étant le Worcester Cathedral Q.13 – est caractéristique de ce que Sten Ebbesen lui-même a qualifié de sophismatic way of doing philosophy : l’élaboration, à partir d’une proposition problématique, d’un débat hautement structuré et sophistiqué, lequel, prenant comme point de départ l’une ou l’autre propriété sémantique d’un syncatégorème (ici : tantum, à savoir ‘seulement’), donne lieu à des développements soutenus dans des domaines apparemment aussi éloignés de la philosophie du langage que la psychologie ou la métaphysique. Le texte édité ici n’est qu’un fragment de ce qu’aurait dû être – et a peut-être été ? – la dispute sophismatique en question. Il consiste pour l’essentiel en la discussion d’un des cinq problèmes que soulève le sophisma : est-ce que l’ajout d’un terme exclusif (comme tantum) à un corrélat réalise l’exclusion de l’autre corrélat, autrement dit, le fils, corrélat du père, est-il lui aussi frappé d’exclusion dans ‘si seul un père existe, il n’est pas le cas que seul un père existe’ ? Dans la foison d’arguments et de contre-arguments enchâssés – véritables parties de ping-pong dialectique, caractéristiques de la manière qu’avaient les anglais de philosopher « sophismatiquement » – on en vient ainsi à mobiliser la Métaphysique d’Aristote (à propos de la théorie de la définition, à propos de ce qui appartient nécessairement à ce qui est imaginé lorsqu’une droite est imaginée, à propos de l’unicité de l’objet d’intellection), un passage (non identifié) du commentaire d’Averroès à la même Métaphysique (sur le rapport entre la substance et l’accident), et un passage de la Physique d’Aristote (à propos de l’incompatibilité entre le monisme parménidien et l’existence de principes des choses). Ces quelques lignes consacrées à la contribution de Sten Ebbesen offrent l’occasion de rappeler l’importance du corpus des sophismata qui, bien que magistralement catalogué par l’auteur et Frédéric Goubier dans leur ouvrage de 2010 (A Catalogue of 13th-century Sophismata, Vrin) reste très largement inédit et, par suite, inexploré.

11Calvin Normore, dans les pages qu’il consacre à l’argument ex impossibili quodlibet (« Ex impossibili quodlibet sequitur (Angel d’Ors) »), prend comme point de départ une problématique logique et historique sur laquelle s’était penché Angel d’Ors. Celui-ci s’est en effet demandé dans quelle mesure les logiciens médiévaux étaient parvenus à faire en sorte que la collection complète des arguments ‘valides’ (ou du moins ceux que l’on considère intuitivement tels) n’excède pas celle des arguments que l’on peut prouver – déduire – à partir d’un ensemble fini d’axiomes et de règles : dans quelle mesure les médiévaux auraient satisfait Gödel. Il y a derrière cela la quête médiévale d’un proprium de la conséquence logique, qui aurait pu prendre la forme d’une caractéristique sémantique définissant la relation entre les prémisses et les conclusions des inférences valides – et celles-là uniquement – ou celle de propriétés syntaxiques permettant de caractériser les ensembles adéquats de règles d’inférences, et qui, selon Angel d’Ors, a globalement échoué. L’une des difficultés réside dans le flottement autour de la notion même de ‘conséquence’, qui au Moyen Âge tend à mêler propositions conditionnelles et consequentiae – des entités qui sont de nature très différente. Calvin Normore montre que Buridan est conscient de cette différence, et qu’il distingue ce qui relève d’une condition et est donc hypothétique de ce qui consiste à asserter antécédents et conséquents. Il enrichit par ailleurs la tradition consistant à considérer, depuis Adam de Balsham, que la vérité d’une conditionnelle et la correction d’une consequentia reposent toutes deux sur l’impossibilité d’avoir un antécédent vrai et un conséquent faux. Selon Buridan, l’impossibilité doit être celle d’une situation où les choses (extérieures) sont, ont été ou seront telles que cela est exprimé par l’antécédent et pas par le conséquent. Ce critère parvipontanien enrichi est parfaitement compatible avec la défense de la règle ex impossibili quodlibet sequitur : de l’impossible suit n’importe quoi – un principe lui aussi né au 12e siècle. Buridan démontre en effet qu’ajouter une proposition nécessaire aux prémisses n’empêche pas que n’importe quoi puisse être inféré d’une contradiction ; il suffit alors de partir d’une contradiction entre une proposition impossible et une proposition nécessaire – qui n’ajoute rien – pour arriver à la conclusion que n’importe quoi suit d’une prémisse impossible, tout comme d’une prémisse contradictoire. Reste à savoir si le critère enrichi peut jouer le rôle de proprium de la conséquence que nous cherchons. À première vue, il a un avantage sur son prédécesseur parvipontanien, puisqu’en ajoutant une condition d’existence de la proposition, il permet de neutraliser les principaux paradoxes de la vérité. Mais Calvin Normore prouve qu’il ne neutralise pas certains paradoxes de la « correspondance » métasémantique, qui mettent en jeu précisément l’enrichissement par Buridan du critère parvipontanien. L’auteur parvient à la conclusion que la quête d’Angel d’Ors, si elle doit être poursuivie, implique de mener une réflexion fondamentale sur la notion de conséquence, qui engage la philosophie dans son ensemble.

12À l’instar de celles de Mikko Yrjönsuuri et de Stephen Read, l’étude d’Eileen Jennifer Ashworth, « Richard Billingham and the Oxford Obligationes Texts : Restrictions on positio », porte sur le genre des obligationes. L’auteure considère la littérature anglaise, et plus exactement les Obligationes de Richard Billingham (ca. 1350) dans leur tradition manuscrite (11 témoins) ainsi que dans leurs versions imprimées dans un Libellus Sophistarum ad usum Oxonienium (Londres 1510) et une certaine Logica (Oxford 1483). L’enquête se concentre sur un point très précis, à savoir les restrictions apportées à la première règle du genre le plus classique d’obligationes, celui de la positio. Par positio, on entend la position par l’opponens d’une proposition que le respondens va s’efforcer d’évaluer (en l’acceptant, en la rejetant, en la mettant en doute, soit encore en la clarifiant au moyen d’une distinction). La règle fondamentale stipule que le respondens ne doit concéder qu’une proposition réputée possible, c’est-à-dire qui n’est ni inconsistante, ni nécessairement fausse. Ce principe se voit précisé au moyen d’un nombre plus ou moins important de clauses restrictives, à leur tour pondérées de manières différentes selon les témoins (l’auteure compare non seulement les versions des Obligationes de Billingham, mais également les vues d’autres auteurs comme Ralph Strode, Roger Swyneshead, Albert de Saxe, ou encore Paul de Venise). Ces clauses portent par exemple sur la chronologie d’une dispute obligationnelle (l’acte de concession doit avoir lieu dans les limites temporelles de la dispute) ou encore sur l’univocité des termes utilisés : les termes de la (ou des) proposition(s) concédée(s) doivent être pris dans le même sens que ceux de la proposition initialement posée par l’opponens. L’étude d’Eileen Jennifer Ashworth montre également comment des sophismata sont mobilisés à l’intérieur même de la présentation et de la discussion de certaines restrictions de la positio, par exemple de la clause d’univocité des termes utilisés. Il faut toutefois relever, avec l’auteure, que si ce que consignent par écrit les traités des obligationes qui nous sont parvenus reflète bien des cours réels, nous n’avons pas, contrairement à ce qui est le cas pour les sophismata, d’indices laissant penser que les principes dialectiques exposés et discutés dans les obligationes aient été eux-mêmes mis en pratique dans de réelles disputes obligationnelles. On est ainsi en présence d’une littérature que l’on pourrait, au prix d’un néologisme assez inélégant, mais peut-être clair, qualifier de « méta-dialectique », les disputes sophismatiques (réelles) pouvant être vues comme la mise en œuvre des principes exposés dans les cours obligationnels (réels).

13Stephen Read, dont le texte (« Richard Kilvington and the Theory of Obligations ») complète par ailleurs superbement celle de Calvin Normore, s’intéresse lui aussi à la contribution apportée par Angel d’Ors à notre connaissance de la pratique médiévale des obligationes. Il nous rappelle que les ‘obligations’, qui mettent en scène un opponens et un respondens, un casus et une positio, et des actions logiques telles que ‘concéder’, ‘rejeter’ et ‘douter’, constituent l’un des genres logiques médiévaux les plus énigmatiques ; il est aussi l’un des plus populaires, et sa terminologie a rapidement envahi d’autres domaines de la logique. Cela rend d’autant plus problématiques les failles que leurs principes semblent manifester, dont l’une est révélée par une variante de l’inférence ex impossibili quodlibet sequitur proposée par Walter Burley. Selon ce dernier, si, au bénéfice d’une situation contrefactuelle, l’on concède une proposition contingente fausse, il devient possible de prouver n’importe quelle proposition fausse qui est compatible. Kilvington s’oppose à cette règle, en montrant dans son analyse du sophisma « tu sais que le roi est assis » que, précisément dans ces cas contrefactuels, elle peut mener à des contradictions ; il recommande donc qu’au lieu d’être concédée, la proposition soit ‘doutée’ – ce qui n’implique pas forcément que l’on ait des doutes à son sujet, mais plutôt que sa déduction logique ne saurait être automatique. Ce faisant, Kilvington ne se contente pas d’affaiblir l’argument ex impossibili quodlibet, il révise le jeu des obligations, qui impose en principe qu’une proposition non pertinente (avec ce qui a été posé) soit acceptée si elle est vraie et rejetée si elle est fausse : elle doit selon lui être acceptée si elle serait vraie dans le cas où le positum l’était, et rejetée dans le cas contraire. En d’autres termes, dans les situations contrefactuelles, on ne peut opposer la pertinence et l’impertinence des propositions de la même façon – ce qui met à mal le modèle proposé par N. Kretzman et P.V. Spade, selon qui les obligationes doivent être conçues comme une logique du contrefactuel.

14Les pages de l’étude de Paloma Pérez-Ilzarbe (« The signification of the Copula in Fernando de Enzinas’ Syncategoremata ») proposent une analyse minutieuse de la position d’Enzinas dans le débat autour de la signification des copules ‘est’ et ‘fuit’. Enzinas expose ses vues dans le Tractatus de compositione propositionis mentalis. Une première édition, datant de 1521 et connue uniquement par des catalogues, portait un titre plus informatif : Tractatus de actibus syncategorematicis sive de compositione propositionis mentalis (d’après l’auteure), ou encore Tractatus de compositione propositionis mentalis actuum sincategoreumaticorum naturam manifestans (selon Ashworth, « Mental language and the unity of propositions : a semantic problem discussed by early sixteenth century logicians », Franciscan Studies 41, 1981, p. 61-96). La question de l’existence d’actes mentaux syncatégorématiques ne se pose évidemment que si l’on rejette la thèse fameusement défendue par Grégoire de Rimini (puis par Pierre d’Ailly) selon laquelle la proposition mentale n’est pas un tout, mais une unité dépourvue de parties : elle est un unique acte cognitif. Enzinas fait partie des nombreux critiques de Grégoire sur ce point. Selon lui, la proposition mentale a des parties et, crucialement, une partie syncatégorématique – un acte mental syncatégorématique – responsable de son unité. Enzinas construit sa sémantique de la copule autour de deux thèses : d’une part, la copule possède une signification adverbiale (elle ne signifie pas aliquid, mais aliqualiter) ; de l’autre, la copule signifie le temps. L’étude de Pérez-Ilzarbe expose le détail des arguments qui conduisent Enzinas à poser, plus précisément, que l’aliqualiter signifié par la copule est à comprendre comme un unitive (i.e. « de manière unitive ou unificatrice ») ; par ailleurs, la signification du temps est distincte de la signification unitive (le couplage réalisé par la copule est temporellement neutre) ; enfin, la signification d’un temps précis est une seconde composante adverbiale de la signification de la copule, laquelle peut signifier « de manière unitive » et « dans le présent » (pour ‘est’), ou « de manière unitive » et « dans le passé » (pour ‘fuit’). L’un des mérites de cette contribution, outre l’exposition limpide de la position d’Enzinas, est d’offrir un exemple d’une théorie médiévale des opérations mentales susceptible d’éveiller sinon l’intérêt, du moins la curiosité des philosophes de l’esprit contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Cesalli et Frédéric Goubier, « Compte rendu de History of Logic and Semantics. Studies in the Aristotelian and Terminist Traditions, ed. by Paloma Pérez-Ilzarbe and María Cerezo », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5186

Haut de page

Auteurs

Laurent Cesalli

Université de Genève

Articles du même auteur

Frédéric Goubier

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals