Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Liber de verbo, e codice Parisensi 7491, studio et cura Cécile Conduché, Turnhout, Brepols Publishers, 2018

Jean Celeyrette
Référence(s) :

Liber de verbo, e codice Parisensi 7491, studio et cura Cécile Conduché, Turnhout, Brepols Publishers, Corpus Christianorum Continuatio mediaevalis XL E, Grammatici Hibernici Carolini Aevi pars V, 2018. ISBN : 978-2-503-57986-3.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La série Corpus Christianorum continuatio medievalis éditée chez Brepols s’est donné comme objectif la production d’éditions de référence de textes médiévaux, appuyées sur des analyses codicologiques précises et des comparaisons textuelles. Il s’agit de fournir aux spécialistes une série d’éditions savantes et d’analyses indispensables à la recherche. Réaliser un ouvrage de ce type exige un travail minutieux et mobilise une grande érudition. Je dis tout de suite qu’avec son édition commentée du De verbo Cécile Conduché (C.C.) remplit parfaitement ce cahier des charges.

2Le De verbo est un traité de grammaire des VIIe-VIIIe siècle repéré depuis longtemps par la critique mais qui n’avait bénéficié jusqu’à présent d’aucune étude spécialisée. Comme il n’est conservé que dans un seul manuscrit, le ms BnF lat. 7491, le recours à un stemma pour l’établissement du texte est impossible, et la seule possibilité, pour compléter ou corriger le texte manuscrit, est de s’appuyer sur les sources antiques et les traités parallèles. Or la critique a repéré dans le De verbo des traces de deux grammaires du Ve siècle, celles de Diomède et de Consentius, ainsi que des liens avec trois grammaires précarolingiennes dénommées Ars Malsachanus, Ad Cuimnanum et Ars Ambrosiana. Ces trois grammaires sont d’ailleurs partiellement liées à l’Irlande ce qui justifie l’appartenance du présent ouvrage dans la sous-série des Grammatici Hibernici. C.C. ne se propose pas seulement d’éditer le texte, mais aussi d’approfondir la question de ses rapports avec les autres grammaires précarolingiennes connues, et pas seulement avec les trois qui viennent d’être citées, voire d’enquêter sur la circulation de tous ces textes et sur la façon dont elles ont transmis les sources tardo-antiques. C’est pourquoi l’ouvrage comporte un grand nombre de tableaux présentant des comparaisons textuelles particulièrement fines dont je tenterai de donner une idée plus loin.

3L’ouvrage se compose d’une introduction divisée en quatre chapitres, en fait une longue étude, suivie de l’édition proprement dite.

4Le premier chapitre est consacré à une analyse à la fois matérielle et historique de l’ensemble du codex BnF lat. 7491. C’est sur cette analyse que s’appuie C.C. pour formuler plusieurs hypothèses sur l’histoire du texte. Ainsi la prise en compte des textes qui précèdent et suivent immédiatement le De verbo dans le manuscrit laisse à penser qu’il pourrait être le témoin du projet d’une grammaire plus complète concernant non seulement le verbe mais aussi le nom. Par ailleurs, l’examen des ajouts marginaux et des gloses interlinéaires du traité montre qu’il s’agit probablement d’une copie d’un texte qui avait circulé avant d’être inséré dans le manuscrit.

5Le second chapitre est une analyse détaillée du contenu du traité. Il se divise en 4 parties : une introduction théorique au traitement technique qui va suivre, une seconde partie consacrée à un examen des accidents du verbe, comme la qualité de la forme verbale (inchoatif, fréquentatif etc.), le mode (indicatif, impératif, optatif, subjonctif, etc.), le genre (actif, neutre, etc), le nombre, le temps etc., une troisième partie sur les différentes conjugaisons, enfin une dernière partie sur les participes. Les deux parties les plus importantes sont la seconde, sur les accidents, et la troisième sur les conjugaisons, et c’est sur ces parties que, pour l’essentiel, sont faites les comparaisons textuelles. Les descriptions des règles, des distinctions, des modes de classement etc. sont systématiquement mises en perspective avec leurs homologues figurant dans les différentes grammaires tardo-antiques, et dans les trois grammaires médiévales que la critique a associées au De verbo.

6Ces premières comparaisons introduisent alors à l’étude particulièrement fouillée des sources et des traités parallèles qui constitue l’objet du troisième chapitre, et est en fait le cœur de l’analyse. Dans ce chapitre, comme je l’ai dit, C.C. ne se borne pas à prendre en compte les grammaires dont les liens avec le De verbo ont déjà été signalés par la critique, mais toutes les grammaires tardo-antiques jusqu’à la plus récente, les Etymologies d’Isidore de Séville, susceptibles d’avoir été connues à l’époque précarolingienne, ainsi que les grammaires médiévales des VIIe au IXe siècles, a priori les plus proches du traité, dont beaucoup ne sont pas éditées. Je vais tenter de donner une idée de la minutie de ce travail.

7Le chapitre est divisé en deux. La première partie porte sur les grammaires médiévales. Il s’agit, a priori, pour C.C. de déterminer les éventuelles sources proches du traité. Mais du fait de l’importance du corpus examiné, l’étude va également contribuer à l’amélioration de notre connaissance de la genèse de tous ces textes.

8Je décris de façon un peu plus détaillée la méthode mise en œuvre avec la comparaison du De verbo avec l’Ars Malsachanus, traité daté habituellement du VIIIe siècle, et dont le contenu est apparemment le plus proche de celui-ci. Les ressemblances sont, en effet, nombreuses. D’une part, les correspondances littérales, toutes notées, couvrent des paragraphes entiers, d’autre part le plan est le même, les deux traités s’éloignant de la même façon de leur principale source antique, l’Ars maior de Donat. Toutefois une recherche exhaustive d’erreurs communes montre que dans tous les cas où ils dérivent de Donat ils le font de façon indépendante. D’ailleurs, les mêmes conclusions sont tirées pour les autres sources antiques considérées. La comparaison fait aussi apparaître que quand les deux traités diffèrent c’est en général parce que l’Ars Malsachanus est d’un niveau plus élémentaire, le De verbo introduisant des théorisations et des exemples originaux. Enfin, l’Ars Malsachanus étant transmis par deux manuscrits, C.C. ne se borne pas au texte édité, mais prend en compte les différences de leçons, ce qui l’amène à remettre en question l’hypothèse admise d’un modèle unique pour les deux manuscrits. Elle examine ensuite quatre autres traités proches de l’Ars Malsachanus et, ne trouvant aucune erreur commune significative avec le De verbo, elle peut conclure qu’aucun de ces traités ne peut être considéré comme source de celui-ci. Finalement, elle propose un scénario qui, rendant compte de la genèse probable des différents manuscrits de tous ces textes, résume les rapports complexe entre l’environnement de l’Ars Malsachanus et le De verbo.

9En ce qui concerne les autres traités médiévaux, c’est l’Ars Ambrosiana la plus ancienne grammaire du groupe hiberno-latin, daté habituellement du VIIe siècle, qui, du fait de ressemblances terminologiques avec le De verbo, semble pouvoir en être considéré comme une autre source directe. Des parallèles significatifs semblent exister aussi avec le ad Cuimnanum notamment dans le chapitre sur le temps. L’interprétation de C.C. est que, pour ce chapitre, l’auteur du De verbo aurait complété sa source principale, l’Ars Malsachanus, en utilisant l’ad Cuimnanum et c’est par cedernier intermédiaire qu’il aurait eu accès au grammairien antique Diomède. La même chose semble pouvoir être dite pour le chapitre sur les conjugaisons dans lequel la source antique serait Martianus Capella.

10La deuxième partie du chapitre concerne les sources ultimes, c’est-à-dire les autorités tardo-antiques, la plus récente étant, je le rappelle, Isidore de Séville. Alors qu’aucune référence à une source médiévale n’est nommée, le De verbo comprend de nombreuses citations directes d’autorités tardo-antiques introduites par un nom propre. C.C. en a dénombré trente-trois qu’elle a toutes identifiées. Mais la citation et le nom ne correspondent pas toujours à un texte identifiable transmis sous ce nom, car il peut arriver qu’ils correspondent à un texte identifiable transmis sous un autre nom, ou à plusieurs textes identifiables transmis sous d’autres noms. Tous ces cas, ainsi que celui des très nombreuses citations indirectes, sont examinés en détail. Je ne donne qu’un exemple des problèmes évoqués, celui qui concerne Probus, un grammairien ancien dont le nom est cité dans plusieurs grammaires médiévales, mais dont l’identité reste jusqu’à présent inconnue, la recherche de cette identité étant un des grands problèmes d’attribution de la grammaire antique et médiévale. Comme le De verbo cite neuf fois Probus, son rôle est central pour la résolution du problème. C.C. a alors tenté d’identifier les sources ultimes de toutes les citations qui sont derrière le nom de Probus dans le De verbo et a constaté qu’elle remontait ainsi à Diomède. Toutefois ce n’était pas systématique, si bien que, finalement, elle ne propose pas d’attribution. Son étude néanmoins fournit des éléments nouveaux importants pour la résolution du « problème Probus ».

11C.C. examine ensuite la façon dont les sources tardo-antiques les plus citées ont été transmises au De verbo. La principale d’entre elles est l’Ars maior de Donat, et C.C. montre d’une part que, le plus souvent, l’auteur du De verbo le cite de première main, d’autre part que, quand il le cite de seconde main, c’est par l’intermédiaire de commentaires, soit tardo-antiques comme ceux de Servius et Pompée, soit médiévaux. Une autre source antique apparaît aussi souvent que Donat, il s’agit du De nomine et du De verbo de Consentius, grammairien du début du Ve siècle, mais dont l’apport à notre De verbo est plus délicat à déterminer du fait de l’élaboration au haut Moyen Âge d’une synthèse avec Donat, qui semble avoir été utilisée aussi bien dans l’Ars Malsachanus que dans le De verbo.

12Pour les notions plus subtiles ces deux sources antiques sont complétées par plusieurs autres traités, notamment celui de Diomède, dont j’ai dit plus haut qu’il avait en général été transmis par l’intermédiaire du traité médiéval ad Cuimnanum.

13C.C. reprend enfin la question discutée de l’utilisation de Martianus Capella dans les grammaires médiévales du haut Moyen Âge. La présence dans ad Cuimnanum de deux passages repris du livre 3 des Noces de philologie et de Mercure a été remarquée depuis longtemps. Les rapports de ce dernier traité avec le De verbo et du De verbo avec l’Ars Malsachanus amènent C.C. à chercher de façon systématique d’éventuelles traces de Martianus Capella dans le De verbo et à rapprocher ces traces de passages correspondants dans l’Ars Malsachanus, et le ad Cuimnanum. Les tableaux récapitulatifs qu’elle a élaborés montrent que, dans la partie concernant les conjugaisons, le De verbo a utilisé massivement Martianus Capella, et que cette utilisation est indépendante de celle qui en est faite par le ad Cuimnanum. Elle observe enfin que dans cette même partie la démarche du De verbo est différente de celle de l’Ars Malsachanus.

14En définitive, C.C. considère que l’auteur du De verbo a rédigé son traité à partir d’autres grammaires médiévales, de l’Ars Malsachanus d’abord, qu’il aurait amplifié ou abrégé, mais aussi d’une version de l’ad Cuimnanum et peut-être de l’Ars Ambrosiana. En revanche la recherche sur d’éventuels rapports avec les grammairiens médiévaux anglo-saxons n’a produit aucun résultat probant. Enfin il semble bien qu’au moins une partie des sources tardo-antiques soient de première main, dont, très probablement, l’Ars maior de Donat et le livre 3 des Noces de Philologie et Mercure de Martianus Capella.

15L’édition qui suit a été réalisée en suivant des principes en cohérence avec l’étude qu’on vient de résumer. Les interventions sur le texte ont été réduites au minimum pour préserver la possibilité d’une confrontation avec un éventuel autre manuscrit, et trois apparats accompagnent le texte. L’apparat critique proprement dit comprend les leçons écartées de la copie principale et les conjectures trop incertaines pour être retenues, l’apparat des sources antiques inclut les références tardo-antiques jusqu’à Isidore de Séville, l’apparat des sources et parallèles médiévaux se limite aux éléments susceptibles de contribuer à l’établissement du texte. L’édition est complétée par deux indices, un index des références à la Bible, et un index particulièrement fourni des sources et des lieux parallèles. Enfin, comme il se doit pour un ouvrage de cette qualité, la bibliographie qui est jointe fait un point très complet sur toute la littérature, tant primaire que secondaire.

16En conclusion, le travail de C.C. montre, qu’à l’évidence, le traité est un jalon important dans l’évolution de la grammaire médiévale à partir de ses sources tardo-antiques, dont l’étude apporte des éléments neufs dans plusieurs des problèmes particulièrement complexes qui sont posés au médiéviste. L’édition proposée et les analyses qui l’accompagnent constituent donc un instrument indispensable au chercheur spécialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Celeyrette, « Compte rendu de Liber de verbo, e codice Parisensi 7491, studio et cura Cécile Conduché, Turnhout, Brepols Publishers, 2018 », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5282

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals