Navigation – Plan du site
Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques

Retour sur la terminologie stoïcienne de la signification

Stoic terminology of meaning revisited
Frédérique Ildefonse

Résumés

Je reviens dans cet article sur certaines configurations conceptuelles propres à la logique stoïcienne et concernant le traitement stoïcien de la signification qui, comme on le sait, se découple en signifiant et signifié. La question que je pose est la suivante : à quelles certitudes est-on susceptible de parvenir avec les textes dont nous disposons sur la question des rapports entre signification, donc signifiant, σημαῖνον et signifié, σημαινόμενον, et λεκτόν ? À l’occasion de cette interrogation, j’en viens à réouvrir l’enquête sur la part éventuelle de modalité associée au λεκτόν et je propose d’analyser la signification stoïcienne tout en prenant en compte des concepts associés ou solidaires, comme les concepts de πρᾶγμα et de πτῶσις.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie de leurs critiques et de leurs remarques les deux experts anonymes qui ont relu la première version écrite de cet article et m’ont ainsi permis de mieux formuler ce que je voulais défendre ici.

Introduction

1Pour dresser le cadre de l’enquête, d’une enquête que je ne prétendrai pas mener à son terme, mais que je voudrais amorcer, j’aimerais commencer, par une assez longue citation, programmatique, de Jean Lallot dans l’Introduction à sa traduction du traité De la construction (Περὶ συντάξεως) d’Apollonius Dyscole :

  • 1 Jan Max Van Ophuijsen (1993), « The Semantics of a Syntactician. Things meant by verbs according to (...)
  • 2 Jean Lallot (1997), Apollonius Dyscole De la construction (Syntaxe), Paris, Vrin, volume I, p. 82.

« […] la difficulté principale touchant la traduction d’Apollonius est moins celle des termes qui ont un sens stable et nettement technique que de tous ceux – et ils pullulent ! – dont l’ensemble forme, en grec même, un métalangage flou au sein duquel il est souvent difficile de décider en quels points et à quel degré les effets de la polysémie et de la synonymie sont malgré tout limités par des différences sémantiques pertinentes. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, il m’apparaît que le surabondant vocabulaire afférent aux notions de ‘signification’, de ‘désignation’ et de ‘référence’ est, dans une très large mesure, désespérément indifférencié. Si l’on met à part la zone plutôt bien circonscrite de la déixis proprement dite – acte d’ostension ou situation d’‘embrayage’ sur un référent visible, désignés justement par deîxis, deiktikós pour l’acte, hupokeímenon, ousía pour l’objet –, on a grand peine à différencier les valeurs de verbes comme sēmaínein, dēloun, paristánein, emphanízein, epangéllesthai, hupagoreúein, noeîsthai, paruphístasthai qui veulent tous dire peu ou prou (en intégrant les variations de diathèse) ‘signifier’, ‘désigner’, ‘indiquer’, ‘exprimer’, ‘notifier’, ‘s’interpréter’, ‘s’entendre (comme)’. Il est naturellement de bonne méthode, face à une telle diversité, de scruter les différences – on peut voir dans l’Index, s.v. signifié conjoint qu’il n’est pas vain de le faire pour paruphístasthai, même s’il y a des ‘restes’ –, et on ne peut que souhaiter que des travaux de la précision et de la qualité de celui que Van Ophuijsen (1993)1 a consacré à une dizaine de termes du métalangage apollinien viennent réduire, autant que faire se peut, les zones marécageuses où vient s’embourber la bonne volonté du traducteur armé des meilleurs principes – mais on ne saurait sans s’exposer à de lourdes désillusions placer un trop grand espoir dans le résultat escomptable de tels travaux d’assainissement : le krause Stil, la langue technique trop riche et mal dégrossie du Dyscole continueront longtemps, je le crains, à faire blanchir les cheveux des traducteurs. »2

2Il est remarquable de noter qu’on trouve ici mentionné beaucoup du vocabulaire de la signification qu’on trouve dans les textes stoïciens et qu’il recoupe des distinctions relatives à la métaphysique stoïcienne, si l’on reprend ce terme que je n’emploie pas souvent mais qu’après tout Jacques Brunschwig a utilisé lui-même puisqu’il donne le titre de l’un de ses articles, publié en anglais : « Stoic Metaphysics ». De ce vocabulaire, certains termes sont encore plus anciens : on les trouve dès le Sophiste de Platon, on les retrouve chez Aristote, dans le traité De l’interprétation et dans la Poétique.

3Dans la recherche de différences, même un peu désespérée, si l’on en croit le verdict de Jean Lallot, entre ces termes, la continuité entre le Sophiste de Platon et Apollonius Dyscole me semble pouvoir être prise en compte, ainsi que l’apparition de certains d’entre eux dans les fragments stoïciens relatifs à la logique et l’enquête sur le langage sur lesquels je me concentrerai ici. J’aimerais revenir en effet sur certaines configurations conceptuelles propres à la logique stoïcienne et concernant la question stoïcienne de la signification qui, comme on le sait très bien, se découple en signifiant et signifié.

4Avertie de la situation que décrit Jean Lallot dans le cas d’Apollonius Dyscole, je poserai la question suivante : à quelles certitudes sommes-nous susceptibles de parvenir grâce aux textes dont nous disposons sur la question des rapports, dans le stoïcisme, entre signification – donc signifiant, σημαῖνον et signifié, σημαινόμενον – et λεκτόν ? J’aimerais, à l’occasion de cette question, réouvrir l’interrogation sur la part éventuelle de modalité dans le λεκτόν. Et le point de vue que je voudrais proposer est qu’il ne faut pas arrêter trop vite, sur la question de la signification stoïcienne, la recherche de concepts associés ou solidaires, je pense notamment aux concepts de πρᾶγμα, de νοητόν, et de πτῶσις.

5On sait que la dialectique stoïcienne distinguait le registre des signifiants et le registre des signifiés. Je renvoie au témoignage de Diogène Laërce, même s’il n’utilise pas, en l’occurrence, la terminologie des signifiants (σημαίνοντα), mais plutôt celle de la φωνή, de la voix ou du son vocal :

  • 3 Diogène Laërce (2006), Vies et doctrines des Stoïciens, VII 43, trad. R. Goulet, Paris, Le livre de (...)

« La dialectique se divise en lieu relatif aux signifiés et en lieu relatif au son vocal ; et le lieu des signifiés (se divise) en lieu relatif aux représentations et en lieu relatif aux dits (λεκτά), qui subsistent à partir d’elles : les propositions et (autres dits [λεκτά]) complets, les prédicats et les réalités semblables, prédicats droits et renversés, genres et espèces, de même aussi arguments, modes et syllogismes et les sophismes dépendant du son vocal ou des états de fait »3.

6Dans son article intitulé « The Stoic notion of a lekton », Michael Frede écrivait :

  • 4 Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a lekton », in Stephen Everson (ed.), Language, Cambrid (...)

« Our sources often talk as if there were one distinction indifferently marked as the distinction between lekta, ‘things’ (pragmata), ‘things signified’, on the one hand, and ‘sounds’ or ‘expressions’ and ‘things signifying’, on the other. But this may be a rather loose way of talking, which is only roughly adequate. »4

7J’irai dans le sens de l’exigence qui se dégage de ce constat et chercherai à aller, si je peux, au delà du « only roughly adequate » et du « rather loose way of talking ». J’engagerai donc la réflexion sur la distinction, dans la terminologie stoïcienne, entre λεκτόν, σημαινόμενον, πρᾶγμα et d’autres termes qui apparaîtront dans le cours de l’analyse.

Comment traduire λεκτόν ?

  • 5 Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a lekton », p. 110.

8Michael Frede fait débuter son article historique consacré au λεκτόν en précisant qu’un λεκτόν est « what gets said ». Rappelant qu’un adjectif en – τός peut 1) « indiquer un état passif », 2) « indiquer une possibilité passive », 3) « avoir un sens actif », il ajoute : « les Stoïciens pensent que ce qui est dit a un statut indépendant du fait d’être effectivement dit », qu’il est d’une certaine manière là pour être dit, qu’il soit ou non dit effectivement »5. Le λεκτόν aurait alors « le sens modal passif de ce qui peut être dit ». Jacques Brunschwig, dans l’article mentionné plus haut, soulignait :

  • 6 Jacques Brunschwig (2003) « Stoic Metaphysics », in Brad Inwood (dir.), The Cambridge Companion to (...)

« a λεκτόν (which is nowhere called a λεγόμενον, « what is said ») is not (or at least : not only) what is said, but (or : but also) what can be said, i.e., we might suggest, a certain type of σημαινόμενον which is available to any speaker, and which is still what it is even if nobody actually makes use of it in order to signify any token of that type. »6

9C’est la question de cette indépendance du λεκτόν par rapport à l’effectivité et l’actualité de ce qui est dit réellement que j’aimerais interroger et remettre en question.

  • 7 Marc Baratin & Françoise Desbordes (1981), L’analyse linguistique dans l’Antiquité, Paris, Klinsiec (...)
  • 8 Sur le primat de l’actualité chez les Stoïciens, et la réduction stoïcienne de la causalité à la ca (...)
  • 9 Voir particulièrement Clément d’Alexandrie, Stromates VIII 9, 25.
  • 10 Sénèque, Epistulae 117, 13 [Hülser 892].
  • 11 Sur ce point, voir Jean-Baptiste Gourinat (2000), La dialectique des Stoïciens.

10Réfléchissons tout d’abord à cette alternative qui se dégage pour le λεκτόν entre un sens de participe parfait passif et un sens de modalité. Première remarque : les traductions françaises de λεκτόν, comme on le sait, ont été nombreuses : “dicible” (qui provient du « dicibile » augustinien), “exprimable” ou “énonçable”, sur la proposition de Françoise Desbordes et Marc Baratin7. On peut toutefois mettre en doute la pertinence de ces traductions en raison de la notion de virtualité qu’elles impliquent et qui va à l’encontre de la manière dont l’effectivité et l’actualité, comme on le sait, prédominent dans la pensée stoïcienne8. Ce trait stoïcien est particulièrement sensible – et cela a été largement souligné déjà – dans la manière dont les stoïciens, pour avoir distingué entre diverses causes9, ont pourtant réduit la considération de la causalité à celle de la causalité active. Gérard Simon, dans la notule « Aisthêton » du Vocabulaire Européen des Philosophies, souligne ainsi que l’adjectif verbal en –tos « marque généralement la possibilité, comme l’adjectif latin en –bilis, mais (qu’) il a parfois conservé de son origine le sens d’un participe passé passif (cf. le latin audi-tus) ». Après tout, que nous disent les traductions antiques ? Un passage d’une lettre de Sénèque10 nous informe sur les différentes traductions latines qui ont pu être proposées du terme de λεκτόν. Bien qu’on ait pu considérer que les divers termes latins présents dans ce texte traduisaient ἀξίωμα, la proposition, qui est le cœur de la logique stoïcienne11, je soutiendrai pour ma part qu’ils traduisent bel et bien le grec λεκτόν – hypothèse qu’autorise la proximité entre le verbe λέγειν lié au participe λεκτόν et les différents verbes latins mentionnés, enuntiare, effari, dicere :

« Il y a, dit-il, les natures des corps, par exemple : ceci est un homme, ceci un cheval ; ensuite viennent à la suite de celles-ci des mouvements de l’âme qui énoncent ces corps (has deinde sequuntur motus animorum enuntiativi corporum). Ces mouvements ont quelque chose en propre et de distinct des corps, par exemple : je vois Caton marcher : cela, les sens me l’ont montré, mon esprit l’a cru. Un corps, c’est ce que je vois, et ce vers quoi j’ai dirigé mes yeux et mon esprit. Je dis ensuite : Caton marche. Ce n’est pas un corps, dit-il, que je dis maintenant, mais quelque chose d’énonciatif à propos du corps, que certains appellent parlé, d’autres énoncé, d’autres dit (enuntiativum quiddam de corpore, quod alii effatum vocant, alii enuntiatum, alii dictum). De la même manière, quand nous disons : sagesse, nous comprenons quelque chose de corporel ; lorsque nous disons : il est sage, nous parlons d’un corps. Mais il y a la plus grande différence entre dire cela et dire de cela. »

11Dans ce passage où il distingue entre le corps et le caractère incorporel de ce qui est dit à son propos, Sénèque donne une description et plusieurs traductions de λεκτόν : enuntiativum quiddam de corpore d’une part, effatum, enuntiatum, dictum d’autre part – autant de participes passés passifs. Plus tôt, dans la même lettre, Sénèque maniait la distinction entre expetendum et expetibile : il n’a pourtant pas choisi de traduire λεκτόν par dicibile, ce que fait, plus tard, comme on le sait, saint Augustin.

12Je suivrai une importante analyse de Claude Imbert et reprendrai un certain nombre de parallélismes qu’elle a soulignés entre diverses opérations fondamentales de la perception, de la pensée et de la connaissance, ce qu’elle réunit sous le chef des « actes cognitifs » : φαίνομαι φαντασία φανταστόν ; αἰσθάνομαι αἴσθησις αἴσθητον ; καταλάμβανειν, νοεῖν νοήσις νοητόν ; λέγειν λέξις λεκτόν.

13« On remarquera que le partage entre l’action eu égard à l’acteur et à l’action eu égard à son terme se réplique dans tous les actes cognitifs :

 

 

 

phantasia

 

 

 

phainomai

 

 

 

 

phantaston

 

 

 

 

 

 

 

aisthésis

 

 

katalepsis

aisthanomai

 

 

katalambanein

 

 

aisthéton

 

 

katalepton

 

 

 

 

 

 

noesis

 

 

 lexis

noein

 

 

legein 

 

 

noéton

 

 

 lekton

  • 12 Claude Imbert (1978), « Théorie de la représentation et doctrine logique dans le stoïcisme ancien » (...)

14On pourrait joindre à cette liste les verbes désignant les cinq activités sensorielles. L’intention associée au choix de termes parallèles est éclairée par le sens de l’adjectif verbal en -ton. Émile Benveniste a pu établir qu’il indiquait l’accomplissement de l’action dans l’objet. Le vocabulaire choisi par Chrysippe fait de lui-même argument : il ne suffit pas de postuler l’objet de la connaissance, il faut indiquer son rôle dans le mouvement même de la connaissance et définir la tension de l’acte constitutif de la représentation en en assignant les pôles »12.

  • 13 Claude Imbert, « Pour une réinterprétation des catégories stoïciennes », dans Philosophie du langag (...)

15Dans un article consacré aux catégories stoïciennes, Claude Imbert traduit clairement λεκτά par « choses dites » ; elle traduit ainsi également dans Phénoménologies et langues formulaires13.

16Il faut également prendre acte d’une remarque de Jacques Brunschwig qui, comme le fait Claude Imbert en renvoyant à Émile Benveniste et à son article, généralise le cas des adjectifs en –τός : alors qu’il traite du sens commun aristotélicien, Jacques Brunschwig suspend la traduction d’αἰσθητόν et de νοητόν :

  • 14 Jacques Brunschwig (1996), « En quel sens le sens commun est-il commun ? », in G. Romeyer-Dherbey ( (...)

« J’ai volontairement laissé sans les traduire, dans les citations qui précèdent, les termes αἰσθητόν et νοητόν. Je me demande en effet si l’une des premières leçons à tirer de ces textes ne serait pas qu’il convient de réviser la traduction traditionnelle d’αἰσθητόν par “sensible” (et de même pour les cas analogues). Les adjectifs verbaux construits avec le suffixe – τός sont, on le sait, généralement tenus pour ambigus : ils peuvent soit avoir un sens modal et comporter l’idée de possibilité (est V-τός ce qui peut être V-é), soit avoir un sens non modal ou non marqué modalement (est est V-τός ce qui est V-é). Par αἰσθητόν on peut donc entendre, en principe, soit ce qui peut être senti, le “sensible”, soit ce qui est effectivement senti. »14

17Ainsi, comme αἰσθητόν, λεκτόν, qui est construit de la même manière, peut bien signifier soit ce qui peut être dit, soit ce qui est effectivement dit.

18On peut bien choisir, instruits de cette double possibilité de comprendre le λεκτόν qui ne le réduit donc pas à la signification d’un pouvoir être dit, de suivre la proposition de Claude Imbert et d’en rester à la signification de parfait passif que confirment les traductions latines, à vrai dire les plus proches temporellement de l’usage effectif, stoïcien, de λεκτόν. On peut alors considérer que λεκτόν est un terme qui désigne le corrélat de l’action de dire – de même que, lorsque je sens, je sens un αἰσθηθόν, lorsque je dis, je dis un λεκτόν : dans la mesure où les opérations décrites sont des actions qu’on peut dire transitives – sentir c’est sentir quelque chose, dire c’est dire quelque chose –, elles nécessitent, en tant qu’actions transitives, un objet corrélatif – c’est-à-dire que ces opérations ne peuvent être sans ce corrélat (on peut penser, par analogie, à ce qu’on appelle en grammaire grecque l’accusatif d’objet interne).

  • 15 Aristote, Seconds analytiques II 19 99b 35.

19Dans le même cadre de réflexion, qui tient compte de la composition des mots, je ferai deux remarques. La première provient de l’examen d’un passage des Seconds analytiques d’Aristote15 qui explicite bien le lien entre une activité décrite par l’infinitif d’un verbe et le substantif neutre dérivé de ce verbe, avec suffixe en –μα : ἔχει γὰρ δύναμιν σύμϕυτον κριτικήν, ἣν καλοῦσιν αἴσθησιν· ἐνούσης δ’αἰσθήσεως τοῖς μὲν τῶν ζῴων ἐγγίγνεται μονὴ τοῦ αἰσθήματος, τοῖς δ’οὐκ ἐγγίγνεται,

  • 16 Je cite la traduction que Michel Crubellier avait donnée de ce passage dans sa conférence lors du c (...)

« les animaux > possèdent une certaine capacité innée de discernement, qu'on appelle la perception. Et une fois que la perception est présente, il se produit chez certains animaux une persistance du perçu, et chez les autres non. »16

20« Persistance du perçu » traduit ici αἴσθημα. Les substantifs en –μα découlant d’une racine verbale déterminée décrivent le résultat relativement durable en nous de l’activité correspondant au verbe en question. Si l’on suit ici encore la séquence des opérations cognitives, on déclinera αἴσθημα, νοήμα, ἐννοήμα, φαντάσμα, πρᾶγμα. (N’y a-t-il donc pas de substantif en –μα correspondant au verbe λέγειν ? À vrai dire, comme l’a fait remarquer Michel Crubellier, le substantif en –μα qui décrit le résultat de l’activité de λέγειν n’est autre que ῥῆμα.) Ne peut-on s’autoriser de la manière dont Aristote prend en compte du résultat durable de l’activité de sentir que vient décrire le terme αἴσθημα – mais ce pourrait être tout aussi bien celui de l’opération de penser, de représenter ou d’agir – pour considérer, analogiquement, le λεκτόν de la manière dont Benveniste a proposé d’envisager les participes passés en – τός et à laquelle Claude Imbert a renvoyé l’analyse, comme exprimant l’accomplissement de l’action dans l’objet ?

  • 17 Diogène Laërce (2006), Vies et doctrines des philosophes illustres, VII 43, trad. R. Goulet.

21Ma seconde remarque s’attache aux équivalences cognitives signalées par Claude Imbert qui mène à considérer λέγειν λέξις λεκτόν d’une manière analogue aux trios φαίνομαι φαντασία φανταστόν ; αἰσθάνομαι αἴσθησις αἴσθητον ; καταλάμβανειν, καταλήψις καταληπτόν ; νοεῖν νοήσις νοητόν. Malgré l’importance de la considération conjointe de ces opérations cognitives fondamentales, il faut souligner toutefois que nos sources présentent également des usages stoïciens du terme de λέξις qui l’envisagent autrement que comme l’opération de λέγειν : je pense par exemple au passage du livre VII de Diogène Laërce17 où la λέξις se trouve définie comme « un son vocal transcriptible, comme “jour” » et où les vingt-quatre lettres de l’alphabet sont présentées comme les éléments de la λέξις.

22On remarquera encore que la composition grammaticale entre σημαινόμενον et λεκτόν n’est pas homogène. La signification se dit selon l’actif et le passif, le λεκτόν apparaît comme le corrélat résultant de l’action de dire. Si la composition du terme λέξις pose un problème spécifique que je viens de souligner, il ne fait aucun doute qu’on peut faire un couple avec les concepts de λόγος et de λεκτόν. Or il faut bien souligner que ce couple n’est pas homogène au couple σημαῖνον-σημαινόμενον.

23Pour prolonger cette ligne d’enquête, reprenons à présent la question du rapport entre λεκτόν et σημαινόμενον.

Le rapport entre λεκτόν et σημαινόμενον

24Je rappelais plus haut que Jacques Brunschwig présentait le λεκτόν comme « un certain type de σημαινόμενον ». De quel type de σημαινόμενον s’agit-il ? Je renvoie sur cette question, qui concerne également la traduction de λεκτόν, à cette remarque d’Anthony A. Long dans son article « Language and thought in Stoicism » :

  • 18 Sur ce passage, voir infra, § 52-56.
  • 19 Anthony A. Long (1971), « Language and thought in Stoicism », in Anthony A. Long (1971), Problems i (...)

« The Stoics distinguished between ‘merely uttering a noise’ (propheresthai) and legein, which is to do this in such a way as to signify (semainein) the state of affairs in mind (Sextus, Adv. Math. VIII, 80). It is ‘being significant’ which distinguishes logos from lexis, and the subjects of significant discourse are ‘states of affairs’ (pragmata) which are actually lekta (Diog. Laert. VII 57)18. On the basis of these passages it is clearly proper to translate lekton by ‘what is said’ where ‘what is said’ covers ‘statement’ or ‘state of affairs’ (légetai pragmata) signified by a word or set of words. This translation I believe to be more accurate than ‘what is meant’ because lekton has logical and grammatical functions which make the most general rendering preferable. »19

25Pour développer cette remarque, où, soulignons-le, Long comprend et traduit λεκτόν comme ‘what is said’, ‘ce qui est dit’, il faut reprendre, sans lassitude et sans la rapidité d’une lecture issue de cette lassitude, ce très célèbre passage de Sextus Empiricus :

  • 20 ἦν δὲ καὶ ἄλλη τις παρὰ τούτοις διάστασις, καθἣν οἱ μὲν περὶ τῷ σημαινομένῳ τὸ ἀληθές τε καὶ ψεῦδο (...)

« Il y a eu un autre sujet de désaccord entre les philosophes [concernant ce qui est vrai] : quelques-uns ont soutenu que la sphère de ce qui est vrai et faux est “le signifié”, d’autres “le son vocal” et d’autres “le processus qui constitue la pensée”. Les Stoïciens défendaient la première opinion, en disant qu’il y a trois choses liées ensemble, le signifié, le signifiant et ce qui porte le nom. Le signifiant est un son vocal, par exemple “Dion” ; le signifié est l’état de fait lui-même qui est désigné par le son vocal, et que nous saisissons en tant qu’il subsiste en conformité avec notre pensée, alors que ceux dont le langage est différent ne le comprenne pas, même s’ils entendent le son vocal ; ce qui porte le nom est le substrat extérieur, par exemple Dion lui-même. De ces trois items, deux sont des corps – le son vocal et le porteur du nom ; mais le troisième est incorporel – l’état de fait signifié et dit, qui est vrai ou faux. »20

26Pour amorcer la discussion de ce passage, je reprendrai, là encore, les mots de Jacques Brunschwig que je citais tout à l’heure :

  • 21 Jacques Brunschwig (2003), « Stoic Metaphysics », p. 217-218.

« by itself, it prompts us to inquire about the relationships between the notion of a lekton and two connected notions : “things signified” (sèmainomenon) and thought (dianoia). As for the “signified” of a linguistic expression, a complete identification between it and the lekton seems to be already forbidden by the very names these two items bear : if we pay attention to the ending of the word, a sèmainomenon must be the actual passive correlate of an actual uterrance-token (sèmainon) ; on the other hand », on rejoint le passage cité plus haut, « a lekton (which is nowhere called a legomenon, “what is said”) is not (or at least : not only) what is said, but (or : but also) what can be said, i.e., we might suggest, a certain type of sèmainomenon which is available to any speaker, and which is still what it is even if nobody actually makes use of it in order to signify any token of that type. »21

27Certes, dans ce passage, Jacques Brunschwig rallie l’interprétation modale du λεκτόν. Mais ce qui m’importe, c’est qu’il souligne en tout cas l’existence de deux termes distincts, existence qui à elle seule interdit la complète identification entre σημαινόμενον et λεκτόν, ce que confirme également l’hétérogénéité grammaticale de leur composition.

28Plusieurs points apparaissent à la lecture de ces lignes. Aristote, dans le De interpretatione, parle, lui, de τὰ λεγόμενα. C’est bien certainement la même opération de λέγειν, d’énoncer, qui est engagée dans les λεκτά stoïciens et les λεγόμενα aristotéliciens. Que peut avoir impliqué une telle substitution terminologique, s’il faut penser en termes de substitution ? On peut bien penser qu’en parlant de λεκτόν plutôt que de λεγόμενον, alors même qu’ils parlent de τό τε σημαινόμενον καὶ τὸ σημαῖνον, les Stoïciens uniformisaient leur terminologie – Claude Imbert a souligné la manière dont sont construits, de manière analogue, les différents termes relatifs aux opérations fondamentales de la représentation, de la pensée, de la sensation et de la parole. Par rapport à la remarque de Jacques Brunschwig qui, prêtant attention à la terminaison du mot, comprend le σημαινόμενον comme le corrélat passif d’une profération actuelle (σημαῖνον), on peut imaginer que ce n’est peut-être pas tant l’actualité qui entre en jeu dans l’affaire du signifié que la corrélation active-passive entre signifiant (σημαῖνον) et signifié (σημαινόμενον).

29Pour éclaircir les liens entre λεκτόν et σημαινόμενον, il n’importe pas seulement de prendre en compte le πρᾶγμα, ce que je ferai dans un instant, mais encore de revenir sur la relation entre λεκτόν et pensée, objet ou situation pensé(e). Il y a identité – Diogène Laërce le dit nettement – entre pensée et représentation logique, entre νοήσις et φαντασία λογική :

  • 22 Diogène Laërce VII 51.

« parmi les représentations encore, les unes sont logiques, les autres non logiques. Sont logiques celles des animaux logiques, non logiques celles des animaux non logiques. Les représentations logiques sont donc des intellections, tandis que les non logiques n’ont pas reçu de nom »22.

  • 23 Sur la nécessité de prendre en compte les notions ainsi que les notions dites communes dans l’exerc (...)

30Autrement dit, il n’y a pas de différence entre représentation logique et pensée23.

31Or le contenu de la pensée, le contenu de la représentation, est un item propositionnel. Il y aura donc un λεκτόν qui correspond à chaque représentation ou pensée humaines. Et c’est en ce sens, ajoute Michael Frede, que

« le λεκτόν est ce qu’on a à l’esprit quand on pense quelque chose et qu’on dit ce qu’on pense ».

32Je reprends Frede :

« ce qui est dit, ce qu’il y a à dire, le λεκτόν, sert aussi comme contenu à nos pensées et comme ce qui est signifié par l’expression que nous utilisons lorsque nous exprimons nos pensées ».

33On ne peut qu’être d’accord avec cela : il y a collusion entre λεκτόν, contenu de pensée et ce qui est signifié par l’expression que nous utilisons lorsque nous exprimons nos pensées dans le langage. Michael Frede ajoute :

«  Il y a beaucoup de choses à dire qui ne sont jamais pensées ou dites. Pourtant elles sont là à pouvoir être pensées ou dites ».

  • 24 Ada Bronowski (2014), « ΛΕΚΤΑ, langage ordinaire chez les Stoïciens », in J.-M. Counet, Philosophie (...)
  • 25 Cicéron, Traité du destin VII 12.

34C’est ce passage-ci que je voudrais remettre en cause. La question du λεκτόν est-elle là, c’est-à-dire est-elle entre ce que je peux dire et dirai effectivement et ce que je peux dire et ne dirai jamais ? Les stoïciens se souciaient-ils de cet écart ? Une association s’impose à l’esprit, qui vaut également pour l’article qu’Ada Bronowski a consacré aux λεκτά24 : il semble bien que ce qui est proposé là, c’est le rapprochement entre la problématisation du λεκτόν et la théorisation du possible par Chrysippe, et, dans le cadre du débat sur l’argument dominateur, cette pierre précieuse qui peut être brisée mais qui ne le sera jamais25.

35Mais est-ce la théorie du possible chrysipéen qui permet de mieux comprendre le λεκτόν ? Le λεκτόν est le contenu propositionnel de la représentation logique qui n’est autre que la pensée. Il y a équivalence entre représentation logique et pensée, le contenu propositionnel de la représentation est donc le même que le contenu de pensée. Ce qui est dit, c’est cela même. Choisir de comprendre dans le λεκτόν – et de comprendre dans les deux sens du terme – l’absence ou la présence de modalité dépend également du fait de considérer ou de ne pas considérer le λεκτόν exclusivement par rapport à l’actualité de la profération, actualité de la profération chez Aristote par le sens commun, qu’il exprimait, dans le De anima, de manière particulièrement concise :

  • 26 Aristote, De anima III 2 426b 26 sq. : οὐ κατὰ συμβεβηκὸς τὸ ὅτε, λέγω δ’, οἷον νῦν λέγω ὅτι ἕτερον (...)

« Le quand n’est pas accidentel (à l’assertion) ; j’entends accidentel au sens où, par exemple : j’énonce maintenant qu’une chose est différente d’une autre, mais je n’énonce pas toutefois qu’elle est maintenant différente d’une autre ; mais lui (le sens commun) énonce, maintenant et que c’est maintenant »26

  • 27 Diogène Laërce VII 53.

36Je suis pour ma part plus encline à penser qu’en effet le λεκτόν dépend de l’actualité de l’énoncé, et que c’est ce qu’atteste son statut d’incorporel. Nous devons nous souvenir que Diogène Laërce nous précise que nous pensons les incorporels κατὰ μετάβασιν τινα, « par une certaine transition », « un certain passage »27. L’incorporel ne se définit que par rapport à un corps. Ce corps dans le cas du λεκτόν, qui doit se comprendre relativement à l’opération d’un dire (λέγειν), c’est la φωνή. Le λεκτόν est un effet incorporel qui se produit relativement à la représentation d’un ou de plusieurs corps dans une situation donnée lorsqu’elle en vient à s’exprimer dans un dire. Le λεκτόν à ce compte peut se comprendre comme un effet de sens qui se produit comme l’effet corrélatif de l’opération d’un dire. Ainsi, je ne pense pas qu’il faille accorder au λεκτόν un statut ontologique qui lui accorde une certaine permanence non corporelle, qui permette de considérer qu’il demeure d’une certaine manière en attente d’être produit comme l’effet de sens d’un certain corps phonique signifiant.

37On pourrait m’objecter que le fait de savoir si le λεκτόν dépend ou non de l’actualité de l’énoncé n’est pas finalement en question. Puisque la représentation a un contenu propositionnel, que la pensée n’est pas distincte de la représentation logique et que le fait d’énoncer la pensée n’apporte aucun contenu supplémentaire à la pensée, alors il est bien clair que le contenu du λεκτόν ne dépend pas de l’actualité de la profération. En revanche, pour qu’il y ait λεκτόν, il faut bien qu’il y ait opération de λέγειν, opération de dire, donc profération actuelle d’une certaine séquence linguistique, et le λεκτόν doit être pensé comme l’effet de sens qu’elle entraîne alors. Dans un premier temps, j’avais proposé de comprendre le λεκτόν comme le sillage de sens produit par l’opération de dire, mais, dans la mesure où le terme de sillage suggère une forme d’existence continuée, s’il faut donner une image, le terme de bordure de sens conviendrait mieux : cet effet de sens en effet ne succède pas au dire, mais arrive par lui, en même temps que lui, relativement à lui, comme son corrélat dans l’actualité de l’opération de dire : plutôt une forme d’activation corrélative au dire que ne précède aucune puissance. Il est possible en effet de comprendre autrement que sur le mode de la puissance le “subsister” propre aux incorporels – qui n’existent pas hors de l’actualité des corps en situation qui les font exister corrélativement à eux.

38Je pense que c’est à ce point qu’on peut citer trois passages parfaitement concordants. Je rappellerai tout d’abord le passage suivant de Diogène Laërce, même si ce témoignage n’utilise pas, en l’occurrence, la terminologie des signifiants (σημαίνοντα), mais plutôt celle de la voix ou son vocal (φωνή) :

  • 28 Diogène Laërce VII 43.

« La dialectique se divise en lieu relatif aux signifiés et en lieu relatif au son vocal ; et le lieu des signifiés (se divise) en lieu relatif aux représentations et en lieu relatif aux dits qui subsistent à partir d’elles : les propositions et (autres dits) complets, les prédicats et les réalités semblables, prédicats droits et renversés, genres et espèces, de même aussi arguments, modes et syllogismes et les sophismes dépendant du son vocal ou des états de fait »28.

39Plus loin, toujours chez Diogène :

  • 29 Diogène Laërce VII 63.

« Dans le lieu relatif aux états de fait et aux signifiés, on place le traité concernant les dits, les dits complets, propositions et syllogismes, de même que celui concernant les dits incomplets, prédicats, droits et renversés. Ils disent que le dit est ce qui subsiste en conformité avec la représentation logique »29.

  • 30 Sextus Empiricus, Adversus Mathematicos VIII 70 : ’Εν δὲ τῷ περὶ τῶν πραγμάτων καὶ τῶν σημαινομένων (...)

40Il faut ajouter au dossier le passage de Sextus Empiricus que j’ai cité plus haut30 et dont je ne reprendrai que le début et la fin. La fin tout d’abord :

  • 31 λεκτὸν δὲ ὑπάρχειν ϕασὶ τὸ κατὰ λογικὴν ϕαντασίαν ὑϕιστάμενον, λογικὴν δὲ εἶναι ϕαντασίαν καθ’ἣν τὸ (...)

« ils (les Stoïciens) disent qu’un dit est ce qui subsiste conformément à une représentation logique, et qu’une représentation logique est celle conformément à laquelle le contenu de la représentation peut être présenté dans un énoncé. »31

41Κατὰ λογικὴν ϕαντασίαν : on traduit souvent κατά par « en conformité avec », « conformément à ». Peut-être la présence du terme de « conformité » prête-t-elle à confusion. Peut-être vaut-il mieux comprendre : « d’après une représentation logique », étant entendu que le λεκτόν conserve tous les traits de la représentation logique, toutes les informations contenues en elle.

42Ce que dit le vocabulaire de la “subsistance” dans les deux textes que je viens de citer, ce n’est pas, à mon sens, une persistance fantômatique indépendante du moment de la profération et qui s’actualise quand la profération est actuelle, mais c’est la bordure de sens qui s’active dans la profération actuelle qui présente, dans un énoncé, une représentation logique – la définition de la représentation logique (καθ’ἣν τὸ ϕαντασθὲν ἔστι λόγῳ παραστῆσαι) montre bien la solidarité et l’intrication de la représentation et du dire.

  • 32 Ibidem VIII 69 : Οἷος δέ ἐστιν ὁ περὶ ταύτης τῆς στάσεως λόγος, τοιοῦτος γένοιτ’ ἂν ἡμῖν καὶ ὁ περὶ (...)

43Quant à la séquence du début du passage, Ἐν τῷ σημαινομένῳ, τουτέστιν ἀσωμάτῳ λεκτῷ32, elle explicite le signifié, σημαινομένῳ, en λεκτόν incorporel, ἀσωμάτῳ λεκτῷ – l’adjectif incorporel venant simplement expliciter, développer un trait qui figure déjà dans le λεκτόν ; il n’y a certainement pas en effet de λεκτόν corporel. Cette explicitation paraît en deçà de la précision d’autres témoignages et la théorie stoïcienne du sens, si l’on peut parler parler ainsi – après tout Gilles Deleuze dans Logique du sens proposait de traduire λεκτόν par “sens” –, ne s’épuise pas dans la formulation de la distinction entre signifiant et signifié : du signifié, pour comprendre ce qui est en jeu, il faut en venir aux λεκτά.

Λεκτόν, σημαινόμενον, πρᾶγμα

44Michael Frede a parfaitement raison d’écrire que « we are concerned with facts », mais, alors que lui écrit : « we are not concerned with the meaning of expressions, or the intentional objects or contents of thoughts », je ne déferai pas, pour ma part, la solidarité entre faits, représentations, pensées et expression verbale, et je dirai que la manière dont nous sommes concernés par des faits détermine la manière dont les Stoïciens élaborent leur théorie de la signification.

45Sur cette même question : “comment la théorie stoïcienne de la signification qui distingue entre signifiants et signifiés s’articule-t-elle avec les théories des λεκτά ?”, reprenons les textes, et en premier lieu le passage de Diogène Laërce au paragraphe 63 :

  • 33 ’Εν δὲ τῷ περὶ τῶν πραγμάτων καὶ τῶν σημαινομένων τόπῳ τέτακται ὁ περὶ λεκτῶν καὶ αὐτοτελῶν καὶ ἀξι (...)

« Dans le lieu relatif aux états de fait et aux signifiés, on place le traité concernant les dits, les dits complets, propositions et syllogismes, de même que celui concernant les dits incomplets, prédicats, droits et renversés. Ils disent que le dit est ce qui subsiste en conformité avec la représentation logique »33.

46’Εν δὲ τῷ περὶ τῶν πραγμάτων καὶ τῶν σημαινομένων τόπῳ : Richard Goulet traduit « éléments logiques et signifiés ». Il n’y a pas de τε καὶ, juste un καὶ. Je ne pense pas qu’il faille aller jusqu’à traduire πραγμάτων par « éléments logiques », même si c’est une proposition de Richard Goulet qu’il faut prendre en compte, et que c’est une traduction sur laquelle il dit avoir beaucoup hésité. Je proposerai pour ma part : « états de fait ». Qu’en est-il alors, exactement, de la distinction entre πραγμάτων καὶ σημαινομένων ?

  • 34 Sextus Empiricus, Adversus Mathematicos VIII 11-12 (Long-Sedley 33B).
  • 35 Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a lekton », p. 119.

47Il faut à nouveau tenir compte du célèbre passage de Sextus Empiricus que je citais plus haut34. Je ne reviendrai pas sur le fait que nous avons ici le seul témoignage qui focalise sur un mot, en l’occurrence un nom propre, Δίων, la question de la signification – comme l’a écrit Michael Frede35, le moins qu’on puisse dire, c’est que le témoignage de Sextus repose sur un exemple mal choisi. Il faudrait considérer, comme le propose Frede, le début du témoignage Δίων περιπατεῖ – ce qui est en accord avec la lettre 117 de Sénèque (Lettre 117, 13).

48On notera tout d’abord la formulation suivante dans le témoignage de Sextus : σημαινόμενον δὲ αὐτὸ τὸ πρᾶγμα τὸ ὑπ’αὐτῆς δηλούμενον καὶ οὗ ἡμεῖς μὲν ἀντιλαμβανόμεθα τῇ ἡμετέρᾳ παρυϕισταμένου διανοίᾳ, οἱ δὲ βάρβαροι οὐκ ἐπαΐουσι καίπερ τῆς ϕωνῆς ἀκούοντες, le signifié, c’est le πρᾶγμα lui-même qui est désigné/ indiqué par le son vocal et ce πρᾶγμα qui subsiste οὗ παρυϕισταμένου [sc. relativement au son vocal], nous le comprenons par notre διανοία, alors que les Barbares ne le comprennent pas, même s’ils entendent le son vocal. Ce qui est remarquable ici, et qui a déjà été remarqué, c’est la considération – unique dans les témoignages, si je ne me trompe pas – de la langue naturelle. Le λεκτόν est ici relatif à la langue du locuteur dans laquelle s’exprime l’activité de λέγειν. On pourrait dire que le λεκτόν reproduit, dans la langue, la structure relative à l’acte qui détermine l’état de fait, πρᾶγμα, qui lui n’est relatif à aucune langue naturelle. Ce qui explique dans la logique stoïcienne la primauté du prédicat sur le nom ou le cas – j’y reviendrai.

49On remarquera ensuite la formulation suivante : ἓν δὲ ἀσώματον, ὥσπερ τὸ σημαινόμενον πρᾶγμα, καὶ λεκτόν, ὅπερ ἀληθές τε γίνεται ἢ ψεῦδος.

50Un des trois items considérés est incorporel, comme le πρᾶγμα signifié, et le λεκτόν, qui devient vrai ou faux. Jacques Brunschwig et Pierre Pellegrin traduisent en accord avec Long et Sedley : « l’état de choses signifié et dicible, qui est vrai ou faux », c’est-à-dire que, traduisant ainsi, ils considèrent λεκτόν comme un épithète de πρᾶγμα. Je ne sais pas s’il faut aller jusque là, mais, dans la dernière formulation, on doit noter une très grande concentration des termes qui nous importent : σημαινόμενον, πρᾶγμα, λεκτόν. Σημαινόμενον est utilisé comme un adjectif épithète de πρᾶγμα, et, pour le moins, la mention du λεκτόν, accolée, proxime, indique le lien entre le λεκτόν et le σημαινόμενον πρᾶγμα.

51Poursuivons l’enquête, afin d’approcher la distinction la plus exacte possible entre λεκτόν et σημαινόμενον d’une part, λεκτόν et πρᾶγμα d’autre part.

52Ce qui est certain en outre, c’est qu’à la lecture des paragraphes 55 et suivants de Diogène Laërce, nous pouvons dire qu’il n’est pas question, dans l’exposé de Dioclès, de dimension signifiante dans le cas du mot : l’adjectif σημαντικὴ n’est utilisé, il n’est question de signification, en tout cas dans cette partie περὶ φωνῆς de la dialectique, qu’au niveau du λόγος – ce qui fait une différence par rapport au traité De l’interprétation d’Aristote. Il semble qu’on trouve un peu plus loin une inflexion :

  • 36 Diogène Laërce VII 57 : λέξις δὲ λόγου διαφέρει, ὅτι λόγος ἀεὶ σημαντικός ἐστι, λέξις δὲ καὶ ἄσημος(...)

« Le son vocal diffère du mot, car le son aussi est un son vocal, tandis que seul le son vocal articulé est un mot. <Le mot diffère de l’énoncé, car l’énoncé a toujours un sens>, tandis que le mot peut n’avoir pas de sens, comme “blituri”, qui n’est en aucun cas un énoncé. Énoncer diffère également de proférer : on profère en effet des sons vocaux, mais on énonce des états de fait, lesquels se trouvent être également des dits »36.

53Ce qui est très clairement dit ici, et qu’il faut prendre en compte, au lieu d’essayer de traduire λόγος par « expression » pour résister à ce qui est dit et donc l’occulter, c’est que la dimension de la signification ne fait jamais défaut au λόγος, qui est toujours σημαντικός, alors qu’elle peut faire défaut dans le cas de la λέξις. Pour le λεκτόν cette fois, il faut tenir compte de la fin du passage qui dit clairement que le λεκτόν est l’effet de l’activité de dire τὰ πράγματα. C’est la raison pour laquelle je propose de traduire ainsi la fin du passage : « Énoncer diffère également de proférer : on profère en effet des sons vocaux, mais on énonce des états de fait, lesquels se trouvent être également des dits. »

  • 37 Voir Claude Imbert, Phénoménologies et langues formulaires, p. 311, qui traduit ainsi : « Il faut d (...)

54Il n’est pas dit ici que les états de fait (πράγματα) sont des dits (λεκτά). Il n’y a pas purement identité entre λεκτά et πράγματα, pas plus qu’il n’y a synonymie entre eux. « Ce qui est dit, ce sont des états de fait, qui se trouvent être aussi des λεκτὰ », ἃ δὴ καὶ λεκτὰ τυγχάνει37. Je pense que c’est précisément le processus de dire (λέγειν) les πράγματα qui en fait, alors, des λεκτά. Dans ce passage, c’est, par rapport à ce qu’écrit Aristote dans le De interpretatione, le moment de l’ὁμοίωμα, entre états de fait et affections de l’âme (παθήματα τῆς ψυχῆς), qui est éludé – nous passons des πράγματα aux λεκτά.

  • 38 Sextus Empiricus, Adv. Math. VIII 80. Le passage commence ainsi : τὰ νῦν δὲ ἐκεῖνο ῥητέον, ὅτι τὸ α (...)

55On trouve un autre important passage dans Sextus38 :

  • 39  …πᾶν τε λεκτὸν λέγεσθαι δεῖ, ὅθεν καὶ ταύτης ἔτυχε τῆς προσηγορίας· οὐδὲν δὲ λεκτὸν λέγεται, ὡς πα (...)

« Tout dit doit être dit, c’est de là qu’il tient aussi cette appellation ; mais aucun dit n’est dit, comme l’établissent les aporétiques ; donc il n’y a pas quelque chose qui soit un dit. D’où il suit qu’il n’y a pas non plus de proposition, pas plus que de proposition vraie ou fausse. Énoncer, en effet, c’est, comme l’ont dit eux-mêmes les Stoïciens, proférer le signe vocal qui signifie l’état de fait pensé, comme ce vers : “chante déesse la colère d’Achille le Péléïde” »39.

56C’est sur ce petit passage : πᾶν τε λεκτὸν λέγεσθαι δεῖ, ὅθεν καὶ ταύτης ἔτυχε τῆς προσηγορίας que je voudrais insister. Il est bien dit ici qu’il faut que tout λεκτόν soit dit, que c’est de là qu’il a aussi reçu cette appellation de λεκτόν. L’anglais du traducteur de Diogène Laërce dans la collection Loeb, Bury, ne s’y trompe pas : « every expression must be expressed, since from this it has got its name ». Il n’y a pas ici de modalité. Un λεκτόν c’est donc bien « ce qui est dit ». Et il faut donc revenir à partir de là à la considération de la phrase : λέγεται δὲ τὰ πράγματα, ἃ δὴ καὶ λεκτὰ τυγχάνει.

57Comment en effet tenir ensemble les deux phrases : πᾶν τε λεκτὸν λέγεσθαι δεῖ et λέγεται δὲ τὰ πράγματα, ἃ δὴ καὶ λεκτὰ τυγχάνει ? Voici notre problème exposé et condensé sur ces deux phrases.

58Il faut élaborer le lien souligné par Sextus Empiricus entre λεκτὰ et λέγεσθαι : on dit un λεκτόν, ou ce qu’on dit quand on parle est un λεκτόν. Le λεκτόν est pour ainsi dire l’accusatif d’objet interne de l’opération de λέγειν menée par un locuteur, un agent du λέγειν. Il est nécessaire enfin, bien sûr et à ce compte, de considérer également la définition que le témoignage de Sextus donne de λέγειν : « Énoncer, en effet, c’est, comme l’ont dit eux-mêmes les Stoïciens, proférer le signe vocal qui signifie l’état de fait pensé, comme ce vers : “chante déesse la colère d’Achille le Péléïde” » (λέγειν γάρ ἐστι, καθὼς αὐτοί ϕασιν οἱ ἀπὸ τῆς Στοᾶς, τὸ τὴν τοῦ νοουμένου πράγματος σημαντικὴν προϕέρεσθαι ϕωνήν, οἷον τοῦδε τοῦ στίχου· μῆνιν ἄειδε θεὰ Πηληιάδεω ’Αχιλῆος).

59Ainsi, pour tenter à ce point une récapitulation : 1. Étudier la signification ne se réduit pas à étudier le signe linguistique. 2. Étudier la signification oblige à prendre en considération, par delà les différences qui séparent la problématisation stoïcienne de la problématisation aristotélicienne – il n’y a pas de λεκτόν chez Aristote –, tout le feuilletage qu’Aristote admet dans le traité De l’interprétation : les πράγματα dont les παθήματα τῆς ψυχῆς sont les ὁμοιώματα puis τὰ ἐν τῇ ϕωνῇ puis τὰ γραϕόμενα. πράγματα, puis νόημα ἐν τῇ ψυχῇ (parfois indépendant du vrai et du faux, parfois soit vrai, soit faux). Le texte d’Aristote distingue entre ce qui est indépendant de la convention et ce qui en dépend : n’en dépendent pas les πράγματα et les παθήματα τῆς ψυχῆς ; en dépendent en revanche τὰ ἐν τῇ ϕωνῇ et τὰ γραϕόμενα. On se rappelle l’opposition qu’opère Aristote entre les σύμβολα et les ὁμοιώματα que sont les παθήματα τῆς ψυχῆς pour les πράγματα. 3. Le mérismos qui assigne la signification des parties de l’énoncé qui sont pourvues de signification n’est qu’une grammaire de surface, un repérage utile destiné à être relayé par l’analyse prédicative, ce que Michael Frede a appelé si justement la syntaxe des λεκτά.

  • 40 Andreas Graeser (1978), « The Stoic Theory of meaning », in J.-M. Rist (ed.) (1978), The Stoics, Be (...)

60Sur les relations entre σημαινόμενον et λεκτόν, peut-on pour autant dire, avec Andreas Graser, que « the general term for such linguistic contents was λεκτόν. Presumably this term was, at times at least, meant to apply to both the linguistic content of isolated expressions such as nouns and verbs and the various types of meanings expressed by different kinds of sentences, becoming thus a synonym of σημαινόμενον »40 ? Est-il vrai que le terme de λεκτόν était censé renvoyer au contenu linguistique d’expressions isolées comme des noms et des verbes, notamment… ?

61Pour répondre à cette interrogation relative aux rapports entre λεκτόν et σημαινόμενον, il importe de reprendre le vocabulaire de la signification dans la partie du traité περὶ φωνῆς de l’exposé de Dioclès de Magnésie, dans la part de ce qu’on appellera plus tard le μέρισμος, c’est-à-dire la liste des parties du discours :

  • 41 Diogène Laërce VII 57-58.

« Il y a cinq parties de l’énoncé, comme le disent Diogène dans son traité Sur le son vocal et Chrysippe : le nom (propre), l’appellatif, le verbe, la conjonction et l’article. Mais Antipater fait aussi une place à l’adverbe, dans son traité Sur la lexie et les choses dites. L’appellatif est, selon Diogène, une partie de l’énoncé signifiant une qualité commune, comme homme, cheval ; le nom propre est une partie de l’énoncé désignant une qualité propre, comme Diogène, Socrate. Le verbe est une partie de l’énoncé signifiant un prédicat non composé, comme le dit Diogène, ou bien, comme le disent certains, un élément indéclinable du discours, signifiant ce qui peut être construit avec un ou plusieurs sujets, par exemple : (j’) écris, (je) dis. La conjonction est un élément de l’énoncé indéclinable, reliant les parties de l’énoncé. L’article est un élément de l’énoncé déclinable, déterminant le genre des noms et leur nombre, comme ho, , hoi, hai, ta. »41

62Je me concentrerai sur les parties « pourvues de signification », laissant donc de côté la conjonction et l’article. Dans cet exposé, l’appellatif est dit σημαῖνον d’une qualité commune, comme le verbe d’un prédicat non composé, ou de quelque chose de construit à propos de quelque chose ou de quelques choses. Le nom propre en revanche « désigne » (est-ce ainsi qu’il faut traduire δηλοῦν ?) une qualité propre. Il faudrait bien sûr pousser l’enquête pour savoir ce que l’on peut déduire de cette distinction entre σημαῖνον et δηλοῦν si on la prend au sérieux.

63L’adjectif ἄπτωτον, « indéclinable » figure dans les caractéristiques du verbe, de la conjonction, l’adjectif πτωτικός, « déclinable » figure dans la caractéristique de l’article (mais pas de l’appellatif et du nom propre) sans que la πτῶσις figure dans la liste des parties du λόγος. Il ressort en outre de l’usage des adjectifs πτωτικός et ἄπτωτον que l’appellatif et le nom ne sont pas présentés comme parties de l’énoncé déclinables, alors qu’elles le sont bien également, au sens où nous entendons d’ordinaire le caractère casuel : appellatif et nom propre se déclinent.

La πτῶσις

  • 42 Voir Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a grammatical case », in Bulletin of the Institute (...)
  • 43 Sur la πτῶσις, je me permets de renvoyer à Frédérique Ildefonse (1997), La naissance de la grammair (...)

64Il importe même succinctement d’aborder la question du cas, de la πτῶσις qui intervient explicitement dans la construction stoïcienne de l’énoncé, et rappeler tout d’abord que dans aucun témoignage la πτῶσις n’est appelée λεκτόν, même si certains textes suggèrent qu’elle est incorporelle. La πτῶσις est absente de la liste des λεκτά qui figure en VII 42 et que j’ai déjà citée. Est-il possible, comme le propose Michael Frede dans son article historique sur la πτῶσις42, que, dans un sens étendu du λεκτόν, la πτῶσις puisse être appelée λεκτόν ? Je ne le soutiendrai pas pour ma part43.

65Si je ne crois pas que le cas soit un λεκτόν, c’est qu’il existe une asymétrie fondamentale dans la composition d’un énoncé, c’est-à-dire d’un λεκτόν complet. Ce qui est également très important à signaler, c’est que la séquence verbale de référence n’est pas le mot, mais l’énoncé, c’est-à-dire, en l’occurrence, la combinaison entre un prédicat (κατηγόρημα) et un cas (πτῶσις). C’est ce caractère normatif de l’énoncé, du λόγος, qui explique l’utilisation par les Stoïciens de l’expression λεκτὸν incomplet, λεκτὸν ἔλλιπες, dont Michael Frede, par exemple, souligne l’étrangeté. Mais le λεκτὸν ἔλλιπες ne doit pas être considéré comme un certain type de λεκτόν. Si l’on considère avec les Stoïciens que la structure de référence logique et la structure de référence de la signification est l’énoncé, cette difficulté disparaît comme par enchantement et il apparaît que le problème des Stoïciens est un problème génétique : comment construire un λόγος, c’est-à-dire comment construire un λεκτὸν αὐτοτελές ?

66Aristote dans le traité De l’interprétation soulignait que, « lorsqu’ils sont dits tout seuls, les verbes sont des noms et signifient quelque chose (en effet, celui qui parle arrête sa pensée et celui qui écoute s’est mis en repos), mais ils ne signifient pas encore si ce quelque chose est ou n’est pas », αὐτὰ μὲν οὖν καθ’αὑτὰ λεγόμενα τὰ ῥήματα ὀνόματά [De int. 3 16b 20] ἐστι καὶ σημαίνει τι, – ἵστησι γὰρ ὁ λέγων τὴν διάνοιαν, καὶ ὁ ἀκούσας ἠρέμησεν, – ἀλλ’εἰ ἔστιν ἢ μή οὔπω σημαίνει. Je dirai que le repos de l’âme pour les Stoïciens ne peut être obtenu que par un λεκτὸν αὐτοτελές. C’est bien le sens du témoignage de Diogène Laërce en VII 63 qui distingue entre λεκτά complets et λεκτά incomplets : « sont donc incomplets ceux dont l’énonciation est incomplète, comme “écrit” ; nous demandons alors en plus : “qui ?” Sont complets en revanche ceux dont l’énonciation est complète, comme “Socrate écrit” » (τῶν δὲ λεκτῶν τὰ μὲν λέγουσιν εἶναι αὐτοτελῆ οἱ Στωικοί, τὰ δ’ ἐλλιπῆ. ἐλλιπῆ μὲν οὖν ἐστι τὰ ἀναπάρτιστον ἔχοντα τὴν ἐκϕοράν, οἷον Γράϕει· ἐπιζητοῦμεν γάρ, Τίς ; αὐτοτελῆ δ’ ἐστὶ τὰ ἀπηρτισμένην ἔχοντα τὴν ἐκϕοράν, οἷον Γράϕει Σωκράτης).

  • 44 Diogène Laërce VII 65-66.
  • 45 Apollonius Dyscole, De la construction III 58 ainsi que Des adverbes, p. 130, 4 sq.

67Je me permettrai de signaler, en passant, à propos de la signification stoïcienne et du λεκτόν envisagé comme un certain type de σημαινόμενον que, si les Stoïciens parlent de λεκτόν incomplet, nous n’avons à ma connaissance aucune occurrence d’un signifié incomplet, ou σημαινόμενον ἔλλιπες – absence importante qui m’avait semblé devoir être mûrement réfléchie. Il faut noter que nous avons trace, au livre VII de Diogène Laërce44, de πράγματα αὐτοτέλη et, chez le grammairien Apollonius Dyscole, d’occurrences d’un πρᾶγμα ἔλλιπες45, qui correspond au cas des verbes de volonté dont le πρᾶγμα déficient doit être complété, en l’occurrence par l’infinitif du verbe qui exprime le contenu de la volonté exprimée.

68Une première raison qui pourrait justifier qu’il y ait un λεκτόν incomplet alors que nous ne trouvons jamais mention d’un signifié incomplet pourrait être que le λεκτόν peut être incomplet puisqu’il est dépendant de la profération qui est linéaire, qui inclut une durée, qu’elle a un début et une fin, alors que la représentation, la pensée (qui sont identiques, comme on l’a vu) sont chacun une sorte de bloc : on ne peut avoir une représentation atrophiée ou une pensée atrophiée. Il semble que ce ne soit pas le cas pour le σημαινόμενον, puisque le découpage de la signification intervient dans la liste des parties du discours que donne l’exposé de Dioclès de Magnésie. Pourtant, s’il y a bien repérage dans l’énoncé de membres dotés de signification, je ne vois pas qu’il ait jamais été question de signifié incomplet. Je soulignerai autre chose : si la formule proposée par Michael Frede « syntaxe des λεκτά » paraît très adéquate, ni Michael Frede ni un autre commentateur n’a proposé de parler de « syntaxe des σημαινόμενα ».

69On doit constater une inversion entre physique et logique : le corps est cause pour un autre corps d’un effet incorporel – le corps est cause pour un autre corps d’un prédicat. Dans l’énoncé, l’élément dynamique est le prédicat, à ce titre λεκτόν incomplet, qui ne parviendra à la complétude qu’associé à un cas, une πτῶσις. Pour certains prédicats qu’on peut caractériser comme complexes, il n’est pas question de prédicats incomplets, mais plutôt de moins-que-prédicats – et pour reprendre une terminologie plus précise : σύμβαμα (ἔλαττον ἢ σύμβαμα), ou de moins que παρασύμβαμα (ἔλαττον ἢ παρασύμβαμα). Si les corps sont déterminants dans le monde physique et produisent pour d’autres corps des effets incorporels, dans l’énoncé et plus précisément dans ce que Michael Frede a appelé la « syntaxe des λεκτά », c’est le prédicat qui est le noyau dynamique du λεκτόν et qui associé à une certaine configuration causale ou actantielle de la qualité permet d’élaborer un λεκτόν complet. En cela comme en bien d’autres occasions, retenant et développant la “leçon de grammaire” du Sophiste – pour reprendre une expression de Claude Imbert –, les Stoïciens reproduisent dans l’ordre des signifiés la nécessaire hétérogénéité des composantes du premier λόγος. La leçon de grammaire du Sophiste montre bien que la première cellule pertinente est celle de l’énoncé, du λόγος qui réunit ces deux composants hétérogènes que sont le nom et le verbe – les Stoïciens poussent peut-être plus loin cette hétérogénéité, et ce moins pour des raisons métaphysiques que pour des raisons physiques. Revenir à la leçon de grammaire du Sophiste permet de revenir à la définition stoïcienne de λέγειν fournie par le témoignage de Sextus (λέγειν γάρ ἐστι, καθὼς αὐτοί ϕασιν οἱ ἀπὸ τῆς Στοᾶς, τὸ τὴν τοῦ νοουμένου πράγματος σημαντικὴν προϕέρεσθαι ϕωνήν, « Énoncer, en effet, c’est, comme l’ont dit eux-mêmes les Stoïciens, proférer le signe vocal qui signifie l’état de choses pensé »). Le Sophiste met en effet en parallèle τὰ πράγματα et les σημεῖα ϕωνῆς : de même que, parmi τὰ πράγματα, les uns s’agencent, les autres non, de même parmi τὰ τῆς ϕωνῆς αὖ σημεῖα les uns s’agencent, les autres non. Les Stoïciens retiendront cette mise en parallèle entre πράγματα et ϕωνῆς σημεῖα dont ils reprendront la terminologie.

70Ce qui fait un énoncé, dans les termes du Sophiste, c’est la composition d’un πρᾶγμα et d’une πρᾶξις. L’énoncé ne nomme pas seulement ou bien ne se borne pas à nommer (c’est-à-dire nomme aussi, mais pas seulement – nommer, on l’a vu, c’est ce que fait le nom), mais accomplit (περαίνει) quelque chose. Partant d’un πρᾶγμα dont il faut rendre compte, l’Étranger l’analyse en ses composantes : ἡ πρᾶξις, οἱ πράττοντες et la structure de base est le mélange d’un verbe, renvoyant à une action, et d’un nom, renvoyant à un actant, ce mélange délimitant l’énoncé le plus petit et le premier : ῞Οταν εἴπῃ τις “ἄνθρωπος μανθάνει” λόγον εἶναι ϕῂς τοῦτον ἐλάχιστόν τε καὶ πρῶτον ;

  • 46 Pierre Hadot (1980), « Sur les divers sens du mot pragma dans la tradition philosophique grecque », (...)

71Certainement, comme le dit Hadot dans l’article qu’il a consacré aux divers sens de πρᾶγμα46, les πράγματα sont ce dont on parle ; mais les πράγματα sont ce dont on parle en étant ce qui résulte (πρᾶγμα) de l’action d’agents : les situations, les états de fait, ou les états de choses, comme il a été suggéré plus tôt. Il s’agit bien de συνθεὶς (συντίθημι) πρᾶγμα πράξει, de composer un état de choses avec une action – impossible en traduction française de rendre l’identité de racine verbale des deux termes grecs.

Une dimension des corps

72Parler d’une modalité du λεκτόν comme ce qui peut être dit indépendamment d’une profération actuelle ne me paraît donc pas être le plus important à propos du λεκτόν. Les Stoïciens sont attachés, comme Aristote l’est dans le De anima, à l’actualité, actualité de la sensation, actualité de l’énoncé. Le stoïcisme est une pensée de l’actualité.

73De fait, dans le passage de Diogène Laërce que je citais plus haut ce n’est pas, à mes yeux, souligner le part de pure possibilité qui s’impose le plus. Si, pour les Stoïciens, un dit est ce qui subsiste d’après une représentation logique, si une représentation logique est celle d’après laquelle le contenu de la représentation peut être présenté dans un énoncé (λεκτὸν δὲ ὑπάρχειν ϕασὶ τὸ κατὰ λογικὴν ϕαντασίαν ὑϕιστάμενον, λογικὴν δὲ εἶναι ϕαντασίαν καθ’ἣν τὸ ϕαντασθὲν ἔστι λόγῳ παραστῆσαι), l’accent n’est pas mis sur la possibilité de présenter (par opposition à la possibilité de ne pas présenter) τὸ ϕαντασθὲν dans un énoncé – ce qu’on traduit « peut » est le simple ἐστι –, mais sur le fait que doté d’une représentation logique nous sommes en mesure de présenter le contenu de la représentation dans un énoncé. Nous sommes alors pourvus de ce qui est nécessaire : la représentation logique ne nous permet pas de dire ce qu’il est possible de dire, mais le λεκτόν est l’objet interne du dire qui, grâce à la représentation logique, énonce d’une situation ce qu’il y a à en dire. On rejoint à ce point le témoignage de Sextus : il faut que tout λεκτόν soit dit, que c’est de là qu’il a aussi reçu cette appellation de λεκτόν.

74Il y a quatre incorporels, et seulement quatre : le vide, le temps, le lieu et le λεκτόν. Cette liste ne nous apprend-elle pas quelque chose ? Claude Imbert parlait des incorporels stoïciens comme des dimensions des corps. Jacques Brunschwig, dans l’article cité plus tôt, « Stoic Metaphysics », soulignait l’hétérogénéité des éléments de la liste :

  • 47 Jacques Brunschwig (2003), « Stoic Metaphysics », p. 213.

« The standard list of Stoic incorporeals counts four items : place, void, time, and the “sayables” or “things said” (lekta / λεκτά). […] this list apparently is not homogeneous (the first three items, roughly, are conditions for physical processes, whereas the fourth one seems rather to be connected to the philosophy of language), and there are reasons for believing that they were not recognized as incorporeal realities for exactly the same motives and at the same time. »47

  • 48 Τὸ περιπατεῖν ὑπάρχει μοι ὅτε περιπατῶ, Hülser FDS 808 – Stobée, Eglog. I, 8, p. 104-105.

75Cette hétérogénéité s’impose peut-être à nous d’un point de vue qui n’est pas celui des Stoïciens et seulement ainsi. C’est peut-être moins l’opposition entre métaphysique et logique qui nous aide en ces matières que la considération de la physique. Rappelons que la physique aristotélicienne définit le temps comme le nombre du mouvement du mobile en mouvement, le lieu comme l’espace du mouvement du mobile en mouvement. On peut considérer que les Stoïciens ajoutent le sens comme une dimension non pas tant du mobile en mouvement que de la situation physique : le sens est une des déterminations qui accompagnent une situation physique, c’est-à-dire un ou plusieurs corps dans une situation donnée. Cette situation physique est accessible par représentation – le contenu propositionnel de la représentation correspond à l’entier de la situation physique, et cette représentation logique sera elle-même dans le langage explicitée en λέξις et λέκτον. C’est ainsi que les incorporels (vide, temps, lieu, λεκτόν) n’existent pas, mais subsistent – sans que ce qu’on traduit alors par « subsister » suggère une subsistance au sens ordinaire du terme, une existence continuée : plutôt quelque chose qui, sans être une puissance, sans être une présence virtuelle, s’active à chaque fois en corrélation avec une situation donnée lorsqu’elle a lieu, qu’elle est accessible par représentation et présentée en énoncé d’après cette représentation, qui la fait alors exister. On se rappelle la célèbre phrase stoïcienne : le promener existe pour moi lorsque je me promène48 – où l’infinitif est un λεκτὸν ἔλλιπες qui joint au cas droit de celui qui se promène permettra de composer un λεκτὸν αὐτοτέλες, dans le cas présent, une proposition. Quand bien même on voudrait soutenir que dans le témoignage de Sénèque les différentes traductions latines ne traduisaient pas λεκτόν mais ἀξίωμα, encore faudrait-il prendre en considération que, dans la mesure où la proposition, ἀξίωμα, est un λεκτὸν αὐτοτέλες, ces traductions par le parfait passif vaudraient, par l’intermédiaire de la proposition, également pour le λεκτόν et non seulement pour elle seule.

76La signification dépend ainsi de la physique qui est une physique de la causalité : ce n’est pas un hasard si le terme de κατηγόρημα intervient en logique et en physique : un corps est cause pour un autre corps d’un prédicat, et dire, énoncer, c’est transcrire, dans le langage et la séquence des φωναί, des sons vocaux, ce qui nous est donné par la représentation logique – puisque nous sommes des vivants humains, toutes nos représentations, sont des représentations logiques. Le λεκτόν restitue le πρᾶγμα ; le logique – qui n’a rien de formel – restitue l’articulation des corrélations physiques.

  • 49 Claude Imbert (1992), Phénoménologies et langues formulaires, Paris, PUF et (1999), Pour une histoi (...)
  • 50 Frédérique Ildefonse (1994), « Sujet et prédicat chez Platon, Aristote et les Stoïciens », Archives (...)

77C’est ce qui justifie, comme le dit Michael Frede à propos des remarques de Cléanthe sur la causalité, « how easily we move from the metaphysical notion of a lekton to the logical notion » – on se déplace aisément de la notion métaphysique à la notion logique du λεκτόν parce qu’il s’agit moins, à mon sens, de métaphysique que de physique et que le logique est noué au physique – ce nouage faisant la caractéristique des logiques grecques, conformément aux analyses de Claude Imbert49, et étant au cœur du concept de « substrat » (ὑποκείμενον) en lequel s’articulent physique et logique50.

  • 51 À ma connaissance aucun autre incorporel n’est repéré dans les témoignages dont nous disposons, et (...)

78En rassemblant le λεκτόν avec le vide, le temps et le lieu dans la liste des incorporels51, qui n’existent pas, mais subsistent, les Stoïciens parachèvent en fait une physique de la signification.

Haut de page

Bibliographie

Textes anciens

Cicéron, Traité du destin, texte établi et traduit par Albert Yon, Paris, Les Belles Lettres, 1973.

Diogène Laërce, Vies et opinions des philosophes illustres, traduction française dirigée par Marie-Odile Goulet-Cazé, Paris, Hachette, 1999.

Diogène Laërce, Vies et doctrines des Stoïciens, introduction, traduction et notes par Richard Goulet, Paris, Le livre de poche, 1994.

Sénèque, Entretiens. Lettres à Lucilius, édition établie par Paul Veyne, Paris, Les Belles Lettres pour les traductions, Paris, Éditions Robert Laffont, Bouquins, 1993.

Sextus Empiricus, Against the Professors, ed. et trad. R.G. Bury, Londres-Cambridge, Loeb Classical Library, 1983 [1935].

Commentaires modernes

Baratin, Marc & Françoise Desbordes (1981), L’analyse linguistique dans l’Antiquité, Paris, Klinsieck.

Benveniste, Émile (1948), Noms d’agent et noms d’action en indo-européen, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1948.

Bronowski, Ada (2014), « ΛΕΚΤΑ, langage ordinaire chez les Stoïciens », in Counet, Jean-Michel (2014), Philosophie et langage ordinaire, Paris-Louvain, Peeters, p. 83-96.

Brunschwig, Jacques (1996), « En quel sens le sens commun est-il commun ? », in G. Romeyer-Dherbey (dir.), Corps et âme. Sur le De anima d’Aristote, Paris, Vrin, p. 189-218.

— (2003), « Stoic metaphysics », in Brad Inwood (dir.), The Cambridge Companion to the Stoics, Cambridge, Cambridge University Press, p. 206-232.

Frede, Michael (1994), « The Stoic notion of a lekton », in Stephen Everson (ed.), Language, Cambridge, Cambridge University Press, p. 109-128.

— (1994), « The Stoic notion of a grammatical case », in Bulletin of the Institute of Classical Studies, London University, p. 13-24.

Goldschmidt, Victor (1969), Le système stoïcien et l’idée de temps, Paris, Vrin.

Gourinat, Jean-Baptiste (1996), Les stoïciens et l’âme, Paris, PUF.

— (2000), La dialectique des Stoïciens, Paris, Vrin.

Graeser, Andreas (1978), « The Stoic Theory of meaning », in J.M. Rist (ed.), The Stoics, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1978.

Hadot, Pierre (1980), « Sur les divers sens du mot pragma dans la tradition philosophique grecque », in Pierre Aubenque, Concepts et catégories dans la pensée antique, Paris, Vrin, p. 309-320.

Ildefonse, Frédérique (1994), « Sujet et prédicat chez Platon, Aristote et les Stoïciens », Archives et Documents de la Société d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences du Langage, Seconde Série, n°10, p. 3-34.

— (1997), La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris, Vrin.

Imbert, Claude (1978), « Théorie de la représentation et doctrine logique dans le stoïcisme ancien », in Brunschwig, Jacques (dir.) (1978), Les Stoïciens et leur logique, Paris, Vrin, p. 223-249.

— (1986), « Pour une réinterprétation des catégories stoïciennes », in Philosophie du langage et grammaire dans l’Antiquité, Bruxelles-Grenoble, Éditions Ousia-Université des Sciences Sociales de Grenoble, p. 263-285.

— (1992), Phénoménologies et langues formulaires, Paris, PUF.

— (1999), Pour une histoire de la logique. Un platonisme bien tempéré, Paris, PUF.

Lallot, Jean (1997), Apollonius Dyscole De la construction (Syntaxe), Paris, Vrin.

Long, Antony A. (1971), « Language and Thought in Stoicism », in Long, Anthony A. (1971), Problems in Stoicism, London, Athlone Press, p. 75-113.

Simon, Gérard (2004), notule « Aisthêton », in Cassin, Barbara (dir.) (2004), Vocabulaire Européen des Philosophies : dictionnaire des Intraduisibles, Paris, Seuil-Le Robert.

Van Ophuijsen, Jan Max (1993), « The Semantics of a Syntactician. Things meant by verbs according to Apollonius Dyscolus Περὶ συντάξεως », Auftieg und Niedergang der römischen Welt (éd. W. Haase & H. Temporini), Berlin-New York, De Gruyter, Teil II : Principat, Band 34.1.

Haut de page

Notes

1 Jan Max Van Ophuijsen (1993), « The Semantics of a Syntactician. Things meant by verbs according to Apollonius Dyscolus Περὶ συντάξεως », Auftieg und Niedergang der römischen Welt (ed. W. Haase & H. Temporini), Berlin-New York, De Gruyter, Teil II : Principat, Bd 34.1, p. 731-770.

2 Jean Lallot (1997), Apollonius Dyscole De la construction (Syntaxe), Paris, Vrin, volume I, p. 82.

3 Diogène Laërce (2006), Vies et doctrines des Stoïciens, VII 43, trad. R. Goulet, Paris, Le livre de poche : Τὴν δὲ διαλεκτικὴν διαιρεῖσθαι εἴς τε τὸν περὶ τῶν σημαινομένων καὶ τῆς ϕωνῆς τόπον· καὶ τὸν μὲν τῶν σημαινομένων εἴς τε τὸν περὶ τῶν ϕαντασιῶν τόπον καὶ τῶν ἐκ τούτων ὑϕισταμένων λεκτῶν ἀξιωμάτων καὶ αὐτοτελῶν καὶ κατηγορημάτων καὶ τῶν ὁμοίων ὀρθῶν καὶ ὑπτίων καὶ γενῶν καὶ εἰδῶν, ὁμοίως δὲ καὶ λόγων καὶ τρόπων καὶ συλλογισμῶν καὶ τῶν παρὰ τὴν ϕωνὴν καὶ τὰ πράγματα σοϕισμάτων.

4 Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a lekton », in Stephen Everson (ed.), Language, Cambridge, Cambridge University Press, p. 112.

5 Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a lekton », p. 110.

6 Jacques Brunschwig (2003) « Stoic Metaphysics », in Brad Inwood (dir.), The Cambridge Companion to the Stoics, Cambridge, Cambridge University Press, p. 217-218.

7 Marc Baratin & Françoise Desbordes (1981), L’analyse linguistique dans l’Antiquité, Paris, Klinsieck. Voir également Jean-Baptiste Gourinat (2000), La dialectique des Stoïciens, Paris, Vrin, p. 115 sq.

8 Sur le primat de l’actualité chez les Stoïciens, et la réduction stoïcienne de la causalité à la cause agent, voir tout particulièrement Victor Goldschmidt (1969), Le système stoïcien et l’idée de temps, Paris, Vrin, p. 63, p. 91sq.

9 Voir particulièrement Clément d’Alexandrie, Stromates VIII 9, 25.

10 Sénèque, Epistulae 117, 13 [Hülser 892].

11 Sur ce point, voir Jean-Baptiste Gourinat (2000), La dialectique des Stoïciens.

12 Claude Imbert (1978), « Théorie de la représentation et doctrine logique dans le stoïcisme ancien », in Jacques Brunschwig (dir.), Les Stoïciens et leur logique, Paris, Vrin, p. 92. La référence à Benveniste est à l’ouvrage (1948), Noms d’agent et noms d’action en indo-européen, Paris, Adrien-Maisonneuve.

13 Claude Imbert, « Pour une réinterprétation des catégories stoïciennes », dans Philosophie du langage et grammaire dans l’Antiquité, Bruxelles-Grenoble, Éditions Ousia-Université des Sciences Sociales de Grenoble, 1986, p. 277 ; voir aussi p. 279. Voir également Claude Imbert, Phénoménologies et langues formulaires, Paris, PUF, 1992, p. 308 et p. 113 : « Le lekton ne porte pas plus la trace du locuteur que l’oracle ne porte la trace de l’haruspice. Il n’est pas une déclaration (ἀποφάνσις) prise dans l’actualité de la parole et du travail de la formulation (ὅσον ἐφ᾽ἡμῖν) […]), il est un déclaré, qui porte en lui-même, dans ses traits grammaticaux et syntaxiques, la responsabilité de l’expression (ἀπόφαντον ὅσον ἐφ᾽αὑτό). Cette définition attribuée à Chrysippe (DL VII 65) souligne l’intention de lier l’énoncé (λεκτόν) au représenté (ἀπόφαντον) en éliminant la phrase subjective de l’énonciation (pronom personnel datif de l’affection et première personne des verbes de l’expression ». Claude Imbert traduit également λεκτά par « choses exprimées » ibidem, p. 311.

14 Jacques Brunschwig (1996), « En quel sens le sens commun est-il commun ? », in G. Romeyer-Dherbey (dir.), Corps et âme. Sur le De anima d’Aristote, Paris, Vrin, p. 192-193.

15 Aristote, Seconds analytiques II 19 99b 35.

16 Je cite la traduction que Michel Crubellier avait donnée de ce passage dans sa conférence lors du colloque « Σημαίνω β’ : Théories anciennes de la signification » organisé à Lille dans le cadre de l’ANR/FNS SEMAINO.

17 Diogène Laërce (2006), Vies et doctrines des philosophes illustres, VII 43, trad. R. Goulet.

18 Sur ce passage, voir infra, § 52-56.

19 Anthony A. Long (1971), « Language and thought in Stoicism », in Anthony A. Long (1971), Problems in Stoicism, London, Athlone Press, p. 77.

20 ἦν δὲ καὶ ἄλλη τις παρὰ τούτοις διάστασις, καθἣν οἱ μὲν περὶ τῷ σημαινομένῳ τὸ ἀληθές τε καὶ ψεῦδος ὑπεστήσαντο, οἱ δὲ περὶ τῇ ϕωνῇ, οἱ δὲ περὶ τῇ κινήσει τῆς διανοίας. καὶ δὴ τῆς μὲν πρώτης δόξης προεστήκασιν οἱ ἀπὸ τῆς Στοᾶς, τρία ϕάμενοι συζυγεῖν ἀλλήλοις, τό τε σημαινόμενον καὶ τὸ σημαῖνον καὶ τὸ τυγχάνον, ὧν σημαῖνον μὲν εἶναι τὴν ϕωνήν, οἷον τὴν Δίων, σημαινόμενον δὲ αὐτὸ τὸ πρᾶγμα τὸ ὑπαὐτῆς δηλούμενον καὶ οὗ ἡμεῖς μὲν ἀντιλαμβανόμεθα τῇ ἡμετέρᾳ παρυϕισταμένου διανοίᾳ, οἱ δὲ βάρβαροι οὐκ ἐπαΐουσι καίπερ τῆς ϕωνῆς ἀκούοντες, τυγχάνον δὲ τὸ ἐκτὸς ὑποκείμενον, ὥσπερ αὐτὸς Δίων. τούτων δὲ δύο μὲν εἶναι σώματα, καθάπερ τὴν ϕωνὴν καὶ τὸ τυγχάνον, ἓν δὲ ἀσώματον, ὥσπερ τὸ σημαινόμενον πρᾶγμα, καὶ λεκτόν, ὅπερ ἀληθές τε γίνεται ψεῦδος.

21 Jacques Brunschwig (2003), « Stoic Metaphysics », p. 217-218.

22 Diogène Laërce VII 51.

23 Sur la nécessité de prendre en compte les notions ainsi que les notions dites communes dans l’exercice de la pensée, voir notamment Jean-Baptiste Gourinat (1996), Les stoïciens et l’âme, Paris, PUF, p. 51-62.

24 Ada Bronowski (2014), « ΛΕΚΤΑ, langage ordinaire chez les Stoïciens », in J.-M. Counet, Philosophie et langage ordinaire, Paris-Louvain, Peeters, p. 83-96.

25 Cicéron, Traité du destin VII 12.

26 Aristote, De anima III 2 426b 26 sq. : οὐ κατὰ συμβεβηκὸς τὸ ὅτε, λέγω δ’, οἷον νῦν λέγω ὅτι ἕτερον, οὐ μέντοι ὅτι νῦν ἕτερον, ἀλλ’οὕτω λέγει, καὶ νῦν καὶ ὅτι νῦν

27 Diogène Laërce VII 53.

28 Diogène Laërce VII 43.

29 Diogène Laërce VII 63.

30 Sextus Empiricus, Adversus Mathematicos VIII 70 : ’Εν δὲ τῷ περὶ τῶν πραγμάτων καὶ τῶν σημαινομένων τόπῳ τέτακται ὁ περὶ λεκτῶν καὶ αὐτοτελῶν καὶ ἀξιωμάτων καὶ συλλογισμῶν λόγος καὶ ὁ περὶ ἐλλιπῶν τε καὶ κατηγορημάτων καὶ ὀρθῶν καὶ ὑπτίων. Φασὶ δὲ [τὸ] λεκτὸν εἶναι τὸ κατὰ ϕαντασίαν λογικὴν ὑϕιστάμενον.

31 λεκτὸν δὲ ὑπάρχειν ϕασὶ τὸ κατὰ λογικὴν ϕαντασίαν ὑϕιστάμενον, λογικὴν δὲ εἶναι ϕαντασίαν καθ’ἣν τὸ ϕαντασθὲν ἔστι λόγῳ παραστῆσαι

32 Ibidem VIII 69 : Οἷος δέ ἐστιν ὁ περὶ ταύτης τῆς στάσεως λόγος, τοιοῦτος γένοιτ’ ἂν ἡμῖν καὶ ὁ περὶ τῆς λειπομένης, καθ’ ἣν οἱ μὲν ἐν τῷ σημαινομένῳ, τουτέστιν ἀσωμάτῳ λεκτῷ, τὸ ἀληθὲς καὶ τὸ ψεῦδος ὑποτίθενται, οἱ δ’ἐν τῇ ϕωνῇ, οἱ δ’ἐν τῷ κινήματι τῆς διανοίας.

33 ’Εν δὲ τῷ περὶ τῶν πραγμάτων καὶ τῶν σημαινομένων τόπῳ τέτακται ὁ περὶ λεκτῶν καὶ αὐτοτελῶν καὶ ἀξιωμάτων καὶ συλλογισμῶν λόγος καὶ ὁ περὶ ἐλλιπῶν τε καὶ κατηγορημάτων καὶ ὀρθῶν καὶ ὑπτίων.

34 Sextus Empiricus, Adversus Mathematicos VIII 11-12 (Long-Sedley 33B).

35 Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a lekton », p. 119.

36 Diogène Laërce VII 57 : λέξις δὲ λόγου διαφέρει, ὅτι λόγος ἀεὶ σημαντικός ἐστι, λέξις δὲ καὶ ἄσημος, ὡς βλίτυρι, λόγος δὲ οὐδαμῶς. Διαφέρει δὲ καὶ τὸ λέγειν τοῦ προφέρεσθαι. προφέρονται μὲν γὰρ αἱ φωναί, λέγεται δὲ τὰ πράγματα, ἃ δὴ καὶ λεκτὰ τυγχάνει)

37 Voir Claude Imbert, Phénoménologies et langues formulaires, p. 311, qui traduit ainsi : « Il faut distinguer entre parler et proférer : on profère des paroles, mais on parle des choses, qui à cet égard sont des choses exprimées (λεκτά) ».

38 Sextus Empiricus, Adv. Math. VIII 80. Le passage commence ainsi : τὰ νῦν δὲ ἐκεῖνο ῥητέον, ὅτι τὸ αὐτοτελὲς ἀξίωμα σύνθετον εἶναι θέλουσιν, οἷον τὸ “ἡμέρα ἔστι” σύγκειται ἔκ τε τοῦ ἡμέρα καὶ τοῦ ἔστιν. ἀσώματον δὲ οὐδὲν οὔτε συντεθῆναι οὔτε μερισθῆναι δύναται· ἴδια γὰρ σωμάτων ἐστὶ ταῦτα. τοίνυν οὐδέν ἐστιν αὐτοτελὲς πρᾶγμα οὐδὲ ἀξίωμα.

39  …πᾶν τε λεκτὸν λέγεσθαι δεῖ, ὅθεν καὶ ταύτης ἔτυχε τῆς προσηγορίας· οὐδὲν δὲ λεκτὸν λέγεται, ὡς παριστᾶσιν οἱ ἀπορητικοί· οὐκ ἄρα ἔστι τι λεκτόν. ᾧ ἕπεται μηδὲ ἀξίωμα εἶναι μηδὲν ἀληθὲς ἢ ψεῦδος. λέγειν γάρ ἐστι, καθὼς αὐτοί ϕασιν οἱ ἀπὸ τῆς Στοᾶς, τὸ τὴν τοῦ νοουμένου πράγματος σημαντικὴν προϕέρεσθαι ϕωνήν, οἷον τοῦδε τοῦ στίχου· μῆνιν ἄειδε θεὰ Πηληιάδεω ’Αχιλῆος.

40 Andreas Graeser (1978), « The Stoic Theory of meaning », in J.-M. Rist (ed.) (1978), The Stoics, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, p. 87.

41 Diogène Laërce VII 57-58.

42 Voir Michael Frede (1994), « The Stoic notion of a grammatical case », in Bulletin of the Institute of Classical Studies, London University, p. 13-24.

43 Sur la πτῶσις, je me permets de renvoyer à Frédérique Ildefonse (1997), La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, p. 155.

44 Diogène Laërce VII 65-66.

45 Apollonius Dyscole, De la construction III 58 ainsi que Des adverbes, p. 130, 4 sq.

46 Pierre Hadot (1980), « Sur les divers sens du mot pragma dans la tradition philosophique grecque », in Pierre Aubenque, Concepts et catégories dans la pensée antique, Paris, Vrin, p. 309-320.

47 Jacques Brunschwig (2003), « Stoic Metaphysics », p. 213.

48 Τὸ περιπατεῖν ὑπάρχει μοι ὅτε περιπατῶ, Hülser FDS 808 – Stobée, Eglog. I, 8, p. 104-105.

49 Claude Imbert (1992), Phénoménologies et langues formulaires, Paris, PUF et (1999), Pour une histoire de la logique. Un platonisme bien tempéré, Paris, PUF.

50 Frédérique Ildefonse (1994), « Sujet et prédicat chez Platon, Aristote et les Stoïciens », Archives et Documents de la Société d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences du Langage, Seconde Série, n°10, p. 3-34.

51 À ma connaissance aucun autre incorporel n’est repéré dans les témoignages dont nous disposons, et les κατηγορήματα sont des λεκτά incomplets, donc ne constituent pas un autre type d’incorporel ; le statut de la πτῶσις, comme on l’a vu, est très débattu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Ildefonse, « Retour sur la terminologie stoïcienne de la signification », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 10 mars 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5579 ; DOI : 10.4000/methodos.5579

Haut de page

Auteur

Frédérique Ildefonse

CNRS / ENS, Centre Jean Pépin (UMR 8230)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals