Navigation – Plan du site
Microhistoire et casuistique historique : autour de la méthode de Carlo Guinzburg

Microhistoire et casuistique historique : autour de la méthode de Carlo Ginzburg

Présentation
Microhistory and historical casuistry: about Carlo Ginzburg's method
Laurent Cesalli

Texte intégral

1Le dossier de textes que l’on présente ici offre une structure assez inhabituelle. Deux textes de Carlo Ginzburg fournissent la matière première de ce dossier, mais seul l’un de ces deux textes, « Anomalies conjonctives. Une réflexion sur les loups garous », est ici donné (il est pour la première fois traduit en français, traduction due à Martin Rueff). Le second texte, issu d’une conférence donnée à Genève en 2016, a en effet déjà été publié en français, dans une version librement accessible en ligne ; il n’était donc pas pertinent de le publier à nouveau dans Methodos ; il s’agit de l’article « Ethnophilologie : deux études de cas », publié dans Socio-anthropologie 36 (2017)1.

2Le présent dossier est constitué du premier texte de Carlo Ginzburg, auquel font suite trois contributions, dues respectivement à Martin Rueff, Irène Rosier-Catach et Denis Thouard. Chacune offre à sa manière une réflexion portant sur le projet intellectuel et la méthode qui animent l’œuvre de Ginzburg. « Anomalies conjonctives » et « Ethnophilologie » sont en effet des illustrations éloquentes de la manière dont la « microhistoire » et la « casuistique historique » peuvent conduire celles et ceux qui la pratiquent à dégager, en s’appuyant sur des cas bien déterminés et apparemment anecdotiques, des perspectives ou des clés de lecture d’une portée paradoxalement très générale.

3Dans « Anomalies conjonctives », Carlo Ginzburg offre une illustration spectaculaire de ce que peut la microhistoire, et du type de résultats que l’on est en droit d’en attendre. Un cas – ou plutôt un couple de cas – sont mis sous la loupe. Les benandanti du Frioul des XVIe et XVIIe siècles d’un côté ; un (possible) loup garou letton (« le vieux Thiess ») de la fin du XVIIe siècle, de l’autre. Cette étude « casuistique » conduit le lecteur à réfléchir sur les rapports entre « morphologie et histoire », sur la possibilité de démontrer la transmission de formes culturelles (ou plus exactement, de traits constitutifs de formes culturelles – en l’occurrence, le fait de « naître coiffé », commun aux benandanti, aux loups-garous, lettons ou viennois) en l’absence de preuves directes de filiation. En recombinant de manière ingénieuse des idées et exemples empruntés à Galton (photographie) et Maas (codicologie), Ginzburg défend l’idée que, de même qu’une erreur commune à deux témoins manuscrits peut servir à « prouver » l’existence d’une source tierce s’il est hautement improbable que les deux témoins aient pu commettre « spontanément » cette même erreur, de même le trait de la « naissance coiffée » légitime la comparaison des cas italiens et lettons. Ce trait est une anomalie conjonctive, elle jette un pont par-dessus l’absence de preuves documentaires.

4Dans sa « Note analytique », laquelle, en dépit de son titre, relève davantage de l’essai que de la note, Martin Rueff présente de façon lumineuse et autour d’un résumé de l’article « Ethnophilologie », le projet intellectuel et les démarches de Ginzburg : la microhistoire, la casuistique historique et l’art d’en dériver des perspectives ou des clés de lecture d’une portée très générale, la question de la traduction et de la translittération, la question des cas, de l’exemplarité et du paradigme, etc. Il met en lumière l’importance décisive de la « part des voix », la recherche par Ginzburg de la voix des dominés recouverte par celle des dominants, l’entente des « voix de l’autre ». Pour faire droit à la part des voix, l’historien doit apprendre à lire entre les lignes. Cette « Note analytique » est en réalité une très précise et utile présentation synthétique de la (ou des) méthode(s) mises en œuvre par Carlo Ginzburg, ainsi que des thèses principales qu’il défend.

5Dans « L’historien, les mots, les traductions », Irène Rosier-Catach discute la critique par Ginzbug de la démarche du Vocabulaire européen des philosophies (2004), dirigé par Barbara Cassin. Ginzburg perçoit l’entreprise comme marquée du sceau du relativisme, et donc du scepticisme. La thèse d’Irène Rosier-Catach consiste au contraire à insister sur le fait que le foisonnement des traductions et la dissolution du rêve de l’univocité ne conduisent pas à une forme de relativisme, mais à quelque chose qui est profondément en accord avec les valeurs défendues par Ginzburg lui-même dans l’ensemble de son œuvre : le refus de tout ethno-, ou pire encore, de tout européocentrisme.

6Dans « Réflexions sur le principe d’asymétrie. L’ethnophilologie selon Carlo Ginzburg », Denis Thouard part du caractère « hybride » de ce que désigne le composé savant « ethnophilologie ». Il met le doigt sur le « principe d’asymétrie », au cœur de l’approche de Carlo Ginzburg. L’asymétrie est celle de la comparaison. « Comparer » ne veut pas dire mettre en regard des produits intellectuels finis (des hypothèses, par exemple), mais explorer le terrain des faits singuliers pour en dégager quelque ligne de force éclairante du point de vue historique, culturel et politique. C’est une comparaison sans tertium comparationis, ou plus exactement, une comparaison dont le troisième terme est le lecteur lui-même, ainsi mis sur la voie.

7On l’a dit en ouverture de cette présentation, la longue « Note analytique » de Martin Rueff, ainsi que les deux commentaires, plus brefs, d’Irène Rosier-Catach et de Denis Thouard, portent principalement sur un texte (« Ethnophilologie : deux études de cas ») qui ne fait pas partie du dossier ici présenté. Cette structure pour le moins inhabituelle pourrait sembler donner au dossier un caractère composite, voire hétéroclite. Il n’en est rien. Comme s’en convaincront facilement les lecteurs, le présent dossier porte sur la démarche méthodologique de Carlo Ginzburg dans son ensemble, laquelle se trouve illustrée, à la manière de variations sur un thème unique, aussi bien dans de très nombreux textes de Carlo Ginzburg. En ce sens, le présent dossier s’inscrit harmonieusement dans la ligne « Savoirs et textes », qui est celle de Methodos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Cesalli, « Microhistoire et casuistique historique : autour de la méthode de Carlo Ginzburg », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 29 janvier 2019, consulté le 21 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5771 ; DOI : 10.4000/methodos.5771

Haut de page

Auteur

Laurent Cesalli

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals