Navigation – Plan du site
Microhistoire et casuistique historique : autour de la méthode de Carlo Guinzburg

L’historien, les mots, les traductions

The historian, words, translations
Irène Rosier-Catach

Résumés

La méthode adoptée dans le Vocabulaire européen des philosophies peut-elle être taxée de « relativiste » comme l’écrit Carlo Ginzburg, et plus précisément de mener au « relativisme sceptique » ? L’on vise ici à répondre par la négative en montrant les proximités entre la démarche du VEP et certains travaux de l’auteur lui-même. Si le VEP n’est pas un dictionnaire d’« ethnophilologie », et se centre sur les traductions du vocabulaire philosophique, les enjeux politiques sont essentiels. Il s’agit, en prenant de la distance par rapport à sa propre langue, de construire des comparables, en étant aussi bien contre l’universalisme abstrait que contre le culturalisme relativiste qui conduit à l’incommensurabilité.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les remarques qui suivent ont d’abord été présentées à la table-ronde qui a eu lieu à Genève le 15 septembre 2016, autour de la communication de Carlo Ginzburg, maintenant publiée (n. 1).

Texte intégral

  • 1 Socio-anthropologie n° 36, 2017, p. 157-177.
  • 2 Traduction française publiée à Amsterdam en 1704 des Commentarios Reales.

1Dans son article « Ethnophilologie. Deux études de cas1 », Carlo Ginzburg étudie un cas exemplaire d’une erreur de traduction et de ses conséquences. Garcilaso, de langue paternelle espagnole et de langue maternelle quecha, note, dans son Histoire des Yncas2, que les Espagnols ont fondé sur une double erreur de traduction l’accusation d’idolâtrie faite à l’encontre des Indiens. Ils n’ont en effet pas vu que le nom huaca (1) désignait non seulement des idoles comme Jupiter, Mars ou Vénus, mais plus généralement toute chose ou phénomène qui sort de l’ordinaire, en négatif et en positif, et qu’aucun verbe voulant dire « idolâtrer » n’en était tiré. Et n’ont pas « entendu » que s’il existait un verbe huaca (2), celui-ci était doté d’une autre prononciation (la dernière syllabe se prononce au fond de la gorge, et non à l’intérieur de la bouche comme pour le premier nom), et voulait dire « pleurer ». Ils ont donc interprété huaca (2) comme le verbe correspondant au nom huaca (1) et en ont tiré à tort la conclusion  qu’il signifiait « idolâtrer ».

  • 3 Sous la direction de Barbara Cassin (2004), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des (...)
  • 4 Il est intéressant de noter que, dans l’Introduction de Rapports de force. Histoire, rhétorique, pr (...)
  • 5 Je ne m’étends pas sur la critique concernant l’homophonie, qui portait sur l’idée que le cas de l’ (...)
  • 6 Voir notamment l’Introduction de (2003), Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Se (...)
  • 7 Publié d’abord dans Historical Knowledge. In Quest of Theory, Method and Evidence, éd. par Susanna (...)
  • 8 Voir Barbara Cassin (2004), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles (...)

2L’exposé de Carlo Ginzburg débute par une discussion, qui, après les éloges préliminaires, énonce des critiques de plusieurs ordres à l’égard du Vocabulaire européen des philosophies3. Elles semblent surtout viser la position « relativiste » qu’il attribue à Barbara Cassin, le maître d’œuvre du VEP – je résume : si l’on soutient « que toute traduction est inadéquate, le processus de traduction est infini », et on est conduit à adopter une position relativiste4. Je vais me concentrer sur ce point5 – car il y a relativisme et relativisme, le relativisme n’impliquant pas nécessairement le scepticisme – et c’est ce relativisme sceptique qu’a toujours combattu Carlo Ginzburg6. Il me semble que la perspective du VEP, et la pratique qui a été celle des auteurs en rédigeant les articles du dictionnaire, montre à l’inverse plus de points d’accord que de divergences avec les principes historiographiques défendus par Carlo Ginzburg, bien exprimés dans un autre article important « Our Words, and Theirs. A Reflection on the Historian’s Craft, Today7 », et que l’accord est au final politique : le refus de l’ethnocentrisme, de l’européanocentrisme, et de ses manifestations que sont tant l’universalisme que le « nationalisme ontologique8 ».

  • 9 Voir Carlo Ginzburg (2003), Rapports de force, p. 34.
  • 10 Voir, outre l’Introduction, les articles « Aristote et l’histoire, encore une fois », et « Lorenzo (...)

3Ni … ni … Carlo Ginzburg refuse tout autant le positivisme que le scepticisme : « les sources ne sont ni des fenêtres ouvertes, comme le croient les positivistes, ni des murs qui obstruent la vue, comme le soutiennent les sceptiques9 ». Dans ses considérations théoriques, comme dans ses études de cas, qui sont indissociables et indissociées, Carlo Ginzburg s’adonne toujours à l’analyse critique des sources, de leurs distorsions, avec la nécessité de les « localiser et <les> historiciser », d’interroger les documents en les confrontant à d’autres. Cette démarche critique montre et assume que les sources, comme les objets de l’historien sont des objets construits, ce qui va dans le sens d’un antipositivisme. Mais ceci ne débouche pas sur la réduction de l’historiographie à une pure narration, qui serait selon Ginzburg, celle d’un relativisme sceptique. Cette démarche critique à l’égard des sources et des documents n’est pas incompatible avec la « preuve », tout au contraire : Carlo Ginzburg démonte le rôle assigné à la rhétorique « comme machine de guerre au service du scepticisme » pour rétablir une rhétorique « référentielle », une rhétorique de l’enquête et de la preuve – analogue à celle du juge ou du médecin, fondée sur une recherche d’indices, de traces, semeia10. Une historiographie qui s’éloigne autant de l’histoire Aurélien Robert2019-01-29T13:31:00ARcomme pure fiction des sceptiques (« un peu à la manière d’un roman, une œuvre historiographique construirait ainsi un monde textuel autonome qui n’entretient aucun rapport démontrable avec la réalité extra-textuelle à laquelle il se réfère »), que de l’historiographie positiviste. De fait le combat de Carlo Ginzburg est contre le « relativisme sceptique ».

  • 11 Cf. Barbara Cassin, « Les intraduisibles », entretien avec François Thomas, Revue Sciences/lettres (...)
  • 12 De nombreux articles du VEP mentionnent des « contresens », ce qui indique bien que l’on admet, con (...)

4Le VEP se construit également à partir de plusieurs ni…. ni…. Il s’élabore d’une part contre l’idée que les langues seraient parfaitement transparentes, superposables, traductibles, de l’autre contre celle du « génie des langues » qui enfermerait chaque langue dans sa bulle étanche : « ni globish ni nationalisme ontologique. Ni universalisme abstrait sans histoire et sans langue, ni culturalisme identitaire », lequel conduit à une totale fragmentation en espaces incommensurables11. Le VEP propose une histoire des mots de la philosophie, une histoire dynamique et conflictuelle. Il étudie les corpus et réseaux de textes dans lesquels les mots existent et circulent, pour saisir les effets philosophiques de ces traductions, et ainsi le processus dynamique à travers lequel la philosophie constitue ses objets et élabore ses thèses. C’est avec des mots que nous philosophons, ce sont ces mots qui nous donnent accès à la pensée des anciens comme des contemporains, ce travail sur les mots est donc indispensable et préliminaire. Préliminaire aussi parce que pour lire et comprendre les textes qu’on lit comme historien, de la pensée ou des idées, il faut en préalable s’interroger sur les mots sans postuler, en s’aveuglant, une univocité qui serait celle de notions et thèses universelles. Le VEP se centre sur les mots et textes dont les traductions montrent qu’ils ont posé problème. C’est une histoire de la circulation de ces mots (ou plus exactement des réseaux de mots) dans des textes, de leurs chemins, de leurs parcours, des effets de ces parcours, des effets de ces effets etc. L’interrogation porte toujours à la fois sur ce que les mots sont, et sur ce que les mots font. La dimension performative de toute traduction est manifeste. Bien sûr qu’il y a des traductions meilleures que d’autres, des traductions incorrectes12, et pour cela les traductions sont sans cesse critiquées, discutées, refaites, mais, au-delà, l’effet de chaque traduction – quelle qu’elle soit – est bien réel – comme le montre précisément celle du mot huaca. Cette enquête sur les mots pris en réseaux suppose un triple mouvement : une analyse synchronique dans un état de langue donnée, une analyse diachronique pour une même langue dans plusieurs états de langues (par exemple du latin classique au latin scolastique à celui qu’écrivaient encore les savants de l’âge classique), et à partir de là une analyse synchronique des traductions dans plusieurs langues et des relations éventuelles qu’elles entretiennent.

5Le caractère à la fois préliminaire et indispensable de l’enquête linguistique est clairement affirmé par Carlo Ginzbug quand, au début de son article « Our Words, and Theirs. A Reflection on the Historian Craft, Today », il rappelait le « désespoir » de Marc Bloch, devant les changements de sens du mot liberté, et « the gap between the resilience of words and their shifting meaning ». Ginzburg, comme Bloch qu’il cite, ne concluent pas de cette variation du sens des mots à une impossibilité de toute traduction. Comme lui, il soutient la nécessité d’une approche comparative (commitment to a comparative history), qui cherche à repérer des différences, plutôt qu’à se satisfaire d’apparentes similitudes, à l’aide d’exemples significatifs. Ce sont en effet les différences constatées qui permettent de faire apparaître les enjeux cruciaux pour l’analyse. De même que l’historien cherche à comprendre la différence entre l’anglais villainage et le français servage, ou le remplacement du latin arare par le français labourer en étudiant la variation des contextes historiques, et des textes qui les décrivent, de même le philosophe saisit la différence dans le passage du latin verbum au terme mot en étudiant un ensemble de textes qui non seulement en atteste, mais aussi en explicite théoriquement la valeur. Le plus souvent l’on n’a pas d’équivalence terme à terme : le russe pravda rend aussi bien vérité que justice ; l’anglais distingue law et right, aucun de ces termes n’ayant la même extension que loi et droit – pour cette dernière entrée, due à Philippe Raynaud, l’étude des termes implique une prise en compte tant du contexte historique, de la spécificité du droit anglais et du common law que des débats philosophiques afférents (Hobbes, Bentham, Hume).

  • 13 Voir Introduction, dans Carlo Ginzburg (2003), Rapports de force, p. 33.
  • 14 Voir Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 122.
  • 15 Dante, De l’éloquence en vulgaire, I VI.2-3 ; trad. sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, (...)
  • 16 Cf. l’article « traduire » et l’encart « translatio studii » dans le VEP. Pour Roger Bacon, voir no (...)
  • 17 Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 61, p. 71 sq.

6Un des reproches qu’adresse Carlo Ginzburg au VEP est de ne pas tenir compte, sauf exception, « du contexte asymétrique dans lequel les traductions ont lieu le plus souvent », ce qui impliquerait en effet de considérer systématiquement le contexte politique, culturel, religieux, dans lequel se trouve pris le texte (à la fois le texte d’origine et sa traduction dans une autre langue). De même que les « rapports de force » laissent des traces dans les documents que travaille l’historien13, ils laissent en effet également des traces tant dans les traductions et dans les choix de traduction qu’une communauté – savante notamment - décide de retenir. Même si le VEP n’est pas un dictionnaire d’ethnophilologie, la question du contexte n’en est pas absente, nous venons d’en donner un exemple, et celle de l’asymétrie et des rapports de force ne lui est pas non plus étrangère, bien au contraire. Comme l’écrit Barbara Cassin, voir une langue, sa langue, « depuis ailleurs », accepter ainsi de la « déterritorialiser14 », est aussi le moyen de combattre le « nationalisme ontologique » à la Heidegger, qui n’est qu’un reflet – précisément – d’un essentialisme aveugle du dominant. On aime à rappeler comment Dante se moquait de l’habitant de Petramala, « qui raisonne de manière si indécente qu’il croit que le lieu de sa naissance est le plus délicieux sous le soleil … et juge que son … parler maternel est au-dessus de tous les autres, et par conséquent qu’il fut celui d’Adam ». C’est la manière pour Dante – l’exilé – d’être citoyen du monde, inscrit dans ce « nous », « pour qui le monde est la patrie comme la mer aux poissons15 ». Puisqu’il y a eu de fait des traductions philosophiques en des langues différentes, à des époques différentes, une traduction est entendue comme un moment de stabilisation d’un rapport entre deux langues, historiquement et politiquement daté et localisé. La translatio studiorum dont parlent les médiévaux est en même temps, comme le dit Roger Bacon, une translatio linguarum16. La prise en compte du contexte asymétrique et des rapports de force est de manière tout à fait remarquable à l’œuvre dans les traductions en cours du VEP, qui sont à chaque fois, plus que des adaptations, des « réinventions ». C’est le cas, notamment, pour la traduction réalisée par les Ukrainiens, avec comme enjeu la différenciation par rapport à la langue russe, ou pour la traduction faite par les Portugais du Brésil, où la réflexion porte sur la nature d’une langue postcoloniale et à ses rapports aux langues indiennes. Ces chantiers en cours témoignent bien de ce qu’il n’y a aucune « sacralisation de l’Intraduisible17 ».

  • 18 Yijing Zhang, Traduire l’impensé, penser l’intraduisible. La première traduction chinoise des Catég (...)

7Je voudrais prendre un exemple très significatif, à partir d’une thèse qui avait été soutenue la veille de la discussion que nous avons eue à Genève avec Carlo Ginzburg, d’un travail systématique de contextualisation d’une traduction. Cette thèse, préparée par Yijing Zhang, sous la direction de Barbara Cassin, portait sur la première traduction des Catégories d’Aristote, en Chine18. Cette traduction fut réalisée par le Jésuite portugais de Coimbra, Francisco Furtado, et par le lettré chinois Ming Li tan. Ce travail expose en effet minutieusement le contexte du travail des missionnaires, notamment leurs relations avec les lettrés confucéens chinois, les objectifs historiques, politiques, religieux, etc. de la traduction. Il étudie minutieusement les choix linguistiques qui ont été faits – à partir d’un côté d’un texte latin qui était lui-même une traduction du grec, lu et chargé de commentaires écrits en latin, augmenté en outre d’un commentaire le christianisant, celui des Jésuites de Coimbra, de l’autre, pour la langue d’arrivée, d’un vocabulaire philosophique hétérogène, issu de la traduction ancienne des canons bouddhiques, modifié par des philosophies différentes, taoïste et confucéenne. Yijing Zhang évalue la traduction (et les choix alternatifs, tant les choix possibles à l’époque que les choix ultérieurs, puisque les Catégories ont été retraduites, à partir de l’anglais à l’époque moderne), mais elle fait davantage – et là elle est bien dans le sillon des travaux de Barbara Cassin : une fois la traduction réalisée, il existe, en chinois, pour des lettrés chinois qui ne connaissent ni le grec ni le latin, un texte philosophique qui est lu (assez peu d’ailleurs, dans ce cas) et mène sa propre vie en tant que tel. Et les « erreurs » de traduction ont des effets philosophiques, tout comme les « erreurs » étudiées par Carlo Ginzburg ont des effets politiques.

8Les différences entre les langues sont essentiellement visibles de l’extérieur :

  • 19 Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 122.

« il faut voir une langue, et sa propre langue, depuis ailleurs pour comprendre ce qu’est une langue, la remettre en jeu autrement que comme logos, universelle, naturelle, maternelle, et reterritorialiser ainsi le langage en langue19 ».

  • 20 Carlo Ginzburg (1998), À distance, Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard.
  • 21 Marcel Détienne (2000), Comparer l’incomparable, Paris, Seuil ; (2005), Les Grecs et nous, Paris, P (...)

9Carlo Ginzburg a également mis au jour l’importance de cette distance20, comme d’autres historiens, tels Marcel Détienne, notamment dans son plaidoyer pour « comparer l’incomparable »21. L’incommensurable est un « danger mortel », et le comparable est essentiel une fois reconnu qu’il est quelque chose qui se construit.

« C’est en se dépaysant lui-même en d’autres problématiques que le philosophe vivant surmonte sa propre étroitesse et commence d’universaliser les questions qu’il pose »,

  • 22 Paul Ricoeur (1967), Histoire et vérités, Paris, Seuil, p. 69, cf. Aurélien Robert (2007), « Relati (...)

écrivait Paul Ricoeur22.

  • 23 Voir notamment Aurélien Robert (2007), « Relativisme et jurisprudence. Un dialogue entre philosophe (...)
  • 24 Cf. notamment Unus testis dans Carlo Ginzburg, (2006), Le fil et les traces. Vrai faux fictif, p. 3 (...)

10Le terme « relativisme » est lui-même équivoque, recouvrant une multitude d’attitudes, dont le relativisme sceptique n’est que le point extrême. Les relativismes ne sont pas tous en effet identiques, dans leurs revendications comme dans leurs conséquences. Certains historiens de la philosophie, en revendiquant un relativisme qui n’est ni radical ni sceptique, un relativisme résolument historique visant à « comprendre la genèse d’une thèse philosophique à l’intérieur du champ d’énoncés auquel elle appartient », qui soit ouvert à l’évaluation et la comparaison, ne sont pas si éloignés de la démarche de Carlo Ginzburg23. Ce relativisme historique, en histoire de la philosophie, impose, d’abord, de ne pas plaquer sa propre rationalité sur les textes étudiés. Alain de Libera, après Collingwood, en a donné des éléments de méthode et en même temps a montré concrètement dans ses analyses le caractère fécond de cette démarche. Ces analyses ont pour point de départ l’identification de « complexes de questions et réponses », et donc une approche holiste du sens, qui se construit à partir des textes, de la reconstruction des questions et des réponses, en même temps que de leur production dans des contextes institutionnels, disciplinaires, culturels, etc. Une telle approche n’implique pas l’incommensurabilité des paradigmes, mais permet au contraire la comparaison et la traductibilité avec les théories contemporaines, et par là-même l’explicitation de nos propres présupposés et de leurs conséquences. Ce relativisme historique n’est donc pas celui d’un Hayden White que combat souvent Carlo Ginzburg24, celui qui mène à assimiler le récit historique à un récit de fiction, et à accepter la coexistence et l’équivalence entre différents récits. Ce relativisme-là n’est en rien sceptique, car il accepte la preuve et la réfutation, il suppose que le texte a un sens, et qu’il peut être reconstruit, en des reconstructions qui ne sont pas équivalentes, et qui supposent des procédures précises, au premier rang desquelles – quand il est écrit dans une autre langue que celle du lecteur – l’attention aux mots est essentielle.

  • 25 « Idole et image. Une page d’Origène et son destin », dans Carlo Ginzburg (1998), À distance, c. 5  (...)
  • 26 Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 54.
  • 27 Dante (2011), De vulgari eloquentia, sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard ; cf. I (...)
  • 28 Irène Rosier-Catach (2006), « Les sacrements comme signes qui font ce qu’ils signifient : signe eff (...)
  • 29 Cf. aussi John Marenbon (2013), Abelard in four dimensions. A twelfth-century Philosopher in his Co (...)

11Les mots sont en effet des clues, des spie, des traces (ces mots sont loin de se recouvrir eux-mêmes !) – Carlo Ginzburg en a étudié des exemples dans plusieurs travaux, et notamment dans un essai sur l’idole, à mettre en rapport avec l’article ici discuté25. Les intraduisibles sont en effet, comme le dit Barbara Cassin, des « symptômes, sémantiques et/ou syntaxiques des différences des langues26 ». Les réseaux sémantiques sont des « constellations d’indices ». Les repérer permet de saisir des enjeux théoriques qui autrement seraient invisibles. On pourrait en donner de nombreux exemples, je n’en cite que quelques-uns situés dans mon propre champ de recherches. Si les grecs pensent avec le terme unique logos, les latins le dédoublent en oratio et ratio, élément d’une réflexion continue pour déterminer si la logica est une scientia rationalis ou une scientia sermocinalis. Les médiévaux réfléchissent avec une pléthore de termes différents, parfois équivoques, d’origines multiples (le latin classique et tardo-antique, le latin chrétien, celui des traducteurs, celui écrit par les scolastiques sur plusieurs siècles). L’interprétation du traité De l’éloquence en vulgaire de Dante dépend crucialement de celle du terme locutio, dans son opposition avec vulgare et idioma : quand on reconstruit, à partir d’une analyse exhaustive des contextes, que la locutio est le parler à autrui, que c’est la prérogative de l’homme en tant qu’animal politique, qui le distingue de l’ange et de l’animal, on saisit notamment pourquoi Dante se demande si vraiment Ève fut le primum loquens … au rebours de ce [que ?] raconte la Genèse qui, de fait, pose une autre question, celle de l’imposition des noms, et non celle de l’invention de la première langue, de la nature de la première parole, et de l’identité du premier locuteur – questions trop souvent confondues27. On ne peut pas faire une histoire du « symbolisme » médiéval ou décréter que la mentalité médiévale est essentiellement « symbolique », en s’appuyant sur la pluralité des mots existants en latin médiéval qui serviraient à rendre la notion (laquelle alors ?), comme un historien l’a proposé – c’est bien la démarche inverse qu’il faut adopter. L’abondant réseau des termes latins est autant une trace à analyser et comprendre que la polysémie du terme, français notamment, « symbole », dans son propre réseau : c’est bien la confrontation qui rend attentif et fait surgir ses multiples acceptions – au point qu’Umberto Eco proposait de ne plus utiliser le mot ! Plaquer arbitrairement au sein de cette pluralité la distinction (ambiguë déjà pour nous !) entre « signe » et « symbole », c’est précisément s’interdire de voir ce qui se joue et se pense dans ce réseau sémantique – dans une double dimension diachronique et synchronique28. Les mots, ainsi confrontés dans l’économie interne d’un texte, dans la synchronie conflictuelle dont ils relèvent, dans leur histoire et leurs parcours, sont des traces, des vestiges, des symptômes, à déchiffrer donc, pour l’histoire de la philosophie également. Avec une telle démarche, on évite l’anachronisme (« entre tous les péchés le plus impardonnable » disait Marc Bloch), sans tomber dans le relativisme, on se donne les moyens de saisir la portée philosophique à la fois pour eux (ceux dont on lit les textes), pour les lecteurs postérieurs de ces textes (chacun de nous compris), et pour les traducteurs postérieurs dans d’autres langues – dans une double perspective emic et etic donc, pour reprendre l’opposition chère à Carlo Ginzburg, empruntée au linguiste Kenneth L. Pike. Cette distinction emic-etic peut-être mise à profit dans un travail de ce genre : d’un côté lire les textes, identifier les « complexes de questions et réponses » qu’ils traitaient et proposaient, à partir, notamment des arguments pro et contra qui permettent d’en restituer le contexte de discussion, de l’autre utiliser nos analyses contemporaines pour les interpréter, avec à chaque fois, une attention aux mots utilisés, aux réseaux dans lesquels ils sont pris, aux passages dont ils sont l’objet, aux modes de leurs transmissions, ce qui implique une lecture critique de l’historiographie29. Écartant l’illusion de la transparence et de l’univocité, ce type de recherche, en philosophie, permet certainement d’éviter les deux pièges qui guettent l’historien, celui de la philosophie tout aussi bien, dénoncés par Carlo Ginzburg : l’empathie et le ventriloquisme.

Haut de page

Bibliographie

Büttgen, Philippe, Alain de Libera, Marwan Rashed & Irène Rosier-Catach (éds), Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l'islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009.

Cassin, Barbara (dir.) (2004), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Seuil-Le Robert.

— (2010), « Les intraduisibles », entretien avec François Thomas, Revue Sciences/lettres nov. 2010, https://journals.openedition.org/rsl/252

— (2016), Éloge de la traduction. Compliquer l’universel, Paris, Fayard.

Dante (2011), De vulgari eloquentia, sous la direction d’Irène Rosier-Catach (traduction française par Anne Grondeux, Ruedi Imbach, Irène Rosier-Catach, Introduction, annotation et glossaire par Irène Rosier-Catach), Paris, Fayard, 2011.

De Libera, Alain (2000), « Archéologie et reconstruction. Sur la méthode en histoire de la philosophie médiévale », Un siècle de philosophie, Paris, Gallimard.

Détienne, Marcel (2000), Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.

— (2005), Les Grecs et nous, Paris, Perrin.

Ginzburg, Carlo (1998), À distance, Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard.

— (2003), Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve, éd. du Seuil, coll. « Hautes études » (trad. de Rapporti di forza, Storia, retorica, prova, Giangiacomo Feltrinelli, 2000, et pour les chap. 1, 2, 3, 4 de History, Rhetoric and Proofs, "The Menahem Stern Jerusalem Lectures", 1999)

— (2006), Le fil et les traces. Vrai faux fictif, Paris, Verdier, 2006.

— (2012), « Our Words, and Theirs. A Reflection on the Historian’s Craft, Today », in Historical Knowledge. In Quest of Theory, Method and Evidence, ed. by Susanna Fellman & Marjatta Rahikainen, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, p. 97-119.

Gómez Suárez de Figueroa (Garcilaso de la Vega) (1704), Histoire des Yncas, trad. française des Comentarios reales de los Incas, Amsterdam.

C. König-Pralong (2009), « L’histoire de la philosophie médiévale depuis 1950. Méthodes, textes, débats », Annales. Histoire, sciences sociales, 2009/1, p. 143-169.

Marenbon, John (2013), Abelard in four dimensions. A twelfth-century Philosopher in his Context and ours, Notre Dame, University of Notre Dame Press.

Ricoeur, Paul (1967), Histoire et vérités, Paris, Seuil, 1967.

Robert, Aurélien (1999), « Le relativisme historique : théorie des complexes questions-réponses et traçabilités », Les études philosophiques 4, p. 479-494.

— (2007), « Relativisme et jurisprudence. Un dialogue entre philosophes et historiens », Tracés. Revue des Sciences humaines 12.

Rosier-Catach, Irène (1997) « Roger Bacon: Grammar », in J. Hackett (ed.), Roger Bacon and the Sciences: Commemorative Essays 1996, Leiden, Brill, p. 67-102.

— (2006), « Les sacrements comme signes qui font ce qu’ils signifient : signe efficace vs. efficacité symbolique », Versus 102, p. 163-184

— (2007), « Il n’est pas raisonnable de croire que la très présomptueuse Ève fut le premier être parlant ... », Poésie 120, p. 392-397.

Haut de page

Notes

1 Socio-anthropologie n° 36, 2017, p. 157-177.

2 Traduction française publiée à Amsterdam en 1704 des Commentarios Reales.

3 Sous la direction de Barbara Cassin (2004), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Seuil-Le Robert.

4 Il est intéressant de noter que, dans l’Introduction de Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil, 2003, p. 23, Carlo Ginzburg, pour critiquer précisément la position relativiste de Nietzche, rapporte qu’il l’aurait notamment construite à partir de sa lecture de Die sprache als Kunt de Gerber, « où l’auteur, pour démontrer la nature intrinsèquement poétique du langage, s’appuie sur le fait que toute traduction d’une langue à l’autre est toujours inadéquate », à partir de l’exemple des traductions du mot logos dans le prologue de l’Évangile de Jean.

5 Je ne m’étends pas sur la critique concernant l’homophonie, qui portait sur l’idée que le cas de l’homophonie « n’est qu’un cas extrême et une caricature moderne de l’homonymie » (phrase incriminée qui décrivait d’ailleurs comment est conçue aujourd’hui l’homophonie, plus qu’elle ne revendiquait que c’est ainsi qu’elle devrait être). Il suffit simplement ici de dire que, parmi toutes les équivoques qui peuvent se produire, à la fois en raison de la polysémie d’un mot dans une même langue, ou des différences entre les mots utilisés comme traduction les uns des autres entre plusieurs langues, le cas des homophones, qu’ils soient homographes (‘rame’ de papier, et ‘rame’ de navire) ou non (‘vert’, ’verre’, ‘vair’ ; ‘d’eux’ et ‘deux’) est numériquement restreint, plus facile à repérer, et marginal face au cas massif et général de l’homonymie, qui relève de la nature et de la structure même des langues. Voir Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction. Compliquer l’universel, Paris, Fayard, chap. 2 : « Éloge de l’homonymie ».

6 Voir notamment l’Introduction de (2003), Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil ; (2006), Le fil et les traces. Vrai faux fictif, Paris, Verdier.

7 Publié d’abord dans Historical Knowledge. In Quest of Theory, Method and Evidence, éd. par Susanna Fellman et Marjatta Rahikainen, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2012, p. 97-119.

8 Voir Barbara Cassin (2004), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles chap. 1.

9 Voir Carlo Ginzburg (2003), Rapports de force, p. 34.

10 Voir, outre l’Introduction, les articles « Aristote et l’histoire, encore une fois », et « Lorenzo Valla et la donation de Constantin », in (2006), Le fil et les traces.

11 Cf. Barbara Cassin, « Les intraduisibles », entretien avec François Thomas, Revue Sciences/lettres nov. 2010, https://journals.openedition.org/rsl/252 : « Une des difficultés soulevées par le Dictionnaire des intraduisibles est celle du relativisme. D’un côté il s’oppose bien à cette forme d’universalisme que l’on trouve dans une part importante de la philosophie analytique ; mais de l’autre côté il s’oppose tout autant à un relativisme qui replierait les pensées dans une langue, une culture, une histoire. »

12 De nombreux articles du VEP mentionnent des « contresens », ce qui indique bien que l’on admet, contrairement à ce que dit Carlo Ginzurg p. 158, qu’il existe des traductions incorrectes, aussi bien que des traductions meilleures que d’autres, l’intérêt étant alors d’en mesurer les effets et conséquences (cf. les articles « beauté », ou « catharsis », ou encore « disegno » cas intéressant faisant intervenir la graphie, etc.). Cf. Barbara Cassin (2004), « Les intraduisibles » : « Il y a certes des mauvaises traductions, fautives par méconnaissance – méconnaissance des langues de départ ou d’arrivée, y compris dans leur matérialité signifiante et dans les tours de leur inventivité (…), méconnaissance des intentions de l’auteur, de ses références, du contexte au sens large ; elles se voient, plus ou moins » ou encore (2016), Éloge de la traduction, p. 222 : « Il y a plus d’une traduction possible, et plus d’une bonne traduction possible … Il peut y en avoir de bonnes, de mauvaises et surtout de meilleures que d’autres ».

13 Voir Introduction, dans Carlo Ginzburg (2003), Rapports de force, p. 33.

14 Voir Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 122.

15 Dante, De l’éloquence en vulgaire, I VI.2-3 ; trad. sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard, 2011.

16 Cf. l’article « traduire » et l’encart « translatio studii » dans le VEP. Pour Roger Bacon, voir notamment I. Rosier-Catach (1997), « Roger Bacon: Grammar », in : J. Hackett (ed.), Roger Bacon and the Sciences: Commemorative Essays 1996, Leiden, Brill, p. 67-102. Il est beaucoup question des enjeux politiques et idéologiques des traductions dans le volume : Ph. Büttgen, A. de Libera, M. Rashed, I. Rosier-Catach (éds), Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l'islamophobie savante, Paris, Fayard, 2009 ; voir en particulier l’article d’Alain de Libera, « Les Latins parlent aux Latins », chap. 2.

17 Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 61, p. 71 sq.

18 Yijing Zhang, Traduire l’impensé, penser l’intraduisible. La première traduction chinoise des Catégories d’Aristote, sous la direction de Mme Barbara Cassin ; membres du jury : Barbara Cassin, Marwan Rashed, Irène Rosier-Catach, Benoït Vermander, thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne, le 14 septembre 2016.

19 Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 122.

20 Carlo Ginzburg (1998), À distance, Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, Gallimard.

21 Marcel Détienne (2000), Comparer l’incomparable, Paris, Seuil ; (2005), Les Grecs et nous, Paris, Perrin.

22 Paul Ricoeur (1967), Histoire et vérités, Paris, Seuil, p. 69, cf. Aurélien Robert (2007), « Relativisme et jurisprudence. Un dialogue entre philosophes et historiens », Tracés. Revue des Sciences humaines, n° 12.

23 Voir notamment Aurélien Robert (2007), « Relativisme et jurisprudence. Un dialogue entre philosophes et historiens » : « Faut-il avoir peur du relativisme », p. 167-180, qui décrit l’approche d’Alain de Libera ; la citation est tirée de Alain de Libera (2000), « Archéologie et reconstruction. Sur la méthode en histoire de la philosophie médiévale », Un siècle de philosophie, Paris, Gallimard, p. 552-587 (p. 560) ; cf. aussi : « Le relativisme historique : théorie des complexes questions-réponses et traçabilités », Les études philosophiques, n. °4, 1999, p. 479-494 et C. König-Pralong, « L’histoire de la philosophie médiévale depuis 1950. Méthodes, textes, débats », Annales. Histoire, sciences sociales, 2009/1, p. 143-169. Le « relativisme conséquent » que soutient Barbara Cassin, qui propose de passer de l’opposition vrai/faux au comparatif « meilleur » ou « plus utile », mériterait une plus ample discussion, voir Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, chap. 3.

24 Cf. notamment Unus testis dans Carlo Ginzburg, (2006), Le fil et les traces. Vrai faux fictif, p. 314 sq., sur le parcours de White et en particulier les conséquences de ces positions dans l’affaire Faurisson, p. 327 sq.

25 « Idole et image. Une page d’Origène et son destin », dans Carlo Ginzburg (1998), À distance, c. 5 ; cf. art. Eidôlon du VEP.

26 Barbara Cassin (2016), Éloge de la traduction, p. 54.

27 Dante (2011), De vulgari eloquentia, sous la direction d’Irène Rosier-Catach, Paris, Fayard ; cf. Irène Rosier-Catach (2007), « Il n’est pas raisonnable de croire que la très présomptueuse Ève fut le premier être parlant ... », Poésie 120, p. 392-397.

28 Irène Rosier-Catach (2006), « Les sacrements comme signes qui font ce qu’ils signifient : signe efficace vs. efficacité symbolique », Versus 102, p. 163-184. Voir l’article « Signe/Symbole » du VEP.

29 Cf. aussi John Marenbon (2013), Abelard in four dimensions. A twelfth-century Philosopher in his Context and ours, Notre Dame, University of Notre Dame Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Rosier-Catach, « L’historien, les mots, les traductions », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 11 mars 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/5839 ; DOI : 10.4000/methodos.5839

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals