Navigation – Plan du site

Texte intégral

Metin Bağrıaçık, Pharasiot Greek: word order and clause structure

1Thèse soutenue le 22 janvier 2018 à l’Université de Gand.

Composition du jury

Lieven Danckaert, Chargé de recherche, CNRS, co-directeur de thèse

Mark Janse, Professeur, Universiteit Gent, co-directeur de thèse

Liliane Haegeman, Professeur, Universiteit Gent, co-directrice de thèse

Adam Ledgeway, Professeur, University of Cambridge

Ianthi-Maria Tsimpli, Professeur, University of Cambridge,

Anne Breitbarth, Professeur, Universiteit Gent.

Abstract

2“Pharasiot Greek” is a Modern Greek dialect that was spoken in what is today central Turkey until 1923, when the population exchange between Greece and Turkey was enacted as a supplementary protocol to the Treaty of Lausanne. As of 2018, there are about 25 heritage speakers of the dialect in Northern Greece. This dissertation first offers a sketch grammar of the modern-day dialect based on data collected from the speakers between 2013-2016. Second, it offers an in-depth study of the basic structure of declarative main clauses in Pharasiot Greek, with particular emphasis on the functional sequence in the left periphery of the clause. The theoretical discussions are couched in the framework of generative grammar of Chomskyan tradition, further enriched with the cartographic approach to the clausal left periphery. Besides providing possibly the last sketch grammar of the dialect before its extinction, the dissertation also supports the central tenet of the cartographic approach, i.e., that syntactic representations are complex objects consisting of a sequence of hierarchically organised functional elements and it provides empirical evidence from Pharasiot Greek for a number of ordering restrictions in the left periphery.

Keywords

Pharasiot Greek, word order, clause structure, documentation, left periphery

Anna Beldjerd, Traduction en arabe des textes juridiques à vocation internationale : le cas de la charte des Nations Unies

3Thèse soutenue le 14 septembre 2018, à l’Université de Lille.

Composition du jury

Lynne Franjié, Université de Lille, présidente du Jury

Armand Héroguel, Université de Lille, directeur de thèse

Johannes Den Heijer, UCL, co-directeur de thèse

Jean‐Pierre Colson, UCL, examinateur

Bachir Dahmani, Université de Lille, examinateur

Philippe Gréciano, Université de Grenoble, examinateur

Résumé

4Au XXe siècle, les puissances mondiales sorties victorieuses de la Seconde guerre mondiale ont établi une nouvelle institution internationale, l’ONU. La Charte des Nations Unies, texte constitutif de l’ONU, a été signée à San Francisco le 26 juin 1945, à la fin de la Conférence des Nations Unies pour l’institution internationale, et est entrée en vigueur le 24 octobre 1945. Suite à l’adoption de la résolution 3190 (XXVIII) de l’Assemblée générale le 18 décembre 1973 faisant de l’arabe une langue officielle, la traduction de la Charte des Nations Unies en arabe a été effectuée. Traduire le message de la langue‐culture source (quelle qu’elle soit) vers la langue‐culture cible arabe se dit ta‘rīb. L’internationalisation du droit a accentué le besoin de ta‘rīb au sein de l’ONU. Ta‘rīb devient un instrument important pour la communication internationale. La traductologie, discipline mère de la traductologie juridique, est appelée à rendre compte des traits spécifiques de la traduction institutionnelle, notamment ta‘rīb de la Charte des Nations Unies entre deux espaces culturels différents que sont : la langue‐culture source exprimée en anglais et en français et la langue‐culture cible exprimée en arabe. Cela nous a amené à la question centrale de notre problématique, à savoir : Comment traduire vers l’arabe, ta‘rīb, la Charte des Nations Unies entre deux espaces culturels différents ? Dans cette thèse, nous réfléchissons à la spécificité de la traduction dans le cadre d’institutions internationales et élucidons les enjeux de ta‘rīb au sein de ce type d’institution afin d’explorer de nouvelles solutions pour ta‘rīb des textes juridiques internationaux, notamment ta‘rīb de la Charte des Nations Unies.

Bertille De Vlieger, Introspection des émotions et connaissance de soi

5Thèse soutenue à l'Université de Lille le 14 décembre 2018.

Composition du jury

Éléonore Le Jallé, Professeur, Université de Lille, directrice de thèse

Alexandre Billon, Maître de conférences, Université de Lille, co-directeur de thèse

Michel Bitbol, Directeur de recherche, CNRS Archives Husserl, président

Julien Deonna, Professeur-assistant, Université de Genève, rapporteur

Denis Seron, Maître de recherche, FNRS et Maître de conférences, Université de Liège, rapporteur.

Résumé

6Cette thèse s’interroge sur la connaissance de soi émotionnelle, sur sa place ainsi que sa participation à la connaissance de soi, sur la valeur qu’elle a pour les individus ordinaires et sur la manière dont les individus ordinaires peuvent l’obtenir.

7L’examen de la nature des émotions et de la valeur que les individus accordent à la connaissance de leurs émotions, qui est effectué dans cette thèse, met en avant l’importance de l’acquisition de la connaissance de soi émotionnelle, ainsi que le lien que cette dernière est communément entendue entretenir avec le bonheur. Si l’acquisition de cette connaissance apparaît comme primordiale, elle n’est est pas pour autant facile. Elle requiert le déploiement d’un certain nombre de capacités cognitives, ainsi qu’un effort cognitif important, notamment au cours de l’utilisation de l’introspection. En effet, cette thèse discute exclusivement de l’accès introspectif à la connaissance de soi émotionnelle, et laisse de côté les autres formes d’accès à la connaissance de soi. Je m’interroge donc dans ce travail, sur la portée pratique mais aussi morale de l’utilisation de l’introspection au regard des émotions, en proposant une défense du processus introspectif comme d’un processus capable de permettre à un individu ordinaire de détecter, d’identifier et d’interpréter ses propres émotions.

8Cette thèse est donc axée autour de deux arguments principaux. Le premier de ces arguments octroie à la connaissance de soi émotionnelle, une place fondamentale au sein de la forme de connaissance de soi qui importe aux individus ordinaires. Le second défend l’idée selon laquelle l’introspection offre un accès à cette connaissance émotionnelle, notamment par le biais de l’appréhension qu’elle permet de la phénoménologie des émotions, et que cet accès a une fiabilité minimale et donc une valeur épistémique, même faible, ainsi qu’une valeur morale et intrinsèque.

Mots-clés

connaissance de soi, connaissance des émotions, conscience des émotions, conscience de soi, introspection, phénoménologie, propriétés phénoménologiques

Abstract

9This thesis examines emotional self-knowledge, its place as well as its participation in self-knowledge, the value it has for ordinary individuals and how ordinary individuals can obtain it.

10The examination of the nature of the emotions and the value that individuals place on the knowledge of their emotions, which is carried out in this thesis, highlights the importance of the acquisition of emotional self-knowledge, as well as the link that the latter is commonly heard to maintain with happiness. If the acquisition of this knowledge appears to be essential, it is not easy. It requires the unfurling of a number of cognitive abilities, as well as a significant cognitive effort, especially during the use of introspection. Indeed, this thesis exclusively discusses introspective access to emotional self-knowledge, and set aside other forms of access to self-knowledge. In in this work, I therefore question the practical but also moral scope of the use of introspection with regard to emotions, proposing a defense of the introspective process as a process capable of allowing an ordinary individual to detect, to identify and interpret one's own emotions.

11This thesis is therefore organized around two main arguments. The first of these arguments gives emotional self-knowledge a fundamental place in the form of self-knowledge that matters to ordinary people. The second defends the idea that introspection offers access to this emotional knowledge, notably through the apprehension that it allows of the phenomenology of emotions, and that this access has a minimum reliability and therefore an epistemic value - even a weak one - as well as a moral and intrinsic value.

Keywords

self-knoweldge, emotional self-knoweldge, self-awareness, emotional self-awareness, introspection, phenomenology, phenomenal properties

Mélanie Dioba, Interprétation et croyance. Le sens de la religion chez Ludwig Feuerbach

12Thèse soutenue le 22 octobre 2018 à l’Université de Lille.

Composition du jury

Philippe Sabot, Professeur, Université de Lille, directeur de thèse

Christian Berner, Professeur, Université Paris-Ouest-Nanterre, co-directeur de thèse

Antonia Birnbaum, Professeur, Université Paris 8, examinatrice.

Vincent Delecroix, Directeur d'étude, École Pratique des Hautes Etudes, rapporteur et examinateur.

Matthieu Gallais, Objets théoriques : une perspective modale sur leur mode d'existence et sur leur rôle dans l'argumentation

13Thèse soutenue le 5 octobre 2018 à l’Université de Lille.

Composition du jury

Tero Tulenheimo, Maître de Conférences HDR, Université de Lille, directeur de thèse

Shahid Rahman, Professeur, Université de Lille, co-directeur de thèse

Roman Frigg, Professeur à la London School of Ecomomics, examinateur

Catherine Bruguiere, Maîtresse de Conférences, Université de Lyon 1, examinatrice

Manuel Rebuschi, Maître de Conférences, Université de Lorraine, pré-rapporteur, président du jury

Résumé

14S’inscrivant dans la philosophie de la connaissance et des sciences, notre étude traite des objets théoriques, selon une perspective modale inédite. Les connaissances théoriques ont pour finalité de porter sur des vérités factuelles, et traditionnellement, on considère par conséquent que ces connaissances peuvent être formulées dans un cadre extensionnel : en termes d’adéquation ou tout au moins de relations avec des objets de notre monde actuel. Mais nous appuyant sur les avancées récentes de la philosophie de la logique modale, nous soutenons que l’entreprise scientifique conçoit des modèles théoriques qui portent sur tout un ensemble de situations, car ils postulent des objets qui sont à considérer dans une perspective modale : les objets théoriques sont intrinsèquement modaux, existant ou pouvant être reconnus dans une pluralité de situations actuelles ou possibles. Cet aspect modal des modèles scientifiques nécessite donc d’examiner l’identification des objets théoriques à travers diverses circonstances alternatives éventuelles. En effet, la question de l’application d’un modèle scientifique, liée au débat fondamental entre réalisme et instrumentalisme, prend selon nous racine dans le problème modal de la reconnaissance d’un objet théorique idéal en un objet actuel ou possible. La notion de modalité nous sera donc utile dans l’analyse fondamentale de l’argumentation scientifique.

Mots-clés

philosophie des sciences, logique, modalité, modèle scientifique, identité, propriété

Abstract

15In the field of the philosophy of knowledge and science, my study deals with theoretical objects in a new modal perspective. Theoretical knowledge is intended to cover factual truths and therefore one traditionally considers that this knowledge can be formulated in an extensional framework: in terms of adequacy, or, at least, of relationships with objects of our actual world. But basing my work on recent advances in the philosophy of modal logic, I will argue that scientific enterprise develops theoretical models about a variety of situations because they postulate objects that have to be considered in a modal perspective: theoretical objects are intrinsically modal, existing or recognizable in a plurality of actual or possible situations. Therefore, this modal aspect of scientific models requires that the identification of theoretical objects across various possible alternative circumstances should be examined. Indeed, the issue of the application of a scientific model, linked to the fundamental debate between realism and instrumentalism, lies with recognizing an ideal theoretical object in an actual or possible object. The concept of modality will also be useful in the fundamental analysis of scientific argumentation.

Keywords

Philosophy of Science, Logic, Modality, Scientific models, Identity, Property

Armel Mazeron, Temps et métaphysique. Confrontation systématique entre Bergson et Kant

16Thèse soutenue le 01 décembre 2018, à l’Université de Lille.

Composition du jury

Frédéric Worms, Professeur, ENS Ulm, directeur de thèse

Christian Berner, Professeur, Université Paris Nanterre

Inga Römer, Professeur, Université de Grenoble Alpes, rapporteure

Arnaud François, Professeur, Université de Poitiers

Caterina Zanfi, Chargée de recherches, ENS- CNRS Paris

Édouard Mehl, Professeur, Université de Lille.

Résumé

17Bergson désigne Kant comme son adversaire principal pour des raisons essentiellement métaphysiques. Si la théorie kantienne de l’idéalité du temps était vraie, elle empêcherait la réalisation d’une métaphysique telle que Bergson la conçoit. Ainsi, ce dernier récuse la thèse centrale de l’Esthétique transcendantale, et il lui oppose l’affirmation de la réalité substantielle de la durée. Du point de vue de Bergson, Kant affirme l’idéalité du temps parce qu’il le spatialise. En retrouvant la différence de nature entre durée et espace, Bergson rend possible la coïncidence intuitive avec l’absolu et permet à la métaphysique de redevenir, après le criticisme, une connaissance de la réalité en soi. Ce sont donc deux théories du temps antagonistes qui engendrent deux métaphysiques opposées : chez Kant, le temps est une forme homogène et infinie susceptible d’accueillir la totalité des phénomènes et permettant de fonder la science physique dans le temps tout en légitimant le suprasensible hors du temps, tandis que chez Bergson la durée est hétérogène et finie, elle unit de façon immanente la forme et la matière, elle est une création continue d’imprévisible nouveauté qui manifeste la réalité spirituelle dans le sensible. À partir de cette opposition, la question est de savoir si l’esprit humain est circonscrit dans les limites des formes a priori de la sensibilité ou bien, au contraire, s’il est capable d’accéder partiellement à l’absolu en plongeant intuitivement dans sa durée profonde. La primauté de la question du temps est telle chez Bergson et Kant qu’elle détermine l’ensemble de leurs philosophies respectives. Elle constitue le centre névralgique à partir duquel se définit le statut de la métaphysique, et d’où s’articule l’intégralité de leurs énoncés philosophiques. L’étude des relations entre Bergson et Kant requiert de ce fait une méthode de confrontation systématique qui, partant de la racine philosophique qu’est la question du temps, étudie exhaustivement les oppositions et les points de rencontre entre eux. En outre, pour étudier précisément la manière dont Bergson comprend Kant, il faut allier la méthode herméneutique et la contextualisation historique. Bergson lit Kant à travers le prisme du criticisme français auquel ses maîtres et ses adversaires adhèrent. Cette tradition est ici étudiée et mise en regard de la philosophie bergsonienne.

18La première partie de ce travail de thèse clarifie le statut de la métaphysique en fonction de la nature du temps. Affirmer l’idéalité ou la réalité du temps a pour effet de changer le statut de la connaissance métaphysique. En séparant le phénomène et le noumène, Kant dresse un voile entre la connaissance et le suprasensible là où, au contraire, l’intuition bergsonienne de la durée permet d’accéder à la réalité en soi et de retrouver la puissance créatrice de l’esprit. La deuxième partie propose une confrontation de l’ensemble de la Critique de la raison pure avec la philosophie de Bergson. Si la théorie du temps a des effets systématiques, alors les thèses de l’Esthétique transcendantale fondent la totalité de l’Analytique et de la Dialectique. La critique de ces thèses par Bergson change non seulement la compréhension de l’espace et de la durée, mais aussi le statut de l’ensemble des facultés de l’esprit humain, des principes de la science et celui des énoncés métaphysiques. La troisième partie étudie le rapport de Bergson avec la Critique de la raison pratique, la Critique de la faculté de juger et avec les textes religieux, anthropologiques et politiques de Kant. Après la séparation du sensible et du suprasensible résultant de l’idéalité du temps, Kant cherche à les relier à l’aide du symbolisme analogique. Le continuisme bergsonien permet de faire l’économie de cette solution et de retrouver dans la philosophie pratique, dans l’art et dans le vivant l’expression de l’élan spirituel et créateur de la durée. Enfin, la quatrième partie de la thèse donne la parole aux kantiens français opposés à Bergson et inverse la relation critique. Le procureur Bergson devient à son tour l’accusé face aux deux grandes écoles philosophiques de l’époque, le néo-criticisme et l’idéalisme critique, qui discutent le statut de la connaissance métaphysique contre le philosophe de la durée.

Mots-clés

Bergson, Kant, temps, durée, métaphysique, connaissance, morale, art, téléologie, raison pure, raison pratique, faculté de juger

Abstract

19Time and metaphysics. Systematic confrontation between Bergson and Kant.

20Bergson refers to Kant as his principal opponent essentially for metaphysical reasons. If the Kantian theory of the ideality of time were true, it would prevent the realisation of metaphysics as Bergson conceives it; so he rejects the central thesis of the Transcendental aesthetics. He opposes affirmation of substantial reality of duration. From Bergson’s point of view, Kant affirms the ideality of time because he spatializes it. By finding the difference of nature between duration and space, Bergson makes possible intuitive coincidence with the absolute and allows metaphysics to become again, after criticism, a knowledge of reality in itself. It is thus two antagonistic theories of time that engender two opposite metaphysics: for Kant, time is a homogeneous and infinite form susceptible to receive all phenomena and allowing the foundation of physical science inside time while legitimating the suprasensible out of time; for Bergson, duration is heterogeneous and finite. It immanently unites form and matter, it is a continuous creation of unpredictable novelty that manifests spiritual reality in the sensible. From this opposition, the question is whether human mind is circumscribed with the limits of a priori forms of sensibility, or, on the contrary, if it is able to partially access to the absolute by dipping intuitively into deep duration. The primacy of the question of time is such in Bergson and Kant that determines all of their respective philosophies, it is their nerve center from which the status of metaphysics is defined, and from which all of their philosophical statements are articulated. The study of relation between Bergson and Kant therefore requires a method of systematic confrontation that, starting from the philosophical root that is the question of time, studies all oppositions and meeting points between them. Moreover, to study precisely how Bergson understands Kant, it is necessary to combine hermeneutical method and historical contextualization. Bergson reads Kant through the prism of French criticism to which his masters and his opponents adhere. This tradition is studied here and compared to Bergsonian philosophy.

21The first part of this work clarifies the status of metaphysics in term of the nature of time. To assert the ideality or reality of time has the effect of changing the status of metaphysical knowledge. While separating phenomenon and noumenon, Kant draw a veil between knowledge and the suprasensible, where, on the contrary, Bergsonian intuition of duration gives access to reality in itself and to rediscover the creative power of mind. The second part proposes a confrontation of all of the Critique of Pure Reason with Bergson’s philosophy. If the theory of time has systematic effects, then the theses of the Transcendental Aesthetics ground the totality of the Analytics and the Dialectics. Their refusal by Bergson changes not only the comprehension of space and duration, but also the status of all faculties of the human mind, the principle of science, and the metaphysical statements. The third part examines Bergson’s report with the Critique of Practical Reason, the Critique of Judgement, and Kant’s religious, anthropological and political texts. After separation of the sensible and the suprasensible resulting from the ideality of time, Kant seeks to connect them with the help of analogical symbolism. Bergsonian continuism permit to make the economy of this solution and to find in practical philosophy, in art and in biological life, the expression of spiritual and creative impulse of duration. Finally, the fourth part of the PhD thesis gives the reply to French Kantians opposed to Bergson, and invert the critical relation. Attorney Bergson becomes in turn the accused in the face of the two great philosophical schools of this time: neo-criticism and critical idealism, which discuss the status of metaphysical knowledge against the philosopher of duration.

Keywords

Bergson, Kant, time, duration, metaphysics, knowledge, moral, art, teleology, pure reason, practical reason, faculty of judgement

Ninon Poitevin, La musicalité de la peinture : de la métaphore au concept, penser une forme silencieuse de musicalité 

22Thèse soutenue à l’Université de Lille le 24 novembre 2018.

Composition du jury

Florence Gétreau, Directrice de recherche émérite, CNRS

Véronique Goudinoux, Professeure, Université de Lille

Marianne Massin, Professeure, Sorbonne Université

Bernard Sève, Professeur émérite, Université de Lille, directeur de la thèse

Sarah Troche, Maîtresse de Conférences, Université de Lille

Bernard Vouilloux, Professeur, Sorbonne Université, président du Jury.

Résumé

23L’expression « musicalité de la peinture », et tous ses usages dérivés qui se multiplient dans les discours depuis la fin du XIXe siècle, est une métaphore conflictuelle dont la vivacité s’est peu à peu diluée en raison du phénomène d’auto-alimentation verbal et opéral dont elle est l’objet. La validation de l’usage d’une telle métaphore suppose donc sa revivification et sa relève par le concept. Elle peut en effet être pensée, par opposition à la musicité, comme part nécessaire (et non présence élargie) de la musique, comprise comme principe d’animation silencieuse et siège du sens et de l’expressivité musicale. Ainsi, en tant que liant et Forme structurante, elle est apte à s’incarner dans d’autres matériaux et notamment le matériau pictural, où elle est alors reconnaissable, du point de vue de la production, par l’esthétique de l’Achevé-inachevé qu’elle met en place, et du point de vue de la réception, par l’expérience esthétique spécifique qu’elle provoque, allant vers une compréhension émotive toujours réajustée et infinie de l’œuvre picturale « musicale ».

Mots-clés

musicalité, peinture, musique, métaphore, expression, représentation, émotion, silence, écoute

Abstract

24The expression “musicality of the painting” and all its derivative uses have multiplied in the speeches since the end of the 19th century. The liveliness of this conflicting metaphor is gradually weakened because of the verbal and operative self-supplying phenomena to which it is the subject. The validation of the use of such a metaphor assumes its own revivification and its relief by the concept. It can indeed be considered, as opposed to the musicity, as a necessity (and not an extended presence) to music. It is thus understood as a silent moving principle and as a base for the meaning and the musical expressivity. Therefore, as binder and structuring Form, it is able to be embodied in other materials and in particular the pictorial material. The musicality is recognizable in this quiet material, in terms of production, thanks to the aesthetic of the Complete-incomplete that it sets up, and in terms of the reception, thanks to the specific aesthetic experience it triggers, reaching to an always readjusted, and infinite emotional comprehension of the “musical” pictorial work.

Key-words

musicality, painting, music, metaphor, expression, representation, emotion, silence, listening

Laurence Romain, A corpus-based study of the causative alternation in English

25Thèse soutenue à l’Université de Lille le 10 octobre 2018.

Composition du jury

Agnès Celle, Université Paris Diderot

Guillaume Desagulier, Université Paris 8

Gaëtanelle Gilquin, Université de Louvain, Belgique

Beate Hampe, Université d’Erfurt, Allemagne

Maarten Lemmens, Université de Lille, directeur de thèse

Florent Perek, Université de Birmingham, Royaume Uni.

Résumé

26La présente recherche s’interroge sur la présumée dichotomie entre les alternances et les généralisations de surface dans le cadre théorique de la grammaire de constructions. Plus précisément, l’objectif de cette thèse est ternaire. Par l’analyse attentive d’une grande quantité de données, nous faisons une description détaillée de l’alternance causative en anglais (The fabric stretched vs. Joan stretched the fabric), nous proposons une méthode qui permet de mesurer la force d’alternance des verbes ainsi que la quantité de sens partagée entre les deux constructions, et, enfin, nous montrons que si l’on veut rendre compte des contraintes au niveau de la construction, l’on doit alors prendre en compte les généralisations de plus bas niveau, telles que les interactions entre le verbe et ses arguments dans le cadre de chaque construction.

27Afin d’ajouter au débat entre alternance et généralisations de surface, nous proposons une analyse détaillée des deux constructions qui forment l’alternance causative en anglais : la con- struction intransitive non-causative d’une part et la construction transitive causative de l’autre. Notre but est de mesurer la quantité de sens partagée par les deux constructions mais aussi de montrer en quoi ces deux constructions diffèrent. Dans cette optique, nous prenons en compte trois éléments: construction, verbe et thème (i.e. l’entité sujette à l’événement dénoté par le verbe). Nous utilisons la sémantique distributionnelle pour la mesure des similarités sémantiques entre les divers thèmes employés avec chaque verbe dans chaque construction dans notre corpus. Ce groupement sémantique met en lumière les différents sens verbaux employés avec chaque construction et nous permet d’établir des généralisations quant aux contraintes qui s’appliquent au thème dans chaque construction.

Mots-clés

grammaire de constructions, structures argumentales, alternances, sémantique distributionnelle, analyse de corpus, verbes, thèmes

Abstract

28The present research takes issue with the supposed dichotomy between alternations on the one hand and surface generalisations on the other, within the framework of construction grammar. More specifically the aim of this thesis is threefold. Through the careful analysis of a large dataset, we aim to provide a thorough description of the causative alternation in English (The fabric stretched vs. Joan stretched the fabric), suggest a method that allows for a solid measure of a verb’s alternation strength and of the amount of shared meaning between two constructions, and finally, show that in order to capture constraints at the level of the construction, one must pay attention to lower level generalisations such as the interaction between verb and arguments within the scope of each construction.

29In an effort to add to the discussion on alternation vs. surface generalisations, we propose a detailed study of the two constructions that make up the causative alternation: the intransitive non-transitive causative construction and the transitive causative construction. Our goal is to measure the amount of meaning shared by the two constructions and also show the differences between the two. In order to do so we take three elements into account: construction, verb and theme (i.e. the entity that undergoes the event denoted by the verb). We use distributional semantics to measure the semantic similarity of the various themes found with each verb and each construction in our corpus. This grouping highlights the different verb senses used with each construction and allows us to draw generalisations as to the constraints on the theme in each construction.

Keywords

construction grammar, argument structure constructions, alternations, distribu- tional semantics, corpus analysis, verbs, themes

Aleksey Sevastyanov, L'architecture et l'imprésentable. Pour une critique du sublime

30Thèse soutenue à l’Université de Lille, le 3 décembre 2018.

Composition du jury

Holger Schmid, Maître de conférences HDR, Université de Lille, directeur de thèse

Daniel Payot, Professeur, Université de Strasbourg, rapporteur

Jean Stillemans, Professeur, Université Catholique de Louvain, rapporteur

Ruth Webb, Professeur, Université de Lille

Mildred Galland-Szymkowiak, Chargée de recherches, CKLN-CNRS

Résumé

31Cette étude s’attache à analyser l’aspiration des théories architecturales contemporaines à l’idée d’« auto-définition » de l’œuvre architecturale à travers le débat philosophique qui oppose l’irreprésentable à la représentation dans l’art. Nous entendons, en nous appuyant sur la définition donnée par Jacques Rancière dans Le destin des images, par le terme générique d’« irreprésentable » un événement ou une idée dont on dit que la singularité dépasse toute la représentation que peut fournir l’iconographie architecturale. Nous soutenons que l’idée d’« auto-définition » de l’architecture se présente sur le plan conceptuel comme une tentative de représentation de l’irreprésentable. La contradiction interne qu’un tel projet génère exige une technique supplémentaire qui transformerait cette contradiction en une affirmation d’exceptionnalité nouvelle de l’œuvre. Cette technique n’est pas une invention récente, son nom historique est le sublime.

32Notre travail montre que sous ses formes diverses le concept de sublime est impliqué dans les mutations de la discipline architecturale, de telle sorte que l’historicité du sublime pourrait être confondue avec celle de l’architecture ; ce non pas du point de vue de l’iconographie, de l’évolution des styles et des formes architecturales, ni non plus comme une manière spécifique de voir l’architecture, mais précisément en termes de rapport particulier entre la forme et le contenu, entre une manière de faire et une manière de dire, ou plutôt selon une certaine condition de possibilité autorisant les opérations d’inclusion et d’exclusion des éléments théoriques hétérogènes au sein du discours architectural.

Mots-clés

33architecture, sublime, auto-définition, représentation

Abstract

34Through the philosophical debate opposing the unrepresentable to representation in art, this study analyzes contemporary architectural theories' aspiration towards the idea of "self-definition" of the architectural work. The generic term “unrepresentable” (irreprésentable), following Jacques Rancière's definition in Le destin des images, here stands for an event or an idea whose singularity exceeds any representation provided by architectural iconography. We contend that the idea of "self-definition" of architecture is, from a conceptual standpoint, an attempt to represent the unrepresentable. The internal contradiction generated by such a project requires an additional technique transforming this contradiction into a new affirmation of the work's novelty. Such a technique is no recent invention: its historical name is the sublime.

35We show that in its various forms the concept of the sublime is involved in the architectural discipline's mutations, to the point that the historicity of the sublime can be identified with the historicity of architecture. Not so from the point of view of iconography, the evolution of styles and architectural forms, nor either as a specific way of seeing architecture; but precisely so in terms of a relationship between form and content, between a way of doing and a way of saying, or rather of a certain condition of possibility allowing operations of inclusion and exclusion of heterogeneous theoretical elements within the architectural discourse.

Keywords

36self-definition, representation, sublime, architecture

Sara Tosetti, Commento testuale ai frammenti di Epicarmo

37Thèse en co-tutelle, soutenue le 23 mars 2018 à l’Université de Trente (Italie).

Composition du jury

G. Ierano (Trente), directeur de thèse

A. de Cremoux (Lille), co-directrice de thèse

A. Willi (Oxford)

M. Negri (Milan)

L. Rodriguez-Noriega Guillen (Oviedo).

Résumé

38Questo lavoro di tesi contribuisce allo studio della commedia dorica di V secolo a.C. attraverso l’analisi dei testi del suo maggior esponente, Epicarmo di Siracusa. Vengono presi in esame i frammenti autentici che è possibile attribuire con certezza ad un determinato dramma e, per ciascun brano, si provvede ad un commento dettagliato delle peculiarità linguistiche, drammaturgiche e contenutistiche. Il proposito della ricerca è stato capire come Epicarmo si collocasse nel panorama culturale siciliano in cui visse, indagare l’uso della variazione linguistica e ricercare le peculiarità dei suoi drammi. Per trovare risposta a questi interrogativi, è stato necessario adottare un approccio di tipo interdisciplinare, poiché non è possibile racchiudere tali tematiche nella sola letteratura greca di V secolo. Un contributo fondamentale proviene dagli studi di storia della lingua greca e dalla dialettologia, che hanno permesso di definire le peculiarità linguistiche del dorico in uso a Siracusa e di evidenziare eventuali discrepanze presenti nei testi del commediografo. Nel commento ai brani, infatti, è costante il confronto tra la forma linguistica adottata da Epicarmo e quella corrispondente nello ionico-attico. Importante si rivela anche il contributo della sociolinguistica, una teoria che dà importanza al condizionamento esercitato dai parlanti su una lingua. Lo studio dei testi epicarmei indaga anche se esistano elementi linguistici tali da caratterizzare un determinato personaggio in base al suo status sociale, alla sua provenienza e al suo genere sessuale. I risultati ottenuti dallo studio linguistico e testuale sono notevoli. Innanzitutto, Epicarmo porta in scena argomenti mitologici, storici e scene riprese dalla vita quotidiana, mescolandovi parodia e travestimento. Due personaggi in particolare, Eracle ed Odisseo, compaiono frequentemente nelle opere del commediografo e diventano protagonisti delle azioni più diverse. Rilevante è anche la quantità e la lunghezza dei cataloghi che caratterizzano i frammenti epicarmei e che rispondono a determinati scopi comici. La forma ad elenco, ripresa probabilmente dalla letteratura epica, sembra essere stata particolarmente cara ad Epicarmo, che la impiega in molti testi. Inoltre, è probabile che, almeno in alcuni drammi, fosse previsto un coro comico, anche se non è chiaro quanti individui lo componessero e quale fosse la sua funzione. Dal punto di vista linguistico, i testi del commediografo sono composti nel dialetto dorico di Siracusa, anche se compaiono talvolta alcune espressioni peculiari di altri dialetti. In qualche occasione, inoltre, i frammenti sembrano testimoniare la variazione sincronica in atto nella lingua parlata. In conclusione, la produzione comica di Epicarmo mostra un forte carattere regionale, evidente sia dalla scelta di scrivere in dorico sia dai numerosi riferimenti a prodotti tradizionali e ad argomenti locali. Tuttavia, la lingua e i contenuti del poeta risentono in larga misura anche dell’ambiente culturale e politico della Sicilia di V secolo a.C. e attestano relazioni tra il commediografo siracusano e gli intellettuali contemporanei, fra i quali spicca Eschilo.

39Résumé en ligne à l’adresse : http://eprints-phd.biblio.unitn.it/​2827/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Thèses de doctorat soutenues en 2018 », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 27 février 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/6015

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals