Navigation – Plan du site

Plan

Haut de page

Texte intégral

Journée d'études DOCTILING (DOCTorIales de LINGuistique)

118 juin 2019.

2Co-organisée par Cyril Grandin, Huiyun Hu et Rémi Cardon.

Argumentaire

3La conférence DOCTILING, désormais tradition à l’Université de Lille, permet aux doctorant·e·s en linguistique de présenter leurs travaux aux membres du laboratoire et de bénéficier de leurs conseils. L'édition 2018 a permis de mettre à l'honneur nos relations avec le personnel chercheur de l'Université de Gand. Cette année, nous inviterons les membres des laboratoires régionaux à présenter leurs recherches.

Co-organisation de l’International Workshop on the L1 and L2 Acquisition of Information Structure

425-26 April 2019, KU Leuven, Department of Linguistics, Belgium.

5Co-organisateurs : Karen Lahousse (KU Leuven) ; Emmanuelle Canut (STL, Université de Lille) ; Cécile De Cat (University of Leeds) ; Morgane Jourdain (KU Leuven and Université de Lille/STL)

Argumentaire

6In recent years, the study of Information Structure in child language has gained significant interest. Many authors have investigated how the accessibility level of referents (given vs new) influences children’s referential choices (pronoun, indefinite or definite lexical NP…) (Gundel & Johnson, 2013; Hendriks, Koster, & Hoeks, 2014; Hickmann & Hendriks, 1999) or word order Narasimhan and Dimroth, 2018, 2008; Dimroth and Narasimhan, 2012; Stephens, 2010; Schelletter and Leinonen; 2003). Children’s  prosodic and syntactic choices to encode the topic and focus of their utterances have also been studied in some detail  (Moscati, Manetti, Belletti and Rizzi, in press; Chen and Höhle, 2018; Chen, Szendrői, Crain and Höhle, 2016; Arnhold et al., 2016; Moscati, Manetti and Rizzi, 2015; Lobo, Santos and Soares-Jesel, 2015; Chen, 2011; De Cat, 2009; Müller et al., 2009).

7Little consensus has however been reached on the development of Information Structure in child language and its interaction with the development of syntax (Höhle, Berger and Sauermann, 2016). While some studies suggest that morphology and syntax are acquired before pragmatics and Information Structure (Schaeffer & Matthewson, 2005), others show that at least some of children’s constructions encode an adult-like Information Structure configuration. For example, French and Italian children use dislocations to encode the topic of the utterance from the onset of the development of the construction (Belleti and Manetti, 2018; Manetti and Belleti, 2017; De Cat, 2002, 2007, 2009), and Russian children use SVO and OVS word orders in an adult-like way as early as age 2;10 depending on the information status of the subject and the object (Dyakonova, 2004).

8Several authors have also shown that children do not develop all aspects of Information Structure at the same rate. Dutch children from the study of Chen (2011) acquire the intonation contour to mark topic before the contour for focus, and Portuguese children from the study of Costa and Szendrői (2006) acquire the syntactic marking of focus while they still struggle with the computations required to interpret stress shift as a focus marker. Besides, research suggests that the comprehension of focus-marking intonation is acquired after production in child language (Szendrői, 2004; Gualmini et al., 2003; Paterson et al., 2003, but see Szendrői et al., 2018; Chen, 2010 for a different point of view).

9The study of L2 acquisition of Information Structure has also developed recently (Colonna et al., 2018; Park, 2018 among others), and reevaluates former findings. According to Fuller and Gundel (1987), the interlanguage of L2 learners is characterized by an early topic-prominent stage and a late subject-prominent stage, even if their L1 is subject-prominent, which suggests that some aspects of the development of Information Structure might be universal. More recent research however suggests a transfer from L1 characteristics (Jin, 1994; Jung, 2004). Some authors consider that L2 learners have difficulties acquiring the syntax-pragmatic and Information Structure interface (Sorace, 1993; Sorace & Filiaci, 2006; Alvaro, 2018). Some find that L2 learners, as they become more advanced, manage to acquire syntactic constructions with the appropriate Information Structure function (Reichle and Birdsong, 2013; Hughes, 2010; Dominguez and Arche, 2010; Donaldson, 2011a, 2011b)

10Voir le site du Workshop.

Co-organisation du Workshop Modality and Diachronic Construction Grammar

11Colloque ICCG-10 (10th International Construction Grammar Conference), Paris, 16-18 juillet 2018.

12Co-organisateurs : Martin Hilpert (Université de Neuchâtel, Suisse) et Bert Cappelle (STL).

Argumentaire

13This theme session explore how Construction Grammar can be used to shed new light on diachronic changes in a central domain of grammar, namely modality. Diachronic Construction Grammar has established itself as a fruitful research enterprise that has been applied to a wide range of historical changes (Bergs & Diewald 2008, De Smet 2013, Hilpert 2013, Traugott & Trousdale 2013, Barðdal et al. 2015). The growing appeal of Construction Grammar in historical linguistics can be partly motivated by the fact that it provides an analytical framework for phenomena that fall outside the purview of established research traditions. Diachronic Construction Grammar is also attractive because it invites a re-conceptualization of linguistic changes that have already been the subject of intensive study. Modality is such a case: Grammatical expressions of modality have received considerable attention in linguistic work that is broadly compatible with a constructional perspective (Plank 1984, Traugott 1989, Bybee and Fleischman 1995, Fischer 2007, Bybee 2010). At the same time, an explicitly constructional perspective on modal expressions raises a number of questions: 

1) Constructions and paradigmatization Modal auxiliaries in languages such as English or German are prime examples of constructions that are organized in a paradigmatic structure (Nørgård-Sørensen et al. 2011, Diewald & Smirnova 2012). How are such structures adequately modeled in a constructionist framework? Do speakers form generalizations across constructions, and if so, how are these meta-constructions represented in their knowledge of language? With regard to diachrony, how can we model the emergence or disintegration of paradigms? 

2) The development of modal meanings. Work in typology and grammaticalization has produced far-reaching insights into the historical change of modal meanings and possible paths of development (Traugott 1989, Van der Auwera and Plungian 1998). How can a constructional perspective accommodate predictions such as the unidirectionality of semantic change? Does Construction Grammar lend itself to the formulation of strong hypotheses, or is it a mere descriptive framework? 

3) Constructionalization and constructional change.

Traugott and Trousdale (2013) present a thorough re-conceptualization of language change in terms of developments that can happen in a network of constructions. In particular, they distinguish the emergence of new nodes (constructionalization) from alterations in existing nodes (constructional change), and they differentiate between the constructionalization of elements with contentful and procedural meanings. If actual developments of modal expressions are taken into view through the lens that Traugott and Trousdale provide, what new insights can be gained? Conversely, what do findings from diachronic corpora tell us about constructionalization and constructional change? 

A focus on modality in diachrony from a constructional perspective will be useful for two reasons. First, by addressing a topic that is reasonably well-understood we hope to bring out more clearly what new insights a constructional perspective can yield. Second, by showing that Diachronic Construction Grammar can make a meaningful contribution to the study of modality in diachrony, we can stimulate research that will hopefully appeal even to researchers in other theoretical frameworks.

Co-organisation du Colloque « Discours politique et médiatique en Amérique latine », colloque ADAL

14Roubaix, 6 au 8 février 2019.

15Co-organisateurs : Morgan Donot (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – CREDA), Henry Hernández Bayter (Université de Lille, STL), Camila Moreira Cesar (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3/CIM | NUCOP/UFRGS), Ailin Nacucchio (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3), Claudio Ramírez (Université Catholique de Louvain – K.U. Leuven), Eglantine Samouth (Université de la Réunion – DIRE/CEDITEC), Yeny Serrano (Université de Strasbourg – LISEC)

16Argumentaire et programme sur le site du colloque :http://colloqueadal2019.org/​accueil/​

IIe Journée d’études « Παίζειν καὶ γελᾶν II - Jeu et comicité dans les textes antiques : méthodes et outils d’analyse »

17Deuxième journée : « Comique, rire, humour ? Entre pratiques et théories », Lille, 24 mai 2019.

18Responsables : Anne de Cremoux, Louise Bouly de Lesdain et Valentin Decloquement.

Argumentaire

19Plusieurs chercheurs de la thématique 1 du champ B de STL sont confrontés régulièrement à des corpus analysés par la critique comme « drôles », « ludiques », « comiques », « humoristiques », sans que le choix de ces notions soit toujours justifié et sans que leur valeur heuristique soit interrogée afin de permettre une meilleure objectivation de l’interprétation. Afin d’échanger sur ces difficultés et de préciser notre utilisation de ces catégories et les méthodes que nous y employons, nous avons lancé en mai 2018 une première journée dédiée à ces questions. Cette journée a permis, de manière intéressante, de confronter entre elles nos approches de textes littéraires différents (Homère, la comédie moyenne et nouvelle, Théocrite, les textes d’époques impériale et tardive), et de faire un premier examen des notions qu’employaient les commentateurs anciens eux-mêmes lorsqu’ils abordaient ces textes.

20L’intérêt de ces premiers échanges nous pousse à proposer un deuxième atelier de ce type au printemps 2019. Les questions que nous y poserons se resserreront cette fois autour de deux volets, liés cette fois davantage au γελᾶν de notre projet :

-un premier ensemble sera constitué par une analyse pratique de textes précis, d’un format court. Nous partirons d’interprétations de ces textes qui les décrivent comme drôles, comiques, etc., pour tenter de déconstruire ces interprétations et d’examiner leur fonctionnement et les définitions sous-jacentes qu’elles convoquent. Comment établissent-elles la relation entre procédé et effet ? Comment se construisent-elles en rapport avec le genre – par exemple qu’est-ce qu’un procédé comique, et faut-il nécessairement un procédé dit « comique » pour faire rire ? L’humour est-il une notion pertinente quand il s’agit d’analyser des textes anciens, et que recouvre-t-il – une intention, une pratique (« faire de l’humour »), etc. ? Faut-il rire à la lecture des textes pour y repérer de tels procédés, sachant que les codes et les référents anciens ne sont pas identiques aux nôtres ?

-un second ensemble, complémentaire du premier, proposera des mises en confrontation entre des mots et des théories modernes sur le comique et l’humour d’une part, et d’autre part les textes théoriques anciens, dans une perspective historique et épistémologique. Dans les études modernes, et qui plus est, d’une langue vivante à l’autre, quels termes et concepts employons-nous pour examiner les textes anciens que nous estimons drôles ? Entre eux, ces termes recouvrent-ils les mêmes notions – l’umorismo de Pirandello par exemple est-il l’humour français ; que faire, en France, du ludicrous ou du laughter anglais utilisés dans la critique ? Et tous ces termes modernes sont-ils applicables, ou non, à des textes composés à une époque où les concepts mêmes, ou bien commençaient seulement à être formulés, ou bien semblent ne pas avoir existé ? Recouvrent-ils les premières théories anciennes sur le sujet, et si ce n’est pas le cas, devons-nous les écarter ?

21Au printemps 2019, nous déposerons un projet partenariat auprès de la MESHS, afin de reprendre cette question de façon pluridisciplinaire l’année suivante (en dialogue, notamment, avec les langues et littératures étrangères, la philosophie, l’histoire et la sociologie).

Workshop « L’Orestie d’Eschyle et les Présocratiques »

22Lille, 3 juillet 2019.

23Responsables : Daria Francobandiera et Claire Louguet.

Présentation

24Nous organisons depuis 2016 des séminaires de recherche sur les rapports entre le théâtre tragique du Ve siècle et les Présocratiques : en 2016-2017, nous avons ainsi pu étudier le Prométhée enchaîné et ses rapports avec la philosophie de Parménide ; en 2017-2018, nous nous sommes penchés sur le Philoctète de Sophocle et la manière dont la pièce retravaille les schémas sophistiques de l’origine et du développement de la société humaine. Pour 2018-2019, nous proposerons un workshop qui se tiendra sur une seule journée et qui aura pour thème l’Orestie d’Eschyle. Les participants de cet atelier de travail (environ une dizaine/quinzaine de personnes) ne seront pas invités à présenter des communications indépendantes sur le sujet choisi, mais plutôt à travailler collectivement sur un corpus de textes que les animateurs auront préalablement fournis. Il s’agira donc d’un lieu de débat et d’échange d’idées ouvert à tous, aux doctorants comme aux chercheurs plus expérimentés. En plus des chercheurs titulaires et des doctorants du laboratoire STL, nous inviterons Pierre Judet de la Combe (EHESS Paris), Leopoldo Iribarren (Université de Leyde) et Victoria Wohl (Université de Toronto).

Argumentaire

25Une vulgate interprétative née dans l’Antiquité et encore répandue de nos jours fait d’Eschyle le plus ‘primitif’ des trois Tragiques, en l’opposant volontiers à un Euripide ‘philosophe’, influencé par les doctrines d’Anaxagore et/ou par les enseignements des sophistes. Plusieurs études récentes ont cependant nuancé cette prétendue naïveté eschyléenne, en soulignant les rapports profonds qu’entretient son théâtre avec les débats philosophiques des VIe et Ve siècles et les systèmes conceptuels développés par les penseurs de l’époque, dans les domaines de l’éthique, de l’anthropologie, de la cosmologie et du langage. Ainsi, pour ne citer que les exemples les plus connus, la théorie de la génération patrilinéaire de l’enfant défendue par Apollon dans les Euménides reprend vraisemblablement une théorie qu’Aristote attribue à Anaxagore ; un fragment des Héliades qui identifie Zeus aux éléments constitutifs du kosmos semble s’inspirer de la conception héraclitéenne du divin, comme le soulignait déjà Clément d’Alexandrie ; et le(s) voyage(s) d’Eschyle en Sicile, attesté(s) par plusieurs sources, soulèvent la question des influences, peut-être réciproques, entre le dramaturge, Empédocle et les écoles pythagoriciennes de Grande-Grèce. C’est ce dialogue entre tragédie et philosophie que nous tenterons d’expliciter et d’évaluer, en partant de l’hypothèse que les textes des uns et des autres se répondent ou se nourrissent mutuellement, c’est-à-dire que les échos ou écarts ne sont pas simplement l’effet d'un "air du temps", mais traduisent des démarches interprétatives qui font sens. Afin de mesurer la portée conceptuelle de ces œuvres et de nuancer plus finement leurs similitudes et leurs différences, nous tiendrons également compte de leur contexte large, qui inclut aussi bien le ‘socle commun’ représenté par les poèmes d'Homère et d’Hésiode, que d’autres développements contemporains ou postérieurs, notamment les écrits du Corpus Hippocratique et ceux de Platon.

Co-organisation de la journée d’études « Entre cité et urbanité : représentations idéales et emplois métaphoriques de la cité antique »

2617 mai 2019.

27Co-organisation : Daria Francobandiera (STL) et Séverine Tarantino (HALMA) dans le cadre du séminaire interdisciplinaire de l’ED : « Réception de l’Antiquité : la Ville et ses traces dans l’histoire et la littérature », en collaboration avec les laboratoires HALMA (Lille SHS), ALITHILA (Lille SHS) et Textes et Cultures (Univ. de l’Artois).

Argumentaire

28Cette journée, adressée principalement à des doctorants en SHS issus de différentes filières, a une vocation pluridisciplinaire et vise à aborder la cité antique à travers une pluralité d’approches : socio-culturelles, politiques, philosophiques ou littéraires. Dans cette perspective, nous souhaitons explorer trois dimensions complémentaires de la ‘mise en images’, aux sens propre et métaphorique, de la cité antique. En premier lieu, nous nous pencherons sur la construction, dans la littérature gréco-latine, de différentes cités idéales, telles que les cités utopiques de la philosophie ou de la comédie ancienne, les cités de Dieu des chrétiens, etc. Il s’agira aussi d’analyser les emplois figurés de la ville et des qualités qui y sont attachées, comme l’urbanitas en rhétorique et stylistique ; cette dimension axiologique pourra, par ailleurs, être élargie et nuancée par une étude parallèle du motif de la campagne et de la rusticitas. Troisièmement, nous comptons poursuivre la réflexion sur les représentations figuratives des cités antiques à l’époque moderne, déjà engagée dans la journée d’étude « Images de la cité : apparence et organisation des cités dans l’Antiquité et dans ses reconstructions modernes » (Université de Lille, 20 avril 2018). Si, pour notre première journée d’étude, l’accent a été mis sur les livres imprimés des XVe-XVIIe siècles, nous envisageons pour l’année 2019 d’étudier les représentations filmées de la cité antique, notamment dans le peplum et les jeux-vidéo. À noter que la journée d’étude devrait se terminer par la projection d’un ou plusieurs des documents filmiques étudiés, suivie d’un débat avec l’auditoire.

29Parmi les intervenants : Claire Louguet (Université de Lille), Laury-Nuria André (ENS Lyon), Maëlys Blandenet (ENS Lyon).

Journée d'étude « Religion traditionnelle et religion philosophique : penser la relation au divin à l’époque hellénistique et impériale »

30Lille, 5 juin 2019.

31Co-organisée par Thomas Bénatouïl, Rodolphe Le Penru et Giulia Scalas.

Argumentaire

32Les écoles philosophiques de l’époque hellénistique s’accordent pour critiquer la religion populaire et reconnaître dans ses croyances et ses pratiques une forme de superstition. La superstition est à comprendre ici comme une religiosité excessive résultant d’une peur irrationnelle devant le divin. Mais si les écoles cynique, épicurienne, stoïcienne, académicienne et sceptique partagent cette critique de la superstition, elles se distinguent en revanche les unes des autres lorsqu’il s’agit de concevoir le divin et de définir l’attitude religieuse qu’il convient éventuellement d’adopter à son égard. Tandis que les Epicuriens veulent éliminer du même coup superstition et religion en concevant des dieux qui ne s’occupent pas des affaires humaines, les Stoïciens s’efforcent d’envisager une religion qui soit débarrassée de toute superstition en élaborant leur doctrine de la providence. Mais c’est alors au tour des Stoïciens d’être taxés de superstitieux par l’académicien Cicéron qui leur reproche de vouloir justifier jusqu’à l’excès le caractère providentiel de toute chose.

33Si cette manière de critiquer la religion comme superstition, de la réhabiliter ou au contraire de rompre avec elle, nous parait devoir faire l’objet d’une journée d’étude, c’est parce qu’elle semble être un trait caractéristique de la réflexion philosophique à l’époque hellénistique. C’est également parce qu’elle est un excellent levier pour étudier les relations, les débats et les attaques entres les écoles hellénistiques elles-mêmes. L’originalité d’une telle journée d’étude résidera à la fois dans un effort pour replacer les philosophies hellénistiques dans leur contexte d’élaboration, et dans une volonté de réunir toutes les principales écoles de l’époque hellénistique en une même journée pour mieux apprécier leurs points d’accord et leurs oppositions à l’aune de leur rapport à la religion

Programme

3410h40-11h30 : Jordi Pià Comella (Maître de conférences, Univ. Sorbonne nouvelle - Paris 3), sur les cyniques et la religion à l'époque hellénistique et impériale (titre à définir).

3511h30-12h20 : Giulia Scalas (Doctorante STL, Univ. Lille), « La physiologie du divin : le discours contre la religio chez Lucrèce et Philodème ».

3614h-14h50 : Rodolphe Le Penru (Doctorant STL, Univ. Lille), « Passions divines, passions humaines : l’enjeu moral de la critique stoïcienne de la superstition ».

3714h50-15h40 : Clara Auvray-Assayas (Professeur des Universités, Univ. Rouen), sur la religion dans l'Académie et chez Cicéron (titre à définir).

3816h10-17h : Stéphane Marchand (Maître de conférences, Univ. Paris 1 - Panthéon-Sorbonne), sur la religion chez Sextus et dans le scepticisme (titre à définir).

Journée d’étude « La version (latine et grecque) en question : vers d’autres modalités de la traduction du collège aux études supérieures ? »

39Lille, 16 mars 2019.

40Co-organisation : Peggy Lecaudé (STL) et Séverine Tarantino (Halma).

Argumentaire

41Dans le but de poursuivre notre réflexion conjointe entre enseignants du second degré, des classes préparatoires et du supérieur sur la pédagogie des langues anciennes, nous souhaitons cette année questionner la pratique d’un exercice phare de nos études : la version. Épreuve incontournable des concours du Capes de Lettres classiques et de l’agrégation de Lettres classiques, de grammaire, et de lettres modernes, la version oriente, voire conditionne traditionnellement les pratiques pédagogiques des enseignants dès les cours de latin ou de grec débutants, l’objectif étant d’être capable, à terme, de traduire un texte latin ou grec en un français correct et élégant.

42Or, tous les élèves et étudiants qui reçoivent dans leur scolarité un enseignement de langues anciennes ne se destinent pas nécessairement à passer ces concours et n’ont donc pas tous besoin d’atteindre cet objectif. Les épreuves du Bac, elles-mêmes, à l’écrit comme à l’oral, se passent de la version sur texte hors programme, au profit de questions visant à évaluer la compréhension et la connaissance d’un texte travaillé en cours durant l’année. Au collège, au lycée ou dans les parcours récents mis en place par les universités (par exemple HSI à Lille), les élèves et les étudiants choisissent souvent un enseignement de langues anciennes pour acquérir une solide culture antique, pour pouvoir se débrouiller dans la lecture de textes anciens avec une traduction en regard, éventuellement pour pouvoir accéder à la compréhension de textes non traduits pour les étudiants plus avancés en histoire ou en philosophie, par exemple. Bref, les objectifs se sont diversifiés, il est donc nécessaire que les pratiques pédagogiques s’adaptent et se diversifient elles aussi : une partie de notre réflexion dans le cadre de ce séminaire de recherche pédagogique portera sur cette diversification.

43Parallèlement, nous souhaiterions également réfléchir à l’exercice de la version lui-même, qui reste incontournable lorsque l’on se destine à devenir professeur de lettres (modernes ou classiques). Trop souvent, l’exercice se voit réduit à un moyen d’évaluer, pour l’examinateur ou l’enseignant, les compétences grammaticales du candidat ou de l’élève, ce qui tend à assécher considérablement le rapport de ce dernier aux textes. Nous aimerions donc ici réfléchir à des manières de redonner du sens à l’exercice de la version lui-même, en en déplaçant les enjeux, en y injectant une dimension plus créative, par exemple, et en faisant des compétences grammaticales un moyen de comprendre le texte, et non plus une fin en soi.

44Intervenants envisagés

-Pascal Charvet (IGEN, traducteur et helléniste, auteur du rapport « Les humanités au cœur de l’école »)

-Guillaume Flamerie de Lachapelle (traducteur de Suétone et membre du jury de l’agrégation de lettres classiques, Université de Bordeaux)

-Flore Kimmel-Clauzet et Aline Estèves (Université de Montpellier, CRISES, resp. du projet « L’antiquité en dialogue »)

-Frédéric Fleck (Paris, ENS)

-Aude Alizon-Morel (Université de Paris-Sorbonne)

Journée d’études sur la « Théorie »

45Lille, 30 novembre 2018.

46Co-organisation : Alexandre Billon et Édouard Mehl.

Programme

Thomas Benatouïl : « Théorie et pratique dans l’Antiquité »

Holger Schmid : « Voir et Savoir : le paradigme de la vision »

Lucien Vinciguerra : « La querelle des logarithmes au XVIIIe siècle »

Édouard Mehl : « D’Aristote à Husserl et retour. Sur l’idée de mathesis universalis et l’impossibilité d’une théorie de toutes les théories ». Webcast : https://vimeo.com/​304563413.

Co-organisation du colloque international « Histoire de la fin des Temps. Les mutations du discours eschatologique, Moyen Âge, Renaissance, Temps Modernes »

47Tours, 21-23 mars 2019.

48Organisation : Édouard Mehl (STL) et Christian Trottmann (CESR).

49Voir le programme sur le site du CESR.

Journée d’étude « Des Platonismes en Phénoménologie. Interprétations, appropriations, distorsions »

5028 et 29 septembre 2018.

51Responsables : Claudio Majolino, Emanuele Mariani, Alain Lernould, Édouard Mehl.

Argumentaire

52Dans les trente dernières années, les rapports de la phénoménologie, dans ses nombreuses formes, à l’histoire de longue durée de l’aristotélisme ont fait l’objet de nombreuses études, notamment en France et dans le monde anglophone. La question de l’être, de l’intentionnalité et du monde, des thèmes chers à la phénoménologie comme le catégoriel, l’imaginaire ou le politique ont notamment été examinés dans leurs rapports avec les textes-source d’Aristote et leurs relectures, anciennes et médiévales. Or, il en va tout à fait autrement du lien, pourtant étroit, qui noue la tradition phénoménologie aux différentes formes de platonisme qui ont traversé l’histoire de la philosophie occidentale. De l’idée husserlienne d’un Platon « père de toute science rigoureuse », fondée sur une certaine lecture de la République (Hua XXV, 53), au Patočka de Platon et l’Europe, centré sur le « souci de l’âme » (τῆς ψυχῆς ἐπιμελεῖσθαι) (Alc. 130, c 5-6) ; du célèbre propos de Heidegger, selon lequel « toute philosophie occidentale est un platonisme » (Nietszche, t. II), aux références, nombreuses et insistantes, de Lévinas à l’égard du Phèdre ; mais, aussi, du silence assourdissant de Sartre, Merleau-Ponty et Michel Henry, qui (du moins apparemment) semblent faire l’impasse sur l’héritage de Platon, à l’obsession véritable d’Eugen Fink vis-à-vis de l’ontologie platonicienne de l’image, tant dans ses études sur l’irréel et le jeu que dans ses recherches sur la παιδεία—la phénoménologie n’a pas cessé de multiplier ses lectures de Platon et ses variantes de « platonisme » d’une manière qui demande encore à être explorée.

53Programme disponible sur le site de STL.

Colloque international « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices : autour de Husserl et au-delà »

54Lille, 3 et 4 décembre 2018.

55Co-organisé par Carla Di Martino et Claudio Majolino, avec la collaboration scientifique de Hélène Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et Hamid Taieb (Universität Hamburg) (https://semaino.hypotheses.org/​category/​archives/​arch-lille/​colloques-lille-arch).

Argumentaire

56Suite aux volets Ancien (2015-2016, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (2016-2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés notamment sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Une partie centrale de ce troisième volet gravite autour de l’élaboration d’une phénoménologie des signes issue des réflexions sémiotiques et linguistiques propres à la tradition brentanienne et husserlienne. Il s’agira ainsi d’étudier, tant d’un point de vue historique que systématique des problèmes tels que : la conscience de signe en général ; la pensée symbolique ; la différence entre signes linguistiques et non linguistiques ; les écarts entre intentionnalité signitive, perceptive et imaginaire ; la structure catégoriale des signes linguistiques ; leur rôle dans la constitution des formations intersubjectives de type culturel (telles les sciences ou les communautés) etc. ; la structure sémiotique du monde culturel et personnel ; les possibles taxinomies de signes etc. Ces questions, étudiées notamment dans le cadre très complexe de la phénoménologie de Husserl, seront abordées du point de vue d’une tradition « phénoménologique » au sens plus large (et qui va de Brentano et Marty jusqu’à Heidegger et Ingarden) qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation, directe ou indirecte, avec Aristote. Héritage dont il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites à l’aune de perspectives plus contemporaines.

Programme

Lundi 3 décembre

5714h : ouverture du colloque. Alain Lernould

5814h15-15h15 : Charlotte Gauvry (Université de Liège), « “Le langage est essentiellement le signe de la pensée” (Brentano, Logik, EL80-12.978) »

5915h30-16h30 : Hamid Taieb (Universität Hamburg), « Ordinary Language and Typicality: Some Brentanian Discussions »

6016h45/17h45 : Hélène Leblanc (Université de Genève), « Sign and Language in young Anton Marty » 

mardi 4 décembre

619h-10h : Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), « Phenomenal Signs »

6210h15-11h15 : Claudio Majolino, « Husserl on semiotic agency: Towards a phenomenology of communication »

6311h30-12h30 : Mark Textor (King’s College London), « Thinking, Speaking and the Notion of Sense »

6414h30-15h30 : Laurent Cesalli (Université de Genève), « Husserl chez les martiens ? »

6515h45-16h45 : Friederike Moltmann (Université Paris-1/CNRS), « Twardowski’s action-product Distinction: several Issues ».

Journée d'études « Le phénomène. Questions ouvertes / Phenomenon : Open Questions »

66Lille, 10 décembre 2018.

67Responsables : Claudio Majolino et Emanuele Mariani.

68Organisée dans le cadre du projet de recherche « Le phénomène : cartographie d’un concept fondamental / Phenomenon : Cartography of a Fundamental Concept » (PHC-PESSOA, Lille/Lisbonne).

Argumentaire

69S’il est vrai que la philosophie n’a pas attendu la phénoménologie pour proposer des usages théoriques forts du concept de « phénomène » – la Critique de la raison pure de Kant et la pensée hégélienne en témoignent –, la phénoménologie semble pour le moins revendiquer la spécificité, comme son nom l’indique, d’avoir les « phénomènes » comme objet d’enquête privilégié, voire unique. Mais de quels « phénomènes » s’agit-il ? Et de quelle phénoménologie parle-t-on ? Et surtout, plus fondamentalement, qu’est-ce qu’un phénomène ? Cette journée d’études se propose de répondre à ces questions, en sondant tant l’histoire de la philosophie que la tradition phénoménologique considérée par elle-même ou dans son croisement avec les sciences cognitives. 

While it is true that philosophy did not wait for phenomenology to propose a strong theoretical usage of the concept of “phenomenon” –Kant's Critique of Pure Reason and Hegelian thought are a proof of such a finding– phenomenology apparently claims, as its name suggests it, to have “phenomena” as the object of a privileged or even unique investigation. But what “phenomena” are those? What phenomenology one is talking about? And above all, to put the matter more fundamentally, what is a “phenomenon”? This workshop’s purpose is to answer these questions, by surveying both the history of philosophy and the phenomenological tradition considered by itself and in its intersection with cognitive sciences.

Programme

709h-10h15 : Julia Jansen (KU Leuven) : « Husserl as a Thinker of Complexity »

7110h30-11h45 : Aurélien Dijan (UMR STL 8163) : « Husserl and the problem of the Horizon »

7212h00-13h15 : Guilherme Riscali : « Thought this be method, yet there is madness in’t »

7314h45-16h00 : Pedro Alves (ULisboa) : « On Communication. Revisiting Reinach and the early Husserl »

7416h15-17h30 : Andrea Cimino (KU Leuven) : « Hallucinatory Phenomena : A Reflection on Deception and the Falsification of Experience »

7517h45-19h : Inês Pereira : « Postumum : The Possibility of Metaphysics »

7619h-19h15 : Claudio Majolino et Emanuele Mariani : « Conclusions and new perspectives »

Journée d'étude « Les phénoménologies de la vie religieuse »

77Lille, 14 mars 2019.

78Organisée dans le cadre du séminaire « Les platonismes en phénoménologie ». Responsables : Claudio Majolino, Alain Lernould et Édouard Mehl.

Argumentaire

79Pourquoi et comment, au tournant de la Grande Guerre, le problème de la religion a-t-il fait son entrée en phénoménologie ? On peut certes remarquer que les jeunes collaborateurs de Husserl (Martin Heidegger, Edith Stein, Alexandre Koyré, Jean Hering, Hedwig Conrad-Martius) ont, par rapport aux questions religieuses, et de la « vie de l’esprit » au sens le plus large, un intérêt et une démarche en partie indépendants de la phénoménologie transcendantale. Mais cela décide-t-il d’une inflexion dans la phénoménologie transcendantale, et cela aurait-il pu amener l’auteur des Recherches Logiques à soupçonner une « insuffisance du phénomène », qui donnerait elle-même sens à la possibilité d’une visée théologique de la phénoménologie ? Interroger la place de la religion dans la phénoménologie, ce n’est pas seulement faire l’analyse du phénomène religieux, qui constitue un exemple parmi d’autres de phénomène culturel ; c’est chercher à savoir s’il y a une défaillance du phénomène justifiant une transgression de l’ambition initiale de fonder la philosophie comme « science rigoureuse », et orientant la phénoménologie vers ce qu’une analyse descriptive de la structure de la conscience ne peut suffire à élucider. Cette journée d’étude a pour but de mettre en lumière les différents usages de la religion dans la phénoménologie, ou les phénoménologies, de Husserl aux développements les plus contemporains.

80Argumentaire et programme de la journée disponibles sur le site de STL : https://stl.univ-lille.fr/​lagenda/​agenda/​journee-detude-les-phenomenologies-de-la-vie-religieuse/

International Workshop « Phenomenology and Mathematics »

81Organized by the Edelstein Center (Burt Hopkins, Senior Fellow Edelstein Center, Université de Lille/UMR 8163, STL).

82Hebrew University of Jerusalem, December 6-7, 2018.

Programme

December 6

83Burt Hopkins (Université de Lille / UMR-CNRS 8163 STL) : « Willard on Husserl’s Early (before 1900) Negative Critique of Mathematical and Logical Formalization »

84Michael Roubach (The Hebrew University Jerusalem) : « Formal Mathematics and Husserl’s Critique of Berkeley »

85Vincent Gerard (Université Clermont Auvergne): « In the Beginning is the Sign »

86Jairo José da Silva (State University of São Paulo): « The Scientific Applicability of Mathematics from a Phenomenological Perspective »

87Yuval Dolev (Bar Ilan University): « Esse est Percipi – the Case of the Circle »

88Tali Leven (Open University Israel) : « Robinson’s Monad from a Phenomenological Point of View »

December 7

89Stefania Centrone (TU Berlin) : « Husserl and Weyl »

90Carl J. Posy (The Hebrew University Jerusalem) :  Brouwer and Phenomenology ».

Journée d'étude «  Syzetein, chercher ensemble »

91Lille, 18 décembre 2018.

92Affiche et abstracts sur le site de STL.

Programme

Clémence Sadaillan : « Espace, physique et théologie chez Newton »

Florent Sinniger : Délibération à propos des fins chez Aristote »

Ulysse Gadiou : « Whitehead et les abstractions philosophiques »

Colloque « L’exercice en art »

93Lille, 19-21 juin 2019.

94Co-organisé par Bernard Sève et Sarah Troche (STL), Marie Glon et Géraldine Sfez (CEAC) et François Frimat (Latitudes Contemporaines).

95Comité d’organisation : François Frimat (président du Festival Latitudes Contemporaines), Marie Glon (Maître de conférences en danse à l’Université de Lille, CEAC), Maria-Carmela Mini (directrice artistique du Festival Latitudes Contemporaines), Bernard Sève (Professeur en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Lille, STL), Géraldine Sfez (Maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Lille, CEAC), Sarah Troche (Maître de conférences en esthétique et philosophie de l’art à l’Université de Lille, STL).

Argumentaire

Essentielle à toute activité artistique, la pratique de l’exercice est pourtant rarement interrogée en tant que telle. Qu’est-ce qu’un exercice artistique ? Quelles perspectives nouvelles la pensée de l’exercice permet-elle d’ouvrir sur la compréhension de la pratique artistique, son lien au savoir, à la technique et à la transmission pédagogique ?

La notion d’exercice est devenue centrale en philosophie, notamment depuis les travaux de Pierre Hadot et Michel Foucault consacrés aux « exercices spirituels » ; cette notion est en lien étroit avec celle d’usage (khrèsis, usus), aussi bien chez Montaigne (l’exercitation, l’usage du monde) que dans la philosophie stoïcienne. Curieusement, elle n’a que rarement été confrontée aux pratiques artistiques et aux élaborations théoriques de ces pratiques.

Le colloque « L’exercice en art » se propose un double objectif : d’un côté, questionner les pratiques artistiques par la notion d’exercice, en problématisant les aspects routiniers et non-spectaculaires de ces pratiques, aspects pourtant essentiels à toute activité artistique ; d’un autre côté, inversant les termes du débat, c’est la notion d’exercice qui peut être interrogée et problématisée par des pratiques (celles de l’art) qui ne sont pas nécessairement au premier plan de son champ d’application.

Il s’agira de penser l’exercice artistique dans son rapport avec les formes du temps (la répétition, la reprise, la variation, le travail de la mémoire) et celles de la discipline (le travail quotidien du corps et/ou de la voix chez le danseur, le chanteur, le comédien, l’instrumentiste, la coordination des gestes, etc.). Il s’agira également d’articuler exercice individuel et exercice collectif (répétition théâtrale, travail d’un choeur ou d’un orchestre, etc.) ; si jouer s’apprend, jouer ensemble s’apprend également et exige d’autres types d’exercice (M. Halbwachs, A. Schütz, H. Ravet). Il s’agira aussi de penser l’exercice artistique comme travail de la perception : apprendre à regarder (l’exercice pictural chez Ruskin, la question de « l’œil innocent », la photographie comme pratique du regard, l’informe comme attention à la singularité de la forme chez Valéry), apprendre à écouter (l’écoute réduite chez Pierre Schaeffer, le hasard comme déconditionnement de l’écoute chez Cage, mais aussi les exercices de dictée musicale et de commentaires d’écoute dans les Conservatoires), apprendre à sentir sa phrase (les exercices de rhétorique, à nouveau pris au sérieux chez les rhétoriciens), apprendre à sentir en général (déjà dans l’Émile de Rousseau). L’exercice artistique est aussi construction d’une attention singulière, de nature sensible, différente tout autant de l’attention intellectuelle théorisée par Descartes et les cartésiens que de l’attention spirituelle théorisée dans les Exercices Spirituels de saint Ignace de Loyola. La notion d’exercice artistique s’entend enfin sur le plan de la transmission des savoirs et des pratiques (la question de la pédagogie, p. ex. Kandinsky, Point et ligne sur plan), transmission qui est en même temps construction des habitus d’un monde artistique donné. Entre mise en forme et norme d’apprentissage, l’exercice artistique permet l’acquisition des techniques qui structurent tout art. Des dialectiques se font jour ici entre la reproduction à l’identique de la « conduite efficace » (Mauss) et l’appropriation qui re-figure et re-forme la technique ainsi transmise. L’exercice en art esquisse toujours un au-delà de l’exercice.

Les propositions de communication pourront s’inscrire aussi bien dans le volet thématique du colloque (l’exercice au théâtre, en peinture, en musique, en danse, en architecture, en rhétorique, en photographie…) que dans son volet problématique (l’exercice collectif, l’exercice comme formation et comme transmission, la place du langage [explications, conseils, critiques] dans les différents types d’exercices artistiques, les formes de relation entre maître et disciple, etc.). Aucun type d’art n’est exclu du champ de la réflexion. Il peut également être proposé de présenter une courte performance, voire un exercice pratique à réaliser par les participants du colloque. La prise en compte de l’histoire des exercices dans tel ou tel art, sur plusieurs décennies ou plusieurs siècles, serait également très bienvenue.

Les propositions de communication (ou, éventuellement, de performance ou exercice pratique) devront parvenir au Comité d’organisation avant le 15 novembre 2018, date de rigueur. Accompagnées d’un titre provisoire, elles feront entre une demi-page et une page, et contiendront une courte bibliographie. Le Comité répondra avant la fin décembre 2018 à toutes les propositions reçues dans les délais.

Journée d’étude « Formalismes à l’interface avec les machines, les langages et les systèmes »

96Bertinoro, Italie, 16-17 octobre 2018.

97Organisateurs: Liesbeth De Mol (CNRS, UMR 8163 STL/Université de Lille) et Simone Martini (Universita di Bologna).

98Avec le support de l’Agence Nationale de la Recherche, The Department of Computer Science and Engineering et de Alma Mater Studiorum-Università di Bologna.

Argumentaire

99La journée est la première d’une série de quatre. Chaque journée se focalise sur un des quatre axes du projet « Logique, Machines, Langages et Notations, Systèmes ». La première journée est dédiée à l’axe « Logique ». Quelques questions qui seront relevées pendant cette journée sont :

-Qu’est la pertinence historique et épistémologique des modèles classiques (lambda calcul, machines de Turing, fonctions récursives, etc) pour le développement des programmes ?

-Est-ce que la logique est fondamentale (d’une manière historique et philosophique) pour le développement de l’ordinateur et des notations de programmes ?

-Quels types de connections et différences est-ce qu’on peut identifier entre des histoires locales et nationales des méthodes formelles dans la programmation ?

-Est-ce que la logique suffit pour la modélisation des programmes et quelles sont les propriétés minimales pour un tel modèle ?

-Qu’est la correction (formelle) d’un programme et comment cela est-il lié à une notion de correction computationnelle dans un contexte physique ?

-En quoi la logique peut-elle contribuer aux problèmes de brevetage des programmes informatiques ?

Programme

October 16, 2018

1009h00-9h15 : Introduction.

1019h15-10h15: Giuseppe Primiero, « From Formal Correctness to Engineering Validity ».

102Répondant : Franck Varenne.

10310h45-11h45 : Liesbeth De Mol and Edgar G. Daylight, « Halting problems: a historical reading of a paradigmatic computer science problem ».

104Répondant: TBC.

10511h45-12h45 : Julian Rohrhuber, « What is abstract? ».

106Répondant : Jean Lassègue.

10713h45-14h45: Jean-Baptiste Joinet, « Towards a computational foundation for logic ».

108Répondant : Giuseppe Primiero.

10915h15-16h15 : Baptiste Mélès, « Unix Ontology: Time and Prime Mover in Unix v6 »

110Répondant : Tomas Petricek

11116h15-17h15 :Felice Cardone (read by Simone Martini), « From Curry to Haskell: the logical syntax of programming languages ».

112Répondant : TBC.

11317h30-19h00 : Roundtable : « The introduction of mathematical logic in computing: Comparing local / national processes ».

114Moderator : Pierre Mounier-Kuhn.

115Participants : Edgar Daylight, Liesbeth De Mol, Cliff Jones (TBC), Simone Martini, Pierre Mounier-Kuhn.

October 17 2018

11610h00-11h00 : Gerardo Con Diaz (Skype), « Machines and Algorithms in American Patent Law ».

117Répondant : Pierre Mounier-Kuhn.

11811h30-12h30 : Selmer Bringsjord, « Introducing Pure General Logic Programming (PGLP), a Leibnizian Paradigm ».

119Répondant : Ray Turner

12013h30-14h30 : Marie-José Durand-Richard, « Towards programming before flowcharts: diagrams from Babbage to Wilkes ».

121Répondant : Mark Priestley.

12215h00-16h00 : Wendy Hammache, « Back to origins: philosophical aspects of early lambda-formalism ».

123Répondant :  Simone Martini.

12416h00-17h00 : Pierre Mounier-Kuhn, « Couffignal’s computer: Baroque architecture and inept management ».

125Répondant Elisabetta Mori.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques et journées d’études 2018-2019 », Methodos [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 21 mars 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/methodos/6057

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals