Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, Enigma, and the Quest for Nature’s “Secret Fire”, Princeton, Princeton University Press, 2019

Bernard Joly
Référence(s) :

William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, Enigma, and the Quest for Nature’s “Secret Fire”, Princeton, Princeton University Press, 2019. 537 pages, avec des illustrations et un index. ISBN : 9780691174877

Entrées d’index

Mots-clés :

alchimie, Newton

Keywords :

alchemy, Newton
Haut de page

Texte intégral

1Quinze ans après avoir créé le site Chymistry of Isaac Newton (www.chymistry.org), qui a permis la mise en ligne de nombreux manuscrits alchimiques de Newton, avec leurs commentaires et la présentation d’expériences de chimie s’y rapportant, William Newman nous offre la synthèse de ses travaux sur la science alchimique de Newton.

2La découverte en 1936 des manuscrits alchimiques newtoniens lors d’une vente aux enchères à Londres ébranla la communauté des historiens des sciences, qui ne comprenaient pas comment ce mathématicien génial, inventeur de la théorie de la gravitation universelle et de l’optique moderne, pouvait avoir été amené à consacrer une grande partie de sa vie à l’étude d’une alchimie alors considérée, le plus souvent, comme relevant de l’ésotérisme. L’auteur commence par repousser les principales explications présentées dans la seconde moitié du XXe siècle. Non, Newton n’avait pas trouvé dans les écrits alchimiques des doctrines confortant ses théories théologiques ; il n’y avait pas non plus découvert l’existence d’une force mystérieuse dont la mise en œuvre aurait inspiré sa théorie de la gravitation universelle. Ces hypothèses reposaient à la fois sur une méconnaissance de ce qu’était l’alchimie à l’époque et sur une incompréhension de la véritable nature des travaux de Newton sur l’alchimie.

3L’ambition de Newman est de rendre à l’alchimie newtonienne sa véritable signification en montrant qu’elle constitue une part de la science newtonienne, c’est-à-dire une chimie qui vient prendre place à côté de ses travaux fondateurs sur la gravitation universelle et sur l’optique, dans le cadre d’une étude globale des mystères de la nature. Ainsi, pendant les années même où il élaborait ses théories mathématiques, cosmologiques et optiques, Newton s’est appliqué à rassembler, lire et interpréter les nombreux textes alchimiques dont il pouvait disposer, tout en les utilisant comme une base pour ses propres travaux, dont il rédigeait les résultats et dont il testait la pertinence par des expériences de laboratoire.

4Il est vrai que l’étude de l’abondante littérature manuscrite de Newton sur l’alchimie pose bien des problèmes de lecture et de compréhension, en raison du recours constant de l’auteur à des abréviations qui lui sont souvent personnelles, à l’usage de termes codés (decknamen) empruntés à la tradition alchimique dont la signification semble mystérieuse, et à l’usage de pratiques d’écriture relevant souvent de la déconstruction du texte qui étaient d’usage courant chez les alchimistes de cette époque. Il s’agissait alors d’occulter la véritable signification des textes et à en rendre difficile la compréhension, afin de les rendre inaccessibles au simple curieux qui aurait voulu s’approprier les recettes de la fabrication de l’or sans disposer des clefs nécessaire à la pratique de cet art difficile et secret. Seul le véritable adepte, initié par la lecture attentive des textes de la tradition alchimique, pouvait en comprendre le véritable sens, entreprise à laquelle Newton s’attela sans relâche.

5Pour surmonter ces difficultés, Newman développe une méthode qui s’appuie sur deux piliers : l’analyse rigoureuse des textes et la reproduction au laboratoire des expériences alchimiques de Newton, développant ainsi une « histoire expérimentale » qui accorde une place centrale à la reconstruction des anciennes techniques de la chimie d’alors. Sans doute est-ce là le résultat le plus spectaculaire de l’entreprise de Newman qui met au jour la réalité des expériences newtoniennes, véritables opérations chimiques et non pas rêveries ésotériques issues d’un « dérangement intellectuel ». C’est bien le même Newton savant qui faisait des mathématiques, des expériences d’optiques et qui pratiquait l’alchimie, considérée comme la chimie de son temps.

  • 1 George Starkey (2004), Alchemical Laboratory Notebooks and Correspondence, édités par William R. Ne (...)
  • 2 Betty Jo Teeter Dobbs (1975), in The foundation of Newton’Alchemy or the “Hunting of Greene Lyon”, (...)
  • 3 Sur le rôle du concept de semence dans la minéralogie et la chimie aux XVIe et XVIIe siècles, voir (...)

6L’ouvrage se déploie en vingt-deux chapitres plus un épilogue, précédés d’une très utile présentation des symboles et conventions chimiques utilisées par Newton. Après avoir explicité sa méthode de travail dans le premier chapitre, l’auteur présente dans le second les principaux auteurs dont Newton s’est inspiré et la manière dont il a reçu leurs enseignements. Ces copies des textes de ceux qu’il considérait comme des « adeptes » constituent une grande partie des manuscrits comportant environ un million de mots rédigés pendant plus de quarante ans. On y retrouve quelques figures célèbres, en particulier son contemporain George Starkey, qui publia la plupart de ses ouvrages sous le nom d’Eirenaus Philalethes, et dont Newman publia en 2004 avec Lawrence Principe la correspondance et les notes de laboratoire1. L’auteur rapporte en particulier une lettre de Starkey à Robert Boyle, intitulée « Diana doves » (les colombes de Diane) que Newton recopia avec soin en l’appelant « Clavis » (la clé) et qui présentait de manière codée une recette de fabrication de la pierre philosophale qui occupera une place centrale dans les études de Newton2. Le chapitre trois montre qu’il n’interprétait pas les fréquentes références des alchimistes aux anciennes religions et aux mythologies classiques comme des témoignages sur les cultures anciennes, mais seulement comme une manière d’exposer les recettes alchimiques qu’il convenait de décrypter. Newman poursuit, dans le chapitre quatre, la présentation de l’arrière-plan de l’alchimie newtonienne, en analysant les sources à partir desquelles Newton construisit sa propre théorie de la génération des métaux dans les mines, en particulier les publications de Sendivogius, de Michael Maier et de Basile Valentin (en réalité Johann Thölde), auteurs allemands qui tiraient leur conception d’une « vie » des métaux, non pas d’une conception vitaliste ou hylozoïste, mais d’une réflexion fondée sur les travaux miniers d’extraction des minerais métalliques. C’est alors en un sens strictement chimique qu’il faut comprendre la notion d’une semence qui serait à l’œuvre au cœur des métaux pour favoriser leur développement3.

  • 4 Richard Westfall (1980), Never at Rest: A biography of Isaac Newton, Cambridge, Cambrige University (...)
  • 5 Les lecteurs de Methodos consulteront avec profit l’étude de Pierre Macherey (1995) sur le sujet : (...)

7Avec le chapitre cinq, Newman entreprend une étude détaillée des textes alchimiques newtoniens en suivant une ligne chronologique. Il montre tout d’abord que l’intérêt du jeune Newton pour l’alchimie dans les années1660-1670, contrairement à ce qu’ont affirmé plusieurs historiens comme Dobbs ou Westfall4, ne résulte pas de la lecture de textes de Boyle proposant une interprétation mécaniste de la chimie, mais de l’étude de « livres de secrets » où les questions alchimiques étaient associées à d’autres phénomènes relevant de la magie naturelle. Il faut donc reconnaître, dès le départ, une certaine autonomie de son intérêt pour l’alchimie par rapport aux autres domaines de la philosophie naturelle. Certes, comme le montre le chapitre six, l’influence de Boyle dans ces années de formation ne doit pas être négligée, mais elle porte plutôt sur l’élaboration de la méthode expérimentale de Newton, à partir de son étude des expériences boyléennes sur la « rédintégration » du nitre, c’est-à-dire de son analyse et de sa synthèse5 : c’est ce procédé qui conduit Newton aux expériences montrant la réversibilité de la composition de la lumière blanche à partir du spectre des couleurs et de sa décomposition par le moyen d’une lentille. Les notions chimiques de composition et décomposition des corps mixtes sont alors appliquées au domaine de l’optique.

8Les chapitres sept et huit exposent la théorie alchimique à laquelle Newton aboutit au début de sa carrière. Il s’agit désormais pour lui, en s’appuyant sur ses premières lectures, notamment de Sendivogius et de Philalethes, de rechercher dans quelle mesure il est possible de corriger les erreurs de la nature en perfectionnant les métaux, ce qui implique une compréhension de la génération des métaux et des minerais dans les mines à la lumière des connaissances alchimiques. Ces recherches aboutissent à la rédaction de deux opuscules restés à l’état de manuscrit. Dans Of Natures obvious laws and processes in vegetation, Newton cherche à établir la distinction entre les processus mécaniques et ceux de la « végétabilité », entendue comme concernant les opérations de la nutrition et de la croissance, tant dans le règne animal, végétal que minéral, tandis que dans Humores minerales, il explicite sa théorie de la génération et de la régénération métallique en invoquant les processus de fermentation et de putréfaction, auxquels les alchimistes ont donné une signification chimique. Des bases sont ainsi construites pour développer par la suite une conception non-cartésienne de la nature, qui ne se réduise pas au mécanisme, mais elles préparent aussi les expériences de transmutation qui seront pratiquées par la suite.

9Dans les années 1670, Newton décide de mettre en pratique ce qu’il lit dans les traités alchimiques. Mais, comme le montre le chapitre neuf, cela implique un laborieux travail de décryptage de textes qui usent et abusent de decknamen et de symboles. De la lecture des textes de Sendivogius dont il simplifie le propos, il tire dans un premier temps l’idée qu’il suffit de deux substances, l’antimoine cru (sulfure d’antimoine ou stibine) et le plomb pour parvenir à la fabrication du « mercure philosophique », ingrédient essentiel à la fabrication de l’or. Mais Newman montre bien comment, en confrontant cette lecture avec d’autres textes, et notamment ceux de Starkey/Philalethes, Newton en vient à corriger cette première interprétation en admettant la nécessité de faire intervenir d’autres substances et en essayant de percer le secret des fameuses colombes de Diane évoquées par Starkey. Il entend alors renforcer ces premiers résultats en les confrontant aux avis de nombreux alchimistes antérieurs, dont il constitue une sorte de florilège, puis en recherchant des informations nouvelles chez des auteurs contemporains comme le mystérieux alchimiste allemand Johann de Monte-Snyders. La lecture comparée des textes de ces auteurs et des manuscrits de Newton permet alors à Newman, dans les chapitres dix et onze, de mettre en évidence par le menu détail la manière dont travaille le savant anglais, en analysant et réinterprétant les écrits alchimiques dont il dispose : à partir de ces lectures multiples et divergentes, Newton élabore peu à peu sa propre doctrine.

  • 6 En fait, comme le signale Newman, c’est Jean de Roquetaillade qui développa au XIVe siècle la théor (...)
  • 7 George Starkey (1675), Liquor Alchahest or a discourse of that immortal dissolvent of Paracelsus an (...)
  • 8 Newman fait ici le lien avec la future Table des rapports présentée en 1718 devant l’Académie royal (...)

10Mais au milieu des années 1680, Newton corrige à nouveau ses conceptions alchimiques, suite à sa lecture, au moment même où il rédige les Principia mathematica, de traités alchimiques médiévaux attribués (à tort) à Raymond Lulle, qui développent notamment la doctrine de la quintessence6. Dans les chapitres douze et treize, Newman montre les enseignements que Newton tire de ses lectures lulliennes dont il transforme le sens en rapprochant la quintessence de l’alkahest, ce dissolvant universel découvert quelques années plus tôt par Van Helmont et étudié en détail par Starkey qui lui a consacré un ouvrage7, mais aussi du « ferment » ou « semence » dont la présence dans le métal est supposée nécessaire pour amener au processus de transmutation. Newton a rassemblé ses notes de lecture dans un manuscrit appelé Opera, dans lequel il développe notamment des réflexions sur les rapports entre les substances chimiques qui préparent les interrogations de la « Question 31 » qui clôt l’Opticks8.

11Ces efforts de réinterprétation et de démystification des textes alchimiques ne relevaient pas seulement d’un travail théorique. Ils furent suivis d’une intense activité expérimentale. Par des gravures et des témoignages, on a gardé la mémoire du laboratoire que Newton utilisait au Trinity College de Cambridge et des appareils chimiques qu’il contenait, sans qu’il soit possible actuellement d’en préciser l’exacte localisation. C’est en fait grâce à ses carnets de note que l’on peut accéder à la compréhension des expériences qu’il a effectuées de 1678 à 1696. En se livrant à un travail de décryptage des manuscrits newtoniens analogue à celui que Newton lui-même avait opéré sur les textes alchimiques, Newman est parvenu à reconstituer et à reproduire dans un laboratoire de l’Indiana University Chemistry Department plusieurs des expériences faites par Newton, illustrées ici par quelques belles photographies en couleur. Il en présente le résultat dans les chapitres quatorze à seize. On voit alors à quel point est vaine l’opposition que certains entretiennent encore entre l’alchimie et la chimie à l’âge classique : pour développer sa quête d’une méthode transmutatoire efficace, ce sont bien des expériences de chimie auxquelles se livre Newton, notamment quand il veut décrypter les textes obscurs de Sendivogius ou de Philalethes. C’est pour comprendre ces textes que Newton se livre aux opérations chimiques les plus courantes de son temps. L’opposition entre une « chimie vulgaire » et une « philosophie hermétique » apparaît donc sans fondement.

12C’est à la fin des années 80, que Newton prend contact avec Nicolas de Fatio de Duiller, un jeune genevois qui s’intéressait à ses travaux mathématiques qu’il invite à Cambridge où ils s’intéressent tous deux à l’alchimie. Newman rapporte dans le détail, aux chapitres dix-sept et dix-huit, leurs échanges et les résultats de leurs travaux. Il analyse en particulier un manuscrit appelé Praxis, dont il montre que la relative obscurité ne doit pas être attribuée à la dépression que traversa Newton en 1693, qui l’aurait conduit à tenir des propos déraisonnables, mais qu’elle peut être éclairée en rapportant le texte aux échanges avec Fatio dans les années précédentes. On voit qu’à cette époque, Newton pense être sur le point de maîtriser la recette de fabrication de la substance merveilleuse qui permettra de procéder à la transmutation.

13Newman montre alors, dans le chapitre dix-neuf, que Newton, après son retour à Londres où il devient directeur du Royal Mint (Hôtel royal des monnaies), poursuivit ses contacts avec des amateurs d’alchimie, comme le mystérieux Captain Hilliard, dont il lut et commenta un manuscrit intitulé Theorica qui lui était adressé, ou le distillateur et pharmacien néerlandais William Yworth qui s’était établi à Londres en 1691 et qui publia, sous le pseudonyme de Cleidophorus Mystagogus, plusieurs traités alchimiques. Newton, qui semble avoir arrêté ses expériences de chimie dès son arrivée à Londres, payait Yworth pour qu’il se livre à de telles expériences, ce qui aboutit à l’écriture conjointe d’un traité resté à l’état de manuscrit, intitulé Processus mysterii magni. Newton, selon Newman, semble avoir pensé que les procédés mis en œuvre par le distillateur permettraient d’aboutir à la fabrication de la célèbre quintessence de Lulle, et par conséquent à la possibilité d’opérer des transmutations.

  • 9 On sait que c’est Geoffroy qui, le premier, rapprocha explicitement le Soufre principe de son maîtr (...)

14Dans les trois derniers chapitres, Newman montre comment Newton, au début du XVIIIe siècle, rejoint les derniers développements de la chimie de cette époque. C’est désormais dans l’Opticks que l’on retrouve les dernières traces de ses travaux alchimiques. Il suivait quarante ans plus tôt les travaux de Sendivogius et Philalethes. Il se rapproche désormais des travaux de Stahl et annonce la théorie des affinités. On ne sait pas s’il eut connaissance des publications du chimiste de Halle, mais il remplace désormais l’hypothèse de Sendivogius sur le nitre aérien qui permettrait à la fois la combustion et la respiration par l’invocation d’un Soufre principe qui fait songer au phlogistique de Stahl9. Quant aux affinités, elles sont mises en œuvres dans la célèbre « Question 31 » qui clôt l’Opticks dans la deuxième édition de 1717. Newman ne se prononce pas sur la question de savoir si Geoffroy, en rendant publique en 1718 sa « Table des différents rapports observés en chimie entre les différentes substances », s’inspira de Newton. Mais il est clair qu’entre les deux auteurs, les similitudes sont frappantes.

15C’est une étude essentielle et très détaillée que nous offre ainsi William Newman, en suivant l’évolution de l’alchimie de Newton pendant des dizaines d’années. Il montre ainsi à la fois la place centrale que cette discipline occupait chez le savant anglais et l’inanité de toute tentative d’opposer l’alchimie et la chimie à cette époque. La lecture de l’ouvrage est parfois ardue, dans la mesure où l’auteur suit par le menu détail la lettre des manuscrits newtoniens qu’il cite abondamment dans leur littéralité. Il met ainsi au jour, non seulement les manuscrits déjà connus, mais aussi de nouveaux documents qu’il a découverts. On regrettera seulement l’absence d’une bibliographie qui eut été bienvenue dans un ouvrage d’une telle ampleur.

Haut de page

Notes

1 George Starkey (2004), Alchemical Laboratory Notebooks and Correspondence, édités par William R. Newman & Lawrence M. Principe, Chicago et Londres, The University of Chicago Press. Voir également William Newman & Lawrence Principe (2002), Alchemy tried in the fire. Starkey, Boyle and the Fate of Helmontian Chymistry, Chicago, The University of Chicago Press.

2 Betty Jo Teeter Dobbs (1975), in The foundation of Newton’Alchemy or the “Hunting of Greene Lyon”, Cambridge, Cambridge University Press, considérait à tort que ce texte était de Newton lui-même. L’ouvrage a été traduit en français, Les fondements de l’alchimie de Newton ou « La chasse au lion vert », Paris, Guy Trédaniel, 1981.

3 Sur le rôle du concept de semence dans la minéralogie et la chimie aux XVIe et XVIIe siècles, voir Hiro Hirai (2005), Le concept de semence dans les théories de la matière à la Renaissance, Turnhout, Brepols.

4 Richard Westfall (1980), Never at Rest: A biography of Isaac Newton, Cambridge, Cambrige University Press. L’ouvrage a été partiellement traduit en français : Newton, Paris, Flammarion, 1994.

5 Les lecteurs de Methodos consulteront avec profit l’étude de Pierre Macherey (1995) sur le sujet : « Spinoza lecteur et critique de Boyle », Revue du Nord LXXVII, 312, p. 733-774.

6 En fait, comme le signale Newman, c’est Jean de Roquetaillade qui développa au XIVe siècle la théorie de la quintessence, à partir d’expériences sur la distillation de l’alcool appelé aqua vitae. Mais les auteurs des traités pseudo-lulliens se l’approprièrent.

7 George Starkey (1675), Liquor Alchahest or a discourse of that immortal dissolvent of Paracelsus and Van Helmont, Londres, 1675. L’ouvrage fut traduit en Français par Jean Le Pelletier (1704), L’alkahest ou le dissolvant universel de Van-Helmont révélé dans plusieurs traités qui en ont découvert le secret, Rouen. Voir Bernard Joly (1996), « L’alkahest, dissolvant universel ou quand la théorie rend pensable une pratique impossible », Revue d’Histoire des sciences 49, 2-3, 1996, p. 305-344.

8 Newman fait ici le lien avec la future Table des rapports présentée en 1718 devant l’Académie royale des sciences par Etienne-François Geoffroy, concernant les affinités chimiques. Il y reviendra à la fin de son ouvrage.

9 On sait que c’est Geoffroy qui, le premier, rapprocha explicitement le Soufre principe de son maître Homberg du phlogistique, dans une communication à l’Académie royale des sciences en 1720.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Compte rendu de William R. Newman, Newton the Alchemist. Science, Enigma, and the Quest for Nature’s “Secret Fire”, Princeton, Princeton University Press, 2019 », Methodos [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 31 janvier 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/methodos/7047

Haut de page

Auteur

Bernard Joly

Professeur honoraire à l'université de Lille, UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS, université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals