Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Diderot et la politique, aujourd’hui, sous la direction de Marie Leca-Tsiomis et Ann Thomson, Paris, 2019

Gabrielle Radica
Référence(s) :

Diderot et la politique, aujourd’hui, sous la direction de Marie Leca-Tsiomis et Ann Thomson, Société Diderot, « L’Atelier. Autour de Diderot et de l’Encyclopédie », Paris, 2019. 256 p. ISBN : 978-2-9543871-5-4

Entrées d’index

Keywords :

Diderot
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Sankar Muthu (2003), Enlightenment against Empire, Princeton UP.

1Réunissant les contributions de spécialistes reconnus du Japon, des États-Unis, d’Italie, d’Angleterre et enfin, de France (dans l’ordre alphabétique Sunil Agnani, George Benrekassa, George Dulac, Gianluigi Goggi, Gilles Gourbin, Serguei Karp, Marie Leca-Tsiomis, Kenta Ohji, Laurence Mall, Gerhardt Stenger, Anthony Strugnell, Ann Thomson), ce livre fera assurément progresser la connaissance et la reconnaissance de Diderot politique. Éclipsée par celles de Montesquieu ou de Rousseau, relativisée par l’écho de ses propres écrits esthétiques, littéraires, épistémologiques ou encore bien sûr par ses contributions à l’entreprise de l’Encyclopédie, la pensée politique de Diderot possède pourtant une originalité dont les études réunies dans ce collectif s’emploient à montrer certains traits saillants. Le problème colonial a récemment suscité des études thématiques sur l’œuvre de Diderot et sur l’Histoire des deux Indes1, et trois contributeurs du volume, Gianluigi Goggi, Kenta Ohji et Sunil Agnani sont spécialistes de cette question. On peut en dire de même de la question juridique et citer les travaux de Luigi Delia sur le droit dans l’Encyclopédie. Mais plus rares sont les études qui prennent en considération comme le fait celle-ci la pensée politique de Diderot dans son ensemble et dans toute son ampleur : celle-ci concerne en effet la législation, les mœurs, la question des régimes et du despotisme, les rapports de l’État et de la société, ainsi que les rapports entre politique et économie. Mentionnons cependant l’ouvrage de Colas Duflo, Diderot. Du matérialisme à la politique, Paris, CNRS, 2013 et le collectif Le langage politique de Diderot, édité en 2014, par Franck Salaün chez Hermann dans la collection « Essais ».

2Peut-être ces traits saillants de la pensée politique de Diderot émergent-ils de façon non intentionnelle de la réunion de ces articles, mais dans tous les cas il valent la peine d’être soulignés et certains d’entre eux pourraient constituer des pistes pour des études plus amples. Parmi eux, on peut citer l’accent qui est porté sur l’intense implication de Diderot dans la réflexion législatrice et constituante concrète qu’il a menée auprès de la souveraine russe Catherine II : le philosophe « législateur » accompagne la réflexion d’un effort constant pour s’informer et procéder de la singularité du pays, il vise des effets qui n’apparaitront qu’à très long terme, et pour les obtenir, il concède parfois au despotisme, ou encore, il admet la part de violence politique et de sacrifice de certains dispositifs provisoires. Un autre point saillant qui émerge de ce volume est la dialectique qui oppose dans son œuvre, l’élan réformateur et émancipateur que porte son éloquence de la vérité et de la liberté d’une part, et les limitations de cet élan, d’autre part. En effet, tant le matérialisme de Diderot que son réalisme le conduisent à admettre certains paradoxes que ses lecteurs post-révolutionnaires auront du mal à lui pardonner, ainsi de cette idée qu’il vaut mieux laisser au peuple l’illusion qu’il est libre, plutôt que de lui dessiller les yeux (voir l’article de Gilles Gourbin : « Diderot face au « grand fantôme de liberté » »).

3La confrontation de Diderot à Rousseau est une piste féconde pour dégager l’originalité de Diderot. Ainsi, l’article de Kenta Ohji (« Par-delà la volonté générale ») invite le lecteur à remettre à sa place la notion de volonté générale rousseauiste par le rappel de l’existence d’une « autre » volonté générale, celle de Diderot, auquel Rousseau a peut-être emprunté l’expression, et dont la conceptualisation se poursuit dans les écrits tardifs. Très différente de la volonté générale du Contrat social, cette volonté générale diderotienne renvoie à deux éléments, l’un institutionnel - l’activité d’assemblées parlementaires-, l’autre plus moral - l’opinion publique.

4On peut regrouper les trois articles de George Dulac, Laurence Mall et Gianluigi Goggi, puisqu’ils étudient le temps dans la pensée politique de Diderot, c’est-à-dire son rapport à l’histoire, la difficulté et la lenteur des réformes, ainsi que la postérité. Ces différents éléments expliquent fort bien le caractère ponctuel et somme toute assez distant des références de Diderot au jusnaturalisme.

5Enfin, un dernier groupe d’articles, d’Anthony Strugnell, de Sunil Agnani et de George Benrekassa convergent en ce qu’ils examinent la réception de Diderot. Si certains révolutionnaires retiennent de lui qu’il a conseillé des despotes, et prisent moins sa pensée politique que celles de Montesquieu, Voltaire, ou encore Rousseau, il n’est pas pour autant illégitime de se demander avec Anthony Strugnell si l’on peut voir en Diderot un proto-jacobin. Sunil Agnani présente les possibles qu’a ouverts l’Histoire des deux Indes en décrivant sa réception chez Morley, un « personnage » anglais du XIXe siècle (écrivain, homme politique). Georges Benrekassa enfin tente un essai de lecture de l’œuvre politique pour aujourd’hui, au-delà de la différence patente des contextes, en mettant en avant l’idée de « commun » qui pourrait être réactualisée.

6En plus de ces éclairages thématiques ou conceptuels, l’ouvrage contribue à fixer le corpus de l’œuvre politique diderotienne. Gerhardt Stenger expose ainsi dans son article « Diderot lecteur de Clapmarius » le travail stratigraphique et l’activité singulière de l’écrivain politique Diderot qui, à partir d’une simple activité de copiste et de compilateur (en l’occurrence sur le texte d’un certain Clapmarius), produit peu à peu une œuvre, les Principes de politique des souverains, depuis ce qui n’est au départ qu’un ensemble de citations. Dans la même catégorie, on citera l’annexe qui figure en fin de volume et consiste en une édition du questionnaire soumis par Diderot à Catherine II. Serguei Karp fait état de l’avancée des connaissances sur ce texte : il ressort de ses recherches que la version de Berlin du questionnaire présentée ici est bien plus riche et satisfaisante que celle du fond Khrapovitski qui a été jusque-là livrée aux lecteurs par les éditeurs Tourneux, puis Roth et Varloot. Cette dernière version en effet mérite d’être remplacée, car non seulement elle est plus courte et ne contient que 28 questions contre 40 dans la version de Berlin, mais encore, elle aurait été altérée de façon indiscrète par son éditeur Bartenev qui l’avait publiée en 1880 dans les Archives russes. Le questionnaire en lui-même est passionnant, parce qu’il permet de relier l’activité d’encyclopédiste de Diderot et sa pensée politique. Nous ne sommes guère étonnés de lire que ce questionneur infatigable consulte la souveraine sur le développement économique du pays, son agriculture, ses arts, ses métiers et manufactures. Les demandes portent sur le bois, la soie, l’huile, le cuir, la pelleterie, ainsi que sur les taxes et réglementations qui encadrent leur pratique et constituent certainement dans l’esprit de Diderot des obstacles à son développement. Aux antipodes de ce que l’on peut trouver dans les écrits d’un philosophe politique comme Rousseau, c’est ici la politique convenant à une société où la division du travail est poussée, et les intérêts sectoriels singularisés, qui intéresse Diderot.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Sankar Muthu (2003), Enlightenment against Empire, Princeton UP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Radica, « Compte rendu de Diderot et la politique, aujourd’hui, sous la direction de Marie Leca-Tsiomis et Ann Thomson, Paris, 2019 », Methodos [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 02 février 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/methodos/7226

Haut de page

Auteur

Gabrielle Radica

UMR 8163 « Savoirs, textes, langage », CNRS/Université de Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals