Navigation – Plan du site
Travaux

Colloques et journées d’études 2019-2020

Texte intégral

Journée d'études « Traduction & Qualité 2020 : biotraduction et traduction automatique »

Roubaix, Université de Lille, UFR Langues étrangères appliquées, 31 janvier 2020.

Responsable : Rudy Loock.

Présentation

Après les éditions 2008, 2010, 2012, 2014, 2016 et 2018, il s'agit de la 7ème journée d'étude consacrée à la question de la qualité en traduction. La journée organisée en 2018 était déjà consacrée à la traduction automatique (TA) et avait remporté un véritable succès avec plus de 120 participants. À partir de ce constat et les développements du secteur étant constants, il a semblé opportun d’organiser une nouvelle édition sur cette même thématique. La journée #TQ2020 est donc consacrée à l’articulation entre traduction humaine (ou « biotraduction ») et traduction automatique (aussi appelée « traduction machine »). Y interviendront des professionnel.le.s du secteur ainsi que des universitaires travaillant sur cette question.

L’arrivée de la traduction automatique neuronale et son intégration progressive au sein des logiciels d’aide à la traduction, et donc au sein de la boîte à outils du traducteur, a amené d’importants bouleversements dans les méthodes de travail mais aussi le modèle économique. Elle redéfinit aussi le lien entre l’humain et la machine puisqu’il importe de s’interroger sur la façon dont l’humain, le biotraducteur, peut s’accaparer cet outil, non pas en étant au service de celui-ci, mais plutôt en exploitant ce que la machine peut faire tout en dégageant sa propre plus-value de traducteur humain, pour une approche raisonnée des outils de traduction automatique. En ce début de 21ème siècle, ces enjeux sont cruciaux et méritent une réflexion et une adaptation constantes.

Les communications sont organisées en 3 sessions thématiques :

  1. Traduction automatique et monde professionnel

  2. Traduction automatique et métiers de la traduction

  3. Analyse de la traduction automatique

Programme

Voir le programme sur le site https://tq2020.sciencesconf.org/​

Vidéos des interventions

Disponibles sur le site web de l’Université de Lille.

Journée d’étude « Analyse des pratiques professionnelles sur les échanges langagiers » (APPEL)

Vendredi 17 mai 2020, Université de Lille, Campus Pont-de-Bois.

Responsable : Tran Thi Mai.

Présentation

Cette journée vise à croiser les regards sur les pratiques langagières professionnelles en situations d’échanges dans le cadre d’apprentissage, d’évaluation ou de soins. Elle propose un focus, dans l’observation de l’interaction, sur les productions et la posture du professionnel, auxiliaires de puériculture, enseignants ou orthophonistes avec de jeunes enfants, élèves ou patients (enfants et adultes).

Programme

9h30-10h : présentation du groupe APPEL et de la journée.

10h-10h45 : Emmanuelle Canut (Université de Lille), Karen Cappele (enseignante maître formatrice ESPE Lille), Olivier Delrue (enseignant et directeur d’école, Lille) & Geneviève Bocquet (enseignante spécialisée) : « Effets sur les pratiques d’une approche réflexive sur la posture langagière d’enseignants de cycle 1 ».

11h-11h45 : Ingrid Gibaru, Isabelle Dumoulin, Stéphanie Caët & Lucie Macchi (Université de Lille), Christine Da Silva-Genest (Université de Lorraine) : « Analyse linguistique de ses propres pratiques professionnelles : retour d'expérience dans le cadre de prises en charge orthophoniques d’enfants ».

11h45-12h30 : Cédric Patin (Université de Lille) : « L'importance de la prosodie dans les interactions orthophoniste-enfant »

14h-14h45 : Caroline Masson & Tiphanie Bertin (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Effets des pratiques langagières en structures d’accueil collectif : réflexion collaborative professionnel.le.s /chercheur.e.s autour de l’accompagnement du développement langagier ».

14h45-15h30 : Tran Thi Mai & Marie-Laure Simon (Université de Lille) : « Interaction orthophoniste et adulte aphasique : parler ou échanger avec son orthophoniste ? ».

15h30-16h : Vassil Mostrov (Université Polytechnique Hauts-de-France) : Synthèse de la journée.

Journée d'étude « Du corpus aux ressources didactisées en langue des signes »

Université de Lille, Campus Pont-de-Bois, deuxième quinzaine de juin 2020 (date à préciser).

Responsable : Annie Risler.

Augumentaire

La constitution de corpus et l’accès à de multiples données en langues des signes se sont développés récemment. L’enjeu aujourd’hui est d’exploiter ces ressources brutes pour mettre à disposition des locuteurs de ces langues des outils didactisés : dictionnaires en contexte, variantes, exemples de structures grammaticales diverses. Les professionnels de l’enseignement des langues signées expriment aujourd’hui des besoins de ressources didactisées. La difficulté à laquelle se heurtent les chercheurs réside dans le choix des modèles d’annotation des données et d’indexation des phénomènes. La journée d’étude est conçue comme un moyen de rassembler plusieurs équipes qui ont en commun des projets de constructions d’outils mis à la disposition du public à partir de corpus de langues signées : le dictionnaire en contexte développé par le LSFB-Lab de Namur, les recherches lexicales sur le grand corpus de langue des signes britannique, la base de structures grammaticales de la LSF, et d’autres… La rencontre les différentes équipes apportera des discussions intéressantes sur les manières de travailler à partir des corpus existants.

Co-organisation du colloque “Creating language assessment tools for North, South and in between”. Colloquium of the GURT

Georgetown University Round Table, Washington D.C., USA, March 13-15 2020.

Co-organisateurs : Hansen P., Norvik M., Fyndanis V., Gathercole V., Southwood F., Haman E., Łuniewska M., Gram Simonsen H., Soroli E., Oosthuizen H., White M., Brookes H., Dowling T., Pascoe M., Ndhambi M. & Alcock K.

Argumentaire

Multilingualism necessitates creation of language assessment tools incorporating all languages of a multilingual individual: By assessing only one language, we cannot separate multilingual children with a language disorder from unbalanced multilinguals assessed in their weaker language. For multilingual adults with aphasia, assessment in all languages is necessary for a precise diagnosis, appropriate treatment, and proper evaluation the treatment given. Nevertheless, multilinguals are often assessed in one language only, in part due to a lack of tools appropriate for cross-linguistic assessment and a lack of valid norms. 

In this colloquium, we will discuss the development of valid tools and norms for multilingual populations across latitudes and lifespan, exemplified by the development of four tools and experiences from two international networks. We address the development of valid tools for cross-linguistic assessment, the creation of suitable picture stimuli across cultural and geographical distances, and the establishment of valid multilingual norms across various populations. 

Programme

Opening remarks: Pernille Hansen & Monica Norvik.

Multilingualism is dynamic and multifaceted: Multilingual individuals will use each of their languages for different purposes, with different people and within different domains, and throughout life, we may become or cease to be multilingual (Grosjean 2008). To capture a multilingual individual’s full language knowledge, one must assess all their languages (Armon-Lotem, de Jong, & Meir, 2015; De Houwer, 2009). This point is crucial within clinical linguistics: By assessing only one language, we cannot separate multilingual children with a language disorder, who will show atypical patterns in all their languages, from unbalanced multilinguals assessed in their weaker language. For multilingual adults with aphasia, assessment in all languages is necessary for a precise diagnosis, for offering appropriate treatment, and for evaluating the treatment, specifically concerning generalisation effects across languages. 

Nevertheless, multilinguals are often assessed in the majority language only. Two reasons for this monolingual practice is the lack of tools appropriate for cross-linguistic assessment and the lack of norms valid for multilingual populations. Some tools currently available across many languages are direct translations, which may not be directly comparable across languages: To ensure cross-linguistic equivalence, one must account for item difficulty within each language version of the tool (Peña 2007). 

In this colloquium, we will discuss how we can develop valid tools and norms for multilingual populations across latitudes and lifespan, exemplified by the development of four different assessment tools and efforts emerging from two international networks. We will address the following questions: 

  • How can we build tools valid for cross-linguistic assessment? 

  • How do we account for item difficulty in the absence of large corpora and psycholinguistic databases? 

  • How do we create picture stimuli suitable across cultural and geographical distances? 

  • How can we create valid multilingual norms? 

  • What does norming entail across a multitude of multilingual populations? 

1. Meeting a need for tools: Experiences from two international networks: Valantis Fyndanis, Ewa Haman, Magdalena Łuniewska & Hanne Gram Simonsen.

To assess the language proficiency/performance of multilingual individuals, all their languages need to be evaluated. However, there is a scarcity of tools enabling such assessment with between-language comparability. We present two multilingual tools, one developed for preschool children and one for aphasic individuals, focusing on challenges encountered and solutions found.

2. Multilingual assessment through pictures: Guidelines for material selection: Pernille Hansen, Monica Norvik, Eva Soroli, Ewa Haman, Hanne Gram Simonsen & Frenette Southwood.

Picture-based tools are largely used in language assessment, also across languages and populations. Although pictures are partial representations and their interpretation an acquired skill, few studies address issues on their validity in multilingual contexts. We discuss picture validity for multilingual assessment and propose guidelines for material selection through name agreement.

3. Norming for Bilinguals: Who, Why, How? : Virginia Gathercole.

Normed assessment measures for bilinguals can incorporate exposure (at home, in the community); this is demonstrated here for bilingual children's receptive vocabulary in Welsh. Each child receives two norms – one for all children of his/her age, a second for only children with similar levels of exposure. 

4. Equivalent child language assessment instruments across languages: Southern Africa CDIs : Frenette Southwood, Helena Oosthuizen, Michelle White, Heather Brookes, Tessa Dowling, Michelle Pascoe, Mikateko Ndhambi & Katie Alcock.

Using parent report in child language assessment has several advantages, especially in under-resourced contexts. We report on the progress made and challenges faced by a multi-site team developing a parent report (the MacArthur-Bates Communicative Development Inventory) in six Southern African languages: Afrikaans, isiXhosa, Sesotho, Setswana, South African English, and Xitsonga. 

Journée d’études « Παίζειν καὶ γελᾶν - Jeu et comicité dans les textes antiques : méthodes et outils d’analyse, III »

Université de Lille, 29 mai 2020.

Responsables : Louise Bouly de Lesdain, Anne de Cremoux & Valentin Decloquement.

Argumentaire

Cette journée s’inscrit dans un ensemble initié en mai 2018. Deux premières journées ont eu lieu sur le sujet. De telles rencontres permettent de former progressivement un réseau de chercheurs qui s’intéressent aux notions et textes liés au rire dans l’Antiquité, et qui cherchent à affiner les outils et méthodes permettant d’analyser leurs corpus.

De même qu’en mai 2019, les questions soulevées s’articuleront autour de deux volets, et les interventions prévues conduiront notamment à envisager le « gélastique » sous l’angle générique : pouvons-nous et devons-nous utiliser les mêmes notions et types d’analyse d’un genre à l’autre, que l’on soit dans le drame satyrique, la rhétorique grecque ou la satire romaine ?

Une partie des interventions seront consacrées à des mises en confrontation entre des mots et des théories modernes sur le comique et l’humour d’une part, et d’autre part les textes théoriques anciens, dans une perspective historique et épistémologique.

Un autre ensemble sera dédié à une analyse pratique de textes précis, d’un format court. Nous partirons d’interprétations de ces textes qui les décrivent comme drôles, comiques, etc., pour tenter de déconstruire ces interprétations et d’examiner leur fonctionnement et les définitions sous-jacentes qu’elles convoquent. Comment établissent-elles la relation entre procédé et effet ? Comment se construisent-elles en rapport avec le genre – par exemple qu’est-ce qu’un procédé comique, et faut-il nécessairement un procédé dit « comique » pour faire rire ? Faut-il rire à la lecture des textes pour y repérer de tels procédés, sachant que les codes et les référents anciens ne sont pas identiques aux nôtres ?

Intervenants envisagés : Rebecca Lämmle (Cambridge), Alexa Piqueux (Paris), Peggy Lecaudé (Lille), Marie-Laurence Desclos (Paris), Robin Glinatsis (Lille).

Journée d'études « Littérature, Mythologie et Enseignement »

Lille, vendredi 05 juin 2020.

Co-organisation : Sarah Lagrou (STL), Ch. Delattre et V. Kleitsika (Halma).

Argumentaire

La journée propose de s’intéresser à la façon dont on enseigne la mythologie aujourd’hui à des publics variés. Il s’agit de s’intéresser aux difficultés que pose l’enseignement des traitements littéraires des mythes, aux solutions et aux scénarii pédagogiques qui peuvent être mis en place, ainsi qu’aux possibilités pédagogiques qu’un tel enseignement ouvre.

Les enseignants du secondaire sont en particulier confrontés à un décalage entre ce qu’imposent les programmes, qui ne comprennent pas d’entrée spécifique « mythologie », et l’idée générale que la mythologie constitue un fondement de la culture antique. Dans le supérieur, rares sont les cours spécifiquement consacrés à la mythologie comme discipline, celle-ci étant abordée via les textes littéraires (littérature comparée), l’étude des textes philologiques (littératures antiques) ou l’histoire de l’art (iconographie).

On s’intéressera donc aux supports, aux méthodes, aux activités, aux enjeux de l’enseignement de la mythologie, en croisant les perspectives du collège, du lycée et du supérieur. Quelles sont les pratiques pédagogiques réelles qui permettent de maintenir, si c’est le cas, l’enseignement de la mythologie ?

Plusieurs pistes sont envisagées (les pistes sont données sans ordre de priorité) :

  • Comment enseigner qu’un mythe n’a pas qu’une seule « bonne » version ? C’est-à-dire, comment enseigner les multiples facettes d’un mythe, et tout simplement ce qu’est un mythe ?

  • Quelles activités pédagogiques autres que la lecture et le commentaire de texte peuvent permettre de travailler sur les traitements d’un mythe ? (littérature de jeunesse, bande dessinée, manga, œuvres modernes).

  • Sur quels supports enseigner la littérature mythologique aux plus jeunes ? aux non-spécialistes ?

  • Peut-on intégrer les résultats de la recherche/de ses recherches dans l’enseignement ?

La journée se clôturera par une table ronde.

Journée d’étude « Cosmologies et mathématiques »

Lille, 12 mars 2020.

Co-organisation : Clémence Sadaillan et Mariane Farias de Oliveira.

Argumentaire

Nous proposons, au cours de cette journée d’étude, de discuter de l’usage des mathématiques lors du passage du paradigme cosmologique aristotélicien au modèle moderne. La cosmologie aristotélicienne, fortement influencée par des astronomes tels qu’Eudoxe et Callippe, est fondée sur le présupposé d’un mouvement idéal des astres dans une région elle-même idéale qui ne connaîtrait ni la génération ni la corruption. Jusqu’à l’aube de la modernité, les philosophes pensent en effet que les astres se déplacent de façon circulaire et uniforme, et ce présupposé les conduit à utiliser les mathématiques pour « sauver les phénomènes », c’est-à-dire pour réduire le caractère anormal des aberrations célestes. Cet usage des mathématiques se comprend surtout comme un recours à la géométrie, instrument d’une modélisation du mouvement plus ou moins fantasmé des astres.

Au cours du temps, afin de tenir ensemble cette conception du cosmos et les données observationnelles qui se multiplient, les représentations mathématiques se complexifient, entre autres avec l’ajout des épicycles. Toutefois, Kepler, poursuivant le travail de Copernic et aidé par le travail expérimental de Tycho Brahé, fait franchir une étape importante à l’astronomie en abandonnant la figure du cercle parfait et en démontrant la trajectoire elliptique des planètes dans son Astronomia nova, en 1609. À partir de là, les astronomes commencent à s’émanciper de l’injonction platonicienne et du modèle aristotélicien. Au-delà de l’évolution de la science astronomique, ce qui se joue en arrière-plan, c’est un changement, non seulement de la vision du monde, mais aussi du rapport de la science aux phénomènes célestes. En effet, corrélativement à l’infinitisation de l’univers, le monde n’est plus divisé en régions plus ou moins corrompues régies par des lois locales : il est pensé comme une totalité uniforme, constituée d’une seule matière commune qualitativement neutre et réglée par des lois universelles. Dès lors, les mathématiques ne sont plus utilisées pour démontrer une régularité idéale, mais pour expliquer une régularité observable, fondée sur l’analogie du monde avec une horloge.

Le but de cette journée d’étude n’est pas de confronter des manières de voir le monde et de l’interpréter, mais de montrer la transition entre la façon géométrique de rendre compte de la nature du mouvement des astres et la façon physico-mathématique de concevoir les déplacements. Il ne s’agit pas d’analyser, comme l’a fait Alexandre Koyré, le processus général d’éclatement du cosmos antique et médiéval, mais de se concentrer, au sein de ce processus, d’une part sur la manière dont l’utilisation des mathématiques ont fait évoluer les représentations et les enjeux de la cosmologie et, d’autre part sur la manière dont ces représentations et ces enjeux ont fait évoluer l’usage et la définition même de la science mathématique. Il s’agit donc d’explorer la manière de concevoir les mouvements idéaux des astres jusqu’à la révolution scientifique du XVIIe siècle, qui enfante une conception physico-mathématique de leurs mouvements.

Programme

9h15-9h30 : accueil

Modération de la matinée : Claire Louguet (Univ. Lille)

9h30-10h15 : Michel Crubellier (Univ. Lille), « Aristote, le mouvement comme réalisation d’une forme. »

10h15-11h : Mariane Farias de Oliveira (Univ. Lille), « Le discours philosophique de l’astronomie dans les Seconds Analytiques. »

11h15-12h : Alain Lernould (Univ. Lille), « Mathématiques et physique dans le Néoplatonisme tardif. »

Modération de l’après-midi : Pierre Jeandillou (Univ. Lille)

13h30-14h15 : Edouard Mehl (Univ. Strasbourg), « L’intersection de la physique et de la cosmologie au XIVe siècle. »

14h15-15h : Hossein Dehghan Fard (Univ. Paris Nanterre), « De quelle sorte de mathématique la cosmologie cartésienne a-t-elle besoin ? »

15h15-16h : Clémence Sadaillan (Univ. Lille), « L’univers newtonien : des corps matériels aux forces universelles. »

Journées d'études « Histoire du schématisme, de l'antiquité à nos jours »

Université de Lille, 11 et 12 juin 2020.

Co-organisation STL et Institut Eric Weil.

Responsable : Patrice Canivez ; organisateurs : Betty Gabriels, Armel Mazeron, Sequoya Yiaueki.

Journée d'études « Clichés et stéréotypes : langue, littérature, art, société »

Lille, 7 mai 2020.

Co-organisation : Éléonore Le Jallé et Sarah Troche.

Argumentaire

Cliché et stéréotype sont deux notions voisines et relativement récentes : empruntées au registre de l’imprimerie, elles désignent certaines manières de dire et de représenter particulièrement banales, facilement identifiables, simplificatrices et collectivement partagées. Mais elles n’ont pourtant pas tout-à-fait le même sens, ni la même histoire. Si le cliché à longtemps été cantonné à une approche littéraire normative stigmatisant les effets de répétition et de facilité stylistique, son articulation au stéréotype, inscrit dans le champ des sciences sociales, a ouvert la réflexion à de nouvelles questions : approche socio-critique des textes littéraires, constructions sociales des représentations identitaires, distinctions des niveaux de langage, stéréotypes de lecture.

Portant la réflexion au croisement de ces deux notions, le thème proposé reste volontairement ouvert. Le projet de cette journée d’études est d’abord d’organiser, à partir d’analyses de cas précises mettant en jeu les notions de stéréotype et de cliché, des échanges et discussions entre collègues inscrits dans les trois champs de STL (« Formes et sens », « Savoirs, œuvres, discours », « Normes, pratiques et création »), au croisement de différentes disciplines (philosophie sociale et esthétique, langues et cultures antiques, linguistique). Chaque approche permettra de reposer, en situation, la question de la définition même des clichés et stéréotypes, de leur articulation et de leurs usages : quels types de représentations mettent-il en œuvre ? Sont-ils substituables ? Quels en sont les modes de réception ?

Cette journée d’études se pense donc autant comme une présentation des recherches actuelles qu’un lieu d’échanges et de propositions pour organiser des manifestations futures sur ce même thème.

Programme

Anne De Crémoux : « Les clichés et stéréotypes sont-ils comiques ? Réflexions de méthode autour de la comédie grecque antique ».

Océane Foubert : « Les néologismes genrés en anglais : confirmation ou détournement des stéréotypes ? ».

Cécile Lavergne : « Quelle violence des stéréotypes et des clichés ? »

Maarten Lemmens et Mégane Lesuisse : « Stéréotypes et préjugés genrés dans la langue quotidienne »

Éléonore Le Jallé : « Déjouer les stéréotypes : Dickens sur le Financier et les transclasses »

Sarah Troche : « Stéréotype et imaginaire visuel chez Roland Barthes »

Ruth Webb : « Stéréotypes et création dans le roman antique ».

PROGRAMme Colloque automnal II: « Programming languages and notations »

1-2 october 2019, Bertinoro University Centre, Italie

Co-organisateurs : Liesbeth De Mol et Simone Martini.

Présentation

Le colloque est le troisième d’une série de quatre. Chaque journée se focalise sur un des quatre axes du projet : Logique, Machines, Langages et Notations, Systèmes. Pour plus d’informations sur les axes, voir ici. Le troisième colloque est dédié à l’axe « Langages de programmation et Notations ». Dans l’esprit de ce projet, cet axe n’est pas considéré indépendant des autres axes. Au contraire, le but est de comprendre comment l’axe est lié et affecté avec les autres en structurant et déterminant des « programmes ».

Programme

Mardi 1 octobre, 2019

10h00-11h00 : Giuseppe Primiero, “Safety and Liveness in Copied Computational Artefacts”

Répondant : Ray Turner.

11h30-12h30 : Ursula Martin, Framing Ada : “Class, gender, technology and representations of Ada Lovelace from 1815 to the present”

Répondant : Pierre Mounier-Kuhn.

14h00-15h00 : Henri Stephanou, “UML and business process modeling”

Répondant : Selmer Bringsjord.

15h30-16h30 : Martin Carlé, “Literate Programming, containerisation and the future of Digital Humanities”

Répondant : Baptiste Mélès.

16h30-17h30 : Simone Martini, “Lego Programming”.

Répondant : Tomas Petricek.

18h-19h : Pierre Mounier-Kuhn, “From ancillary technique to strategic stake: software in the French Plan Calcul (1966-1975)”.

Répondant : Mate Szab.o

Mercredi 2 octobre 2019

9h30-10h30 : Dale Miller, “Programming languages based on formal structures”.

Répondant : Jean-Baptiste Joinet.

11h-12h : David Nofre, “Exploring the historical significance of abstraction in computer science”.

Répondant : Edgar Daylight.

13h30-14h30 : Alberto Naibo, “Logical constants from a computational point of view”.

Répondant : Wendy Hammache.

14h30-15h30 : Baptiste Mélès, T”uring languages”.

Répondant : Mark Priestley.

16h-17h : Tomas Petricek, “Programming languages as a design problem”.

Répondant : Giuseppe Primiero.

17h-18h : Jean Lassègue, “`Programming’ as a new step in the history of writing: some semiotic and anthropological remarks”.

Répondant : Martin Carlé.

Workshop « La pensée en procès : Whitehead aujourd'hui / Thinking in Process: Whitehead today »

Lille, 26 mars 2020.

Coorganisateurs : U. Gadiou (STL) et F. Silva e Silva (Sao Paulo).

Keynote speakers : Jean-Marie Breuvart (U. Catholique de Lille) et Michel Weber (U. de Saskatchewan).

Colloque “Formalization of proofs/Formalization of programs”

18-19 december 2019, IHPST, Paris.

Co-organisateurs : Liesbeth De Mol, Alberto Naibo, Marco Panza, Gerhard Heinzmann, Maël Pégny

[Ce colloque a été annulé à cause des mouvements sociaux].

Présentation

Le colloque explorera les relations, ou leur absence, entre deux champs de recherche fondamentale : l’informatique et les mathématiques. Alors que le calcul appartenait auparavant au champ disciplinaire des mathématiques, ce n’est clairement plus le cas aujourd’hui, et il est donc fondamental de repenser les relations possibles entre ces deux champs. Le but de colloque est de réexaminer les concepts et pratiques de la formalisation, la programmation et du calcul dans ces deux contextes.

Le colloque a été le fruit de la collaboration de deux projets de recherche, le projet ANR-DFG FFIUM et le projet ANR PROGRAMme.

Journée d’études « Penser l’institution à partir d’Axel Honneth. Philosophie sociale et philosophie du droit »

2 avril 2020, Université de Lille.

Co-organisation : Gabrielle Radica et Cécile Lavergne, avec le soutien de l’UMR STL (Savoirs, Textes, Langage, UMR 8163, Lille-CNRS) et du projet TheoPOL (coordonné par Milena Doytcheva, Université de Lille).

Programme

9h30-10h. Accueil des participants

10-11h : Julia Christ (LIER, EHESS, Paris), « Comment connaître l'institution ? Hegel, Durkheim, Honneth ». Répondant : Patrice Canivez (STL)

11-12h : Alice Le Goff (CERLIS, Université Paris-Descartes), « Institutions et progrès chez Axel Honneth ». Répondante : Marion Farge (STL)

12h15-13h15 : Katia Genel (CHPMS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne / Centre Marc Bloch, Berlin), « Dysfonctionnements de l'institution chez Axel Honneth ». Répondant : Philippe Sabot (STL, à confirmer)

14h30-15h30 : Cécile Lavergne (STL, Université de Lille), « Critique des institutions et utopie chez Axel Honneth ». Répondante : Caroline Vincent (STL).

15h30-16h30 : Louis CARRE (FRS-FNRS, Université de Namur), « Luttes dans les institutions. Dewey et Honneth ». Répondante : Milena Doytcheva (CERIES).

16h30-17H. Conclusion

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colloques et journées d’études 2019-2020 », Methodos [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 18 février 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/methodos/7327

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals