Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Comptes rendusCompte rendu de Vincent Jullien, ...

Comptes rendus

Compte rendu de Vincent Jullien, Ce que peuvent les sciences. Une enquête, Paris, Éditions Matériologiques, 2020

Bernard Joly
Référence(s) :

Vincent Jullien, Ce que peuvent les sciences. Une enquête, Paris, Éditions Matériologiques, 2020, 316 pages, bibliographie, index ISBN (papier) 978-2-37361-241-7 / eISBN (PDF) 978-2-37361-242-4

Texte intégral

1Vincent Jullien, dont on connait les travaux remarquables sur les mathématiques au XVIIe siècle, et en particulier chez Descartes, offre dans cet ouvrage ses réflexions sur une histoire des sciences telle qu’il la pratique depuis plusieurs décennies. L’ouvrage est divisé en trois parties. La première est une défense de la méthode de l’épistémologie historique, en tant qu’elle s’oppose à une épistémologie analytique ou logique. La seconde s’emploie à montrer que, quelle que soit l’intime connexion entre les mathématiques et les sciences de la nature (en particulier la physique), il n’est pas légitime d’invoquer la naissance à l’âge classique d’une science nouvelle, appelée physico-mathématique, issue de la fusion des mathématiques et de la physique. La troisième partie s’interroge sur la notion de progrès des connaissances scientifiques, en mettant en relief la place de l’ignorance, qui croît en même temps que la connaissance.

2Farouchement opposé au programme du Cercle de Vienne, défini par Carnap en 1934, qui voulait analyser la science dans une perspective non pas historique mais logique, Vincent Jullien veut montrer qu’on ne peut comprendre les diverses opérations par lesquelles se constitue une théorie scientifique sans avoir recours à son histoire. Il convient bien sûr d’écarter les conceptions d’une histoire des sciences qui voudraient la réduire à une énumération chronologique des théories scientifiques qui se sont succédé, en y voyant le moteur des progrès de l’humanité. Cette conception scientiste fait l’impasse sur le fait que le développement des sciences est bien loin de provoquer le développement des valeurs humanistes. Il ne s’agit pas non plus d’adhérer au « whiggisme », qui revisite l’histoire des théories passées en fonction de l’état des théories présentes, dans une illusion rétrospective qui ne retient du passé que ce qui est validé par le présent.

3En développant sa conception d’une épistémologie historique, Vincent Jullien s’oppose donc aux courants actuels de l’épistémologie qui réduisent l’activité scientifique à des formes abstraites. Cette conception, selon l’auteur, se donne pour objet une science « platonisée » se déployant rigoureusement dans un monde d’idées et d’énoncés mathématiques détachés des apparences phénoménales et ne relevant que de la logique d’un discours formalisé. Aux subtilités logiques qui élaborent des systèmes formels qui se vident de la matière même de la pensée scientifique, il s’agit donc d’opposer une étude des procédés et des cheminements qui conduisent à l’élaboration des théories, en entrant dans une étude détaillée de ces théories qui mette en lumière le travail même de la pensée scientifique. L’épistémologie historique permet donc de comprendre les sciences dans leur matérialité même, l’approche historique permettant de les saisir dans leur réalité concrète, sans rien laisser échapper du processus de construction de leurs théories et de leurs constantes confrontations avec la nature même des objets naturels. Cette démarche implique de ne pas réduire le regard aux sciences actuelles et de reconnaître l’importance des sciences du passé.

4Ce vibrant plaidoyer pour une épistémologie historique se termine par une vive critique des positions de Michel Foucault, telles qu’exprimées en particulier dans Les mots et les choses. En distinguant deux registres des conditions de possibilité d’une science, Foucault oppose la science en elle-même, qui se définit par ses propres critères, ses modalités de fonctionnement, et d’autre part ce qui donne la possibilité d’une science dans son existence historique. Ce qui revient, pour Vincent Jullien, à rejeter le fait que le discours scientifique en lui-même puisse avoir une histoire, à rejeter son historicité dans une externalité où se repèrent des épistémés. La théorie scientifique en tant que telle est donc, pour Foucault, sortie de son histoire, déshistoricisée, au profit de l’épistémé où elle s’inscrit et qui, elle, relève de l’histoire. Mais pourquoi, dit Vincent Jullien, ne pourrait-on pas voir l’histoire à l’œuvre dans la science même, dans la succession et l’enchevêtrement des théories scientifiques successives ?

5La seconde partie de l’ouvrage est intitulée « Objections à la physico-mathématique ». On sait que, selon une thèse très répandue, l’émergence de la modernité serait due à l’apparition au début du XVIIe siècle, chez Galilée, Descartes et quelques autres, d’une science nouvelle née de la fusion de la physique et des mathématiques, précisément appelée physico-mathématique, qui deviendrait par la suite le modèle, peut-être inaccessible, de toutes les autres sciences, en particulier la chimie et la biologie. On cite bien sûr alors la célèbre phrase de Galilée affirmant que l’Univers est écrit dans la langue mathématique, ou encore de Descartes indiquant qu’il a réduit la physique aux mathématiques. Mais, comme le montre Vincent Jullien, ces prétentions ne furent guère suivies d’effet et on remarquera, en particulier, que l’ouvrage principal de Descartes sur la physique, les Principes de philosophie, ne contient pas une ligne de mathématiques. Poursuivant l’enquête avec Newton, Leibniz et quelques autres, l’auteur montre que cette fusion créatrice ne se produit jamais. Certes, les liens entre mathématique et physique sont étroits, mais leur articulation sauvegarde toujours leur distinction, car il n’existe pas de domaine où les mathématiques et la physique seraient unifiés : « un stade, une étape de la physique est mathématique, dit l’auteur (p. 151), ce qui ne change pas la nature de cette science qui a toujours pour objets des choses temporelles, matérielles, dynamiques, observables. »

6Mettant en pratique l’épistémologie historique qu’il a défendue dans la première partie, Vincent Jullien appuie son argumentation sur une étude précise et rigoureuse de quelques-uns des aspects des théories développées par les auteurs auxquels il se réfère. L’étude philosophique de la démarche scientifique se fonde donc bien sur l’examen des pratiques et des discours des savants. C’est toujours la même méthode qu’il déploie pour montrer le rôle des mathématiques dans les sciences du vivant. Certes ce rôle est devenu aujourd’hui essentiel, mais au terme du passage par la mathématisation de ses énoncés, la biologie garde bien la spécificité des objets qu’elle étudie.

7Dans la troisième partie de l’ouvrage, l’auteur entend montrer que les progrès des connaissances sont inséparables de ceux de l’ignorance. En fait, toute son argumentation repose sur la distinction, essentielle selon lui, entre le progrès des connaissances dues aux sciences, qui est incontestable, et le progrès des théories scientifiques, qui peut se comprendre selon cinq schémas du progrès scientifique, dont aucun ne le satisfait entièrement. Le premier est celui, sans doute assez naïf, de l’accumulation : les théories s’empilent les unes sur les autres. Le second, de l’emboitement ou de l’inclusion, est plus subtil : il voit dans les théories précédentes une « approximation » des suivantes, ce qui manque de clarté : en quoi la théorie de Newton serait-elle une approximation de celle d’Einstein ? Vincent Jullien appelle « révolutionnaire » le troisième schéma, qui insiste évidemment sur les ruptures : les théories nouvelles réfutent les anciennes. Mais quel est alors le statut de ces dernières ? Des « fausses sciences » ? Le quatrième schéma met en relief les résurgences : ainsi, l’atomisme moderne serait une sorte de retour de l’atomisme ancien, avec cependant bien des différences, la théorie ancienne renaissant de ses cendres, telle le phénix. Quant au cinquième schéma, celui d’un progrès asymptotique vers la vérité, il implique l’idée d’un but à atteindre, d’une finalité problématique, mais il a l’avantage de mettre en évidence le fait que l’accroissement de la connaissance met en lumière l’accroissement de l’ignorance : chaque théorie nouvelle met en lumière ce que nous ne savons pas encore, au point, dit l’auteur « que nous n’avons aucune raison de croire que nous nous rapprochons de la vérité de ce qui constitue la nature […] Ce monde des sciences de la nature est performant pour dialoguer avec les phénomènes, il n’est clairement pas celui qui définit nos conditions de vie et de pensée. » (p. 219-220)

8Reste à savoir comment se constitue la science. Il est courant de dire que la modernité scientifique s’est constituée en insistant sur le rôle de l’induction, qui seule conduit à l’élaboration des théories. Francis Bacon serait le héraut de cette conception qui relègue au second plan les hypothèses. En s’appuyant sur des exemples précis, l’auteur montre au contraire que l’on a toujours besoin de formuler des hypothèses pour tirer parti des observations : dans toute observation systématique, il y a toujours une hypothèse sous-jacente. « Les faits bruts, aussi nombreux soient-ils, restent muets et ne fournissent pas de théorie, pas d’explication, pas d’intelligibilité. » (p. 228)

9L’ouvrage se termine, de manière plutôt abrupte, par diverses remarques sur les Big Data, les rapports entre sciences et techniques et une critique virulente de l’externalisme, qui voudrait rendre compte de la formation des théories scientifiques par des influences sociales, idéologiques, économiques… On comprend que l’auteur, qui s’est attaché à montrer la puissance interne de la pensée scientifique dans le processus d’élaboration des théories, ne puisse admettre la méthode de ces « social studies » qui, finalement, vident la science de son contenu : « À force de contextualiser la science, voilà qu’on l’a oubliée et remisée au grenier. » (p. 281)

10On regrettera l’absence d’une conclusion qui vienne rassembler les résultats de cette riche moisson historique et réflexive en vue de répondre plus précisément à la question que suggérait le titre : que peuvent donc les sciences ? Vincent Jullien déploie de manière admirable une conception de l’histoire des sciences riche et stimulante, il le fait avec un enthousiasme qui le conduit parfois à de cruelles polémiques, mais il peut convaincre son lecteur de l’indispensable nécessité du recours à leur histoire pour comprendre ce que sont et ce que font les sciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Joly, « Compte rendu de Vincent Jullien, Ce que peuvent les sciences. Une enquête, Paris, Éditions Matériologiques, 2020 », Methodos [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 12 janvier 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/methodos/8168 ; DOI : https://doi.org/10.4000/methodos.8168

Haut de page

Auteur

Bernard Joly

Univ. Lille, CNRS, UMR 8163 - STL - Savoirs Textes Langage, F-59000 Lille, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Methodos sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo UMR Savoirs, Textes, Langage
  • Logo CNRS - INSHS
  • Logo Université de Lille
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search